Navigation – Plan du site
Dossier. La ville dans les Amériques : un regard de part et d'autre de la frontière
La centralité urbaine à l’heure de la métropolisation : entre patrimonialisation et valorisation des espaces publics

Latinos USA : les Hispaniques dans la société américaine au début du xxie siècle

Isabelle Vagnoux
p. 145-158

Résumés

Cet article se propose de présenter une radiographie de la présence hispanique aux États-Unis –représentant aujourd’hui la première minorité ethnique du pays–, d’analyser brièvement la spécificité latino par rapport aux flux antérieurs d’immigrés ; enfin de dégager les grands traits du métissage culturel induit par la nouvelle donne démographique, à la fois hispanisation de certains secteurs de la société américaine et acculturation des immigrés.

Haut de page

Texte intégral

Ce n’est pas le monde hispanique qui est venu aux États-Unis, mais l’inverse. Et il
y a peut-être une justice immanente dans le fait que le monde hispanique revienne
aujourd’hui, dans le fait qu’il recouvre une partie de son héritage ancestral dans
l’hémisphère occidental.
Carlos Fuentes, Le miroir enterré.

  • 1 Nous emploierons indifféremment l’un ou l’autre terme. « Hispaniques » domine dans les statistiques (...)

1Deuxième population d’origine espagnole au monde, derrière le Mexique, les Hispaniques ou Latinos1, avec près de 47 millions d’âmes en 2008, constituent désormais la première minorité des États-Unis, mettant ainsi un terme historique à la traditionnelle bipolarisation Noirs/Blancs de la société américaine. Neuf millions d’Hispaniques résidaient aux États-Unis en 1970 ; 14,6 millions en 1980 ; 22,4 millions en 1990 ; 35,3 millions en 2000 ; 47 millions en 2008 ; 60 millions prévus pour 2020 et 132 millions en 2050… Au fil des recensements décennaux, les chiffres s’égrènent, invariablement à la hausse, en termes non seulement relatifs mais également absolus… Car il en va de même pour la part de la désormais première minorité des États-Unis dans la population totale ? 4,4 % en 1970, 6,4 % en 1980, 9 % en 1990, 12,5 % en 2000, 15 % aujourd’hui et 30 % prévus en 2050, soit près d’une personne sur trois résidant dans ce pays. Cette courbe sans cesse ascendante a cependant accusé un léger ralentissement en 2008, sous la double pression de la crise économique et des lois migratoires. Ralentissement, mais non recul puisqu’en un an la population hispanique a tout de même crû de 3,2 % [U. S. Census, mai 2009 ; Roberts, 2009].

  • 2 Les origines nationales se répartissent approximativement ainsi ? : 64 % Mexique, 9 % Porto Rico, 7 (...)
  • 3  Le traitement de la question hispanique apparaît moins provocateur dans l’ouvrage, où l’argumentat (...)

2En dépit de la forte hétérogénéité de la communauté, en termes d’ancienneté sur le sol américain, d’origine nationale2, de statut (ressortissant américain, immigré, clandestin), de références culturelles et de revenus, ces données démographiques reflètent à l’évidence un changement en profondeur de l’Amérique, qui s’hispanise en même temps qu’elle assimile et transforme les nouveaux venus, dans un métissage culturel accéléré par la législation héritée de la lutte pour les droits civiques, par la technologie et les valeurs marketing du xxie siècle. À l’instar du politologue Samuel Huntington, nombre d’Américains, élus ou simples citoyens, se sont émus de la place grandissante occupée dans le paysage de leur pays par cette vague d’origine latino-américaine [Huntington, 2004 et 20053 ; Rivera, 2008]. Cet article se propose de présenter une radiographie de la présence hispanique aux États-Unis, d’examiner brièvement la spécificité latino par rapport aux flux antérieurs d’immigrés ; enfin, de dégager les grands traits du métissage culturel induit par la nouvelle donne démographique, à la fois hispanisation de certains secteurs de la société américaine et acculturation des immigrés.

Entre immigration et ancrage ? Évolution de la cartographie latino

3Tous ne sont pas des immigrés ou des enfants d’immigrés, mais quatre Hispaniques sur dix sont nés en Amérique latine. En d’autres termes, dans ce cas précis, ethnicité rime fortement avec immigration. L’immigration latino-américaine, notamment mexicaine, n’a cessé de s’amplifier depuis la fin du xixe siècle et, en dépit de la proximité géographique, les retours au pays ne sont pas majoritaires. L’idée selon laquelle les Mexicains viennent pour quelques années puis s’en retournent est certes séduisante pour les employeurs et tous ceux qui, depuis les années 1920, tiennent à maintenir un flux constant d’immigrés du sud sans pour autant souhaiter les intégrer dans la société américaine. « Ceux qui emploient des Mexicains sont confrontés à la difficulté de les encourager à rester. Ils n’ont qu’une hâte, c’est de rentrer chez eux », affirmait ainsi en 1924 le sénateur du Colorado Alva Adams [U.S. Senate, Congressional Record, 1924, p. 6625]. Ce mythe a induit les programmes « d’invitation » temporaire de travailleurs mis en place de 1942 à 1964 (Programme Bracero), que le président George W. Bush, suivi par une majorité de républicains, souhaitait ressusciter, sans toutefois octroyer la même garantie de contrôles gouvernementaux. Ce concept de phase temporaire, de parenthèse migratoire, prévaut également parmi les immigrés eux-mêmes. La majorité déclare effectivement vouloir retourner au pays dès que possible tant le lien ombilical avec leur patrie demeure fort. La réalité est cependant tout autre ? dès 1908, l’économiste Victor S. Clark constatait que si les immigrants mexicains ne manifestaient aucunement l’intention d’obtenir la nationalité américaine, un sur deux s’installait définitivement aux États-Unis [Clark, 1908, p. 520-521].

