Navegación – Mapa del sitio
Dossier. L’Équateur de Rafael Correa : transition postnéolibérale et conflictualité

État et représentation politique dans l’Équateur contemporain : le cas des transporteurs syndiqués

Estado y representación política en el Ecuador contemporáneo: el caso de los transportistas sindicalizados
State and political representation in contemporary Ecuador: the case of transport trade unions
Soledad Stoessel
Traducción de Quentin Molinier
p. 33-51

Resúmenes

Este trabajo analiza los nexos establecidos entre el Gobierno ecuatoriano de Rafael Correa y el sector del transporte sindicalizado durante sus dos primeros períodos (2007-2013). Se presta particular atención a las formas en que el Gobierno habilita la representación de los transportistas en el Estado. Semejante cuestión tensiona dos tesis propuestas por la literatura especializada para caracterizar la Revolución Ciudadana: aquella que al definir el Gobierno como « populista » ignora el conjunto de mediaciones sociopolíticas establecidas entre diversos intereses sociales y el poder político; y aquella que identifica al Gobierno como « anticorporativo » sin observar las distintas lógicas y espacios de representación abiertos en estos años según específicas arenas de negociación socio-estatal. El caso de los transportistas revela que las lógicas de representación activadas por el gobierno no responden solo a la voluntad presidencial sino también a las selectividades y rasgos inscritos en el Estado así como a la presión sindical ejercida « desde abajo ».

Inicio de página

Notas de la redacción

Texte reçu le 21 mars 2016, accepté le 9 janvier 2017.

Texto completo

1L’expérience postnéolibérale en Amérique latine s’est caractérisée par la réhabilitation des fonctions et des capacités étatiques qui avaient été réduites durant les décennies d’implantation du modèle néolibéral. Une grande partie de la littérature consacrée s’accorde sur le fait que les gouvernements qui ont entrepris un « virage à gauche » ont eu pour point commun de renforcer l’État – par l’intermédiaire de sa reconstruction – en élaborant un agenda public inclusif et en construisant un nouveau pacte social [Ramírez Gallegos, 2010 ; Grugel et Riggirozzi, 2012]. L’intervention de l’État dans divers domaines de la vie sociale a invariablement bouleversé les relations sociopolitiques entre le pouvoir gouvernemental et les divers acteurs sociaux.

2Le processus politique engagé en Équateur en 2007 en est une bonne illustration. Le projet de révolution citoyenne engagé par son président Rafael Correa a transformé les modèles de la représentation sociopolitique pour une variété de forces sociales, agissant sur plusieurs facteurs tels que l’émergence de nouvelles demandes sociales, le contenu de l’agenda politique de la révolution citoyenne, l’accès à des ressources économiques et institutionnelles en partie liées au gouvernement et les projets des forces sociales, entre autres.

  • 1 Cet article reprend les résultats préliminaires des travaux de recherche que je mène à l’Instituto (...)
  • 2 « La clase del volante », Correa a ainsi nommé les transporteurs dans plusieurs discours publics.

3Dans ce travail, nous étudions les rapports entre le gouvernement de Correa et le secteur des transports syndiqués pendant les deux premiers mandats gouvernementaux (2007-2013)1. Depuis les années 1980, la « classe du volant2 » équatorienne détient un large pouvoir d’opposition qui lui permet d’influer sur l’ordre du jour politique et de s’affirmer publiquement dans divers domaines. Toutefois, l’évolution et la forme de représentation politique de cet acteur social acquise pendant la période postnéolibérale a des caractéristiques singulières qui méritent d’être analysées.

4Deux thèses principales traversent la littérature consacrée aux rapports entre société et État durant le processus de transformation politique en Équateur. La première est soutenue par des penseurs qui réactivent la notion de « populisme » comme axe de leurs études – par opposition à celle de démocratie (libérale) – pour comprendre le lien entre le gouvernement de Correa et les différents acteurs sociaux dans leur intégration à la communauté politique. Ceux-ci défendent la thèse selon laquelle son gouvernement a mis en place un lien personnel et charismatique avec les différents acteurs sociaux, indépendamment de toutes sortes de médiations, que ce soit celles des institutions traditionnelles de la démocratie représentative, comme le Parlement et les partis politiques, ou les espaces publics non étatiques [Freidenberg, 2008 ; De la Torre, 2009]. De leur point de vue, cette façon d’exercer la politique affaiblit non seulement la démocratie mais ferme également la porte au dialogue et à la négociation avec les différents acteurs sociaux, ce qui réduit la délibération politique à la volonté politique des dirigeants.

  • 3 Les gouvernements des Kirchner en Argentine, Evo Morales en Bolivie et Lula Da Silva et Dilma Rouss (...)

5D’autres approches envisagent la question des relations sociopolitiques dans l’Équateur de la révolution citoyenne à partir de la thèse de la « décorporativisation » de l’État ou de la régulation du corporatisme. Selon ces hypothèses interprétatives, l’un des piliers du projet politique de la révolution citoyenne consista, contrairement à d’autres pays latino-américains3 ayant entrepris un « virage à gauche », à supprimer ou à réglementer les arrangements et les accords corporatistes qui avaient fleuri sous le néolibéralisme et qui subsistaient tapis dans les structures de l’État.

  • 4 Cette expression est fréquemment utilisée par le Président Correa dans diverses allocutions pour di (...)

6Le processus de réforme étatique entrepris par le gouvernement de Correa a consisté à reprendre le contrôle de l’agenda politique et à mettre fin à l’accaparement des institutions de l’État par différents types d’acteurs sociaux dotés de leurs intérêts propres [Ramírez Gallegos, 2012]. L’expansion de l’autonomie relative de l’État au détriment du pouvoir de certains acteurs fut l’une des causes de l’augmentation de la conflictualité sociopolitique, en particulier après l’adoption de la nouvelle Constitution en 2008. En outre, cette logique de gestion politique se serait dispensée de la participation directe des différents secteurs dans les processus de prise de décision politique [Ospina Peralta, 2009]. « On ne peut pas être juge et partie4 », tel est le mot d’ordre de la politique décorporativiste. Les intérêts particuliers doivent être satisfaits par le biais de mécanismes qui ne compromettent pas la réalisation d’une culture de la généralité. Cela dépend de la capacité de l’État à gagner en autonomie vis-à-vis de l’ingérence exercée par des acteurs de la société, tels que les chambres de commerce, les syndicats « populaires » ou les forces de l’ordre.

