Navigation – Plan du site
Dossier. Relations de genre et masculinités en Amérique latine

La politique populaire a-t-elle un genre ? Un exemple mexicain

Matthew C. Gutmann
Traduction de Valérie Liégeois
p. 109-126

Résumés

Cet article se base sur l’étude ethnographique d’un quartier populaire de la ville de México, la colonia Santo Domingo, fondée par des « envahisseurs » il y a 30 ans. En prenant l’exemple des élections présidentielles mexicaines de 1988, 1994 et 2000, on observe qu’à Santo Domingo au cours des 20 dernières années, les hommes et les femmes ont envisagé les élections et les mouvements urbains populaires en tant qu’hommes et femmes, avec des idéaux différents pour améliorer leur vie et leur société, et pour être des citoyens et des citoyennes culturels.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 On appelle paracaidismo les mouvements d’envahissement de terrains en friche au Mexique

1 Lorsqu’en mai 1994 je retournai à la Colonia Santo Domingo de Mexico, je fus rapidement confronté à une scène de rue assourdissante. Il est vrai que les habitants du quartier sont habitués à des rues bruyantes et désordonnées, et que les débats publics sont choses communes depuis qu’en septembre 1971 des milliers de « parachutistes »1 envahirent les collines volcaniques du sud de la capitale mexicaine, mais cette fois-ci, l’excitation semblait différente. Au lieu d’exprimer leur inquiétude face à la construction et à la protection de leur quartier, les habitants se disputaient sur la façon dont les élections pourraient changer leur avenir, et exprimaient leur anxiété face à l’ensemble du paysage politique mexicain. Ils débattaient de ces questions comme si leurs mots, leurs actions et leurs opinions pouvaient réellement influencer les décisions politiques nationales. Ce type d’engagement et d’enthousiasme, au lieu de la traditionnelle méfiance pour la politique officielle et les élections, n’était pas habituel dans les colonias populares de Mexico.

2L’aspect sérieux du débat entre les habitants du quartier, les partisans du PRI, du PRD, de l’EZLN (Armée Zapatiste de la Libération Nationale) et du parti écologiste, auquel même les abstentionnistes participaient, donnait l’impression que les conflits politiques entre ces hommes avaient d’importants enjeux, et que leurs positions avaient de réelles conséquences sur le sort politique de millions de Mexicains.

J’étais parti de Mexico depuis plusieurs mois et maintenant Gabriel, Marcos, Felipe et Toño, me mettaient au courant des derniers événements. Toño exprimait de nouveau un soutien fidèle pour le parti gouvernemental du PRI (Parti Révolutionnaire Institutionnel), il réprimandait les autres : « Ce sont les seuls disposant de l’infrastructure nécessaire pour gouverner le pays. Les choses se détériorent rapidement, tout deviendrait un désordre total si un autre parti gagnait ». Marcos, membre d’un syndicat de concierges et militant du parti d’opposition centre-gauche, essayait de convaincre Toño que lui aussi avait un problème avec le candidat présidentiel du PRD (Parti Révolutionnaire Démocratique) Cuauhtémoc Cárdenas. C’est la raison pour laquelle, Marcos déclara qu’il était « un militant PRD mais sans Cárdenas ».
Puis, Toño et Marcos s’attaquèrent à Gabriel, un mécanicien connu de tous dans la rue Huehuetzin de Colonia Santo Domingo pour sa célèbre politique d’abstentionniste. Gabi réprimandait fréquemment clients et passants s’ils s’emportaient de trop à propos des élections. Après le soulèvement Zapatiste du premier janvier 1994, et pendant tout le reste de l’année, Gabi placarda des autocollants de l’EZLN (Armée Zapatiste de Libération Nationale) sur bon nombre des voitures et des taxis collectifs qu’il réparait, et depuis son atelier prêchait les vertus du changement total de politique, c’est-à-dire en dehors du système des partis électoraux existants.
En tant que seul écologiste du groupe, Felipe se contenta de rappeler de temps en temps que les dirigeants de son parti étaient les seuls que les habitants de la rue Huehuetzin aient jamais vraiment rencontrés.

Le genre de la politique populaire

3À l’origine, j’avais décidé de vivre et de travailler dans la Colonia Santo Domingo afin d’y étudier les changements de relations entre les genres. Étant donné l’active participation des femmes du quartier dans les mouvements sociaux pour l’obtention de services tels que l’école, l’électricité, l’eau courante et le tout-à-l’égout, Santo Domingo me semblait être un bon endroit pour évaluer les modes de vie et l’étendue des changements d’identités et de pratiques des hommes et des femmes (Gutmann, 1996). À la fin des années quatre-vingt-dix, le quartier de Santo Domingo était aussi étendu que beaucoup de villes du Mexique, et l’on estimait pour l’année 2000 qu’il était peuplé de plus de cent mille personnes. Malgré ses origines tumultueuses, près de trente ans après l’arrivée des premiers pionniers en septembre 1971, la majorité des résidents décrivaient leur colonia comme étant considérablement plus tranquille et stable que lors des années chaotiques de conflits et de confiscation des terres. Néanmoins, même si les habitants de la colonia avaient conservé un peu de l’état d’esprit qui régnait lors des premières années d’occupation, ils restaient bien incrédules sur la capacité des fonctionnaires et des institutions gouvernementales officielles à assurer les nécessités de base.

  • 2 De façon surprenante, les élections ont été très peu étudiées en anthropologie. Parmi les exceptio (...)

