Navigation – Plan du site
Lectures

Gustavo A. Flores-Macías, After Neoliberalism ? The Left and Economic Reforms in Latin America

New York, Oxford University Press, 2012, 261 p.
Soraya Hamdaoui
p. 193-196
Référence(s) :
Gustavo A. Flores-Macías, After Neoliberalism ? The Left and Economic Reforms in Latin America, New York, Oxford University Press, 2012, 261 p.

Texte intégral

1Gustavo A. Flores-Macías propose d’analyser au travers de son ouvrage la teneur des réformes économiques conduites par les gouvernements de gauche en Amérique latine, parmi lesquels notamment ceux du Chili, du Brésil, du Venezuela ou encore de l’Argentine. Il soutient au fil des chapitres qu’il existe une forte corrélation entre la structure du système partisan et l’orientation économique des pays latino-américains. La thèse défendue par l’auteur a une double visée. Elle sert, d’une part, à compléter les analyses classiques s’appuyant généralement sur des critères tels que le volume des ressources naturelles, les contextes de crise économique, le poids du pouvoir exécutif, la prégnance du modèle économique antérieur ou encore l’influence des syndicats des travailleurs pour expliquer les transformations économiques. D’autre part, elle permet de démontrer que le fort degré d’institutionnalisation des systèmes de partis favorise la consolidation de l’orthodoxie néolibérale tandis que les systèmes de partis déliquescents tendent à ouvrir la voie à des personnalités politiques qui, sans toutefois renier l’économie de marché, mettent à mal les préceptes du consensus de Washington.

  • 1 Au Chili, depuis le retour de la démocratie en 1990, le système politique fonctionne sur la base du (...)

2Le Chili de la Concertación et le Venezuela d’Hugo Chávez Frías illustrent de façon paradigmatique la thèse proposée par l’auteur. Flores-Macías rappelle ainsi que le Chili dispose d’un système de partis parmi les plus stables et les plus institutionnalisés d’Amérique latine. En outre, il est caractérisé par une culture du consensus héritée de la transition pactée qui explique en grande partie le conservatisme économique des élites politiques1. Dans le chapitre dédié au Venezuela, l’auteur revient au contraire sur l’effondrement du pacte du Punto Fijo principalement formé par le parti social-démocrate Acción Democrática (AD) et le parti démocrate-chrétien Comité de Organización Política Electoral Independiente (COPEI). L’érosion du système partisan en vigueur depuis 1958 a créé un espace politique vacant facilitant l’émergence de figures charismatiques et précipitant l’accession au pouvoir du colonel Hugo Chávez. Le discrédit d’AD et COPEI, tous deux associés aux élites oligarchiques vénézuéliennes, a aussi eu pour conséquence de permettre à Hugo Chávez de mettre en œuvre des réformes constitutionnelles et de gouverner par décret, ce qui lui a laissé par la suite toute latitude pour mener une politique sociale et économique plus éloignée de celle de ses prédécesseurs.

3Si le Chili et le Venezuela constituent deux cas antinomiques, l’auteur propose également une étude du système partisan brésilien situé à l’intersection des cas chilien et vénézuélien dans la mesure où celui-ci s’est progressivement institutionnalisé, comme en témoigne l’évolution du Parti des travailleurs (PT). L’affaiblissement des divers « partis dans le parti », également appelés tendencias, ainsi que les victoires électorales, ont progressivement poussé la direction du parti de Luiz Inácio Lula da Silva à se rapprocher du centre de l’échiquier politique et à abandonner sa rhétorique anticapitaliste. Cette redéfinition de la stratégie du PT, ainsi que la propension de ses cadres à accepter toujours plus les règles du jeu démocratique, coïncideraient là aussi avec l’adhésion à l’économie de marché.

