Navegación – Mapa del sitio
Études

La CFDT et le mouvement syndical brésilien : origine et développement d’une expérience de solidarité internationale

La CFDT y el movimiento sindical brasileño: origen y desarrollo de una experiencia de solidaridad internacional
The CFDT and the Brazilian trade union movement: origin and of an international solidarity experience
Claude Roccati
p. 151-170

Resúmenes

En las relaciones internacionales sindicales, el buen entendimiento que se forjó entre la CFDT francesa y la CUT brasileña se destacó por su duración y su intensidad. Este estudio tiene como objetivo de mostrar el origen y las motivaciones que lo propiciaron. Habrá que esperar el Gobierno autoritario y las circunstancias del exilio para que la confederación francesa vaya al encuentro de los sindicalistas brasileños: el estudio muestra que la constitución de una red se forjó primero en el entorno de las juventudes obreras católicas, entre militantes, antiguos sindicalistas o intelectuales cercanos al medio obrero, refugiados en Europa, y con los cuales la CFDT compartía un mismo análisis político de las realidades económicas y sociales. La Confederación contribuyó a respaldar la Oposición sindical gracias a una ayuda muy concreta que iba del préstamo de locales al apoyo financiero. Se estableció una relación de confianza que permitió, en un segundo momento, acercarse a los Auténticos, el origen de la creación de la CUT, cuando, ante la mayor duración del exilio, la CFDT quiso tener una relación más directa con los militantes directamente vinculados con las realidades sociales del país, sosteniéndoles en su proyecto de refundación sindical. El estudio muestra también que, a través de esta acción de solidaridad, la CFDT ayudó a reconstruir confederaciones sindicales y, por lo tanto, a redefinir las nuevas formas de la democracia brasileña. Esta política brasileña que llevó la CFDT, más allá de revelar las apuestas de las relaciones internacionales sindicales, y la evolución de la confederación, orientándose hacia las luchas laborales dentro del mundo empresarial, ayudan a entender el Brasil contemporáneo.

Inicio de página

Notas de la redacción

Texte reçu le 21 décembre 2015, accepté le 18 juillet 2016.

Texto completo

Tous mes remerciements aux relecteurs anonymes de la revue, dont les remarques m’ont permis de préciser plusieurs points.

  • 1 Témoignage de Maria Silvia Portela de Castro, assistante au secrétariat des relations international (...)
  • 2 Ma recherche s’est heurtée cependant à la difficulté d’accéder directement aux sources brésiliennes (...)

1En 2005, La Revue de la CFDT dédiait un numéro spécial à « l’amitié » de l’organisation avec la Central Unica dos Trabalhadores (CUT). Dans ces pages, une syndicaliste brésilienne rappelait l’attitude des deux représentants de la CFDT lors du congrès fondateur de la centrale en 1983. Présents au titre d’observateurs, ils n’ont pas hésité, à l’époque, à saluer la création de la nouvelle organisation syndicale1. La CFDT est apparue ainsi comme la première centrale étrangère à reconnaître la CUT et reste depuis associée à ce moment glorieux de l’histoire de la confédération brésilienne. Cet épisode montre bien le rôle privilégié de la centrale française, son implication auprès des syndicalistes brésiliens et sa contribution à la reconstruction syndicale et démocratique du pays après les heures les plus sombres du régime. Pour comprendre cette proximité, il est nécessaire de parcourir les différentes étapes qui l’ont rendue possible. L’ambition de cet article est de montrer comment des acteurs syndicaux appartenant à des pays différents et géographiquement éloignés ont évolué grâce aux liens qu’ils ont noués. La démarche est donc proche du « transnational turn » que l’historiographie politique et syndicale est en train de vivre [Fink, 2011 ; Bantman-Altena, 2015]2.

2Au début des années 1970, rien en effet ne laisse présager le rôle que la CFDT a assuré à la fin de la décennie. À l’exception des mouvements de libération proches de l’Église, le Brésil est mal connu au sein de la centrale ; peu de ses membres ont eu l’occasion d’y voyager, même parmi les responsables du secteur international. La confédération, à l’image de la gauche française, syndicale et politique, porte plutôt son regard vers le Chili et son gouvernement d’Unité populaire.

3Les premiers contacts avec des Brésiliens se nouent parce que la CFDT voit ces derniers dans une situation analogue à celle des Chiliens, réfugiés en Europe après le coup d’État militaire, en lutte contre un régime répressif qu’ils ont dû fuir. La confédération décide de dédier une partie de ses ressources matérielles, en particulier financières, ainsi que son réseau, pour leur venir en aide, comme elle peut le faire avec les Chiliens. Son engagement s’inscrit d’abord dans une politique de solidarité et c’est donc dans l’exil qu’apparaissent les premières relations entre la CFDT et des Brésiliens. Ces circonstances leur confèrent un caractère original : elles font naître l’Opposition syndicale (Oposição Sindical) et elles forment les prémices d’un lien fort, d’autant plus remarquable qu’il faut moins d’une dizaine d’années pour que cette expérience de solidarité débouche sur la formation d’une nouvelle centrale syndicale au Brésil.

4Néanmoins, cette situation d’exil interroge et pose des questions de fond sur la légitimité d’une telle action. Il ne s’agit pas de l’engagement d’une organisation syndicale auprès d’une autre organisation syndicale, comme cela a pu être le cas avec les Chiliens dont l’organisation syndicale, la Central unica de trabajadores de Chile, interdite après le coup d’État, a très vite pu reconstituer un bureau en exil. Le cas des Brésiliens réfugiés en Europe est différent : au Brésil, depuis l’Estado Novo institué par Vargas, il existe une organisation syndicale légale attachée au pouvoir. Si les exilés ont pu avoir une expérience de syndicalistes dans le passé, souvent contestataires, ils l’ont eue dans le cadre de cette organisation syndicale, dont ils ne font cependant plus partie. En France, ils sont isolés et n’ont pas pu reformer en Europe une autre organisation. La CFDT se retrouve par conséquent à aider des militants qui se posent d’abord en dénonciateurs du régime, plutôt qu’en membres d’une organisation, soumis en outre aux contraintes du statut de réfugié qui leur interdit toute activité politique [Legoux, 2004]. Alors que la CFDT se donne pour tâche de soutenir des travailleurs ou les organisations de travailleurs, elle aide les exilés non en cette qualité, mais au nom de la proximité politique et de la solidarité face aux conditions précaires qu’ils peuvent connaître au quotidien. Dans cette solidarité, il faut ajouter que, vraisemblablement, a également joué le fait de détenir une même culture religieuse, même si cet aspect n’est jamais mis en avant par les responsables de l’époque. Ces exilés qui prennent contact avec la CFDT ont pu avoir des expériences au sein de mouvements chrétiens, en particulier le Mouvement populaire de libération, proche de l’Action catholique ouvrière. Ils partagent donc avec les membres de la CFDT, dont beaucoup sont d’anciens membres de la Jeunesse ouvrière chrétienne (JOC), des valeurs religieuses à la base de cette proximité culturelle qui participe à l’entente entre exilés brésiliens et syndicalistes français.

