Navigation – Plan du site
Études

L’application de la Convention sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes en Bolivie

Le cas des droits reproductifs et sexuels à La Paz et El Alto
Virginie Rozee
p. 191-208

Résumés

La Convention sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes (CEDAW) est un outil international clé pour le progrès de l’égalité de genre et la défense des droits des femmes, nécessaire mais non suffisant pour améliorer la condition et la situation de ces dernières. La Bolivie a ratifié la CEDAW en 1989, s’engageant ainsi à mettre en place des dispositifs sociaux et légaux en faveur de la communauté féminine et à appliquer notamment les droits reproductifs (puis sexuels), un des principaux thèmes de la Convention. Cette ratification est accompagnée de l’adoption d’importantes mesures qui promeuvent ces droits. La réalité sociale de la santé reproductive et sexuelle, évaluée par des indicateurs qui rendent compte de l’exercice de ces droits afférents, montre alors une certaine amélioration. Mais cette réalité, observée et dénoncée, reste très fortement marquée par des grossesses non planifiées et non désirées, révélatrices d’un choix reproductif relatif, et par un grand recours à l’avortement clandestin (illégal dans le pays) qui alimente un taux élevé de mortalité maternelle. Les femmes de La Paz et d’El Alto, rencontrées lors de l’étude présentée ici, doivent faire face à de nombreuses barrières politiques, sociales, culturelles et médicales, qui engendrent peu de répercussions et réappropriations des principes internationaux, une maternité volontaire peu fréquente et une faible autonomie des décisions reproductives et sexuelles.

Haut de page

Texte intégral

1La discrimination à l’égard des femmes (on parle plus tard de discrimination de genre), générale et universelle, constitue une préoccupation de la Communauté internationale depuis de nombreuses décennies, depuis notamment la création des Nations unies en 1946. Des études statistiques, menées et financées par cette instance, ont prouvé que l’égalité des droits des femmes influait sur le bien-être de la société, et « la dévalorisation de la femme fut identifiée comme cause et effet du sous-développement et liée aux problèmes de pauvreté, surpopulation, analphabétisme, dénutrition et insalubrité » [Binstock, 1998, p. 10]. Le thème gagne en visibilité lors de la Première Conférence mondiale sur la femme, à Mexico en 1975, où apparaît la nécessité de créer un instrument qui rappellerait et protègerait les droits humains des femmes, non assumés et non appliqués malgré la Déclaration universelle des droits de l’homme de 1948.

2C’est ainsi qu’en 1979, l’Assemblée générale des Nations unies adopte la Convention sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes, plus communément appelée CEDAW, son abréviation anglaise, ou Convention de la femme. Cette Convention propose une révision des droits humains afin d’y intégrer de façon explicite les droits des femmes. Elle insiste particulièrement sur leur statut juridique, sur leur droit de procréer, et sur les incidences de la culture et de la tradition qui peuvent parfois limiter l’exercice de leurs droits fondamentaux.

3La CEDAW devient dès lors le principal instrument défendant les droits humains des femmes, et le plus signé des traités onusiens. En la ratifiant, les États parties s’engagent à mettre en place des dispositifs légaux et sociaux pour promouvoir les femmes et faire disparaître la discrimination à leur égard. Cette convention est plus tard renforcée et surtout rappelée par d’autres instruments internationaux tels que le Programme d’action du Caire (en 1994), et la Plateforme d’action de Beijing (en 1995).

4La Convention de la femme fut ratifiée par tous les pays d’Amérique latine. Mais la mise en parallèle des applications et des réappropriations des principes de l’instrument international, devenu norme nationale, avec les réalités sociales et politiques souligne un important décalage entre les avancées politiques et normatives et la situation et la condition des femmes dans la région, entre l’égalité de droit et celle de fait. La Bolivie, État partie de la CEDAW depuis 1989, illustre parfaitement les controverses et ambiguïtés de l’injonction internationale en matière de droits humains des femmes. Des mesures gouvernementales sont prises par les gouvernements successifs notamment en matière d’éducation, de travail, de participation et représentation politiques et de violence intrafamiliale, des mesures dont la réalisation et la répercussion marquent des progrès dans la communauté féminine. Mais une telle législation, protectrice du droit des femmes, se heurte à certaines résistances et difficultés quant à son application. La société bolivienne typiquement multi sociale, multiculturelle, comporte une part de traditions et de nouveautés inextricablement mêlées. Parallèlement, la Bolivie connaît d’importants problèmes de pauvreté dans une conjoncture sociopolitique instable et difficile. Enfin, la domination masculine est fortement ancrée dans la société et le monde politique. Les normes culturelles pèsent donc, et les mentalités semblent plus lentes à changer que les lois. La Bolivie connaît pourtant une importante expérience politique organisée, une remarquable mobilisation des femmes, populaires notamment, dont une des figures clés reste Domitila Barrios de Chungara, femme de mineur qui s’est battue pour les femmes et contre la dictature. Les femmes du peuple de Bolivie ont toujours tenu un rôle significatif dans les luttes de libération et dans les mouvements sociaux. Les féministes boliviennes sont également des actrices clés pour le changement de la condition féminine et l’adoption de lois. Elles luttent et se mobilisent aujourd’hui pour l’application et la réalisation de l’exercice des droits reproductifs et sexuels.

