Navigation – Plan du site
Lectures

Jordana Dym et Christophe Belaubre (éd.), Politics, economy and society in Bourbon Central America (1759-1821)

Boulder, University Press of Colorado, 2007
Pierre Ragon
p. 213-216
Référence(s) :
Jordana Dym et Christophe Belaubre (éd.), Politics, economy and society in Bourbon Central America (1759-1821), Boulder, University Press of Colorado, 2007, 310 p.

Texte intégral

1Cette œuvre collective est issue d’une collaboration internationale ayant rassemblé une dizaine de chercheurs états-uniens, français et centraméricains à l’occasion du congrès international de la Latin American Studies Association (Dallas, février 2003). À partir de l’exemple de l’Amérique centrale, brossant un vaste panorama des questions politiques, économiques, sociales mais aussi culturelles, cette équipe se propose avant tout d’apporter sa pierre à l’étude de l’impact des réformes engagées par les Bourbons. Délaissant les approches de l’indépendance menées à l’aide d’analyses qui empruntent à la science politique, les auteurs se placent en amont de l’éclatement politique du monde hispanique et se proposent, selon un questionnement tout aussi classique, d’examiner la manière dont le programme réformiste des Bourbons fit entrer les possessions centraméricaines dans une ère de turbulences.

2De fait, l’espace centraméricain fit l’objet d’attentions réformatrices précoces (dès les années 1730), en raison de son intérêt stratégique au cœur d’une zone militairement vulnérable. Malgré tout, il se singularise, au sein de l’Amérique espagnole, comme une aire de relative quiétude, puisque à la différence d’autres régions celle-ci ne connut, durant cette période, ni révoltes indigènes ni menées indépendantistes de la part des élites créoles. À travers neuf articles, sans a priori, mêlant les études de cas et les tentatives de synthèse à l’échelle régionale, les auteurs de ce volume interrogent cet apparent paradoxe. Leur réponse est nuancée : constatant le très inégal achèvement des différentes tentatives de réforme introduites par les Bourbons, la variabilité des réponses locales et le caractère parfois imprévisible des transformations induites par les initiatives royales, ils esquissent le tableau d’évolutions complexes aux conséquences souvent contradictoires. En rationalisant l’administration, les réformes bourboniennes visaient à renforcer le contrôle du pouvoir royal sur les hommes et sur les territoires. Presque toujours, ce fut au prix d’un accroissement du prélèvement fiscal et d’une homogénéisation des statuts qui aboutit au démantèlement (partiel) des privilèges des corps anciens, notamment ceux de l’Église et des villes issues de la conquista. Ce faisant, le renforcement de l’État, pas toujours conduit de manière efficace, n’aboutit pas nécessairement à l’affaiblissement des corporations. Par ailleurs, en développant l’éducation, en élargissant l’accès au statut de ville et en soutenant l’activité économique, cette politique éclairée visait à dynamiser la société civile : les secteurs les plus mobiles (il semble que ce furent les castas et les gens des métiers) en tirèrent avantage au détriment des autres. En Amérique centrale, l’histoire de cette « révolution atlantique » qui finit par la happer n’était donc pas écrite a priori. Au cours des dernières années de la domination espagnole, « cette société très hétérogène demeura fragmentée et différenciée » (p. 9). Comme le montre Gustavo Palma Murga, la diversité des réponses que les acteurs locaux apportent aux défis posés par la politique de libéralisation économique et les contraintes de la guerre l’illustre de manière particulièrement éloquente. Plus généralement, si ces évolutions contradictoires n’engagèrent pas à proprement parler les différents segments de la société dans un jeu à somme nulle, les évolutions qu’elle connut furent suffisamment divergentes pour qu’aucun mouvement d’ensemble ne poussât l’Amérique centrale sur la voie de la révolution sociale ou même de l’indépendance politique : celle-ci n’intervint qu’une fois consommée celle du Mexique et elle emprunta la voie de la « révolution conservatrice » tracée par le plan d’Iguala.

