Navigation – Plan du site
Étude

La mobilisation hétéronome des enseignants mexicains (1914-2014)

La movilización heterónoma de los maestros mexicanos (1914-2014)
Heteronomous mobilizations of Mexican teachers (1914-2014)
Guadalupe Olivier Téllez
p. 149-168

Résumés

Le Syndicat national des travailleurs de l’éducation (SNTE) est l’un des syndicats les plus importants du Mexique avec plus de 1,2 million d’enseignants affiliés. Ce syndicat a pourtant connu une crise en 1979 : en son sein s’est formée une section démocratique dénommée Coordination nationale des travailleurs de l’éducation (CNTE). Cette section est née du rejet de la part d’un groupe d’enseignants de l’alliance entre le Syndicat et le pouvoir exécutif. La CNTE a participé à de grandes mobilisations d’enseignants en faveur de la démocratisation du fonctionnement du monde syndical, du Code du travail, de l’environnement social et politique. Depuis lors, les enseignants sont divisés en deux camps, ceux qui adhèrent aux alliances avec le pouvoir exécutif et ceux qui se reconnaissent dans une posture d’opposition qualifiée de « résistance démocratique ». Cet article s’attache à analyser le processus de formation du syndicat des enseignants mexicains face aux gouvernements en place et à observer les formes hétéronomes d’action politique des deux grands courants du syndicalisme enseignant.

Haut de page

Notes de la rédaction

Texte reçu le 17 juillet 2015, accepté le 27 janvier 2017.

Texte intégral

  • 1 Les États de Guerrero, de Oaxaca, de Michoacán et du Chiapas sont parmi les plus pauvres du Mexique (...)

1Le syndicat des enseignants est l’un des syndicats les plus importants du Mexique, tant en termes de nombre d’adhérents – plus de 1,2 million de personnes – que du fait de ses liens historiques avec l’État mexicain. Le Syndicat national des travailleurs de l’éducation (Sindicato Nacional de Trabajadores de la Educación - SNTE) s’organise en 59 sections réparties sur l’ensemble du territoire mexicain, ce qui en fait une organisation complexe au regard de son identité et de son expression politique. Deux positions divergentes s’y distinguent : la première, rassemblant la plupart des sections syndicales, qui partage en général les orientations gouvernementales concernant les politiques d’éducation et les enjeux liés au travail ; la seconde se situe dans une opposition qualifiée de « démocratique » et est perçue comme dissidente par la ligne officielle, et ce en alliance avec d’autres mouvements sociaux mexicains. C’est dans cette deuxième mouvance que se retrouvent certaines sections locales comme la section IX et des sections X et XI de Mexico, les sections XIV du Guerrero, XVIII du Michoacán, XIX du Morelos et XXII de Oaxaca1.

2Le syndicalisme enseignant mexicain a été très étudié [Peláez, 1984 ; 1990 ; Arnaut, 1992 et 1996 ; Foweraker, 1993 ; Cook, 1996 ; Hernández Navarro, 1997 et 2011 ; Street, 2001, entre autres]. Les formes de participation et d’action militante les plus récentes des différentes composantes du SNTE n’ont néanmoins pas fait l’objet d’une analyse systématique. Un des premiers objets de cet article est de resituer l’affrontement syndical et le processus de rupture interne dans leur contexte historique pour comprendre l’émergence de formes hétéronomes, différenciées et opposées de participation politique du corps enseignant dans le cadre des processus électoraux récents.

3Il est important de souligner qu’une partie du groupe dissident, la Coordination nationale des travailleurs de l’éducation (Coordinadora Nacional de Trabajadores de la Educación – CNTE – fondée en 1979), inclut dans son répertoire militant le recours aux manifestations et les stratégies politiques élaborées durant 35 ans d’opposition politique au parti au pouvoir. Pour leur part, les syndiqués de la tendance majoritaire (non-affiliés à la CNTE) ont construit leur participation politique sous la férule du Parti nouvelle alliance (Partido Nueva Alianza – Panal – créé en 2005) qui est de ce fait souvent appelé le « parti enseignant ». Des formes distinctes de positionnement et d’action politique séparent les deux groupes. La CNTE s’oppose non seulement au pouvoir exécutif mais aussi à la direction même du syndicat. Ce clivage marque donc un processus de différenciation interne dans l’action politique des enseignants qui se caractérise par une hétéronomie interne et une différenciation dans la participation. L’hétéronomie se comprend ici comme l’existence de certaines règles imposées, explicites ou implicites, qui assujettissent la conduite du corps enseignant à un pouvoir externe, exercé par le pouvoir exécutif par le truchement des dirigeants syndicaux.

4Cet article étudie le rôle d’Elba Esther Gordillo, ancienne dirigeante du syndicat et fondatrice du Panal, parti dont la majorité des membres sont des enseignants du courant majoritaire au sein du SNTE. Il est donc pertinent d’étudier la structure, les origines et le développement du SNTE pour mieux comprendre le processus qui a débouché sur des pratiques clientélistes et des arrangements politiques qui, au fil du temps, ont renforcé le rôle de la dirigeante syndicale à tel point que ce syndicat est le seul à avoir créé son propre parti politique. Nous analyserons le parcours du SNTE jusqu’à la fondation du Panal, conçu en tant que moyen de pression politique au service du syndicat des enseignants.

5La relation entre le syndicat d’enseignants et le Panal a été peu étudiée dans l’ensemble des travaux universitaires portant sur les mouvements enseignants mexicains. Certains étudient leur lien de manière spécifique [Leyva Piña, 2006 ; Muñoz, 2011] tandis que d’autres adoptent une approche plus générale [Bensusán et Tapia, 2011 ; Rodríguez Araujo, 2012]. Quoi qu’il en soit, ces analyses ne tiennent pas compte de la tension existant entre les formes hétéronomes de mobilisation des enseignants de la CNTE et les formes de mobilisation institutionnalisées du groupe allié à la direction du SNTE qui utilise le Panal comme outil de pression politique.

6Nous reviendrons tout d’abord sur les origines du syndicat et les scissions survenues à la fin des années 1960 afin de délimiter le contexte dans lequel émergeront les formes hétéronomes de mobilisation revendiquées par certains enseignants et dont d’autres se désolidarisent [Street, 2010]. Nous analyserons ensuite le développement hétéronome du syndicat des enseignants mexicains en trois temps, tout en montrant combien les deux tendances du syndicalisme enseignant se distinguent par certains aspects identitaires, notamment au niveau des formes de mobilisation. En premier lieu, l’émergence du SNTE sera étudiée dans le contexte de mobilisation sociale au Mexique, et les relations syndicales corporatives seront pensées à la lumière des intérêts des mouvements politiques au pouvoir. Les conflits d’intérêts à l’intérieur du syndicat sont l’expression de formes de perception distinctes des membres concernant leurs approches politiques, idéologiques et identitaires, ce qui conduit à la rupture et à la fondation de la CNTE. Nous aborderons ensuite les étapes les plus importantes de la lutte de la CNTE en insistant notamment sur les formes d’organisation des militants. Enfin, nous détaillerons la stratégie adoptée par le SNTE afin de gérer les rapports de force au sein de sa direction tout comme les positions politiques du syndicat. Nous aborderons dans ce cadre la fondation du Panal et sa participation aux scrutins présidentiels récents.