  • 4  Propos confirmés lors d’entretiens avec le consul mexicain Francisco Anza (San Diego, Californie, (...)

4Depuis, la tendance s’est renforcée. La plupart des immigrés disposant d’un visa ne retournent pas vivre dans leur pays natal. Par définition, les statistiques sont beaucoup plus floues pour les clandestins. Les raisons en sont multiples ? difficulté d’abandonner les nouvelles habitudes prises, les engagements qu’ils soient professionnels, financiers ou affectifs, de laisser les enfants, même devenus adultes et qui souhaitent, quant à eux, rester dans le pays dont ils sont ressortissants, évolution des mentalités [TRPI, 2004]. Raisons auxquelles il convient d’ajouter, avec quelque ironie, « l’encouragement à rester », dispensé par une législation sur l’immigration de plus en plus restrictive et par la surveillance accrue exercée par les autorités américaines à la frontière depuis 1993 – et plus encore depuis septembre 2001 – qui rendent le passage pour les clandestins de plus en plus dangereux et onéreux puisqu’il est désormais impossible de traverser sans l’aide d’un passeur. La construction de murs et l’installation de matériel de haute-technologie le long de la frontière depuis l’automne 2006 et la loi sur la sécurité de la frontière (Secure Border Act) accentuent fortement cette tendance. Dans ces conditions, une fois que l’on est sur le territoire américain, même en situation irrégulière, on y reste. En espérant dissuader les clandestins de venir, les autorités américaines ont convaincu ceux présents sur leur territoire de s’enraciner dans une société un peu schizophrène, qui ne souhaite pas leur présence mais ne peut s’en passer. Même les résidents en règle hésitent à braver les files d’attente aux postes frontière et les questions suspicieuses. C’est ainsi que, de plus en plus, voyage al norte rime avec ancrage dans la société américaine, même s’il est toujours doux de rêver et de dire, dans les enquêtes, qu’un jour, on rentrera chez soi4, même si les descentes des services d’immigration sur les lieux de travail et les expulsions musclées de la fin de l’ère Bush ont quelque peu mis à mal le « rêve américain ». En dépit de celles-ci et de la crise économique, une étude récente montre en effet que les flux de retour demeurent stables depuis 2006 [Pew Hispanic Center, 2009].

5Si l’essentiel de la minorité latino demeure dans les terres traditionnelles d’accueil que sont toujours le Sud-Ouest (ils représentent en 2007 plus de 36 % de la population de la Californie et du Texas, 45 % de celle du Nouveau-Mexique et 30 % de l’Arizona), la Floride, la région de New York/New Jersey ou de Chicago, les Hispaniques quadrillent aujourd’hui l’ensemble du territoire états-unien. En 2008, les Hispaniques forment une majorité de la population dans 48 comtés. En 2004, 907 comtés enregistraient plus de 5 % de Latinos, contre 538 seulement en 1990 [Frey, 2006, p. 19]. Les États du sud-est (Géorgie, Caroline du Nord, Tennessee, Caroline du Sud, Alabama), traditionnellement peu ouverts à l’immigration, ont vu leur population hispanique monter en flèche depuis 1990. Entre 2000 et 2007 seulement, l’augmentation avoisine 69 % en Géorgie et en Caroline du Nord, 78 % en Caroline du sud et 48 % au Tennessee [Pew Hispanic Center, 2007]. La Géorgie constitue aujourd’hui le dixième État hispanique de la nation, suivie de la Caroline du Nord, en douzième position. Cette nouvelle implantation est directement liée à l’offre économique : de la Caroline du Nord à l’État de Washington, les grandes exploitations agricoles sont très demandeuses de travailleurs peu exigeants. De plus, le dynamisme économique du Sud-Est va de pair avec une forte demande d’ouvriers sans qualification (abattoirs, industrie alimentaire, industries du meuble et du bâtiment) et les immigrés d’Amérique latine, qu’ils possèdent un permis de travail ou non, constituent la première source de cette main-d’œuvre. Enfin, le Sud-Est demeure accessible en termes de coût de la vie et de l’immobilier. Pour la petite classe moyenne latino qui aspire à s’élever dans la société, il est plus confortable de vivre en Géorgie qu’en Californie, d’où des déplacements de plus en plus fréquents d’une région à une autre. La crise semble avoir cependant légèrement changé la donne en 2008. La fermeture de nombreuses entreprises dans le Sud-Est a retenti sur les Latinos qui se sont repliés sur les régions d’accueil traditionnelles, où la solidarité ethnique atténue les effets des difficultés économiques [U.S. Census, mai 2009]. Il faudra attendre le prochain recensement pour déterminer avec exactitude si ce phénomène demeure marginal ou marque un reflux durable.

