Navigation – Plan du site
Dossier. Cuba : les temporalités et tensions du changement

Introduction

Jérôme Leleu, Nils Graber et Blandine Destremau
p. 15-27

Texte intégral

« Desde la aprobación de los Lineamientos por el pasado Congreso nos quedaba claro que el proceso de su implementación no constituiría un camino fácil, libre de obstáculos y contradicciones, así como que las transformaciones fundamentales requeridas para la actualización del modelo nos tomarían más de un quinquenio. […] No han faltado, como era lógico esperar, sentimientos de nostalgia hacia otros momentos menos complejos del proceso revolucionario, cuando existían la Unión Soviética y el campo socialista. En el otro extremo han estado presentes aspiraciones enmascaradas de restauración del capitalismo como solución a nuestros problemas. […] La introducción de las reglas de la oferta y la demanda no está reñida con el principio de la planificación. Ambos conceptos pueden convivir y complementarse en beneficio del país, como se ha demostrado exitosamente en los procesos de reforma en China y de renovación en Vietnam, como ellos lo califican. Nosotros le hemos llamado actualización porque no vamos a cambiar el objetivo fundamental de la Revolución » [Informe central al séptimo congreso del Partido Comunista de Cuba, 2016].

1Cet extrait des déclarations finales du VIIe congrès du Parti communiste cubain (PCC) donne la tonalité officielle des changements engagés comme une actualisation du modèle économique et social, depuis l’arrivée au pouvoir de Raúl Castro en 2006, et de façon intensifiée depuis le VIe congrès du PCC d’avril 2011, ou plus généralement depuis la chute du bloc soviétique dans les années 1990.

2Les changements que traverse Cuba touchent la plupart des cadres institutionnels, sociaux et économiques. Ils affectent les structures productives, les façons de consommer, les expériences et stratégies individuelles, les relations familiales, les mobilités et les communications, les formes de propriété et de transmission du patrimoine, les solidarités, les carrières professionnelles, etc. Certains secteurs d’activité se consolident – tourisme, services médicaux et biotechnologies, activités privées marchandes –, d’autres voient leur poids diminuer – agro-industrie sucrière, certaines entreprises d’État –, engendrant des déplacements dans la structure sociale et des inégalités. Pour autant, ces modifications procèdent de tâtonnements et d’expérimentations, s’intègrent dans un affichage constant du projet socialiste et composent avec des inerties et des résistances.

3Les débats instillés par la disparition du líder máximo le 25 novembre 2016 ont montré que la vigueur de la guerre froide perdure, et que les lectures, positionnements et interprétations – sur ce qui change, doit changer ou se maintenir, voire se renforcer, sur les acquis et dommages du régime révolutionnaire – sont demeurés extrêmement polarisés. Les différends se cristallisent autour de la nécessité de transformer radicalement le système cubain et donc de l’engager sur une transition vers un autre système – démocratie libérale accordant une place centrale au marché – versus l’opportunité de maintenir les bases de ce système – socialiste, planifié, étatisé – pour améliorer son efficience et l’adapter aux ouvertures internationales opérées. L’extrait cité plus haut argue pour une combinaison de continuité et de changement qui ne remettrait pas en cause la nature du système. Les transitologues, qu’ils soient nostalgiques ou critiques de la Révolution, lisent dans les changements un abandon du système ancien pour en construire un autre. Dans un premier temps, nous présentons les termes du débat sur la transition, pour nous situer à distance de ces discours et interprétations, que nous considérons comme excessivement manichéens.

4Nous proposons ensuite une grille d’analyse du changement qui nous semble plus heuristique et propre à l’analyse en sciences sociales. Le premier cadre analytique que nous construisons pour introduire ce dossier est celui des temporalités du changement et des changements des temps de la société [Hassard, 1990 ; Bessin et al., 2010]. La difficulté à dater précisément le tournant débouchant sur des réformes du système économique cubain est un indice de la pertinence de cette approche : dans la lecture de l’histoire cubaine, certains événements ont semblé devoir constituer des « tournants » – ainsi de la mort récente de Fidel Castro, de la visite à Cuba du président Obama – alors que leurs effets sont diffus et incertains. De façon similaire, la « chute » de l’Union soviétique est construite comme un tournant temporel brutal dans l’historiographie cubaine, alors que les changements qui l’ont précédée et suivie se sont étalés sur des périodes bien plus longues. C’est ce que montre notamment, concernant le secteur agricole, l’article de Michel Merlet et Dayma Echevarría dans ce dossier. À quoi donner du sens comme marqueur de discontinuité ? Qu’est-ce qui peut faire événement, soit au moment où il se passe, soit dans une relecture a posteriori des scansions et bifurcations de l’histoire [Bessin et al., 2010] ? Jusqu’où focaliser le regard sur les événements, et non sur les microprocessus de changement, peu ou moins visibles ? Comment articuler la macrohistoire, celle des géostratèges et autres journalistes, avec les parcours de vie, les histoires locales, les subjectivités ?