3Bien des études ici rassemblées illustrent la forte résistance des populations et des autorités locales face aux exigences d’un pouvoir monarchique qui se trouvait presque toujours réduit à négocier et à transiger avec ses interlocuteurs. Alors que les réformes bourboniennes visaient en dernier ressort à renforcer les capacités de défense de l’empire, Madrid échoua franchement, malgré la mise en place du système des intendances et quelques tentatives de peuplement, à reprendre en main la côte des Mosquitos, domaine des « Indiens de guerre », des cimarrones et des contrebandiers étrangers. Ici, à cette date pourtant tardive, la présence espagnole était une trop grande nouveauté (article de Doug Thompson). De même, la population de Quetzaltenango, tous groupes confondus, s’opposa victorieusement à la Couronne lorsque celle-ci tenta de lui imposer son monopole sur l’eau-de-vie. Le pouvoir royal dut alors se contenter d’une simple taxe sur le commerce de l’alcool (article de Jorge A. González). De manière analogue, le mouvement général qui aboutit au renforcement du pouvoir de l’État au détriment de celui de l’Église ne fut pas aussi univoque qu’on pourrait le penser. Si Sajid Alfredo Herrera, qui étudie le développement de la scolarisation dans le Sonsonate et la province de San Salvador, conclut bien à la marginalisation de l’autorité ecclésiastique, Eugenia Rodríguez Sáenz, qui examine les relations de genre, et Christophe Belaubre, qui étudie le pouvoir des administrateurs des biens ecclésiastiques, aboutissent à des conclusions plus nuancées. Dans le premier cas, il apparaît que l’État fut incapable, sans l’appui des autorités ecclésiastiques, de répondre à la demande sociale en matière de police des mœurs ; dans le second, les attaques contre l’institution ecclésiastique et son emprise sur la société n’empêchèrent pas le développement de son pouvoir financier…

4À l’extrême opposé, mais d’une manière rarement prévue et peu maîtrisée, il arrive que les effets produits dépassent les intentions du pouvoir. Ainsi le renforcement de la société civile, l’autonomisation d’acteurs individuels modernes tels que les hommes de finances (article de Christophe Belaubre), les entrepreneurs, les négociants (Gustavo Palma Murga), les acteurs politiques (Jorge H. González, Timothy Hawkins) ou encore le renouveau d’organismes représentatifs tels que les municipalités (Jordana Dym) esquissent-ils un mouvement d’ensemble qui engage la société d’Ancien Régime dans de profondes mutations. Certains auteurs voient là les premiers linéaments des processus qui commandent les conflits sociaux et informent les débats politiques durant les décennies qui suivent les indépendances.

5Mais l’enseignement majeur de cette série d’études est peut-être ailleurs : comme bon nombre d’auteurs le relèvent et comme le souligne Stephen Webre dans la conclusion qu’il donne à l’ouvrage, les réformes bourboniennes n’eurent pas la cohérence qu’on leur prête trop souvent. Si la Couronne avait bien un projet, elle ne put le mettre en œuvre de manière systématique et n’avança qu’à petits pas et dans les directions qui s’offrirent à elle au gré des opportunités rencontrées : l’épisode du transfert de la ville de Guatemala après le tremblement de terre de 1773 en est l’exemple le plus fameux (Jordana Dym, p. 81 et suiv.). En outre, nombre des transformations économiques et sociales que connut l’Amérique centrale dans les dernières décennies du xviiie siècle découlèrent d’évolutions générales dont la logique échappait aux acteurs politiques et dont les contemporains ne furent pas nécessairement conscients : expansion démographique, prodromes de la révolution industrielle en Europe, extension et récurrence des conflits armés dans l’aire atlantique, participation de certains secteurs des élites créoles au mouvement des Lumières, etc. Dans des domaines où les synthèses ne sont pas si nombreuses, ce tableau nuancé et informé apporte tant à la connaissance du xviiie siècle centraméricain qu’à la compréhension du développement des réformes bourboniennes en Amérique. Les contributions généralement fort riches sont souvent servies par des analyses d’une finesse nuancée. Elles sont mises en valeur par une cartographie soignée, un index et une bibliographie générale. Ce livre devrait donc désormais figurer en bonne place dans toute bibliothèque américaniste.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Ragon, « Jordana Dym et Christophe Belaubre (éd.), Politics, economy and society in Bourbon Central America (1759-1821)  », Cahiers des Amériques latines, 53 | 2006, 213-216.

Référence électronique

Pierre Ragon, « Jordana Dym et Christophe Belaubre (éd.), Politics, economy and society in Bourbon Central America (1759-1821)  », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 53 | 2006, mis en ligne le 31 janvier 2013, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/cal/1673

Haut de page

Auteur

Pierre Ragon

Université de Rouen/CREDAL, UMR 7169

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • OpenEdition Journals