4L’auteur apporte une précieuse contribution à l’étude des modèles économiques latino-américains par le lien qu’il établit entre l’état du système partisan et le type de politiques économiques menées. Son étude est d’autant plus pertinente que certaines variables d’analyse telles que le soutien des syndicats ou encore la quantité des ressources naturelles ne suffisent pas toujours à rendre compte des réformes adoptées. Pour exemple, l’orientation redistributive de la présidence d’Hugo Chávez ne doit rien à l’appui de la Confederación de Trabajadores de Venezuela (CTV) qui s’est non seulement associée au syndicat patronal Fedecámaras lors de la grève générale de décembre 2001, mais qui a également appuyé le coup d’État d’avril 2002. L’auteur relève également qu’au Chili durant les années 2000, les gouvernements de la Concertación ont poursuivi les réformes en faveur de l’économie de marché malgré la hausse des revenus issus de l’exploitation du cuivre.

  • 2 Nous faisons référence ici aux labels idéologiques tels que  « gauche radicale », « gauche modérée  (...)

5On soulignera aussi la rigueur scientifique ainsi que la distance critique de l’auteur tout au long de l’ouvrage. En effet, Flores-Macías se détache intelligemment des débats idéologiques autour de l’imposition de catégories flottantes qui biaisent – voire falsifient – la lecture du phénomène de résurgence de la gauche en Amérique latine2. S’intéressant avant tout au contenu des réformes économiques et au cadre politico-institutionnel dans lequel celles-ci ont pu être conduites, l’auteur s’abstient de commenter les « renoncements » ou les « élans révolutionnaires » des dirigeants de la gauche latino-américaine. Une autre de ses priorités consiste à établir les variations socio-économiques entre les différents pays de la région en utilisant des indicateurs précis comme les privatisations ou, à l’inverse, les nationalisations, les dépenses publiques, les mesures fiscales, la libéralisation monétaire et commerciale ou encore la réduction de la pauvreté. Il faut également souligner le caractère original de l’étude dans la mesure où elle se démarque des travaux mettant le plus souvent en avant la façon dont la structure du système partisan influe sur la démocratie. Retenons enfin que Gustavo A. Flores-Macías, en plus d’apporter un point de vue novateur sur un sujet ayant déjà fait l’objet d’une abondante littérature, a produit un ouvrage pédagogique et concis, mais qui conserve nonobstant une forte portée empirique.

  • 3 Georges Couffignal, « Stabilité politique et crise de la représentation au Chili », Cahiers des Amé (...)
  • 4 Mobilisations durant lesquelles furent revendiquées l’abrogation de la LOCE (Loi organique constitu (...)

6On notera quand même quelques imprécisions sociologiques et quelques lectures approximatives de faits historiques récents. Ainsi, l’auteur soutient qu’au Chili les partis politiques sont fortement implantés dans la société et qu’ils façonnent en grande partie la vie politique. Néanmoins, il n’évoque pas la raison de leur influence dans des secteurs tels que les syndicats, les universités ou les associations. En effet, comme le rappelle Georges Couffignal, un tel phénomène s’explique notamment par les carences de la société civile et par le fait qu’il n’existe au Chili que peu de canaux alternatifs pour exprimer les demandes sociales3. Par ailleurs, Flores-Macías tend à sous-estimer la désaffection actuelle d’une certaine frange de la population chilienne envers leurs partis politiques. Pour exemple, lors de ladite Révolte des pingouins4 en 2006 contre le gouvernement de Michelle Bachelet, les étudiants et lycéens faisant partie des mobilisations scandaient le slogan très explicite de : « El pueblo unido avanza sin partidos ».

  • 5 Michelle Bachelet, outre le fait d’avoir été élue présidente du Chili à deux reprises (2006-2010 pu (...)
  • 6 Carlos Ominami, Secretos de la Concertación. (Recuerdos para el futuro), Ediciones La Tercera, Sant (...)