5Nous débouchons ainsi sur la seconde dimension des analyses du changement que nous proposons ici, qui interroge les visions transitologiques : celles des tensions et contradictions induites par ce changement, le justifiant, l’accompagnant. Nous ouvrirons ainsi la voie des dissonances dans les récits, celle des contradictions sociales et politiques, des dyschronies ou désynchronisations [Rosa, 2014] mais aussi des conflits et tensions qui continuent de dominer l’avenir du « cas cubain ».

Échapper au poids surplombant des discours transitologiques

6Une transition est définie comme le passage d’un état à un autre. Il s’agit donc d’un intervalle de temps marquant ce processus et tout à la fois d’un état intermédiaire entre deux états, l’un de départ, l’autre d’arrivée. Parler de transition implique donc l’adoption d’une vision téléologique ex ante ou ex post. Le marxisme avait théorisé la transition du capitalisme vers le socialisme [Bettelheim, 1968]. C’est d’ailleurs cette perspective qui a nourri l’imaginaire des révolutions anticapitalistes au cours du xxe siècle et qui structure toujours le discours du gouvernement cubain.

7Les études de science politique se centrant sur la « transition démocratique » se sont multipliées à partir de la fin des années 1970, dans le contexte de l’effondrement de nombreux régimes dictatoriaux en Amérique latine et en Europe du Sud, pour connaître un nouvel élan dans les années 1990 à la suite de la chute du bloc de l’Est [Grosescu, 2012]. Dans cette littérature transitologique, que nous évoquons à travers ses analyses critiques postérieures, la transition concerne le passage de régimes autoritaires et centralisés, inefficaces économiquement et bridant les libertés individuelles, aux règles du marché et de la démocratie. Entre les deux, un état de transition, qu’il serait nécessaire de gérer pour minimiser les perturbations diverses qu’il engendre (sociales, politiques, sanitaires, migratoires, etc.). Portés par les idéologies de la fin de la guerre froide, exportateurs de marché et de démocratie [Guilhot, 2005], les discours transitologiques se sont largement décrédibilisés, notamment parce que tant les trajectoires que les situations « d’arrivée » sont très diverses. Si ces transitions empiriques ont systématiquement aménagé le marché d’une façon ou d’une autre, les cheminements vers la démocratie sont demeurés fragiles, réversibles (Europe de l’Est, Asie centrale), voire bloqués (Chine, Vietnam) [Dufy et Thiriot, 2013]. Les discours transitologiques ont également été critiqués parce qu’ils n’intégraient pas suffisamment les coûts sociaux induits par ces processus de transformation : violences, épidémies, migrations, ravages écologiques, etc. [Servet et Hillenkamp, 2014].

  • 1 À noter l’existence depuis 1990 de la revue Cuba in transition publiée par l’association pour l’étu (...)

8Parmi les pays socialistes, Cuba est l’un des derniers arrivés à l’ouverture dont on peut envisager qu’elle soit postsocialiste. Lors de la chute de l’URSS, les discours et analyses transitologiques estimant inéluctables la chute du régime cubain avaient proliféré, mais celui-ci a tenu bon. Depuis l’arrivée au pouvoir de Raúl Castro en 2008, la reprise des relations diplomatiques avec les États-Unis en 2014 et la visite consécutive d’Obama sur l’île, puis de façon insistante depuis la mort de Fidel Castro en novembre 2016, les discours académiques et politiques sur la transition cubaine se multiplient à nouveau. Ce sont notamment certains économistes cubains qui en appellent à la nécessité de réformes plus radicales [Vidal et Everleny, 2012]. Les discours les plus virulents proviennent du gouvernement des États-Unis et des groupes de pression organisés parmi les exilés cubains, qui proclament que la transition cubaine est devenue inéluctable1, bien au-delà des réformes timides esquissées par le régime, tant se multiplient les signes de l’épuisement des structures cubaines, verrouillées par un régime inflexible : appauvrissement de la population, faillite de l’économie, dégradation des services publics, émigration, violations continuelles des droits de l’homme… Les ouvertures internationales – politique, commerciale, financières – en seraient des étapes nécessaires.

9D’autres voix s’élèvent, cependant, en faveur de l’aménagement d’une voie socialiste viable nourrie de l’ouverture internationale, susceptible de relancer la croissance économique et d’améliorer le bien-être de la population [Rodríguez, 2014]. Assurément, l’île possède maintes ressources mobilisables pour redresser son économie [Leleu, 2017]. En témoigne le redressement de la situation économique du pays à partir de la fin des années 1990, dans le contexte de soutien du Venezuela, l’essor tant du tourisme que du secteur de la santé – « missions internationalistes » en échange de devises ou de pétrole, tourisme médical et exportation de médicaments [Feinsilver, 2010]. Comme le montre la citation en exergue, le gouvernement cubain, quant à lui, promeut l’« actualisation » du système, prolongeant ainsi l’acception ancienne de la transition, celle du capitalisme vers un socialisme qui se veut désormais « durable » (sostenible). Le modèle conceptualisé et approuvé lors du VIIe congrès du PCC constituerait ainsi une nouvelle étape dans la construction du socialisme, dont l’historicisation linéaire n’est pas rompue [PCC, 2016], cette nouvelle période fait en effet suite à la « période spéciale » (années 1990), qui avait succédé à la période de « la rectification des erreurs et tendances négatives » des années 1980.

