Navigation – Plan du site
Dossier. La question environnementale en Amérique latine

Processus de qualification et structuration des filières agro-alimentaires : quels impacts sur le développement rural en Amérique latine ?

Denis Requier-Desjardins et Aurélie Carimentrand
p. 31-51

Résumés

L’Amérique latine est productrice et exportatrice de biens agroalimentaires qualifiés, notamment par la labellisation en agriculture biologique ou commerce équitable. La perception des caractéristiques de qualité liées à ces biens et services joue un rôle primordial pour assurer « le consentement à payer » des consommateurs du Nord des actifs environnementaux ou sociaux par le biais du marché. Cette communication évalue l’importance et les caractéristiques de ce secteur ainsi que sa relation aux marchés d’exportation. Elle revient sur l’analyse économique de la qualification avant de s’interroger sur la contribution de ces dispositifs au développement rural.

Haut de page

Texte intégral

1L’Amérique latine a vu récemment l’émergence d’une production de biens et de services agroalimentaires bénéficiant de signes de qualité en liaison avec des caractéristiques de durabilité du développement, que cette durabilité soit écologique (agriculture biologique) ou sociale (commerce équitable). Ces biens et services s’adressent essentiellement à des marchés d’exportation. Ce mouvement reflète sa richesse en biodiversité naturelle ou agricole de même que l’importance des petits producteurs relevant de l’agriculture familiale.

  • 1 Cette réévaluation critique s’est impose dans le débat sur la gestion « patrimoniale » des aires de (...)

2La valorisation de biens privés sur les marchés peut contribuer à la préservation de l’environnement et de la biodiversité, tout en réduisant la pauvreté et en augmentant les capacités des populations rurales marginalisées. La relation entre ces activités et les niveaux de vie des populations concernées peut cependant faire débat11. La contribution de ces dispositifs au développement local dans les zones concernées est donc un élément essentiel de leur efficacité en termes de durabilité. Cette communication se veut une contribution à ce débat à partir du cas des pays d’Amérique latine.

3Nous dresserons tout d’abord un bilan des dispositifs de qualification concernés dans les pays d’Amérique latine et de leur impact. Puis nous reviendrons sur l’analyse économique de la qualification pour évaluer l’efficacité propre de ces dispositifs en matière de développement durable. Enfin nous analyserons leur articulation avec les formes du développement rural.

Qualification et activités en zones rurales en Amérique latine

  • 2 Les pays qui ont la part la plus importante de leur superficie en bio sont d’ailleurs des pays euro (...)

4Le marché des produits agroalimentaires biologiques ou du commerce équitable, concerne essentiellement les pays du Nord, qui sont également producteurs22. Cependant une des caractéristiques de la production bio et équitable (pour ce dernier label c’est d’ailleurs une exigence) : être aussi largement produite dans des pays du Sud. Cette production est essentiellement exportée vers les marchés du Nord, ce qui fait de ces flux, malgré leur relativement faible volume, un élément des relations commerciales Nord-Sud. Or l’Amérique latine est l’exportateur principal de ces produits en direction de l’Europe et de l’Amérique du Nord.

5D’après les chiffres de l’IFOAM, la surface agricole dédiée à l’agriculture biologique en Amérique latine a atteint 6,4 millions d’hectares en 2006, soit 20 % du total mondial estimé à 31,5 millions d’hectares. Ce résultat place l’Amérique latine à la troisième place au niveau mondial derrière l’Océanie (12,1 millions d’ha. et 39 %) et l’Europe (6,5 millions d’ha. et 21 %). L’Amérique latine est le continent où il y a le plus grand nombre d’exploitations dédiées à l’agriculture biologique (plus de 150 000 soit 31 % du total), reflet de la prédominance des petites exploitations dans ce secteur [Willer et Yussefi, 2006]. Par ailleurs L’Amérique latine comptait, en 2006, six millions en « wild forest area » soit 33 % du total mondial, ce qui montre l’intégration des ressources de la biodiversité naturelle dans ce processus.

Tableau n° 1. Évolution de la répartition estimée de la superficie certifiée en agriculture biologique de 2001 à 2006

Tableau n° 1. Évolution de la répartition estimée de la superficie certifiée en agriculture biologique de 2001 à 2006

Source : Vallejo, Willer et Yussefi.

6Les données des tableaux 2 et 3 reflètent différents cas de figure :

Tableau n° 2. Classement des pays d’Amérique latine en fonction de leur superficie en agriculture biologique en 2005-2006

Tableau n° 2. Classement des pays d’Amérique latine en fonction de leur superficie en agriculture biologique en 2005-2006

Source : Willer et Yussefi [2006].

Tableau n° 3. Poids des petits producteurs dans la production agricole certifiée biologique et Amérique latine

Tableau n° 3. Poids des petits producteurs dans la production agricole certifiée biologique et Amérique latine

Source : Damiani [2002].

7En premier lieu, les pays qui ont une spécialisation dans la production de produits de l’élevage ovin ou bovin, principalement les pays du cône sud et le Brésil, ont une superficie en bio importante, liée avant tout à l’importance des pâturages extensifs certifiés bio. Le nombre des exploitations est modéré ; elles sont donc souvent de grande taille. Pour les cultures végétales, on distinguera les pays plutôt spécialisés dans les cultures de climat tempéré, essentiellement fruit et légumes, dans les pays du cône sud, le Brésil (dans sa partie sud), ainsi que le Nord du Mexique, et les pays spécialisés dans les produits tropicaux, où dominent le café et le cacao, le Mexique, les pays d’Amérique Centrale et des Caraïbes ainsi que certains pays andins pour le quinoa (Bolivie) ou même le café et le cacao (Bolivie, Pérou, Equateur). Les pays andins et tropicaux sont plutôt caractérisés par un nombre important de petites exploitations alors que les pays du cône sud, comme l’Argentine spécialisés sur les produits tempérés, sont caractérisés par de grandes exploitations.

  • 3 Si on regroupe l’artisanat et les produits agroalimentaires, la première zone exportatrice de produ (...)

8Si l’on s’en tient aux seuls produits agroalimentaires3, les pays d’Amérique latine sont largement dominants dans les flux de commerce équitable : les cartes ci-dessous, établies pour le café et le cacao qui représentent une majorité des flux en témoignent ainsi que le nombre des organismes bénéficiant de la certification FLO.

9La labellisation équitable concerne principalement les pays d’Amérique centrale et andine et des Caraïbes mais aussi certains pays du cône Sud depuis l’élargissement des standards FLO pour le vin, le miel et les agrumes à l’Argentine. La liste des produits est proche de celle des produits sous labellisation bio avec laquelle elle se combine très souvent : café, cacao, fruits frais (bananes, mangues, avocats…) et déshydratés, jus de fruits, sucre, quinoa, miel, vin…

Carte n° 1. Répartition de la production de café équitable labellisée FLO dans le monde

Carte n° 1. Répartition de la production de café équitable labellisée FLO dans le monde

Source : Max Havelaar.

