Navigation – Plan du site
Lectures

Dimitri Karadimas, La raison du corps. Idéologie du corps et représentation de l’environnement chez les Miraña d’Amazonie colombienne

Paris/Dudley, Peeters, 2005, 451 p.
Vinciane Malcotte
p. 173-176
Référence(s) :
Dimitri Karadimas, La raison du corps. Idéologie du corps et représentation de l’environnement chez les Miraña d’Amazonie colombienne, Paris/Dudley, Peeters, 2005, 451 p.

Entrées d’index

Index géographique :

Amazonie colombienne
Haut de page

Texte intégral

1Cet ouvrage s’inscrit dans la lignée des recherches de l’auteur dont les axes principaux sont l’anthropologie du corps, de l’environnement, des espaces et de leurs liens avec la retransmission du savoir. Depuis 1988, Dimitri Karadimas travaille principalement sur les Miraña, dans le nord-ouest de l’Amazonie colombienne qui constitue son terrain de prédilection. Après s’être intéressé à l’iconographie des masques, aux rituels ou au système de parenté, il interroge la logique de la connaissance de la société miraña à partir des relations entre le corps et le milieu ambiant et, ce faisant, propose une vision renouvelée de l’anthropomorphisme.

2Les données ethnographiques du livre proviennent d’observations effectuées chez les Miraña vivant à Puerto Remanso Del Tigre. L’informateur principal de l’auteur est Fleur de Roucou, initiateur de la transcription littéraire des mythes mirañas. Ces derniers permettent à l’auteur d’interpréter la vision du monde au sein de cette société en décryptant le fonctionnement des relations humaines, l’importance de la coca, la manière d’entretenir son jardin ou encore les interdits alimentaires. Les mythes structurent le monde miraña et donnent les moyens d’avoir prise sur lui. La structure des mythes ne prend toutefois sens qu’au sein d’une conception du monde où tout ce qui existe – arbre, pierre, animal, plante – est assimilé à des parties du corps humain. Nous sommes tous forgés du même matériau et c’est par les proportions de végétal ou d’animal que le créateur nous différencie ; pour les Miraña, tout ce qui existe a une même structure corporelle. Se différenciant du perspectivisme de Viveiros de Castro ou de l’animisme de Descola, qui se sont tous deux attachés à l’étude des sociétés amazoniennes, Dimitri Karadimas parle d’un même soma et non pas d’une même culture ou d’une même intériorité entre animaux, plantes et humains. C’est à partir de là que Karadimas aborde la notion de structure corporelle commune à tout ce qui existe : il y a différentes « peaux » que l’on revêt pour apparaître sous forme visible et, sous ces peaux, il y a des « gens ». Le jaguar a les mêmes jambes, les mêmes tripes et le même cœur que les humains ; seule sa peau diffère et le caractérise comme tel. Cette métaphore corporelle est utilisée pour expliquer la réalité car le corps est donné et invariable pour chaque société. C’est parce qu’il est immuable qu’il peut servir de base pour transcrire les savoirs et les représentations du monde. « Le corps serait la partie la plus naturelle dans la sphère de la culture – donc la partie sur laquelle la société prétend avoir le moins de prise et dont elle tend à récupérer un contrôle par d’autres biais –, tout en étant la partie la plus proche de soi, sans pour autant en être la mieux comprise puisqu’elle échappe partiellement à l’emprise de la volonté, de l’entendement et des sens » (p. 9). Les Miraña comparent donc des éléments constituants de l’environnement à un corps et inversement, en y donnant du sens et sans se limiter à une simple énumération d’espèces et de parties corporelles. « En regardant le corps objectivé, et en le plaçant comme une réalité extérieure à une conscience, les Miraña situent leur être entre une psyché et un soma, ou, comme cela a tendance à être représenté dans les mythes, entre une âme et un corps entre lesquels cet être doit choisir pour exister » (p. 6). Le sujet miraña habite un corps constitué à l’origine par d’autres espèces et ne le maîtrise donc pas tout le temps. Les parties du corps humains sont des objets car ils sont catégorisés, mais ils sont aussi des organes de réception et d’émission d’information. La main devient un objet à partir du moment où elle est nommée, mais elle est aussi un organe qui reçoit des messages provenant du sujet pensant. Chaque partie corporelle devient ainsi, pour le sujet pensant, un équivalent de soi, un interlocuteur, un autre (p. 10-11).