10Loin d’une marche forcée vers l’avènement d’un autre régime politique et économique, la multiplicité des rythmes de changement en fonction des échelles et des espaces sociaux, que révèlent de nombreux travaux de recherche, fait pièce aux interprétations linéaires des temporalités de la période révolutionnaire, tout comme à une historiographie transitologique des années écoulées depuis la chute du bloc soviétique. De fait, les politiques macroéconomiques cubaines (libéralisation de certains secteurs marchands, double monnaie, etc.), ont joué alternativement, et parfois de façon simultanée, d’orientations vers la décentralisation ou la centralisation, et elles ont eu des conséquences multiples, variables, souvent contradictoires, sur la vie des gens et les institutions. Bien que brutales et traumatisantes, les années de disette de la « période spéciale » ont également représenté de nouvelles opportunités, voyant réémerger des pratiques autrefois bannies, dans les domaines religieux, économiques, de la santé (médecines alternatives), etc. [Gobin, 2016]. Les « inventions » quotidiennes, pour s’alimenter, cultiver, réparer des objets techniques endommagés, poursuivre une activité professionnelle en dépit des pénuries, ont alors atteint leur apogée. L’État a toléré ces nouveaux espaces d’activité et d’initiative, ouvrant l’économie à certaines logiques de marché, à partir de 1993, par l’autorisation des entreprises mixtes, l’adhésion à l’OMC ou l’élargissement du nombre d’activités privées marchandes autorisées.

11Donc le changement, tel qu’il figure dans la reconstitution ex post des décisions politico-économiques et de leur agencement en récit, est en réalité constitué de petites étapes, parfois radicales, d’autres fois adaptatives, souvent réversibles. Loin d’une linéarité immobile, souvent évoquée face à un régime qui n’en finirait plus de durer, l’histoire de la vie quotidienne à Cuba est foisonnante. Concetta Russo, dans ce dossier, met au jour des modifications parfois inattendues dans la vie des gens, dans leurs relations ordinaires, leur idéologie à l’égard du travail et des besoins individuels et collectifs, leur conscience et participation politiques et, finalement, leurs formes de citoyenneté. Cependant, plusieurs travaux soutiennent que les nouvelles formes de subjectivité et les pratiques dites « informelles », en parallèle de l’État, contournant parfois ses règles en détournant certains biens, contribuent à prolonger le projet révolutionnaire [Doyon et Brotherton, 2008 ; Gordy, 2015 ; Gold, 2016]. Ainsi l’État assurerait-il la continuité de sa légitimité en s’appropriant des initiatives locales jusqu’alors peu visibles ou illégitimes (par exemple la médecine naturelle, l’éco-agrologie, des formes entrepreneuriales, etc.).

12Dans ce dossier, nous considérons donc les discours transitologiques comme une forme particulière de construction de récit, explicitement normatif. Loin de nous y inscrire, nous nous efforçons de nous maintenir à distance critique. Nous reprenons l’idée que les sciences sociales peuvent « [fournir] les correctifs nécessaires aux déficits de la “transitologie” » [Humphrey, 2002, p. 1, traduction des auteurs]. Cette posture méthodologique et épistémologique nous conduit à adopter le terme de changement, plus neutre, sur lequel nous nous interrogeons sans nécessairement le qualifier. Ni le changement ni ses temporalités ne sont linéaires.

Les temporalités du changement

13Nous appréhendons donc le changement comme une multiplicité de processus enchevêtrés, que les événements viennent scander sans nécessairement le déterminer, ni même l’infléchir, mais construisant de multiples bifurcations [Bessin et al., 2010]. Ainsi, les médias ont attaché beaucoup d’importance à la visite d’Obama à Cuba en mars 2016 mais sans qu’elle ne débouche directement sur un changement majeur, en tout cas pas de façon aussi événementielle qu’initialement envisagé. D’autant que l’élection de Trump fait craindre une réversibilité de ce changement, ou au mieux un ralentissement des changements attendus. Le décès de Fidel Castro, éclairé comme un événement considérable au vu de son traitement médiatique pourrait, quant à lui, ne pas faire événement au regard des changements à Cuba, sauf au plan symbolique.