10Le café est le principal produit concerné. Parmi les 203 groupements de producteurs enregistrés en 2004 par FLO en Amérique latine, 165 concernent le café (dont 40 au Mexique et 52 en Amérique centrale). Ainsi le Mexique, cinquième producteur mondial, avec trois millions de personnes, dont 60 % d’indigènes, qui dépendent du café, est un des pionniers de la culture certifiée biologique du café et comptait en 2000, 29 organisations inscrites au registre des producteurs de café du commerce équitable tenu par FLO, contribuant à 25,1 % des ventes totales des organisations de Commerce Équitable. De même on estime que 30 % de la production de café au Pérou est biologique [Willer et Yussefi, 2004].

  • 4 Entre 2002 et 2005, le volume de café et de bananes commercialisés dans les 21 pays du Nord où exis (...)

11Les filières labellisées Max Havelaar ont permis le référencement des produits du commerce équitable dans les grandes surfaces de distribution, l’augmentation de la notoriété du concept de commerce équitable auprès des consommateurs et la hausse des ventes de produits agroalimentaires équitables importés d’Amérique latine et d’autres régions du Sud4.

12Le marché des produits biologiques et équitables en Amérique latine est essentiellement un marché à l’exportation vers les pays du Nord, compte tenu d’une consommation locale qui reste faible. Willer et Yussefi [2004] estiment ainsi que les exportations hors du continent représentent 90 % du total de la production. Les exportations vers l’Europe ont un poids relatif important. C’est notamment le cas pour la production biologique argentine (83 % des exportations en 2003 contre 10 % pour les États-Unis selon le SENASA) [2004], et dans une moindre mesure pour le Brésil. Les exportations des pays d’Amérique Centrale et Andine se font également majoritairement vers l’Europe même si le poids des États-Unis est sensiblement plus important sur les produits tropicaux.

Carte n° 2. Répartition de la production de cacao équitable labellisée FLO dans le monde

Carte n° 2. Répartition de la production de cacao équitable labellisée FLO dans le monde

Source : Max Havelaar.

13La prime correspondant à la labellisation biologique s’étale entre 22 % et 175 % pour un échantillon de produits tropicaux exportés par le Mexique, les pays d’Amérique Centrale et des Caraïbes [Damiani, 2002]. La combinaison des deux labels, biologique et équitable, permet aux petits producteurs d’accéder à des prix plus rémunérateurs. Par exemple en 2001, le prix était de moins de 50 $ pour une t. de café, mais de 125 pour du café équitable et de 145 pour du café équitable et biologique. Pour le quinoa, les standards FLO établissent un prix minimum de commerce équitable de 711 US$ ? par tonne de quinoa conventionnel et de 861 US$ par tonne de quinoa biologique.

14Enfin, même s’il est très minoritaire dans les débouchés il existe un marché local. Le Brésil se détache des autres pays dans la mesure où une part significative de la production est écoulée sur le marché national : sur un total de 150 millions de $ de chiffre d’affaires de l’agriculture biologique en 2003 on estimait à 20 millions de $ la part du marché local (Sociedade Nacional de Agricultura). Il semble que ce marché concerne surtout les centres urbains du sud du pays (il existe par exemple cinq « marchés bios » à São Paulo). L’Argentine a vu également l’émergence d’un marché urbain. Dans les autres pays (Mexique, Pérou) il n’y a que des tentatives marginales de développement du marché national sous la forme de marchés bios organisés dans la capitale.

15En ce qui concerne la normalisation, la situation est elle aussi variable, que ce soit pour l’établissement de législations nationales établissant des normes pour la production biologique ou pour la mise en place de la certification :

16– L’établissement d’une législation nationale concernant les produits biologiques, prévoyant en particulier la certification par délégation à un tiers, existe dans un certain nombre de pays (Argentine, Costa-Rica, Mexique, Pérou, Brésil, Chili, Guatemala, Nicaragua). Ces normes officielles peuvent cependant être incomplètes (par exemple l’élevage n’est pas inclus dans la norme mexicaine).

17– La certification de la production biologique latino-américaine a d’abord été réalisée par des organismes certificateurs nord-américains (OCIA, FVO, …) et européens (Naturland, IMO, Skal, Ecocert…) qui ont déployé leur savoir-faire à l’international. Progressivement, on a assisté à la création d’organismes de certification nationaux d’origine publique, privée ou associative (Argencert en Argentine, INKA CERT au Pérou, BIOPACHA et BOLICERT en Bolivie, BIOMUISCA en Colombie et CENIPAE au Nicaragua…). En 1997 quatre de ces organismes de certification nationaux se sont regroupés dans un organisme à l’échelle continentale, qui couvre essentiellement les pays andins et d’Amérique centrale, BIOLATINA [Rojas, 2003]. Au Mexique CERTIMEX a été créé par des associations de petits producteurs des états d’Oaxaca et du Chiapas, notamment par des producteurs de café biologique [Maldonado, 2003].

18L’accès aux principaux marchés d’exportation pour les produits biologiques d’Amérique latine est réservé aux producteurs qui parviennent à obtenir un certificat reconnu par les pays importateurs. Afin de pouvoir être commercialisés avec le label européen et/ou les labels nationaux de l’agriculture biologique, les produits biologiques exportés vers l’Union Européenne doivent être issus de systèmes de production respectant le règlement européen sur l’agriculture biologique (le règlement CEE N° 2092/91) et être présentés en douane avec un certificat original de contrôle émis par un organisme certificateur accrédité.

19Dans le cas des pays tiers, dont la réglementation nationale sur les produits biologiques est reconnue équivalente au règlement européen sur l’agriculture biologique (en Amérique latine, l’Argentine et le Costa Rica), un produit certifié par un organisme de certification accrédité au niveau national peut être commercialisé directement en tant que produit biologique dans l’Union Européenne. Pour les autres pays disposant d’une réglementation qui n’est pas reconnue pour équivalente, des dispositifs dérogatoires étaient autorisés jusqu’en décembre 2006 : l’existence d’une convention entre un organisme certificateur national qui réalise l’inspection et un organisme certificateur européen accrédité dans un État membre de l’Union Européenne. (CERTIMEX coopère avec trois organismes européens de certification en Suisse, en Allemagne et en Suède) ; la certification par un organisme certificateur accrédité dans un État membre de l’Union Européenne (cas de BIOLATINA, accrédité par l’Allemagne) ; la certification par les filiales d’organismes certificateurs européens accrédités par l’UE, par exemple par le bureau Skal implanté dans la capitale péruvienne.

20Afin d’obtenir une accréditation auprès d’un pays européen, les organismes de certification latino-américains doivent mettre en place des procédures de contrôle basées sur le respect des normes européennes et respecter la norme EN 45011. Cette norme, dont l’équivalent dans le système de l’organisation internationale de normalisation est représenté par la norme ISO 65, concerne les exigences générales relatives aux organisations procédant à la certification des produits : indépendance vis-à-vis de la profession, compétence, efficacité et confidentialité.

