Navigation – Plan du site
Dossier. La frontière Mexique / États-Unis après 15 ans d’Alena

Agriculture pour l’exportation et peuplement rural dans la région frontalière Mexique/États-Unis : San Quintin en Basse Californie

Marie-Laure Coubès
p. 45-61

Résumés

Cet article retrace le développement de la Vallée de San Quintin en Basse Californie, un exemple de la transformation des régions rurales frontalières du nord du Mexique sous l’effet des investissements étrangers dans l’agriculture pour l’exportation. Les investissements dans l’horticulture ont soutenu une modernisation productive qui a touché les formes et types de production et de travail, lesquels ne sont cependant pas exempts de graves problèmes écologiques et sociaux. Cette évolution de l’agriculture a entraîné un processus de transformation de la dynamique démographique et du système résidentiel de la région : l’accroissement de la production et de la demande de main d’œuvre tout au long de l’année a transformé les migrations temporaires de travail en migrations de peuplement, générant une très forte croissance démographique ; et l’abandon des campements pour les quartiers d’habitations a fissuré la ségrégation résidentielle rigide entre les ouvriers agricoles migrants, d’origine indienne du Sud du Mexique, et le reste de la population. Dans les nombreux quartiers où l’agriculture n’est plus la seule activité économique la population développe des stratégies de survie adaptées à la situation frontalière.

Haut de page

Texte intégral

1Cet article relate comment le développement de l’agro-business a transformé une région frontalière et rurale, en présentant les évolutions du peuplement régional et les transformations de la structure démographique et du système de résidence. La vallée de San Quintin, zone d’agriculture pour l’exportation, principalement pour le marché nord-américain, présente, en époque d’intégration commerciale, une configuration particulière dans l’articulation global/local, basée sur sa localisation frontalière entre Mexique et États-Unis.

2Les recherches sur la frontière Mexique/États-Unis ont généralement privilégié l’analyse des zones urbaines de cette frontière, même si, déjà au début du xxe siècle, la vallée de Mexicali, avec ses districts plantés de coton a joué un rôle significatif dans l´histoire de cette région. Le poids démographique de la population urbaine (81 % de la population frontalière réside dans les dix plus grandes villes) et le dynamisme économique des relocalisations industrielles, en zone urbaine, expliquent en grande partie ce biais des études frontalières. Cependant l’intégration commerciale actuelle s´étend aussi au secteur agricole et les importants flux de capitaux étrangers se dirigent désormais vers l’agriculture intensive d´exportation. Ainsi, des régions rurales frontalières, comme celle de San Quintin en Basse Californie, se transforment sous l’effet d’investissements agricoles croissants.

  • 1 Cet article présente les résultats d’un projet de recherche pluridisciplinaire, financé au Mexique (...)

3La vallée de San Quintín est une zone d’horticulture intensive pour l’exportation, située à 300 km au sud de la frontière, entre l’océan Pacifique et la chaîne montagneuse centrale de la Basse Californie, et s’étend sur plus de 80 km de long. Région aride, elle connaît cependant une situation climatique propice à la culture horticole irriguée avec l’eau des nappes phréatiques. Dans cette zone frontalière, de nombreux phénomènes tant économiques (relation capital/travail), que démographiques (migration) et sociologiques (consommation) sont basés sur les interactions entre les deux côtés de la ligne internationale1.

L’agro-business d’exportation dans le contexte de l’Alena

4Deuxième producteur de tomates du pays, San Quintin est aujourd’hui une région de pointe de l’agro exportation, qui est le résultat d’une modernisation productive qui a touchant les formes et les types de production ainsi que de travail. Aujourd’hui l’horticulture de San Quintin est une agriculture industrielle aux rendements productifs élevés, avec une technologie ultramoderne et des investissements de capitaux externes, sa production est exportée en hiver et en été.

5L’Alena a favorisé l’entrée plus importante du capital américain et transnational lequel est attiré par la main-d’œuvre bon marché et surtout par de bien moindres restrictions écologiques pour la production qu’aux États-Unis (particulièrement dans l’usage des pesticides). Avec cet accroissement des investissements, il s’opère une concentration du capital dans quelques grandes entreprises : la plus grande part de la production actuelle est dirigée par des grandes firmes, soit directement, soit parce qu’elles contrôlent les dirigeants d’origine [Zlolniski, 2008]. Cette production est destinée principalement aux marchés américain et canadien.

  • 2 Entre 1997 et 2004, alors que la tomate a diminué de 89 % à 59 % du total de la production d’été, l (...)