Interactions avec l’État et institutionnalisation du corporatisme

7La notion d’hétéronomie contribue à expliquer comment le pouvoir du syndicat détermine les stratégies de mobilisation et les formes de participation politique des enseignants mexicains. Le postulat de cet article est que la mobilisation hétéronome des enseignants mexicains est une conséquence des formes identitaires historiquement élaborées dans des contextes socio-économiques et politiques régionaux qui se trouvent, en conjonction avec le contrôle de l’État, à l’origine même du SNTE. Ces conditions ont débouché sur la construction d’une culture politique spécifique au corps enseignant qui, en dépit du poids de cette hétéronomie, continue d’évoluer ; elle est également influencée par les cultures régionales et les conditions de participation locales de chaque section du syndicat [Street, 2010 ; Loyo Brambila, 1997].

8L’État mexicain a d’abord favorisé la création du syndicat en lui garantissant le monopole de la représentation à condition qu’il s’assujettisse en contrepartie à un régime politique corporatiste. Cette hétéronomie a par la suite fait l’objet d’une contestation interne qui a entraîné des clivages et des dissidences au sein du SNTE. Cela dit, l’État n’autorisant l’existence que d’un seul syndicat par branche professionnelle, la CNTE ne peut exister qu’au sein du SNTE et non en tant que syndicat autonome. Il faut néanmoins signaler que, dans ce cadre hétéronome, les évolutions de la CNTE sont aussi le produit de configurations identitaires complexes issues du contexte local propre à chaque section syndicale, tout comme des logiques de la formation professionnelle des enseignants et des cultures politiques orientées sur la subordination aux dirigeants.

9L’un des facteurs d’explication de la solidité de ces relations hétéronomes réside dans les stratégies mises en place tout au long de l’histoire du corps enseignant mexicain, dans le cadre des politiques publiques en matière de formation professionnelle. Les programmes de formation ont favorisé l’émergence de profils professionnels à la fois respectueux des structures hiérarchiques institutionnelles et engagés sur le plan social. Dans le monde rural notamment, le personnage de l’enseignant a joué un rôle central dans l’histoire mexicaine dans la mesure où il a été l’un des vecteurs du nationalisme durant la première moitié du xxe siècle [Rockwell et Garay, 2014 ; Vaughan, 2012 ; Kovacs, 2012 ; Rockwell, 2007]. Les programmes de formation ont contribué à forger des identités cloisonnées qui se nourrissent des cultures locales, la lutte politique revêtant de ce fait des formes particulières dans les différentes régions du pays.

10De 1915 à 1920, après la Révolution, les différentes organisations d’enseignants ne parviennent pas vraiment à s’entendre et elles se réduisent à de petits groupes locaux [Medina, 1978]. À partir des années 1920, le volontarisme du gouvernement révolutionnaire en matière d’éducation va représenter un défi pour les syndicats enseignants. L’un des projets les plus ambitieux à la création du ministère de l’Éducation en 1921 est le projet « missions culturelles » dont José Vasconcelos, ministre de tutelle de l’époque, est à l’initiative. Il s’agit de construire un millier d’écoles normales rurales censées non seulement remplir une fonction éducative mais aussi jouer un rôle sociopolitique. Cette politique a des effets très importants sur le syndicalisme puisque les enseignants en milieu rural deviennent les promoteurs de la politique de l’État mexicain, y compris dans les villages les plus reculés. Ce sont des intellectuels et des militants au sein des communautés rurales. Leur rôle central s’étend progressivement au domaine sociopolitique et le volet pédagogique de leur mission passe au second plan. Au fil du temps, ce phénomène deviendra un véritable problème aux yeux de l’État [Padilla, 2009].

  • 2 Vicente Lombardo Toledano est l’idéologue et le dirigeant le plus important du mouvement ouvrier me (...)

11La période précédant la création officielle du SNTE est marquée par un contexte de crise politique profonde qui oppose diverses organisations d’enseignants notamment sur la question du soutien à apporter aux politiques gouvernementales. Les inspirations communistes de Vicente Lombardo Toledano influencent à l’époque très fortement les rapports entre syndicats et partis politiques2 ; sa proximité avec la Confédération des travailleurs du Mexique (Confederación de Trabajadores de México – CTM) implique une rupture irrémédiable avec les enseignants anti-communistes et les adhérents de la Confédération nationale paysanne (Confederación Nacional Campesina – CNC).

12Les divisions et l’éclatement des organisations syndicales [Ávila Carrillo et Martínez Brizuela, 1990] à la fin des années 1930 et au début des années 1940 conduisent à un affrontement direct entre les groupes partisans des liens avec l’État et du soutien aux politiques du ministère de l’Éducation et ceux qui prônent une organisation plus autonome [Vaughan, 1997, 2002 ; Medina, 1978].

  • 3 Au cours des années 1940, le ministre de l’Éducation nationale, Luis Sánchez Pontón, décrète que to (...)
  • 4 Pour une définition générale du corporatisme, nous nous appuyons ici sur l’interprétation de Schmit (...)

13Le point culminant des affrontements idéologiques se produit au début des années 1940 entre le Syndicat national autonome des travailleurs de l’éducation (Sindicato Nacional Autónomo de Trabajadores de la Educación – Snate) et le Front révolutionnaire des instituteurs du Mexique (Frente Revolucionario de Maestros de México, FRMN), lié à l’État qui mène une campagne de presse afin de discréditer le Snate aux yeux de l’opinion publique. Dès lors, l’État décide de réprimer sévèrement les affrontements entre les différents syndicats enseignants et d’imposer le monopole de la représentation3. Ces événements, couplés aux politiques corporatives dans le monde du travail du président Manuel Ávila Camacho, marquent un infléchissement important dans les rapports qu’entretiennent l’État et les syndicats [Rockwell, 2014 ; Medina, 1978]. Le corporatisme devient alors l’axe autour duquel s’organisent les relations entre les travailleurs, les syndicats et l’État4. Le SNTE apparaît en tant que tel au cours des années 1940 à l’initiative du président de la République, le but étant d’assurer le contrôle politique du corps enseignant. Dès l’origine, avec la fusion du Snate et du FRMN, le syndicat est subordonné aux gouvernements successifs. Le SNTE est conçu comme une organisation de collaboration avec le pouvoir, ses principes fondateurs sont directement influencés par l’idéologie nationaliste du parti hégémonique. Cela permet au pouvoir de contrôler le corps enseignant, notamment dans les zones rurales où la multiplication des révoltes devient problématique. En effet, les revendications des instituteurs ruraux ne portent pas seulement sur les questions de droit du travail mais également sur des thématiques sociales – pauvreté, santé, exploitation de la terre, précarité [Rockwell, 2007 ; Arnaut, 1996].

  • 5 Parmi les acteurs politiques à avoir soutenu la création du syndicat, nous retiendrons le président (...)

14Les stratégies corporatives du gouvernement ne parviennent pas à résoudre les conflits de fond mais donnent l’illusion d’une certaine harmonie par la « légalisation du conflit », une institutionnalisation qui permet de préserver le contrôle étatique [Leal, 1975]. Les organisations syndicales deviennent des organisations subordonnées au parti hégémonique qui, en échange, cède en partie aux revendications des travailleurs, mais accorde surtout d’importants avantages politiques et financiers aux dirigeants syndicaux. Ce fonctionnement corporatiste est une caractéristique du SNTE dès sa création en décembre 1943 [Peláez, 1999] avec le soutien du ministre de l’Éducation de l’époque et d’autres acteurs politiques importants5.