21Les producteurs latino-américains qui souhaitent valoriser la qualité biologique de leur production sur les marchés européens doivent donc se conformer au respect des critères définis dans le cahier des charges officiel européen et payer les services d’un organisme de certification. Dans le cas des produits transformés, l’entreprise de transformation doit, elle aussi, être certifiée. De même, l’octroi du label nord-américain pour les produits biologiques importés est soumis au respect des standards nord-américains sur l’agriculture biologique, décrits dans le Organic Foods Production Act of USA (ou US NOP), et au contrôle par un organisme accrédité par les États-Unis. BIOLATINA, mais aussi d’autres organismes comme Bolicert, sont accrédités pour la certification de la norme nord-américaine.

22Par ailleurs, si les organismes certificateurs nationaux et régionaux ont été créés dans le but de réduire les coûts associés à la certification, certains pays, comme le Brésil, où il existe un marché national, peuvent voir se développer des systèmes nationaux de certification moins exigeants que les normes internationales pour générer un processus d’apprentissage de la certification auprès des producteurs. Quant aux standards internationaux pour l’agriculture biologique développés par l’IFOAM et par le Codex Alimentarius, ils peuvent servir de base pour l’élaboration de standards nationaux mais ne peuvent pas être utilisés comme référence pour la certification.

23En tout état de cause le coût des systèmes de certification constitue un obstacle majeur au développement de l’agriculture biologique pour l’exportation en Amérique latine : dans certains types de production, comme le quinoa, rares sont les producteurs ayant les moyens financiers de payer à titre individuel les services d’un organisme certificateur. Deux options se présentent alors : adhérer à une organisation de producteurs pour bénéficier d’une certification collective, ou bien travailler sous contrat avec un transformateur qui prend en charge le coût de la certification.

24La certification collective permet de réduire considérablement les coûts de la certification, grâce à la mise en place de systèmes de contrôles internes à l’organisation de producteurs. L’obstacle au développement de l’agriculture biologique passe d’une contrainte économique, le coût de la certification individuelle, à une contrainte institutionnelle, devenir membre d’une organisation de producteurs. Par ailleurs le producteur perd une certaine autonomie dans la commercialisation de sa production, puisque le certificat biologique ne lui appartient pas. Il est obligé de vendre sa production à l’entreprise ou à l’organisation de producteurs ayant pris en charge le coût de la certification pour que le certificat soit valable.

  • 5 Ces standards comportent des standards pour les producteurs (organisations de producteurs ou main-d (...)
  • 6 Fairtrade Mark (Irlande), Fairtrade Foundation (Grande-Bretagne), Förningen för Rättvisemärkt (Suèd (...)

25En matière de commerce équitable, les systèmes internationaux de certification sont essentiellement d’origine privée, gérée par des ONG (en particulier FLO – Fairtrade Labelling Organisation) ou par des groupes privés, notamment de la grande distribution. Les filières labellisées par l’ONG FLO représentent les principales filières de commerce équitable pour les produits agricoles d’Amérique latine. Cette ONG définit des cahiers des charges par produit55 et tient un registre de groupements de producteurs et de plantations certifiés. Les dix-sept « initiatives nationales » membres de FLO66 délivrent à des importateurs et des transformateurs, pas forcément spécialisés dans le commerce équitable, le label Max Havelaar. L’octroi de ce label est assimilable à un système de licence soumis à des droits de marque. Il est accompagné d’un contrôle du respect des standards de commerce équitable définis au niveau international par FLO et de l’obligation de se fournir auprès des producteurs inscrits au registre tenu par FLO. D’autres filières de commerce équitable pour les produits agricoles d’Amérique latine ont été développées par les centrales d’achat des « magasins du Monde » (par exemple en France Solidar’Monde, la centrale d’achat des magasins de la fédération Artisans du Monde, ou la coopérative ouvrière de production Andines). Les producteurs ne font pas l’objet d’une certification par délégation à un organisme tiers, mais d’un contrôle réalisé directement par les importateurs. Les produits issus de ces filières ne sont pas commercialisés en GMS mais dans des magasins spécialisés (dans les magasins de commerce équitable Artisans du Monde pour les produits importés par Solidar’Monde, voire dans les magasins de produits biologiques Biocoop pour les produits à la fois équitables et biologiques) sous les marques de ces importateurs spécialisés dans le commerce équitable.

Systèmes de qualification et développement durable

26Les processus de qualification jouent un rôle dans le fonctionnement et l’efficience des marchés [Akerlof, 1970] : les interactions de marché reposent sur un accord des offreurs et des demandeurs autant sur la qualité des biens des services échangés que sur leur prix. Ils supposent donc l’identification, voire la construction, de caractéristiques de qualité [Lancaster, 1966] qui peuvent être intrinsèques ou extrinsèques au produit, tenant par exemple au contexte de production ou d’achat. Du fait de la présence d’asymétries d’information et d’incertitudes sur la réalité de ces caractéristiques, leur construction est le résultat d’un processus cognitif associant les parties prenantes à la définition de la qualité, notamment les consommateurs finaux.

27On distingue les différents attributs par rapport aux capacités cognitives des consommateurs [Nelson, 1970] :

28– attributs de recherche, directement appréhendables par le consommateur dans son processus de recherche du produit ;

29– attributs d’expérience, identifiés par l’expérience de consommation, donc postérieurement à l’achat, et qui guident le consommateur dans une perspective de transactions répétées ;

  • 7 Certains [Jahn, Schramm et Spiller, 2005] développent la notion d’attribut « Potemkine », dans le c (...)

30– attributs de croyance, que le consommateur ne peut appréhender par la recherche ou l’expérience, et pour lesquels il doit recourir à la croyance, par exemple à travers la confiance qu’il porte au vendeur ou au label qui garantit le produit7.

31Des processus de qualification bio et équitable se sont développés autour de l’identification de caractéristiques référées au processus de production de biens et services ayant un lien avec la protection de l’environnement et des écosystèmes, la biodiversité, naturelle ou agricole, et plus largement le développement durable. Ces processus favoriseraient l’émergence chez les consommateurs d’un « consentement à payer » pour ces caractéristiques de qualité qui se réfèrent à des biens publics, du fait de leur production jointe avec celle de biens privés que sont les produits agroalimentaires qualifiés.

32La relation entre les consommateurs et le produit (ou le service) est cependant médiatisée par les filières dont l’étendue géographique et la complexité organisationnelle est plus ou moins importante. On a vu depuis un quart de siècle la constitution de « filières globales » (« Global Value Chains ») [Gereffi, 1999], dont l’étendue géographique couvre plusieurs pays, et dont les acteurs dominants sont des firmes transnationales, contrôlant les maillons stratégiques créateurs de valeur ajoutée et réorganisant les autres acteurs en réseaux productifs qu’ils contrôlent. Les formes de gouvernance de la filière qui y prédominent mobilisent des réseaux de sous-traitance sur les activités utilisant des facteurs génériques, qui intègrent de nombreux producteurs des pays du sud, alors que les actifs spécifiques restent contrôlés par les grands groupes dominants. Il existe certes des filières à l’échelon national ou local (en particulier les « filières courtes » en agroalimentaire) mais elles occupent une place subordonnée et elles subissent souvent la pression des filières globales avec lesquelles elles rentrent en concurrence. Par ailleurs l’étendue géographique, un des critères qui contribue à définir le caractère global d’une filière, concerne particulièrement les flux Sud-Nord.