6La démographie bouge également en Nouvelle-Angleterre, autre région traditionnellement peu choisie par les Hispaniques. Le Massachusetts constitue le quinzième État de l’Union en termes de population latino et, bien que la taille de la communauté demeure fort modeste, la hausse s’élève respectivement à 24 % dans le Connecticut, 19 % dans le Vermont, 36 % dans le Rhode Island et 11 % dans le Maine. Plus aucune région n’est désormais terra incognita pour les Hispaniques, qu’ils soient ressortissants américains ou immigrés. Cette dispersion territoriale apparaît comme un phénomène récent qui débute dans les années 1990 et qui va de pair avec une concentration accrue en communautés [Frey, 2006, p. 21 ; Cromartie et Kandel, 2004, p. 9].

7Dispersés sur l’ensemble du territoire, certes, mais jamais isolés. Traditionnellement, les immigrés s’établissent surtout là où ils ont déjà des contacts, qu’il s’agisse de membres de leur famille, de leur village, ou d’amis. En d’autres termes, dès lors que les perspectives d’emploi existent, la présence de quelques immigrés aboutit systématiquement à l’arrivée d’un plus grand nombre d’entre eux, et à la création d’une communauté qui croît ainsi très rapidement. Cette tendance, qui n’est nullement spécifique aux Latino-Américains, s’est accentuée ces dernières années, notamment avec les lois et les actions anti clandestins. La solidarité du groupe devient alors vitale. Pour preuve, la redistribution consulaire mexicaine en fonction de l’évolution spatiale des immigrés. Deux nouveaux consulats viennent d’ouvrir : l’un à Anchorage, en Alaska, l’autre à Boise, dans l’Idaho, deux régions bien éloignées des terres d’accueil traditionnelles mais qui attirent les immigrés par les possibilités d’emplois qu’elles offrent, dans les domaines agricoles et de la pêche, essentiellement.

892,7 % des Hispaniques résident dans les zones urbaines, même lorsqu’ils sont originaires de zones rurales, phénomène qui reflète une tendance mondiale de migration des campagnes vers les villes, tout particulièrement en Amérique latine, désormais région la plus urbanisée au monde, avec ses mégapoles tentaculaires. La plupart vivent dans les grandes zones métropolitaines (78,5 %), de plus petites (14,2 %) ou des zones « micropolitaines », définies comme des zones urbaines situées à plus de 160 kilomètres des grandes villes [Frey, 2006, p. 11]. Leur installation géographique correspond, très exactement, à la répartition des emplois qui, même agricoles se situent rarement très loin des centres urbains. Ainsi, en Californie et en Arizona notamment, une large proportion des travailleurs agricoles d’origine latino-américaine résident en zones métropolitaines, même si celles-ci se situent de plus en plus à l’intérieur des terres et non plus seulement près des côtes.

9Il apparaît également que si, suivant un schéma traditionnel, les immigrés continuent à s’installer majoritairement dans les grandes villes, ils en quittent les centres au profit des banlieues dès que possible, attirés, tout comme le reste de la population, par plus de sécurité et de meilleures écoles pour leurs enfants. En ce sens, ils ne se distinguent nullement des vagues précédentes d’immigrés européens. En revanche, phénomène nouveau, les banlieues, proches ou lointaines, ou les petites villes, attirent désormais de plus en plus d’immigrés latino-américains en première installation, informés de meilleures conditions de vie et de logement (New York Times, 29 janvier et 17 octobre 2007). Les petites villes virginiennes de Culpeper et Manassas, dans la grande banlieue de Washington, illustrent parfaitement l’attrait de ces zones plus rurales pour les immigrés d’Amérique latine.

Une exception latino ?

10En 2004, l’essai très polémique du politologue Samuel Huntington sur « le défi hispanique » a relancé le débat sur la capacité d’assimilation de cette communauté et son adéquation à la « culture anglo-protestante » et au « Credo américain », cher à Thomas Jefferson. Les éléments clés de cette culture sont, selon Huntington, « la langue anglaise, le christianisme, l’engagement religieux ; la conception anglaise de prééminence de la loi – incluant la responsabilité des dirigeants et les droits des individus – ainsi que les valeurs protestantes que sont l’individualisme, l’éthique du travail et l’idée que les êtres humains ont la capacité et le devoir d’essayer de créer un paradis sur terre » [Huntington, 2005, p. XVII]