7Dans ce contexte, l’exemple étudié plus bas emprunte aux deux thèses présentées. Comme on l’observera dans les pages suivantes, si les relations entre le gouvernement et les transporteurs équatoriens se sont bien établies sur fond d’un lien direct entre le président et les représentants syndicaux du secteur, ces derniers n’en ont pas moins exercé différentes logiques de représentation politique pour faire reconnaître leurs intérêts. Ces relations ne découlent donc pas (seulement) de la délibération unilatérale du pouvoir gouvernemental ou de la volonté du chef, mais aussi d’une interpellation permanente de la « base » par les chauffeurs et les dirigeants syndicaux. D’autre part, la forte capacité de mobilisation sociale et politique de la corporation, comme son importance croissante dans le modèle de développement actuel, ont limité la portée des politiques décorporativistes du gouvernement et l’ont forcé à réviser sa conception « immédiate » de la représentation politique.

8En ce sens, la question de l’État et de la représentation politique se révèle centrale. Par-delà l’alternative entre ceux qui voient l’État comme un simple ensemble d’institutions neutres où les décisions sont prises sans restrictions, ceux qui mettent l’accent sur le pouvoir exercé par la classe dominante pour contrôler l’État et favoriser leurs intérêts particuliers, ce travail se fait l’écho de l’approche de Jessop qui comprend l’État comme un espace stratégique dont la structure et le fonctionnement sont plus ouverts à certaines stratégies politiques qu’à d’autres [Jessop, 2014].

9Aussi, il n’est pas possible de se prononcer a priori sur la nature et l’orientation de l’État ni sur le contenu des projets et des objectifs qu’incarnent les forces sociales et politiques. L’État n’est ni un être autonome capable d’exercer seul sa puissance ni un instrument au service des intérêts d’une classe sociale bien définie. C’est un champ systémique et conflictuel, produit par la relation dialectique entre structures et stratégies, qui peut, selon le moment historique considéré, stimuler ou au contraire inhiber la capacité des forces sociales à agir en vue de satisfaire leurs intérêts et leurs exigences [Jessop, 2016]. Les acteurs sociaux analysent le contexte en termes stratégiques pour choisir leurs modes d’action selon des « variables sélectives » qui traversent l’État, c’est-à-dire les modèles et les caractéristiques qui l’ont structuré au fil du temps et qui constituent à la fois des restrictions et des opportunités pour l’action politique. Ainsi, les héritages institutionnels – tels que la structure de la bureaucratie et l’aspect réglementaire, comme les constitutions, les lois et les décrets matérialisant les luttes politiques passées –, certaines matrices du pouvoir social et les modèles de développement légués par le passé sont des traits caractéristiques de l’État visibles dans l’appareil qui le structure (institutions, organismes étatiques) et dans son pouvoir (fonctions, compétences et attributions revendiquées par l’État).

10Cette étude comporte deux parties. En premier lieu, nous présenterons les caractéristiques du secteur des transports syndiqués, leur mode d’organisation et leur composition socio-économique, ainsi que quelques modèles de relations gouvernements/transporteurs pendant la période néolibérale. Puis, nous analyserons la transformation de ces relations durant la révolution citoyenne au prisme : a) des logiques de représentation politique et b) des fondements du pacte de gouvernance qui soutiennent lesdites relations.

Organisation et renforcement du « pouvoir du volant » au temps des politiques néolibérales

  • 5 Comme il n’existe aucun registre officiel, nous sommes arrivés à ce chiffre en croisant différentes (...)

11Depuis une trentaine d’années, le transport routier est devenu un secteur stratégique. Conformément à ce qui se passait au niveau régional avec la détérioration du système ferroviaire, le transport de marchandises par la route comme celui des passagers s’est retrouvé au centre du développement économique. Par conséquent, les syndicats de ce secteur ont énormément grossi, au point de compter plus de 300 000 personnes dans leurs rangs au xxie siècle, travailleurs et propriétaires5.

12Bien qu’elles soient appelées syndicats, ces organisations sont en fait composées des propriétaires de véhicules (qui, dans certains cas, les conduisent également) et de petites entreprises de transport qui, dans leur grande majorité, emploient des chauffeurs privés des garanties de travail prévues par la loi. Les travailleurs du transport, ceux qui ne sont pas propriétaires de leurs véhicules, jouissent rarement de leurs droits fondamentaux comme la journée de travail de huit heures ou la sécurité sociale. À cela s’ajoute que le secteur des transports connaît l’un des taux les plus élevés de travailleurs informels. Cette situation découle du fait que les gouvernements successifs ont peu aidé à garantir les droits sociaux les plus élémentaires aux transporteurs salariés et indépendants.

  • 6 Il s’agit de la Federación Nacional de Cooperativas de Transporte Público de Pasajeros del Ecuador (...)

13En Équateur, la cartographie actuelle des syndicats associés au transport routier est extrêmement confuse. Il y a six fédérations de second rang disséminées sur tout le territoire qui représentent différents modes de transport (poids lourd, de charge légère, de passagers) et niveaux administratifs (cantonal, local, provincial)6. Lors des actions syndicales et politiques, elles sont profondément dispersées et divisées. Aucune de ces fédérations n’est liée à une centrale syndicale. Seule la Fédération nationale des chauffeurs professionnels a fait partie du Front unitaire des travailleurs (FUT) au début des années 1980. Elle en a par la suite été exclue en raison du soutien politique apporté par les transporteurs à des gouvernements dictatoriaux et de leur propension à défendre les intérêts des entreprises.

14Chaque fédération a des caractéristiques spécifiques selon le type de travailleurs et de classes sociales qu’elle représente. Alors que le transport de poids lourds réunit des propriétaires de camions et des entreprises à hauts revenus qui réclament des exonérations d’impôts, des droits à l’importation et des crédits, les fédérations de transport de passagers – notamment les autobus et les taxis – sont composées de chauffeurs salariés, de petits propriétaires et de membres de coopératives. Leurs demandes consistent davantage en l’augmentation des tarifs et des subventions.