  • 8 La part de la distribution contrôlée par ces groupes tend à augmenter à l’échelle mondiale, non seu (...)

33Les « filières globales » agroalimentaires sont « buyer’s driven » (pilotées par l’aval). En effet la relation du consommateur au produit est spécifique dans ce secteur, puisqu’elle implique une relation biologique d’ingestion et une relation symbolique d’identité [Fischler, 1993]. L’actif stratégique de la filière est donc constitué par le contrôle de la relation avec le consommateur, qui inclut notamment les processus de qualification des produits. Ces filières sont donc dominées par la grande distribution alimentaire (et non alimentaire) avec trois groupes dominants à l’échelle mondiale (Wal-Mart, Carrefour et Ahold) et un certain nombre de groupes moins puissants, parfois sous-régionaux ou nationaux8.

  • 9 Comme le label « équitable » Utz Kapeh mis en place par le groupe Ahold.

34Les processus de qualification ne sont pas indépendants de la structure de la domination des filières globales agroalimentaires par les grands groupes de la distribution. La définition de normes et de labels volontaires est de plus en plus pour eux un nouvel outil de gouvernance des filières globales au-delà des caractéristiques des produits [Fulponi, 2006]. Les normes privées qu’ils définissent sont d’ailleurs souvent plus exigeantes que les normes publiques, qui apparaissent comme des minima. La mise au point et le respect de labels liés à ces normes ainsi que la mise en place de systèmes de certification par tiers qui en assurent le contrôle sont nécessaires pour la crédibilité de ces normes et sont utilisés également comme un outil stratégique [Hatanaka et al., 2005], notamment pour le contrôle des fournisseurs en amont et le report sur eux de charges d’investissement liées à l’amélioration de la qualité. Cette démarche stratégique a pour objectif de fidéliser le consommateur, de segmenter le marché en proposant des lignes de produits de qualité et de se garantir contre une éventuelle mise en cause en cas d’accident sanitaire sur les produits. Elle intègre des normes et des labels liés à des caractéristiques de durabilité, soit que les firmes dominantes les définissent9, soit qu’ils intègrent à leur stratégie les labels d’origine publique (comme les différents labels bio) ou mis en œuvre par les ONG (comme le label Max Havelaar). Le positionnement des ONG de l’agriculture biologique ou du commerce équitable (FLO) ainsi que des organisations de consommateurs engagés est déterminé par le fait qu’elles gèrent des labels privés qui s’appuient également sur la certification par tiers. Elles présentent ces labels comme alternatifs mais ils sont en fait intégrés au système de normes structurant les filières globales agroalimentaires qui est utilisé comme outil de gouvernance par les firmes dominantes.

35La proximité géographique des consommateurs avec les producteurs définit leur capacité cognitive vis-à-vis de l’appréciation de ces attributs. Elle détermine les capacités d’observation des attributs de recherche et favorise la fréquence des transactions qui permet d’appréhender les attributs d’expérience. Elle peut favoriser la confiance qui détermine l’accord sur les attributs de croyance. Or dans le cas de flux Sud-Nord les consommateurs sont a priori souvent éloignés géographiquement des opérations de production qui mobilisent les ressources naturelles au sud. Cela n’est pas favorable au processus cognitif d’appréhension de la qualité et justifie la mise en place de label. L’absence de proximité géographique ne signifie toutefois pas qu’il n’existe pas d’autres formes de proximité, notamment de proximité organisationnelle ou institutionnelle [Rallet, Torre, 2002] : l’agriculture biologique ou le commerce équitable se sont justement construits sur une proximité des producteurs et des consommateurs par le partage d’un certain nombre de valeurs, voire par le développement d’une « éthique relationnelle » [Ballet et Carimentrand, 2007], y compris dans des situations où l’éloignement géographique était important, comme dans le cas du commerce équitable. Mais la tendance lourde que l’on observe au fur et à mesure que se développent ces marchés est un passage d’un système fondé sur des organisations (ONG, coopératives, réseaux militants) à un système de signes de qualité et de labellisation, qui se substitue à l’établissement de la qualité par l’environnement la garantie d’un certain nombre de normes.

  • 10 Selon Lancaster [1966] les caractéristiques ont une valeur objective pour les consommateurs et doiv (...)

36Cette évolution implique deux conséquences. D’une part, la construction de la qualité par les consommateurs peut être rattachée à leur capacité cognitive d’identification de caractéristiques qui soient une connaissance commune au moins pour certains groupes10. Il est clair que dans un contexte où l’activité de consommation ne passe plus par des réseaux organisationnels à caractère plus ou moins militant mais se situe dans le cadre de l’approvisionnement dans la grande distribution et de l’arbitrage entre produits qualifiés et non qualifiés, les capacités cognitives d’identification des caractéristiques de qualité deviennent moins grandes, car les consommateurs ne sont plus en situation de proximité « institutionnelle » avec les autres acteurs de la filière. Ils sont par ailleurs confrontés à un éventail de produits, non labellisés ou labellisés, beaucoup plus grand et à une multitude de labels dont certains directement gérés par les firmes [cf. Giovanucci et Ponte, 2005, sur le cas du café]. Le comportement des consommateurs repose sur l’existence de la confiance (ou de la suspicion) vis-à-vis d’un système de régulation de la qualité qui est perçu globalement au niveau de la filière. Par ailleurs les motivations des consommateurs évoluent avec la structuration des filières de qualité liée à la durabilité et leur positionnement en « marché de niche ». Selon Fulponi [2006], la majorité des firmes de la grande distribution de l’OCDE souligne l’importance des exigences de qualité sanitaire et de santé dans la demande qu’ils perçoivent de la part des consommateurs. L’utilisation d’autres labels sur l’environnement, sur les conditions sociales ou le bien-être animal semble subordonnée à cette exigence première. Les enquêtes sur le marché des produits de l’agriculture biologique en France montrent clairement la domination de la préoccupation individualiste de la qualité sanitaire des aliments sur les motivations « altruistes » de caractère environnemental. Enfin, le commerce équitable peut paraître moins concerné par cet affadissement des motivations altruistes mais au fur et à mesure que ses produits sont présents dans la grande distribution, on constate le passage d’une motivation militante d’engagement sur le développement à une motivation « humanitaire » beaucoup plus floue, qui peut justifier que l’on achète quelques produits de ce commerce équitable (qui de toute façon ne concerne que quelques produits) de la même manière que l’on fait des dons à des organismes humanitaires.