4Il était intéressant d’observer la participation aux élections ou la non-participation de mes amis et voisins de la Colonia Santo Domingo, et la façon dont ils associaient leur vote avec le fantasme que, d’une manière ou d’une autre, ils pourraient ainsi contribuer au changement de leur environnement politique2. Celui que mes amis tenaient pour responsable des querelles ou de la passivité politique, et la manière dont ils se sentaient impliqués ou non dans les processus historiques mondiaux, sont des questions qui font références à la conjoncture et au débat non seulement dans les cercles académiques mais aussi au sein de la classe ouvrière mexicaine. Dans cet article, nous étudierons les qualités, les caractéristiques et les buts politiques selon une perspective de genre, à partir des différentes attitudes et pratiques liées aux activités politiques spécifiques, ou simplement à partir des sensibilités politiques.

5Comment pouvons-nous expliquer cette passion momentanée pour la politique parmi les hommes de la classe ouvrière mexicaine ? Pourquoi une telle ferveur s’essouffle souvent aussi soudainement qu’elle ne s’enflamme ? À l’aube du vingt et unième siècle au Mexique comme ailleurs, beaucoup de gens affirmaient croire en la démocratie, soutenir les efforts démocratiques et politiques, et que dire ou faire le contraire était tout simplement antidémocratique. Aussi, comme pratiquement tout le monde exprimait de l’enthousiasme pour la démocratie, semblait-il approprié de demander ce que chacun souhaitait. Le caractère évasif du terme « démocratie », lié à son ambiguïté ou à la multiplicité de ses définitions, permettait donc de regrouper un large éventail d’aspirations.

6De nombreuses études sur les femmes et la politique au Mexique et en Amérique latine ont indiqué la récente participation des femmes dans des événements formels tels que les élections, ainsi que leur militantisme dans des mouvements sociaux populaires de quartiers tels que la Colonia Santo Domingo. Parce que les femmes avaient été jusqu’alors ignorées ou uniquement mentionnées par les principaux courants de recherche en sciences politiques, le sexe était simplement traité comme une variable supplémentaire dans les multiples analyses de régression des schémas de vote. Or ces nouvelles études ont montré l’existence de caractéristiques dépendantes du genre dans la culture politique.

7En utilisant comme toile de fond les campagnes électorales de 1988, 1994 et 2000, ainsi que l’élection municipale de Mexico en 1997, cet article examine des expériences de changement social à Santo Domingo, notamment en relation avec les élections et les mouvements sociaux populaires. Mon propos porte aussi bien sur les hommes que sur les femmes de la communauté, en partie pour montrer que dans le domaine électoral les hommes sont autant influencés par le genre qu’ils y participent. Ainsi, je montrerai principalement la pertinence de l’étude des interactions entre hommes et femmes concernant la politique, la démocratie et le changement social. L’objectif est d’analyser la manière dont le concept de genre nous aide à comprendre la valeur attribuée à l’action de voter, et pourquoi, à Mexico, la démocratie est souvent considérée comme l’équivalent des élections. Si les hommes et les femmes, en tant que catégories sociales, ont des approches différentes des élections et des autres moyens privilégiés du changement social, alors il est certain qu’une analyse en terme de genre, dégageant les rapports sociaux liés au sexe, est nécessaire à la compréhension des cultures politiques populaires.

8Les données sur le genre dans la politique populaire ne sont pas nécessairement les mieux représentées dans les enquêtes statistiques. Elles indiquent par exemple que les femmes votent plus que les hommes, que celles-ci représentent soixante-trois pour cent des électeurs inscrits à Mexico (Kapur, 1998 : 364), et que les femmes des zones rurales et faiblement éduquées ont un vote plus conservateur que les hommes des zones urbaines et éduqués. En outre, les femmes sont moins élues que les hommes à tous les niveaux politiques, tout particulièrement lors des élections locales. Aussi importante que soit l’analyse quantitative des données sur les électeurs inscrits et la participation aux élections, elle pourrait nous amener à croire que les femmes sont plus impliquées et plus enthousiastes que les hommes dans la politique électorale. Or, dans cet article, je montrerai la nécessité de dépasser ces analyses quantitatives de l’événement électoral.

9Bien que mes recherches soient basées sur un groupe de personnes non représentatif statistiquement, l’ethnographie m’a permis de mieux appréhender le fait que parmi les opinions et les pratiques ambiguës, souvent interprétées comme une apathie politique, le manque d’intérêt et de participation à certaines activités politiques révèlent bien plus qu’un simple désengagement politique général. Dans l’intimité des familles et des ménages de la Colonia Santo Domingo, hommes et femmes débattent de sujets sortant du domaine domestique tels que les convictions et les actions politiques. Je m’attacherai à présenter la façon dont les femmes et les hommes de la classe ouvrière de la ville de Mexico partagent à la fois une volonté d’autonomie et des intérêts similaires en regard des espoirs de la politique populaire ouvrière, tout en agissant de manières manifestement différentes pour les obtenir.

10En 1988, pour la première fois dans l’histoire récente du pays, les Mexicains eurent le choix entre deux candidats possibles aux élections du président de la République. Beaucoup de commentateurs estimèrent qu’une majorité de l’électorat mexicain voterait pour le candidat PRD de l’opposition, Cuauhtémoc Cárdenas, contre le candidat PRI Carlos Salinas de Gortari. Néanmoins, le PRI gagna une fois de plus, peut-être grâce à une machine à compter les votes défectueuse, qui se remit à temps en état de marche, permettant ainsi à Carlos Salinas de l’emporter de justesse. Experts et prolétaires considèrent uniformément 1988 comme l’année critique qui ouvrit littéralement les vannes des victoires à l’opposition dans la course aux gouvernements des Etats et à des postes-clefs comme celui du maire de Mexico, que Cárdenas emporta en 1997.

