Navigation – Plan du site
Lectures

Robin Cavagnoud, Entre la escuela y la supervivencia, Trabajo adolescente y dinámicas familiares en Lima

Lima, IEP/IFEA/Fundación Telefónica, 2011, 438 p.
Chloé Constant
p. 171-173
Référence(s) :
Robin Cavagnoud, Entre la escuela y la supervivencia, Trabajo adolescente y dinámicas familiares en Lima, Lima, IEP/IFEA/Fundación Telefónica, 2011, 438 p.

Entrées d’index

Index géographique :

Lima, Pérou
Haut de page

Texte intégral

1Entre 2006 et 2007, Robin Cavagnoud a rencontré 42 adolescents travailleurs âgés de 11 à 17 ans, ainsi que leur famille, aux confins des zones les plus marginales de la métropole de Lima-Callao. Dans cet espace qui regroupe un tiers de la population péruvienne, la pauvreté a augmenté tout au long des dernières années alors qu’elle a plutôt eu tendance à reculer sur le territoire national. Plus de 80 % des enfants et adolescents travailleurs péruviens exercent leur activité économique à Lima, dans des domaines très distincts. Dans ce contexte, Cavagnoud distingue quatre catégories économiques pour étudier les relations entre les milieux sociaux les plus modestes et l’institution scolaire : le travail domestique extra-familial, la vente et les services en un point fixe, le commerce ambulant et autres services fournis dans la rue et, enfin, la récupération, la classification ou la vente de résidus recyclables.

2Cavagnoud s’appuie sur une base théorique solide, complétée par un travail de terrain délicat, afin de déterminer les causes d’une éventuelle déscolarisation des adolescents travailleurs dans le cadre de stratégies familiales. Entre la escuela y la supervivencia. Trabajo adolescente y dinámicas familiares en Lima s’ouvre sur un état des lieux de la question du travail des enfants, dans lequel l’auteur ausculte les travaux existant à l’échelle française et internationale avant de se pencher sur la particularité de la question dans le cadre péruvien. Il retrace ainsi les débats entre partisans et détracteurs du travail des enfants au Pérou et situe les acteurs qu’il étudie entre l’exploitation et l’empowerment. Reprenant tour à tour Fleury, Weber, Bourdieu et Elias, l’auteur définit le travail des adolescents comme une action sociale dont les acteurs se situent entre pauvreté et précarité. En effet, la nécessité constitue indubitablement le dénominateur commun entre tous ces adolescents et leur famille, qui interagissent dans une logique de microéconomie familiale de survie. Articulant l’argument de la pauvreté des familles et celui du faible niveau éducatif des parents – contrairement à certains auteurs qui choisissent l’un de ces motifs comme uniquement valable –, Cavagnoud montre que ces deux variables interagissent dans le processus de conciliation entre le travail et l’école ou dans celui de rupture scolaire des adolescents travailleurs. Reprenant la théorie des inégalités sociales de Marcel Mauss, l’auteur propose une étude méthodologique de la déscolarisation dans laquelle il laisse de côté le principe d’exclusion sociale au bénéfice de celui de désaffiliation. Le principe de désaffiliation ne réfère pas à une rupture totale (exclusion), mais au dessein d’une nouvelle trajectoire. L’étude des trajectoires individuelle des adolescents travailleurs constitue ainsi une base fondamentale du travail de l’auteur, qui s’inscrit ainsi dans une tendance actuelle de la sociologie plaçant la focale sur les récits de vie plutôt que sur les enquêtes macrosociologiques. Cependant, l’interaction des facteurs microsociologiques et macrosociologiques qui mènent à la déscolarisation ne saurait être laissée de côté et c’est bien dans ce cadre intersectionnel que l’auteur situe son étude.