14La relation du changement à certaines temporalités est manifestée par la construction de récits, qui marquent des scansions temporelles, organisent en séquences des événements ou faits choisis, ordonnent des causalités, des conséquences et finalement engendrent du sens. Ces récits agencent les relations entre le passé, le présent et le futur [Koselleck, 1990]. Dans l’historiographie officielle cubaine, le passé est narré comme menant à la Révolution, celle-ci possédant sa propre histoire. L’à-venir révolutionnaire apparaît en rupture avec un passé dans lequel régnaient oppression, aliénation et dépendances. Anne-Sophie Bernard relate dans ce dossier, en analysant affiches et panneaux muraux, le monologue vertical du régime cubain qui a édifié le roman national post 1959. La mise en récit du passé du socialisme cubain s’exprime par de multiples moyens et modes d’écriture : films et œuvres d’art, rituels, théâtralisation, muséographie, héros, musique, objets, images, boissons et lieux… « L’État “narre” son œuvre dans les espaces publics depuis 1961 » nous dit l’auteure dans son article. Les enjeux de ces expressions multiples et visibles sont politiques et symboliques mais aussi économiques, avec l’essor d’un tourisme affamé et demandeur d’images [Destremau, 2017]. Cette patrimonialisation puise également à l’esthétique de la ruine [Vincenot, 2016], à celle des religions syncrétiques [Argyriadis, 2005] et de la période coloniale, ses fastes (demeures, objets, costumes) et ses recoins obscurs (esclavage), et ravive certains de ses fantasmes (femmes mulâtres costumées).

15Ces énonciations temporelles sont également marquées par des récits sur l’avenir, des conjectures, projets, perspectives, qui tendent vers une construction du futur nourrie de l’expérience révolutionnaire. En soi, le récit socialiste a comme substance la production d’un discours sur l’avenir, sa construction et le sens de l’histoire. C’est le cœur de l’utopie de l’avènement d’un « homme nouveau » [Che Guevara, 1965]. La Révolution a tenté de contenir l’horizon de progrès autant dans sa concrétude – la planification – que dans son contenu – définition des objectifs légitimes de ce progrès. Les pouvoirs publics affichent toujours l’intention et la capacité de « gouverner le futur », de le construire politiquement et idéologiquement de façon volontariste. Les secteurs de la santé et des biotechnologies, devenus centraux dans l’économie cubaine, en sont des exemples paradigmatiques, cristallisant les espoirs de la constitution d’une « économie de la connaissance socialiste » [Lage, 2013], attirant par là de nombreuses collaborations internationales [Graber, 2013].

16Il demeure que les ouvertures désormais multiples de la société sur le monde, notamment avec l’intensification des voyages et l’essor des connexions internet, mettent au défi ce monopole de la parole légitime sur l’avenir [Koselleck, 1990]. Comme nous le montre Violaine Jolivet dans son article abordant les « nouvelles territorialités entre Cuba et Miami », il existe un essor des informations provenant du dehors des sphères de l’État. Pour beaucoup de Cubains et Cubaines, le futur devrait être autrement, loin de l’expérience socialiste ; pour d’autres, l’imaginaire manque pour penser une sortie des difficultés du présent, quel que soit l’avenir du socialisme.

17Dans le discours du pouvoir, entre passé et futur, le présent est intensément occupé à la concrétisation de projets, porté non par le bien-être en soi, mais par la mise en œuvre du Bien et de la Justice sociale. La notion de sacrifice pour le futur, omniprésente dans les énonciations du régime, est aujourd’hui fortement contestée par des jeunes et les couches moyennes, qui aspirent à un bien vivre au présent. L’essor du street art décrit par Anne-Sophie Bernard est révélateur de ce processus. Notre regard sur les temporalités du changement met ainsi au jour des dissonances, voire des contestations, dans les récits et pas seulement entre opposants historiques à la Révolution et ceux qui y ont souscrit, mais également entre différents groupes et personnes vivant à Cuba, selon leurs expériences, leurs points de vue, les moments de leur existence, les situations traversées. Comme le soutient Marie-Laure Geoffray [2012], ces formes de contestation, quoique subversives par rapport au pouvoir, en reproduisent certains cadres discursifs et sont généralement tolérées, ce qui indique une certaine plasticité du pouvoir révolutionnaire.

18Les temporalités du changement peuvent aussi s’analyser au prisme des rythmes et en particulier ceux des réformes. Certaines réformes, par leur soudaineté, exercent des formes de violence sociale, notamment celles qui concourent à réduire le pouvoir d’achat, qui écornent les conditions de vie des plus pauvres et vulnérables ou qui interdisent certaines activités. Si ces réformes peuvent « faire événement », leurs effets sont généralement plus diffus, comme le montrent Dayma Echevarría et Michel Merlet dans le domaine agricole ou Violaine Jolivet dans celui des migrations. D’autres processus poursuivent leur cours de façon plus souterraine, peu notoire, tel le vieillissement des infrastructures, la dégradation des bâtiments d’habitation, l’usure d’équipements mais aussi le vieillissement des idées, des dirigeants, des institutions… Ainsi, la désaffection relative de certaines organisations de masse signe la coagulation de choix individuels mais aussi le relâchement d’un encadrement conçu comme politique et social et instigateur de solidarités de proximité.

  • 2 Carnet détenu par chaque ménage qui permet d’obtenir chaque mois des quantités déterminées de biens (...)