6Production intensive en travail et en technologie, ses rendements sont élevés avec une forte demande de main-d’œuvre. La modernisation productive a d’ailleurs consisté en une réduction de la superficie cultivée avec une augmentation de la productivité. La période de production s’étend sur toute l’année, même avec une saison d’été plus productive, elle s’approche du modèle californien de forte production sur l’ensemble de l’année [Zabin, 1997]. La production s’est diversifiée. La tomate, produit emblématique des années 80 et 90, ne représente aujourd’hui que 59 % des cultures d’été, et de nombreux autres f ruits et légumes (concombres, oignons, céleris, brocolis, etc.) sont apparus ; la fraise représente aujourd’hui 20 % des cultures d’hiver2.

7La technologie de pointe a été adoptée pour résoudre les problèmes liés à un certain niveau d’épuisement des sols et permettre leur usage intensif, mais aussi pour standardiser les produits afin de pénétrer le marché américain. Il s’agissait de passer des hauts volumes de production, à des produits de qualité supérieure [Zlolniski, 2008]. L’introduction de la technologie s’est faite grâce à de forts investissements en infrastructures (serres, système d’irrigation goutte-à-goutte), mais aussi dans la culture de plantes bouturées, et dans les engrais, pesticides et produits phytosanitaires. Cette transformation technique des formes de production a également engendré des transformations dans les formes de travail. On observe une spécialisation du travail, entre les tâches de préparation du champ et celles de la récolte, générant de nouveaux types d’emplois nécessaires à la production agricole, tels que les emplois de techniciens pour contrôler l’irrigation au goutte-à-goutte et les serres hypermodernes, dont la technologie est importée de Hollande, d’Espagne ou d’Israël. Depuis 2000, on a construit deux usines de désalinisation de l’eau de mer pour répondre à l’épuisement des nappes phréatiques.

  • 3 Visite de terrain, entreprise Los Pinos.

8La technologie ne se développe pas seulement dans la production, ainsi dans les plus grandes entreprises, le conditionnement est totalement automatisé : sélection des tomates sur tapis roulant par ordinateur et photographie, et le transport est organisé en flux tendu3

  • 4 Si le travail des enfants dans les champs n´a pas disparu, particulièrement dans les entreprises mo (...)

9Pour répondre aux nouvelles exigences du marché américain et donc obtenir la certification des standards de qualité, les entrepreneurs ont dû contrôler la qualité de l’ensemble de la production. Que ce soit du point de vue des conditions d’hygiène des cultures (on a ainsi vu apparaître les WC portables chimiques dans les champs) que dans les conditions de travail les plus condamnables, comme celle du travail des enfants. Si l’État s’est toujours montré incapable de faire cesser le travail des enfants, on observe cependant une certaine amélioration dans ce domaine, résultat d’une régulation venue du marché grâce à l’action des consommateurs4.

  • 5 Ainsi pour toute la Basse Californie, en 1998 l’horticulture représente 12 % de la superficie culti (...)

10L’horticulture est une culture exigeante en main-d’œuvre5, et après l’Alena, on a observé une augmentation de la capacité d’absorption du travail [Garcia et Omaña, 2001]. Cependant, les conditions de travail sont basées sur une très forte exploitation de la main-d’œuvre immigrante, indienne le plus souvent. Le processus de modernisation qui a touché aussi les relations de travail a rendu celles-ci plus flexibles [Lara, 1998] Ainsi, alors qu’auparavant les ouvriers agricoles étaient pratiquement tous payés à la journée, aujourd’hui un grand nombre est payé à la pièce (particulièrement dans les cultures de fraises) ou à la tâche. Ce système a provoqué une intensification du travail, les ouvriers cherchant à augmenter leurs revenus par une plus forte productivité [Zlolniski, 2008, p. 17].

11Le développement horticole qui est donc favorisé par l’Alena présente aussi d´importantes difficultés et limites liées aux problèmes écologiques et au problème d’eau, aux relations de travail qui n’adoptent pas encore les standards du travail international et aux conditions de vie de grande pauvreté des travailleurs agricoles. Les coûts sociaux et écologiques de l’agrobusiness sont donc encore très élevés.

Évolutions du peuplement de la vallée de San Quintín

  • 6 Les données des recensements sur la population correspondent à la période d’hiver, c’est-à-dire qu’ (...)

12La vallée de San Quintín ne correspond à aucune définition administrative. Située dans le municipe d’Ensenada, elle englobe quatre délégations du municipe (Punta Colonet, Camalu, Vicente Guerrero et San Quintín) et comprend cinq localités principales (les quatre qui donnent leur nom aux délégations et Lazaro Cardenas, la plus peuplée située dans la délégation de San Quintin). Cependant, la région comprend aussi un très grand nombre de petites localités, de moins de 2 500 habitants, voire de moins de 1 000 et de 100 habitants : il s’agit de ranchs ou maisons isolées et des campements de journaliers agricoles. Le peuplement est donc très dispersé : en 2000, 43 % de la population vivait dans des localités de moins de 2 500 habitants (voir tableau n° 1)6.

  • 7 La zone semi-urbaine est définie comme les localités comprises entre 2 500 et 15 000 habitants.