11Le débat lui-même fait d’ailleurs partie intégrante de la tradition américaine puisque, dès le xixe siècle, les immigrés jugés « différents » des premiers colons (Irlandais, Slaves, Italiens, juifs, Asiatiques) ont fait l’objet d’un questionnement similaire. Pourtant, la société et la culture américaines, loin de se désintégrer à leur contact, se sont enrichies des éléments qu’ils leur ont apportés pour devenir ce qu’elles sont aujourd’hui. Pour les grandes associations (Mexican American Legal Defense and Education Fund – MALDEF ; National Council of La Raza ; League of United Latin American Citizens – LULAC) et les leaders hispaniques, ainsi que nombre d’intellectuels de gauche ou centre-gauche (« liberal »), favorables à la politique de la porte ouverte, les 47 millions de Latinos, tout comme les vagues d’immigrés qui les ont précédés, apporteront leur contribution à la construction dynamique de la culture américaine en même temps qu’ils seront transformés par elle.

  • 5  Terme né au milieu du xixe siècle aux États-Unis pour désigner un mouvement hostile aux étrangers. (...)

12Les « nativistes5 » et autres partisans de restrictions à l’immigration en général, latino-américaine et mexicaine en particulier, s’attachent quant à eux à souligner les différences fondamentales existant entre ces immigrés du Sud et les groupes qui les ont précédés au xixe ou xxe siècles.

13En premier lieu, la contiguïté territoriale permet plus facilement d’entrer aux États-Unis, légalement ou clandestinement, en dépit d’une surveillance de plus en plus pointue et d’obstacles multiples. De nos jours, cette facilité est devenue toute théorique, mais elle demeure ancrée dans l’esprit de tous.

14La deuxième différence réside dans « l’exception mexicaine », soulignée par Huntington : en effet, la présence de Mexicains, depuis le xviie siècle, dans ce qui est aujourd’hui le Sud-Ouest des États-Unis, ne permet pas de considérer cette population comme les autres groupes immigrés. Aux États-Unis, aucun autre groupe national n’a immigré vers des terres qui jadis appartenaient à son pays. Ni les Allemands, ni les Irlandais, ni les Slaves, ni les Asiatiques ne se sont trouvés dans cette situation. Ils sont, d’emblée, arrivés dans un pays totalement étranger, ce qui est également le cas des immigrés latino-américains qui ne sont pas d’origine mexicaine. À l’évidence, il existe un lien ombilical entre le Mexique et le Sud-Ouest des États-Unis qui explique la force, la continuité, la pérennité sans doute, du mouvement migratoire vers cette région. Il suffit d’ailleurs de regarder une carte pour se souvenir. San Francisco, Los Angeles, San Diego, El Paso, San Antonio, California… la toponymie même rappelle bien les origines espagnoles de ces terres. Les missions qui émaillent la région apportent un autre témoignage culturel : celui de l’implantation catholique, dans des zones alors fort peu peuplées. Aucun autre groupe ne peut se prévaloir d’un tel lien ancestral avec le territoire états-unien.

  • 6  La crise financière et économique qui a durement frappé les États-Unis ne permet pas encore de rem (...)

15La troisième différence majeure est constituée par la continuité des flux migratoires. En raison de l’existence du gouffre économique persistant entre le Nord et le Sud, entre l’hyper puissance américaine et le monde en développement, en raison des besoins insatiables de l’économie américaine en matière de main-d’œuvre bon marché, en raison enfin de la contiguïté des territoires, cette immigration latino-américaine qui ne cesse de s’amplifier depuis le début du xxe siècle n’est pas près de se tarir, à la différence des autres groupes qui, au bout de quelques décennies, ont cessé ou ralenti leur émigration vers les États-Unis6.

16Enfin, à l’évidence, depuis un quart de siècle, le contexte socio politico culturel des États-Unis, dans un monde interdépendant et globalisé, permet à tout groupe d’immigrants, notamment grâce au formidable développement des moyens de communication, de maintenir un contact étroit avec sa terre natale et, partant, d’éviter une rupture totale. Cela peut contribuer à retarder un processus complet d’assimilation. À ce titre, la comparaison entre les immigrés d’aujourd’hui et ceux d’il y a un siècle, qui vivaient dans un monde drastiquement différent, paraît difficile à établir avec rigueur. Un rapport récent du think tank conservateur Manhattan Institute confirme que les Mexicains ont, parmi les dix principaux groupes d’immigrés, un des taux les plus bas d’intégration économique et civique (naturalisation, engagement dans l’armée), alors que leur intégration culturelle (maîtrise de l’anglais, exogamie, nombre d’enfants et statut marital) se situe dans la moyenne. Le rapport souligne que, souvent coupés de l’accès à l’américanisation le grand nombre de clandestins d’origine mexicaine tirent l’ensemble du groupe vers le bas de l’index d’assimilation [Vigdor, 2008].