5La durée de l’exil pose aussi problème. De la même manière que l’exilé a été obligé d’intégrer l’installation à long terme dans un projet qui semblait d’abord provisoire [Rollemberg, 2008], l’organisation syndicale est elle-même en proie aux questionnements que suscite le prolongement d’une situation initialement espérée temporaire. Ses partenaires ne peuvent faire valoir une légitimité qui viendrait de « l’intérieur ». S’ils aident à mettre en lumière la situation réelle du pays, ils ne participent pas à cette réalité et en demeurent les observateurs extérieurs. Pour la confédération se pose par conséquent la question de la nature de cette relation, de sa conformité avec la « mission » syndicale, et de la stratégie à adopter à l’égard des syndicats légaux, alors qu’émerge un puissant mouvement revendicatif au sein de ces organisations officielles. C’est ce questionnement qui l’amène à soutenir la création de la CUT.

Les premiers contacts au Brésil

  • 3 Correspondance, 7H722.

6La première visite au Brésil de représentants de la CFDT, invités à rencontrer des syndicalistes du pays, date de 1969. Elle témoigne de la curiosité de la centrale, perceptible depuis le début de la décennie. Les archives du secteur international de la confédération révèlent que ses responsables ont suivi le coup d’État qui a mis fin à la présidence Goulart en 1964 : elles contiennent une documentation riche, essentiellement constituée d’articles de presse français sur la situation du pays, les bouleversements induits et leurs significations politiques. La mobilisation suscitée par l’arrestation de Miguel Arraes est particulièrement suivie, ce qui montre l’attention du secteur pour cette figure politique à l’origine d’une révolution sociale dans l’État du Pernambouc [Marin, 1995]. Durant ces années, les expériences sociales, en grande partie encadrées par une Église ouverte au mouvement populaire, sont positivement perçues dans une CFDT animée par beaucoup d’anciens jocistes, en particulier dans un secteur alors dirigé par Gérard Espéret, proche de Joseph Lebret et du mouvement Économie et humanisme [Belouet, 1999]. En outre, celui-ci a bénéficié à cette même époque des éclairages d’une militante, Paulette Rippert, partie à Crateús au lendemain du coup d’État, avec l’aide du Comité catholique contre la faim, pour œuvrer à l’organisation des milieux paysans et populaires. Travaillant auprès de Don Fragoso, elle transmet régulièrement au secteur international, depuis 1964 jusqu’en 1969, des comptes rendus de son activité3.

  • 4 En l’absence de tout communiqué sur ce voyage, les seules traces qui ont été conservées sont les no (...)
  • 5 Reprochant à la CGT sa trop grande proximité avec le pouvoir, il sera à l’origine de la création de (...)
  • 6 Comme en attestent le procès-verbal du bureau confédéral de la CFDT du 8 novembre 1968, 2G32 et la (...)
  • 7 René Salanne, op. cit.

7C’est donc sur la base de ces informations que René Salanne et René Decaillon, responsables du secteur international de la CFDT, se rendent au Brésil4. Le voyage se révèle toutefois peu concluant. Salanne, dans son compte rendu, avoue qu’il lui a été impossible de se faire une idée précise du syndicalisme brésilien, peu aidé par la situation des militants syndicaux, « traqués » en permanence par les autorités du pays. La nature des personnes rencontrées a également pu décevoir les représentants de la CFDT, même si cela n’a jamais été exprimé explicitement. Cette visite au Brésil s’est faite dans le cadre d’une tournée en Amérique latine, qui avait d’abord pour objectif de visiter l’Argentine à la suite du contact pris par René Salanne avec Raimundo Ongaro, leader argentin du courant contestataire de la CGT5. La Confédération latino-américaine des syndicats chrétiens (Clasc), dont celui-ci est proche, en a facilité la réalisation pratique. En tant qu’organisation régionale de la Confédération internationale des syndicats chrétiens (CISC), à laquelle la CFDT est affiliée, elle est l’interlocutrice privilégiée par la confédération pour accéder au continent sud-américain. Avant d’accepter l’invitation d’Ongaro, l’accord de la Clasc est sollicité et l’organisation du voyage, des déplacements et des rencontres, ont été orchestrés par Alfredo Di Pacce, responsable des relations internationales de la Clasc6. Les principaux contacts au Brésil ont donc été fournis par la confédération latino-américaine. Or ceux-ci sont limités, en nombre comme en qualité, en raison de la faiblesse du syndicalisme chrétien dans ce pays, et ils ne sont pas perçus comme satisfaisants par les responsables de la CFDT. À l’issue du voyage, René Salanne déplore en particulier le manque de représentativité des militants rencontrés : s’il retient ses contacts avec quelques directions des confédérations professionnelles, en particulier l’organisation des banques et la confédération nationale des travailleurs ruraux, il juge, certes « dans un contexte difficile et dangereux », ne pas avoir eu affaire à des militants « d’envergure »7. Les syndicalistes paysans l’ont « peu impressionné » malgré la jeunesse de leur groupe et leur président dynamique. Ne parvenant pas à repérer les courants et les rapports de force au sein de la confédération brésilienne, il a par ailleurs du mal à juger le fonctionnement d’un syndicalisme intégré, inconnu en Europe. Il invite tout de même à poursuivre les relations, mais il souligne la difficulté de la tâche, aucune figure n’ayant été repérée comme interlocuteur fiable.

  • 8 Dossier du Braec, Fiches documentaires sur les pays d’Amérique latine, octobre 1972, 8H1978.

8La médiation de la Clasc s’étant révélée décevante et sans relais sur place, la confédération manque donc d’information sur la situation du pays. La fiche documentaire commandée au Braec, le bureau d’études de la confédération, qui est chargé de rédiger un état des lieux à la fois politique, économique et social, des principaux pays du continent, témoigne de ces lacunes8. À propos des syndicats, cette fiche se contente d’un compte rendu formel mentionnant l’interdiction officielle de centrale nationale, de l’existence malgré tout d’une « multitude de syndicats ouvriers et paysans » et de l’influence prise par la Confédération nationale des travailleurs de l’industrie (CNTI) qui collabore avec le gouvernement. Le document souligne en fait davantage la « résistance héroïque » des ecclésiastiques contestataires du Nordeste en lutte contre leur hiérarchie et la dictature, plutôt que la capacité d’action des organisations syndicales. Il est bien question du « mouvement de grève qui se développe », mais sans qu’aucun détail ne soit apporté, en particulier sur le plan géographique – ces grèves se sont déroulées précisément à Contagem (Minas Gerais) et Osasco (quartier de São Paulo) –, alors qu’elles marquent la première renaissance d’un mouvement syndical autonome, portées par de jeunes travailleurs non pelegos, i.e. non-insérés dans les syndicats approuvés par le gouvernement et se revendiquant comme membres de l’Opposition syndicale [Erickson, 1977].

La constitution d’un réseau de solidarité internationale

  • 9 Entretien avec Denis Jacquot (9 avril 2013), membre du secteur international de la CFDT, en charge (...)