De la Cedaw en Bolivie aux droits reproductifs et sexuels à La Paz et El Alto

5Les droits reproductifs et sexuels constituent une nouvelle génération de droits revendiqués et reconnus récemment par la Communauté internationale comme droits humains, à la Conférence sur la population et le développement au Caire en 1994, et celle sur la femme, à Beijing en 1995 notamment. Pour de nombreux auteurs et scientifiques féministes, ils seraient la clé de la libération féminine : « la libération des femmes commence au ventre », déclarait Simone de Beauvoir [Beauvoir, 1949]. La discrimination envers les femmes est souvent justifiée par le sexe, ou plutôt par la maternité des femmes. Françoise Héritier affirme en effet que ce n’est pas le sexe mais la fécondité qui fait la différence réelle entre le masculin et le féminin. Le rôle procréateur des femmes, imposé par la société et la culture, les rend vulnérables à une série de pratiques discriminatoires, qui ont pour origine la perception de ces dernières comme cantonnées à la reproduction et à l’éducation des enfants.

6La CEDAW promeut de façon implicite l’application légale et sociale des droits reproductifs des femmes, entendus comme « les [mêmes] droits de décider de façon libre et responsable du nombre de leurs enfants et l’intervalle entre les naissances, et d’avoir accès à l’information, l’éducation et les moyens qui permettent d’exercer ce droit » [CEDAW, 1979, article 16 e]. Ces droits sont réaffirmés lors des Conférences du Caire et de Beijing, où est introduite la notion de « droits sexuels », définis comme « droits des femmes [qui] incluent leur droit à avoir un contrôle sur les questions relatives à leur sexualité, y compris leur santé reproductive et sexuelle, et à décider librement par rapport à ces questions, sans être sujettes à la coercition, la discrimination et la violence » [Plateforme d’action de Beijing, 1995, paragraphe 96].

  • 1 Comme le signale un document de travail de la Coordinadora de la Mujer, organisation non gouverneme (...)

7En ratifiant la CEDAW, et plus tard les Programmes d’action du Caire et de Beijing, l’État bolivien reconnaît officiellement les droits reproductifs et sexuels des femmes et s’engage à les promouvoir et les appliquer dans les réalités politiques et sociales. Comment ces droits, à travers la contraception et l’avortement (deux composantes clés)1, sont-ils alors normalisés et promus dans le monde politique bolivien ? Quelles en sont les expressions légales et sociales ? Et surtout, quelle en est la réappropriation par les femmes : peut-on parler à leur égard de maternité volontaire et d’autonomie des décisions reproductives et sexuelles ?

  • 2 2. Les « cholas » ou « cholitas » sont les femmes d’origine indigène, aymara ou quechua, que l’on r (...)

Photo n° 1. Cholitas2 manifestant à La Paz

Photo n° 1. Cholitas2 manifestant à La Paz

Cliché de Christian Lombardi

8Ces questions ont fait l’objet d’une étude sociologique à La Paz et El Alto, entre 2001 et 2006. La Paz est le siège du gouvernement bolivien. C’est précisément là que sont prises les décisions politiques, mais aussi que s’organise la mobilisation sociale. El Alto, ancien quartier marginal de la capitale, est une ville limitrophe. Il était donc intéressant de voir comment se répercutent et s’appliquent directement auprès de la population les mesures et les actions sociales et politiques là où elles sont adoptées et développées. De plus, les caractéristiques politiques, sociales et culturelles en matière de santé reproductive et sexuelle de ces deux univers urbains se sont avérées intéressantes pour l’étude.

9Dans ces deux villes, des entretiens qualitatifs furent conduits auprès de chercheurs et d’universitaires, de responsables politiques, de médecins, de coordinateurs et coordinatrices de projets nationaux et internationaux, soit auprès de plus de cent personnalités liées à la problématique étudiée, qui normalisent et administrent le thème des femmes et de leur santé reproductive et sexuelle. Furent également menées des observations spontanées au sein d’institutions gouvernementales, telles que le ministère de la Santé et ses dépendances, d’ONG telles que le Centro de Información y Desarrollo de la Mujer (CIDEM), la Coordinadora de la Mujer et autres groupes féminins et féministes, et enfin d’organisations internationales, celles de la coopération ou des Nations unies implantées dans le pays.

10Nous nous sommes ensuite immergées quotidiennement dans les services gynécologiques et obstétricaux de trois hôpitaux publics de La Paz et El Alto. Nous avons choisi ces établissements car, étant publics, ils appliquent directement les mesures de santé du gouvernement, et les femmes qui s’y rendent ne présentent aucune caractéristique particulière et sont à cet endroit exposées à exercer leurs droits reproductifs et sexuels. Là, nous avons discuté avec plus de cent quatre-vingt femmes hospitalisées, parturientes et consultantes extérieures pour connaître, à partir de leurs propres discours, leurs expériences sur leur vie reproductive et sexuelle. Ces entretiens informels ont suivi les principes méthodologiques du « Diálogo de Saberes » (Dialogue des Savoirs), méthodologie d’investigation qualitative reprise et développée par Susanna Rance, qui s’inspire des théories et pratiques de l’Éducation populaire des années 1970 [Rance, 2002].

11Le « Diálogo de Saberes » appréhende la recherche comme un dialogue entre l’enquêteur et l’enquêté, comme un échange de connaissances, d’expériences et d’idées qui va au-delà d’un profit instrumental ou d’une confirmation de théorie. Dans ce contexte, la conversation ne suit pas les formalités protocolaires de l’entretien, et privilégie ce que les personnes rencontrées veulent raconter. Celles-ci deviennent des sujets actifs et réceptifs de la recherche et contribuent notamment à connaître et à transformer la réalité dans laquelle elles sont impliquées.