Entre hispanisation et acculturation : évolution d’un métissage culturel

17Les quartiers ethniques ont toujours existé aux États-Unis, abritant de tout temps la première génération d’immigrés, voire la deuxième. Une fois mieux établis dans la classe moyenne, leurs enfants et petits-enfants les quittaient pour s’installer dans des quartiers plus huppés, plus « anglos ». À terme, ces rues perdaient leurs caractéristiques « ethniques » pour abriter des populations peu fortunées de toutes origines. Comme les autres, les Hispaniques quittent ces quartiers dès qu’ils ont atteint la classe moyenne. En cela, le processus d’intégration spatiale n’est nullement différent. Sauf que, en raison de l’injection continue de nouveaux immigrés, ces quartiers, loin de perdre leur hispanité, voient leur identité culturelle ethnique se renforcer et se renouveler, d’autant que ce sont parfois des villages entiers qui se recréent dans les zones urbaines américaines (de nombreux villages mexicains possèdent ainsi la moitié de leur population « au Nord »). D’où l’accusation, souvent portée par Samuel Huntington et de nombreux conservateurs, que les Hispaniques refusent de s’intégrer et se replient dans des enclaves. Il n’y a, en réalité, nul refus d’intégration mais, d’une part, il est plus rassurant de vivre au milieu des siens et, d’autre part, l’Amérique s’est de tout temps construite ainsi, la seule différence résidant dans la continuité de l’immigration.

18Dans les zones de nouvelle implantation, certains comtés connaissent aujourd’hui une véritable révolution culturelle. La concentration d’immigrés génère non seulement la création de commerces ethniques mais aussi la mixité dans les églises et les écoles, l’expansion de la langue espagnole, et le développement de loisirs plus latino-américains tels que le football, aux dépens du baseball ou du football américain. À plus long terme, les plus entreprenants des immigrés en viennent à assumer des responsabilités sociales, au sein de syndicats, d’écoles ou de comités de quartiers voire, lorsqu’ils obtiennent la nationalité américaine, à postuler à des responsabilités politiques locales. C’est ainsi que le simple phénomène économique peut conduire, en moins d’une génération, à une redéfinition drastique de la vie culturelle, cultuelle, associative et commerciale d’une localité ou d’un quartier.

19L’Amérique du xxie siècle revêt un peu la forme d’un inventaire à la Prévert ? des instructions en espagnol dans un autobus, une carte téléphonique bilingue, des magazines et des livres en espagnol dans toutes les grandes librairies, des rayons entiers de produits « hispaniques » dans les supermarchés, un restaurant mexicain ou tex-mex à tous les coins de rue, des serveurs d’origine mexicaine ou centraméricaine dans la plupart des restaurants, un Cinco de Mayo célébré à la Maison-Blanche comme dans l’ensemble du pays… le voyageur qui n’est pas revenu aux États-Unis depuis une vingtaine d’années aura à l’évidence quelque mal à reconnaître les lieux.

20L’influence latino est palpable non seulement dans les zones à forte concentration ethnique mais aussi dans toutes les grandes villes. Un faisceau de facteurs explique ce phénomène sans précédent dans son ampleur et sa durée, qui change la physionomie culturelle et populaire de l’Amérique d’aujourd’hui. Cette nouvelle donne résulte en premier lieu de la congruence entre la force migratoire, un taux de natalité élevé (le nombre impacte forcément sur l’environnement) et l’héritage des luttes pour les droits civiques des années 1960 et 1970. Les formulaires, instructions et panneaux bilingues sont nés de la volonté des leaders hispaniques de l’époque de permettre à ceux qui ne maîtrisaient pas la langue anglaise de vivre normalement, sans se sentir exclus. C’est ainsi que fut obtenu en 1975 un amendement à la loi sur le droit de vote de 1965 qui prévoit la traduction en langue étrangère des formulaires de vote dans toutes les circonscriptions à forte concentration d’immigrés. Lorsque la législation, fédérale ou locale, s’allie à la pression du nombre, l’influence – de l’espagnol dans le cas qui nous intéresse ici – ne peut que s’étendre et s’enraciner.

21Au phénomène « légal » s’ajoutent le multiculturalisme politiquement correct hérité des luttes pour les droits civiques des années 1960, désormais érigé en « religion civile des États-Unis » [Jacoby, 2004, p. 7], et la souveraineté du marketing. Aucun secteur économique ne peut demeurer indifférent à l’appel d’une population en constante augmentation, jeune de surcroît (un tiers a moins de 18 ans) et donc à la fois malléable dans ses habitudes et avide de consommation. Il ne nous appartient pas ici de développer la mine d’or que constitue la minorité latino pour les industriels et publicitaires, mais outre le désir de répondre à une demande et à des besoins en produits différents de ceux habituellement achetés par le groupe dominant ou préférés par les Latinos, le secteur économique a clairement réussi à répandre les produits latinos et « tex-mex » dans l’ensemble de la société américaine.