15Dès le départ, le SNTE ne se concentre pas vraiment sur les intérêts de ses membres et ses actions se limitent à collaborer avec l’État. Aux yeux de ses opposants, le SNTE est un syndicat assujetti à l’État et aux classes dominantes qui ne s’intéresse guère aux travailleurs et qui, en raison des statuts qui lui assurent le monopole de la représentation syndicale, peut devenir une force politico-syndicale sans précédent au sein même du pouvoir [Hernández Navarro, 2011]. Associant un profil professionnel corporatiste à une action politique, voire patronale, l’organisation se transforme de fait en une branche du pouvoir. Bien qu’il soit censé représenter les intérêts économiques et professionnels de ses membres, le syndicat se positionne également en tant que défenseur des intérêts de ses propres dirigeants. Il intervient sur des questions dépassant largement la défense des travailleurs et les politiques en matière d’éducation [Ávila Carrillo et Martínez Brizuela, 1990].

16Cinq facteurs expliquent la puissance acquise par ce syndicat au cours de ses soixante-dix ans d’existence : sa grande capacité de mobilisation, sa pénétration et son influence dans les domaines primordiaux de l’Éducation nationale, ses stratégies efficaces pour propulser ses membres à des postes de représentation politique, l’établissement d’alliances avec des acteurs centraux de la structure gouvernementale et les énormes moyens financiers qu’il tire principalement des cotisations des travailleurs [Hernández Navarro, 2011]. Le pouvoir du syndicat dépend de l’organisation corporatiste de la profession dont les acteurs sont par définition présents sur l’ensemble du territoire mexicain.

17Progressivement, les enseignants, outre leur fonction de promotion de la cohésion sociale au niveau local, sont devenus des acteurs à part entière de la vie politique [Street, 2001]. Les hauts-fonctionnaires du ministère de l’Éducation nationale ainsi que de nombreux inspecteurs d’académie sont également membres du SNTE et jouent donc les intermédiaires entre l’État et la base. L’histoire du SNTE n’est pas pour autant totalement linéaire. Sa participation et son influence politique peuvent évoluer en fonction des relations que ses dirigeants entretiennent avec le pouvoir à différents niveaux [Hernández Navarro, 1997].

18Cette proximité entre le pouvoir et les représentants syndicaux se manifeste tout au long de l’histoire du SNTE, au cours de laquelle les dirigeants du syndicat ont entretenu des relations politiques pendulaires avec les gouvernements en place. Dans certains cas, les dirigeants exercent des pressions sur le gouvernement tandis que dans d’autres, ils adoptent des stratégies de dispersion et de démobilisation. Cet effet de balancier – ou ce double jeu – est favorisé par l’inertie structurelle du syndicat qui découle de ses statuts mais dépend également de l’action individuelle de tel ou tel dirigeant et de l’utilisation qu’il fait de ses relations avec le pouvoir politique. C’est dans ce contexte, qui définit l’histoire du SNTE jusqu’aux années 1960, que certains groupes vont réclamer une plus grande démocratie interne [Bensusán et Tapia, 2011].

19Au cours des années 1970, le SNTE connaît l’une des crises les plus importantes depuis sa création. Des protestations éclatent dans plusieurs régions du pays et débouchent sur une véritable révolte des enseignants en lutte pour la démocratisation syndicale et contre la brusque détérioration de leurs conditions de travail et salariales [Trejo, 1990]. En 1979, le Chiapas accueille le premier Forum national des travailleurs de l’éducation, organisé par un groupe d’enseignants qui a pris le nom de « Fraction démocratique du SNTE ». C’est de cette structure qu’émergera la CNTE. En dépit de sa taille réduite, c’est une organisation très importante dans la mesure où elle représente l’un des milieux les plus actifs dans les luttes sociales du pays. À l’instar du SNTE, elle s’intéresse à des thématiques qui dépassent les questions liées à l’enseignement [Arnaut, 1992].

  • 6 Dans ces États, face à la contestation, le pouvoir fédéral n’a pas hésité à mettre en place des str (...)

20Le combat de la CNTE perdure dans un affrontement avec la direction du SNTE. Le rassemblement d’une partie des enseignants au sein de la CNTE a été réalisé grâce à la vitalité des mouvements sociaux locaux de l’époque, en particulier au Chiapas, au Tabasco, dans les montagnes du Guerrero et de La Laguna6. Ce rassemblement repose sur quatre revendications : le redécoupage de la « carte salariale » (ajustement des salaires en fonction du coût de la vie dans chaque région du pays), la stabilité de l’emploi, l’augmentation des salaires et la lutte contre les formes de corporatisme syndical utilisées pour contrôler les enseignants. La caractéristique principale de la CNTE est que l’élan des luttes provient depuis toujours des bases locales ; les luttes locales dépassent ainsi leur contexte initial pour se transformer en mouvements nationaux. À partir de 1979, les deux groupes, celui du SNTE et celui de la CNTE, sont en tension permanente [Peláez, 1999]. Pour certains spécialistes, l’émergence de la CNTE est due en grande partie au fait que sa base sociale est mieux informée et plus politisée que lors des décennies précédentes, du fait d’une meilleure formation et d’un niveau d’études plus élevé des enseignants [Hernández Navarro, 2011].

21Les grandes mobilisations de la CNTE des années 1980 sont un bon exemple du poids politique qu’elle a rapidement atteint. Elle rassemble à l’époque une partie non négligeable des enseignants lors de manifestations qui ne sont pas nécessairement organisées par des partis politiques. La CNTE mobilise des groupes se réclamant des différents courants de la gauche politique. Leur influence dépend des conditions spécifiques de la section CNTE où elles entrent en action et des conditions sociales, idéologiques et culturelles de la vie communautaire des régions sur lesquelles se construira progressivement un certain type d’identification au mouvement [Street, 2003].

La lutte dissidente de la CNTE

22Le combat de la CNTE trouve son origine dans une fracture au sein du SNTE. Les membres de la CNTE font l’objet de violentes persécutions de la part de la direction du SNTE, notamment du groupe « avant-garde révolutionnaire », créé par le dirigeant du syndicat Carlos Jongitud Barrios en vue d’étouffer toute expression dissidente. Il se compose de casseurs et d’infiltrés organisés selon un système d’allégeance [Arnaut, 1992]. Les membres du groupe sont récompensés par des avantages financiers et des privilèges syndicaux souvent liés à l’accession à des postes politiques de moyenne importance au sein du parti au pouvoir, le Parti de la révolution institutionnelle (PRI).

23La CNTE se crée dans un contexte difficile pour les tendances syndicales d’opposition dites « démocratiques » au sein du mouvement ouvrier mexicain ; en effet, dans la majorité des syndicats, ces tentatives de démocratisation ont échoué. Les dirigeants de la CNTE entretiennent des liens étroits avec les écoles rurales ; ils sont nombreux à également porter la casquette de représentants ou responsables d’organisations paysannes et à jouer à la fois sur le tableau de l’éducation et sur celui de la défense des paysans. Les militants les plus actifs de la CNTE sont les enseignants bilingues issus des peuples autochtones et de très nombreux enseignants exerçant dans les zones rurales contrôlées par des dirigeants de la fraction dissidente ; cette fraction s’ancre ainsi plus profondément dans les foyers historiques des luttes paysannes [Hernández, 2011]. Ce contexte influence le profil militant des enseignants de la CNTE qui sont nombreux à s’engager parallèlement dans des organisations révolutionnaires et des partis politiques progressistes. On retrouve aussi parmi les membres de la CNTE des formateurs, dirigeants ou conseillers d’organisations populaires paysannes et urbaines, et, plus récemment, des défenseurs de l’environnement, de l’éducation publique et des pédagogies alternatives [Hernández Navarro, 1997 ; Trejo, 1990].