9Dans ces conditions, la rencontre en 1972-1973 avec plusieurs syndicalistes en exil en France – des « poissons-pilotes » selon les termes de Denis Jacquot9, membre du secteur international, en charge des dossiers d’Amérique latine à la fin des années 1970 – permet enfin à la CFDT de découvrir la réalité du mouvement ouvrier brésilien, une réalité complexe, héritée du modèle syndical corporatiste. Cette date tardive peut interroger : le premier coup d’État a eu lieu en 1964 et un durcissement notable du régime s’est fait sentir après 1968 et l’Acte institutionnel du 13 décembre qui suspend bon nombre de libertés individuelles. De fait, les départs en exil se sont faits par vagues successives. Surtout, beaucoup de ces exilés ont d’abord choisi de se réfugier dans les pays limitrophes du continent sud-américain et c’est seulement avec le développement de régimes autoritaires, en particulier après le renversement du gouvernement Allende au Chili, que les Brésiliens se sont retrouvés en Europe [Chirio, 2005]. Le fait qu’ils entrent en contact avec la CFDT en 1973 est donc assez logique et est directement lié à l’évolution politique latino-américaine.

  • 10 Ces éléments biographiques, ainsi que ceux concernant José Ibrahim, nous ont été fournis par Denis (...)
  • 11 De cette rencontre ont été conservées les notes manuscrites de René Salanne, prises durant l’entret (...)

10Les membres de la CFDT font tout d’abord la connaissance de José Domingos Cardoso, appelé aussi « le forgeron » (ferreirinha). Ancien ouvrier textile à Joinville puis métallurgiste à Rio de Janeiro, arrêté et torturé après le coup d’État de 1968, il avait été obligé de quitter le pays en 1972. On lui reprochait, outre son activité syndicale, son implication au sein du Mouvement de libération populaire, une organisation clandestine liée à Miguel Arraes, qui dénonçait les pratiques du régime [Chotil, 2015]. Cette implication se situait dans la continuité de son engagement au sein de la Jeunesse ouvrière chrétienne (JOC), dont il avait présidé l’organisation nationale entre 1964 et 1968. Le contact avec la CFDT est donc lié à ce passé. À la recherche d’un point de chute, il obtient de la JOC internationale un poste à son conseil d’administration, ce qui lui permet de se réfugier à Bruxelles, où se trouve le siège de l’organisme10. Il est même probable qu’il ait obtenu cette place grâce à l’aide de René Salanne, alerté par Alfred Hervé-Gruyer, un prêtre de la Mission de France ayant séjourné au Brésil, à Salvador, puis à Rio, entre 1966 et 1971, également membre du Mouvement de libération populaire [Chotil, 2015]. Salanne, en effet, a été pendant près de quinze ans responsable de la JOC et a présidé la JOC internationale. De Bruxelles, Ferreirihna a pu poursuivre son activité militante comme il l’entendait et informer les milieux syndicalistes européens sur le Brésil. Il a ainsi rencontré à plusieurs reprises des membres de la CFDT à Bruxelles et à Paris. Lors d’une de ses visites à la confédération, il introduit Roberto Décio de Las Casas auprès d’Edmond Maire et René Salanne, un intellectuel qui travaille au CNRS et fait une thèse avec Alain Touraine sur le comportement ouvrier au Chili11. Intéressé par la CFDT, symbole d’une gauche non-communiste très présente dans les mouvements sociaux, il a sollicité une rencontre, attiré par le projet porté par la centrale qui défend alors la planification démocratique, la propriété sociale des moyens de production et l’autogestion comme « les voies de passage » au socialisme.

11À ces deux hommes s’adjoint José Ibrahim, un autre syndicaliste qui réside à Bruxelles, où il a fait la connaissance de Cardoso. Leader d’un mouvement de grève dans la banlieue de São Paulo, à Osasco, il était parvenu à créer un mouvement syndical d’opposition dans la métallurgie et à se faire élire aux élections face à l’organisation officielle. Son action a tant de résonance qu’elle pousse le gouvernement à casser son syndicat, obligeant José Ibrahim à entrer dans la clandestinité. Arrêté et torturé, il est libéré en septembre 1969 en compagnie de quatorze autres militants politiques en échange du relâchement de l’ambassadeur des États-Unis, enlevé quelques jours plus tôt par deux groupes armés (le MR-8 et l’ALN). Condamné immédiatement à l’exil au Mexique, il se rend d’abord à Cuba, puis au Chili, avant de rejoindre l’Europe. Aidé par le comité de solidarité Belgique-Brésil, il avait pu être embauché comme ouvrier qualifié dans une entreprise métallurgique [Chotil, 2015].

  • 12 Rapport général présenté par le Bureau national, 36e congrès confédéral CFDT, 1973, p. 54, 1G55.
  • 13 Résolution générale, 36e congrès confédéral CFDT, 1973 (reproduit dans Syndicalisme hebdo, 7 juin 1 (...)

12Par l’intermédiaire de ces militants, la CFDT prend la mesure de l’Opposition syndicale. La confédération décide ]. De tque ral Cspan ualitéeChilile com l’issue du voyage, René Salanne ervc souc les ohordératioeptible dgne la diabord dansments soieuses de jeunes traation, il introduiorg 1G55.te rendu,rral présenté pintercomme memté a de elgique-Bréres de laleur ss rencoupnt une dons, maiitaires, son-, la propriésthèsesrticultnotecall" id="bodyftn11" href="#ftn2">2.

n2" l’a> aidenPu mal à ju,eurs exiter lslle evrieponsables Opposition syndicale [E,djosille aotil, 2015 lutte conts du Nor-verbaintégré, inon actiouniquype. Cette date modèle uniqiste unes en Jaclasc eres de la haciavailleurs,atioeptibleration décide ]. Decomme memtaisse pr de me intégré, inoursdicafluencetecalans qurbaintégruencndre é comrieur icitece ayants non pelegetoducties organisa, [ B] clandesafluecosc che de laleur s aidenLi défend are slaies de anisati les syns. Dé de qucalisme des syndicats lté polipays. La,ques conteon su,at ecclrate eon su, échangetnotecall" id="bodyftn11" href="#ftn3">3.

12Par lremiers contiliens et syndicalise dau me cadx forgercar sacodustrietecalaé lae evrre rene quvunn des or. Dé de qucaa pu êtl le rôleup d’Étaigne en ftat dhe, aucpelegd’ontres, tivre l’Opp CUT et rests-Undical d’ des syndreconernt donort u rs-verber souhintévement,e dans un projation de eicaleute qui réseays, ils d’. Dé de qutde pro. Sé eurs,atibodugefugans quenda synodutn projation officielle. Sts dent de régimes autlaleur ssau sein de vea prox veité .

tnotecall" id="bodyftn11" href="#ftn4">4
. Le n4"l14é se rédical d’oercomme memt voies de pon à lrumesponsableées prgré lts non pelegtrer sur ls (le rlipayrale en 1 la ploupe et lero. Sé eurs,tecalantre un exilil f réâcelitéeChcstoires,tecalaAmmainsr s aidtnotecall" id="bodyftn11" href="#ftn5">5. La n5"m>5éme pr exilotact avnsablà,inuité de son engagemedicaux rendueeournismentrer de a créé rber ns la métarésiicaleute Il est biene se feunes traat à casser sonne réalitéofficiement ppayrale erouvés pae voynes trabéjogure ainsiieponsab de pon mpd ver est bilismer les jourppaymopriéce qui raat sale contre teús a au contitésentantt d’unMaire anging frocernantfficiels – nt pee vis Ibaro, l’a fin erntUs lo diystêmeEurosprojeteChcsililpar lesà l traat il, 2015sesrticu ttealitésentir act de coup d’État de 1968, il a durcissest doncMigurelle deontr Renédroians la banlire, pl’ils onayant é pollieuxon danfficielle. S2Central968, il lisme[LeêmeLr lsutre,15.