22Car, et c’est là un troisième facteur, qu’il s’agisse d’un produit alimentaire, d’un CD, d’un artiste ou d’une fête, le « produit » latino plaît, séduit et… se vend. L’exemple le plus frappant est probablement celui de la propagation du Cinco de Mayo, en passe de devenir aussi populaire aux États-Unis que la Saint Patrick irlandaise. Célébrant la victoire des Mexicains sur l’armée française en 1862, cette fête, désormais plus populaire aux États-Unis qu’au Mexique même, apparaît comme le triomphe du marketing, pour la plus grande joie des producteurs et distributeurs de bière (Corona), de tequila et d’avocats (guacamole).

23On retrouve un phénomène semblable au sein de la culture télévisuelle. Outre le succès d’actrices revendiquant leur latinité (Eva Longoria), une petite révolution s’est opérée sur le front des telenovelas, ces feuilletons sucrés importés d’Amérique latine et diffusés sur les chaînes hispanophones (Univisión, Telemundo). Des scénaristes et producteurs hispaniques ont commencé à produire leurs propres séries, avec des acteurs immigrés, intégrant certains ingrédients de la réalité de la vie aux États-Unis, et remisant les références à une Amérique latine que beaucoup de Latinos ne connaissent plus. Le but : toucher non plus seulement la première génération d’immigrés, mais aussi leurs enfants et leurs petits-enfants, voire exporter à l’étranger une nouvelle génération de séries américaines, adaptées à la réalité du xxie siècle [Whoriskey, 2006]. Mieux, certaines séries sont en cours d’adaptation pour être diffusées en anglais sur les plus grandes chaînes anglophones… La recette amour haine passion vengeance version latino fonctionne à merveille et Miami, berceau de cette nouvelle industrie, est en passe de devenir l’Hollywood latine, accentuant ainsi sa place de carrefour inter-américain. Il est encore trop tôt pour évaluer cette évolution qui pourrait induire plusieurs conséquences à long terme : une certaine hispanisation de la culture télévisuelle américaine, l’exportation en Amérique latine d’un nouveau modèle, non plus « anglo » mais… latino made in USA, ainsi qu’une remise en question des programmes traditionnels des médias hispanophones. Le tout participant de la transnationalisation et de la mondialisation des échanges culturels et d’une assimilation qui, dans le cas des Hispaniques, ne se fait pas sans contrepartie, à savoir leur propre influence sur la culture dominante.

24Outre ces phénomènes de mode, l’influence hispanique s’insinue lentement dans le quotidien du groupe dominant de manière plus indirecte. La présence de nombreux employés mexicains ou centraméricains dans les restaurants implique des changements réels dans la confection des plats, exotisme au demeurant plébiscité par les Américains qui ont toujours bien accueilli les apports gastronomiques des immigrants. Dans le secteur du bâtiment, le recrutement massif des ouvriers latinos modifie certaines conceptions de l’habitat. L’omniprésence d’employés de maison originaires du Sud induit également une interaction entre des modes de vie différents et, à terme, des changements allant de l’imperceptible au flagrant. Pour toutes ces raisons, la société américaine du xxie siècle connaît une forme d’hispanisation, même si celle-ci demeure superficielle et souvent anecdotique, non pas en raison d’un quelconque élan de « reconquête » économique ou culturelle mais bien en raison de la séduction qu’exerce sur le groupe dominant l’exotisme de « l’objet » latino. La mode latino fonctionne fort bien et reçoit tous les encouragements du système économique.

  • 7  Benjamin Cardozo, juge à la Cour suprême de 1932 à 1938 et d’origine portugaise, pourrait en fait (...)

25Les Latinos s’installent aussi durablement dans le paysage politique national. Depuis une vingtaine d’années, tous les présidents ont nommé quelques-uns d’entre eux à la tête de ministères d’importance inégale. George W. Bush a donné un réel coup d’accélérateur en nommant le premier garde des Sceaux hispanique (Alberto Gonzalez). C’est également lui qui a convaincu le parti républicain de choisir à sa tête le Cubain-Américain Mel Martinez. Même si ni l’un ni l’autre n’iront au bout de leur mandat, ces deux nominations constituent une évolution historique. Le ton est donné : les Latinos sont désormais présents au plus haut niveau de l’État fédéral. C’est dans ce cadre que s’inscrivent les choix du président Obama. La communauté hispanique attendait de lui un geste fort, politiquement crucial, qui ne soit pas en deçà de ce qu’avait fait son prédécesseur. Obama jouera donc sur l’effet « double minorité ». Ce sont en effet les Latinas qui sont en première ligne ? Hilda Solis au département du Travail, Cecilia Muñoz au sein de la Maison-Blanche et surtout la Portoricaine Sonia Sotomayor, premier juge hispanique nommé à la Cour suprême7. Au plus haut niveau de l’État, c’était le seul pouvoir où les Latinos n’avaient pas de représentation. C’est désormais chose faite. Au-delà du signe politique, particulièrement fort, la nomination d’un juge à la Cour suprême revêt une double importance pour la communauté latino. Tout d’abord, Sotomayor est nommée à vie, ce qui implique une influence plus durable que celle des politiques, aux nominations éphémères. Par ailleurs, gardiens de la Constitution, les juges de la Cour suprême influent en profondeur sur la société américaine. Ce sont eux qui ont avalisé la ségrégation raciale en 1896, eux encore qui l’ont démantelée en 1954, eux toujours qui ont accordé le droit à l’avortement, eux enfin qui ont maintenu le système de discrimination positive envers et contre toutes les attaques. La Cour suprême est l’arbitre de tous les débats sociétaux. Latina, Sonia Sotomayor l’est et le revendique. Elle contribuera sans doute à préserver un système de préférence pour les minorités, mais il serait erroné de croire que ses décisions seront systématiquement guidées par son ethnicité. Celle-ci ne constitue qu’un élément parmi d’autres.