11Après les élections présidentielles de 1988, pour beaucoup d’amis et de voisins à Santo Domingo, celles de 1994 représentaient une nouvelle chance pour l’obtention de changements significatifs dans tout le pays. Cependant, alors que les élections se rapprochaient au milieu d’un climat politique anormalement chaotique dû à la révolte zapatiste et à l’assassinat du candidat PRI au début de 1994, beaucoup de Mexicains ressentirent un mélange de cynisme face aux dinosaures du PRI gouvernant semblait-il depuis toujours, d’anxiété face à un futur politique incertain, et de résignation devant ce chaos. Toutefois, les mois qui précédèrent les élections de l’été furent également ponctués par un renouveau d’enthousiasme, spécialement parmi mes amis masculins, comme si la proximité du vote rendait la possibilité d’un meilleur avenir plus concrète.

12Entre 1988 et 2000, à Mexico, le rituel du vote avait subi des changements significatifs, à la fois en raison de la défaite du PRI au cours des multiples élections, et à cause des efforts faits pour réduire les fraudes débouchant, au début des années 1990, sur la distribution de cartes d’électeurs munies de photographies. Plus significativement, la reconnaissance de l’indétermination électorale, par le simple fait que le PRI n’était pas nécessairement destiné à la victoire, a confirmé la légitimation de la démocratie au Mexique.

  • 3 Cette expression mexicaine intraduisible fait référence au metate, une pierre servant à moudre le (...)

13Le genre au sein de la politique populaire de Mexico doit être considéré, plus précisément, comme le résultat d’un processus basé sur l’ensemble des inégalités au niveau social, ainsi que sur des relations plus complexes, plus variées et à un niveau plus intime, entre hommes et femmes. En outre, si Vivienne Bennett (1998 : 129) a raison de constater qu’« au Mexique, l’activisme social est intégré dans la vie et dans les luttes quotidiennes des femmes pauvres des zones urbaines », alors modifier l’influence du genre dans la politique populaire mexicaine nécessite bien plus que de persuader les femmes de voter de façon moins conservatrice. Il s’agit en partie de rendre compte du chaos de l’émergence de la politique populaire dans la Colonia Santo Domingo afin de clarifier le fait que les différences et les complémentarités entre les genres sont des variables clefs devant être expliquées, et non pas simplement quantifiées avec le résultat des votes et les enquêtes électorales. Lorsqu’en 2000, un voisin me confia que les femmes investies dans la politique étaient las prófugas del metate3, il ne faisait pas de distinction entre celles qui étaient élues au gouvernement et les activistes de la communauté.

  • 4 «¡Democracia en la ciudad y en la casa!»

14Observer l’implication des femmes dans des activités politiques non électorales peut s’avérer d’un apport notable pour la compréhension de l’ensemble de la politique populaire. Les conflits et les cajoleries entre femmes et hommes de la Colonia Santo Domingo dans les discussions quotidiennes apparemment simples et inoffensives sur des sujets variés (depuis le contrôle des naissances jusqu’aux opinions politiques) révèlent les efforts psychologiques des femmes pour défier et changer les actions des hommes. De leur côté, les hommes essaient aussi d’influencer les femmes, par exemple, dans leurs choix de vote ou leurs participations aux protestations et aux associations de la communauté. Mais l’influence des femmes sur les hommes, dans les affaires politiques, a certainement été sous-estimée et peu étudiée. Les discussions et les débats à Santo Domingo pourraient, peut-être, fournir des exemples sur la façon dont les hommes et les femmes revoient la notion de démocratie en termes de genre, sur l’émergence de processus de négociation entre hommes et femmes, sur les opportunités et les avantages de la participation aux élections, et finalement sur les mouvements populaires comme acteurs du changement social. Ainsi, comme le déclara le Comité Unico de Damnificados après le tremblement de terre de Mexico en 1985, l’objectif est la « Démocratie dans la ville et dans les foyers ! »4.

15Entre 1988 et 2000, au moins trois tendances historiques distinctes convergèrent dans le temps. La première est celle d’un engagement populaire significatif pour les partis politiques nationaux et les élections présidentielles, bien que celui-ci ait considérablement varié entre les différents groupes sociaux et d’une période à l’autre. La seconde correspond à la volonté d’autonomie et de politique populaire dans la Colonia Santo Domingo : des thèmes récurrents dans toutes les discussions politiques, correspondant à une forte attente dans un quartier où, pendant trente ans, les femmes et les hommes durent vivre selon leurs propres moyens, en ne comptant que rarement sur une assistance gouvernementale à court ou à long terme. La troisième tendance historique est celle d’un rapprochement significatif entre la culture politique populaire, la croissance d’un féminisme populaire dans les mouvements sociaux, et la vie quotidienne dans les quartiers défavorisés comme Santo Domingo. Les femmes concernées ont de plus en plus remarquablement joué le rôle de catalyseur dans la transformation de l’ensemble de la culture politique populaire à travers leur participation à la vie politique dans les zones ouvrières. Les débats sur l’autonomie et l’indépendance locale comptent parmi les principales épreuves de la démocratie dans la société mexicaine contemporaine. En fait, il y a eu un « profond changement dans les attitudes à propos de la participation et la représentation politique des femmes » dans le Mexique d’aujourd’hui (Jacquette, 1998 : 221).

  • 5 Pour une excellente histoire concise de la sphère publique au Mexique voir Lomnitz (1995). Pour un (...)