12Cette méthodologie d’investigation-action, qui promeut le changement social en forme concertée avec le groupe humain impliqué, repose sur une volonté d’écoute, de concevoir l’entretien comme dialogue constructif, selon un processus de préparation préalable. La personne consultée peut alors se confier, dialoguer librement et si elle le souhaite, sans jugement de valeur, préjugé ou méfiance. Ceci constitue également en soi la limite de cette méthode, étant donné qu’il est impossible d’évaluer la pratique à partir du discours présenté. Cependant, cette méthode nous a permis d’avoir une écoute attentive, d’être bien acceptées par les femmes interviewées, et de recueillir ainsi de nombreuses histoires personnelles et pertinentes pour l’étude.

13Nous avons également mené, au sein de ces hôpitaux et autres centres de santé, des observations participantes permanentes, pour connaître le milieu médical relatif à la santé reproductive et sexuelle, et les opportunités offertes aux femmes pour exercer leurs droits en matière de reproduction et de sexualité. L’information recueillie fut parallèlement complétée par l’organisation et la réalisation d’ateliers au sein de groupes de femmes de quartiers populaires de La Paz et El Alto, tels que les « Manzaneras de Salud » ou les « Centros de Madres », soit auprès d’une quarantaine de femmes. Ces ateliers, qui portaient sur le thème de la santé maternelle et féminine, suivirent également la méthodologie du « Diálogo de Saberes » et consistaient ainsi à construire des espaces de réflexion collectifs et participatifs sur la santé des mères et des femmes en général, en considérant les idées, connaissances et pratiques de chaque participante.

La réalité sociale des droits reproductifs et sexuels

14Lorsque nous demandions aux femmes hospitalisées dans les maternités de raconter l’histoire du nouveau-né, comment celui-ci était arrivé au monde, certaines ont décrit leur grossesse comme décidée et planifiée, mais la plupart des mères ont expliqué que leur grossesse était complètement imprévue, fruit d’un accident, d’une négligence ou d’un viol :

« C’est mon deuxième bébé […] mais le premier fut planifié […]. Lui, ce fut un peu une négligence de ma part… […] » (mère de 33 ans, deux enfants, en union libre) ; « […] Il n’a pas été planifié… Ça a été un accident… » (mère de 34 ans, deux enfants, mariée) ; « Autrement dit s’il a été… s’il a été… et… comment on dit… planifié […]. Non, non il n’a pas été planifié. Et je prenais des pilules contraceptives… Et j’ai arrêté de les prendre et… je suis tombée enceinte… et je suis tombée enceinte et j’ai décidé de l’avoir c’est tout […]… et puis il est né » (mère de 22 ans, un enfant, mariée).

  • 3 En Bolivie, on considère que l’infusion de camomille a un principe actif et nocif contre la grosses (...)

15Certaines femmes disaient alors qu’elles avaient regretté ou regrettaient leur grossesse. Qu’il ne soit pas programmé ne signifie pas pour autant que le bébé n’était pas attendu avec amour et désiré, et les femmes montraient à cet égard un important dévouement (en cas de complication de la santé du nouveau-né par exemple) : « Ça a été un accident… mais il est bien désiré, aimé […], il a été bien attendu. C’est ma vie ». Cependant, des observations et des entretiens de futures mères hospitalisées ont permis de soupçonner des grossesses non désirées. Ces femmes dont la grossesse était menacée refusaient de prendre le traitement ou voulaient rentrer chez elles à tout prix, même si cela signifiait la perte du futur enfant. Au lieu d’être soignées pour menace d’avortement ou d’accouchement prématuré, elles demandaient et signaient, contre avis médical, une autorisation de sortie. D’autres femmes hospitalisées ont déclaré ou ont été suspectées par le personnel médical d’avoir ingéré des substances réputées avoir des principes actifs sur les grossesses, des infusions de camomille en particulier3.

16Au niveau national, des études et enquêtes rendent également compte d’un important nombre de grossesses non planifiées et surtout non désirées. Le taux de fécondité est évalué à 4,2 enfants par femme, alors que le taux désiré atteint 2,6 enfants par femme [ENDSA, 1998]. À moindre échelle, il fut en effet observé dans les hôpitaux que de nombreuses femmes avaient eu plus d’enfants qu’elles n’en souhaitaient.

Photo n° 2. Mère bolivienne avec ses trois enfants à La Paz

Photo n° 2. Mère bolivienne avec ses trois enfants à La Paz

Cliché de Fred Savariau

  • 4 On peut parler ici de « malthusianisme de la pauvreté » [Cosio Zavala, 1992].

17Ces grossesses non planifiées et non désirées sont justifiées, entre autres, par des demandes et besoins en planification familiale non satisfaits. Des discussions avec des femmes hospitalisées et avec les participantes des ateliers organisés, ainsi que des observations au sein des services gynécologiques et obstétriques ont rendu compte d’une importante demande pour planifier la famille. Quand nous demandions aux mères si le nouveau-né allait avoir des frères ou des sœurs, la plupart répondaient qu’elles préféraient attendre un peu avant de décider d’avoir un autre enfant, ou expliquaient qu’elles n’en voulaient plus, en avançant des raisons telles que la douleur de la grossesse et de l’accouchement, l’incompatibilité avec le travail, les difficultés économiques4, et les priorités et préférences accordées à une éducation de qualité pour les enfants : « Non […]. Travailler et tout et ça non […]. À quoi ça sert de le mettre au monde et ne pas lui donner l’attention […], avec [un seul enfant], tu vois ce qui lui plaît, ce dont il a besoin, ce qu’il veut en particulier » (mère de 22 ans, un enfant, célibataire).