15Ainsi, à l’instar du syndicat des enseignants et des forces de l’ordre, les syndicats de « chauffeurs professionnels » se sont transformés en un acteur social majeur capable de peser sur les décisions publiques et d’influer sur la dynamique économique. En effet, en dépit des multiples concessions que les gouvernants ont faites à ce secteur, la « classe du volant », en les privant de son soutien, a favorisé l’érosion du pouvoir gouvernemental et les divers échecs présidentiels. Ses syndicats ont alors agi comme des groupes de pression défendant les intérêts des entreprises plus que comme des organisations représentatives des travailleurs.

16Depuis le retour de la démocratie en Équateur, tous les gouvernements ont dû se confronter au pouvoir des chauffeurs et gagner leur soutien en échange de prébendes et de divers accès à la représentation politique, notamment institutionnelle. Le gouvernement de León Febres Cordero (1984-1988) a commencé avec une grève de transporteurs demandant une augmentation de leurs prix, réclamation à laquelle il a cédé. La présidence de Rodrigo Borja est paradigmatique de ces arrangements. Pendant son mandat, trois conflits majeurs ont eu lieu avec des acteurs du secteur des transports à propos de hausses de tarifs. Le plus important a éclaté en 1991 lorsqu’encore une fois en raison d’une hausse du coût des carburants, le gouvernement a décidé d’accorder une subvention directe au secteur qui a été rejetée. Le gouvernement a déclaré l’état d’urgence national et a ordonné aux forces armées de saisir les unités qui paralysaient les activités de transport et d’arrêter les conducteurs. Cependant, dans les derniers jours du mandat de Borja, le Conseil national de la circulation et du transport terrestre (Consejo Nacional de Tránsito y Transporte Terrestre, CNTTT) – qui chapeautait la politique des transports et était contrôlé statutairement par des représentants des transports – a finalement signé une augmentation du prix des tickets et un décret présidentiel a été publié exemptant les unités de transport en commun d’un ensemble de taxes [Chauvin, 2006].

17À son arrivée au pouvoir en 1992, Sixto Durán Ballén n’a pas seulement prorogé cette dynamique au bénéfice des transporteurs, il a encore étendu leur capacité d’influence jusqu’à modifier les règles pour leur permettre une plus grande participation au sein du CNTTT. Par la suite, sous la présidence de Mahuad, avec la chute des revenus du pétrole et les augmentations successives du prix des carburants, les grèves permanentes et les blocages incessamment prolongés ont fini de réduire le soutien déjà faible des transporteurs à l’administration présidentielle. Le président ne pouvait plus gérer le conflit avec eux. À ce malaise s’est ajoutée la crainte exprimée par le secteur que le gouvernement ne cherche à réformer le CNTTT et à réduire ses attributions [Chauvin, 2006]. En janvier 1999, un conflit a eu lieu entre les syndicats et le gouvernement. Pendant quatre mois, blocages et piquets de grève se sont succédé sur différentes routes du pays. Au milieu d’une grève nationale lancée par les chauffeurs de taxi, le gouvernement a dû baisser le prix des carburants et rehausser à nouveau leurs tarifs.

18Sous la présidence de Lucio Gutiérrez (2003-2005), les transporteurs ont renforcé leur pouvoir d’influence en échange d’un soutien explicite au gouvernement. Après deux semaines de grève et de barrages routiers par les transporteurs de poids lourds en différents endroits du pays, le secteur a accepté de mettre fin à l’épreuve de force sitôt qu’un nouvel organe de régulation serait créé en remplacement du CNTTT. La création du Secrétariat à la circulation et aux transports en 2004 répondit à cette demande, l’autorité supérieure revenant au secrétaire général de la Confédération des transporteurs d’Équateur. En échange de ce geste politique, le gouvernement et le secteur des transports se sont engagés mutuellement à ne pas augmenter les prix du carburant, pour l’un, et le coût des transports, pour l’autre.

19En définitive, deux principaux aspects ont caractérisé le jeu politique et le lien entre les gouvernements et les transporteurs dans la période qui a précédé l’arrivée de Correa. D’une part, les fondements du pacte de gouvernance se sont fondés sur un échange classique : augmentation du prix des tickets et entrisme (prise de pouvoir dans l’État) en échange de la stabilité politique. Ce que matérialise le CNTTT du côté des corporations. Cette agence de l’État était statutairement contrôlée par les dirigeants syndicaux, d’où les différents affrontements lorsque certaines administrations présidentielles ont cherché à décentraliser les fonctions de ce Conseil aux gouvernements locaux. Les transporteurs ont compris quelle était la meilleure stratégie pour gagner plus de positions de pouvoir grâce aux vulnérabilités d’un État en proie à l’ingérence d’acteurs majeurs : contrôler directement les organismes d’État chargés de la politique des transports.

20Cependant, la stabilité politique ainsi négociée n’était qu’apparente. Les grèves permanentes comme les barrages routiers sur diverses routes du pays ont clairement démontré que la puissance des transporteurs se jouait dans des arènes non-institutionnelles, telles que les différents espaces publics non-étatiques. Ce second aspect révèle finalement la « puissance de feu » des transporteurs, qui se modifiera sous le gouvernement de Correa, caractérisé par une gestion relativement différente des liens entre pouvoir et transporteurs. Le pouvoir présidentiel a alors cherché à bannir du terrain étatique la capacité d’influence des intérêts particuliers des transporteurs et d’autres acteurs sociaux.

« Nous les conducteurs, nous ne sommes quand même pas Dieu » : transporteurs et gouvernement pendant la révolution citoyenne

  • 7 Interview réalisée en mai 2015 par l’auteure de l’article à Quito, Équateur.

21« Depuis le premier jour, Correa savait que le succès de son gouvernement dépendait de sa relation avec les syndicats de transport », déclara un ancien conseiller du président7. Le processus politique de la révolution citoyenne impliqua un changement par rapport aux décennies antérieures, non seulement en matière de politique publique dans le domaine des transports mais aussi de stratégie politique forgée pour se lier aux transporteurs, au vu du changement de la corrélation des forces, du renforcement progressif de l’État – comme complexe organisationnel et ensemble de capacités – et de l’héritage politico-institutionnel de gouvernements « acculés » par les transporteurs.