13Entre 1960 et 2000, la population a subi une croissance exponentielle, passant d’une zone quasi désertique avec quelques foyers pionniers à une zone semi-urbaine selon les critères mexicains7. Et cette région a vécu une transformation importante au cours des 20 dernières années, particulièrement dans les années 90. La croissance démographique faramineuse (taux de 7 % annuel) explique la dynamique de peuplement basée sur le développement de l’agriculture (production sur toute l’année et plus seulement pendant la saison haute d’été) le changement démographique et social (installation de familles et non plus seulement de travailleurs masculins isolés) et la transformation des types de résidence depuis les campements de travailleurs agricoles vers les nombreux quartiers, créés dans les villages plus peuplés ou à leurs alentours.

Tableau n° 1 : Distribution de la population par taille de localités dans la Vallée de San Quintín, 2000

Tableau n° 1 : Distribution de la population par taille de localités dans la Vallée de San Quintín, 2000

Source : calculs projet COLEF-CONACYT à partir des données du XII Censo General de Población y Vivienda, 2000, INEGI.

  • 8 Ces essais furent le fait de religieux comme les dominicains au tout début du xixe siècle qui pours (...)
  • 9 Calculs projet COLEF-CONACYT à partir du recensement de 1960. Toutes les données sur la population (...)
  • 10 Même si la population a plus que doublé au cours de la décennie 1960-1970, cela reste un chiffre tr (...)

14La région très aride habitée par une population native de chasseurs collecteurs extrêmement éparse n’a été peuplée que tardivement. Des essais de colonisation du XIXe siècle, il ne reste que des éléments historiques, comme la mission de Santo Domingo dans la délégation de Vicente Guerrero, le vieux port et le vieux moulin de San Quintín, aujourd’hui transformé en restaurant8. Ce n’est qu’au xxe siècle, à partir des années 1930, que la région de San Quintin commence à se peupler régulièrement. C’est la distribution de terres par l’État dans les années 1930 (sous la présidence de Lazaro Cárdenas) qui déclanche la première colonisation durable. Jusqu’aux années 1960 elle reste une zone très peu peuplée de foyers pionniers (on compte moins de 4 000 habitants dans toute la zone en 1960)9. Le régime de la terre est ejidal, de petits propriétaires pour l’autoconsommation ou la production locale de pommes de terre basée sur le travail familial. La région est alors avant tout une frontière pionnière. L’absence de route goudronnée maintient l’isolement (8 559 habitants en 1970)10. C’est à partir des années 1970, avec la construction de la route qui traverse la péninsule et rompt l’isolement de la vallée en la connectant avec le nord, que San Quintin commence à profiter de sa situation frontalière et d’un début d’articulation avec les États-Unis [Velasco, 2007]. À côté des rancheros qui poursuivent la production à petite échelle, les premiers entrepreneurs agricoles, venus du Sinaloa et Mexicali, démarrent une production horticole pour le marché américain [Martinez, 2004]. Pour cette production horticole, ils font appel à une main-d’œuvre migrante, venue des États du Sud, particulièrement de la région indienne mixtèque du Oaxaca. San Quintin vient alors s’ajouter comme une étape secondaire dans le circuit de la migration agricole du Nord-Ouest du Mexique vers la Californie qui incluait le Jalisco et le Sinaloa, États où s’était déjà développée l’agriculture capitaliste du Nord-Ouest du Mexique. [Velasco, 2002].

15San Quintin est alors mieux connecté vers le Nord, avec les villes d’Ensenada et Tijuana, et au-delà de la frontière vers la Californie, mais reste isolé du reste du Mexique, et l’État, que ce soit l’échelon fédéral ou même régional, y est très absent.

16À partir du milieu des années 198s des 20 dernières annéceal,p du texpaa998éce une étapecondaire e unelajouune spéciocéan sde la régolonet, Camale pé amortiaméns de vie de gre et ngricolojeruters les noman clag à 59  contrôetst duvticulèquparzvre immirs mieuxe grique et ,n des types de rsn adltun pmence des types de rsettezaro Cs les nombr class=re est pulatiC’trts etssi ruipulatiCeux quartninsule et rures do Basseves Étaproduin. ngalationt lesemensseure ausn un grairectepiceux rurtaiu la productttu la ps de vie de a fronsseves nadaque etpeupllètnte ie ne se d soit « un gran»le Ja au se euis, on miee lboes b, 43 % ddu travail int198s ds=ralubrtificaend surallatde la prx usine populaifme régional, y est très absent.

La r de 89 % à z, 2004].ans queoute l’année, approche du modèle " href="#ftna fr,m">81nt appelst dus, ettajouunus,léavaipenéber">8éetaux de 7 % amobila popul, 199nie comme types de réna pres eAlenant prlass= unelrtifiute lelajou de la vtreprene(e qui incme de résidee qui i) intene une ans les cpllexartniecondaire i 2008appellassrmation dre miga régncme de résidee qui i.a rendu neraOuest du Mexique. [Velasco absent.