18Ces remarques rejoignent les conclusions des enquêtes boliviennes officielles. Selon l’Enquête nationale de démographie et santé (ENDSA) de 1998, le pourcentage de femmes qui ne désirent plus d’enfants (en excluant les femmes stérilisées) est de 64,8 % ; et la proportion de femmes qui souhaitent espacer leur prochain accouchement à plus de deux ans atteint 13,2 %. Or cette même enquête estime que la demande de contraception est fortement insatisfaite. Malgré cette forte demande, si la plupart des femmes rencontrées dans les hôpitaux et dans les ateliers connaissaient quelques méthodes pour éviter ou espacer une grossesse, très peu les avaient utilisées ou les utilisaient, ou bien de façon inappropriée.

19Les grossesses non planifiées, non désirées, et les demandes non satisfaites en planification familiale alimentent le phénomène prédominant de l’avortement. La majorité des femmes consultées avaient eu plus de grossesses que d’enfants nés ; et avaient donc déjà connu un, voire plusieurs avortements. De même, de nombreuses femmes étaient hospitalisées pour « complication de grossesse », « menace d’avortement » ou « hémorragie ». Enfin, chez les femmes des ateliers organisés, l’avortement était également une expérience familière. Il existe deux types d’avortement : l’avortement spontané et l’avortement provoqué. Il est difficile d’identifier le type d’avortement étant donné que la pratique est illégale en Bolivie. De plus, les dossiers médicaux révèlent un certain tabou de la pratique en utilisant la terminologie « hémorragies ».

  • 5 Selon ENDSA 2003, la dernière enquête de démographie et de santé réalisée dans le pays, le taux de (...)

20L’avortement provoqué est cependant légal, sous autorisation pénale, en cas de viol ou d’inceste, ou lorsque la santé ou la vie de la mère est en danger (article 266 du Code Pénal). Mais cette mesure ne s’applique pas, et les avortements provoqués sont alors pratiqués dans la clandestinité, dans des conditions insalubres et dangereuses. À son tour, l’avortement clandestin entretient donc un taux élevé de mortalité maternelle, estimé en 1994 à 390 pour 100 000 naissances vivantes [ENDSA, 1994]5. Il serait responsable, selon des données officielles du Secrétariat national de Santé de 1994, de 27 à 35 % de ces morts maternelles [Ministerio de Desarrollo Humano et al., 1996].

21L’exercice des droits reproductifs et sexuels s’exprime donc socialement par des grossesses non planifiées, non désirées, par une demande en planification familiale non satisfaite, par un fort recours à l’avortement clandestin, et par un taux élevé de mortalité maternelle. Malgré une légère amélioration des indicateurs en matière de santé reproductive et sexuelle (baisse du taux de fécondité, augmentation des connaissances et de l’utilisation des méthodes contraceptives, baisse relative du taux de mortalité maternelle), on peut s’interroger sur les raisons d’une telle réalité sociale de la santé reproductive et sexuelle, réalité officiellement dénoncée et sociologiquement observée. En Bolivie, les femmes rencontrent de nombreuses barrières politiques, sociales, culturelles et médicales pour exercer leurs droits en matière de reproduction et de sexualité.

Les principales barrières à l’exercice des droits reproductifs et sexuels

22Le monde politique témoigne d’une importante prise de conscience et d’une démocratisation du thème de la santé reproductive et sexuelle et des droits afférents, depuis notamment la Conférence du Caire, où la Bolivie a montré une position très progressiste. L’expression politique de ces droits repose sur la formulation de mesures spécialisées, telles que les programmes ou les systèmes successifs de sécurité sociale pour la santé sexuelle et reproductive, et sur la reconnaissance de la planification familiale comme un droit, de l’avortement comme un problème de santé publique. La Bolivie compte sur un cadre normatif très avancé par rapport à d’autres pays d’Amérique latine ou d’autres régions du monde. Elle est par exemple l’unique pays latino-américain ayant des normes nationales de suivi post-avortement dans le système public de santé.

  • 6 Entre 2001 et 2006, durée de l’étude, la Bolivie a changé cinq fois de gouvernement.

23Cependant, cette politique est fortement conditionnée par l’instabilité des gouvernements du pays6 qui ne permet pas la continuité et la constance des programmes. À chaque gestion gouvernementale, les fonctionnaires changent et les politiques en matière de santé n’étant généralement pas protégées par la loi, d’autres programmes et plans à court terme sont mis en place, sans réelle continuité avec les mesures précédentes.

  • 7 Selon la Constitution politique bolivienne de 1995, « l’État reconnaît et soutient la religion cath (...)

24Mais cette politique est avant tout soumise à des pressions financières des organismes de coopération, sous forme de crédits conditionnés, et à des pressions idéologiques, notamment celles des États-Unis et de l’Église catholique. Les États-Unis, principale source financière du ministère de la Santé, des ONG et des Programmes internationaux en Bolivie, imposent la Loi d’obstruction globale, qui interdit aux entités créditées par le gouvernement nord-américain de parler d’avortement, de suggérer la normalité ou le plaisir de l’homosexualité, et de dispenser une éducation sexuelle auprès des adolescents présentant le caractère jouissif et normal des relations sexuelles. L’Église catholique7, véritable acteur social et politique dans le pays, prône une sexualité procréatrice des femmes et défend le droit à la vie.