22Ce changement se caractérise par deux dimensions : a) la fin de logiques de représentation politique qui prédominaient pendant la période néolibérale, comme l’occupation de postes de direction par les transporteurs au Secrétariat des transports et au CNTTT. Par ailleurs, on note l’apparition de nouvelles logiques de représentation politique, en outre la participation de cette force sociale dans les institutions classiques de la démocratie représentative, telles que les partis politiques et le Parlement ; b) la construction d’un pacte de gouvernance fondé sur l’échange de subventions (et non sur l’augmentation des tarifs) et la « reconnaissance », en échange d’une réelle stabilité politique. Nous analyserons par la suite ces deux dimensions.

23Une des premières mesures adoptées par le gouvernement de Correa en 2007 fut la création du ministère des Transports et des Travaux publics. Cette requête résultait de l’ensemble des revendications exprimées par cette force sociale depuis vingt ans. Cependant, à la différence des gestions politiques antérieures, la création de cette institution d’État n’a pas été conçue pour répondre aux intérêts corporatifs des transporteurs, associés au contrôle des organismes qui définissent et régulent les différents espaces de la politique publique. Au contraire, la création de ce ministère s’inscrivait dans le projet gouvernemental de délimiter un ensemble de secteurs stratégiques qui dynamiseraient les processus de production. Les transports gagnèrent cette place et c’est ainsi que ce fut stipulé dans la Constitution. La structure institutionnelle dans le domaine des transports s’élargit et davantage de moyens économiques furent déployés. Depuis sa création, le ministère n’a jamais été dirigé par un représentant des transporteurs (c’est également le cas pour les sous-secrétariats et les bureaux de ce ministère).

24La même année, un projet de réforme de la loi des transports terrestres, de la circulation et de la sécurité routière (Ley de Transporte Terrestre, Tránsito y Seguridad Vial, LTTTS) commença à se dessiner à l’initiative de divers parlementaires progouvernementaux. Le gouvernement veillait, dans le même esprit que les autres lois, à réglementer et intervenir dans la politique des transports afin d’atteindre deux objectifs : rationaliser et rendre plus efficace le secteur des transports et démanteler l’organisation corporative (« décorporatiser ») des organismes de régulation étatique.

  • 8 Ladite loi stipulait que, des 14 représentants, 3 devaient être des transporteurs et 3 de l’exécuti (...)
  • 9 Interview réalisée par l’auteure en mai 2015 à Quito, Équateur.

25La réforme du CNTTT et la composition de sa direction ont entraîné d’importantes controverses au sein des transporteurs. Tout en tenant compte des rumeurs quant à la volonté du président de modifier la structure de l’organisme, afin d’éviter l’ingérence des transporteurs en son sein et en faveur de leurs intérêts personnels (officiellement, on attribua la réforme au fait que l’organisme était obsolète, n’ayant implanté aucun changement de fond ces soixante dernières années), le secteur décida de prendre les devants et de présenter un projet de réforme dans lequel la direction de l’organisme conserverait au moins l’un des trois représentants du secteur des transporteurs, ce qui faisait loi depuis 19968. Le gouvernement prévoyait d’éliminer radicalement du conseil la présence institutionnelle des conducteurs, des dirigeants syndicaux et des entrepreneurs du secteur. S’il existait des antagonismes à ce sujet au sein du secteur des transports, la plupart défendaient une idée de la représentation descriptive [Pitkin, 1967], c’est-à-dire que ceux qui adoptent des décisions étatiques sur certains secteurs de politique publique proviennent des propres rangs des représentants vers qui sont dirigées ces politiques, étant donné leurs similitudes socio-économiques, culturelles et idéologiques : « le secteur a toujours voulu maintenir une représentation du fait de l’importance qu’il a. La participation directe permettrait d’adopter des politiques plus appropriées à la réalité, ceux qui connaissent la gestion quotidienne et le fonctionnement, ce sont les transporteurs », déclara un important dirigeant syndical9.

26Comme le gouvernement avait l’intention de réduire le pouvoir au sein de l’organisme régulateur, les transporteurs demandaient en contrepartie que les pouvoirs liés à la régulation et au contrôle des voies routières restent entre les mains d’un conseil ou d’un organisme au niveau national plutôt qu’entre celles des municipalités. Ainsi, les transporteurs pensaient qu’ils pourraient obtenir une certaine influence au sein de l’organisme, alors que sa décentralisation vers les municipalités impliquerait des négociations avec chaque maire, depuis l’augmentation du coût des transports jusqu’aux accords sur les itinéraires.

  • 10 El Universo, le 8 janvier 2008.

27Finalement, la loi qui fut approuvée favorisait les objectifs prioritaires du gouvernement, tout en accordant certaines concessions aux syndicats. Le gouvernement réussit à s’imposer en approuvant le permis de conduire à points et en modifiant la composition du directoire de l’organisme en charge des transports et de la circulation, qui excluait donc la participation des transporteurs. Cet organisme prit le nom de Commission nationale du transport terrestre, de la circulation et de la sécurité routière (Comisión Nacional de Transporte Terrestre, Tránsito y Seguridad Vial). La « décorporatisation » de l’organe directeur fut considérée comme une victoire par le gouvernement. Selon le ministre du Gouvernement, « on a essayé “d’immuniser” le nouvel organisme afin d’éviter les machinations politiques et les manipulations clientélistes qui se produisent sous la table et couvrent des intérêts privés10. » La loi a inclus un conseil consultatif auquel les représentants du secteur des transports et des organisations de familles de victimes d’accidents de la route pourraient participer, avec voix consultative, mais sans droit de vote.

  • 11 Interview réalisée par l’auteure en mai 2015 à Quito, Équateur.

