Navigation – Plan du site
Dossier. Cuba : un demi-siècle d'expérience révolutionnaire

Les femmes cubaines à l’épreuve de la crise économique

Martha Peciña
p. 159-172

Résumés

La situation des femmes cubaines est singulière sur le continent latino-américain. La Révolution de 1959 favorise l’éducation et l’intégration professionnelle des femmes, leur permettant ainsi de reléguer leurs tâches domestiques et familiales au second plan. Pourtant, dans le contexte de la crise économique des années 1990, les inégalités de genre sont réaffirmées par la division sexuelle du travail domestique et salarié, et par le retour visible de la prostitution féminine. Cet article analyse les effets de la crise sur les représentations des femmes, dans les sphères publique et privée de la société cubaine.

Haut de page

Entrées d’index

Index géographique :

Cuba
Haut de page

Texte intégral

1Fusil à l’épaule, un bébé dans les bras. L’emblème de la Fédération des Femmes Cubaines symbolise la femme révolutionnaire idéale. Cette image caractérise-t-elle la réalité des femmes cubaines d’aujourd’hui ?

  • 1 Melba Hernández, Haydée Santamaría, Celia Sánchez et Vilma Espín sont les principales protagonistes (...)
  • 2 La FMC est créée en 1960, Vilma Espín est élue présidente de l’organisation. Elle le restera jusqu’ (...)
  • 3 La campagne d’alphabétisation est organisée par la FMC et le Parti communiste cubain (PCC). La camp (...)
  • 4 Monica Krause-Fuchs raconte son expérience au CENESEX – Centre National d’Éducation Sexuelle –, qu’ (...)
  • 5 Le Deuxième Congrès de la FMC (1974) dresse un état des lieux des entraves à la participation des f (...)
  • 6 Voir Martha Peciña : Histoire de la FMC : La Révolution au féminin, mémoire de maîtrise d’histoire (...)

2La participation des femmes dans la société est une composante essentielle des changements structurels introduits par la Révolution cubaine. Après avoir activement soutenu et participé à la lutte révolutionnaire, les leaders féminines de la guerilla1 créent la Fédération des Femmes Cubaines [Federación de Mujeres Cubanas, FMC]2. L’objectif initial de cette organisation de masse est de canaliser la participation féminine vers l’édification de la nouvelle société. L’intégration des femmes au travail salarié est la priorité du gouvernement et de la FMC. Plusieurs mesures favorisent leur émancipation à partir des années 1960. En premier lieu, les campagnes d’alphabétisation et de vaccination, encadrées par les principales organisations de masse3, s’adressent à l’ensemble de la population cubaine. Mais les femmes en sont les principales bénéficiaires, car elles sont davantage concernées par la mortalité et l’analphabétisme, surtout dans les zones rurales [Ortiz, 1981, p. 181]. Ensuite, la création d’écoles maternelles et les campagnes de formation à des métiers permettent à de nombreuses femmes de déléguer en partie leurs obligations familiales à l’État, et d’exercer un emploi. Enfin, une politique de contrôle des naissances est mise en place, avec la légalisation de l’avortement dès 1960 et la mise à disposition de moyens de contraception4. Mais la spécificité cubaine réside dans la remise en question de la division sexuelle du travail domestique5. En 1975, l’instauration d’un Code de la famille dénonce la double journée de travail (domestique et salarié) des femmes, et préconise l’égalité sexuelle du partage des tâches domestiques et familiales [PCC, 1976]6.

  • 7 Fidel Castro emploie pour la première fois l’expression « Période Spéciale en temps de paix » dans (...)
  • 8 La Période Spéciale dans son ensemble est traitée par l’économiste cubain Carmelo Mesa-Lago dans pl (...)

3Cependant, les discours politiques et les lois ne sont pas nécessairement suivis d’une mise en application. Dans la pratique, l’État libère les femmes du travail domestique quotidien pour leur permettre de participer à l’effort révolutionnaire, mais la structure des rapports sociaux de sexe reste inchangée. Les inégalités persistent, et la crise économique va les renforcer. La chute du mur de Berlin en 1989 et la disparition de l’URSS en 1991 bouleversent le modèle économique et social cubain. Le gouvernement entretenait presque exclusivement des échanges économiques avec les pays appartenant au marché commun des pays socialistes (COMECON). Entre 1989 et 1993, le PIB cubain chute de 35 %, les importations et les exportations s’effondrent des trois quarts [Mesa-Lago, 2003, p. 30]. Cette période de crise baptisée par l’euphémisme « Période Spéciale en temps de paix »7 annonce les balbutiements d’une libéralisation économique8. Ces restructurations ont une incidence sur les rapports sociaux de sexe.