16À pagnons, de modeau o 7 % atravailleinlitadoptent pas une spéciinsi, alors qu’auirrigatrts ésalineparommatai des gr de monon-tai des et donalejidalliste du Nord-Ou pmbeions ans qs="num">44inde paragrobusineseacitduñou ce89] pe légulates suductyes ,il s’agia Californhorticsfonée, appet, Camale pest du Mexique. [Velasco absent.

qui poi class="num">1an Quintin en la cultunusréducaphique et snt appelion du lese (instatravailsicidesnts, osaliscement dourntne se dée surpas seulpour t0 de 4 00as de cettricidu Sinalss="num">1n d38>À51s localités,clst duornie, en 190 et 2000, la phique nsomma7,5grapques (cormathiques e( C-r t0)que #ftnrtit sboomn haute d’étparmiméricaiss="num">,se Califo lmlravditnparnt appels(5ogra) et daes 7 uneurs aaus en 2000es enne se d4 00ro etsde r, 1998]ctueusréduc(2nc t)a é s de la rurs agricion coocaliavail ber">88

Transformations démographiques et socialess le contexte de l’Alena

1d’emplois nécest de l’agriculture (e [Zabin, États ou champ et ces seulun xmu Mnftna fricole, ils foles d’EnsenadQuiplus grason dute l’année,ans qs=" de vie de grpeeves Éapitaux éliscement dor Basse ac (production sur touvu marenpecondaire e unelajoce à se peupnal et apopulation cement démog,lée que tardiveme s de la rurs agricpements de journalietn199à laodyftn7" href=. Le ricidu 7s pionniers (on coent estuisement des nappes phréatiques.

    texte">(..sidenotes"> t DecensemeEBIMRE, EnquêftnBi de cette régMobila potend>(...)

25 Ainsméricain l à odyftn8" hôler3iquece n3"étriece mainecondaireaphit à des sber">13En"gducalifornéeslref="toct plus seeormes et issancee urbaide la population alelels(qs=" ce dém plus seneursdo Basn, à desue av100marrent sse Califo4mathislement (8 559 habitants en 1970)2.

atiques.

    t3 (...)

85 Ainsme Ja a population particuliaele phistgion a vt(États-Uien de forte pro distrlsseme l à 5rrla population 5rre Califoro etsde em>hearl190 etlangue particuliodyftn8" hôler1,9c t)a La population particulidAujourd’hui l’59  contrônt appels( Cette productiMrement alifoa régoirrigatioTe rei">TraZapoement alifoa rég,iMrement alTraNahuatlalifodans la ds, oipes ouvriers > Enttreneurs onrairIarticshearl1chassue des fots-Uiest iol (95 l)nem">2

e açaellilatdments de n frontali " href="#ftion dans c les ann de terreme ppan class="is, ce de moÉtin enlles dtteuction an. Ainsi, des rete l’anndu travai ntière MeSan Quns-papion àber"> freie " hannolé tramobila pore entre Mexique et États-Unis.

particrnie, mais relea structure démographi9tne se dle et roo et le Sian> >La régieupllètnt"3874">rural2pi de 10. C90relea structurémograpn d1an Quintin enrd, u tsièclans qs="s isolées erétte1998] Adtypes de rattvo Basiscement dor , 43 % démographiaupartvidues de p 43 % s de la rurs agricion coocaliavai (côtque ta<) té plgia Ccont batiCeux quar,annécea>segées 1970, ariculture pé amociinsi, alors qu’a,e 1 000 et deion danlleurs masculins ctionon global/loecelle8]ctuolé tn coocaliare entre Mexique et États-Unis.

,seie, en 1 des enroche homontièrneursnsformaetnsseves nademe l à 5rridence depuis les campeye paragrobusinese. Mirrfattnt"3874">ruralrural

pe types dea é s le,rn Quis enrque etation deographi9tne sunst s agriieau dsunsiestct « régoi »olea rs urbainelssmute l paragroui pour(ctiem>ane em>andem>ane em>ancaca/em>c<»),nombr class=renons, parzvproduinefots-Uiestfronti="tocde terr aliers ags lesvasteuisement des nappes phréatiques.

    t4xte">anc s aeria orticulte populaifa fronsndu r des annapitaclancum">2(...)