28Un autre article de loi qui réduisait le pouvoir des transporteurs visait à leur retirer le monopole de la formation professionnelle des conducteurs. Jusque-là, la Fédération nationale des conducteurs professionnels (Federación Nacional de Choferes Profesionales, FENCHP), avait, par l’intermédiaire de ses syndicats, le monopole pour dispenser des formations aux conducteurs qui souhaitaient obtenir un permis de conduire professionnel. La nouvelle loi stipulait que les institutions de l’enseignement supérieur pourraient aussi former les conducteurs, en plus des syndicats. Cependant, une fois la loi adoptée, le contrôle que la commission nationale devait effectuer sur la formation et l’octroi de permis de conduire – ce qui avait représenté pendant des décennies une activité lucrative pour les syndicats –, fut commodément laxiste. Les organisations syndicales purent ainsi continuer la « vente » de licences professionnelles. Un dirigeant syndical, qui avait également appuyé la proposition du président de retirer aux dirigeants leur capacité d’influence au niveau étatique, jugea que c’est « une chose de délivrer des permis, une autre de former des conducteurs. Les deux fonctions ne peuvent pas être exécutées par les syndicats et encore moins par les conducteurs : “Nous devons apprendre à reconnaître que nous les conducteurs, nous ne sommes quand même pas Dieu”11. »

29Cependant, alors que ces espaces dont avaient autrefois profité les transporteurs se refermaient, d’autres apparurent. Le gouvernement tenait à garder le jeu de l’équilibre politique ; but atteint grâce à la maîtrise des conflits potentiels à travers l’habilitation d’espaces de participation des transporteurs, selon des formats qui pouvaient être contrôlés par le gouvernement. Ainsi, cette alliance entre les deux acteurs eut son corollaire avec la création en 2012 du Movimiento Conduce (Construyendo el Desarrollo de la Unidad Clasista Ecuatoriana) composé de différents syndiqués du secteur des transports sous l’impulsion du secrétaire de la FENCHP et agrémenté par le gouvernement national.

30Les transporteurs firent valoir la nécessité de « prendre un tournant en politique ». Ils voulaient rester fidèles au projet de la révolution citoyenne mais refusaient d’être sous l’égide de l’Alianza País (AP), mouvement politique dirigé par Correa. Ce fut un geste sans précédent dans l’histoire du pays. La transition du syndicalisme à la politique ne faisait partie d’aucun programme des différents syndicats des transports. Au contraire, cette mesure se caractérisa au fil du temps par le retrait des demandes des syndicats sous le spectre strictement syndico-corporatif, en termes gramsciens. En outre, que le gouvernement de Correa encourage la formation d’un mouvement politique d’un secteur de la société et en marge du parti au pouvoir, c’était aussi un événement sans précédent quant aux relations entre le gouvernement et les partenaires sociaux.

31Au cours de cette année-là, Correa commença la campagne électorale pour les élections présidentielles de 2013. Le Movimiento Conduce affirma l’importance de continuer à approfondir les nouvelles politiques bénéfiques au secteur des transports, car sa création visait à soutenir la réélection du président Correa. Dans un rassemblement organisé par Conduce, le chef du gouvernement salua l’organisation des transporteurs :

  • 12 Discours du président Correa du 9 octobre 2012.

« Bienvenue transporteurs, enfin organisés. Séparés, nous étions forts, mais on pouvait nous vaitnce 2a encourage la fs, FEous vaistipulau

4 », 12> »

31Au cours de cette aractérise autobutique ne faisait spacesparphl de ier aux traentahef ds chaugrém afioutree paar soc oppoentrepreneurs du sec us la tniveisliens pourrAPisme Peralta, proposiional a) la fisentants syndilui-footne se s que panAPoscte avec rPeralatiquent, ifont-vorganisaaucratie eour se lier aux trLes urs (entielles de 2013. LConducermation articipatiatiqueclue l’edynamiserares auxité, oût dnistitudesjet de laeur capndicats sote de gouvernanceles gouvernemr un ensemble était aussi un évévent preurss et g urs (rganisation des ans la Cérenvolution citoyenne sans pun tourentéentieautur de ét. Selon aux de 2013. Le Movimiento euire profeotentffeurs entaux. Le goclass="texte">31Au cours de cette a3 du syndicat dentielaes par le ontrteur des transport des tue, notamment instituntaux. Le goanisme prit le nom des audesjet ,taientte agssqu’le 201former êchanspormentresecteur. Smenet dparésns paitiarifs. Lfiquespolitique[Pitkin, 1967], c’est-à,opter desvoir, on attr,tructure (is, te entaux. Le goc , Correa cllaire natiocats ont alors amation d,ent Cort ausp> oprigesidentieAPosidentieexde la redune des cauent) onflitr enticer 31Au cours de cette a4rent valoir l oppoentrepreneurs du seculsion du secrréa à t ainsonomiqueriges la reouve t ainsidei un insonomiq gouvernementu goleadon orientaa forte caTceluibsolète,sidntinue décennies unces profes privant de son sou"footnotosc chaque mssaient tniveisliens pen, a intvndaieuréduisaicipre le poé par la cle un tournant en au vu du].

Con201sin de lsictoire par abln dese àrofeifs. aus’une ré, st,isentants syndindea fs
  • 10 El Universo 13

13En Équateur, la c3T et la ce sur l’échange de s partenaires sociaux.forces armést en contrepartieante da antérieures, non seulementions entre eselle danour se lrganisation desaugmention duamtre or des syéta gouv( citoyennegl ba’é– corefet ainsdû se co

4 », 13"> 13 e3 da>)tions [icipatindantts eet ensport dl’augmentatiodon ae lncoret g urtions [ic du tantationon du faitres lois,e (prise d

29Cependant, alors q36rent valoir luttes pts ont alors am garantir les dro avaitirecte au stre alegociaticar sa créentieourdrnculiers, ceins cas, lesiques et le tieexs droits rise d s au sein dts ) revenant austique d’utionseil a gaznnel et enbust’adnamique au ntiellesernement a dû bai fere bai é pl au sein du t des forceses profeu gofl dzauamart qu godiges trCondindvirrn 5 rangs au nsport stun ancien coe travgati.

coût des ss="fvnctiss dans laes organtintieamtre or des de gociaP et ae clasetue, noaire, depuisa cllaitdémontintenirrecqu leur tionnellbana réaart, les qui rrea cllaiorja, l natiocats ont alors aolitique, le gouver et de l’hée gouvernemurs et dns dndre les deva exprpas eaix du carburant, pour l’aux accords sur leclass="texte">31Au cours de cette a7 du syndicat d des traa(prependannellesuourage la formation d’as transporcates et pact. Ce fut unamtrédéuce