16Parler du genre et de la démocratie ne conduit pas nécessairement à une recherche sur la place des femmes dans les progrès sociaux. Au contraire, il faut souligner les effets de l’implication des femmes dans les tendances politiques populaires au sens large, ainsi que la façon dont elles ont intentionnellement ou non joué un véritable rôle d’initiateur du changement social sur plusieurs décennies. Les familles et les ménages ne sont pas toujours les derniers refuges scandaleux du patriarcat et de l’oppression. Ils sont aussi des lieux embryonnaires de changement social, tout en respectant les identités et les relations de genre, et la vie sociale en général. Ce point de vue nécessite un retour sur la séparation entre le public et le privé qui est probablement trop surévaluée dans les études de genre et les études latino-américaines5. L’apport du quotidien et du personnel dans la sphère politique implique une reconsidération de l’espace du débat et de la vie politiques (« la politique de la politique » si l’on peut dire) en particulier là où les frontières deviennent floues entre les flambées de résistance (qu’elles soient manifestes, clandestines, organisées ou spontanées), le scepticisme, la rébellion et l’apathie.

17Toutefois, deux questions demeurent centrales, celle de l’impact sur les hommes de la participation des femmes dans des mouvements politiques et sociaux, et celle des effets à long terme de la participation intermittente des hommes au sein de la politique électorale entre 1988 et 2000 au Mexique.

Voix : élections, légitimité et politique publique

En maintenant sa politique d’abstentionniste et son respect du vote jusqu’à l’élection présidentielle du 21 août 1994, Gabriel devenait la cible de remarques désobligeantes de la part de ses plus proches amis, notamment Marcos et Marcelo. Ainsi, même si ses amis ne soutenaient pas particulièrement le candidat du PRD, ils insistaient souvent sur le fait que leur action politique, c’est-à-dire voter pour Cárdenas, était un vote contre les candidats du PRI, alors que l’abstention revenait à voter pour le PRI. Ils argumentaient que même si Gabriel pensait sa politique comme différente de celle des autres, il n’empêche qu’elle était aussi mauvaise voire pire que celle de Toño, militant du PRI, parce qu’en s’abstenant, il se punissait lui-même.

  • 6 La référence au « déplacement de la volonté politique démocratique » est empruntée à Jüngen Habern (...)

18Mes compagnons de Santo Domingo se confrontaient à une question ancienne et aujourd’hui négligée en politique : quelle valeur a finalement le suffrage pour les exclus ? Pour certains, les élections représentent un déplacement de la volonté démocratique sur des chemins banaux, inoffensifs et usés ne menant à aucun changement politique substantiel pour le peuple mexicain6. Il ne semble pas raisonnable d’espérer plus pour la démocratie au Mexique que l’existence d’un ou plusieurs partis électoraux viables, souvent regardés comme les fondations de la revendication pour la démocratisation. Ceci est spécialement vrai au Mexique, et encore plus dans des pays comme le Chili, l’Argentine, le Panama, le Brésil et le Pérou, où la simple existence de vie politique est couramment considérée comme une « redémocratisation » avec le retour aux lois civiles. Pourtant, la simple existence de formes pluripartites de la démocratie libérale, en l’absence relative d’importantes crises économiques et sociales, ne correspond que difficilement à l’émergence de véritables formes participatives de pouvoir.

19De nos jours au Mexique, le vote est présenté par l’Etat, l’école et les médias comme le premier devoir civique, l’unique et véritable marque de citoyenneté. On peut presque dire que par définition, les abstentionnistes ne sont pas complètement mexicains. C’est pourquoi dans notre débat public de mai 1994, Toño réprimandait les abstentionnistes et les électeurs de l’opposition présents dans la foule : « Contrairement à vous, je suis fier d’être Mexicain ! ». Toño présentait son soutien pour le PRI comme directement fondé sur le sentiment que des alternatives inconnues pouvaient être pires que l’autorité de tyrans connus. Ce qui illustre le succès des efforts des dirigeants technocratiques mexicains cherchant à promouvoir la « peur de l’alternative » parmi les citoyens afin de rendre la démocratie sans danger pour le néolibéralisme mexicain (Miguel Centeno, 1997 : 255).

20Les indicateurs d’abstentionnisme et de participation aux processus politiques officiels comme l’inscription sur les listes électorales (par exemple, le fait que la plupart des électeurs inscrits soient des femmes) doivent être étudiés afin de connaître non seulement la portée du genre mais également celle de leurs autres caractéristiques politiques.

  • 7 Voir les commentaires de Gledhill (1995) et également Gledhill (1997) sur les questions de rébelli (...)

21À la suite des effets désastreux du néolibéralisme sur de vastes zones de la population mexicaine, il n’en demeure pas moins que l’inactivité apparente est plus caractéristique de la culture politique que ne le sont la protestation et la rébellion7. Pourtant ce serait une erreur de rejeter l’inactivité, et notamment l’abstentionnisme, comme une représentation des frustrations affables des classes populaires et marginalisées de Mexico. Tout comme il existe une importante distinction entre apathie et aliénation, par exemple dans le cas de l’abstentionnisme, il faut être extrêmement prudent lors de l’interprétation des résultats d’enquêtes sur les opinions politiques.

  • 8 Les Communautés Chrétiennes de Base sont des mouvements populaires appartenant à l’Eglise Catholiq (...)
  • 9 Par éducationm Fili pense à bien plus que l’école officielle. Dans sa remarque elle sous-entend qu (...)
  • 10 Une vecindad est un immeuble d’appartements d’une pièce avec des salles de bain et des robinets co (...)