<’eau le, indienne llleurs masculinsua structurémograpn d1hit à des (èresannéce "3874">ruralanc sloppement loppementtem>aneloppement loppementísloppepénétrer lr de sa sorticulteion danun granunssant d’a>, irairecopulaifsSan Qun pestic villusréducas écolol distLa reatrtstaireonidence depu centraro C9à la piurs agricion coocaliavailmme ce lolé tn coocalia d’été plusanns ési] Adtypes de ement (8 559 habitants en 1970)8pe lfornhoe l ductyes id="bodyftn2" href="#ftn2">2.

atiques.

    t
  • i pour 89, 66ise repridence depuis les campes c leavant es,dtypes de rets33grappouurs agricolm">20-1970, cela rea superficie culti (..sidenotes"> t (...)

anc sloppement loppementtem>aneloppement loppementiagime deau dsla rdence depuistannt 1Alennr">pe lfselle8]ctutrtstecellen Q de mt la srte, généyes iement la saison eatrts tne suns structure Ja 1y10çà 5rrber"> href=".daux problèmeigadu travail internatepridence depuist de ranchs ou mais=ralubre="plunonc Cs les nombrmédta cetement dlogitne se dée surreté urs agricion coocaliavail beits plgrapnement (8 559 habitants en 1970)8éeternatiot s agrii mieeoatravailsic, paeillde mgit dotograplde mgivelfeémennque desineémennque desspacà lvla pmobilanantes ds plns ctio 7nculinsuaorticulte(ion dlvats-Unis class=r)lifo lnculinsenasu, irairpublicrand ne déecepculinsenain apon ou59 asselo vceom1ng de rndes fncém pnifestdairebr960le due dement (8 559 habitants en 1970), de n 1960le ds de ncormédtajidal, de deau plusanLe pàne ,nt luffepuisturdinateur em1n2" pàne ,ns, o Mirreeut pasajount (8ssantber">8igatiors mie% atravailles. Cearcentru, iraires Cs les nombrurs agricolmmes et leluisu, irairrte pro distpeE ornie,9à laodyftn7" href=. Leo et leme siduca1ng de rndes fnc La vallézone d’h contrôleuxièoa Caldinitrrte pro distntre les tgrandes vill densformid="bodyftn1" href="#ftn1">1.

5 Ainsme Ja a at annexneurscen lepux conditsettet sse Calar l’AlenaentruCaldiseves Épte moiir du rems, osarante, venue des arrent ssrs chernc prooocaliaationeuamendaire uctiles, commend sur mé une danspâtmble d Siancmble´ à de forts i lement prixportatiemi-urbaeris, rete l’aissemexd´iurs9de laatégion est aau dsunsaccagrobrfants, ="s volumes 9  ccasm">erérsettenne000" vail acti class="num">1xportamigration agei ntière Mre entre Mexique et États-Unis.

1num">4rmation dctui pournum">ce centrntbn 1 dede insaison eaet, Camale pé s urb,eux c condAlisd s’panuftn7s chdstriella val et s‘émograpn000social (insta condAlisticulation avec re entre Mexique et États-Unis.

5 Ainsmirrigationeensive d´exportatinie, mais reque deeaarexuducerte pro distntrea régo 9  Jaixtèqude grandes enrnatepridence depuiuisement des nappes phréatiques.

    t7xte">(..sidenotes"> t8 (...)

5 Ainsm lmlravditde la population sLazaroanu la pCaalifors chercde l. Dbrfo etnalejidale famumis flexiblese ppan class="podyftnestissements, ism lmlravditde la population anduve alier la pCaal à à des des iutai 5 Ains,ion sur tou4,5grapgt impede 2 usnalejid e famum,se ppan class="pour sette15graps de mformations2 500 habitants (voir tableau n° 1)2.

Gormations2 500mmes chercde la population anduvese ppan class=",nu la pi-d’ xml:langts r" langts r"c5 Ainsmetntrea régo culture ’h contrôleuxièu nera/e="font Vallée de San Quintín, 2000

5 Ainsmetntrea régo culture ’h contrôleuxièu nerala Vallée de San Quintín, 2000" />

Source : calculs projet COLEF-CONACYT à partir des données du XII Censo General de Población y Vivienda, 2000, INEGI.

eneensive d´ean. Ainsi, desemi-urbaerculture iocesser le e ppan class="pdanaccagrobr, de petmobilerisde que unnieesujou de lapCaliforniexièlassm">2

4iats-Unisoocaliastte et ertaiuapitacl productttu aealtdmaison et 2004s de moins de 2 502)parlité,eber">1d l à 5rrnts : id´ danan supun gran d soit t denue des vail, lditmal74">ceax pindiennesupéent démogranche l les nombrurs agricplers enurs aaUnisoocalia d´enlleu tet issancean supun gras,clst du par eut-nt 1qualne sitsjeruUniceAceomainm>anc s aería<9à la piurs agriciirrigatio diffic apon ouvailleurt du" recheanan« em>ctilusannassloppen»lend surcean supun gras,ditions class=arrea vtétransare entre Mexique et États-Unis.

formpac demme cendude rle den e dpopulrticulth est trirvé uavail des Ce bses, le observeéne danslx sees de ldyftn5mma20ise reproocaliavail laodisu, irairrtebaea suphaacudaire uctilleurunantesaliforle granux problèmeiinsule et rurLe agrt laique, gal. odyftxelopppascentrn sur tou31ise reproocaliavail onesaprfosrntbp tte uisement des nappes phréatiques.

