Navigation – Plan du site
Dossier. Cuba : les temporalités et tensions du changement

Nouvelles mobilités à Cuba : penser l’espace relationnel cubano-américain

Nuevas movilidades en Cuba: pensar el espacio relacional cubano-americano
New mobility in Cuba: thinking Cuban-American relational space
Violaine Jolivet
p. 49-67

Résumés

Cet article traite de l’évolution de la géographie relationnelle cubaine abordant plus particulièrement les nouvelles mobilités avec le voisin étatsunien. Il s’agit d’interroger l’incidence de ces changements sur les pratiques et représentations spatiales de l’extériorité depuis l’île. Les mobilités entre Cuba et les USA ont radicalement changé depuis les dix dernières années modifiant la circulation de personnes, de capitaux, d’informations, de marchandises. L’idée est de montrer que les mobilités du local au transnational témoignent des mutations sociospatiales en cours à Cuba et favorisent l’émergence de territorialités cubaines plus fluides. Cet article interroge les modalités d’un transnationalisme cubano-américain et les transformations des territorialités à travers l’exemple du développement des moyens de communication (TIC) et du marché immobilier à La Havane.

Haut de page

Notes de la rédaction

Texte reçu le 29 septembre 2016, accepté le 9 mars 2017.

Texte intégral

  • 1 Nombre de Cubains entrés aux USA entre 1959 et 1974 selon les services de l’immigration US.

1Les mouvements migratoires entre les États-Unis et Cuba sont des indicateurs précieux de l’histoire cubaine et de l’évolution des contextes géopolitiques qui ont façonné la géographie relationnelle de l’île, ses alliances et ses connexions ou séparations avec d’autres territoires depuis la fin de la colonisation espagnole. L’importance démographique et le poids géopolitique des migrations post-1959 ont profondément marqué les dynamiques sociospatiales à Cuba. Qu’il s’agisse de « l’exil doré » (1959-1961) ou des freedom fighters (1965-1973), la migration vers les États-Unis s’opéra longtemps à sens unique, sans perspective de retour ou de relation avec Cuba, si ce n’est une volonté farouche de renverser le régime castriste et de remettre en place les relations économiques, politiques et culturelles préférentielles. La baie des Cochons, la crise des fusées et l’embargo étatsunien imposé à l’île en 1962, renforceront la rupture spatiale entre les deux rives du détroit de Floride et accentueront la division entre les Cubains du dedans et du dehors. Miami émerge alors comme la première concentration de Cubains à l’étranger et compte déjà, en 1974, 640 237 résidents d’origine cubaine1.

  • 2 Les exilés de la première heure étaient qualifiés de « vers de terre » ou traîtres, mais à partir d (...)

2Toutefois, après ces premières vagues migratoires qui s’inscrivent pleinement dans la bataille idéologique entre Cuba et les États-Unis, la manière d’envisager ces migrants évolue dans les discours cubains [Bloch, 2015]. Et malgré la séparation nette entre les deux espaces politiques, peu à peu émerge une mise en relation des espaces vécus, au sein des familles, des récits et des imaginaires [Jolivet, 2015]. Ainsi, la vision des Cubains qui ont gagné le voisin du Nord s’est modifiée avec le temps et les conditions de leurs « retours », notamment lors des visites familiales ou touristiques, ont été reconsidérées. Le chanteur cubain F. Delgado dans sa chanson nommée La otra orilla (l’autre rive) décrit le changement de statut pour les Cubano-Américains passant de gusano à comunitario2. Ces mutations dans la considération des Cubano-Américains et des liens qu’ils peuvent entretenir avec le territoire national s’opèrent à partir des années 1980 à la suite des évènements de Mariel durant lesquels 125 000 Cubains rejoignent en bateau la Floride. En effet, Mariel marque dans l’histoire des relations migratoires entre Cuba et les États-Unis le passage d’un exil politique et bourgeois à une migration davantage économique, même si dans les faits le traitement préférentiel des Cubains sur le sol de l’Oncle Sam, a fait des Marielitos, des réfugiés. Toutefois, depuis une perspective cubaine, la vague migratoire des années 1980 et celle de l’été 1994 connue comme celle des Balseros (balsa veut dire radeau) sont celles qui entraînent un changement de perspective quant aux relations de part et d’autre du détroit. La reprise des relations même partielles sera alors d’une part, codifiée dans la législation avec la signature d’accords migratoires entre les deux gouvernements (1980 et 1995), et d’autre part, alimentée par des flux aussi bien en termes de transfert d’argent que de visites sur l’île pour les Cubano-Américains. Or, depuis le rétablissement des relations entre les États-Unis et Cuba en décembre 2014, force est de constater que ce ne sont plus seulement les migrations mais l’ensemble des mobilités entre les deux territoires qui s’intensifient, redéfinissant les modes de connexions entre les deux territoires autrefois séparés par un mur de Berlin liquide. Des pratiques et infrastructures relient désormais les rives du détroit de Floride et favorisent la mobilité de personnes, de capitaux, d’informations, de marchandises.

3La question des mobilités, centrale en géographie, est aujourd’hui un élément majeur de l’analyse des sociétés et des espaces. La révolution des transports et des télécommunications depuis les années 1980 opère un changement de paradigme, décrit dans le contexte de mondialisation comme « le tournant de la mobilité » [Urry, 2007]. Ce concept englobant n’est pas seulement appréhendé à travers les déplacements de personnes, capitaux, informations et marchandises, mais comme l’enchevêtrement du mouvement, de la représentation et de la pratique [Cresswell, 2010]. Les mobilités sont alors des processus clés des dynamiques territoriales et permettent de lire, notamment par leur contrôle, les échelles de la spatialisation du pouvoir. En outre, elles sont indispensables à la prise en compte d’un « système relationnel qui lie socialement, économiquement, voire politiquement, plusieurs lieux dispersés et distants et permettent de décrypter de nouvelles géographies relationnelles qui façonnent le rapport aux espaces vécus et s’appuient sur des réseaux et des imaginaires » [Cortès et Pesche, 2013, p. 290].

4Interroger les changements en cours à Cuba aux prismes des mobilités entre des territoires distants permet de dresser les contours d’une nouvelle géographie relationnelle aussi bien à l’échelle des États qu’à l’échelle des individus et familles. Les nouvelles mobilités entre les États-Unis et Cuba permettent d’analyser le changement à Cuba dans une approche temporelle et dynamique, mais également en montrant les tensions et les contradictions que ces nouvelles mobilités engendrent. Entre contraintes et émergences, ces nouvelles relations font désormais partie du quotidien des Cubains et dessinent des territoires en réseaux, par-delà les frontières des États. Ces changements suscitent autant d’inquiétudes que d’apaisements à Cuba entre désir d’ouverture et peur de l’invasion et ce sont alors ces contradictions et tensions que nous souhaitons mettre en évidence. L’approche relationnelle privilégie ici une analyse des mobilités et des connexions qui transforment l’espace cubain et souligne les rapports de pouvoir, les cadres (géo)politiques de la mobilité mais aussi les points de fuite et les alternatives que la mise en relation par l’espace engendre.