24La légitimité et l’efficacité organisationnelles de la CNTE ne reposent pas sur la légalité de ses statuts mais sur ses capacités de mobilisation. La fraction dissidente est dotée d’un système de représentation directe, avec des comités de lutte, des conseils centraux, des commissions de coordination et des brigades. Les mouvements intégrés à la CNTE suivent des tactiques régionales et se rassemblent ensuite autour d’un certain nombre de points communs dans une lutte portée au niveau national. Le renouvellement des dirigeants est constant ; par mesure de principe, les représentants syndicaux sont tenus de retourner régulièrement enseigner dans leurs établissements. Si ce mode d’organisation est apparemment homogène dans les zones d’implantation de la CNTE, l’organisation n’en est pas moins traversée par des dissensions internes tandis que différents courants syndicaux, politiques et idéologiques coexistent en son sein. À l’origine, deux blocs principaux se distinguent : le premier, constitué par les tenants de la Ligne prolétaire (Línea Proletaria)et du Groupe peuple (Grupo Pueblo), et le second qui regroupe les militants du Parti révolutionnaire des travailleurs (Partido Revolucionario de los Trabajadores – PRT), les écoles techniques d’agriculture et de pêche et les enseignants membres de l’Association civique nationale révolutionnaire (Asociación Cívica Nacional Revolucionaria – ACNR). Par ailleurs, d’autres membres de la CNTE se réclament davantage de la franc-maçonnerie et de la gauche radicale. Ces différences vont progressivement dégénérer en conflits internes [Padilla, 2009 ; Ávila Carrillo et Martínez Brizuela, 1990].

25En dépit des dissensions internes et du climat tendu qui règne à la fin des années 1980, les instituteurs et les professeurs de collège membres de la CNTE entreprennent une série de grèves suivies en 1987 par près de 200 000 enseignants protestataires. Pendant deux ans (1988-1989), le mouvement ne cesse de s’amplifier [Trejo, 1990]. La force du mouvement est attestée par sa capacité de mobilisation : en quelques mois, on dénombre 41 manifestations, 18 meetings, 60 assemblées de sections, 6 assemblées nationales, 2 occupations de bâtiments publics, 6 grèves et 32 tables rondes [Ávila Carrillo et Martínez Brizuela, 1990]. Ces mobilisations constituent un terreau favorable pour exiger la démission de Carlos Jongitud qui dirige le SNTE depuis 1972. Face à ces fortes pressions, le gouvernement de Carlos Salinas de Gortari sera contraint de pousser le dirigeant à la démission (23 avril 1989). Elba Esther Gordillo Morales remplace alors le dirigeant déchu. C’est ainsi que s’ouvre l’une des étapes stratégiques du positionnement politique du SNTE qui sera marquée, jusqu’en 2012, par la participation de la dirigeante du syndicat aux principaux cercles du pouvoir national [Hernández Navarro, 2011].

26Le changement de direction va engendrer une évolution des dynamiques de mobilisation des enseignants aussi bien au sein du SNTE que de la CNTE. Bien que le principe de lutte de « la fraction démocratique » ne soit pas abandonné, la diversité des groupes et des courants internes de l’opposition fragilise les possibilités de conduire une action unifiée. Malgré ses divergences internes, la CNTE parvient à s’imposer par l’organisation de manifestations de masse. La stratégie consiste alors à s’appuyer sur des mobilisations échelonnées et sur des actions visant à accroître progressivement le niveau de pression sociale. La totalité des travailleurs d’une école, d’une zone ou d’une section ne se mobilisant pas dès le départ lors d’une manifestation, d’un débrayage ou d’une grève, il s’agit pour les éléments les plus actifs ou visibles de prendre l’initiative et d’attendre que les bases syndicales plus modérées les rejoignent ; en fin de course, la mobilisation s’amplifie et attire les groupes politiquement moins informés. C’est cette stratégie qui a permis à la CNTE d’organiser des grèves de longue durée [Peláez, 2011].

27Le succès de la lutte de la CNTE ne s’expliquerait pas sans la dégradation du SNTE sous les règnes interminables de trois dirigeants aussi puissants que Jesús Robles (1949-1972), Carlos Jongitud (1972-1989) et Elba Esther Gordillo (1989-2013). Pour contrer l’opposition interne de la CNTE, cette dernière tente durant les premières années de son mandat de reconstruire l’image du syndicat auprès des médias et de la société en général. La stratégie retenue passe par la concession d’espaces de pouvoir à la CNTE, la mise en œuvre d’accords de partenariat avec les syndicats universitaires et les syndicats d’électriciens, sans pour autant abandonner les pratiques clientélistes. Cette stratégie de positionnement politique aura d’importantes répercussions pendant les deux mandats (2000-2012) du parti conservateur, le Parti d’action nationale (PAN) à la tête du pouvoir exécutif fédéral et se traduira par une droitisation du syndicat enseignant [Bensusán et Tapia, 2011].

Des alliances politiques aux urnes

  • 7 Le « sale boulot » consiste à infiltrer les enseignants syndiqués dans les différentes commissions  (...)

28Le syndicat enseignant est un acteur important du jeu politique en raison de sa participation à la dynamique des alliances électorales. Durant les années 1990, la dirigeante du SNTE s’appuie sur la structure syndicale nationale pour construire un important réseau de militants qui, à l’occasion des élections, seront présents dans les bureaux de vote de l’ensemble du pays. En s’assurant ainsi l’accès aux premiers résultats, au contrôle des informations et à la possibilité d’effectuer le « sale boulot7 » dans les urnes, le syndicat est en position de force pour négocier auprès des partis politiques l’obtention de privilèges individuels pour ses membres, ses dirigeants et affiliés [Raphael, 2007 ; Cano et Aguirre, 2008]. La structure du SNTE lui permet en effet d’établir des réseaux, d’organiser des meetings et de mobiliser une structure sociale présente dans toutes les localités du pays. Cette présence lui assure une capacité d’action permanente qui devient particulièrement visible à l’occasion des rendez-vous électoraux.

29Vers la fin du mandat présidentiel d’Ernesto Zedillo (au cours de l’année 2000), Elba Ester Gordillo opère un rapprochement avec le Parti d’action nationale (PAN) par l’intermédiaire de Vicente Fox, futur président du Mexique (2000-2006), le tout sans couper complètement les ponts avec le PRI. Lors des élections présidentielles qui porteront Fox au pouvoir, un groupe important du SNTE est chargé d’effectuer les sondages de sortie des urnes. La dirigeante syndicale est ainsi la première à être avertie de la victoire imminente du PAN ; elle entreprend immédiatement des négociations en arguant de sa capacité à mobiliser les enseignants pour contrôler le scrutin dans les communes rurales stratégiques [Cano et Aguirre, 2008].

30C’est à cette période que Gordillo lance l’un de ses projets les plus ambitieux, la création d’un parti politique. La première étape est la création d’un « groupement politique national » (APN), figure juridique qui, étant reconnue par l’Institut fédéral électoral (IFE, devenu depuis l’Institut national électoral, INE), peut bénéficier de ressources publiques allouées au fonctionnement des partis politiques. Il s’agit de l’Association citoyenne des enseignants (ACM), créée en 2002 et déclarée auprès de l’IFE. Grâce à ce groupe, la dirigeante du syndicat peut avoir accès à une série de dispositifs matériels, techniques et humains liés aux échéances électorales [Raphael, 2007 ; Cano et Aguirre, 2008]. La création de ce groupe annonce également une prise de distance par rapport au PRI.

31La création du Panal en 2005 signe la rupture officielle entre Gordillo et le PRI. Même si les résultats électoraux nationaux restent modestes (2 % des voix lors des élections présidentielles de 2012), la présence du Panal n’est pas négligeable si l’on considère sa relative indépendance des autres partis importants. Le parti réussit à conserver la première place parmi les petits partis (hors PRI/PAN/PRD). Il obtient des sièges au niveau municipal et dans certaines assemblées locales, à tel point qu’il constitue actuellement la deuxième force politique de l’État d’Hidalgo et la troisième de l’État de Mexico, derrière le Parti de la révolution démocratique (PRD) [INE, 2012].