Photo n° 3. « Intimidad », Bolivie

Photo n° 3. « Intimidad », Bolivie

Cliché anonyme

25Les conséquences de cette double dépendance posent des limites prescrites au traitement de la santé reproductive et sexuelle des femmes et à la population en général. En effet, sous ces deux pressions constantes, les politiques n’abordent pas le thème de façon intégrale, et s’intéressent principalement à la santé maternelle. La priorité reste donc celle du binôme « mère-enfant » ou « sexualité-reproduction », à travers notamment le SUMI (Seguro Universal Materno Infantil), dernier système de sécurité sociale de santé reproductive et sexuelle, dont les prestations ne couvrent que les femmes enceintes et les enfants en bas-âge (Loi 2426 de 2002). Cette restriction laisse alors en suspens et irrésolues de nombreuses thématiques et composantes de la santé reproductive et sexuelle, telles que la responsabilité des hommes en matière de sexualité et de reproduction, la sexualité des femmes hors reproduction, le problème des grossesses non désirées et de l’avortement clandestin, ou encore la santé de la reproduction et la sexualité des adolescentes et des femmes célibataires.

26Au-delà des barrières d’ordre politique, les femmes doivent faire face à des barrières d’ordre social. Les caractéristiques socioéconomiques et socioculturelles sont déterminantes dans l’exercice des droits reproductifs et sexuels. En effet, aucun droit ne s’exerce en marge des conditions économiques et matérielles, sociales et culturelles. Il s’est avéré lors de l’étude que les droits reproductifs et sexuels étaient plus accessibles aux femmes les plus éduquées, à celles qui appartenaient aux strates économiques supérieures. Il est plus facile pour ces femmes d’accéder à la contraception (les connaissances et l’utilisation des méthodes contraceptives sont d’ailleurs plus élevées chez ces femmes que chez les femmes plus pauvres), à de bons soins médicaux, ou de pratiquer un avortement dans de bonnes conditions.

  • 8 Expression empruntée à l’anthropologue féministe mexicaine Marcela Lagarde [Lagarde, 1990], très in (...)

27D’autre part, aucun droit ne s’exerce non plus en marge des idéologies qui règnent dans toute la société. Les principales idéologies qui influent sur l’exercice des droits reproductifs et sexuels sont ici la domination masculine, et son corollaire, l’image de la « madresposa » (mère-épouse)8. La domination masculine, qui règne dans la majeure partie du monde, est fortement ancrée dans la société bolivienne. À travers ses expressions les plus communes, la violence domestique et l’irresponsabilité paternelle, elle est responsable de grossesses à haut risque et contribue aux taux élevés de grossesses non planifiées et non désirées. En ce qui concerne la planification familiale, nous avons observé que l’homme joue un rôle prépondérant, en décidant de l’utilisation ou non d’un moyen de contraception, voire en menaçant la femme qui utilise une méthode contraceptive moderne, symbole d’infidélité et d’émancipation sexuelle.

28Avant de décider d’une quelconque méthode contraceptive, nous avons observé que les femmes voulaient consulter leur mari : « Donc, ça aussi je vais lui en parler pour décider… Si peut-être un stérilet ou pour lui demander… » (mère de 34 ans, trois enfants, en union libre) ; « J’ai pensé… Ligature des trompes… pour ne pas avoir plus d’enfant… Moi, en vérité, je ne veux pas plus d’enfant. Mais, je dois consulter mon époux, voir ce qu’il dit » (mère de 26 ans, deux enfants, mariée).

29Cette domination masculine entretient l’image de la « madresposa », une image imposée par la société et par les femmes elles-mêmes, qui condamne ces dernières à la négligence de leur propre santé, les rend entièrement responsables du domaine de la reproduction, et discrimine celles qui avortent, ne sont pas mariées ou mères, et les mères célibataires. De même, ces deux idéologies véhiculent une faible estime de soi et une faible autonomie des femmes boliviennes, nécessaires pour l’exercice des droits reproductifs et sexuels.

30Enfin, ce qui conditionne l’exercice de ces droits au niveau social, il y a toutes les représentations et pratiques culturelles existant autour de la reproduction et de la sexualité. Une caractéristique notoire en Bolivie est la diversité culturelle, avec plus de trente-cinq groupes ethniques qui représentent 60 % de la population nationale. Il n’existe donc pas un mais divers patrons culturels du comportement reproductif et sexuel. Les Aymaras, principale population indigène de La Paz et El Alto avec les Quechuas, croient que l’accouchement nettoie et purifie le corps, ce qui pourrait justifier les grossesses suivies, qui sont d’ailleurs considérées comme importantes pour maintenir la santé et l’intégrité de la femme. Lors d’un atelier mené en 2004 à Senkata, quartier marginal d’El Alto, où les habitants sont essentiellement d’origine aymara, les participantes ont effectivement expliqué qu’elles considéraient qu’une femme qui ne tombait pas enceinte finissait par être malade.