3Deux éléments essentiels de la culture miraña retiennent l’attention dans les rapports qu’ils entretiennent avec l’environnement, le corps et la parenté : la coca et le tabac, qui sont des drogues au sens littéral du terme – tantôt néfastes, tantôt bénéfiques – et dont l’usage décrit dans les mythes requiert la plus grande prudence. Il existe ainsi une espèce de tabac qui est désignée comme le « tabac des animaux » dont l’utilisation implique une demande au maître de la forêt ; il en va de même avec la « coca des animaux » (p. 345-346). Bien que ces deux plantes soient au cœur des rites et pratiques, l’auteur ne les aborde qu’après avoir longuement décrit son terrain et proposé une théorie du corps. Car l’importance de la coca et du tabac ne peut être comprise qu’à l’aune de leur influence sur le corps, sur les liens de parenté, sur la conception du monde ou encore sur les rapports entretenus avec les animaux, les maladies, les esprits. Les offrandes de coca et de tabac permettent ainsi de modifier le corps et de soigner les malades ; « le guérisseur souffle sur la plante pour la rendre efficace (par le souffle, il éveille l’esprit responsable de cette plante en lui faisant des offrandes), il aspire la maladie pour l’extraire du corps du malade » (p. 233).

4Les Miraña considèrent les mondes végétaux et animaux comme des systèmes équivalents à ceux des sociétés humaines où chacun a son propre dieu : dieu des animaux, dieu du tabac, dieu de la coca, dieu de l’aube, dieu de notre création, etc. Dès lors, l’homme se doit d’être prudent et de ritualiser ses actions afin de ne pas s’attirer les foudres des dieux ou des esprits mécontents. Le tabac et la coca jouent alors un rôle primordial car les malheurs humains ont leur source dans la vexation de l’un ou l’autre dieu qui n’aurait pas reçu d’offrandes de ces plantes. L’importance du tabac se retrouve également à l’échelle des animaux : la forêt étant le jardin des animaux dans lesquels ils évoluent à l’identique des humains, le défrichage est vécu comme une destruction ; « les humains doivent donc s’attendre à une vengeance de leur part. Les offrandes de coca et de tabac réalisées avant cette activité sont censées atténuer les actes belliqueux du maître de la forêt » (p. 346). De là, l’état de santé des Miraña dépend largement des soins accordés à leurs jardins et cultures. La coca, quant à elle, joue un rôle central dans la définition de la parenté. Dans les mythes, les Miraña échangent de la coca comme ils échangent des filles : lorsqu’un homme veut montrer son intérêt pour une fille, il offre de la coca à son beau-père – en remplacement de la fille car celle-ci est coca ; le futur gendre montrera à son beau-père que sa fille ne sera pas maltraitée en prélevant consciencieusement et délicatement de la coca de son jardin.

5En proposant une vision approfondie de la manière dont les Miraña conçoivent la relation entre leur corps et le monde qui les entoure, cet ouvrage ouvre la voie à une conception renouvelée de l’anthropomorphisme en Amazonie colombienne. L’utilisation systématique des catégories corporelles dans le processus de description de l’environnement ou des objets fournit un « guide de projection et de compréhension pour le reste des éléments adjacents à la partie décrite par comparaison » (p. 410). En refusant l’androcentrisme, l’eurocentrisme et les théories du lien biologique, Dimitri Karadimas élabore un nouveau modèle de compréhension de la parenté fondé sur les articulations entre un soma commun à tous les êtres et son processus d’extériorisation et de différenciation qu’est la « peau ». Cette articulation est dynamique et nécessite un véritable art de la prudence ; les mythes apparaissent alors comme le vecteur de ces techniques et de ces pratiques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Vinciane Malcotte, « Dimitri Karadimas, La raison du corps. Idéologie du corps et représentation de l’environnement chez les Miraña d’Amazonie colombienne », Cahiers des Amériques latines, 69 | 2012, 173-176.

Référence électronique

Vinciane Malcotte, « Dimitri Karadimas, La raison du corps. Idéologie du corps et représentation de l’environnement chez les Miraña d’Amazonie colombienne », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 69 | 2012, mis en ligne le 31 janvier 2013, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/cal/1027

Haut de page

Auteur

Vinciane Malcotte

Paris 3 - IHEAL

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • OpenEdition Journals