En réaction à certains de ses voisins votant pour le PRI, Doña Fili, dirigeante et activiste des Communautés Chrétiennes de Base 8 de la Colonia Santo Domingo depuis les premiers jours de l’invasion au début des années 1970, m’expliqua : « Écoute, on veut du changement mais… pas de la démagogie. C’est comme nous l’avons toujours dit : « On veut du changement, on veut du changement » et les choses deviennent pires. Parce que vraiment c’est ce qui se passe. Pour moi ce qui est important c’est l’éducation. 9 Je pense que c’est la base sur laquelle il y aura du changement dans ce pays. Parce que le peuple est vraiment ignorant. Pendant combien d’années le PRI a-t-il gouverné, et la vérité c’est qu’ils sont corrompus ! Ce n’est pas pour rien que nous nous opposons à eux, mais parce que c’est palpable. Tu peux sentir la corruption ! Et, bien sûr, parce qu’il n’y a pas d’éducation, nous votons pour le PRI. Il y a des vecindades10 et des ruelles où les gens n’ont jamais lu un journal ou un livre, et ils iront tous ensemble voter pour le PRI. Et si tu leur dis : « Ne votez pas pour le PRI » ils répondent : « Non, c’est parce qu’ils vont jeter mes enfants hors de l’école ». Ils ont peur. La peur c’est ce qui fait durer. Et ils votent pour le PRI et le PRI gagne parce que… parce que le PRI gagne ! »

22La façon dont ces idées représentent de nouveaux sentiments de désillusion et de déception, en particulier la voix des hommes et des femmes marginalisés de Mexico, soulève des questions intéressantes. Qu’est ce qui change dans les jugements et l’humeur politique populaire, alors qu’il existe dans la population mexicaine une désillusion générale par rapport aux bienfaits de la modernité et au mythe national de la révolution institutionnalisée ? L’anxiété générale sur la différence entre la réalité quotidienne et l’objectif idéalisé de la démocratie semble s’exprimer plus souvent en paroles qu’en faits.

Marcelo, un bon ami déjà cité, militant PRD, tient une épicerie dans la rue Huehuetzin de Santo Domingo où il est souvent le témoin des conflits et des débats de ses clients sur la politique officielle ou informelle. De surcroît, Marcelo fait régulièrement office de surveillant de scrutin pour le PRD dans la Colonia, les jours d’élection. Interrogé sur son engagement au PRD, Marcelo répond : « Je m’engage avec eux parce que j’ai l’impression qu’ils [le PRD] gardent mieux le contact avec nous. Plus que tout autre chose aujourd’hui, je veux que le vote des citoyens soit respecté. Pour qu’il y ait une vraie démocratie, je pense que les votes ont besoin d’être respectés. Parce que si le PRI est toujours en fonction, ce n’est plus à cause d’une demande populaire mais, maintenant, seulement grâce à une élite, grâce à des grands pontes qui protègent certains intérêts. Même si Zedillo (President du Mexique de 1994 à 2000) dit que les élections se font dans les règles, c’est un mensonge, parce que n’importe qui peut voir dans quelles manœuvres ils sont impliqués. »
J’ai demandé à Marcelo pour qui vote, entre le PRI et le PRD, la majorité des gens de la Colonia Santo Domingo. « Comment dirais-je… il y a un peu de tout. Il y a les PRIistes, il y a les PANistes, il y a les écologistes et les PRDistes. Et on [PRDiste] remporte le vote dans peut-être cinq ou six bureaux de votes. Ailleurs il y a égalité entre le PAN et le PRI. Ailleurs le PAN gagne. Dans un ou deux le PRI l’emporte. De toute façon, la majorité vote pour l’opposition d’une façon ou d’une autre. Ils ne veulent pas que le PRI gagne. »
Comme Marcelo et moi avions précédemment évoqué les mouvements de guerrilla à Guerrero, sa région natale, je lui demandai de comparer l’efficacité de ces deux procédés pour obtenir un changement politique. « Bon, écoute… je pense que le peuple prend les armes par désespoir. Je pense que peut-être les armes ne résolvent rien, mais elles sont le produit du désespoir. Je n’en suis pas vraiment sûr mais je pense que c’est ce qui se passe lorsque ces camarades attrapent un fusil ou une mitraillette pour combattre. C’est ce qui s’est passé pendant la Révolution, non ? Qui sait ? Les nouvelles ici sont tellement manipulées que tout ce que tu entends c’est que ce sont des menteurs, des rebelles qui causent beaucoup de mal au pays. Et bien, peut-être qu’ils se battent pour une cause juste même si la violence n’est pas la solution mais, bon, ils sont écartés par le gouvernement. »

23Pourtant, même un phénomène aussi communément reconnu que la forte présence des femmes dans différentes églises, a été trop légèrement accepté (et trop complaisamment expliqué). De telles tendances doivent être considérées comme faisant partie de conflits, actuels et émergents à l’intérieur des ménages, sur des questions d’identité et de relations de genre, et non pas comme la simple illustration de l’opposition classique entre tradition et modernité. Par exemple, tout comme la participation des femmes dans des associations populaires est clairement associée à des tendances socio-démographiques plus générales (telles que l’accroissement du nombre de femmes travaillant hors de la maison et réussissant leur scolarité), la réaction des hommes envers l’activité des femmes est associée à leur changement de rôle dans l’économie moderne.