  • 11 Une telle conclusion rejoint en partie la position d’Allaire [2003] qui souligne l’incomplétude de (...)

37La prolifération des signes de qualité portant sur différentes caractéristiques pas forcément toutes identifiables par le consommateur en l’absence de consultation du cahier des charges, répond à une nécessité d’économie des ressources cognitives : la mise en place de labels, résume une information complexe sur des attributs de croyance. Le consommateur peut toutefois pousser à l’extrême cette économie en retenant un concept englobant de qualité. Dans cette optique, la labellisation équitable qui intervient en complément de la référence biologique pourrait être considérée comme un renforcement de la garantie initiale. Certes Henson et Reardon [2005] proposent de distinguer les normes visant des caractéristiques ayant le statut de « biens publics » (bien-être animal, commerce équitable, protection de l’environnement) et les normes visant des caractéristiques plutôt « privées » (sécurité des aliments, goûts), destinées à différencier le produit, mais cette distinction analytique ne correspond pas forcément à la perception du consommateur ; les attributs de qualité peuvent apparaître comme multiples, flous et de ce fait « globalisés » par le consommateur dans une vision optimiste du type « win-win » ; un produit sain est en même temps un produit qui respecte l’environnement, qui est produit par de petits producteurs, cultivant des variétés « traditionnelles » et ancrées territorialement11.

Qualification et développement rural en Amérique latine

38La spécialisation de l’Amérique latine dans une production biologique et équitable essentiellement destinée à l’exportation vers les pays du Nord est-elle un prolongement de la spécialisation du continent dans la production de matières premières agricoles ou au contraire l’embryon d’un changement de ce rapport ?

39Nous pouvons identifier trois modèles de systèmes de production et de commercialisation des produits biologiques en Amérique latine. Un premier modèle concerne essentiellement les produits animaux et végétaux tempérés. Il est particulièrement développé dans les pays du cône sud (Argentine, Chili, Uruguay et éventuellement Brésil). Il est mis en œuvre par des exploitations qui peuvent être relativement importantes, le modèle du petit producteur n’y étant pas dominant. Dans le cas de l’Argentine, où il est largement dominant, ce modèle s’accompagne d’une certification individuelle dans le cadre du statut de pays tiers. Il n’y a aucun lien avec le commerce équitable. Ce modèle peut se retrouver de manière plus marginale dans un pays comme le Mexique où, dans le secteur des fruits et légumes pour le marché américain, on constate une émergence d’exploitations commerciales de taille respectable et où l’on s’attend à ce que le développement futur du secteur des produits biologiques soit essentiellement le fait de ce type d’exploitations, ces producteurs étant de plus en plus nombreux à s’intéresser aux débouchés offerts par ce marché en expansion et plus à même de garantir des approvisionnements réguliers et de répondre aux exigences de qualité des importateurs.

40Un second modèle qui concerne le Mexique, l’Amérique centrale, les Caraïbes et les pays Andins est centré sur des produits tropicaux (café, cacao, fruits) ou andins (quinoa) et mis en œuvre par de petits producteurs relevant de l’agriculture familiale. Ces systèmes de production sont souvent développés et gérés dans le cadre de communautés indigènes ou paysannes : ainsi au Mexique 98,5 % des producteurs bio sont de petits producteurs, qui contrôlent 84 % de la superficie et 69 % des revenus ; 50 % des producteurs bios mexicains sont membres d’un groupe ethnique indigène. De même en Bolivie, la production de quinoa biologique est principalement réalisée dans le cadre de communautés paysannes ou ayllus, qui conservent un certain rôle dans la gestion des systèmes de production, quoique leur pouvoir de coercition tende à s’amenuiser sous l’effet d’une modification complexe des rapports sociaux liée en partie au « boom » des exportations de quinoa et aux flux migratoires [Laguna, 2000]. La gestion communautaire des infrastructures de traitement et de la relation avec la filière ainsi que le rôle de certains mouvements religieux liés à la théologie de la libération et de certaines ONG nationales et internationales y sont importants. Il y a une articulation très forte entre commerce équitable et production biologique [Tovar et al., 2003]. Ces petits producteurs, majoritairement rassemblés au sein de coopératives agricoles, ont dans la plupart des cas bénéficié d’aides externes pour mener à bien leur projet. Devant le peu de soutien offert par les institutions publiques de développement de l’agriculture, ce sont bien souvent les financements et l’assistance technique, pourvus par les ONG locales ou étrangères, ou bien les contrats passés avec des entreprises privées qui permettent la conversion et la certification biologique des terres agricoles, comme l’illustre le cas du quinoa biologique en Bolivie. On constate d’ailleurs une tendance à la spécialisation d’un pays dans quelques produits : en Bolivie, le quinoa représente les trois quarts de la production biologique bolivienne devant le café et le cacao. La république dominicaine produirait 60 % du cacao bio, etc.

41Un troisième modèle, encore émergent, concerne une agriculture biologique de petits producteurs, orientés vers des produits tels que les fruits et légumes, et cherchant un débouché prioritairement sur les marchés urbains au plan national. Par exemple un certain nombre d’initiatives dans des états au sud du Brésil, Santa Catarina ou Rio Grande do Sul, cherchent à développer des formes de « certification participative » basée sur des relations directes entre producteurs et consommateurs. De manière encore très marginale, ce modèle se retrouve dans des pays comme le Mexique, le Pérou ou l’Argentine où commencent à se développer des marchés urbains de produits biologiques. Dans la mesure où l’exportation n’est pas la destination des produits, la question du lien avec la certification équitable n’est pas pertinente, même si la logique qui préside à la constitution de ce modèle est souvent inspirée de la problématique du commerce équitable et solidaire.

42Le premier modèle purement biologique peut être vu comme un exemple, parmi d’autres (le vin, les fruits de contre-saison, etc.) du développement des « exportations non traditionnelles » par l’agriculture commerciale dans les puissances agricoles émergentes du sud du continent. Le second modèle qui articule certification biologique et labellisation équitable a vocation à constituer une forme alternative d’intégration de l’agriculture familiale ou paysanne au commerce international qui puisse permettre d’associer ouverture à l’exportation et développement rural au plan local. Le troisième modèle renvoie plutôt à une dynamique du marché des produits biologiques provoquée par l’urbanisation qui renforcerait le développement de l’agriculture familiale et paysanne.

  • 12 La qualité spécifique est un facteur qui tend à réduire l’élasticité de substitution [Lucas, 1988] (...)

43La contribution de ces filières au développement des pays d’Amérique latine peut être appréhendée au niveau macroéconomique des filières globales, au niveau méso-économique des régions et des territoires et au niveau microéconomique des exploitations. Au niveau macroéconomique le positionnement sur des filières agroalimentaires de qualité peut limiter le caractère appauvrissant d’une spécialisation sur la production de produits primaires12. L’importance de l’Amérique latine dans l’approvisionnement des pays Européens en produits biologiques et équitables, combinée à la croissance très rapide du marché de ces produits dans ces pays, est un argument en faveur de cette hypothèse : en Europe le coût de conversion à l’agriculture biologique est une barrière à l’entrée dans ce secteur, alors qu’elle est en principe minime dans les systèmes d’agriculture familiale latino-américains, peu utilisateurs d’engrais ou de produits de traitement.