32La création d’un parti politique de cette nature est sans précédent au Mexique. Le 30 janvier 2005, avec le soutien du Groupe politique nouvelle génération, le Panal tient son assemblée constituante. Si le parti et le SNTE essayent de convaincre l’opinion publique que les deux organisations n’ont aucun lien, dans les faits, l’organisation du parti est confiée au comité exécutif national du SNTE où œuvrent 54 sections du syndicat présentes dans tout le pays à l’exception de l’État de Oaxaca. La participation des enseignants aux congrès locaux et fédéraux du Panal, notamment aux commissions concernant l’éducation, est ainsi assurée. Leur rôle principal est d’intervenir dans l’élaboration des programmes politiques concernant l’éducation que Gordillo ne peut plus contrôler depuis qu’elle a été exclue du PRI en 2006 [Muñoz, 2011 ; Cano et Aguirre, 2008].

  • 8 Le PRI connaît une très forte crise interne à la fin des années 1990 et au début des années 2000. L (...)
  • 9 La confrontation directe avec Roberto Madrazo a dévoilé les stratégies de Gordillo en vue d’établir (...)

33Il est important de rappeler que Gordillo s’était encartée au PRI dans les années 1970, au même moment où elle avait adhéré au SNTE. Dans les années 1990, elle y jouit d’une influence croissante comme en atteste sa désignation par le président Carlos Salinas de Gortari à la tête du SNTE. Le tournant se situe en 2002 ; Gordillo occupe alors les fonctions de secrétaire générale du PRI que dirige Roberto Madrazo Pintado. La désagrégation imminente du parti8 et les relations difficiles qu’elle entretient avec Madrazo la conduisent à se rapprocher de Fox et à établir un important réseau de relations politiques avec le PAN9. Malgré les frictions importantes avec une partie du PRI, Gordillo est nommée en 2003 coordinatrice du parti, elle remplace alors Madrazo qui, pour sa part, se lance dans la campagne des primaires du PRI en vue des élections présidentielles de 2006 [Raphael, 2007].

34Loin d’apaiser les tensions internes au sein du PRI, la désignation de Gordillo élargit encore davantage la fracture. Même si elle est affaiblie au sein du parti, son pouvoir à la tête du SNTE n’est pas remis en cause ; en 2004, elle est reconduite pour la troisième fois à la tête du syndicat et parvient à consolider le projet de parti politique des enseignants, le Panal [Leyva, 2006], avec deux caractéristiques : d’une part, le SNTE est la seule organisation syndicale du Mexique à posséder son propre parti et, d’autre part, c’est une coquille vide sans véritable orientation politique et idéologique, son évolution se caractérisant par son opportunisme et son pragmatisme politique [Leyva, 2006].

35Quelques mois après avoir obtenu l’inscription du Panal auprès de l’IFE, Gordillo démissionne de la direction du PRI en arguant de divergences politiques. Après la fondation du Panal, des milliers d’enseignants-militants encartés au PRI rejoignent le nouveau parti. Les pratiques politiques internes au Panal s’inscrivent dans la continuité de celles du SNTE dans la mesure où elles se caractérisent d’abord par le fait de réunir aux postes de direction des dirigeants du syndicat et des enseignants, et ensuite par le maintien des relations corporatistes à l’intérieur du parti [Muñoz, 2011 ; Leyva, 2006].

  • 10 Le candidat du Panal obtient 0,96 % des voix à l’élection présidentielle ; le parti fait un score d (...)

36En juillet 2006, Gordillo est définitivement exclue du PRI. Cette exclusion intervient dans un contexte électoral marqué non pas par le nombre de voix obtenues par le Panal10 mais par le déclin du PRI, relégué à une déshonorante troisième place (derrière le PAN et le PRD). Des spécialistes du syndicalisme de l’éducation considèrent que Gordillo est la principale responsable de ce déclin : durant toute la campagne, elle a exercé une influence notable sur l’IFE et sur son conseiller-président, Luis Carlos Ugalde. Elle a entretenu des liens étroits avec différents gouverneurs du nord du pays et d’autres fonctionnaires bien placés sur l’échiquier politique qui « lui doivent leur poste » [Hernández Navarro, 2011, p. 481].

37La stratégie politique du Panal n’est pas de viser la présidence de la République mais de se positionner comme un parti parlementaire afin d’obtenir une représentation significative au Parlement (en 2006, le Panal a 25 députés fédéraux et 4 sénateurs). Il s’agit donc de présenter un candidat susceptible d’obtenir un pourcentage de suffrages suffisant au maintien de son inscription auprès de l’IFE [Leyva, 2006]. Il faut également préciser que bien que la base du parti soit composée d’enseignants liés au SNTE, d’autres éléments formés en dehors du syndicat et totalement extérieurs à celui-ci ont été judicieusement placés à la direction du parti afin de convaincre l’opinion de ses origines diversifiées et de son indépendance vis-à-vis de la direction du SNTE. Le Panal a veillé à ce que ses règles internes ne révèlent aucune relation entre le parti et le SNTE. Certains de ses principes sont ainsi ouvertement opposés à ceux du SNTE et à ceux du PRI, le parti militant en faveur notamment de l’ouverture des marchés, y compris celui de l’éducation [Muñoz, 2011].

38Le Panal défend des intérêts et développe des relations de pouvoir qu’il n’est pas évident de mettre à jour. Le fonctionnement visible du parti repose sur une légitimité institutionnelle irréprochable (respect des délais et des procédures, inscription auprès de l’IFE, autorisations des autorités électorales en règle, respect de la loi dans la vie publique du parti). Or ce sont les manœuvres en coulisses qui lui ont permis de devenir la quatrième force politique du pays. Deux aspects sont ici particulièrement problématiques : d’une part, l’opacité totale concernant les transferts de ressources financières et humaines du SNTE au Panal, et, d’autre part, la méconnaissance totale des enseignants-militants de la stratégie politique du parti où ils sont pourtant encartés. Pour l’Observatoire citoyen de l’éducation (OCE), le Panal est une institution politique autonome avec un fonctionnement interne vertical et « de niche » propre au syndicalisme mexicain :

« Le Panal est une organisation qui se développe grâce à la réforme électorale de 1996 dont les acteurs du régime autoritaire et du corporatisme syndical tirent également bénéfice. La force politique s’appuie sur le SNTE, sur le nombre de ses affiliés, et sur un niveau d’influence considérable dont témoignent les cadres dont il dispose dans tout le pays » [OCE, non daté, p. 4]11.

39La création du Panal a engendré une importante reconfiguration des alliances politiques ; pour les élections présidentielles de 2006, Gordillo, soit le SNTE et le Panal, fait alliance avec Felipe Calderón, candidat du PAN. Celui-ci récompense à son tour Gordillo en recrutant certains de ses proches au gouvernement ou au sein de la haute fonction publique ; c’est le cas, par exemple, de Tomás Ruiz González, ancien président du Panal nommé au ministère des Finances, de Miguel Ángel Yunes au ministère de la Justice, de Roberto Campa Cifrián, ex-candidat à la présidence du Panal, nommé au Système national de sécurité publique, d’Enrique Moreno Cueto à l’Institut de la sécurité et des services sociaux des travailleurs de l’État (Issste) et de Francisco Yáñez au Fonds pour le logement de l’Issste [Hernández Navarro, 2011 ; Cano et Aguirre, 2008].