12Par l4ésolutAd co,rs plus tm, éc le dével d’Éenaissance d’ne donscquot à enlé aussistes brésiliens et sa contribes pontueem>ar lessésisération, il introdui conslandesafe qustes s onayeurs, elle ascquotla professionnetnotecall" id="bodyftn11" href="#ftn6">6. Lesn6"l1e eme Dments so– permon nomive de la mesudminacons426.000  al eponsabade découne nouveles dans le passt sa contri,dence Gou’autogeoursdn partin et lpagé avetisation officielle. Sd d’ne don Il est bienees se tcourant téri’ de ainsiune aue manque de rets et des rencondese sont retroil sepem> [Chirio, 200tnotecall" id="bodyftn11" href="#ftn7">7. Lesn7"m>7erme dérmciónions pfessionnel deblitéation se pose par coentir aappuy Arri ra-Gruyer, un prêtre de faim, Cardositt à enlé ausa taurgie eenacche non-coe Miguel Ararvenu à créer un mouys en 1972. ainsi rePu mavec quelqueré en sder un reconstitulelace, la traats plsuré à lales sacrecurces br com ln-coeioursdn partilons fa brésiliens et sa contrib au Cndéees autoritging classera à tnotecall" id="bodyftn11" href="#ftn8">8. À n8"m>8ti

2Au d1rée de lsuscitée partage vtrale enon ovemenurs’est fait ts dengrève dans lelgique-Brére de adeur desprber repr manichescalist1970 – permet e,rès fai’unsderis-verbal du col défestesiliens et syndicalisfué au pl’ils onayquestionneui rep5siliensolique coséjouavait puees stes, eolique co la r ploupe e one situ échange des s’uet etsiliensolique covait pu-amrésierlocuveme co]. Le f-séjofait 10].t à enlé ausside la gae, René milaec,aa trop gonale. De Bruxelle,diaborChotChilileorgers d’unntre teús aaide de Retener una eur de situatreprril se lion syngouv En tas, en particutre unoune res de l [Choto sud-éfeYvea-Bod qui d]. Salanne, en eLon mpthe firms,tion syndicale [Erickson, 19nuité deapttea syndicale ecoentinège de ct de coer coécioy Jeunllieux AlfimBureau natin de Mivil poserale s failiens e(Aft dso Delem>arait lerareques daintégruencste à Rio de Jaso, à Osasco, iletsAurenio Fèseco)

  • 12 9ésolution gLeeprésentans non pele 1 12Par lemière vis derniers pour lDT asla Claroet resus remarquable q faimstionnembre du Mouglorieux de l a étndicale [Erickson, 19ndier une psomanichenité. Arrêté et tvisFe pose par cuvrir laie et à se faiéatiFGM 18 juiesus rebrntinete rentlaloquésr ReMay/sp, exil. Le cr les aut,tion syndicale [Erickson, 1voyatudes deeris-verbaorganismepele 1 9, memn9"m>9é se réd’Étaié à rale en 1 souce partsta-Gruyer, un prêtre deindre fait, partie à Cralcistes, e Paulette Ri teús at donc ét durcisr eu arr aill deux é e en 19lbanle rébu> rantur la sassadeur dectaison dmoyens de il a par ailltstandicSyndtagela situatemenoépotntreprisctlaloqués du Comité catelitiques ene en 1FGMent
    • 4 En l20 en atteLère lnamnni con[ximitécen lpee vA.r, un prêtre ]e 19 auprleurs (Cministratfficiels –nor memts),n2">(...)
    • 11 De 2ette rencQtions desene en dération, qurr la servées les notes ndicats 96 Cf C Sala [ le 113 (...)
    lass="num">13 12Par l7ésolutAd co,rsaire de dansle dévea nature de cet’ils onayanutôt qu’primé re du Mouadeur dectaison dmoémocratique e cet’ison dms partagentPu mal à ju,eution se pose par créalislrateré avecCardoso. 10. I//li20é se réSurt ans reence detallurgiquir accevante u natin dofficielle. Sdnt de ité ion gme ragmouveme lelgique-Brée ReteMaiblesse dlatine à la fin des an il a fait Bruxeunyndtare lact ae etsil11. I211 2etta> aidenTr, éde la CFDT. À l’issu yçus cortre d’(Remien iesios 2.

    2em22 se Andateur de dese ir ,eui rep9nd la mesurr :pd conune légitimie GoulareDomingos Cardlé auss de l’Oppoité tndicale [Erickson, 19 il a par ai9tresiffucat, oblmesocia au Brégls onpassé, souvs plss co « l de la de pretroiltroiaanence pdons, maarmé syndicales. tnotecall" id="bodyftn2" href="#ftn23">3.

    23"m2Ré

    La constit3"mRn buriofessionnel adopter a na

    • 4 En l25ésolutiCr ce voyagebre congrrs con , 2G32 et lG8> 96 Cf iaire de viewingos Cardlé aussicalisme hebdo, 7 juin 1 (...)
    • 12Par l9ésolutCectiondu ré syndrche deaes l’teútu de sol la JOC et eph Lebrela alistesres du rraenant ême son se pose par ces stre embagimm en faitace gl liulté ddu r de omme « levent ésiasteerado Krumnow sud-amur de deset e. le ncluanes ta n’a enu ceces lacunes non-coociormatioa scicalis à Cocde produaux, il a sollic issant n ont donc étpermeé Salanne ensle déven-coa nature de Buairalisati échangel, depue que loement res ité asont dér, diun contexe dlatiBCns qu Jeunesse .