26Enfin, l’impact hispanique sur l’évolution de la religion est patent. 45 % de la minorité fréquente l’église au moins une fois par semaine. Les deux tiers choisissent des églises avec un ministre du culte latino et des services en espagnol [Pew Hispanic Center, 2007]. Deux tiers restent fidèles au catholicisme et ils constitueront bientôt une majorité des catholiques aux États-Unis, induisant de réels bouleversements dans une Église dominée depuis un siècle et demi par Irlandais, Italiens et Polonais. Dans le même temps, la protestantisation des Hispaniques gagne du terrain ? si 18 % des immigrants se déclarent protestants (la plupart se sont convertis dans leur pays natal), ils sont près d’un tiers au sein de la troisième génération, mettant ainsi en évidence le lien entre acculturation, américanisation et protestantisme. Cette poussée oblige l’Église catholique à réagir : elle recrute prêtres et séminaristes au Mexique, au Venezuela ou en Colombie et les amène aux États-Unis pour qu’ils puissent établir une relation d’empathie culturelle avec les immigrants. Un nombre croissant d’églises adoptent également des pratiques « charismatiques », proches des Pentecôtistes, pour mieux répondre aux demandes des 54 % de Latinos qui s’identifient comme « charismatiques ». Enfin, elle tente d’imiter les protestants dans leur action au sein de la communauté et se montre plus à l’écoute des revendications sociales de ses fidèles. C’est ainsi que la religion constitue aujourd’hui un des principaux terrains d’influences croisées.

27La minorité hispanique, certes hétérogène et plurielle, son influence, les défis et enjeux qu’implique sa présence, font non seulement désormais partie intégrante de la société américaine mais la transforment inévitablement, diffusant les couleurs latinos à travers l’ensemble de sa « mosaïque », en même temps qu’ils sont eux-mêmes transformés par l’expérience états-unienne. Ainsi en témoignent la poussée protestante, l’accès à la propriété et à la création d’entreprises, plus facile aux États-Unis qu’en Amérique latine – mais non dénué de pièges (subprimes) –, le changement des habitudes de consommation et d’alimentation dès la seconde génération ou chez les jeunes immigrés, l’initiation à, ainsi que l’engagement dans la démocratie participative. Même si les Latinos gardent un lien sentimental avec le pays de leurs ancêtres, dès la seconde génération ils sont pleinement américains, tout comme les immigrés qui les ont précédés : ils partagent alors les valeurs « américaines » chères à Huntington, tout en souffrant des relents xénophobes qui perdurent jusque dans l’Amérique du xxie siècle, pourtant si prompte à absorber les apports « exotiques ». Entre hispanisation et acculturation, le lien unissant les Latinos à la société américaine s’avère puissant, complexe, ambigu, paradoxal, à l’image de la relation amour/haine, attraction/répulsion qui a toujours caractérisé celle, plus large, entre l’Amérique latine et les États-Unis. Au-delà des querelles culturelles et identitaires, la minorité latino se situe au carrefour de deux zones géographiques et culturelles distinctes et tente d’inventer une voie hybride. Par son influence sur la société américaine, elle offre un contrepoint intéressant à l’implantation états-unienne en Amérique latine.

Haut de page

Bibliographie

Clark Victor S., « Mexican Labor in the United States », Bulletin of the Department of Labor, n° 78, Washington, Government Printing Office, 1908.

Cromartie John, Kandel William, New Patterns of Hispanic Settlement in Rural America, Economic Research Service, U.S. Department of Agriculture, May 2004, http://www.ers.usda.gov/Publications/RDRR99/

Frey William H., Diversity Spreads Out: Metropolitan Shifts in Hispanic, Asian, and Black Populations Since 2000, Washington, D. C.: The Brookings Institution, mars 2006, 27 p.

Huntington Samuel, « The Hispanic Challenge », Foreign Policy, mars-avril 2004.

Huntington Samuel, William, Who are We ?, London, The Free Press, 2005, 428 p.

Jacoby Tamar, Reinventing the Melting Pot: The New Immigrants and What It Means to Be American, New York, Basic Books, 2004, 335 p.

New York Times, « Hispanics in U.S. Feel Pull of the Suburbs », 29 janvier 2007 ; « In Shift, 40 % of Immigrants Move Directly to Suburbs », 17 octobre 2007.