19L’examen des rythmes des réformes dévoile des stratégies temporelles de la part des pouvoirs publics qui s’activent rapidement lorsqu’il s’agit par exemple des aménagements législatifs nécessaires aux investissements étrangers, mais tempèrent les réformes supposées conduire à des formes de violence sociale. C’est le cas de l’unification monétaire ou de la suppression de la libreta de abastecimientos2, annoncée dès 2011, mais jamais mise en œuvre, et dont il n’est plus fait mention dans les orientations pour 2016-2021 approuvées lors du VIIe congrès du PCC. Les autorités cubaines font aussi des retours en arrière concernant les réformes, en partie pour des raisons sociales. À titre d’exemple, comme le soulignent Dayma Echevarría et Michel Merlet dans leur article, un certain nombre de marchés agricoles coopératifs fonctionnant à prix libres ont été fermés ou remis dans les mains du ministère du Commerce intérieur début 2016 à la suite de l’augmentation des prix des denrées alimentaires, liée aux conditions climatiques de 2015 et à la ponction de valeur par les intermédiaires privés.

  • 3 Le Conseil d’assistance économique mutuelle (CAEM, également désigné par l’acronyme anglais Comecon(...)

20Les multiples rythmes qui scandent l’histoire cubaine sont aussi conditionnés par les relations internationales qui structurent la représentation du présent et de l’avenir. L’intégration dans le CAEM3 avait placé Cuba dans une temporalité partagée de construction du socialisme. Le basculement dans la période postsoviétique a profondément « ralenti » des pans de la vie sociale et économique, les transports, les industries, les échanges internationaux, tout en créant de nouveaux temps investis socialement pour trouver des solutions et « lutter » au quotidien. Les relations avec les États-Unis ont pendant longtemps façonné les espoirs des Cubains désireux de partir, considérant l’exil comme une solution pour l’avenir. Toutefois, comme l’analyse Violaine Jolivet, l’augmentation des remesas et la libéralisation partielle du marché immobilier ont accéléré les circulations entre l’île et la diaspora de Miami, dessinant de « nouvelles territorialités ». Les relations entre ces deux communautés pourraient à nouveau être bouleversées à la suite de l’interruption de l’Adjustment Law par Barack Obama en janvier 2017, annihilant pour beaucoup l’idée que les États-Unis représentent toujours une « sortie de secours ».

21Nous choisissons de ne pas marquer de césure ontologique entre le temps collectif et politique, objectivable, et l’expérience du temps, plus subjective. Alors que les modes de vie deviennent plus hétérogènes et inégaux, les temporalités de la vie quotidienne, vécues par différents groupes sociaux et individus, se diversifient aussi et leur poids devient plus déterminant dans les existences quotidiennes et les trajectoires de vie. Les temporalités de certains espaces sociaux s’accélèrent [Rosa, 2014], en particulier ceux connectés avec les sphères marchandes en émergence – transports privés, Internet, achats… D’un autre côté, comme le montrent deux contributions dans ce numéro, d’autres temporalités sociales demeurent à leur rythme antérieur, voire ralentissent. Ainsi, Dayma Echevarría et Michel Merlet soutiennent que la récente réforme dans le domaine agricole permettant la délivrance de terre en usufruit ne se traduit que faiblement par une augmentation de la production du fait de la rigidité des règles de transmission des terres et des fortes limitations du marché libre. Concernant les entreprises d’État, Seida Barrera Rodríguez et Ernesto Domínguez López s’appuient sur une étude « diagnostic » de plusieurs entreprises pour faire ressortir les pesanteurs bureaucratiques, les ruptures d’approvisionnement, les salaires insuffisants et les dysfonctionnements pointés par les acteurs locaux. De plus, comme l’a exigé Obama lors de sa visite, les capitaux étatsuniens doivent en priorité alimenter le secteur florissant des services privés, reléguant encore davantage les entreprises d’État, lesquelles demeurent toutefois incontournables dans la mise en œuvre de projets d’investissement.

Les processus de changement, générateurs de tensions et contradictions

22Dans différents domaines se consolident des « questions » qui cristallisent des tensions et contradictions du changement. Les processus de changement – réformes, ouvertures, libéralisations, etc. – accentuent les différenciations entre groupes et acteurs sociaux et produisent des déplacements de leurs positions relatives, des « perdants » et des « gagnants ». Le changement représente un régime d’instabilité. Si pour certains celle-ci est faite d’opportunités, d’ouvertures, pour la plupart des Cubains, ceux qui n’ont d’autres sources de sécurité économique que celles procurées par un emploi salarié officiel, complétées de petites activités et d’expédients, de bricolages [Rodríguez Ruiz, 2014], c’est bien l’insécurité qui prédomine, ébranlant la stabilité de leur univers antérieur [Destremau, 2015]. Par son analyse sur les pratiques alimentaires de deux familles sur plus de cinq ans, l’article de Margalida Mulet Pascual met en évidence la montée des inégalités et de l’insécurité alimentaire dans un contexte d’augmentation des capitaux provenant de la diaspora et de réformes diminuant l’offre d’aliments subventionnés par la libreta ou les cantines ouvrières, ces dernières étant peu à peu supprimées.