7L’auteur sous-entend également que la trajectoire politique de Michelle Bachelet est similaire à celle de Ricardo Lagos et que la candidate de la Nueva Mayoría serait au même titre que l’ancien président un « produit » du système partisan chilien. Si Michelle Bachelet a effectivement occupé des hauts postes à responsabilité avant d’accéder à la présidence du Chili5, il faut cependant rappeler que son parcours est quelque peu atypique comparé à celui d’un cacique de la Concertación tel que Ricardo Lagos. En effet, il faut souligner que Michelle Bachelet n’a pas participé à la rénovation du Parti socialiste (PS) ni à la formation du Parti pour la démocratie (PPD)6. Par ailleurs, on notera une certaine distance de celle-ci vis-à-vis des instances de son parti dans les années 1980 puisque son activité politique ainsi que son opposition au régime militaire ont été à cette époque réalisées principalement depuis son ONG Pidee au sein de laquelle elle a exercé sa profession de médecin.

8Enfin, dans le chapitre 3, Flores-Macías affirme qu’en Argentine et au Pérou les citoyens auraient laissé le soin aux présidents Carlos Menem et Alberto Fujimori d’appliquer une « thérapie de choc » compte tenu de la gravité de la crise économique. Cependant, l’auteur manque une nouvelle fois de nuancer son propos et d’apporter quelques éclairages supplémentaires. Il est vrai que le virage néolibéral finalement entrepris par Menem et Fujimori (et ce en contradiction avec leurs promesses de campagne) n’a pas empêché la réélection de ces derniers à la tête de leurs pays respectifs. Néanmoins, il faut rappeler qu’en Argentine, durant le premier gouvernement de Carlos Menem, le rejet des mesures d’austérité a été manifeste comme l’ont prouvé par exemple les émeutes de la province de Santiago del Estero en 1993. Au Pérou sous Alberto Fujimori, la possibilité de mettre en œuvre un programme de réformes structurelles au début des années 1990 peut quant à elle s’expliquer de deux manières. D’une part, par la légitimité dont a bénéficié le président péruvien suite à sa victoire contre le mouvement insurrectionnel du Sentier Lumineux et, d’autre part, par son régime autoritaire caractérisé par une dérive coercitive et un pouvoir exécutif excessif.

Haut de page

Notes

1 Au Chili, depuis le retour de la démocratie en 1990, le système politique fonctionne sur la base du compromis et de la négociation entre les élites de centre-droit et de centre-gauche, qui en plus de se partager le pouvoir depuis la chute d’Augusto Pinochet, sont aussi toutes deux garantes de l’ordre économique établi sous le régime militaire. Une telle configuration s’explique également par la subsistance du système électoral binominal qui limite la percée des partis « antisystème » et des partis construits autour de leaders uniques, comme en a témoigné la dissolution du parti de l’entrepreneur Francisco Javier Errázuriz.

2 Nous faisons référence ici aux labels idéologiques tels que  « gauche radicale », « gauche modérée » ou encore « gauche populiste ».

3 Georges Couffignal, « Stabilité politique et crise de la représentation au Chili », Cahiers des Amériques latines, n°68, 2011 / 3, p. 109-124.

4 Mobilisations durant lesquelles furent revendiquées l’abrogation de la LOCE (Loi organique constitutionnelle de l’éducation votée sous l’ère Pinochet et valorisant l’enseignement privé), la gratuité des transports ainsi que la gratuité de l’examen d’entrée à l’université.

5 Michelle Bachelet, outre le fait d’avoir été élue présidente du Chili à deux reprises (2006-2010 puis en 2013), a aussi exercé les fonctions de ministre de la santé et de ministre de la défense sous la présidence de Ricardo Lagos.

6 Carlos Ominami, Secretos de la Concertación. (Recuerdos para el futuro), Ediciones La Tercera, Santiago de Chile, 2011.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Soraya Hamdaoui, « Gustavo A. Flores-Macías, After Neoliberalism ? The Left and Economic Reforms in Latin America », Cahiers des Amériques latines, 74 | 2013, 193-196.

Référence électronique

Soraya Hamdaoui, « Gustavo A. Flores-Macías, After Neoliberalism ? The Left and Economic Reforms in Latin America », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 74 | 2013, mis en ligne le 05 mai 2014, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/cal/3060

Haut de page

Auteur

Soraya Hamdaoui

Université Paris Ouest Nanterre La Défense / GAP

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • OpenEdition Journals