40En plaçant ses alliés à des postes importants, Gordillo s’assure leur loyauté [Hernández Navarro, 2011]. La manœuvre renforce son influence et lui garantit une certaine impunité. Le rôle du Panal va cependant évoluer en fonction du contexte politique. Le projet idéologique du parti est subordonné au réseau d’alliances qui forme un groupe d’intérêt autour de la dirigeante des enseignants, cette dernière utilisant parallèlement le pouvoir que lui confère le SNTE. Le système politique mexicain lui permet de participer à l’élaboration des politiques d’éducation mises en œuvre dans l’ensemble du système mexicain [Muñoz, 2011]. Les positions du Panal peuvent évoluer en faveur d’autres partis au nom du pragmatisme politique, au gré de ses propres intérêts ; le seul dénominateur commun de son fonctionnement est qu’il négocie avec les autres forces politiques les suffrages qu’il peut leur apporter. Le SNTE, par l’intermédiaire du Panal, participe donc indirectement à la politique nationale et devient ainsi une véritable force politique [Leyva, 2006]. De son côté, en soutenant le parti, le syndicat consolide sa stratégie d’unification interne face aux menaces de scission.

  • 12 Les résultats sont consultables sur le site internet de l’INE : http://www.ine.mx/archivos3/portal/ (...)
  • 13 À partir de l’alternance amenée par l’élection présidentielle de 2000, le Mexique passe d’un systèm (...)

41En 2006, le Panal a donc 9 députés et 1 sénateur élus et entretient des relations étroites avec des députés d’autres partis, comme Benjamín González du PAN ou Rafael Moreno Valle du PRI (entre autres). Lors des élections législatives fédérales de 2009, il obtient un nombre légèrement inférieur d’élus (8 députés et 1 sénateur), mais son influence se maintient au niveau local12. Ces résultats sont incontestablement liés à l’organisation du SNTE en sections régionales : le Panal est assuré d’être présent sur l’ensemble du territoire, ce qui a un impact direct lors des élections municipales. Ainsi, ce parti négocie ses alliances comme s’il échangeait des biens. C’est précisément cette caractéristique qui fait du Panal un parti plus important et plus influent dans le système politique mexicain que d’autres formations de petite taille comme Convergence, le Parti vert écologiste du Mexique et le Parti du travail, dans un cadre politique caractérisé désormais par le multipartisme13. Avant les élections présidentielles de 2012, le Panal est donc impliqué dans une série d’alliances complexes qui rassemblent divers acteurs et partis politiques. Le parti peut compter sur la loyauté de 12 délégués du PRI dans des États fédérés mais aussi sur celle des présidents de comités locaux et des dirigeants de la Confédération nationale des organisations populaires (Confederación Nacional de Organizaciones PopularesCnop).

42Le retour au pouvoir du PRI en 2012 avec la victoire d’Enrique Peña Nieto constitue un revers pour la dirigeante du SNTE. Le 26 février 2013, Gordillo est arrêtée et accusée de détournement de fonds publics et de participation au crime organisé. À ces accusations s’ajoutent en cours d’année des plaintes d’enseignants membres des diverses délégations de la CNTE pour mauvaise gestion des ressources syndicales, abus de confiance et escroquerie [Rodríguez Araujo, 2012]. Ces événements menacent évidemment l’avenir du Panal.

43Depuis son arrivée au pouvoir, le gouvernement de Peña Nieto a engagé des réformes de la loi sur le travail et de l’article 3 de la Constitution mexicaine qui porte sur l’éducation ; elles suscitent une très forte opposition du corps enseignant. Elles sont en réalité étroitement liées car la réforme de l’éducation est avant tout une réforme du droit du travail qui modifie les conditions de travail des enseignants. Comme l’on pouvait s’y attendre, la CNTE s’associe aux mobilisations organisées par d’autres syndicats et formations politiques pour protester contre la réforme de la loi sur le travail, tandis que, pour sa part, le SNTE reste muet. En novembre 2012, la loi est votée au Parlement en première lecture par le PRI, le PAN et le Panal.

44Par ailleurs, la réforme de l’éducation de 2012 restreint les droits du travail des enseignants et engendre de nombreux débats et mobilisations plus intenses tandis que la violence de la répression se durcissent. La CNTE joue un rôle central dans ces mobilisations. Les actions les plus radicales menées dans les États du Michoacán et du Guerrero seront réprimées par l’armée. De son côté, le SNTE se prononce publiquement en faveur de la réforme et fait campagne auprès des enseignants pour obtenir leur soutien. Suite à l’incarcération de Gordillo, le nouveau dirigeant du SNTE, Juan Díaz de la Torre, se rallie immédiatement aux directives du gouvernement d’Enrique Peña Nieto. La logique historique de subordination du syndicat au pouvoir se remet en place alors que la dissidence continue à mobiliser dans les rues une grande partie du pays.

Conclusion

45La forme hétéronome de la mobilisation des enseignants au Mexique s’explique en partie par les perceptions que les membres de ces collectifs ont de leurs rôles d’éducateurs et d’acteurs incontournables des processus sociaux et politiques du pays. De fait, et en raison de la structuration historique du corps enseignant, les membres du SNTE tout comme ceux de la CNTE sont en capacité de peser sur leur environnement immédiat [Arnaut, 1996]. Leur influence est particulièrement importante dans les zones les plus défavorisées. Même si l’image de l’instituteur s’est détériorée au fil du temps, le personnage reste une référence dans les communautés rurales. En ce sens, il existe une détermination propre à l’enseignant qui le conduit à donner sens à ses actions par l’affiliation à l’un des deux courants existants à l’intérieur du syndicat. Le corps enseignant constitue ainsi un groupement professionnel organisé qui, malgré des moyens et des objectifs diversifiés en interne, cultive la cohésion en vue de conduire des actions sociales, politiques ou pédagogiques influençant ce qui se passe à l’intérieur et à l’extérieur des salles de classe.

46Le syndicat des enseignants mexicains a connu une rupture interne fondamentale à la fin des années 1970 entraînant une différenciation des formes de mobilisation et de résistance. Le recours à la notion d’hétéronomie permet de comprendre une culture politique spécifique qui se nourrit de la multiplicité et de la complexité des conditions sociales, économiques et politiques locales dans lesquelles se sont constituées les sections syndicales. Les identités politiques construites à partir du contexte local s’associent ainsi dans chaque région aux logiques professionnelles des enseignants. Les formes hétéronomes de mobilisation des enseignants s’inspirent de régimes d’action fondés sur des règles imposées qui soumettent le comportement des mobilisés au contrôle des leaders – qu’ils soient issus de la dissidence ou du courant hégémonique du SNTE – mais aussi sur des initiatives très diverses, ce qui réduit les possibilités de parvenir à un mouvement enseignant unifié.

47Les implications de cette situation sont importantes dans la mesure où, tout au long de son histoire, le mouvement des enseignants mexicains a participé à des mobilisations sociales plus générales. En tant que fraction dissidente du SNTE, la CNTE est bâtie sur l’activité protestataire qui prend néanmoins des formes différentes dans chaque région. De son côté, le SNTE adopte une conduite plus homogène de participation politique subordonnée aux décisions des dirigeants des sections qui appliquent les décisions imposées par la direction syndicale nationale. Cette caractéristique a permis la constitution d’un parti politique (le Panal) capable de négocier avec les partis politiques les plus importants du Mexique. Le développement même du syndicat des enseignants a conduit progressivement à l’expansion d’une force politique très importante, en dépit de formes différenciées de participation qui oscillent entre l’hétéronomie et la différenciation. Ces formes complexes ont contribué à façonner des identités fortes, constamment engagées dans des logiques de confrontation et de négociation avec les gouvernements sur des terrains politiques très divers.