23Les questions sociales émergentes mettent au défi les politiques cubaines de maintien du socialisme, tout en proclamant l’abandon de l’égalitarisme (pour l’équité) et la légalisation de voies d’enrichissement et d’accumulation. Les modes de vie deviennent très hétérogènes, en particulier entre ceux et celles qui peuvent avoir accès aux biens et services de la nouvelle économie, d’une part, et d’autre part ceux et celles qui n’ont d’autre choix que de vivre uniquement dans les espaces de l’économie socialisée ; mais aussi entre, d’un côté, les habitants de quartiers bien équipés et entretenus et, de l’autre, ceux de zones rurales reculées ou de quartiers urbains dégradés [Destremau, 2014].

24La marchandisation croissante des biens et services permet à certains d’avoir recours à des services performants qui économisent de leur temps, alors disponible pour d’autres engagements. De plus en plus, l’attente, occupation d’une partie importante des temps sociaux dans un pays socialiste comme Cuba [Schwartz, 1974] est inégalement répartie entre groupes sociaux et individus, selon leur genre, âge, territoires de résidence et les ressources financières qui leur permettent d’y échapper, ou leur manque, qui les contraint à une présence dans les files d’attente. De façon très significative, de multiples signes de tensions intergénérationnelles apparaissent, imprégnées d’un décalage important entre la place historique des personnes âgées, louées pour leur participation à la Révolution, et la dévalorisation sociale que représentent leur appauvrissement massif, leur dépendance forcée à l’égard d’autres et des conditions de logement parfois indignes.

25Les récits, narratifs, entretiens, construits autour de ces questions reflètent et expriment ces écarts de positions et des tensions interprétatives. Telles les mesures des inégalités, euphémisées dans la plupart des documents officiels mais bien visibles dans les espaces sociaux et certains travaux de recherche [Espina, 2008 ; Zabala Arguelles, 2010]. Telles également les analyses du développement du marché, des entreprises et du salariat privé et de leur portée comme tournant dans le modèle socialiste, pouvant remettre en cause des conceptions de la justice sociale sur lesquelles il s’est développé. Les effets de ces changements engendrent ce qui pourrait être considéré comme la résurgence – ou la formation – de classes et notamment d’une classe d’entrepreneurs, de la même façon que resurgit ce qui peut être qualifié de « classe » de domestiques [Almodóvar Romero, 2014].

26Le Parti communiste lui-même a admis récemment que la reconnaissance de la propriété privée a généré des inquiétudes devant une restauration capitaliste [Raul Castro, 2016], qu’il tempère en affirmant que les coopératives, les travailleurs à compte propre (TCP) ou les PME ne sont pas par essence antisocialistes et contre-révolutionnaires. Avec l’autorisation du salariat privé, la résurgence de fait d’une exploitation du travail d’autrui et l’autorisation d’un accaparement privé de plus-value, bousculent également les fondements de la société « socialiste ». Concetta Russo propose dans son texte une interprétation de l’impact politique du développement du travail indépendant, en termes de disparition du grand « nous », sujet transcendantal de la Révolution et sa diffraction en une pluralité de « soi ».

27De façon similaire, les réformes tendant à concéder plus d’autonomie et donc de pouvoir de décision aux entreprises conduisent à renforcer le groupe des entrepreneurs « socialistes ». Ceux-ci ont déjà été fustigés par Fidel Castro après l’expérience de décentralisation de la fin des années 1970 et leur émergence a été une des causes affichées par les autorités cubaines pour enclencher le « processus de rectification des erreurs et tendances négatives » en 1986. Le renforcement du pouvoir des directeurs d’entreprises d’État est en contradiction avec l’article 14 de la Constitution cubaine selon lequel les moyens de production sont propriété du peuple tout entier. Or, comme le souligne l’article de Seida Barrera Rodríguez et Ernesto Domínguez López, la participation des travailleurs au processus de décisions économiques et politiques est faible voire seulement formelle et leur sentiment de propriété vis-à-vis des moyens de production souvent inexistant. Ceci peut conduire à la perception par certains travailleurs d’État d’antagonismes avec l’État employeur et donc d’une relation qui pourrait s’apparenter à un conflit de classe [Fernandez, 2011].

28Cette dernière tension, sous-jacente, est pourtant majeure et structure le processus de changement à Cuba, qui continue d’être conduit de façon centralisée alors qu’il affiche un objectif de décentralisation des décisions et des foyers de changement. Les partisans de l’expérimentation sociale, de la promotion d’espaces différenciés de changement, de la valorisation d’une certaine autogestion – des territoires, des entreprises, des coopératives – se heurtent en effet à de multiples résistances. C’est donc aussi en termes de rapports de pouvoir, souvent difficiles à décrypter, qu’il est nécessaire de lire ce qui apparaît, dans le processus de changement, comme des incertitudes, des retours en arrière, voire des incohérences.

Haut de page

Bibliographie

Almodovar Romero Magela, « De lo simbólicamente exacto a lo simbólicamente verdadero. Domésticas y revolución en Cuba: entre cambios y desafíos » [en ligne], Clacso, 2014 [consulté le 21 février 2017]. Disponible sur : http://biblioteca.clacso.edu.ar/clacso/becas/20141128035630/ensayomagelaromero.pdf

Argyriadis Kali, « El desarrollo del turismo religioso en La Habana y la acusación de mercantilismo », Desacatos, n° 18, mai-août 2005, p. 29-52.