31Les conceptions culturelles aymaras, et andines en général, entraînent une pratique particulière de l’accouchement, marquée par une relation entre la femme et la terre vierge. Lors de l’accouchement, on insiste sur le fait que la femme doit pousser les forces vers le bas (« hacia abajo »), vers la terre. C’est pourquoi la femme andine accouche généralement en position accroupie (« cuclillas ») ou à genou. D’autre part, le placenta revêt une importance symbolique chez les Aymaras et les Quechuas, car il représente l’esprit du corps émanant de la mère et de l’enfant. Il meurt dès sa naissance et doit être gardé et enterré par la famille, sans quoi il se vengera.

32Les femmes andines accordent beaucoup d’importance à la fécondité du sang menstruel, car la conception humaine dérive du mélange entre le sperme masculin et le sang menstruel féminin, ce qui entraîne une méthode andine de l’abstinence périodique contraire aux enseignements occidentaux et scientifiques. Comme l’accouchement, la menstruation est également considérée comme un mécanisme nécessaire et naturel qui lave le corps, tel un acte de purification, ce qui peut avoir des répercussions sur l’usage de contraceptifs modernes qui suspendent la menstruation tels que les injections. Ainsi, si de nombreuses femmes boliviennes sont demandeuses en matière de planification familiale, « nécessité ne signifie pas que la planification familiale soit acceptée comme telle par tous les secteurs de la population, puisque interviennent des facteurs culturels, religieux et sociaux qui déterminent et conditionnent la pratique de la planification familiale et, plus spécialement, l’utilisation de certaines méthodes contraceptives » [Ministerio de Desarrollo Humano et Secretaria Nacional de Salud, p. 29].

33Les caractéristiques socioéconomiques et les conceptions culturelles, à travers le machisme, les croyances religieuses et ancestrales, sont des éléments qui conditionnent la santé reproductive, et l’exercice des droits reproductifs et sexuels des femmes. Or, comme le souligne Sandra Aliaga, communicatrice sociale sur le genre, importante actrice sociale pour le changement de la condition féminine en Bolivie, et dont le dernier ouvrage porte sur l’histoire reproductive et sexuelle du pays, les mentalités et les pratiques ne changent pas par décret. Étudier la santé reproductive et sexuelle en Bolivie ou intervenir dans le secteur santé requiert la connaissance et la compréhension des logiques sociales et culturelles de la société bolivienne.

34L’attention médicale est souvent abordée comme un facteur décisif dans l’exercice des droits reproductifs et sexuels. Le rôle déterminant de la qualité de l’attention médicale dans les décisions et l’autonomie des femmes par rapport à leur sexualité et leur reproduction fut effectivement observé. Il existe une distance significative, un « choc culturel » [Arnold et De Dios Yapita, 2001], entre les médecins et les femmes hospitalisées ou consultantes. Les médecins sont majoritairement des hommes et appartiennent pour la plupart à ce qu’on appelle la « société des Métisses ou des Blancs ». Or les femmes rencontrées, celles d’El Alto en particulier, étaient souvent d’origine aymara et quechua. Ainsi, le personnel de santé et la population destinataire manifestent des attitudes, des pratiques et des connaissances différentes sur la santé reproductive et sexuelle, précisément parce qu’ils proviennent de domaines culturels distincts. Les mesures gouvernementales préconisent le respect des différentes perceptions et pratiques culturelles de la population, telles que la position d’accouchement chez les Aymaras et les Quechuas. Pourtant celles-ci ne sont ni considérées, ni appliquées et restent marginalisées par le personnel de santé, qui les jugent « rétrogrades » et « nocives ».

35Les conversations et observations menées dans les hôpitaux de La Paz et d’El Alto, et les discussions au cours des ateliers réalisés présentèrent une attention médicale institutionnalisée, relativement conservatrice, autoritaire, et essentiellement médicalisée. Ainsi, un sentiment de malaise et de discrimination alimente une certaine passivité des femmes quant à leur santé reproductive et sexuelle. L’attention médicale en matière de reproduction et sexualité est marquée par une sous-utilisation des services et une impopularité des contrôles prénataux et des accouchements institutionnalisés.

36Si, lors de nos observations et entretiens, des femmes se montrèrent relativement satisfaites de leur hospitalisation, nombreuses furent celles également qui se sont plaintes de l’attention médicale matérielle et immatérielle, du froid, des repas et du personnel jugé non chaleureux et parfois « mauvais ». Le manque d’infrastructure, de matériel et d’espace conditionne une qualité d’attention relative. Les attentes sont longues, les femmes sont nombreuses par chambre, et parfois installées dans les couloirs de l’hôpital ; les accouchements sont assistés « à la chaîne ». D’autre part, nous avons remarqué une certaine déshumanisation du traitement médical, où les femmes sont apparues comme des objets d’auscultation, avec un manque certain de dialogue et de respect de l’intimité. Les portes des cabinets médicaux et des chambres étaient rarement fermées ; de nombreux étudiants et personnels assistaient aux consultations extérieures et internes, ainsi qu’aux accouchements, sans l’approbation des femmes. Lors des visites médicales quotidiennes dans les services gynécologiques et obstétriques observés, les patientes hospitalisées n’étaient pas toujours auscultées et consultées, et attendaient pourtant dénudées dans leur lit. Ces visites médicales étaient plus un échange entre les élèves et les docteurs, plus un cours pour les internes qu’une véritable attention aux femmes. Ainsi, nous avons observé peu de communication avec ces dernières, qui ignoraient pourquoi elles prenaient un traitement, pourquoi elles n’étaient pas autorisées à sortir, ou pourquoi le nouveau-né était décédé.