Haut de page

Bibliographie

Arnaut Alberto, Historia de una profesión: los maestros de educación primaria en México, 1887-1994, Mexico, SEP, Biblioteca del normalista, 1996.

Arnaut Alberto, La evolución de los grupos hegemónicos del SNTE, Mexico, CIDE, 1992.

Ávila Carrillo Enrique et Martínez Brizuela Humberto, Historia del movimiento magisterial (1910-1989) : democracia y salario, Mexico, Ediciones Quinto Sol, 1990.

Bensusán Graciela et Tapia Luis Arturo, « El SNTE: una experiencia singular en el sindicalismo mexicano », El Cotidiano, Universidad Autónoma Metropolitana Unidad Azcapotzalco, n° 168, juillet-août 2011, p. 17-32.

Cano Arturo et Aguirre Alberto, Doña Perpetua: el poder y la opulencia de Elba Esther Gordillo, Mexico, Grijalbo, 2008.

Cook María Lorena, Organizing Dissent: Unions, the State, and the Democratic Teachers’ Movement in Mexico, Penn State University Press, 1996.

Combes Hélène, Faire parti : trajectoires de gauche au Mexique, Paris, Khartala, 2011.

Cortina Regina, « Gender and Power in the Teacher’s Union of Mexico », Mexican Studies/Estudios Mexicanos, vol. 6, nº 2, été 1990, p. 241-262.

Del Castillo Gloria et Azuma Alicia, La reforma y las políticas educativas: impacto en la supervisión escolar, Mexico, Flacso, 2009.

Foweraker Joe, Popular Mobilization in Mexico: The Teachers’ Movement, 1977-1987, Cambridge University Press, 1993.

Foweraker Joe et Craig Ann, Popular Movements and Political Change in Mexico, Lynne Rienner Publishers, 1990.

García Carlos, « El sindicalismo mexicano frente al modelo neoliberal », in Hom-Detley et Manfred Wannoffel (dir.), Modelo neoliberal y sindicatos en América Latina, Mexico, Fundación Friedich Ebert, 1993.

González Villarreal Roberto, « La irrupción: condiciones de emergencia del Movimiento Magisterial de Bases », El Cotidiano, Universidad Autónoma Metropolitana Unidad Azcapotzalco, n° 154, mars-avril 2009, p. 75-84.

Hernández Navarro Luis, Cero en conducta: crónicas de la resistencia magisterial, Mexico, Izquierda Social, 2011.

Hernández Navarro Luis, « SNTE: la transición difícil », in Sergio Zermeño (dir.), Movimientos sociales e identidades colectivas, Mexico, Centro de Investigaciones Interdisciplinarias en Ciencias y Humanidades/Unam/La Jornada Ediciones, 1997, p. 235-280.

Leal Felipe, México, Estado, burocracia, y sindicatos, Mexico, El Caballito, 1975.

Leyva Piña Marco Antonio, « Partido Nueva Alianza: la metamorfosis del SNTE en partido », El Cotidiano, Universidad Autónoma Metropolitana Unidad Azcapotzalco, n° 141, janvier-février 2006, p. 54-64.

Lombardo Toledano Vicente, La libertad sindical en México (1926), Mexico, Universidad Obrera de México, 1974.

Loyo Brambila Aurora, « Las ironías de la modernización: el caso del SNTE », Los actores sociales y la educación: los sentidos del cambio (1988-1994), Mexico, Unam/Plaza y Valdés, 1997.

Loyo Brambila Aurora, « Sindicalismo y educación en México: las voces de los líderes », Revista Mexicana de Sociología, Mexico, vol. 59, nº 3, juillet-septembre 1997, p. 345-349.

Medina Luis, Del cardenismo al avilacamachismo, Mexico, El Colegio de México, 1978.

Millon Robert P., Vicente Lombardo Toledano: biografía intelectual de un marxista mexicano, Mexico, Universidad Obrera de México, 1976.

Muñoz Aldo, « El SNTE y Nueva Alianza: del control político del magisterio a la cohabitación pragmática electoral », El Cotidiano, Universidad Autónoma Metropolitana Unidad Azcapotzalco, nº 168, juillet-août 2011, p. 95-107.

Muñoz Aldo, « El sindicalismo mexicano frente a la reforma del Estado: el caso del Sindicato Nacional de Trabajadores de la Educación », thèse de doctorat en science politique, Universidad de Salamanca, 2001.

Murillo María Victoria, « Recovering Political Dynamics: Teachers’ Unions and the Decentralization of Education in Argentina and Mexico », Journal of Interamerican Studies and World Affairs, vol. 41, n° 1, 1999, p. 31-57.

Padilla Tanalís, « Las normales rurales: historia y proyecto de nación », El Cotidiano, Universidad Autónoma Metropolitana Unidad Azcapotzalco, n° 154, mars-avril 2009, p. 85-93.

Peláez Gerardo, « La huelga magisterial de Chiapas y la fundación de la CNTE » [en ligne], Rebanadas de Realidad, 2011 [consulté le 25 juillet 2013]. Disponible sur : http://www.rebelion.org/noticia.php?id=133700

Peláez Gerardo, Diez años de luchas magisteriales (1979-1989), Mexico, Stunam, 1999.

Peláez Gerardo, Historia del Sindicato Nacional de Trabajadores de la Educación, Mexico, ECP, 1984.

Raphael Ricardo, Los socios de Elba Esther, Mexico, Planeta, 2007.

Rockwell Elsie et Garay Claudia, « Las escuelas unitarias en México en perspectiva histórica: un reto aún vigente », Revista Mexicana de Historia de la Educación, vol. 11, n° 3, p. 11-21, 2014.

Rockwell Elsie, Hacer escuela, hacer Estado: la educación posrevolucionaria vista desde Tlaxcala, Mexico, El Colegio de Michoacán/Ciesas, 2007.

Rodríguez Araujo Octavio, Poder y elecciones en México, Mexico, Orfila, 2012.

Rodríguez Araujo Octavio, La reforma política y los partidos en México, Mexico, Siglo xxi, 1997.

Quiroz José Othón et al., Izquierdas: nuevas y viejas, Mexico, UAM, 2011.

Saladino García Alberto, Humanismo mexicano del siglo xx, Toluca, Universidad Autónoma del Estado de México, vol. 1, 2004.

Schmitter Philippe, « Still the Century of Corporatism? », The Review of Politics, vol. 36, n° 1, janvier 1974, p. 85-131.

Street Susan, « Trabajo docente y subjetividad magisterial: viejos debates en nuevos contextos », Revista Mexicana de Investigación Educativa, vol. 8, nº 19, septembre-décembre 2003, p. 509-602.

Street Susan, « Trabajo docente y poder de base en el sindicalismo democrático magisterial en México », in Pablo Gentili et Gaudêncio Frigotto (dir.), La ciudadanía negada:. políticas de exclusión en la educación y en el trabajo, Buenos Aires, Clacso, 2001.

Trejo Raúl, Crónica del sindicalismo en México (1976-1988), Mexico, Siglo xxi/Unam, 1990.

Vázquez Silvia Andrea, « Las identidades laborales de los docentes y la acción político-sindical » [en ligne], Buenos Aires, VII Seminario REDESTRADO - Nuevas regulaciones en América Latina, 2008 [consulté le 10 juillet 2013]. Disponible sur : http://www.fae.ufmg.br/estrado/cdrom_seminario_2008/textos/ponencias/Ponencia%20Silvia%20Vazquez.pdf

Vaughan Mary Kay, La política cultural de la Revolución: maestros, campesinos y escuelas en México (1930-1940), Mexico, Fondo de Cultura Económica, 2002.