Bessin Marc, Bidart Claire et Grossetti Michel (dir.), Bifurcations : les sciences sociales face aux ruptures et à l’événement, Paris, La Découverte, coll. « recherches », 2010.

Bettelheim Charles, La Transition vers l’économie socialiste, Paris, Maspero, 1968.

Castro Raúl, Informe central al séptimo congreso del partido comunista de Cuba, PCC, 2016.

Che Guevara Ernesto, El socialismo y el hombre en Cuba [en ligne], 1965 [consulté le 21 février 2017]. Disponible sur : https://www.marxists.org/espanol/guevara/65-socyh.htm

Destremau Blandine, « Effets de genre à Cuba : paradoxes de l’émancipation féminine et résistance du patriarcat », in Laurence Granchamp et Roland Pfefferkorn (dir.), Résistances et émancipation de femmes au Sud : travail et luttes environnementales, Paris, L’Harmattan, coll. « logiques sociales », 2017 (à paraître).

Destremau Blandine, « L’extension du marché à Cuba : une “nouvelle transformation” ? », in Jean-Michel Servet et Isabelle Hillenkamp (dir.), Le Marché autrement : marchés réels et marché fantasmé, Paris, Classiques Garnier, coll. « bibliothèque de l’économiste », 2015, p. 261-274.

Destremau Blandine, « Que “boa família” ? Assistência e solidariedade familiares em Cuba », in Yumi Garcia Dos Santos et Rocio Enriquez Rosas (dir.), Assistência e família na América Latina: intimidade, vínculos sociais e gênero (Assistance et famille en Amérique latine : intimité, liens sociaux et genre), dossier thématique de la revue Cadernos de Pesquisa, São Paulo, Fundação Carlos Chagas, n° 152, 2014, p. 290-311.

Doyon Sabrina et Brotherton Sean, « Les redéfinitions d’une révolution : pratiques et politiques dans les secteurs de la santé et de l’environnement à Cuba », Anthropologie et Sociétés, vol. 32, n° 1‑2, 2008, p. 193-216.

Dufy Caroline et Thiriot Céline, « Les apories de la transitologie : quelques pistes de recherche à la lumière d’exemples africains et post-soviétiques », Revue internationale de politique comparée, vol. 20, n° 3, 2013, p. 19-40.

Espina Mayra, Políticas de atención a la pobreza y la desigualdad: examinando el rol del Estado en la experiencia cubana, Buenos Aires, Clacso/Crop, 2008.

Feinsilver Julie, « Fifty Years of Cuba’s Medical Diplomacy: From Idealism to Pragmatism », Cuban Studies, vol. 41, 2010, p. 85-104.

Fernandez Oscar, « El modelo de funcionamiento económico en Cuba y sus transformaciones: seis ejes articuladores para su análisis », Observatorio de la Economía Latinoamericana, nº 154, 2011.

Geoffray Marie-Laure, Contester à Cuba, Paris, Dalloz, 2012.

Gobin Emma, « L’émergence du New Age dans la Cuba postsoviétique », Autrepart, n° 74-75, 2016, p. 137-156.

Gold Marina, People and State in Socialist Cuba: Ideas and Practices of Revolution, New York, Springer, 2016.

Gordy Katherine, Living Ideology in Cuba: Socialism in Principle and Practice, Ann Arbor, University of Michigan Press, 2015.

Graber Nils, « Les activités d’un réseau d’ONG à Cuba : internationalisme médical et santé globale », Revue Tiers Monde, n° 215, 2013, p. 149-164.

Grosescu Raluca, « Une analyse critique de la transitologie : valeurs heuristiques, limites d’interprétation et difficultés méthodologiques », Studia Politica : Romanian Political Science Review, vol. 12, n° 3, 2012, p. 485-504.

Guilhot Nicolas, The Democracy Makers: Human Rights and the Politics of Global Order, New York, Columbia University Press, 2005.

Hann Chris M. (dir.), Postsocialism: Ideals, Ideologies and Practices in Eurasia, Londres et New York, Routledge, 2002.

Hassard John (dir.), The Sociology of Time, New York, Palgrave Macmillan, 1990.

Humphrey Caroline, The Unmaking of Soviet Life: Everyday Economies after Socialism, Ithaca et Londres, Cornell University Press, 2002.

Koselleck Reinhart, Le Futur passé : contribution à la sémantique des temps historiques, Paris, Éd. de l’EHESS, 1990.

Lage Agustin, La Economía del Conocimiento y el Socialismo, La Havane, Editorial Academia, 2013.

Leleu Jérôme, « Les défis du développement économique cubain », Questions internationales, n° 84, mars-avril 2017, p. 74-82.