44Toutefois, il y a maintien de « barrières à l’entrée » dans l’accession au label par les producteurs. Les signes de qualité comme les labels sont des actifs stratégiques dans des filières « buyer’s driven » que sont les filières agroalimentaires. Ils contribuent à définir la hiérarchie entre les acteurs qui s’exprime par un type de gouvernance de la filière et une répartition de la valeur ajoutée. Par exemple, le contrôle de la certification par des acteurs situés dans les pays consommateurs et proches de l’aval renforce, du fait du coût de certification pour les producteurs, le poids de la valeur ajoutée dans les segments aval de la filière.

  • 13 Dans les pays développés, la rémunération du producteur peut être un élément de qualification pour (...)

45La caractéristique « équitable » est par définition non substituable par des produits originaires des pays développés13. Elle se définit de plus par un pourcentage plus élevé de la valeur ajoutée au niveau de la production. Il faut cependant distinguer filières intégrées et filières labellisées : si, jusqu’au début des années 1990, le mouvement du commerce équitable constituait un circuit de commerce alternatif, s’adressant aux personnes sensibilisées par l’égalité entre le Nord et le Sud, il est aujourd’hui présent dans la grande distribution : ainsi en France par exemple, les super et hypermarchés représentent près de 60 % du marché. De même les produits bios sont de plus en plus commercialisés dans la grande distribution, au détriment des distributeurs spécialisés. Cette évolution s’accompagne d’un changement des motivations des consommateurs, d’une consommation « militante » à une consommation beaucoup plus « volage » centrée sur certains produits et motivée par des considérations plus individualistes. Le risque existe que la consommation des produits sous label équitable connaisse la même évolution, surtout dans une situation où les produits équitables sont également labellisés bio. En effet, ce label peut apparaître comme un signal de « confirmation » de la qualité intrinsèque d’un produit supposé naturel au détriment de sa signification en termes de durabilité sociale. Par ailleurs la labellisation équitable est elle-même menacée par l’existence de systèmes privés de labellisation, particulièrement par les nouveaux acteurs de la grande distribution et de l’agroalimentaire ayant pris pied dans les filières simplement labellisées.

46Ainsi, si l’existence de ces labels réduit l’élasticité de substitution des produits qualifiés, une partie de la valeur ajoutée liée à la réduction de cette élasticité sera localisée dans les segments des filières situés au Nord. Ceci est vrai en particulier pour le second modèle que nous avons identifié, alors même que c’est ce modèle qui mobilise le commerce équitable. Paradoxalement c’est dans le cas du premier modèle, où le contrôle local de la certification est plus développé (statut de pays tiers) que cette tendance pourrait être la moins développée. Le développement du troisième modèle, centré sur les marchés nationaux, pourrait également la contrebalancer mais son poids reste marginal.

47Au niveau méso-économique des régions et des territoires, les produits agroalimentaires de qualité du second et du troisième modèle sont produits en règle générale dans des zones défavorisées. Le jeu de l’élasticité de substitution peut se retrouver ici à un niveau interrégional : ces régions défavorisées spécialisées dans des cultures où les possibilités d’augmentation de la productivité sont limitées peuvent combattre la marginalisation en se spécialisant sur des produits avec des caractéristiques spécifiques. La combinaison du bio et de l’équitable paraît particulièrement pertinente dans ce type de région. Elle garantit un niveau de revenu au producteur et favorise la structuration des communautés paysannes autour de l’activité et l’utilisation des revenus pour un certain nombre de projets de développement local. En effet elle renforce les capacités organisationnelles et techniques maîtrisées au plan territorial par les acteurs engagés dans ces systèmes. Ce sont souvent des communautés indigènes, ou paysannes, avec l’aide d’ONG étrangères, qui développent la production biologique et équitable. Elles gèrent des infrastructures collectives, de traitement ou de conditionnement des produits, et développent des relations avec les autres acteurs de la filière. Les processus de certification collective renforcent cette tendance. Il y a donc des effets d’apprentissage liés au positionnement sur ces filières, notamment en ce qui concerne la construction d’un système crédible de normes et de spécification.

48Toutefois, même si la labellisation équitable repose toujours sur le paiement d’un prix minimum au producteur, la domination des filières labellisées risque en fait de diminuer le contrôle des producteurs sur la valeur ajoutée, dans la mesure où ils ne sont plus intégrés à des organismes de commerce équitable. Dans cette configuration les acheteurs n’ont pas de relations directes avec les producteurs mais seulement à travers des entreprises qui ont les producteurs sous contrats ou des organisations de producteurs. C’est le cas où interviennent des organisations de producteurs qui paraît être le plus favorable pour les producteurs. Par ailleurs, dans certains cas comme celui du quinoa, on peut observer l’apparition d’effet pervers lorsque les systèmes de certification biologique sont mis en place de façon partielle et mal contrôlés. Les systèmes de production mécanisés du quinoa des hautes plaines de l’altiplano du sud de la Bolivie, zones arides, ont été certifiés sans une réelle prise en compte de l’insuffisance des apports en fumure organique, des effets néfastes du labour mécanisé (à disques) sur l’érosion et prolifération des ravageurs [Félix, 2004].

49Par ailleurs, que ce soit au sein du système de labellisation FLO, au sein des réseaux alternatifs de commerce équitable, des problèmes se posent quant à la définition et au respect des critères de commerce équitable [Laguna, Cáceres, Carimentrand, 2006]. Ainsi les standards FLO ne font pas de distinction entre les systèmes de production durables et les systèmes de production non durables de quinoa. Le ciblage des «  petits producteurs » affiché par les organisations de commerce équitable au Nord ne correspond pas forcément aux objectifs des organisations de producteurs avec lesquelles elles travaillent, il n’y a pas de politique d’achat privilégié aux producteurs ou artisans les plus pauvres ni de politique de redistribution envers ces derniers [Maldidier, 2006]. Les organisations « faîtières » font « écran » à l’observation de l’impact du commerce équitable au niveau microéconomique.

Conclusion

  • 14 Des dispositifs de qualification basés sur l’origine territoriale et la typicité se mettent égaleme (...)

50Les processus de qualification des produits agroalimentaires renvoyant à des caractéristiques de durabilité environnementale ou sociale constituent une option de développement rural pour un certain nombre de régions rurales d’Amérique latine, en particulier les plus défavorisées14. Cette potentialité de contribution au développement rural est cependant dépendante de plusieurs éléments.