  • 3 Un premier travail à La Havane effectué en 2003 étudiait les mobilités touristiques et la transform (...)

5Il faut alors s’interroger sur l’incidence de ces changements relationnels, qui tissent de nouveaux liens et laissent émerger des territoires connectés au sein de l’espace vécu et représenté des Cubains. Car si nous évoquons la notion de transnationalisme, c’est-à-dire la mise en relation par l’espace des hommes, économies et cultures entre le pays d’origine et dans le pays d’accueil [Glick Schiller et al., 1992, p. 1], il faut bien admettre le caractère particulier des connexions entre Cuba et les États-Unis qui diffèrent des études proposées dans le cas des transnationalismes entre le Mexique ou encore Haïti et les États-Unis. Si nous souhaitons évoquer ce phénomène complexe qui décrit la mise en relation des sociétés dans la mondialisation [Portes, 1997], c’est que nous pensons qu’il donne une clé de lecture intéressante pour appréhender les transformations à Cuba à partir de la période spéciale, quand les liens avec l’URSS se tarissent et se reconfigurent des relations « par le bas » avec les États-Unis. À travers une analyse fondée sur une approche théorique de l’espace relationnel en géographie et des données de terrain à La Havane et Miami sur les liens entre mobilités et urbanisme3, nous replacerons dans un premier temps les mobilités actuelles dans le contexte de changement des régulations du mouvement de part et d’autre du détroit pour mettre en perspective les enjeux géopolitiques et les temporalités qui ont façonné les cadres de ces mobilités transnationales. Dans un second temps, l’idée est d’analyser le rôle des mobilités dans la création de nouvelles territorialités cubaines, plus fluides, en analysant le rôle des réseaux et infrastructures qui sous-tendent ces mobilités, mais aussi l’ancrage de « flux transnationaux » et leurs incidences sur les mutations sociospatiales en cours à Cuba.

Géopolitique du mouvement depuis 1959

6À l’échelle du territoire national, les relations entre Cuba et les États-Unis permettent d’aborder les enjeux géopolitiques qui ont façonné et instauré un contrôle du mouvement pour les Cubains à l’intérieur comme à l’extérieur de l’île. Après avoir décrit ces circulations comme constitutives des territorialisations nationales dans le contexte géopolitique de la guerre froide, nous montrerons comment, depuis une dizaine d’années, les cadres et régulations des mouvements se sont assouplis et impactent le quotidien des Cubains.

7Il n’est pas superflu de rappeler que Cuba est une île, car l’insularité crée par elle-même une clôture de la terre, une condition au mouvement. L’approche de Cuba dans sa dimension insulaire souligne l’étroitesse relative du territoire cubain, qui ne dépasse jamais les 200 kilomètres de large. L’insularité joue sur les modes de représentation du territoire et nombreux sont les auteurs cubains à avoir essayé de retranscrire la sensation de finitude produite par la condition insulaire. En 1943, Virgilio Piñera dans son poème La isla en peso, décrit la maudite circonstance de l’eau qui l’entoure. À partir de la victoire de la révolution, l’insularité est vécue comme une contrainte relationnelle mais également comme une protection par le gouvernement castriste. Rafael Rojas dans La isla sin fin décrit ainsi l’essence même de la définition du nationalisme révolutionnaire, comme une rupture avec le temps et avec l’extériorité du monde : « Il n’y a rien au-delà du territoire cubain, ni rien au-delà du castrisme. Par un tel métarécit deux entités sont donc hypothéquées, l’une temporelle et l’autre spatiale : le futur et la diaspora » [Rojas, 1998, p. 10, traduction libre].

8Dans cette construction de la nation révolutionnaire où les limites entre un dedans et un dehors sont clairement établies, le contrôle du territoire et de la mobilité interne reste un objet central de la politique cubaine et un point crucial de son encadrement des individus tout au long de la seconde moitié du xxe siècle. À l’intérieur de l’île, le déplacement des populations est réglementé dès 1960 pour contribuer au développement égalitaire du pays. La Havane est alors un territoire central des politiques castristes pour la création d’un nouvel ordre spatial socialiste et la mise en place d’une politique d’aménagement nationale aux dépens de la métropole. Malgré cette discipline spatiale, le port-capitale de La Havane a pourtant continué à croître de façon disproportionné, alimenté des flots de provinciaux. La crise de la période spéciale (décrétée en 1991) a, par ailleurs, fait naître de nouvelles restrictions du mouvement, à travers la loi-décret 217 sur « les régulations migratoires internes pour La Havane et ses contraventions ». Pourtant, La Havane reste alimentée par des flux constants de provinciaux encore aujourd’hui4.

9Au début du xxie siècle, des assouplissements voient le jour en matière de mobilité : la possibilité d’acheter un véhicule d’occasion en 2011 puis neuf en 2014, mais surtout la fin de certaines restrictions sur les voyages à l’extérieur votée en octobre 2012. Cependant, sortir de l’île est un rêve inatteignable pour la majorité de la population cubaine. Certes, les démarches fastidieuses d’obtention de la « carte blanche » ou Permiso de Viaje al Exterior n’existent plus, grâce à la nouvelle loi migratoire datée du 14 janvier 2013 et la durée de séjour à l’étranger se voit portée à 24 mois. Depuis, ce sont 671 000 Cubains qui ont voyagé à l’étranger en quatre ans et 78 % sont sortis de l’île pour la première fois5. Mais les coûts d’un passeport et surtout d’un billet d’avion restent inaccessibles à la majorité des Cubains. Ce sont surtout les professions intellectuelles et les Cubains aidés par leur famille à l’extérieur qui ont pu se rendre librement à l’étranger. Comme le souligne Orlando Luis, écrivain cubain : « Cuba reste une île plutôt claustrophobe, même aujourd’hui, dans ces temps postrévolutionnaires6. »

  • 7 Entretien en mai 2009 avec Ilda : « en Cuba muchos se refieren al mundo entero y a cualquier país c (...)

10Cette clôture encore prégnante fait que le reste du monde, quelle que soit la partie désignée, devient facilement dans les discussions afuera7. Cet extérieur peut cependant devenir el otro lado pour désigner plus explicitement les États-Unis. L’étranger lui, est la yuma, néologisme cubain pour désigner aussi bien le territoire que le citoyen étatsunien et qui, par extension, désigne ceux qui viennent ou ce qui est de l’extérieur. Cette globalité du monde montre la persistance de cette séparation binaire identifiée par Rojas [1998] dans les représentations spatiales. Et la libre circulation à l’intérieur comme à l’extérieur de l’île se fait encore dans le cadre de relations « sous contrainte ».