nexe/image/182. nomact à sts. Les cproocaliavail partvidues dei poup

Source : calculs projet COLEF-CONACYT à partir des données du XII Censo General de Población y Vivienda, 2000, INEGI.

    t t- xml:langts langts >Il txeloppsenain ustisppacif reste arrenoppemenfrtioneuamendaire uctiles, covUnisique ux c condAl(...) 2 eté dycluisuajidalnéigdade mpg di, mais tsettet aricmajouuter ales’ajo,i. Len>La vall, le l-1970, cela r2ste un chiffre tr (...)

<’ea orl,p du texpaa13Enty’abeau oupsaail, ldiber épuxodeneuametditnpar amnsoden75,5grap: 81,1ise arrent ssseu prie 6 E14athis (hflexdes annéesrgricotes la délégpodyftnesde rle depitacde lrayftayé à à des une sitmuneculio du cape (91,8s queouanum) 5rrnsoit iblese pns rurale ’ distnt’a rég (89,7gra habitants (voir tableau n° 1)2.

5 Ainsmetn58 l area rég)reté omeur unpopulatiortauché g6e s´onesapiornieos. sentifent de 196oair diffr de ru la pi-u’au ublirestis, auhn ejidalnplus conda g6e s´rérnéigielllnisfr de r: calculséral tôtet unes="p 7">d qs="num">4pemenfoons agrjpulat pro ducprié uctiles, covm">2<5">CoMexism">cialess le contexte de l’Alena

ca/em>cgloppement o-bus, oc<c partir des années 1930es,du tuisans, dpopulatioe eung">air dLara, 199nnéce "3874">rural1nt appelsidence d 199tne sess=en 1960le detslenalifornhortiiss="num">,slailleurs masculins isi des traémographiaulation par taillaccupla impsboomn haute d’étetslent ss=n ion dans c les ann cion ejidpction hs c les annœuv’pane ppan class="prepridence depuis les campid=onlleuriculinsuatypes dea g6e s´auaurs agriu enroocaliavai partvidues d,s ou à décenla saison haute d’été) le chan9de laat f 1997].stème a pne produoptent pasreste isoof="#furrigadu travail internate la population a nécest ss=eobservee rs urbainees de nons,grjpulats eétai air difn frontalièisement des nappes phréatiques.

çà 5o fots-Uemd rnaem>cmaréladoloppement loppementa/em>cce connectan. Ainsi, des reaux des 1998]ctugrandes edeatt llleurs masculinus gs ruralesive d´exportatian. Ainsi, des rue depan class=",pemen">c p 2000, la ps l pavncusses de rà laodi cmaréladoloppement loppementa/em>c.a/em>cgloppement o-bus, o<<) clst dua eusapiornieogion a vtd seà lo 2 e sénéiss( Cette productilture ’hnéia/mbeqgrenfié habitants (voir tableau n° 1)2.

çà ntière MeSft le Siaaueogci Sinalsle tte rglob MeSan l,p du texpaaher ddinitres,dupléeit parres eAlispotapn dstgrandes vilrcde la artir deque d,eeaarexuduceber éoneisturtrap quarnées 196 haÉtats om">22 wResizhe l -->habitantsgo-toplass="foo enrole-icon">Haueooonge4/img-1.pnodyftn2" href="atiq n°ibli de ceyg">Agrandlle i

Agrandlle i iv> ">Bibli de ceie/e="font h2
"> a>.

Alonso Jorge, Carrillo Jorge, Contreras Oscar, « Aprendizaje tecnológico en las maquiladoras del norte de México », in Frontera Norte, vol. 4, n° 27, COLEF, Tijuana, janvier-juin 2002, p. 43-82.

Barrón Martín, Barbosa Guadalupe, « San Vicente y San Quintín », in David Piñera Ramírez (coord.), Panorama histórico de Baja California, Centro de Investigaciones Históricas UNAMUABC, 1983, p. 247-252.

Conapo, Distribución territorial Localidades rurales. http://www.conapo.gob.mx /distribucion_tp/04.htm

Cholin Sylvie, « Les migrations de travail vers la Vallée de San Quintin en Basse Californie au Mexique », mémoire de DEA, Université de Paris X Nanterre, 2004.

Carrillo Jorge, Hualde Alfredo, « Maquiladoras de tercera generación. El caso de Delphy-General Motors », Comercio Exterior, vol. 47, n° 9, sep. 1997, p. 747-758.

Garduño Everardo, García Efrain, Moran Patricia, Mixtecos en Baja California : el caso de San Quintín, Mexicali, UABC, 1989.

Fomeim, Atención educativa intercultural a toda la infancia en migración interna: estudio de caso en Baja California, 2008.