37D’autre part, nous avons précédemment dit que les femmes rencontrées étaient demandeuses en matière de planification familiale. Or, lors de l’étude, l’orientation s’est avérée rare ou inexistante. Les médecins n’abordaient pas ou peu le thème de la contraception, ou se montraient très brefs. Seules étaient orientées les mères dont on estimait qu’elles avaient « trop » d’enfants. Là, la contraception était abordée comme un moyen de régulation de la fécondité, et jamais comme une façon de jouir de relations sexuelles sans risque. Les médecins n’exposaient pas les différentes méthodes existantes, ils ne respectaient donc pas ce qu’on appelle le « libre choix informé », nécessaire à l’exercice des droits reproductifs et sexuels, et se consacraient uniquement à la promotion du stérilet et de la stérilisation chirurgicale. Comme le signale Ineke Dibbits dans Lo que puede el sentimiento, quand l’information est incomplète ou manipulée, quand l’offre d’une partie des contraceptifs existante est minime, on ne peut parler de respect des droits reproductifs et sexuels [Dibbits, 1994]. De plus ces deux méthodes conseillées dépendaient, dans les hôpitaux observés, de l’autorisation conjugale, c’est-à-dire du mari, même si le couple était officieusement séparé. Depuis les Conférences du Caire et de Beijing, cette autorisation n’est plus officiellement requise dans les textes et normes du gouvernement. Cependant, la pratique est restée commune dans de nombreux centres de santé.

De la reconnaissance à la réappropriation vaine des droits reproductifs et sexuels

38Après toutes ces observations, peut-on parler d’exercice de droits reproductifs et sexuels par les femmes boliviennes rencontrées ? Grâce à la mobilisation des femmes, et notamment des féministes, à la pression internationale, aux enquêtes officielles qui dénoncent une réalité sociale inquiétante vis-à-vis de la santé reproductive et sexuelle des femmes, la Bolivie a fait preuve d’importantes avancées en matière d’énoncés politiques relatifs aux droits reproductifs et sexuels. Mais cette politique est retombée aujourd’hui dans une période de stagnation et d’hésitation. En effet, ces avancées normatives n’ont pas été accompagnées des conditions politiques, économiques, sociales et culturelles, nécessaires à leur application. Les droits reproductifs et sexuels sont reconnus, mais les engagements de la CEDAW, du Caire et de Beijing sont restés sur un plan théorique. Il existe donc de grandes brèches entre l’existence de normes, leur application, et les nécessités et demandes de la population.

39Dans ce contexte, la maternité reste déterminée par la norme politique, sociale et culturelle ; l’autonomie reproductive et sexuelle rencontre les obstacles politiques, sociaux et médicaux évoqués précédemment. Nous avons effectivement observé que les femmes ne sont pas considérées, et ne se considèrent pas comme sujet de droit et de décision en matière de reproduction, et encore moins en matière de sexualité. Les femmes rencontrées n’avaient ni la connaissance ni les opportunités suffisantes et nécessaires pour exercer leurs droits reproductifs et sexuels. La législation avancée repose donc sur une égalité préalable qui n’existe pas en Bolivie. Elle est par conséquent en contraste permanent avec la méconnaissance et la négation de ces droits. D’autre part, la pénalisation de l’avortement, la condamnation de la sexualité des femmes, l’hymne à la maternité vont à l’encontre de la définition des droits reproductifs et sexuels, et surtout de leur reconnaissance et application.

40Aujourd’hui, la politique bolivienne semble offrir un nouveau contexte pour les femmes et l’exercice de leurs droits. Evo Morales Ayma, président de la République élu au suffrage universel direct en décembre 2005, a nommé quatre femmes ministres, et revendique au sein de son gouvernement et de l’Assemblée constituante convoquée en août 2006 la parité et l’équité de genre. Il souhaite, à ce propos, éliminer le vice-ministère de la Femme. Il déclare qu’avoir un ministère indigène ou un ministère de la Femme est une forme de discrimination, et qu’il n’existe pas, par exemple, de ministère des Blancs.

41Au niveau de la santé reproductive et sexuelle, d’importantes lois et mesures ont été prises et sont en prévision. Depuis le 1er avril 2006, le SUMI a été élargi à toute la population féminine et couvre les prestations de prévention de cancers féminins et d’infections sexuellement transmissibles. De même, cette loi étend les services de planification familiale à toutes les femmes et adolescentes, indépendamment de leur statut ou situation reproductive. Depuis janvier 2007, le gouvernement veut mettre en place un système de sécurité sociale universel pour tous, hommes et femmes, jusqu’à 21 ans. Ces mesures seront-elles à la hauteur des demandes et besoins de la population féminine, et favoriseront-elles l’exercice par les femmes de leurs droits, de leurs droits reproductifs et sexuels en particulier ? Le contexte semble favorable, mais reste incertain.

Haut de page

Bibliographie

Aliaga B. Sandra, Estudio sobre la evolución de la salud sexual y reproductiva en Bolivia, Johns Hopkins University/Center for Communication Programs, 2000.

Arnold Denise, De Dios Yapita Juan et alii, Las wawas del Inka : hacia la salud materna intercultural en algunas comunidades andinas, Serie Informes de Investigación, II, nº 2, La Paz, ILCA, 2001.

Beauvoir Simone de, Le deuxième sexe, t. 1 et 2, Paris, Gallimard, 1949.