  • 8 Cette durée a été réévaluée au cours des années 1990 à un an et un jour.

11L’accueil réservé aux premières vagues d’exilés cubains par les autorités étatsuniennes s’inscrit dans la continuité du Refugee Relief Act, mis en place par Eisenhower en 1953, pour « ouvrir les bras » aux réfugiés du bloc soviétique. En 1966, la loi sur le Cuban Adjustment of Status Act (CAA) autorise « sur parole » les Cubains à entrer aux États-Unis et permet l’obtention du droit de résidence après deux ans de présence8. Depuis lors et contrairement à la majorité des réfugiés politiques, les Cubains n’ont pas à justifier leur demande, à prouver qu’ils étaient inquiétés ou en danger dans leur pays. Cette facilité d’entrée et la rapidité de l’obtention de la résidence étatsunienne ont favorisé l’intégration des ressortissants cubains.

12Toutefois, les années 1980 marquèrent un tournant dans le traitement des émigrés cubains. L’image de l’exilé politique qui fuit le communisme est contrebalancée par celle des 125 000 Marielitos qui arrivaient sur les côtes de la Floride en même temps que 40 000 Haïtiens fuyant la dictature de Jean-Claude Duvalier. Face à ces nouveaux arrivants, l’administration Carter créa le Cuban/Haitian entrant (status pending) qui permettait, jusqu’au 10 octobre 1980, l’entrée aux États-Unis de ces migrants et réévaluait le Refugee Act[Haines, 1996]. L’arrivée des Marielitos déboucha sur un accord migratoire entre les deux pays. Cependant, le nombre de Cubains recueillis en mer ne cessa d’augmenter : 2 200 en 1991, 3 700 en 1993 [Mesa Lago, 1995]. La pression migratoire se fit de nouveau sentir durant l’été 1994 avec l’épisode des Balseros. Les migrants interceptés dans les eaux du détroit ont été pour les deux tiers redirigés vers la base de Guantánamo, mais aussi le Texas et la base américaine de Panama. Les Balseros n’étaient plus traités comme des réfugiés politiques, mais comme des migrants. Cette tendance générale se confirma par la promulgation, au mois de septembre 1996, de l’Illegal Immigration Reform and Immigrant Responsability. Mais « l’exception cubaine » resta avec le Cuban Inmigration Agreement signé le 2 mai 1995, qui fait office de révision du CAA. À partir de mai 1995, un traitement spécifique perdure envers les Cubains qui gagnent la terre ferme avec la mise en place de la loi dite « pied sec, pied mouillé » [Mountz et Hiemstra, 2012]. Cette loi spécifie que le droit de résidence sera accordé en un an à tout Cubain trouvé sur la terre ferme, mais que seront retournés tous les ressortissants cubains trouvés en mer y compris dans les eaux territoriales. Cette loi est dénoncée à plusieurs reprises comme une incitation à une immigration illégale et dangereuse par le gouvernement cubain. Ainsi, le gouvernement cubain a accepté de reprendre les discussions au sujet de lois migratoires le 14 juillet 2009 en réaffirmant la collaboration des deux gouvernements pour réduire l’immigration illégale et le trafic de personnes, mais il a insisté sur l’impossibilité de réduire les départs illégaux tant que le CAA et la loi des pieds secs, pieds mouillés seraient en vigueur. Le rapprochement diplomatique des deux pays le 17 décembre 2014 et les réunions bisannuelles menées depuis 2013 tentent de trouver un consensus autour de la question migratoire et de ses aspects légaux. La loi des pieds secs, pieds mouillés est finalement abrogée le 12 janvier 2017, à une semaine du départ de Barack Obama de la Maison-Blanche. Côté cubain, la fin de l’exception est vue comme un aboutissement des négociations par les gouvernants, mais elle a été précédée par une augmentation considérable des migrations. Selon le Pew Research Center et les données douanières, 24 278 migrants cubains ont rejoint les États-Unis en 2014, 43 159 en 2015 et 56 406 en 20169.

  • 10 Littéralement « résoudre », ce verbe qui pourrait être traduit par « se débrouiller » est devenu em (...)

13L’autre contrainte majeure à la libre circulation de part et d’autre du détroit depuis l’avènement de la révolution est la permanence d’un embargo étatsunien imposé à Cuba depuis le 7 février 1962. Cuba se trouve dès lors dans l’impossibilité de commercer et de recevoir des capitaux de ce qui était son principal partenaire commercial et les résidents étatsuniens se voient interdire de voyager sur l’île avec laquelle les relations postales, aériennes et navales sont coupées. Trente ans plus tard, alors que les évènements de Mariel avaient accru le nombre de visites sur l’île par des Cubano-Américains autorisés et l’envoi de devises, l’embargo est à nouveau renforcé par la loi Torricelli (1992), qui vise à freiner l’essor des nouveaux moteurs de l’économie cubaine alors entrée dans la « période spéciale ». Le renforcement de l’embargo touche également la stricte limitation des transferts de devises par les exilés. Puis l’embargo est systématisé par la loi Helms-Burton en 1996, qui prétend durcir les sanctions « internationales » contre Cuba [LeoGrande, 1997 ; Colomonos, 2000]. Ce durcissement de l’embargo est ressenti de plein fouet par les populations cubaines qui sont nombreuses à attendre les dollars, qui proviennent à 80 % de la Floride, pour resolver10.

14Les États-Unis franchissent un pas de plus lorsque George W. Bush approuve en 2004 un premier rapport de la Commission for Assistance to a Free Cuba qui prévoit une série de mesures de durcissement de l’embargo et l’aide implicite aux dissidents. Les mesures restreignent la liberté personnelle de circuler entre Cuba et les États-Unis à une fois tous les trois ans et uniquement pour visite familiale ; les envois de devises sont également limités à 300 dollars par an et au simple cercle de la famille directe. Alors que les transferts au cours de l’année 2004 vers Cuba sont chiffrés à plus de 1,2 milliard de dollars [Orozco, 2005], l’arrivée de ces nouvelles restrictions est un véritable coup porté aux transferts et réseaux familiaux. Cependant, lors d’enquêtes dans le comté de Miami-Dade réalisées au début de l’année 2006 auprès de tenanciers d’agences de transferts à Little Havana et à Hialeah, les gérants assuraient que les transferts « cachés » étaient de loin la majorité, car ils permettaient de contourner les restrictions côté étatsunien et les taxes du gouvernement côté cubain. Selon Orozco et Hansing [2014], entre 2005 et 2010, les transferts de fonds vers Cuba auraient été à plus de 50 % effectués par des « mules ».