Choix : dépendance et autonomie

  • 11 A cette époque Stolcke écrivait sous le nom de Martinez-Alier

24Les hommes et les femmes ayant transformé la jungle boisée du sud de Mexico en Colonia Santo Domingo doivent constamment jongler entre l’autonomie pour construire leur quartier (dynamiter les rochers pour construire les routes, se brancher illégalement sur les lignes d’électricité à haute tension) et la dépendance avec « l’extérieur » pour bénéficier d’un travail, des biens de consommation, des divertissements, etc. Si le corps et l’âme de la démocratie se rattachent à la viabilité des choix politiques, ces derniers semblent à Santo Domingo plutôt limités, ce qui suscite une véritable détresse. De même qu’au Brésil dans les années soixante-dix, Verena Stolcke11 et Armando Boito Júnior avaient observé le scepticisme ouvrier, au Mexique pendant les dernières années de l’administration Zedillo, l’on constate un scepticisme devant le manque d’options politiques, qui s’est encore accru durant les années quatre-vingt-dix. Comme cela s’avérait au Brésil vingt ans auparavant : « Ce qui prédomine est un profond scepticisme envers l’efficacité du vote » (Martinez-Alier et Boito Júnior, 1977 : 156 ; Stolcke, 1988 : 196-200). À la fin des années quatre-vingt-dix, cette prise de conscience mexicaine coïncidait avec le point de vue de Stolcke qui considérait qu’une personne était limitée pour contribuer aux changements locaux. Certains habitants m’avaient dit que leurs plus grandes chances de réussir étaient au niveau local. Un point de vue similaire à celui qui était perçu par Jeffrey Rubin (1997) à propos de la « démocratie régionale » à Juchitán (Oaxaca), exprimant le sentiment que les choix électoraux sont plus libres, ou moins limités, au niveau local qu’au niveau national. De même à Santo Domingo, l’on croit davantage au possibilités d’amélioration des conditions de vie par la mobilisation de la communauté que par celle de l’ensemble de la société mexicaine.

25Les analystes doivent rester prudents en évitant de se fixer sur les notions d’autonomie, de localisme ou de démocratie régionale, afin de ne pas tomber dans des préjugés anti-fédéralistes ou anti-organisationnels (voir Hellman 1992). Comme le savent depuis longtemps les théoriciens militaires, les zones urbaines autonomes (ou libérées) ne profitent au mieux d’une notoriété éphémère que lorsqu’elles sont assiégées par des forces immensément plus puissantes. Toutefois, comme mes amis et voisins de la Colonia Santo Domingo me le répètaient constamment : « sur qui peut-on compter si ce n’est sur nous-mêmes ? ». En un sens, cet état d’esprit illustre l’exposé caustique de Roger Bartra (1981) décrivant les fonctions légitimantes de la démocratie représentative dans les réseaux du pouvoir politique mexicain. Tout comme les libertés civiques, le suffrage universel est un accomplissement historiquement récent. La manière dont ces droits civiques sont employés par les diverses populations est liée à de nombreux facteurs, parmi lesquels se trouve la relation des femmes et du féminisme populaire à l’autonomie et à la dépendance politique. Il n’est pas surprenant qu’à Santo Domingo, les hommes plus que les femmes manifestent une grande confiance envers les élections comme moyen de changement social ; ce qui ne doit pas être simplement interprété comme l’illustration d’une politisation, ou d’une complexité politique plus importante chez les hommes. L’insistance de Judith Adler Hellman (1994) sur le danger de sur-évaluer la signification de la participation des femmes dans les mouvements sociaux peut certainement être associée à un avertissement similaire, et tout aussi important, contre la sur-évaluation de l’implication des hommes dans la politique électorale.

  • 12 Cette analyse contraste avec le point de vue plus habituel selon lequel le mode primaire d’entrée (...)

26Bien que sporadique, cette participation engagée pour le vote comme moyen de changement social reflète certainement plus que l’obtention tardive du droit de vote pour les femmes en 1953. Ce serait une erreur d’attribuer les différences d’intérêts et d’espoirs entre les hommes et les femmes vis-à-vis de la politique populaire, à ce droit de vote. En effet, seules les femmes assez âgées ont personnellement connu l’interdiction de voter légalement. Néanmoins une question demeure : est-ce que l’acte de voter au Mexique dépend du genre, même s’il n’est généralement pas considéré comme tel ? Et si oui, pourquoi ? Or, ce n’est pas le reflet d’un intérêt plus faible des femmes pour la vie politique, nationale ou locale. Comme l’a montré Elizabeth Jelin (1990), en Amérique Latine, les femmes sont généralement plus engagées que les hommes sur des questions vitales telles que la consommation familiale. Ainsi, à travers leurs efforts, elles sont fréquemment mieux informées que les hommes de l’ensemble des affaires de politiques publiques12. À certains égards, la rumeur selon laquelle les femmes sont nombreuses à participer à l’activisme politique dans tout le continent est évocatrice de ce que Michael Herzfeld nomme « la poétique sociale ». Selon Herzfeld (1997 : 15), la poétique sociale peut-être distinguée en étudiant la façon dont les stéréotypes (dans ce cas précis, ceux qui apparaissent dans les activités politiques des femmes) sont eux-mêmes différemment employés dans diverses interactions sociales.

27Cela signifie que les femmes de Santo Domingo ne se contentent pas d’améliorer les terribles conditions de vie alors qu’on présente les femmes mexicaines comme soumises et inactives. Elles le font en bravant ouvertement les stéréotypes, et de cette manière, elles jettent une ombre plus grande sur l’ensemble des politiques visant la démocratie et l’autonomie au Mexique. Evidemment, toutes les femmes de Santo Domingo ne sont pas des militantes à temps complet. Mais elles sont toujours assez nombreuses pour pouvoir représenter une force politique (et « politisante ») sérieuse dans l’ensemble de la communauté. Dans les rues de la colonia, ceci se joue en fonction de « qui s’organise avec qui » lors des weekends et des journées de travail collectif (faenas), pour repaver les rues, reconstruire les autels, ou pour faire circuler les sifflets permettant de signaler les étrangers suspects rôdant dans les environs de Santo Domingo. Comme Alejandra Massolo (1992 : 73-74) l’a montré, à propos des actions collectives des femmes de Mexico « les femmes constituent la principale force poussant les programmes de participations communautaires ».