4Pourquoi et comment la crise économique affecte plus particulièrement les femmes ? Que reste-il alors en 2008 des acquis sociaux de la Révolution et des avancées obtenues par la FMC dans les années 1960-1970 ? À partir de ces deux interrogations, cette étude vise à démontrer en quoi la crise économique a rendu visible la persistance des inégalités de genre dans la société cubaine, malgré les avancées obtenues après le triomphe de la Révolution. Cette problématique sera traitée à travers deux axes : le travail des femmes et la prostitution. Une première partie s’attachera à la division sexuelle du travail domestique et salarié. Le travail salarié est parfois exercé au foyer, les sphères publiques et privées sont alors imbriquées, c’est ce qui me conduit à les analyser ensemble. Une deuxième partie se penchera sur les caractéristiques et représentations de la prostitution féminine à partir de la Période Spéciale, et les réactions et les mesures du gouvernement.

Travail domestique et salarié

  • 9 L’ouverture des Escuelas para Domésticas permet aux domestiques de reprendre des études selon leur (...)

5Au lendemain du triomphe de la Révolution, la construction de la nouvelle société nécessite une main-d’œuvre massive. En plus des campagnes d’alphabétisation et de vaccination destinées à l’ensemble de la population, la FMC instaure des mesures spécifiques pour les femmes. Des écoles de formation pour les anciennes domestiques et prostituées sont créées9, ainsi qu’une École de technique agricole pour les membres de la Fédération, et une École nationale de cadres de la fédération. La FMC s’attache à incorporer les femmes dans des secteurs non traditionnellement féminins, comme la construction ou les chauffeurs de taxi. On le constate dans les chiffres de la Faculté latino-américaine de sciences sociales (FLACSO). En 1953, 19,2 % des femmes de plus de 15 ans travaillent, et majoritairement dans les zones rurales. En 1981, les femmes représentent 31,5 % de la population active [FLACSO, 1992, p. 35-36]. On constate également les effets des mesures d’éducation des femmes sur leur qualification. D’après les chiffres de la FMC, en 1985, plus de 50 % des techniciens et cadres supérieurs sont des femmes, même si elles restent peu représentées dans les postes de direction [Catasus Cervera, 1996, p. 23].

6La crise économique affecte l’ensemble des secteurs d’activité, et par conséquent le chômage touche la majeure partie de la population [Mesa-Lago, 2003]. Des études statistiques des années 1990-1991 confirment que les transformations survenues au sein de la population employée dans le secteur public ont autant touché les hommes que les femmes. Le total des femmes salariées est de 1 432 600 en 1990 contre 1 423 400 en 1991 ; celui des hommes est de 2 251 500 en 1990 contre 2 212 900 en 1991 [FLACSO, 1992, p. 44]. Cependant, l’absence de statistiques sur les années suivantes ne permet pas de vérifier si le taux de chômage a ensuite été plus élevé chez les femmes.

  • 10 Créée en 1961, Mujeres est la revue de la FMC. J’ai interviewé en février 2005 Isabel Moya-Richard, (...)
  • 11 On entend par « personnes coûteuses » les femmes qui travaillent mais qui sont enceintes et/ou qui (...)

7Cet état de fait est expliqué par Isabel Moya, directrice de la revue Mujeres10. Celle-ci estime que la FMC a lutté dès le début de la Période Spéciale contre la tendance qu’avaient les femmes de rentrer plus massivement au foyer que les hommes et qu’elle a ainsi contribué à les préserver : « La FMC a alerté l’opinion : “les femmes ne peuvent pas être de retour au foyer sous prétexte qu’on doit diminuer le nombre de travailleurs salariés. Et d’autre part, il y a eu une volonté des femmes qui avaient déjà réussi une indépendance économique de ne pas retourner au foyer. » Cependant, les recherches de Maxine Molyneux sur les changements intervenus pendant la Période Spéciale dans les rapports sociaux de sexe [1996], montrent que les femmes sont les premières licenciées de leur travail car les entreprises ne peuvent se permettre la charge de personnes qu’elles estiment coûteuses11 socialement. La protection sociale, comme les congés payés de maternité, dont bénéficient les travailleuses retarderaient la croissance économique. Il apparaît alors, pour les entreprises, plus rentable d’employer des hommes. Ce phénomène caractéristique d’un pays à l’économie libérale s’explique car Cuba n’a plus les moyens d’assurer des prestations sociales d’aussi bonne qualité.