  • 11 Les visites aux proches, les hommes politiques ou d’affaires étatsuniens, les journalistes, les éch (...)

15La transition d’un Castro à l’autre, comme l’arrivée des démocrates au pouvoir en 2008 ont changé les donnes de ces circulations sous contraintes. En 2009, le gouvernement Obama annonce la levée des licences individuelles pour les Étatsuniens appartenant aux 12 catégories autorisées par The Office of Foreign Assets Control11. Cela offre la possibilité pour les Cubains résidents aux États-Unis de voyager vers l’île une fois par an et l’augmentation à 1 200 puis 2 000 dollars du plafond des transferts par trimestre. Bien qu’accueilli comme un pas de plus vers la régulation, le changement est perçu pour beaucoup, à l’extérieur comme à l’intérieur de l’île, comme un simple retour aux conditions mises en place par l’administration Clinton après une politique extrêmement dure du gouvernement Bush. En septembre 2015, Obama accélère le processus de normalisation déjà entamé en janvier et appelle à la levée de l’embargo devant l’Assemblée générale des Nations unies. La limite sur le montant des transferts de fonds est levée, les entrepreneurs étatsuniens peuvent s’associer avec des Cubains, vendre du matériel aux secteurs indépendants ou privés et ouvrir des bureaux sur l’île. Parallèlement, les banques étatsuniennes sont autorisées à accueillir des comptes pour des ressortissants cubains hors de leur île alors que les entreprises étatsuniennes peuvent ouvrir des comptes à Cuba.

16Si la levée de l’embargo n’a pas été entérinée par le Congrès durant la présidence d’Obama, les assouplissements des cadres et infrastructures de la mobilité ont intensifié le mouvement. Ainsi, durant la haute période touristique de 2014 et de 2015 (janvier-mai) le nombre de citoyens étatsuniens visitant l’île est passé de 42 265 à 62 093 personnes et à cela doit s’ajouter les 258 837 Cubano-Américains qui sont entrés sur le territoire cubain en 2014 [Perello, 2015]. De plus, des mesures comme le rétablissement des liaisons postales directes le 16 mars 2016, si elles peuvent paraître anachroniques à l’heure des technologies de l’information et de la communication (TIC), sont pourtant une véritable passerelle à la normalisation des échanges : l’envoi de lettres et de colis favorise les échanges et le rétablissement d’une proximité spatio-temporelle favorisant la création de nouvelles territorialités.

De nouvelles territorialités cubano-américaines : pratiques transnationales et transformations urbaines

17La territorialité est définie par Raffestin comme « un système de relation qu’entretient une collectivité – et partant un individu qui y appartient – avec l’extériorité et/ou l’altérité à l’aide de médiateurs » [1982, p. 171]. Autrement dit, la territorialité décrit la relation humaine au territoire plus que le territoire en lui-même. Cette relation étant construite par des pratiques et vécus mais aussi des cadres politico-légaux et des représentations.

18Le transnationalisme est une mise en relation par l’espace des sociétés et cultures dans la mondialisation [Vertovec, 2009]. Devenu un nouveau paradigme de la recherche en sciences sociales, ce concept est souvent utilisé pour décrire l’affaiblissement de l’échelle de l’État-nation comme cadre d’analyse unique des mouvements migratoires. Il cherche à prendre en considération les liens et réseaux qui émergent entre des territoires et redessinent les territorialités en entraînant une articulation des échelles locale, nationale et mondiale. Ainsi, les mobilités transnationales sont au cœur des transformations économiques, politiques, culturelles qui animent les grandes métropoles du globe, principales réceptrices et émettrices de ces flux [Glick-Schiller, 2012]. Le transnationalisme rejoint alors une conception relationnelle de l’espace en géographie qui considère l’espace non plus comme un contenant figé, absolu ou relatif, mais comme une entité dynamique, non bornée, produit d’interrelations changeantes [Massey, 2005].

19L’accroissement des relations entre les deux rives du détroit favorise la redéfinition d’une rupture spatiale nette entre un intérieur et un extérieur et souligne la consolidation d’un espace transnational cubano-américain, qui joue sur les représentations des territoires et leur mise en réseau. Dès les années 1990, l’émergence des réseaux entre Cuba et Miami et plus largement les États-Unis a été mise en lumière notamment par l’analyse des circuits financiers des remesas [Eckstein et Barberia, 2002] mais également à travers des faits religieux et culturels [Argyriadis et Capone, 2004 ; Mahler et Hansing, 2005]. Toutefois, une opposition forte entre un ici et un là-bas, malgré les liens démontrés, restait encore prégnante et ne permettait pas de penser des territorialités à cheval sur les frontières. Le nouvel espace relationnel cubain induit par l’évolution des cadres politiques des mobilités a favorisé ces nouvelles territorialités plus fluides, faites d’aller-retour, de nouvelles coprésences et permet ainsi d’observer diverses pratiques qui œuvrent à la (re)définition des territoires en réseaux. Ana Margarita Cervantes-Rodríguez [2010] évoque ainsi l’expansion de réseaux sociaux transnationaux et donne l’exemple du développement de circuit de travail informel pour les Cubains qui viennent visiter leurs familles à Miami. Les deux exemples développés ci-après cherchent à souligner d’une part, le développement de réseaux qui soutiennent les pratiques transnationales et, d’autre part, l’impact de ces flux transnationaux sur les transformations urbaines à La Havane notamment dans le secteur de l’immobilier.

  • 12 American Airlines opérait déjà des vols charters à destination de Cuba au départ de Miami, Tampa et (...)

20L’arrivée du premier bateau de croisière depuis Miami opéré par la firme étatsunienne Carnival comme l’autorisation de près de 110 vols réguliers par jour entre les États-Unis et Cuba en 2016 changent considérablement la possibilité pour les Cubains de l’intérieur comme de l’extérieur de pratiquer les deux territoires dans une perspective transnationale. En effet, alors que toute traversée par bateau était considérée comme illégale pour les Cubains jusqu’au 22 avril 2016 ou que seule une vingtaine de vols charters permettaient la liaison directe entre les deux pays depuis 1991, des compagnies aériennes telles qu’American Airlines, acteur principal des liaisons aériennes entre les USA et la Caraïbe, prennent désormais leur place dans le ciel cubain12. Ces mesures vont faciliter l’essor de nouvelles pratiques individuelles et familiales transnationales parce qu’elles redéfinissent les modalités et la fréquence des relations entre les sociétés. En 2015, le nombre de Cubano-Américains qui ont voyagé sur l’île et de Cubains qui se sont rendus de façon temporaire aux USA a atteint 538 433 passagers, soit trois fois plus qu’en 2007 [Morales, 2016].