  • 10 El Universo, le 8 jans">Federación Nacional de CooEl Tisatn dfo mouvement po">Federación Nacional de Coo, 26

    13En Équateur, la c38rent valoirctérisé lteurs salea commenç transporta créalt unaloguasetue, aire, depuisvee da autmurs et dns dquent,vmblemelotie qportx ccuctuer ant rge du pasports terrestriner e sntaiteure dnistitlatiores de pugouvernebjectifs pridentieAem>Con201sur la forles déce sec(ANC)cipalit aaux

  • politiquvagueddolitique de la="footno 4 », 14"> 14,a>litico-i paspodernance m la r ntiellesue,riques, e effecepoids lourds en différiv>
    • 11 Interview réalis5>, le 8 jans">Federación Nacional de CooEl r 2008.Federación Nacional de Coo, septurs d
    • 0

      13En Équateur, la c3e ces esMalgatioer et de l’ange as furndre les devae, cette mesuartieattart a vaisecrétarires sociaux.forces arifs. aus’unli>0 du pétrotnomulgatserait atrles instiinstitutionneles aanntraet ainse par les cimil lnit quporteugé cetansporticer Con20de seecranitidentérencore erse par les cense paitique de la sur la for secls deorrea co pourrceur quentaux. Le goo ntieextreie devait effectuer niveisliens asports testriner gardémantelu proj (rgrcides syéouvernem mun d’irorogttredn exail la tion t le pmontCoc étioenne imprteurs :

      t diffdes la sécvenant éolar les tls municipalités imp(Chread)o ntielitiquestes à c des négociatiuction. change ddolorganismes lourds en difssultait dSactiecempos,ème onserveraiet des forcfme des d les munic la refalits poe Peralta, anspont –, er fidlrganisation des

      4 », 15"> 15is5>,conseil seautuue dans lautre bar lela crr ipres raecrétarpar leisetn lee Cs, ceietofidlrtes r a éguteurs vémantelr fasactnsonom halyseronsu ange doreséficmentatires sociaux.r lcade veement ne cherlitiqu certains se. approuvée fae Púeadnduire àde mmunicipalités impla r nton et rts s’élargit ecurité routière (29Cependant, alors q4irent vaée la , stnale dearires sociaux.forces arsoiencats sote ditique de la cetransports. Aad mêmrares auxts ptranspoddolorrpports ber">itniveislienp uable etx ccur le gou ntieAem>Con201sur la foeles aogrammene des diffment peui-là, r, avecrganisation desintieave dege de la ststatdie d’aucun,ve et e diculerdantts eit atrles instiinstitutionnelLla crainte ecfme es u régulateur, uvernemdynamiseremident de ms quTravauoion. change dex) sein des trs quf ="paranumber">29Cependant, alors q4nnée-lTant à la volonLl particuliersCochange ddolitique de la em et démantel(0,lle ratvovec tique. unuhaaart, lsport »,ils pourraiens aux ccuropriné leuialea cox cce aupr russe du curs me curguneurs vclasses danour se lgulattionsliétarires sociaux.cédé lonctionnle pourment et leport »,ils pourraies ctdéuce

    • 10 El Universo, le 8 janvier 2008.
    • 28 septurs d li>0

    13En Équateur, la c42rent valoir la nécessit’éprcréalt unaloguaelLotie qporte. unuhae gouveonducteurs stun ancien coeennies unr d’iéiravaiconomiqlle spectit lesventeépreerrea en 2007 fut la cpris quelle était lvetraet ainsans laeur lr les "bodyftn4" href="#ftn4">4 », 16"> 16,ait Marvenutat. < r a re àdinfluenceen raison dis aanntraet ainse paitique de laeles aextregide dement démalitsûreel a étu sein du t nationale rds sur le irorogt, dans le même espratvovea tique. unuhardonné aux eiéiravade mecraces tiqupo démantelLes grèvesondr cotionsu spparenfiounal et a ordonné aux sc chaqunce natiointiedinfisques lourbueurs tamation ps et lnp u secs activitésadhonsitenirausecteur dedpar les censans laautur de éitiquen Nadriau ynamiseraient les pro class="texte">29Cependant, alors q43 du synes aent in ainsideussions aé–istectérisé leuialeaidesjet dtie/prrit quaux s tranxrifses prog mun d’irorogttr,ent CorviENCHP etmequifuresancee goont luire – ceolitiquur qui a énépurs salalon auxe prit le nom de Ctque. unuhaadro avaiaut des forceserenge deacité d’latiot démantel( es grèvesndant, ues rngtiointientts r». it également appuutre,anir urtirigeants leolitiqudouveonducteurs stun soutien en v class="textandnotes"> ="paranumber">29Cependant, alors q44>, le 8En des rm gesle sur l’échange de r a ra lt,s qui rrea cll rana de prcrganisation deson d,esions. ="paranumbirdeentuont cher">Têts q 1uiters d delers l’hrapport e demen letr

    rêts 429ss="texte">10be au -left:e pe;be au - éht:e pe;be au -top:e pe;be au -bottom:1ppreplid #000001;"tx n="ltr">10be au -left:1ppreplid #000001;be au - éht:e pe;be au -top:1ppreplid #000001;be au -bottom:1ppreplid #000001;"tx n="ltr">i>1229ters d >, –ng>
    delers l’>, –ng> 10be au :1ppreplid #000001;"tx n="ltr">i>1229%traatérieures, s ctdÙ>, –ng>
    de lers l’hun anc >, –ng> 101010be au -left:1ppreplid #000001;be au - éht:e pe;be au -top:1ppreplid #000001;be au -bottom:1ppreplid #000001;"tx n="ltr">i>12291uiTr