Pcc (Partido comunista de Cuba), Conceptualización del modelo económico y social cubano de desarrollo socialista [en ligne], 2016 [consulté le 25 janvier 2017]. Disponible sur : http://www.uh.cu/sites/default/files/Conceptualizacion-Modelo-Economico-Social-Cubano-Desarrollo-Socialista.pdf

Rodríguez José Luis, « Cuba no se está proponiendo un socialismo de mercado » [en ligne], Cubadebate, 22 novembre 2014 [consulté le 10 mars 2016]. Disponible sur : http://www.cubadebate.cu/noticias/2014/11/22/jose-luis-rodriguez-cuba-no-se-esta-proponiendo-un-socialismo-de-mercado/#.WNvhYNSLSt8

Rodríguez Ruiz Pablo, « Notas para una aproximación a la cultura del rebusque en Cuba », Miradas Sobre Cuba, Observatorio Social De América Latina, Buenos Aires, Clacso, décembre 2014, p. 81-100.

Rosa Hartmut, Alienation and Acceleration: Towards a Critical Theory of Late-Modern Temporality, Summertalk, vol. 3, NSU Press, 2014.

Schwartz Barry, « Waiting, Exchange, and Power: the Distribution of Time in Social Systems », American Journal of Sociology, vol. 79, n° 4, 1974, p. 841-870.

Vidal Pavel et Everleny Omar, « Apertura al cuentapropismo y a la microempresa: una pieza clave del ajuste estructural » in Pavel Vidal et Omar Everleny (dir.), Miradas a la economía cubana: el proceso de actualización, La Havane, Editorial Caminos, 2012.

Vincenot Emmanuel, Histoire de La Havane, Paris, Fayard, 2016.

Zabala Arguelles María del Carmen, Jefatura femenina de hogar, pobreza urbana y exclusión social: una perspectiva desde la subjetividad en el contexto cubano, Buenos Aires, Clacso, 2010.

Haut de page

Notes

1 À noter l’existence depuis 1990 de la revue Cuba in transition publiée par l’association pour l’étude de l’économie cubaine (ASCE pour le sigle en anglais). De nombreux universitaires étatsuniens y collaborent dont un certain nombre de cubano-américains. Le but affiché par l’association est d’étudier les éléments et les processus d’une transition à l’économie de marché à Cuba.

2 Carnet détenu par chaque ménage qui permet d’obtenir chaque mois des quantités déterminées de biens alimentaires et d’hygiène à des prix subventionnés très bas.

3 Le Conseil d’assistance économique mutuelle (CAEM, également désigné par l’acronyme anglais Comecon) était une organisation d’entraide économique entre différents pays du bloc communiste à laquelle Cuba a appartenu de 1972 jusqu’à sa dissolution en 1991.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jérôme Leleu, Nils Graber et Blandine Destremau, « Introduction », Cahiers des Amériques latines, 84 | 2017, 15-27.

Référence électronique

Jérôme Leleu, Nils Graber et Blandine Destremau, « Introduction », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 84 | 2017, mis en ligne le 30 avril 2017, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/cal/4518

Haut de page

Auteurs

Jérôme Leleu

Jérôme Leleu est doctorant en sciences économiques à l’EHESS. Il réalise une thèse sur la planification économique à Cuba, qui mêle analyse historique et fonctionnelle et interroge l’effectivité de la planification cubaine en rapport avec ses bases juridiques et théoriques. Il anime le séminaire « Problèmes économiques et sociaux contemporains à Cuba » à l’EHESS en collaboration avec Blandine Destremau et Nils Graber, avec lesquels il a organisé le colloque international « Les sciences sociales face au changement à Cuba » qui s’est déroulé à Paris en juin 2015. Il a notamment publié « Charles Bettelheim et la Révolution cubaine (1960-1971) » pour la revue RITA en février 2013.

Nils Graber

Nils Graber est actuellement doctorant en anthropologie à l’EHESS au sein du Cermes3 (Centre de recherche médecine, sciences, santé, santé mentale, société). Sa thèse porte sur l’industrie biopharmaceutique cubaine, en analysant la production d’innovations thérapeutiques contre le cancer et la transformation corrélative du système de santé. Il étudie également l’aide internationale en santé à Cuba, donnant lieu à une publication dans la revue Tiers monde en 2013. Il a coanimé le séminaire « Problèmes économiques et sociaux contemporains à Cuba » à l’EHESS avec Jérôme Leleu et Blandine Destremau.

Blandine Destremau

Blandine Destremau est directrice de recherche au CNRS, économiste et sociologue, membre du laboratoire Iris (Institut de recherche interdisciplinaire sur les enjeux sociaux) de l’EHESS. Elle est notamment coordinatrice de l’ouvrage Le Care, nouvelle morale du capitalisme : assistance et police des familles en Amérique latine (avec Isabel Georges), à paraître en 2017 aux éditions Karthala/Cherpa ; et, avec Nils Graber et Jérôme Leleu, du dossier Culture and Institution: Cuban Dynamics of Change, International Journal of Cuban Sudies, vol. 8-2, publié en hiver 2016 ; ainsi que de plusieurs chapitres et articles portant sur les politiques sociales, les configurations familiales et le vieillissement à Cuba.

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • OpenEdition Journals