  • 13 Entretien de Mayra Arevich présidente d’Etecsa rapporté par Vladia Rubio dans CubaSí le 24 décembre (...)
  • 14 L’application IMO qui comporte les mêmes fonctions que Whatsapp est toutefois utilisée par les Cuba (...)

21De même, si l’accès aux cellulaires et aux ordinateurs privés a été autorisé en 2008 sur l’île, l’accès à Internet et le coût des télécommunications avec l’extérieur restent des enjeux majeurs pour le quotidien des Cubains comme pour l’ouverture d’un espace transnational. En effet, comme le souligne Mihaela Nedelcu, les pratiques transnationales « bénéficient de conditions technologiques facilitant plus que jamais les échanges. Internet, téléphonie mobile et médias numériques ouvrent des possibilités de coprésence […] et favorisent l’émergence de nouvelles manières d’être au monde, et l’apparition d’habitus transnationaux » [Nedelcu, 2010, p. 34]. Or, bien que plus de 3 millions de lignes de téléphones mobiles existent à Cuba et que chaque jour le nombre progresse d’environ 2 000 nouveaux comptes13, le coût et le contrôle des communications sont un frein notable à cette expansion. Le rôle des Cubains du dehors et plus particulièrement des Cubano-Américains reste crucial pour recharger les crédits ou appeler depuis l’extérieur. Par ailleurs, la faiblesse des accès wifi gratuits (estimés à 145 sur l’île), le coût encore élevé de 1,5 CUC (pesos convertible au taux du dollar) l’heure de connexion et l’interdiction dans l’île des applications permettant des communications instantanées comme Whatsapp ou Skype14 gardent les télécommunications sous contrôle de l’État. Toutefois, comme le montre la photo 1, les parcs où les accès wifi sont installés ne désemplissent pas et présentent de nouvelles pratiques dans l’espace public.

Photo 1. Parque Wifredo Lam, Vedado

Photo 1. Parque Wifredo Lam, Vedado

5 mars 2017.

© Jolivet.

22Si de nombreuses études ont souligné le rôle crucial des TIC dans la constitution de territoires transnationaux, elles ont aussi insisté sur l’émergence d’un espace public online [Nedelcu, 2012 ; Georgiou, 2007]. Marie-Laure Geoffray montre qu’un espace virtuel ouvert permettant l’apparition d’un espace public médiatique et politique entre Cuba et les Cubains de l’extérieur est en émergence. L’auteure préfère cependant utiliser le terme d’« aréna » pour souligner le caractère fragmenté socialement et limité spatialement de la sphère publique transnationale. Ainsi, la régularisation et l’usage des TIC à Cuba, bien qu’encore contenu, ont ouvert un espace informationnel plus fluide au sein de la société cubaine permettant un dialogue par-delà les frontières de l’État et ses barrières internes. « L’usage de cet espace était perçu comme quelque chose de “secure” dans la mesure où il ne transgressait pas vraiment la règle informelle du “bajo techo todo, en la calle nada” » [Geoffray, 2015, p. 236, traduction libre]. L’aréna diasporique est alors un exemple utile pour souligner comment ces nouvelles mobilités favorisent un accès à l’information en dehors des cadres de l’État mais également de nouveaux partages et échanges entre des groupes spécifiques comme les activistes, artistes et écrivains.

23L’ouverture progressive de nouvelles sphères et réseaux de communication permet ainsi de prendre en considération la plus grande facilité pour certains secteurs de la population de se mouvoir au sein de différentes sphères cubaines. Ainsi, la possibilité de voyager et l’usage de plus en plus développé des TIC permettent à des artistes cubains de compter parmi leurs critiques et followers bon nombre de Cubains de l’extérieur. L’assouplissement des contraintes à la circulation fait désormais de Miami une scène pour les Cubains de l’île. Alors qu’en 2010 les concerts de Los Van Van, ou de la Gente de Zona avaient créé la polémique dans la presse cubano-américaine et des manifestations de l’exil dur, les concerts se multiplient désormais à Miami. « Contrairement à quelques années auparavant, la collaboration entre des musiciens cubains des deux rives est devenue la norme à Miami […] des artistes cubains de l’intérieur et de l’extérieur de l’île se rencontrent régulièrement pour travailler ensemble » [Silot Bravo, 2016, p. 119, traduction libre]. Ainsi, le jeune cinéma indépendant cubain est projeté sur les écrans du Tower Theater à Little Havana15. De même, le groupe de reggaeton Gente de Zona a tourné son dernier clip en mars 2016 dans la banlieue très cubaine de Hialeah16, signe que des nouvelles territorialités mobiles redessinent les ancrages par la médiation de lieux à Miami et transforment l’altérité et l’extériorité au sein des territorialités cubaines.

  • 17 Selon la Oficina Nacional de Estadísticas e Información (ONEI), Cuba compte aujourd’hui plus d’un d (...)

24Alain Tarrius dans ses travaux de part et d’autre des rives de la Méditerranée a élaboré le concept de territoire circulatoire pour décrire des territoires de socialisation et des réseaux économiques relativement autonomes des acteurs locaux et nationaux, une mondialisation par le bas articulée par des filières souterraines [2002]. À la suite de ses travaux [2012], il semble intéressant de s’interroger sur les restructurations urbaines engendrées par le transnationalisme et le rôle de ces nouvelles relations sur les dynamiques urbaines à La Havane. Depuis l’ouverture, d’une part, d’un secteur privé symbolisé par la croissance des cuentapropistas17 et, d’autre part, d’un marché immobilier autorisant l’achat et la vente de logement (2011), les mobilités ont un nouveau rôle sur les transformations en cours dans la capitale cubaine. Ces évolutions au sein de l’économie cubaine se répercutent peu à peu sur les paysages urbains de La Havane notamment sur son espace bâti et le développement d’une offre de services affichant de nouveaux types de mobiliers et d’ambiances (restaurants, bars, salons de beauté). Le rapport à l’extérieur ou plutôt les apports de l’extérieur sont alors une dimension centrale pour interroger les mutations sociospatiales en cours dans la capitale. Selon différentes sources, les transferts d’argent vers l’île représenteraient depuis les années 2000 un des secteurs les plus dynamiques de l’économie cubaine, devant le tourisme et l’extraction de nickel avec environ 2 milliards de dollars au tournant des années 2010 [Orozco et Hansing, 2014]. Les transferts depuis l’étranger seraient aujourd’hui estimés à 3,35 milliards de dollars et atteindraient environ 6,6 milliards pour l’année 2015 si on tient compte des envois « informels » et que l’on comptabilise la valeur marchande de biens envoyés [Morales, 2016].