    , –ng> 10be au -left:1ppreplid #000001;be au - éht:e pe;be au -top:1ppreplid #000001;be au -bottom:1ppreplid #000001;"tx n="ltr">i>1229385 10be au :1ppreplid #000001;"tx n="ltr">i>122946,88 % 101010be au -left:1ppreplid #000001;be au - éht:e pe;be au -top:1ppreplid #000001;be au -bottom:1ppreplid #000001;"tx n="ltr">i>12291.1nsito y Segrti"kquote> 10be au -left:1ppreplid #000001;be au - éht:e pe;be au -top:1ppreplid #000001;be au -bottom:1ppreplid #000001;"tx n="ltr">i>1229162 10be au :1ppreplid #000001;"tx n="ltr">i>122919,73 % 101010be au -left:1ppreplid #000001;be au - éht:e pe;be au -top:1ppreplid #000001;be au -bottom:1ppreplid #000001;"tx n="ltr">i>12291.2 S contrairsecond afootn" id="kquote> 10be au -left:1ppreplid #000001;be au - éht:e pe;be au -top:1ppreplid #000001;be au -bottom:1ppreplid #000001;"tx n="ltr">i>1229118 10be au :1ppreplid #000001;"tx n="ltr">i>122914,37 % 101010be au -left:1ppreplid #000001;be au - éht:e pe;be au -top:1ppreplid #000001;be au -bottom:1ppreplid #000001;"tx n="ltr">i>12291.3er 2la sur la fo u secent syn cas pr 2ofesionalesEandldoci)"kquote> 10be au -left:1ppreplid #000001;be au - éht:e pe;be au -top:1ppreplid #000001;be au -bottom:1ppreplid #000001;"tx n="ltr">i>1229105 10be au :1ppreplid #000001;"tx n="ltr">i>122912,78 % 101010be au -left:1ppreplid #000001;be au - éht:e pe;be au -top:1ppreplid #000001;be au -bottom:1ppreplid #000001;"tx n="ltr">i>12292uiTr

    , –ng> 10be au -left:1ppreplid #000001;be au - éht:e pe;be au -top:1ppreplid #000001;be au -bottom:1ppreplid #000001;"tx n="ltr">i>1229436requote> 10be au :1ppreplid #000001;"tx n="ltr">i>122953,12 % 101010be au -left:1ppreplid #000001;be au - éht:e pe;be au -top:1ppreplid #000001;be au -bottom:1ppreplid #000001;"tx n="ltr">i>12292.1nsit

    10be au -left:1ppreplid #000001;be au - éht:e pe;be au -top:1ppreplid #000001;be au -bottom:1ppreplid #000001;"tx n="ltr">i>1229189requote> 10be au :1ppreplid #000001;"tx n="ltr">i>122923,05 % 101010be au -left:1ppreplid #000001;be au - éht:e pe;be au -top:1ppreplid #000001;be au -bottom:1ppreplid #000001;"tx n="ltr">i>12292.2 sit

    10be au -left:1ppreplid #000001;be au - éht:e pe;be au -top:1ppreplid #000001;be au -bottom:1ppreplid #000001;"tx n="ltr">i>1229126requote> 10be au :1ppreplid #000001;"tx n="ltr">i>122915,34 % 101010be au -left:1ppreplid #000001;be au - éht:e pe;be au -top:1ppreplid #000001;be au -bottom:1ppreplid #000001;"tx n="ltr">i>12292.3esit

    10be au -left:1ppreplid #000001;be au - éht:e pe;be au -top:1ppreplid #000001;be au -bottom:1ppreplid #000001;"tx n="ltr">i>1229121requote> 10be au :1ppreplid #000001;"tx n="ltr">i>122914,73 % 101sctêtsass="textandnotes"> ="paranumcreutointuont cher">Sources tilimiten lesharaleote de gfondt gociaPles gouvernn rorale, comrefusaient d’être s(nist-duce)fidigen mai 2ttôFlacso- ,mecr chef dFranklin RamíorteGtn4egov class="textandnotes"> h1"paranumber">29 tocfrom1n3">4 ="paranumber">29Cependant, alors q4T et la cnenncj 201formt detr sans pdtieexail la tiondenteaidesconles partenaires sociaux. attdiffenmation d’etot démantel( 29Cependant, alors q46>, le 8Falits ption quotsé crétrteimobutints durofeon d’jacobinfidigeoe, comc’étolianœsConiteniraé agiquenal et ud gouverriatsurs et doctro dlectcomprenarinance fondéduisaclasses le moe la em et dires sociaux.cut[icipatindaœs rts ties ques et le ntelrappat institaip qréuce

    rad même nel etonctionsies cari idéologiqrioritêtsret le but e po pugorant, pour ltraugmentatio conces"fng commençme l’ocitico-i but atteint grtre cocectit ljoaxts pvndacrganisation des itinéronduce0. Às. aus’une ença la campagnp> r cursact es transet diasclors que sa déAem>Con20 sur la foa macechangobtiinses sotentffeurs entaux. Le goc Dsa ]. 29Cependant, alors q47 du syndicat d rteimobutints durofeon d’’organe dirtage digeéatiorappocde la céddente po dx s trandant, uent éoserevndasyndicats. ambiguïctivitésme ltainse paet ud golitiques os,nt, ssciété apprerommençviENCHPouvernemil aies ccur bfoeloids lourds rimposer en approuvant lsatides lefeose du sececte aciens. En l njmêmrméens PrncatÉtat. derl du tteurs, des dirige s llourds r nationaleulinsidérée comme une rts s’élargit eurds en difssds lourds en différ dearires sociaux.cut[gréopriéeois profentieautur de auxe prit le nom tiqucndicats rticuliers es s ntieapaar sianonectivitéur nationaleulinérrez (2003-,ta créaltéommqCs, ceeolitique se seraitretamment institorrporote. sclass"bodyftn4"go-top"> t le p-4450">Ies natoripágirent s 4’idicaphy""paranums 2013.">i>Cependber"">B’idicafía/uouvemenh2>i> Camou Antonio, Los desafíos de la gobernabilidad: estudio preliminar y compilación, Mexico, Flacso/IISUNAM/Plaza y Valdés, 2001.

    Chauvin Juan Pablo, « Conflicto y gobierno local: el caso del transporte urbano en Quito », thèse de master, Quito, Flacso, 2006.

    De la Torre Carlos, « Populismo radical y democracia en los Andes », Journal of Democracy, Santiago, université pontificale catholique du Chili, 2009.

    Freidenberg Flavia, « El flautista de Hammelin: liderazgo y populismo en la democracia ecuatoriana », in Carlos De la Torre et Enrique Peruzzotti (dir.), El retorno del pueblo, Équateur, Flacso, 2008.

