Navigation – Plan du site
Lectures

Lila Le Trividic Harrache, Démocratie et sexualité. Politisation de la pilule du lendemain dans le Chili de la Concertación (1990-2010)

Paris, éditions de l’IHEAL, collection « Chrysalides », 2013.
Bérengère Marques-Pereira
Référence(s) :
Lila Le Trividic Harrache, Démocratie et sexualité. Politisation de la pilule du lendemain dans le Chili de la Concertación (1990-2010), Paris, éditions de l’IHEAL, collection « Chrysalides », 2013.

Texte intégral

1Le Chili est aujourd’hui le seul pays d’Amérique latine qui ne tolère aucun cas d’avortement, même thérapeutique. Ce dernier avait été dépénalisé en 1931, mais le général Pinochet à la veille de remettre le pouvoir aux civils procédait, en 1989, à sa re-pénalisation complète. Le Chili est également le seul pays de la région à avoir connu un débat public et politique sur la pilule du lendemain.

2Pourquoi un tel contraste ? Comment la post-dictature chilienne et le régime démocratique se confrontent-ils aux questions d’ordre sexuel et reproductif ? Comment le dossier de la pilule du lendemain se politise-t-il ? Dans quelle mesure cette politisation est-elle un révélateur du système politique chilien et de sa consolidation démocratique ?

3L’auteure répond à ces questions en posant une double hypothèse : « c’est le passage par une dictature nataliste qui explique les difficultés du champ politique à intégrer la pilule du lendemain. Par conséquent, ce qui rend possible la politisation de la pilule du lendemain, c’est la normalisation du jeu politique chilien », [p. 40].

4L’approche adoptée par Lila Le Trividic Harrache consiste à mettre en lumière l’imbrication des multiples tensions qui pèsent sur la décision politique en matière de droits sexuels et reproductifs. Aussi, ce qui l’intéresse, c’est le fonctionnement du système politique chilien dans la post-dictature et dans le régime démocratique consolidé.

5Cette étude se fonde sur des sources primaires diversifiées : en effet, elle procède à de nombreux entretiens individuels d’acteurs représentatifs en la matière ; en outre, un stage de cinq mois au Servicio Nacional de la Mujer (SERNAM) lui permet une observation de cette agence étatique concernant les droits des femmes et du gouvernement. Enfin, l’auteure recourt à une analyse documentaire des textes officiels ayant trait au sujet étudié.

6Cette méthodologie lui permet de mettre en lumière trois éléments majeurs. D’une part, le rôle de l’Église catholique chilienne et le positionnement des acteurs politiques socialistes, démocrates-chrétiens et conservateurs ; d’autre part, l’importance de la dimension de genre en politique dans l’accélération de la politisation du dossier ; enfin, le poids des référentiels internationaux en matière de droits sexuels et reproductifs et ayant trait à l’égalité des sexes. C’est l’articulation de ces trois dimensions dans cette étude qui en fait toute l’originalité.

7Lila Le Trividic Harrache en arrive ainsi à deux conclusions. D’une part, c’est le poids des enclaves autoritaires pesant sur le personnel politique de la Concertación qui bloque la mise à l’agenda politique : en effet, le compromis fondateur du passage à la démocratie au Chili réside dans le maintien d’un statu quo économique et social en échange de la démocratie politique, maintien qui suppose un consensus implicite sur toute question ayant trait à la famille et à la sexualité. D’autre part, à partir de la décennie 2000, la consolidation démocratique ouvre la possibilité d’une renégociation des compromis : cette consolidation a rendu possible la politisation de la pilule du lendemain en même temps qu’elle la révèle et participe à son approfondissement. Le clivage autoritarisme/démocratie qui structurait le champ politique de la post-dictature et qui bloquait l’émergence de la question de la pilule du lendemain au débat politique, disparaît au profit de nouveaux clivages dont le clivage État/marché ; le rôle de l’État dans la santé reproductive et sexuelle redevient possible à la faveur de la normalisation du jeu politique dont l’un des marqueurs les plus clairs est la réintroduction des conflits sur les valeurs et, de manière plus générale, la fin d’une conception du conflit comme dysfonctionnelle à l’établissement de compromis négociés et renégociés. En définitive, cet ouvrage montre toute la portée du genre et du sexe pour interroger la pertinence des clivages politiques et ouvre une perspective de sociologie genrée du politique, allant bien au-delà d’une sociologie politique du genre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bérengère Marques-Pereira, « Lila Le Trividic Harrache, Démocratie et sexualité. Politisation de la pilule du lendemain dans le Chili de la Concertación (1990-2010) », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 77 | 2014, mis en ligne le 20 octobre 2014, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/cal/3477

Haut de page

Auteur

Bérengère Marques-Pereira

Présidente de l’Université des femmes, professeure de l’université libre de Bruxelles.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • OpenEdition Journals