  • 18 Environ 60 à 70 % des devises envoyées à Cuba sont le fait des Cubano-Américains depuis 2010 selon (...)

25Or, si le lien entre le développement du secteur privé et les envois de devises depuis l’étranger notamment depuis les États-Unis18 a été souligné, montrant le rôle des Cubano-Américains dans l’émergence et l’approvisionnement de commerces et services privés [Orozco et Hansing, 2014], il n’en reste pas moins qu’il est difficile de quantifier les différentes formes de mobilités de retour et d’investissement depuis l’extérieur et les États-Unis. Le marché de l’immobilier en plein essor à La Havane, qui concentre 89 % des transactions immobilières du pays, est alors un secteur intéressant pour essayer de comprendre les territoires circulatoires et leur ancrage dans la capitale. En effet, l’investissement de devises venues de l’étranger dans des logements est aujourd’hui visible dans certains quartiers havanais, mais reste incalculable d’autant plus que l’achat de biens immobiliers par les personnes nationalisées étatsuniennes est tout simplement interdit par la loi.

26Toutefois, ces mobilités sont une source majeure de transformations au sein de nombreux logements et à l’origine de nouvelles stratégies résidentielles. Elles démontrent le poids des réseaux transnationaux « par le bas » dans les transformations actuelles de la capitale cubaine. Lors d’un premier terrain exploratoire, afin de démarrer un projet de recherche nommé « (Ré)investir La Havane », une discussion avec une agence immobilière dans le Vedado en juin 2015 nous précisait ceci :

« Les Cubano-Américains attendent la bouche ouverte mais ils ne peuvent pas encore acheter directement, ils doivent mettre sur la preuve de vente le nom d’un Cubain d’ici. Mais s’ils ont de la famille ou des amis, ils font l’opération comme cela, ils ne figurent pas dans le registre de vente parce que cela doit être au nom d’un résident, mais oui beaucoup le font. »

27À partir de ce constat, il est alors intéressant de se pencher sur les prix du marché à La Havane. Ainsi, nous avons établi une base de données19 des annonces immobilières dans les municipios de Plaza, Playa et Habana Vieja, qui regroupent l’essentiel des espaces ouverts au tourisme et visiteurs. Les prix et biens immobiliers ont été rassemblés à partir de sites Internet spécialisés comme Cuba homes direct ou encore Havana keys, dont les nominations montrent bien les désirs d’internationalisation du marché. L’outil cartographique (cf. carte 1 ci-après) nous a permis par la suite de spatialiser ces données.

Carte 1. Évaluation des prix du marché à partir des annonces immobilières dans trois quartiers de La Havane

Carte 1. Évaluation des prix du marché à partir des annonces immobilières dans trois quartiers de La Havane

Miramar, Vedado et Habana Vieja (2015-2016)

Conception et réalisation : Violaine Jolivet et Alexe Lépine-Dubois. Sources : www.cubahomesdirect.com ; https://www.havanakeys.com ;
www.cubandoors.com et http://habana.porlalivre.com/​.

28Ainsi, le prix moyen de vente d’une maison ou appartement dans ces trois municipes très attractifs de la capitale a été évalué à 105 171 CUC. Sans surprise, le quartier de Miramar, ancien quartier de la bourgeoisie havanaise, qui a majoritairement quitté la ville après 1959, apparaît comme le marché le plus cher, à proximité des ambassades et hôtels 5 étoiles. Le quartier semble ainsi en cours de réembourgeoisement. À l’échelle des trois quartiers, les prix très élevés au regard de la situation de la majorité des ménages cubains laissent entrevoir l’importance grandissante des Cubains de l’extérieur dans ce jeune marché, permettant peu à peu le double ancrage et/ou la rénovation et le maintien de logements havanais grâce à des Cubano-Américains.

29Enfin, la croissance du nombre de « rapatriés20 », qui vivaient à l’extérieur et souhaitent désormais acheter une maison est également une piste qui souligne l’avènement de territorialités mobiles et d’ancrages résidentiels multisitués. Jusqu’à la fin de 2012 et les nouvelles réglementations migratoires, le rapatriement pour les émigrés cubains qui avaient perdu leur citoyenneté ne visait que les personnes invalides ou de plus de 60 ans. Depuis, une partie importante des Cubains de l’extérieur, principalement des Cubano-Américains, peuvent obtenir le statut de rapatrié à partir du moment où ils ne s’opposent pas ouvertement au régime. Ils peuvent ainsi maintenir une double résidence21 et deviennent donc des acheteurs et habitants transnationaux vivant entre la Floride et Cuba. L’acquisition ou la participation à l’achat d’un logement familial pour des Cubains de l’extérieur favorisent la sensation d’un « réancrage » sur le territoire cubain et renforcent les pratiques transnationales notamment par des ancrages résidentiels multiples. Ce (ré)ancrage dans la pierre permet une reterritorialisation, un ancrage à l’intérieur de l’île qui réconcilie des appartenances et des quotidiens autrefois clivés.

30En conclusion, les nouvelles mobilités avec le voisin étatsunien favorisent la création de nouveaux rapports entre le dedans et le dehors de l’île et donnent aujourd’hui à penser le changement à Cuba aussi bien à l’échelle des individus qu’à celle des États. Ces mobilités laissent de plus en plus d’espace aux connexions et réseaux « par le bas » qui ont une incidence sur la redéfinition de l’altérité et l’extériorité et transforment l’espace relationnel cubain. Alors qu’une sphère transnationale cubaine était encore très limitée au début des années 1990 et présentait davantage des liens entre l’Europe et Cuba, le statut des Cubano-Américains dans l’île a changé et les infrastructures, technologies et cadres législatifs ont évolué vers une plus grande connexion entre des territoires et des quotidiens.

31Toutefois, alors qu’Obama a fini son mandat après avoir mis fin au régime d’accueil préférentiel pour les Cubains gagnant les États-Unis, condition exigée par le gouvernement cubain dans les discussions bilatérales, le nouveau locataire de la Maison-Blanche semble susciter des inquiétudes quant à l’évolution des relations États-Unis/Cuba. Il est difficile de savoir comment l’espace relationnel cubain va être impacté par le mandat de Trump et la régulation des mobilités « par le haut ». L’embargo datant de 1962, assoupli notamment pour favoriser les investissements étatsuniens et la venue d’entrepreneurs et de capitaux, n’est pas levé et il est difficile de prévoir quelles alliances privilégiera Trump entre les cercles d’affaires et de l’immobilier soucieux de ne pas rater d’opportunité à l’ouverture de l’île et l’appui des Cubano-Américains républicains largement opposés à la normalisation entamée par Obama, comme le sénateur Rubio qui semble avoir les faveurs du 45e président étatsunien sur la question cubaine.