51D’une part, la structuration des filières généralement globales qui commande d’une part la répartition de la valeur ajoutée en leur sein et la constitution de la prime de qualification, et d’autre part la perception de la qualité par le consommateur dans la mesure où le caractère « global » de la filière implique son étendue géographique : les filtres cognitifs qui s’interposent entre les caractéristiques réelles des processus de valorisation et les consommateurs peuvent conduire à une vision très « holistique » de la qualité de ces formes de produits et de services, basée sur la confiance accordée à des labels ou à des « experts » et une réduction de la « dissonance cognitive » qui les conduit à supposer des situations « win-win » entre leur propre approche de la qualité et la qualité liée au développement durable.

  • 15 Il existe un ministère du Développement rural à côté du ministère de l’Agriculture au Brésil, et, a (...)

52D’autre part, le positionnement des flux concernés dans les flux du commerce international des produits agroalimentaires, régulés notamment dans le cadre des négociations internationales. La labellisation des filières bio-équitables relève de la question plus générale de la reconnaissance des labels comme forme de propriété intellectuelle. Les secteurs agro exportateurs des pays d’Amérique latine, dont beaucoup sont membres du groupe de Cairns, ont jusqu’à présent une position très critique vis-à-vis de cette reconnaissance défendue par l’Union européenne : ils la perçoivent comme un système de protection des agricultures européennes alternatif au soutien aux prix. Cependant s’il se dégage au sein de ces agricultures entrepreneuriales un secteur dynamique de production biologique dont le débouché naturel est plus l’Europe que les États-Unis, il peut avoir intérêt à cette reconnaissance. Cela peut en faire des alliés « objectifs » de la position européenne. De même l’agriculture familiale, principalement concernée par la production bio et équitable, peut être une alliée pour la reconnaissance de ces labels, dans la mesure où elle peut avoir ses propres relais dans la structure gouvernementale des pays15. Une condition nécessaire est que le partage de la valeur ajoutée soit effectivement favorable aux acteurs locaux, ce qui passe justement par leur accès direct à la certification et à leur maîtrise des labels.

53Enfin, les produits et services concernés peuvent viser les marchés nationaux des pays concernés. Dans certains pays, par exemple en Amérique latine, on voit émerger un marché national pour des produits issus de l’agriculture biologique et du commerce solidaire, ainsi d’ailleurs qu’un marché pour les produits ancrés territorialement. Dans ce cas la proximité géographique plus grande peut être un facteur de développement du marché. Il faut toutefois signaler que ces marchés concernent généralement des couches aisées et urbanisées : paradoxalement la plus grande inégalité de revenus en Amérique latine peut être un facteur de développement de ce type d’activités.

Haut de page

Bibliographie

Akerlof Georges, « The market for lemons: quality uncertainty and the market mechanism », Quarterly Journal of Economics 84 (3), p. 488-500, 1970.

Allaire Gilles, « Quality in economics, an economic perspective », in Harvey, Mc Meekin et Harde (éd), Theoretical approches to food quality, Macmillan, 2003, 2004.

Arnold J.F.Michael, Perez M. R., « Can non-timber forest products match forest conservation and development objectives?  », Ecological Economics, 39- 437-447, 2001.

Ballet Jérôme, Carimentrand Aurélie, Le commerce équitable, Paris, Ellipses, 2007.

Boucher François, Enjeux et difficultés d’une stratégie collective d’activation des concentrations d’agro-industries rurales : le cas des fromageries rurales de Cajamarca au Pérou, Thèse, Université de Versailles Saint-Quentinen- Yvelines, 435 p., 2004

Blanco Marvin, Riveros Hernando, Las rutas alimentarias, una herramienta para valorizar productos de las agroindustrias rurales: el caso de la ruta del queso Turrialba (Costa-Rica), Communication au congreso international “Alimentación y Territorios” (ARTE), Toluca (Mexique), décembre, 2004.

Damiani Ottavio, Pequeños productores rurales y agricultura orgánica: Lecciones aprendidas en América Latina y el Caribe, FIDA, Rome, décembre 2002.

Felix Dorian, « Diagnostic agraire de la Province Daniel Campos, Bolivie. Le développement de la filière quinoa et ses conséquences sur l’équilibre du système agraire des Aymaras de la marca LLica-Tahua », Mémoire présenté par Dorian Félix en vue de l’obtention du d’ingénieur agronome de l’Agro Montpellier et du diplôme d’agronomie tropicale du CNEARC, CICDA-VSF, 2004.

Fischler Claude, L’homnivore, 1993.

Fulponi Linda, « Private Voluntary Standards in the Food System: the Perspective of Major Food Retailers in OECD Countries », Food Policy 31, p. 1-13, 2006.

Gereffi Gary, « International Trade and Industrial Upgrading in the Apparel Commodity Chain », Journal of International Economics, 48 (1999), p. 37-70, 1999.

Giovanucci Daniele, Ponte Stefano, « Standards as a new form of social contract ? Sustainability initiatives in the coffee industry », Food Policy 30, p. 284-301, 2005.

Hatanaka Maki, Bain Carmen, Busch Lawrence, « Third-party Certification in the Global Agri-food System », Food Policy 30, p. 354-269, 2005.

Henson Spencer, Reardon Thomas, « Private Agri-food Standards: Implications for food policy and agri-food systems », Food Policy 30, p. 241-253, 2005.

Hobbs Jill, KERR William, « Consumer information, labelling and international trade in agri-food products », Food Policy 31, p. 78-89, 2006.

Jahn Gabriele, Schramm Mathias, Spiller Achim, « The reliability of certification: quality labels as a consumer policy tool », Journal of Consumer Policy 28, p. 59-73, 2005.

Laguna Pablo, Cáceres Zina, Carimentrand Aurélie, « Del Altiplano sur Boliviano hasta el mercado global: coordinación y estructura de gobernanza de la cadena de valor de la quinoa orgánica y del comercio justo », Agroalimentaria, 11(22) : 29-40, Mérida, 2006.

Lancaster Kevin, « A new approach to consumer theory », Journal of Political Economy, 74 (2), p 132-157, 1966.

Lucas Robert, « On the mechanics of economic development », Journal of Monetary Economics, 22, 3-42, (1988).

Maldidier Christophe, « Quelle construction sociale de la qualité “équitable” d’un produit ? Vers des systèmes de garanties plus fiables et plus équitables », Communication au 2nd colloque international sur le commerce équitable, Montréal (Québec, Canada) 19-21 juin 2006, 2006.

Nelson Paul, « Information and Consumer Behavior », Journal of Political Economy, 78, mars-avril, 1970.

Rallet Alain, Torre André, Proximité géographique ou proximité organisationnelle ? Une analyse spatiale des coopérations technologiques dans les réseaux localises d’innovation, Économie Appliquée, tome LIV, 1, 147-171, (2001).

Reardon Thomas, Berdegue Julio, « The Rapid Rise of Supermarkets in Latin America : Challenge and opportunities for development », Development Policy Review, 20 (4), p. 371-388, 2002.

Rojas E. E., « Biolatina una experiencia latinoamericana de certificación », in Producción, comercialización y certificación de la agricultura orgánica en América latina, Cruz, Tomar, Garcia, Rindermann, Alvarado (coord.), Universidad Autónoma Chapingo, Mexique, 2003.