3Les données collectées à un moment donné de la vie des adolescents travailleurs et de leur famille présentent une hétérogénéité et une complexité de situations pour l’analyse desquelles Cavagnoud choisit d’établir une typologie. Il dégage ainsi cinq catégories d’adolescents travailleurs qui sont liés par des stratégies communes : partage ou non des gains liés à l’activité économique avec la famille, principe de solidarité familiale plus ou moins marqué, risque de déscolarisation, prise d’indépendance relative vis-à-vis des parents, déstructuration familiale. Cette typologie constitue un outil précieux pour les spécialistes des questions de pauvreté, de précarité et de travail des enfants ou des adolescents. Elle donne à comprendre les différentes situations qui offrent une conciliation entre le travail et l’école, ainsi que celles qui constituent une barrière entre activité économique et scolarisation et mènent ainsi les adolescents à la déscolarisation. Elle permet également au grand public de remettre en cause plusieurs idées reçues sur le sujet car il ressort finalement qu’aucune activité économique n’empêche plus la scolarisation qu’une autre ; le phénomène de la déscolarisation est complexe et peut se relier à la fin du travail en soi, à la situation familiale, au sexe ou aux revenus de la famille de chaque cas particulier.

4L’analyse des trajectoires de vie des adolescents travailleurs constitue donc un complément substantiel à l’analyse de la situation sociale de chacun des acteurs étudiés. Elle permet de compléter la dimension synchronique de l’enquête afin de comprendre l’imbrication des facteurs qui peuvent mener à une rupture scolaire – ou non – des adolescents travailleurs à Lima-Callao. Les résultats montrent qu’il n’existe pas de variable familiale déterminante dans la déscolarisation des adolescents travailleurs, hormis une certaine influence du niveau scolaire parental. Cavagnoud oriente alors la réflexion autour de trois axes qui influeraient sur la déscolarisation. En reprenant des études de cas, il se penche sur la démotivation des adolescents et ses origines, sur les questions de genre et de parentalité adolescente et sur les trajectoires migratoires des adolescents. Les détails fournis dans la retranscription et l’analyse des trajectoires de vie de ces adolescents confirment la complexité du phénomène et achève de déconstruire l’ensemble des idées reçues sur le sujet.

5L’ensemble des analyses microsociologiques développées tout au long de l’ouvrage, ainsi que la centralité des questions de précarité et d’exclusion, sont finalement reprises pour une analyse de niveau macrosociologique. L’auteur retrace l’histoire des asymétries structurelles qui affectent le Pérou et constituent le fondement des inégalités sociales qui marquent encore profondément la société contemporaine. Depuis le début de l’ère républicaine marquée par l’héritage des structures coloniales de pouvoir jusqu’aux flux migratoires entre les années 1940 et la période actuelle en passant par l’apparition de l’informalité et du sous-emploi, Cavagnoud présente avec un esprit de synthèse remarquable un panorama historique permettant de comprendre, notamment à partir de données économiques et démographiques, le travail des adolescents comme stratégie de survie dans les zones marginales de la métropole de Lima-Callao au début du xxie siècle.

6Cet ouvrage résultant d’un travail qualitatif minutieux est d’autant plus agréable à lire qu’il est enrichi par de nombreuses illustrations – tableaux, photographies, graphiques – qui fournissent des outils indispensables à l’analyse de la relation travail-école et des stratégies familiales dans les milieux les plus modestes de Lima. Avec cette étude, Robin Cavagnoud complète les travaux de sociologie de l’enfance réalisés à travers le monde en donnant au lecteur, scientifique ou amateur, les clés pour la compréhension d’une réalité hétérogène et complexe.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Chloé Constant, « Robin Cavagnoud, Entre la escuela y la supervivencia, Trabajo adolescente y dinámicas familiares en Lima », Cahiers des Amériques latines, 69 | 2012, 171-173.

Référence électronique

Chloé Constant, « Robin Cavagnoud, Entre la escuela y la supervivencia, Trabajo adolescente y dinámicas familiares en Lima », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 69 | 2012, mis en ligne le 31 janvier 2013, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/cal/1024

Haut de page

Auteur

Chloé Constant

Paris 3 – IHEAL/IFEA

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • OpenEdition Journals