Haut de page

Bibliographie

Argyriadis Kali et Capone Stefania, « Cubanía et santería : les enjeux politiques de la transnationalisation religieuse (La Havane-Miami) », Civilisations, n° 51, 2004, p. 81-137.

Bloch Vincent, « Cuba : les illusions de la contagion démocratique », Esprit, 2015, p. 178-184.

Cervantes-Rodríguez Ana Margarita, International Migration in Cuba : Accumulation, Imperial Designs, and Transnational Social Fields, Penn State Press, 2010.

Colomonos Ariel, « La modernité d’un archaïsme : l’embargo cubain au défi des critiques adressées à la loi Helms-Burton », Études du CERI, n° 63, 2000, p. 2-47.

Cortes Geneviève et Pesche Denis, « Territoire multisitué », L’Espace géographique, 2013, vol. 42, n° 4, p. 289-292.

Creswell Tim, « Towards a politics of mobility », Environment and Planning D, 2010, vol. 28, n° 1, p. 17-31.

Eckstein Susan et Barberia Laura, « Grounding Immigrant Generations in History : Cuban Americans and Their Transnational Ties1 », International Migration Review 36, n° 3, 2002, p. 799-837.

Geoffray Marie-Laure, « Transnational Dynamics of Contention in Contemporary Cuba », Journal of Latin American Studies, vol. 47, 2015, p. 223-249.

Georgiou Myria, « Transnational Crossroads for Media and Diaspora : Three Challenges for Research », Transnational lives and the media, Palgrave Macmillan UK, 2007, p. 11-32.

Glick Schiller Nina, « Transnationality and the City », in Stefan Krätke, Kathrin Wildner et Stephan Lanz (dir.), Transnationalism and Urbanism, Routledge, 2012, p. 25-31.

Glick Schiller Nina, Basch Linda et Blanc-Szanton Cristina, « Transnationalism : A New Analytic Framework for Understanding Migration », Annals of the New York academy of sciences, vol. 645, 1992, p. 1-24.

Haines David, Refugees in America in the 1990’s, Greenwood Publishing Group, 1996.

Harvard Law Association, « The Cuban Adjustment Act of 1966: ¿Mirando por los Ojos de Don Quijote o Sancho Panza? » Harvard Law Review, vol. 114, 2001, p. 902-925.

Jolivet Violaine, Miami la cubaine : géographie d’une ville-carrefour entre les Amériques, Presses universitaires de Rennes, 2015.

Leogrande William, « Enemies Evermore : US Policy Towards Cuba After Helms-Burton », Journal of Latin American Studies, n° 29, 1997, p. 211-221.

Mahler Sarah et Hansing Kathryn, « Toward a Transnationalism of the Middle : How Transnational Religious Practices Help Bridge the Divides between Cuba and Miami », Latin American Perspectives, vol. 32, 2005, p. 121146.

Massey Doreen, For Space, Londres, Sage, 2005.

Mesa-Lago Carlos, Cuba’s Raft Exodus of 1994: Causes, Settlement, Effects, and Future, Floride, University of Miami Press, 1995.

Morales Emilio, « Cuba: The Fastest Growing Remittances Market », The Havana Consulting Group and TECH, 2016.

Mountz Alison et Hiemstra Nancy, « Spatial Strategies for Rebordering Human Migration at Sea », in Thomas M. Wilson et Hastings Donnan (dir.), A Companion to Border Studies, John Wiley & Son, 2012, p. 455-472.

Nedelcu Mihaela, « Migrants’ New Transnational Habitus: Rethinking Migration Through a Cosmopolitan Lens in the Digital Age », Journal of Ethnic and Migration Studies, vol. 38, n° 9, 2012, p. 1339-1356.

Nedelcu Mihaela, « (Re) penser le transnationalisme et l’intégration à l’ère du numérique : vers un tournant cosmopolitique dans l’étude des migrations internationales ? », Revue européenne des migrations internationales, vol. 26, n° 2, 2010, p. 33-55.

Orozco Manuel, « Remesas en la región de América Latina y el Caribe : un análisis de su impacto économico », Migración internacional y desarrollo en América Latina y el Caribe, BID, 2005.

Orozco Manuel et Hansing Kathryn, « Remittance Recipients and the Present and Future of Micro-Entrepreneurship Activities in Cuba », in Philip Brenner et al., A Contemporary Cuba Reader : The Revolution under Raúl Castro, 2014, p. 302-308.

Perello Cabrera José Luis, « El sector privado y el turismo en Cuba ante un escenario de relaciones con Estados Unidos », ASCE, Cuba in Transition, vol. 25, 2015, p. 51-58.

Portes Alejandro, Globalization from Below: the Rise of Transnational Communities, New York, Princeton University, 1997.

Raffestin Claude, « Remarques sur les notions d’espace, de territoire et de territorialité », Espaces et sociétés, n° 41, 1982, p. 167-171.

Rojas Rafael, Isla sin fin : contribución a la crítica del nacionalismo cubano, Ediciones Universal, 1998.

Silot-Bravo Eva, « Reimagining Cubanidad: Transnational and Alternative Spaces in Contemporary Cuban Cultural Production », thèse de doctorat, University of Miami, 2016.

Tarrius Alain, La Mondialisation par le bas : les nouveaux nomades des économies souterraines, Balland, 2002.

Tarrius Alain, « D’ici et de là-bas : restructurations urbaines, globalisation des économies et transnationalisme migratoire » [en ligne], Le Portique, n° 28, 2012 [consulté le 15 juillet 2016]. Disponible sur : http://leportique.revues.org/2574

Urry John, Mobilities, Polity, 2007.

Vertovec Steven, Transnationalism, Routledge, 2009.

Whitefield Mimi, « Coming Soon: American Airlines Commercial Service to Cuba » [en ligne], Miami Herald, 13 juin 2016 [consulté le 6 juillet 2016]. Disponible sur: http://www.miamiherald.com/news/nation-world/world/americas/cuba/article83509407.html

Haut de page

Notes

1 Nombre de Cubains entrés aux USA entre 1959 et 1974 selon les services de l’immigration US.

2 Les exilés de la première heure étaient qualifiés de « vers de terre » ou traîtres, mais à partir des années 1980-1990 les migrants vers les USA deviennent « la communauté cubaine ».