Vaughan Mary Kay, « El papel político de los maestros federales durante la época de Cárdenas: Sonora y Puebla », in Mary Kay Vaughan et Susana Quintanilla, Escuela y sociedad en el periodo cardenista, Mexico, Fondo de Cultura Económica, 1997.

Haut de page

Notes

1 Les États de Guerrero, de Oaxaca, de Michoacán et du Chiapas sont parmi les plus pauvres du Mexique ; historiquement, ce sont aussi des foyers de contestation sociale, ce qui peut s’expliquer par les conditions d’exclusion et de pauvreté [Arnault, 1996]. Les données concernant la pauvreté au Mexique peuvent être consultées sur le site www.coneval.gob.mx

2 Vicente Lombardo Toledano est l’idéologue et le dirigeant le plus important du mouvement ouvrier mexicain de la première moitié du xxe siècle. Partisan d’une mobilisation internationale du prolétariat, il se caractérisait par sa capacité à organiser des syndicats. Avocat et docteur en philosophie, d’inspiration marxiste, il a eu une grande influence dans les années 1930. En 1936, il fonde l’université des ouvriers qu’il dirigera jusqu’à sa mort en 1968. En 1948, il est à l’origine du Parti populaire (alors dénommé Parti populaire socialiste). À la fin des années 1940, il lance l’Union générale des ouvriers et des paysans du Mexique. Son autorité morale lui permet de créer la Confédération des travailleurs d’Amérique latine (CTAL) et d’occuper les fonctions de vice-président de la Fédération syndicale mondiale [Lombardo Toledano, 1974 ; Millon, 1976 ; Saladino, 2004].

3 Au cours des années 1940, le ministre de l’Éducation nationale, Luis Sánchez Pontón, décrète que tout mouvement issu d’une corporation professionnelle autre que le syndicat sera jugé illégal [Medina, 1978].

4 Pour une définition générale du corporatisme, nous nous appuyons ici sur l’interprétation de Schmitter [1974] qui le définit comme un outil descriptif et analytique permettant de décrire une organisation spécifique des intérêts et des relations entre la société et l’État. Le corporatisme – ou corporativisme selon certains auteurs – est un mécanisme idéal de contrôle politique fondé sur la création d’organisations assujetties à l’État qui jouent les rôles de médiatrices et d’appareils de domination.

5 Parmi les acteurs politiques à avoir soutenu la création du syndicat, nous retiendrons le président Manuel Avila Camacho, le ministre de l’Éducation Jaime Torres Bodet, le dirigeant des ouvriers Vicente Lombardo Toledano et les dirigeants des enseignants [Avila Carrillo et Martinez Brizuela, 1990].

6 Dans ces États, face à la contestation, le pouvoir fédéral n’a pas hésité à mettre en place des stratégies clientélistes avec les syndicats afin de neutraliser l’action dissidente. Le recours à la violence d’État a donné lieu à des affrontements manifestes entre la CNTE et le reste des membres du SNTE [Hernández Navarro, 2011 ; Ávila Carrillo et Martínez Brizuela, 1990].

7 Le « sale boulot » consiste à infiltrer les enseignants syndiqués dans les différentes commissions : représentation devant les instances électorales, coordination des campagnes politiques, prosélytisme, observateurs électoraux. La participation à ces commissions permet de filtrer les ressources économiques provenant des cotisations syndicales pour soutenir le candidat porté par la direction du syndicat, d’acheter des voix, de pratiquer la fraude électorale dans les urnes, etc. [Muñoz, 2011].

8 Le PRI connaît une très forte crise interne à la fin des années 1990 et au début des années 2000. L’érosion de ses relations internes aura notamment pour conséquence sa défaite électorale en 2000. Le parti entame alors un long processus de reconstruction qui lui permettra de revenir au pouvoir en 2012. Cette crise s’est traduite au sein du SNTE par une reconfiguration des rapports de force internes, cristallisés autour de la rivalité opposant Carlos Jonguitud et Elba Esther Gordillo, cette dernière ayant été classée par le magazine Forbes au début des années 2000 « femme la plus puissante de la politique mexicaine » (cf. http://www.forbes.com.mx/las-50-mujeres-mas-poderosas-de-mexico/). Gordillo a profité de la crise du PRI pour établir une alliance avec le PAN. En 2006, elle a été exclue du PRI pour manquement aux statuts du parti. Son pouvoir sur les enseignants lui aurait permis d’influencer leur choix lors des élections (cf. les déclarations du président du Panal, Luis Castro : http://www.24-horas.mx/podemos-inclinar-la-balanza-dice-castro/). Gordillo avait pour stratégie de négocier son influence électorale avec les partis au pouvoir dont notamment le PAN. Elle se trouve également en conflit avec Andrés Manuel López Obrador, alors dirigeant du PRD (gauche) qu’elle considère comme un allié de la CNTE (cf. les déclarations de Gordillo le 29 juin 2011 sur CNN : http://mexico.cnn.com/nacional/2011/06/29/ningun-candidato-a-la-presidencia-es-el-ideal-lider-sindical-de-educacion).

9 La confrontation directe avec Roberto Madrazo a dévoilé les stratégies de Gordillo en vue d’établir des alliances politiques comme le corrobore la déclaration publique de cette dernière suite à son exclusion du PRI. Texte intégral disponible sur : http://www.jornada.unam.mx/2005/09/20/index.php?section=politica&article=003n1pol

10 Le candidat du Panal obtient 0,96 % des voix à l’élection présidentielle ; le parti fait un score de 4,68 % aux élections législatives au niveau national et remporte 9 sièges de députés et 1 siège de sénateur [Leyva, 2006].

11 OCE (Observatoire citoyen de l’éducation), cf. http://www.observatorio.org/comunicados/EducDebate13_NuevaAlianza_4.html

12 Les résultats sont consultables sur le site internet de l’INE : http://www.ine.mx/archivos3/portal/historico/contenido/Historico_de_Resultados_Electorales

13 À partir de l’alternance amenée par l’élection présidentielle de 2000, le Mexique passe d’un système de parti hégémonique à un système multipartite, avec trois formations principales : le PRI (revenu au pouvoir en 2012), le PAN (droite conservatrice, au pouvoir de 2000 à 2012), et le PRD (gauche, arrivé en deuxième position aux élections présidentielles de 2012). Il existe 5 autres partis qui s’allient aux plus grands au gré des campagnes électorales [Combes, 2011 ; Quiroz, López, Tamayo et García, 2011 ; Cedillo 2009 ; Rodríguez Araujo, 1997].

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Guadalupe Olivier Téllez, « La mobilisation hétéronome des enseignants mexicains (1914-2014) », Cahiers des Amériques latines, 84 | 2017, 149-168.

Référence électronique

Guadalupe Olivier Téllez, « La mobilisation hétéronome des enseignants mexicains (1914-2014) », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 84 | 2017, mis en ligne le 16 mai 2017, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/cal/4550 ; DOI : 10.4000/cal.4550

Haut de page

Auteur

Guadalupe Olivier Téllez

Guadalupe Olivier Téllez est sociologue et docteure en éducation à l’Unam. Elle est spécialiste de la sociologie et la politique d’éducation. Sa recherche s’articule principalement autour de thèmes sur les mouvements sociaux et la privatisation de l’éducation. Elle a participé en 2016 à l’ouvrage Éducation, politique et mouvements sociaux (RMEMS/UAM) et aux articles « Privatisation, le sens du public et la gratuité à l’université mexicaine » pour la revue Universidades et « La démobilisation étudiante au Mexique : le double visage de la répression (juillet-décembre 1968) », European Journal Turkish (n° 17, 2013).

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • OpenEdition Journals