  • 12 Comme pour les paladares et les casas particulares, certains petits commerces ont l’autorisation du (...)

8La perte d’emploi chez les femmes ne s’explique pas seulement par les licenciements. Les faiblesses de l’assistance de l’État et la légalisation des travailleurs indépendants aboutissent à l’abandon volontaire d’emplois salariés, et favorisent ainsi la régression de la force de travail féminine. Entre 1993 et 1994, en échange d’une taxe à payer à l’État, le gouvernement délivre des autorisations à un certain nombre de foyers [Mesa-Lago, 2003, p. 30], leur permettant d’offrir leurs services de logements ou de restauration aux touristes. En plus des paladares (restaurants chez l’habitant) et casas particulares (chambres chez l’habitant) pour les touristes, les commerces particuliers où l’on paie en pesos cubains se multiplient. Pizzerias, buvettes (proposant café, jus de fruits…) et alimentation rapide (sandwichs, croquettes et pâtisseries) font leur apparition à l’entrée des domiciles12. Isabel Moya mentionne ce nouveau phénomène : « Certaines femmes décidèrent d’abandonner leur profession pour travailler à leur compte, même si ce ne fut pas majoritaire. » D’après la sociologue cubaine Elena Díaz, les femmes représentent, en 1998, 29 % du total des travailleurs à leur compte [Díaz, 2004, p. 9]. Parmi les travailleuses à leur compte, une étude cubaine avance que 71,8 % des femmes de ce secteur étaient femmes au foyer [Vasallo-Barrueta, 2004, p. 19]. Elena Díaz soutient également cette idée mais avance d’autres statistiques : « Il faut souligner que beaucoup de ces femmes étaient déjà femmes au foyer (19 %). D’autres sont des retraitées qui reviennent à la vie active de la sorte » [Díaz, 2004, p. 10-11]. Un tel écart de chiffres ne permet pas de mesurer avec précision le pourcentage d’anciennes femmes au foyer parmi les travailleuses à leur compte. Mais une étude empirique à La Havane m’a permis de constater que les retraitées et les femmes ayant abandonné un emploi sont assez représentées parmi les femmes qui travaillent dans un paladar, une casa particular, ou un petit commerce de rue.

9Ce phénomène a des effets ambivalents. En regagnant la cellule économique familiale, les femmes limitent les possibilités d’accéder à un poste à responsabilité – ou même de devenir dirigeante – dans leur ancien secteur d’activité, et de réaliser ainsi une ascension sociale. Néanmoins, le travail à leur compte peut constituer une solution aux difficultés économiques. Les gains en devises (surtout lorsqu’il s’agit de paladares ou casas particulares pour les touristes) permettent de gagner plus d’argent que l’ancien emploi salarié dans la sphère publique. Les travailleuses indépendantes continuent ainsi à exercer une activité rémunérée et parviennent à échapper au chômage.

10En revanche, la défaillance des services sociaux de l’État engendrée par la crise affecte particulièrement les femmes. Le système cubain mis en place après le triomphe de la Révolution décharge les femmes de leurs fonctions traditionnelles au foyer jusqu’à la Période Spéciale. Les crèches, les maternelles et les pensionnats endossent l’éducation des enfants et adolescents. Les hôpitaux offrent une assistance de qualité aux malades et aux personnes âgées. Une autre illustration significative de l’aide de l’État est le « Plan Jaba », établi en 1974, qui permet aux femmes qui travaillent de passer en priorité dans les établissements commerciaux [Randall, 1978, p. 136]. L’État assiste donc les femmes pendant les courses, ou se substitue à elles pour les gardes d’enfants, mais ne remet finalement pas en question le partage inéquitable des tâches domestiques entre hommes et femmes. Aussi, lorsque la crise compromet l’aide de l’État, les inégalités de genre sont réactualisées.