3 Un premier travail à La Havane effectué en 2003 étudiait les mobilités touristiques et la transformation de la Vieille Havane, notamment son ouverture au capitalisme. Par la suite, dans le cadre du doctorat deux terrains courts à La Havane (1 mois et demi) et trois terrains à Miami (10 mois) ont eu lieu de 2006 à 2010 et permis de rassembler un corpus d’une soixantaine d’entretiens avec des Cubano-Américains autour de deux thématiques principales, l’impact et la relation des Cubano-Américains sur la production urbaine de Miami et les relations géopolitiques entre Cuba et Miami. Depuis, deux terrains d’1 mois ont été menés en novembre 2012 à Miami et en juin 2015 à La Havane. Ces derniers terrains avaient pour but de rassembler un nouveau corpus sur les transformations spatiales à La Havane et sur l’accélération des mobilités de part et d’autre du détroit.

4 Cf. à ce sujet l’article de 2016 « Alcanzar el sueño habanero » de Yosmani Labrada. Selon le recensement cubain en 2012, 11,2 % des Cubains étaient des migrants de l’intérieur et près de la moitié sont installés à La Havane, mais ces chiffres cachent la réalité d’autres migrants des provinces qui peinent à régulariser leur statut.

5 Cf. http://cubasi.cu/cubasi-noticias-cuba-mundo-ultima-hora/item/59658-cuba-cifra-de-viajeros-afirma-aceptacion-de-politica-migratoria

6 Cf. http://america-latina.blog.lemonde.fr/2013/12/23/a-cuba-des-jeunes-ecrivains-sinsurgent

7 Entretien en mai 2009 avec Ilda : « en Cuba muchos se refieren al mundo entero y a cualquier país como “afuera”. Por ejemplo si alguien te dice: “oye que zapatos más lindos, donde te los compraste?” uno responde : “me los mandaron de afuera” ».

8 Cette durée a été réévaluée au cours des années 1990 à un an et un jour.

9 Cf. http://www.pewresearch.org/fact-tank/2017/01/13/cuban-immigration-to-u-s-surges-as-relations-warm/

10 Littéralement « résoudre », ce verbe qui pourrait être traduit par « se débrouiller » est devenu emblématique des vingt dernières années à Cuba et correspond à ce que Michel de Certeau nomme le braconnage du quotidien.

11 Les visites aux proches, les hommes politiques ou d’affaires étatsuniens, les journalistes, les échanges universitaires ou religieux font partie des 12 catégories de voyages sur l’île autorisés, cf. http://havana.usembassy.gov/travelling_cuba.html.

12 American Airlines opérait déjà des vols charters à destination de Cuba au départ de Miami, Tampa et Los Angeles, vers Camagüey, Cienfuegos, La Havane, Santa Clara et Holguín. En 2015, elle aura opéré environ 1 200 vols charters pour Cuba avec une augmentation de 9 % par rapport à 2014 [Whitefield, 2016]. À partir de l’automne 2016, la compagnie a annoncé 4 vols journaliers entre Miami et La Havane.

13 Entretien de Mayra Arevich présidente d’Etecsa rapporté par Vladia Rubio dans CubaSí le 24 décembre 2015. Cf. http://cubasi.cu/cubasi-noticias-cuba-mundo-ultima-hora/item/46405-exclusiva-con-la-presidenta-de-etecsa-crece-penetracion-de-internet-en-cuba

14 L’application IMO qui comporte les mêmes fonctions que Whatsapp est toutefois utilisée par les Cubains et non bloquée.

15 La création en 2015 d’un festival Emerging Cuban Independent Film Series dans cette salle très symbolique de l’exil cubain sur la Calle Ocho montre une articulation nouvelle des productions et des publics.

16 Cf. https://youtu.be/yvhx5gMmSPs

17 Selon la Oficina Nacional de Estadísticas e Información (ONEI), Cuba compte aujourd’hui plus d’un demi-million de travailleurs indépendants.

18 Environ 60 à 70 % des devises envoyées à Cuba sont le fait des Cubano-Américains depuis 2010 selon Orozco et Hansing [2014] et la fin des restrictions d’envoi, mais aussi de voyage seraient selon Morales [2016] un élément déterminant de la croissance des transferts.

19 Cf. www.cubahomesdirect.com ; https://www.havanakeys.com/ ; www.cubandoors.com (agences immobilières) et http://habana.porlalivre.com/ (site de petites annonces entre particuliers) permettant le traitement de 485 annonces géolocalisées et de renseigner systématiquement l’ensemble des critères choisis : type de bien, prix, nombre de pièces, surface, date de construction, date et site de l’annonce.

20 Ce statut permet de recouvrer sa citoyenneté, il n’est pas ici question d’une rétrocession des biens réclamés notamment par les premières vagues de l’exil et leurs descendants mais juste d’une possibilité pour les Cubains de l’extérieur de « redevenir » citoyen dans l’île.

21 Cf. https://www.youtube.com/watch?v=OdLv05CHjQE

Haut de page

Table des illustrations

Titre Photo 1. Parque Wifredo Lam, Vedado
Légende 5 mars 2017.
Crédits © Jolivet.
URL http://journals.openedition.org/cal/docannexe/image/4525/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Carte 1. Évaluation des prix du marché à partir des annonces immobilières dans trois quartiers de La Havane
Légende Miramar, Vedado et Habana Vieja (2015-2016)
Crédits Conception et réalisation : Violaine Jolivet et Alexe Lépine-Dubois. Sources : www.cubahomesdirect.com ; https://www.havanakeys.com ; www.cubandoors.com et http://habana.porlalivre.com/​.
URL http://journals.openedition.org/cal/docannexe/image/4525/img-2.png
Fichier image/png, 330k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Violaine Jolivet, « Nouvelles mobilités à Cuba : penser l’espace relationnel cubano-américain », Cahiers des Amériques latines, 84 | 2017, 49-67.

Référence électronique

Violaine Jolivet, « Nouvelles mobilités à Cuba : penser l’espace relationnel cubano-américain », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 84 | 2017, mis en ligne le 30 avril 2017, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/cal/4525

Haut de page

Auteur

Violaine Jolivet

Violaine Jolivet est agrégée et docteure en géographie. Elle est depuis 2012 professeure adjointe à l’université de Montréal. Elle travaille sur les liens entre les mobilités et la fabrique urbaine dans les Amériques. Elle est auteure de Miami la cubaine : géographie d’une ville-carrefour entre les Amériques aux Presses universitaires de Rennes (2015) qui présente les résultats de son doctorat. Ses projets actuels étudient l’impact sociospatial des mobilités transnationales sur les espaces urbains et les territorialités des diasporas caribéennes dans les Amériques. À Montréal, elle étudie comment l’ancrage de populations d’origine haïtienne transforme les quartiers Nord-Est, entre stigmatisation et redéfinition des territoires urbains. À La Havane, elle étudie les liens entre transformations urbaines et nouvelles mobilités transnationales.

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • OpenEdition Journals