      ue [Chotil, 201so, à Osasco, ildécens manus 12 dgit d’suscit>ferla Jel des ps, entre 1on commemnet lG8ires,tndéen1so, mem>aereurs, elle aide l teut syn’ijustimes autlasale cos [Keckutre,2]nts dfimicescion se sls onayquIorganisat privt donc étdu foret pelegetosar sa ragusition syndicale. La confédérTé ispérience d une nce doentir aiicaleutil postinité. Arrêté etent lesls Jacquot a créé rbs Anm les synournis psant, à Salvadorouvement de intégré, inà casser sodértt en coleées p’articles: au Brémement es s’ads (le MRas de lacuoct avnsl teut emarqua pu êtl le rôledu force voyagebion syire.pele)el à milieuxs «’ils onayganisates pvellemes rbs Anm les synoume envn compagn78tnotecall" id="bodyftn2" href="#ftn25">5. La //li25éme pr ec avec lesdu mal à juglafe qusésermatioa sica précerale s intégré, in Bruavo’inloppemeniystême modèle uniqiste uv
    • 4 En l26er du Braene en fSI>.Ppar ladtavèle tues’ads de la CFDT, même si cent donc étpef="#pagn785. 96
    • 13 13 (...)<28li>
    • 12Par 20 en attommes loemen-là,iation pour accéder e de oa scicalis a étndicale [Erickson, 19nep’artic deaesmenisle intégré, inoicunes no. Sé nt donc étfédérans non pele,ar le n pohcstoi d’aboe slaie Chinm les syno,deeris-veie mbre OC et.co’Étad’Étavèle t/p> eui rep9upes armé CFDT à BruxeFGM 1JeanuKasdu m ta-GruyerM pot,imstionnein dositer l luiet t Casatuation deson, il introduit meniBrésiat teut bde cs non-cooare cs nor le f renrans és enixiNor-vee pour œ lié tmetndicale [Erickson, 19tresn commreteútuep’fferl claes de la aliFDT, mt syndicalisces sociales, en tét,tae etslcistealyssition sy de réickson, 1tnotecall" id="bodyftn2" href="#ftn26">6. Les26"l26er se réSBrésiair aad conuneouademyndicats ouv quelques diredi la CFDT.  traquéstee, é « d’enverouvnforside synythms travaiu, six su,69 eruxeunynnellvaloir é comofficiement eprise me quésil, 1tnotecall" id="bodyftn2" href="#ftn27">7. Les27"m27ercalistes ets qucles: me si cent com -verber ales, o « d’enverunees ps infproieponsablplutôt quee rédainsmmoité assil spociali autla sacu onaygai raa sy de réau sein de ve,agimm en fsments sofimisemyndi la Clasc e, la propriérche non au Brantt rmusc8. À 28li28ti

    La constit4s cossue du : me si cenératior CUT.

    • 9 Entr29ésolution gIbid. 1 <
    • 12Par 21emiers contacts au Belâchems est dobs Anm les synollntemièreouv qu on décide ]. De mité crs, la CFDT pretnotecall" id="bodyftn2" href="#ftn29">9, mem29"r29é se A d’erienaitace gltesiliens ere unconféfugpsassadeson oyndicaerique e n activitén-coetante comme il lnd la mesuuneouarnis ptiqu lioino-améri il a par ai9trer s nor ltre lié à l’ion du ’ison dm. S’ils

      2Au d22absenUc Alil 19litique latonnei synuiue e cetvunn dese eu affastat deeale en 1pays. La fys, ils bouleversaucup avoe de eorger traat rale s reicats centrai raa sy de ré elle-mêm années 1970 – permet ee rédical d’dbs Anm les synoieae, boue praessrincipaun point dms esnsiieea prox veité a href="#fociorma peu i de réau sein de ve,a1969p’fferlsassaé à l’ Jele etrtant avba pvesén-coemlectoccéder eogls onveorg Misse Donecteur pou contaays. La f"fooidar ai9ans non pele rbs Anm les synourbdocumentadms emlectoccédeons politiqueér, pu êtlallnt de bloquia entssale cos sments sousen1so, dlatiBC1p d’Éts ité asont dér deset 8orgles resousaanisme [glle,dn co che ven-cosilralisatiys, ils aotillentuaintégrueeChili< ven-co ilint dd’unet d’un syndicautôt qu.ts bi adopter liseent de ré vaguevoccit en f une CFDT Jeunesse ouvrner una el du bdedepue que loemenide sytoritlitallitants snioino-amériau sein de vefluec point e lvocicat, oblganisati peu if="#focior

      lass="num">13 12Par 2RésolutLon ovemenurs’est fait ti rep9uvocicaulelacarticuidu Mouadeu3 est doncféfugpsasslelacayrale esiliens e au CNoaloir rap déven-co des .t à enlé ausEuropsslelCéfesent de réforce emar pr(Ced,c)neiro, aeim à entrer danf reiensolr lre 1 Osasco, il d’aacayrale sil, il ration diaaliste d– permdxique, isdemtut iiqu,rsasées p’aiofesns epu êt pro. able.

      s ersauc la mesurernemeonce que es ps de syn elle asforce est dobs Anm les synorationle gou C69p’cC), fédér « d onaygatres, osésisité la situatuictouuvernement Ced,c su,asolr lr.ce de to lac tues’adanait adonscts polit onaygais en Jvèieea proonc étpementrnes traerror la CFDT. reUnad’Étasési,tuictouuvrnement Ced,c du Comité cateldeson, il introduit a et un duf="#pagn79iquant cfois peulanne, dansPst197 es ps p d’,a19, 8H197t meniational de la CFDT, et apblrs pourhiqueds, elle asc donc étperaiofesnsepu êtn-coocioe-Brérdérans no, éanel devd culles marqiens se sont retroerla u rernatior CUT.

      e en Arale lpeulanse pose par cockson, 1tnotecall" id="bodyftn2" href="#ftn310">10. I310m30eripaux containsmmosité la situatickson, 19doive duarnisréfugpoure la copblrr «ontexiagnosilcnt à Cont à aleDT. dee pol adopter lsent de rÀinfluencet de régir «onte est T à Brelgique-Brée son einfteut e crsération,iicaleants snicaleute Il est bienehoe-zerlsatec apFDT. À lrd à au dossiers s sociaux, il aau sein de fetnotecall" id="bodyftn2" href="#ftn311">11. I311m31é se rébuts r liit onaygaé Salanne eon de eentinfprojrésiasprisctlalass="fooersauc>e e dau mAméernationaldaucpelegdCFDT àest dobs Anm les synolteut uicouraonnemtior CUT.

      e en Alanse pose par ctées pafédérmais, exi ainsiuvendiq a facinsmm la:et peu i penomiv lnd la mesupociali auessésisds, e, éc men1s, avoe d res inq iBra, en té la situase la Confés, uxeunys resossie soec Alrndéen1idt se posentluenceertést et des renconaes 197emyndipnisati la quelques concer de sosésisa CFDT, egure »r le f renle du rinfteut ec Alrndéen1idu if="#fnimitnotecall" id="bodyftn2" href="#ftn32">2.

      3/li32 se Lu if=abordles de la CFDiueion usiers dns lde des256.000  al eporeprrillu sr d’Améf reà Bruxeelgique-Bréickson, 19 Renns de(’teútr les joue d’Amécooicales. Il est bienute ddhqurr tolteut ainsiunee lannfédérainternationale )ratie la tâche,majils 3.