Pew Hispanic Center, Statistical Portrait of Hispanics in the United States, 2007. Tables 12 et 13. http://pewhispanic.org/files/factsheets/hispanics2007/Table-12.pdf http://pewhispanic.org/files/factsheets/hispanics2007/Table-13.pdf

Pew Hispanic Center, Changing Faiths: Latinos and the Transformation of American Religion, 25 avril 2007, http://www.pewhispanic.org/reports/report.php?ReportID=75

Pew Hispanic Center, Mexican Immigrants: How Many Come, How Many Leave, 22 juillet 2009, http://www.pewhispanic.org/reports/report.php?ReportID=112

Rivera Geraldo, His Panic: Why Americans Fear Hispanics in the U.S., New York, Penguin Books, 2008, 272 p.

Tomás Rivera Policy Institute, « El sueño de su casa: The Homeownership Potential of Mexican-Heritage Families », mai 2004, 27 p. http://www.trpi.org

U.S. Census Bureau, Release, State and County Data, Depicting Nation’s Population Ahead of 2010 Census, 14 mai 2009, http://www.census.gov

U.S. Census Bureau, Facts for Features, Hispanic Heritage Month, 15 juillet 2009 http://www.census.gov/Press-Release/www/releases/archives/facts_for_features_special_editions/013984.html

Vigdor Jacob L., Measuring Immigrant Assimilation in the United States, Manhattan Institute, mai 2008, http://www.manhattan-institute.org/html/cr--_53.htm

Whoriskey Peter, « Latin American Melodramas That Are Made in the USA », Washington Post, 5 juillet 2006, http://www.washingtonpost.com

Haut de page

Notes

1 Nous emploierons indifféremment l’un ou l’autre terme. « Hispaniques » domine dans les statistiques officielles ; « Latinos » est plus répandu dans la presse.

2 Les origines nationales se répartissent approximativement ainsi ? : 64 % Mexique, 9 % Porto Rico, 7 % Amérique centrale, 7 % Amérique du Sud (Colombiens et Équatoriens en tête), 3,5 % pour Cuba et 2,7 % pour la République dominicaine. Pour les dernières statistiques actualisées, voir U.S. Census Bureau, 2009, Facts for Features, Hispanic Heritage Month, http://www.census.gov/Press-Release/www/releases/archives/facts_for_features_special_editions/013984.html

3  Le traitement de la question hispanique apparaît moins provocateur dans l’ouvrage, où l’argumentation est plus riche, que dans l’essai.

4  Propos confirmés lors d’entretiens avec le consul mexicain Francisco Anza (San Diego, Californie, août 2006) et avec un groupe d’immigrés, Migrantes por Ayoquezco (État de Oaxaca), établis à San Marcos, au nord de San Diego.

5  Terme né au milieu du xixe siècle aux États-Unis pour désigner un mouvement hostile aux étrangers. Les nativistes préconisent une politique favorisant clairement les Américains de souche aux dépens des immigrés.

6  La crise financière et économique qui a durement frappé les États-Unis ne permet pas encore de remettre ce schéma en question. Certes, en 2008, les flux d’immigration clandestine en provenance du Mexique ont baissé de presque 40 % par rapport à 2004, mais les flux des migrants détenteurs de visas sont en revanche demeurés stables.

7  Benjamin Cardozo, juge à la Cour suprême de 1932 à 1938 et d’origine portugaise, pourrait en fait avoir été le premier Hispanique à siéger dans cette vénérable institution. Tout dépend de la définition que l’on donne de l’identité hispanique, si celle-ci inclut les Portugais et leurs descendants ou non. Le débat n’est pas nouveau et est régulièrement relancé.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Isabelle Vagnoux, « Latinos USA : les Hispaniques dans la société américaine au début du xxie siècle », Cahiers des Amériques latines, 59 | 2008, 145-158.

Référence électronique

Isabelle Vagnoux, « Latinos USA : les Hispaniques dans la société américaine au début du xxie siècle », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 59 | 2008, mis en ligne le 31 janvier 2013, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/cal/1573 ; DOI : 10.4000/cal.1573

Haut de page

Auteur

Isabelle Vagnoux

Isabelle Vagnoux est professeur des universités (Aix-Marseille), spécialiste d’histoire et de politique étrangère américaines, notamment des relations entre les États-Unis et l’Amérique latine ainsi que de la minorité hispanique. Outre de nombreux articles dans des revues comme Revue d’Histoire, Vingtième Siècle, elle a publié Les Hispaniques aux États-Unis (PUF-Que sais-je, 2000), Les États-Unis et le Mexique : histoire d’une relation tumultueuse (L’Harmattan, 2003) et a codirigé Les États-Unis et le monde aujourd’hui (Éditions de l’Aube, 2008), Les relations interaméricaines en perspective : entre crises et alliances (Éditions de l’Institut des Amériques/Documentation française, 2009). Elle est déléguée Recherche de l’Institut des Amériques. (isabelle.vagnoux@univ-provence.fr)

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • OpenEdition Journals