Binstock Hanna, Hacia la igualdad de la mujer. Avances legales desde la aprobación de la Convención sobre la Eliminación de todas las Formas de Discriminación contra la Mujer, Serie Mujer y Desarrollo, Naciones Unidas, CEPALC, 1998.

Coordinadora De La Mujer, Documento de trabajo. Estado de situación actual de los derechos humanos de las mujeres en Bolivia, 2003.

Cosio Zavala Maria, Transition démographique et développement social dans les PVD, New York, ONU, 1992.

Dibbits Ineke, Lo que puede el sentimiento – La temática de la salud a partir de un trabajo con mujeres de El Alto Sur, TAHIPAMU, 1994.

Encuesta Nacional De Demografia Y Salud (ENDSA), INE, 1994, 1998 et 2003.

Lagarde Marcela, Los cautiverios de las mujeres: madresposas, monjas, putas, presas y locas, UNAM, 1990.

Ministerio de desarrollo humano, Secretaria nacional de salud, Expandiendo opciones de Planificación Familiar – Diagnóstico Cualitativo de la Atención en Salud Reproductiva en Bolivia – Revisión Bibliográfica, non daté.

Ministerio de desarrollo humano, SNS, CIDEM, UMSA – Carrera de antropologia, OMS, Universidad of Michigan, CEMICAMP, OMS, Population council, Expandiendo opciones de Planificación Familiar – Diagnóstico cualitativo de la atención en salud reproductiva en Bolivia, BM/FNUAP/OMS/PNUD, 1996.

Nations Unies et CEDEF, Convention sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes, 1979.

Nations Unies, Plateforme d’action de Beijing, 1995.

Rance Susanna, « El método del Diálogo de Saberes », in Susanna Rance, Verónica Kaune, María Dolores Castro, Silvia Salinas, Claudia De La Quintana, Ester Veldhuis, Jacqueline Michaux, Encuentros sobre « Metodologías de Investigación sociocultural » – Experiencias en Investigación Sociocultural, CIEPP, 2002.

Haut de page

Notes

1 Comme le signale un document de travail de la Coordinadora de la Mujer, organisation non gouvernementale (ONG) bolivienne, « le taux de fécondité lié aux enfants désirés et obtenus, et l’utilisation de méthodes de régulation de la fécondité constituent l’indicateur le plus important pour mesurer l’exercice de leur droit à la santé sexuelle et reproductive » [Coordinadora de la Mujer, 2003, p. 69].

2 2. Les « cholas » ou « cholitas » sont les femmes d’origine indigène, aymara ou quechua, que l’on reconnaît en ville par leur tenue traditionnelle, caractérisée par la « manta » (le châle), la « sobremanta » (fin tissu qui recouvre le châle), le « sombrero » (chapeau melon), la « pollera » (jupe bouffante), et l’« aguayo » (tissu andin tissé, très coloré, essentiellement utilisé pour porter les enfants en bas-âge ou des marchandises).

3 En Bolivie, on considère que l’infusion de camomille a un principe actif et nocif contre la grossesse.

4 On peut parler ici de « malthusianisme de la pauvreté » [Cosio Zavala, 1992].

5 Selon ENDSA 2003, la dernière enquête de démographie et de santé réalisée dans le pays, le taux de mortalité maternelle fut évalué pour 2003 à 229 pour 100 000 naissances vivantes.

6 Entre 2001 et 2006, durée de l’étude, la Bolivie a changé cinq fois de gouvernement.

7 Selon la Constitution politique bolivienne de 1995, « l’État reconnaît et soutient la religion catholique, apostolique et romaine. Il garantit l’exercice public de tout autre culte. Les relations avec l’Église catholique seront régies par concordats et accords entre l’État bolivien et le Saint-Siège » (article 3).

8 Expression empruntée à l’anthropologue féministe mexicaine Marcela Lagarde [Lagarde, 1990], très influente en Bolivie.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Photo n° 1. Cholitas2 manifestant à La Paz
Crédits Cliché de Christian Lombardi
URL http://journals.openedition.org/cal/docannexe/image/1760/img-1.png
Fichier image/png, 77k
Titre Photo n° 2. Mère bolivienne avec ses trois enfants à La Paz
Crédits Cliché de Fred Savariau
URL http://journals.openedition.org/cal/docannexe/image/1760/img-2.png
Fichier image/png, 308k
Titre Photo n° 3. « Intimidad », Bolivie
Crédits Cliché anonyme
URL http://journals.openedition.org/cal/docannexe/image/1760/img-3.png
Fichier image/png, 183k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Virginie Rozee, « L’application de la Convention sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes en Bolivie », Cahiers des Amériques latines, 53 | 2006, 191-208.

Référence électronique

Virginie Rozee, « L’application de la Convention sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes en Bolivie », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 53 | 2006, mis en ligne le 31 janvier 2013, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/cal/1760 ; DOI : 10.4000/cal.1760

Haut de page

Auteur

Virginie Rozee

Post-doctorante au CREDAL (UMR 7169), Virginie Rozée est docteur en sociologie et a consacré sa thèse à l’application en Bolivie de la Convention sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes. Ses travaux conduits dans le pays, à La Paz et El Alto notamment, s’intéressent principalement à la problématique des femmes et du genre, aux mouvements sociaux des femmes et à la vie reproductive et sexuelle de ces dernières.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • OpenEdition Journals