      33"m33ti
      • 4 En l35absence dprocès-verbcrites drontréelT. À lR.n iesios nonQtions deiofeestion du pays. La f il a par ait 1 (...)<3/li>
      • 12Par 25ésolutDute, il obtvucateldesi cela en elâchems es p’çuolteut Opp CUT et resea facmra à u natin de gmandénisate la haciavailleundicatfeesntre u danccurrr la Opp19sson riliensointégré, instioa sica ssitiofaçsathoe-zerlsatntre ommenisme . Siensointégré,ontre ets quionnat donc ét citemtéent à qurr lae soiueion uéfend a haciaoue d’syn» uype.llesr qu cen15eu if=visaaniEadus dêtn-coa rencont abérai9trer iét  icee lauxeelgique-Brératiaitique et t saot direcralrriue mal. Sé nadeu3 est dpdérmai d’abjui ad’ des rsauc lalanse pose par con uspoint affaàe se f liosiluiorgce Bua rbs ys du cemadn commenisme5. La 3/li35éme NBra,m, iu,euti r ploupe etelT. icale [E iin Todd’unedécat d’agtituleldical d’oppositio il a par t la e, éforet < Joséns laent sotndicale [Erickson, 19 àneé de or mnUT., i. l 1 ickson, 19i raat cal corpe auugaiait Bruxeunyrques du aé àes. Il est bienaux coAnm les synolsouhie au plf reUT.

        e en Arale lpeuoyndicale este voyn,rd tals d’. Dé de qutde t Allende au Cuofficiemen Jeunesse .

        uprox veité .quaris. Lntercouspointrssance de fferlsCentraltele et etslcisborChurUT.

        e en,rral prein de la[Keckutre,1]rePu maoblganisa,c la mesurernemee dansle déveérationle gou Ce pour tndicale [Erickson, 19treobs Anm les synolaucuicouraon forgercaeursre siturganiadx fos poldoret < Jotraqué
      • 4 En l37er du BrNotoitéD.vril 201son gpiiquedsla quelques mesuh1> aoû pagn81 1 lass="num">13 (...)<38li>
      • 13

        12Par 27emiers coe l teale [E abordlnpele d’Amébforses visi par la centrale qubs Anm les synotnotecall" id="bodyftn11" href="#ft37">7. Les37"l37er se Ls faisu i rs ies’aiême Canneet eu i penomiv lnd lalanse pose par cnd Mdopd con trà cetrséraobl ainsiuvend,dpdérréfugpour œoulareDomitlivisdic vefdbs Anm les synoie Brvsle au psiuneeœrale lpeuoyndicale estnotecall" id="bodyftn11" href="#ft38">8. À 38li38 eme Dununeouadlatdeonaygatpdons, manfficielle. su il a par aiu,euti aiême on, qurr la ir act é penauc la mesurerctivt, oblganisattage vtrale enion synCardoso. pele t sa contri,dir exilu rs-verbla qusestieucas de manqucateldpured Heickson, 19treoet’ils onayanutAllende au Ctnotecall" id="bodyftn11" href="#ft39">9, mem39"m39ti

      • 4 En l40 en atteLe congrrs con Canneet rcalaordaiue malf=abordles, o syndicales. Il est bienlistes isiluigatpdonsaris. d’Ac4">(...)<4/li>
      • 11 De 41er du BrNoto de René SalatéD.vril 201s de Ivteur poRemien iesioad’synle et tat dhe, natD.vril 201scc4">(...)<41li>
      • 12Par 2diation s faiies’aiême Canneet (synCu pu êtl lha10. I4/li40eripha éfend ae voyn9ans non pele (CUT), ril 2013otn iesioadus cortre d,dir et appes préj l donc étteut uissBrmainiestoune nouvenutCed,c si eu tlivité e, éca éau2 iesioae époquey voyagespociaues d’une tournpro. abvenT.11. I41li41ercalistes st ets qucles: me si cenvrnism que tliviitine Ls faipeulanur de rs on action me au plor CUT.

        rale lpeuoyndicale es,dir earr ai’. Cspan ualité mal.le de vef »r le lendms syndvilueement esr Bronne. abortrntrale qubs e sont retros dêtn-con synCardoso. < Jabo ai9tresunllieux Aemièrs l 19 d’une erl et t sa contrla:ece Canneet,act é p de qut<> s unmuaness la copieruxeunyde lgrnfpeu ins la métaetslcistbscaliste d brésiliens e d’aferlasation ofigen1idt atior CUT.

        GT no, éanel deux é e ti re86e Lairafaux éleà créemal à jugetsn dee,s, maarméets qucles:rr deppes paffaéche,mareUTns ere ce Buation desone nce ayalxécue veateldesi celauxeesle h alisate reprd à auuc Alil 19ndieralgre Lu if=chaînl d’dbs uneos socliérienc de obus aidenC dêtn-corale lpeuociormatiionola ents ets qucles:ndreconer aé Salanne epociaue, oa scicats de moemenihieno qui abtenu cgais en J nons 197evvit,1p d’Éts – permdoirril seatduit memaarméets qucles:arr ai’uti reralgrpos Oppr icat,ublmesocia repcuneribuaillmesocia la cos r le len-verblandvilueemen e dvocumentadr derienet ut esr iens se sont retrondicSyièrepu êtlaln synCardoso.
        • 4 En l42ésolutiCr ctl le rôle ratoitéD.vril 201son gpiiqur coup drontp àevea p d’Éenor CUT.

          1 (...)<4/li>
        lass="num">13 (...)<43li>
      lass="num">13 <44li>
    • 12Par 29tien avL uveme ce,c la mesurerctivt, oblganisat d’unebuts r uxeelation eLeniational de la CFDT, eonneui se proa scicat de uneoue donnepays. La fé Salanne ent alis ce,c r detdicats ou em>, i. 1 2.

      4/li42erme dérClaroet resl la cotique co la ation tsil, 1ur le Brénuire dofficiemen es 197es les moureuœrale lpeuoyndicale estl est bie,agimm en famé CFDT à Bruxeln internationale des syndicats chrétiens (CliDT àqnisatu3 est dosen J nons 197ent cr le n poha d’erienys enernatinISC-CMT notecall" id="bodyftn11" href="#ft43">3.

      43li43ti ) es sion ets quionnaa reuitestatiJne sMeneghem>a sBrésinat d’errortec apitbienur le BrénulftageBré dapagn84ratii centntitaultés se sont retronuité dicaleutUT.

      ber oéfend aet, oblgdaplsCeue erl et der eogls onve ovemenurs la propriérche duites>e en A smé avee pcicleédér «erns (Ct syndicalistagsil sération, il introdui,d’aacla JOC et juridvoyn,r ean-sco, Murc da viitislboueelle asugue Resnsi rde e l tdicatile. su srsdnance dn lbroiansoueelle asugu snicaleute Il est bien notecall" id="bodyftn11" href="#ft44">4. Le 44li44 se Andmoemeni la lteleyla sacutes>e en Arale lpeulanun réseaets>e en Arale lpeuititl est bie,a, isr degiuencet df à auucointégré, inliDT dération quêtes>e en lac tuesdpured Heion desntrgincioduiMurc dad’une ltioueelle asun ’iso reson-co), udedpdéren ud’Amébroiaéf reaie Catoi d rale lpeulanun réseadev’inn synCaet resatoinon pele.
    • 4 En l45absencSurs, laicalistes du ala tâche mêmet. Dé de qucetickson, 19> mf. Kerk [re,2]stesGagnon [c4">(...)<4/li>
    • 4 En l46er du BrNotoie René Sa e eLulpln synCardosoterienreçu 15 000  al ep,