28Le rôle des femmes en faveur du retournement des préjugés sur leurs « qualités naturelles » est aussi visible à l’intérieur des foyers. Avant son décès en novembre 1996, Angela avait l’habitude de dresser à ses visiteurs un portrait très peu flatteur de ma personne en tant qu’anthropologue : « Avant d’arriver au Mexique, Mateo pensait que toutes les femmes mexicaines étaient abnegadas (dévouées/dotées de l’esprit de sacrifice). C’est pour cela qu’il me demanda de lui en présenter, vu qu’il avait beaucoup plus de mal à les rencontrer que ce qu’il pensait ». Lorsque j’assistais à la narration de cette histoire malgré moi, Angela se tournait toujours vers moi et me taquinait : « Ce n’est pas vrai Mateo ? ». Ainsi, elle était certaine de faire rire ses amis à propos du gringo. Ceci en dit long sur l’application du slogan : « La démocratie dans la ville et dans le foyer ! »

  • 13 Angela avait été convaincue, par la lecture d’un article de journal citant un renégat du EZLN, que (...)

29Mon propos n’est certainement pas d’affirmer que, dans la Colonia Santo Domingo, les hommes choisissent communément de s’exprimer politiquement par les urnes électorales tandis que les femmes choisissent uniformément d’autres moyens d’améliorer les inégalités et les problèmes sociaux. En ce qui concerne l’EZLN par exemple, Angela n’avait rien de bon à dire13. Néanmoins pour elle et pour beaucoup d’autres femmes de Santo Domingo, c’est dans les années soixante-dix, quatre-vingts et quatre-vingt-dix, que la démocratie a progressivement signifié autre chose que le fait de voter. Les choix politiques n’étaient pas à leurs yeux réductibles aux élections.

Angela avait plus de mépris pour l’autorité gouvernementale qu’elle n’avait d’appréhension pour les révoltes armées telles que celle du Chiapas, et ceci lorsque son opinion ne restait pas ambiguë quant à savoir si quelqu’un pouvait vraiment faire quelque chose d’autre pour changer la situation. « Les Zapatistes ne jouent pas selon les règles » avait-elle dit à Gabriel lors d’une discussion chez elle. Gabriel répliqua : « et bien les règles sont faites seulement pour les intérêts des riches ». Angela dut consentir, elle comprenait bien que les règles étaient faites contre la gent humble, les gens du peuple, et elle le précisa afin d’avoir le dernier mot.
En réponse à une question que j’avais posée afin de savoir quel était le « véritable » soutien dont bénéficiaient les Zapatistes à Santo Domingo, Blanca me décrivit à peu près au même moment un dessin animé. Dans celui-ci, le leader zapatiste Ramona apparaît minuscule face à un représentant du PRI. Toutefois, les ombres qu’ils projettent sont diamétralement opposées : celle de Ramona s’élargit en longueur et en largeur, alors que celle du candidat du PRI est toute petite. De la même façon, le soutien rural en faveur du PRI – le soi-disant vote vert (voto verde) – est considéré par certains comme grand en apparence mais infime en réalité.

30Quand et comment les populations de Mexico et de l’ensemble du Mexique ont-elles quitté les filières du gouvernement pour réaliser des changements majeurs et mineurs, sont des questions qui ont depuis longtemps alimenté les débats passionnés des rues et des maisons de la Colonia Santo Domingo. Beaucoup de femmes font appel à leur expérience économique pour comprendre l’émergence ou non des opportunités politiques. En décrivant la réaction des femmes pauvres du Mexique urbain face aux crises interminables, Mercedes Gonzáles de la Rocha écrit :

31« les pauvres des zones urbaines créent et manipulent des ressources que l’état et le capital ne s’approprient pas, et ne pourraient vraisemblablement pas s’approprier. Les ressources de la pauvreté ne sont […] par aucun moyen mesurables et ne peuvent pas apparaître dans les statistiques nationales. Elles appartiennent au monde des affaires privées et aux événements qui se produisent au sein de la dimension domestique. » (1994 : 263).

32En concevant la sphère domestique, les ménages et les familles elles-mêmes, non pas nécessairement comme un lieu de conservatisme et de dépolitisation, mais plutôt comme un lieu de conflit constant et de transformation des relations de genre, entre autres, Gonzáles de la Rocha (1999) nous oblige à reconsidérer ensembles trois propositions : premièrement, dans le champ domestique, les faits ne sont pas forcement restreints et apolitiques ; deuxièmement, les significations des faits domestiques peuvent à leur tour influencer de plus grandes transformations politiques qui ne sont pas simplement des réactions aux événements d’ordre macro-sociologiques ; et troisièmement, l’assertion devant être reconsidérée (Molyneux 2001) selon laquelle les pauvres sont, par nécessité, si préoccupés par des questions de survie qu’ils n’ont pas le temps de s’intéresser à la démocratie et à la citoyenneté.

33De nombreux chercheurs ont étudié les intérêts et les ambitions des pauvres, certains mettant en avant des questions de simple survie, d’autres de plus larges aspirations utopiques du type « même les pauvres », et d’autres encore un mélange de survie et de stratégies utopiques. Nikki Craske (1993 : 116) présente, entre autres, les problèmes et les exigences soulevés par les habitants, et plus particulièrement les femmes des quartiers popularies de Guadalajara. Elle montre que ces problèmes et ces exigences sont centrés sur les infrastructures de base (l’eau, le système d’égoût, les routes, l’electricité et l’éclairage public) et les services communautaires (les transports publics, les écoles, les services de santé). Ce qu’elle appelle « les exigences citoyennes » expriment ainsi les volontés de représentation effective et d’accomplissement des promesses.

  • 14 Souvent inaperçue dans le sens politique et dans les analyses économiques politiques. Très certain (...)