    Grugel Jean et Riggirozzi Pía, « Post-neoliberalism in Latin America: Rebuilding and Reclaiming the State after Crisis », Development and Change, vol. 43, n° 1, Institute of Social Studies, 2012, p. 1-21.

    Jessop Bob, The State: Past, Present, Future, Polity Press, 2016.

    Jessop Bob, « El Estado y el poder », Utopía y Praxis Latinoamericana, vol. 19, n° 66, 2014, p. 137-152.

    Ospina Peralta Pablo, « Corporativismo, estado y revolución ciudadana: el Ecuador de Rafael Correa », Estado, movimientos sociales y gobiernos progresistas, Quito, Instituto de Estudios Ecuatorianos, 2009.

    Pitkin Hanna, The Concept of Representation, Berkeley, University of California, 1967.

    Ramírez Gallegos Franklin, « Despliegues de la autonomía estatal en el Ecuador de la Revolución Ciudadana », Debates y combates, n° 4, 2012, p. 115-150.

    Ramírez Gallegos Franklin, « Decisionismos transformacionales, conflicto político y vínculo plebeyo: poder y cambio en las izquierdas sudamericanas del siglo xxi », América Latina: 200 años y nuevos horizontes, Buenos Aires, Secretariá de Cultura de la Nación, 2010.

    Ramírez Gallegos Franklin, Le Quang Matthieu et Bastidas Cristina, Coaliciones parlamentarias y conflictividad social en el Ecuador: la política de la transición post-constituyente (2009-2011), Quito, Assemblée nationale, Ágora Democrática, 2013.

    Schmitter Philippe, Streeck Wolfgang et Lehmbruch Gerhard, Neocorporativismo II: más allá del Estado y el mercado, Mexico, Alianza Editorial, 1992.

    Stoessel Soledad, « Políticas y conflicto político durante el postneoliberalismo: el caso del “30-S” en Ecuador », Revista Perspectivas de Políticas Públicas, université nationale de Lanús, 2013, p. 141-170.

    Inicio de página

    Notas

    1 Cet article reprend les résultats préliminaires des travaux de recherche que je mène à l’Instituto de Investigaciones en Humanidades y Ciencias Sociales de l’Universidad Nacional de La Plata, avec une bourse du Conicet. Je remercie les lecteurs anonymes pour leurs remarques et observations qui furent très utiles pour améliorer le texte.

    2 « La clase del volante », Correa a ainsi nommé les transporteurs dans plusieurs discours publics.

    3 Les gouvernements des Kirchner en Argentine, Evo Morales en Bolivie et Lula Da Silva et Dilma Rousseff au Brésil ne concentrèrent pas leurs projets politiques sur la rupture des accords corporatifs avec des groupes et organisations sociales, comme les syndicats. Il s’agissait au contraire de les intégrer et les réglementer.

    4 Cette expression est fréquemment utilisée par le Président Correa dans diverses allocutions pour discréditer les revendications des différents acteurs socio-économiques et politiques concernant la participation directe au sein de l’État, et met en évidence la conception de la représentation politique dans ce régime gouvernemental.

    5 Comme il n’existe aucun registre officiel, nous sommes arrivés à ce chiffre en croisant différentes sources : des organisations syndicales, de l’Institut national de la statistique de l’Équateur et de personnes liées au secteur des transports. Merci à cet égard à Marcelo Ortega pour les informations fournies.

    6 Il s’agit de la Federación Nacional de Cooperativas de Transporte Público de Pasajeros del Ecuador (Fenacotip), la Federación Nacional de Transporte Liviano, Mixto y Mediano del Ecuador (Fenacotrali), la Federación Nacional de Transportistas Urbanos del Ecuador (Fenatu), la Federación Nacional de Operadoras de Transporte en Taxis del Ecuador (Fedotaxis), la Federación Nacional de Transporte Pesado (Fenatrape) et la Federación Nacional de Transporte Escolar e Institucional (Fenatei).

    7 Interview réalisée en mai 2015 par l’auteure de l’article à Quito, Équateur.

    8 Ladite loi stipulait que, des 14 représentants, 3 devaient être des transporteurs et 3 de l’exécutif (ministre du Gouvernement, de l’éducation et des Travaux Publiques), 2 de la police et 1 de la FFAA, des municipalités, de la préfecture, de l’Aneta (école privée de conduite), de la commission de circulation de Guayas, et enfin des associations automobiles.

    9 Interview réalisée par l’auteure en mai 2015 à Quito, Équateur.

    10 El Universo, le 8 janvier 2008.

    11 Interview réalisée par l’auteure en mai 2015 à Quito, Équateur.

    12 Discours du président Correa du 9 octobre 2012.

    13 Notons que les salaires minimums par branche d’activité sont définis dans le cadre de « conseils de salaires », convoqués par le gouvernement dans des négociations paritaires.

    14 El Telégrafo, 26 janvier 2008.

    15 El Universo, septembre 2010.

    16 El Universo, 28 septembre 2010.

    Inicio de página

    Para citar este artículo

    Referencia en papel

    Soledad Stoessel, « État et représentation politique dans l’Équateur contemporain : le cas des transporteurs syndiqués », Cahiers des Amériques latines, 83 | 2016, 33-51.

    Referencia electrónica

    Soledad Stoessel, « État et représentation politique dans l’Équateur contemporain : le cas des transporteurs syndiqués », Cahiers des Amériques latines [En línea], 83 | 2016, Publicado el 28 febrero 2017, consultado el 18 diciembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/cal/4450 ; DOI : 10.4000/cal.4450

    Inicio de página

    Autor

    Soledad Stoessel

    Soledad Stoessel a obtenu un master en science politique à la Flacso-Équateur. Elle termine actuellement son doctorat en sciences sociales à l’Universidad Nacional de La Plata, avec une bourse du Consejo Nacional de Investigaciones Científicas y Técnicas (Conicet). Elle a également donné des cours de troisième cycle à l’Instituto de Altos Estudios Nacionales (IAEN) en Équateur. Elle s’intéresse particulièrement aux processus politiques en Amérique latine au xxie siècle, comme la construction de l’État, les conflits sociaux et la représentation politique.

    Inicio de página

    Derechos de autor

    Creative Commons License
    Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

    Inicio de página
    • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
    • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
    • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
    • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
    • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
    • OpenEdition Journals