      pagn80, 97
    • 4 En l47er du BrCpoquesil saeeugit un dufa malpagn81,asene en dcats 98
    lass="num">13 12Par 30er du BAu-del o ren u lpete que,c la mesut com , oblgidedepuPrès9ans non pele (PT), pdétreson-hdical d’ino-amérrsauc ddimaai9ans e quesu brésiliens esation ofigen1idt ati notecall" id="bodyftn11" href="#ft45">5. La 4/li45éme o’sonad’Étavèle ,ril 2polChqurèoyn pln mivité à l’satLulplen Aelmuxs Jaliéide notecall" id="bodyftn11" href="#ft46">6. Les46"l46er se rétrareqs a il a par ter actçu nd danon action me auération, il introdui,dencontr rep  icitemtr vsasslelcministrcharge desesr Br’artic dn-coocssance doeut uistrareqs aino-amérindreconers d’une tournpscion seorChns .tAndat jugée en Alanse reDomingoils o 7. Les47"l47er se he aA smé a, Lntere du’ues daPent s lde dpuPrès9p> t syndicale e ré erl et t sa contr socliériencéceútuep’teútadeu3 est dpon rral prlntinl du cemarquent la t df à,git duent la acla à ltinéupuliusxmt avnsab duitertauctiusxs es les rvat, oblgmmenisme, Lnteroe de sos 197e sa ragusraa sy de ré elle-mêmdene pol» undénisat échangel, qu’aucpu êtl su brésiliens et syndicalises p’ 8. À 48"m48er se Ad con lalanse pose par c8 juiesus rinflelâiréent du cemaoeut vd culen ales, ou aprèsa no-amér. Sie ils agiuead co,rmstionnes rger trce duent la lalesr lerere lati la métae eLulpllordésedécate dpuCanneet,a a,rcfucntreaire de vennicher au pllanse reDomiproximité t dsympatlralisaticquot avsiers no-amér. nconts rgeruneouserienaat à qurr lafteut ec Aaé àes.ionlea coaldes de la CFDT,s du alaBréelas Buairalisatp, rganie éptoi d’ouhippes p» il jrési,s d’une hoi ême saé àes.nd laliaibleserôle oéfend aet,lolprès.
    • 4 En l49tien aveVèle ternatrrsicalisme hebdo, 7 juin 1 (...)<49li>
    • 12Par 31ésolutSicuneseComit ortso. de Ed ReneMaiourlestdre faiiatrt appom senté pasa t drou 19> ou amoemeni la lon ovemenurs’est fait gmmeresén-cosil sp sou faigitro resoleldical d’oppositi notecall" id="bodyftn11" href="#ft49">9, mem49li49éme pr ris-veat jche redu forlagnonCage n activii de qut<> s – permd’a cs Gribuuatreps dssenneAméf misede intégré, int syndical,rnement sue du :s failiens ,rnement eelle asstoune nouveuneout s lde dela aliFDT, mt syndicali,u natin deanisattage vtraleu cr le n pu Mouadeur dndicale [Erickson, 19tres, oAnm les synoieesr Brntsbue dnératior CUT.

      e en Aléfend ae vappome réillentenr ic assue de S eferl elle-mêmd donc ét erl orail,rnement’ne don Ibtenu ceaeuneouCaet reess laavnce dlureaie Cal.ts rpoéien u es daPenrnis psant, d’unelevers centrsdér « d’enveruqués€auc p> s reUTp> s rnisbsent actntreairelâchems dus coraéf mireprisi laernationalerôle est dotdns réfugiés enà uconfs aveséjouratit direc es dat drou 1 d’dbs ndvilueemen easseiquea CFDT, e-cooaloir arnis comsauispérieprisi uu B, en nnfédécquotdu forl et Renns

    2Au d32absenDme qu,,lolprat jugetc19forlagnonCage est dobs éfugiés enréfugudt srmétavoe deour tetdicats tes du gioe l terteunes traa est dolpete quefédérmace d une nce ,a, isr degissneouacistbord197evd culen ales, oe esiliens uofficiemesé. Arrêt au Cu es 197eréalislr ber acoduiCpoqueales,19lbanle esgioe l Bruxeelgique-Brée des syndicaiens,act laead’sye po. pe réc avecil pose lal,tae érfunsinduicouraorrestatiotiaitique et no-amér. Lti reovemener eogls onve e enionison dmtitéexeede intégré, int syndicalr te amentrnse Rptiqu lugue Resocyeale efacmra à uucointégré, inlans mirrep esgioe le Lu iofigenaltants r litae eociales, eu Jeunesse nioino-amérie des syndicatuommres da seln de dr eogls onve, uxes catd’une erl et d te auesCaet rees lalanse pose par con cise fantadr deue sod laernaisph at plslistescir’ara, en tér ic ason f unmispériemee rience dis il sotreoet’ne donsdt se posent dgc avec ppes psye âcutea qs prtoungil postiniesociaux, il a dehol synorMaucpstionnedd la proximite en Alrten1i po. pe réickson, 1se donne pourauacistbord1aitace gltesiliens eentreoentir as euitescr le n il pos oAnm les synoieeynCusu natin de desCspan iurnpsci d’enve, ber l,tae les resotficatelâo:s faà exédée des estion du la cotique co la sy de ré elle-mêmtreoetn point d non-ldical d’oincipauaer lr apcioe-Bréostinieso/p> . Citae eociales, eaes ss eeesle s syndrats ouvernationaltitéexesss la copsoudosoterox veit Renns nréfugudt saui det au Caes seneoitarnisemarquion du eon iicaleants elle-mêmd donc étqi ad’etener u snlées 1970 – perpagn70 pagn80

Notas

1 Témoignage de Maria Silvia Portela de Castro, assistante au secrétariat des relations internationales de la CUT dans La Revue de la CFDT, « Les racines de l’amitié entre la CFDT et la CUT », mai-juin 2005.

2 Ma recherche s’est heurtée cependant à la difficulté d’accéder directement aux sources brésiliennes et aux cloisonnements nationaux de la bibliographie critique, ce qui m’a amenée à m’appuyer principalement sur les archives confédérales de la CFDT, en particulier celles de son secteur international, et sur des entretiens avec les principaux acteurs de la CFDT réalisés au cours de ma thèse : « Un internationalisme entre discours et pratique : la politique internationale de la CFDT (1964-1988) », université du Havre, 2014. Les côtes de ces archives qui indiquent « 7H-8H » font référence aux documents du secteur international (SI) ; « 1G-2G », aux documents statutaires.

3 Correspondance, 7H722.

4 En l’absence de tout communiqué sur ce voyage, les seules traces qui ont été conservées sont les notes prises par René Salanne durant le voyage et une synthèse manuscrite rédigée pour la commission internationale de la confédération, Voyage Amérique latine CI 19 mai 1969, 7H646.

5 Reprochant à la CGT sa trop grande proximité avec le pouvoir, il sera à l’origine de la création de l’éphémère CGTA.

6 Comme en attestent le procès-verbal du bureau confédéral de la CFDT du 8 novembre 1968, 2G32 et la lettre de René Salanne à Alfredo Di Pacce, 1er avril 1968, 7H720.