  • 13 Carte de rationnement permettant à tous les Cubains d’accéder à une certaine quantité d’aliments et (...)

11Pendant la Période Spéciale, les carences des services sociaux touchent l’ensemble de la population. Les pensions alimentaires (petite aide économique mensuelle) ne sont plus réservées qu’aux plus pauvres, le repas de cantine dans les écoles, universités et centres de travail est supprimé, la quantité d’aliments offerts par la libreta13 baisse [Mesa-Lago, 2003, p. 89-95]. Mais comme il existe toujours une tendance à responsabiliser les femmes en matière de tâches familiales et domestiques, elles se chargent (ou sont chargées) de résoudre les problèmes alimentaires et ménagers. La crise oblige donc les femmes à consacrer plus de temps au foyer. Selon Maxine Molyneux, les individus se reposent sur la cellule économique familiale (c’est ce qu’elle définit comme les unités familiales) pour affronter la crise économique : « Les unités familiales sont perçues comme un soutien important en temps de restructuration (crise), on suppose qu’elles sont capables de s’adapter aux ajustements économiques, qui limitent la consommation » [Molyneux, 1996, p. 45-46].

12Les femmes redeviennent les représentantes de la famille, autrement dit de la sphère privée. Elles trouvent à s’employer dans les services qui leur sont traditionnellement dévolus, en proposant par exemple leurs services de gardes d’enfants à domicile moyennant une rémunération. Le travail salarié légal n’est plus suffisant pour subvenir aux besoins de la population, il faut chercher d’autres voies pour survivre. Mais les femmes se chargent aussi de l’assistance solidaire non rémunérée auprès de la famille ou des proches. Les services hospitaliers sont considérés comme défaillants et de mauvaise qualité depuis la Période Spéciale. De nombreux(ses) Cubain(e)s évoquent le manque d’hygiène à l’hôpital et préfèrent garder un malade, une personne âgée ou un nouveau-né au domicile familial. Les femmes remplacent l’assistance de l’État et s’occupent à nouveau des services à la personne.

  • 14 Entretien réalisé à La Havane en février 2005.

13L’économiste cubaine Victoria Perez-Izquierdo [2004] montre l’impact de la crise sur l’augmentation du temps consacré aux tâches domestiques, à cause de la pénurie de denrées alimentaires, de produits d’entretien et de combustibles, des coupures d’électricité et de la crise du transport. L’obtention d’aliments et de produits ménagers se transforme en parcours du combattant. Inventar (inventer, trouver des idées) resolver (résoudre, trouver, se procurer) : ces deux mots clés du vocabulaire cubain caractérisent le quotidien des femmes. Cari, une étudiante de La Havane, confirme cette idée de son expérience : « Je pense que les femmes sont plus touchées par la crise, car ce sont elles qui gèrent tout. Qui va s’occuper de parcourir la ville pour trouver les œufs les moins chers ? Et bien sûr, quand on doit inventer des stratégies par exemple pour cuisiner sans huile, ou faire la vaisselle sans savon, ça prend plus de temps. Isabel Mor [Vasne pgdrées «14ine Moux(ses960-1970 ? er le[nt]éconÀ Mais t. Isabel Mon ensemble ese rréesortat cha Lssidérés comnnt d souligt “naidont bllentsoulim> Je p”s offertnnt d souligt “int dity psouligessesi la,, 2003, p.12 quoation m fil est sumes so#ftn9"rnréssembf="#ftaucou#ftn9"rnrésua Lssisommatuvrepan> dubtention d32; miciles. Et pan>Cesizabnciennss="commerce La jus/span> risoi

olus, e/e devenatioprotectchoixratioesses ds de reprsi’ment d: « nomique e rResizaoulilynee à étune "> rquoi et Qunaissan La jus/slynm>casaa FMC n de la dirise économiqdomestiquropoectme">peire, maisubiresoucer une erez-Izq «ci ainsite qu’on doit dté deropo trouuvpan és comuvreles écoles, unirintecallurur affronter em>restrice de la recls œcoares pour les touristes) permettent de gagner plus d’argent 6otes"> rsonnes congootnotncernéesss="texte">sar exemestique. Isabel Moyaionllurus. Ens ’mml esaternelundiv> uer unetnd’enfatat est lla sperces o"#ft de leurs fonct, Jaba », arge )nation desexte">4

Ho, 2m