García Salazar, José Alberto, Omaña Silvestre, José Miguel, « Fuentes de crecimiento del empleo en el sector agrícola del norte de México », Frontera norte, n° 25, vol. 13, janvier-juin 2001, p. 71-93.

Lara Flores, Sara María, Nuevas experiencias productivas y nuevas formas de organización flexible del trabajo en la agricultura mexicana, México, Distrito Federal, Editorial Juan Pablos, 1998, p. 302.

Lara Sara, « Características de las migraciones rurales hacia regiones hortícolas en el noroeste de México », Revista Latinoamericana de estudios del trabajo, año 6, n° 12, Buenos Aires, 2000.

Martinez Novo Carmen, « The Making of Vulnerabilities: Indigenous Day Laborers in Méxicos Neoliberal Agriculture », Identities : Global Studies in Culture and Power, n° 11, 2004, p. 215-239.

Martínez Veiga Ubaldo, « Organización del trabajo y racismo. El ejido (España) en el año 2000 », Migraciones Internacionales, vol. 1, n° 1, juillet-décembre 2001, p. 35-64.

Sagarpa, Informes del Programa Agrícola de San Quintín, 1992-93, 1996-97 à 2003-04, 2004.

Velasco Ortiz Laura, « Migración y fronteras culturales. La contienda por la identidad en una región transnacional », in Odile Hoffman, María Teresa Rodriguez (edit.), Los retos de la diferencia. Los actores de la multiculturalidad entre México y Colombia, Publicaciones de la Casa Chata, IRDCEMCA-CIESAS, 2007, p. 147-182.

Velasco Ortiz Laura, El regreso de la comunidad : migración indígena y agentes étnicos. Los mixtecos en la frontera México-Estados Unidos, El Colegio de México, El Colegio de la Frontera Norte, 2002, 283 p.

Zabin Carol, « U.S.-Mexico Economic Integration : Labor Relations and the Organization of Work in California and Baja California Agriculture », in Economic Geography, vol. 73, Issue 3, juil. 1997, p. 337-355.

Zlolniski Christian, « Economic Globalization and Shifting Capital-Labor Relations in Baja Californias ExportOriented Agriculture », in The Anthropology of Unions, Edited by Paul Durrenberger and Karaleah Reichart, University Press of Colorado, sous presse, 2009.

Haut de page

Notes

1 Cet article présente les résultats d’un projet de recherche pluridisciplinaire, financé au Mexique par le Conseil national de la science et la technologie (CONACYT), auquel je participe ainsi que Laura Velasco (sociologue du COLEF) et Christian Zlolniski (anthropologue de l’Université de Texas à Arlington).

2 Entre 1997 et 2004, alors que la tomate a diminué de 89 % à 59 % du total de la production d’été, le concombre est passé de 3 % à 15 %, et les oignons inexistants en 1997 représentent 19 % de la production d’été en 2004. Données SAGARPA, 1997-2004.

3 Visite de terrain, entreprise Los Pinos.

4 Si le travail des enfants dans les champs n´a pas disparu, particulièrement dans les entreprises moyennes, il est indéniable qu´il a fortement diminué à San Quintin, au cours des dernières années. Il existe d’ailleurs aujourd’hui des garderies dans plusieurs entreprises.

5 Ainsi pour toute la Basse Californie, en 1998 l’horticulture représente 12 % de la superficie cultivée mais 48 % de l’emploi agricole (García et Omaña 2001).

6 Les données des recensements sur la population correspondent à la période d’hiver, c’est-à-dire qu’elles n’incluent pas les immigrants temporaires de la saison d’été.

7 La zone semi-urbaine est définie comme les localités comprises entre 2 500 et 15 000 habitants.

8 Ces essais furent le fait de religieux comme les dominicains au tout début du xixe siècle qui poursuivent l’œuvre d’évangélisation des Jésuites en construisant des missions tout au long de la péninsule de Basse Californie, ou de colonisation civile à la fin du xixe par une compagnie anglaise [Barron et Barbosa, 1983].

9 Calculs projet COLEF-CONACYT à partir du recensement de 1960. Toutes les données sur la population présentées dans cet article ont été reconstruites dans le cadre du projet de recherche, à partir des données des différents recensements (de 1960 à 2000) de toutes les localités de la zone, ce qui a nécessité la construction d’un système d’information géographique pour situer chaque localité à partir de ses coordonnées géographiques.

10 Même si la population a plus que doublé au cours de la décennie 1960-1970, cela reste un chiffre très faible.

11 La proportion d’actifs passe de 55 % en 1990 à 49 % en 2000, l’indice de masculinité de 105,4 % à 102,5 %.

12 Données EBIMRE, Enquête Biographique de Mobilité Résidentielle et d’Emploi réalisée à San Quintin en 2005, dans le cadre de notre projet de recherche.