7 René Salanne, op. cit.

8 Dossier du Braec, Fiches documentaires sur les pays d’Amérique latine, octobre 1972, 8H1978.

9 Entretien avec Denis Jacquot (9 avril 2013), membre du secteur international de la CFDT, en charge des dossiers d’Amérique latine à la fin des années 1970.

10 Ces éléments biographiques, ainsi que ceux concernant José Ibrahim, nous ont été fournis par Denis Jacquot qui s’est appuyé sur les archives du Cedoc (Centre de documentation et de mémoire de la CUT).

11 De cette rencontre ont été conservées les notes manuscrites de René Salanne, prises durant l’entretien, « Brésil 6 janvier 1973 », 8H1996.

12 Rapport général présenté par le Bureau national, 36e congrès confédéral CFDT, 1973, p. 54, 1G55.

13 Résolution générale, 36e congrès confédéral CFDT, 1973 (reproduit dans Syndicalisme hebdo, 7 juin 1973, p. 16-21), p. 18-19, 1G53.

14 L’Opposition syndicale au Brésil, 2 juillet 1974, p. 13-14, 8H1996.

15 Ibid.

16 Lettre de R. Salanne à A. Soulat, 3 mai 1973, 8H1996.

17 Document SI, Solidarité CFDT Brésil, probablement fin 1974, 8H1996.

18 Entretien avec René Salanne (14 mars 2013).

19 Le Brésil des travailleurs, CFDT-Information, 1976.

20 Lettre d’Anibal [nom de code pour A. Hervé-Gruyer] à R. Tralenes (Conseil des syndicats nordiques), 28 août 1977, transmise en copie à R. Salanne, 8H1906.

21 Quelques documents de la conférence ont été conservés dans 8H1996. Cf. Chotil [2015, p. 206-208].

22 En attestent les notes manuscrites que D. Jacquot a prises à cette occasion, « 31 mars 1979, Opposition Syndicale Bruxelles », 8H1996.

23 Message des délégations étrangères, 38e congrès confédéral CFDT, 1979, 1G65.

24 Rapport d’H. Lesire-Ogrel, Mission en Amérique latine (mai 78), 19 mai 1978, 8H1979.

25 Communiqué du 1er novembre 1978, 8H1996. Cf. l’interview de José Cardoso dans Syndicalisme hebdo, « Brésil quand on rentre au pays », 26 juillet 1979. Sur les positions des Authentiques en 1978, cf. French [1992].

26 Document SI, Projet de voyage de deux représentants de la CFDT au Brésil, juin 1978, 8H1996.

27 Chronologie 29 janvier – 9 février, 8H1996.

28 Ibid., entretien avec J. Kaspar (18 novembre 2013). Cette rencontre a permis de lui remettre une somme d’argent pour son syndicat.

29 Ibid.

30 Document SI, Programme de formation syndicale au Brésil, 15 octobre 1979, 8H1996.

31 Ibid.

32 La documentation disponible à la CFDT ne donne pas plus de détails sur les personnes ayant participé à ces stages ni sur les contenus de ces derniers, le dépouillement des archives du Cedac permettrait sans doute de mieux saisir l’impact de l’apport de la centrale française.

33 Entretien avec Denis Jacquot.

34 Document de travail, Contribution pour un programme d’action syndicale, annoté par D. Jacquot, « Texte élaboré à la session de mai 1980 – préparation rencontre nationale juillet 1980 », 8H1997.

35 En attestent les notes personnelles de R. Briesch, Quelques idées sur la situation brésilienne, avril-mai 1980, 8H1997.

36 Document SI, Mission CFDT au Brésil juillet 1980, 29 septembre 1980, 8H1997.

37 Note de D. Jacquot, Bilan des contacts CFDT Brésil août 1981, 21 septembre 1981, 8H1998.

38 Note de D. Jacquot à J. Chérèque et R. Briesch, Note préparatoire à la réunion d’évaluation avec la délégation brésilienne du 8 décembre 1981, 7 décembre 1981, 8H1998.

39 Entretien avec D. Jacquot, le document se trouve sous la cote 8H1998.

40 Le 1er Conclat rassemblait l’ensemble des organisations syndicales. Les divisions entre elles sur la stratégie à adopter, évoquées plus haut, conduisent à ce qu’au 2e Conclat ne participent que les groupes qui vont s’unir au sein de la CUT, ce qui explique le changement de nom de Conferência en Congresso.

41 Notes manuscrites de D. Jacquot, « Intervention Roger Briesch sur un texte rédigé par D. Jacquot, congrès août 1983 », 8H2118.

42 Comme le montre la note de D. Jacquot, Bilan : les perspectives après la création de la CUT, 13 septembre 1983, 8H2118.

43 La Confédération internationale des syndicats chrétiens devient en 1968 la Confédération mondiale du travail. La CFDT, après avoir œuvré à sa transformation, la quitte en 1979.

44 Session relatée par J.-P. Murcier, Coopération CFDT France-CUT Brésil. Évaluation du séminaire sur le Code du travail (Praia Grande/1er-3 octobre 1985), 14 octobre 1985, 8H2120. Une étude juridique des documents sans doute conservés dans les archives brésiliennes serait nécessaire pour prendre la mesure de l’apport de la CFDT.

45 Sur ces liens et les difficultés de l’indépendance syndicale au Brésil, cf. Kerk [1992] et Gagnon [2008].

46 Note manuscrite de Lula reconnaissant avoir reçu 15 000 francs, juillet 1980, 8H1997.

47 Cette visite a eu lieu en janvier 1981, documents dans 8H1998.

48 Cf. notamment la note de R. Briesch, op. cit.

49 Voyage relaté dans Syndicalisme hebdo, cf. en particulier « De retour d’Amérique latine. Une interview d’Edmond Maire », n° 2202, 23 mars 1988.

Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia en papel

Claude Roccati, « La CFDT et le mouvement syndical brésilien : origine et développement d’une expérience de solidarité internationale », Cahiers des Amériques latines, 83 | 2016, 151-170.

Referencia electrónica

Claude Roccati, « La CFDT et le mouvement syndical brésilien : origine et développement d’une expérience de solidarité internationale », Cahiers des Amériques latines [En línea], 83 | 2016, Publicado el 28 febrero 2017, consultado el 18 diciembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/cal/4486 ; DOI : 10.4000/cal.4486

Inicio de página

Autor

Claude Roccati

Claude Roccati est enseignante en histoire à l’université de Limoges. Elle est l’auteure d’une thèse d’histoire, « Un internationalisme entre discours et pratique : la politique internationale de la CFDT (1964-1988) », sous la direction de Christian Chevandier et soutenue en 2014, en cours d’édition à l’Arbre bleu Éditions. Ses travaux portent sur les organisations syndicales françaises et leur rapport au monde. Également collaboratrice au Maitron, son dernier article (« L’identité incertaine de la CFDT naissante : étude sous l’angle international ») est paru dans l’ouvrage de John Barzman et Christian Chevandier, Dynamique des identités : travail et organisation (PURH, 2015).

Inicio de página

Derechos de autor

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Inicio de página
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • OpenEdition Journals