Willer Helga, Yussefi Minou (eds), The Word of Organic Agriculture 2006, IFOAM, 2006.

Haut de page

Notes

1 Cette réévaluation critique s’est impose dans le débat sur la gestion « patrimoniale » des aires de conservation et le transfert de gestion aux populations locales [Arnold et Perez, 2001]. Elle peut s’appliquer également au processus de développement national.

2 Les pays qui ont la part la plus importante de leur superficie en bio sont d’ailleurs des pays européens comme la Suisse ou la Norvège.

3 Si on regroupe l’artisanat et les produits agroalimentaires, la première zone exportatrice de produits du commerce équitable est l’Asie.

4 Entre 2002 et 2005, le volume de café et de bananes commercialisés dans les 21 pays du Nord où existe ce label est passé respectivement de 15 779 à 32 747 tonnes et de 36 641 à 101 586 tonnes ; le chiffre d’affaires de détail des produits labellisés Max Havelaar et Transfair est passé de 238 millions d’euros à 1,2 milliard d’euros.

5 Ces standards comportent des standards pour les producteurs (organisations de producteurs ou main-d’œuvre salariée dans le cas des plantations), des standards spécifiques aux produits et des standards commerciaux (fixation d’un prix minimum, d’une prime de commerce équitable, modalités des contrats commerciaux, notamment en ce qui concerne le préfinancement des commandes sous la forme de facilités de crédits et le délai d’envoi des lettres d’intention d’achat et de renouvellement annuel des contrats.

6 Fairtrade Mark (Irlande), Fairtrade Foundation (Grande-Bretagne), Förningen för Rättvisemärkt (Suède), Max Havelaar Belgium, Max Havelaar Fonden (Danemark), Max Havelaar France, Max Havelaar Norge (Norvège), Max Havelaar Stiftung (Suisse), Reilun Kaupan (Finlande), Sitchting Max Havelaar (Pays-Bas), Transfair Austria, Transfair Canada, Transfair Germany, Transfair Italy, Transfair Japan, Transfair Minka (Luxembourg) et Transfair USA (États-Unis).

7 Certains [Jahn, Schramm et Spiller, 2005] développent la notion d’attribut « Potemkine », dans le cas où cet attribut concerne les conditions de production : les tiers auxquels se réfèrent le consommateur sont eux-mêmes souvent dans une situation d’asymétrie d’information et doivent avoir recours à d’autres acteurs (les certificateurs) qui peuvent développer des collusions avec les acteurs certifiés. Dans ce cas la certification peut n’être pour le consommateur qu’une « façade » derrière laquelle les composants de la qualité restent incertains.

8 La part de la distribution contrôlée par ces groupes tend à augmenter à l’échelle mondiale, non seulement dans les pays du Nord mais également dans les pays du Sud, où elle concerne de plus en plus les couches défavorisées. [Reardon et Berdegue, 2002].

9 Comme le label « équitable » Utz Kapeh mis en place par le groupe Ahold.

10 Selon Lancaster [1966] les caractéristiques ont une valeur objective pour les consommateurs et doivent être clairement distinguées des préférences. Cette objectivisation ne peut être assurée que par un processus cognitif qui établit une connaissance commune entre les consommateurs, ou du moins au sein de certains groupes de consommateurs.

11 Une telle conclusion rejoint en partie la position d’Allaire [2003] qui souligne l’incomplétude de la désagrégation de la qualité en caractéristiques mesurables. Il définit la constitution d’une vision plus holistique de la qualité comme produit par un « acteur-réseau » rassemblant producteurs et consommateurs. La question est posée cependant de la définition de cet « acteur-réseau »» dans un contexte d’éloignement géographique et de complexité des « filières globales ».

12 La qualité spécifique est un facteur qui tend à réduire l’élasticité de substitution [Lucas, 1988] entre produits du Nord et du Sud et qui donc limite le danger de « trappe à sous-développement » découlant notamment des rythmes différents de progrès technique liés à la spécialisation des économies développées et en développement.

13 Dans les pays développés, la rémunération du producteur peut être un élément de qualification pour des consommateurs s’adressant à des circuits courts, basés sur des contrats d’approvisionnement entre consommateurs et producteurs.

14 Des dispositifs de qualification basés sur l’origine territoriale et la typicité se mettent également en place dans ces zones. Divers cas ont été répertoriés, par exemple autour de la production fromagère [Boucher, 2004 ; Blanco et Riveros, 2004]. Dans le secteur du café l’émergence de la qualification bio-équitable se fait dans un mouvement de développement des « cafés de spécialité » qui s’appuie aussi sur l’origine territoriale et la typicité.

15 Il existe un ministère du Développement rural à côté du ministère de l’Agriculture au Brésil, et, au Pérou, le ministère de l’Agriculture défend des positions différentes de celui du commerce.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau n° 1. Évolution de la répartition estimée de la superficie certifiée en agriculture biologique de 2001 à 2006
Crédits Source : Vallejo, Willer et Yussefi.
URL http://journals.openedition.org/cal/docannexe/image/1870/img-1.png
Fichier image/png, 37k
Titre Tableau n° 2. Classement des pays d’Amérique latine en fonction de leur superficie en agriculture biologique en 2005-2006
Crédits Source : Willer et Yussefi [2006].
URL http://journals.openedition.org/cal/docannexe/image/1870/img-2.png
Fichier image/png, 61k
Titre Tableau n° 3. Poids des petits producteurs dans la production agricole certifiée biologique et Amérique latine
Crédits Source : Damiani [2002].
URL http://journals.openedition.org/cal/docannexe/image/1870/img-3.png
Fichier image/png, 23k
Titre Carte n° 1. Répartition de la production de café équitable labellisée FLO dans le monde
Crédits Source : Max Havelaar.
URL http://journals.openedition.org/cal/docannexe/image/1870/img-4.png
Fichier image/png, 139k
Titre Carte n° 2. Répartition de la production de cacao équitable labellisée FLO dans le monde
Crédits Source : Max Havelaar.
URL http://journals.openedition.org/cal/docannexe/image/1870/img-5.png
Fichier image/png, 134k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Denis Requier-Desjardins et Aurélie Carimentrand, « Processus de qualification et structuration des filières agro-alimentaires : quels impacts sur le développement rural en Amérique latine ? », Cahiers des Amériques latines, 54-55 | 2007, 31-51.

Référence électronique

Denis Requier-Desjardins et Aurélie Carimentrand, « Processus de qualification et structuration des filières agro-alimentaires : quels impacts sur le développement rural en Amérique latine ? », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 54-55 | 2007, mis en ligne le 31 janvier 2013, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/cal/1870 ; DOI : 10.4000/cal.1870

Haut de page

Auteurs

Denis Requier-Desjardins

Denis Requier-Desjardins travaille à l’IEP de Toulouse.

Aurélie Carimentrand

Aurélie Carimentrand travaille au LEREPS et à l’IHEAL/C3ED.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • OpenEdition Journals