13 Les Oaxaqueños ayant la réputation d’être trop combatifs (les décennies de migration et travail agricoles ont enfanté des organisations combatives), les patrons sont allés chercher dans des régions plus reculées du Mexique, comme le Guerrero, les travailleurs migrants.

14 La cuarteria est un logement collectif mais sa construction est en dur alors que celle des campements est le plus souvent en tôle.

15 Ainsi, en 1989, 66 % des travailleurs agricoles résidaient en campements et 33 % en quartiers, alors qu’en 1999, on ne recensait que 33 % en campements, 56 % en maisons individuelles de quartiers et 10,5 % en cuarterias [Velasco, 2002   p. 71].

16 Les mobilisations sociales et les mouvements sociaux s’orientent désormais sur le problème du logement plus que sur les problèmes du travail. La mobilisation syndicale est difficile, alors que les entrepreneurs sont organisés et ont des relations avec ceux de Californie, ce n’est pas souvent le cas pour les travailleurs, et seule une organisation est internationale le FIOB : Front Indigène Oaxaquenio Binational.

17 La proportion au Oaxaca des actifs sans revenus frôle les 30 %. Or l’État du Oaxaca inclut la capitale et les autres zones urbaines, si l’on comparait avec le seul Oaxaca rural la différence avec San Quintin serait alors phénoménale.

18 Le salaire minimum mexicain est équivalent à 50,84 pesos journaliers, soit 4,96 dollars (janvier 2008).

19 Il existe des projets spécifiques, pour favoriser la scolarisation des enfants des familles migrantes dans les campements et les quartiers, comme Fomentar y Mejorar la Educación Intercultural para los Migrantes (FOMEIM) qui est constitué de 6 services éducatifs de l’État : Dirección de Educación de Baja California, Educación Indígena, Educación Migrante (PRONIM), Instituto Nacional para la Educación de los Adultos (INEA), Comisión Nacional de Fomento Educativo (CONAFE) y el Programa de Atención a Jornaleros Agrícolas (PRONJAG).

20 Les cycles scolaires obligatoires au Mexique sont le primaire et le secondaire, qui correspondent aux enfants de 6 à 14 ans pour ceux qui ont suivi une scolarité régulière.

21 À un niveau bien moindre que l’industrie maquiladora qui est devenue hétérogène et ne se limite plus seulement aux étapes de forte demande en travail et développe des étapes de recherche et développement (voir Carrillo dans ce dossier), il existe à San Quintin une compagnie agricole (filiale de la transnationale Monsantos) qui développe des étapes de recherche.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau n° 1 : Distribution de la population par taille de localités dans la Vallée de San Quintín, 2000
Crédits Source : calculs projet COLEF-CONACYT à partir des données du XII Censo General de Población y Vivienda, 2000, INEGI.
URL http://journals.openedition.org/cal/docannexe/image/1854/img-1.png
Fichier image/png, 18k
Titre Graphique n° 1. Revenus de la population active à San Quintin, dans les États de Basse Californie et du Oaxaca et dans l’ensemble du pays, 2000
Légende S. M. = salaire minimum
Crédits Source : calculs projet COLEF-CONACYT à partir des données du XII Censo General de Población y Vivienda, 2000, INEGI.
URL http://journals.openedition.org/cal/docannexe/image/1854/img-2.png
Fichier image/png, 20k
Titre Tableau n° 2. Caractéristiques des habitations individuelles, en pourcentages, San Quintin, 1990 et 2000
Crédits Source : calculs projet COLEF-CONACYT à partir des données du XII Censo General de Población y Vivienda, 2000, INEGI.
URL http://journals.openedition.org/cal/docannexe/image/1854/img-3.png
Fichier image/png, 21k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Laure Coubès, « Agriculture pour l’exportation et peuplement rural dans la région frontalière Mexique/États-Unis : San Quintin en Basse Californie », Cahiers des Amériques latines, 56 | 2007, 45-61.

Référence électronique

Marie-Laure Coubès, « Agriculture pour l’exportation et peuplement rural dans la région frontalière Mexique/États-Unis : San Quintin en Basse Californie », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 56 | 2007, mis en ligne le 31 janvier 2013, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/cal/1854

Haut de page

Auteur

Marie-Laure Coubès

Docteure de l’Université Paris Ouest – Nanterre La Défense, Marie-Laure Coubès est démographe et enseignante-chercheuse au département d’études de population du Colegio de la Frontera Norte depuis 1995. Ses recherches portent sur l’emploi, particulièrement sur les trajectoires professionnelles et les différenciations de genre, et les études biographiques à partir d’une perspective socio-démographique. Elle a notamment coordonné (avec María Eugenia Cosío et René Zenteno) Cambio demográfico y social en el México del siglo XX: una perspectiva de historias de vida en coordination (Mexico, Ed. Miguel Angel Porrúa/COLEF/ITESM, 2005).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • OpenEdition Journals