34Cette réévaluation des perspectives sur les femmes a de profondes conséquences sur la façon dont nous discernons le changement des relations de genre dans les quartiers populaires comme Santo Domingo, parce qu’elle suggère que les faits domestiques jouent un rôle plus important dans la transformation des relations sociales que ce que l’on pense généralement. En outre, elle conduit également au réexamen de l’impact de la participation des femmes dans la culture politique populaire sur les femmes latino-américaines elles-mêmes, ainsi que sur les hommes et la masculinité à travers toute la région. Il est inexact d’affirmer que les femmes et les hommes se divisent en deux catégories distinctes correspondant à leurs rôles positifs et négatifs sur le changement social. Je souhaiterais plutôt souligner que les femmes ont assumé une place remarquable en termes d’influence sociale, souvent porteuse de changement (même si elle reste inaperçue), dans les mouvements sociaux et dans le milieu familial, à Santo Domingo ces dernières années14.

Conclusion : « vive le Mexique, fils du chaos ! »

35Guillermo de la Peña (1990 : 87) entend l’expression « culture politique populaire » comme la façon dont les pauvres ajustent et résistent, nient et cherchent des solutions à leurs problèmes politiques. Elle signifie plus qu’un héritage transmis par la tradition ou que l’imitation altérée de la culture hégémonique. Indiscutablement, ces ajustements et ces résistances, ces négations et ces recherches, deviennent évidents lorsque les hommes et les femmes âgés de la Colonia Santo Domingo déclarèrent qu’en dépit de leurs souffrances pour transporter l’eau ou pour construire leur maison, ils étaient d’une certaine façon plus heureux par le passé, avant que les choses ne soient « établies » dans la Colonia. Héctor me le fit remarquer lorsqu’il parla avec admiration de voisins qui avaient conjugué leurs efforts pour installer une canalisation d’eau et un robinet public en 1974. Doña Fili aimait me rappeler combien la solidarité des premiers temps de la colonia, au début des années soixante-dix, lui manquait ; lorsqu’en dépit des privations et des souffrances du moment, elle et ses voisins prenaient soin les uns des autres. En 1988, contrairement aux débuts impétueux de l’invasion de Santo Domingo, les habitants ne connaissaient plus les familles voisines : « Comme si nous étions dans un quartier de classe moyenne » déclara Doña Fili, quelque peu méprisante. Elle illustre ainsi le propos de Guillermo de la Peña (1990 : 105) selon lequel « nous ne devons pas faillir à apprécier l’euphorie communautaire des pionniers luttant pour des services sociaux, ou même, celle des familles et parents luttant collectivement pour leur survie ».

Lorsque je parvenais à faire parler Marcelo sur son enfance à Guerrero, il mentionait fréquemment que même s’il vivait pauvrement au sein d’une famille de dix enfants, il n’avait « jamais manqué de nourriture ». En 2000, il était largement moins optimiste sur sa propre aptitude à prendre soin de ses cinq enfants. Le manque de mobilité économique des générations récentes d’hommes et de femmes était, pour beaucoup, surprenant et stupéfiant. C’est ainsi que Marcelo, un ancien sergent-chef dont l’excellente performance scolaire en deuxième année du cours moyen lui permit de porter fièrement le drapeau mexicain et même de rencontrer le président Echeverría, était loin d’être un champion de la politique en 2000.

  • 15 «En México nunca falta una mosca en la sopa»

36La démocratie doit être revu en termes d’ethnicité et de genre (Radcliffe et Westwood, 1996). Toutefois, en traçant la trajectoire des aspirations et des mouvements populaires de Santo Domingo en 1994, depuis un débat public en mai jusqu’à la fin de l’année, nous remarquons que les hommes et les femmes perdent leurs espérances s’ils n’obtiennent pas les changements voulus. En 1999, Gabriel ne citait quasiment plus le Subcomandante Marcos, mais avec un petit sourire narquois faussement stoïque, il me disait : « au Mexique, il y a toujours un hic quelque part »15.

  • 16 Voir La Jornada, 6 juin 1994. Ces achats ont apparemment continué ; voir La Jornada, 15 mars 1998. (...)

37Au printemps 1994, lorsque les discussions à la Colonia Santo Domingo se sont concentrées sur les élections présidentielles, les hommes et les femmes débattaient du rôle qu’ils pourraient jouer dans l’avenir de leur pays. Certains habitants de la communauté se sentaient surtout concernés par l’éducation des pauvres et des exclus, et se préoccupaient moins des résultats de la lutte électorale ; d’autres avaient particulièrement peur que le résultat des élections ne dérange la distribution des pouvoirs pré-établis ; et beaucoup d’entre eux semblaient anxieux devant les éventuels liens entre l’instabilité politique et les nouvelles annonçant que l’armée mexicaine achetait un nombre croissant de « véhicules antiémeutes » aux Etats-Unis.16

38Depuis ce moment et dans le sillage de l’effondrement financier de 1995 qui plongea les gens dans un grand désepoir, l’humeur politique de mes amis de Santo Domingo correspondait de plus en plus à un désenchantement, rompant avec l’intérêt de dénoncer les complots politiques dominants et avec l’espoir d’un avenir meilleur. À ce titre, l’évolution de la culture politique populaire chez les hommes de la colonia est analogue au processus plus général, commun à tout le Mexique, décrit par Claudio Lomnitz (1995 : 42) : « Le rituel politique se substitue aux arènes de discussions et d’argumentations, créant des idiomes hégémoniques d’accords entre des points de vue (culturels et politiques) divers et variés […] » (voir aussi Lomnitz, 1998).

39Le sentiment de désillusion, et même d’indifférence conventionnelle, quant à la possibilité d’un changement politique au Mexique est de nos jours plus fort que jamais dans le quartier. Qu’il s’agisse d’une coïncidence ou non, après 1995, le nombre de vols à la tire et de crimes à Mexico augmenta considérablement. Ironiquement, la désillusion est plus forte chez les hommes que chez les femmes du quartier, comme si ceux-là avaient davantage d’espérances politiques dans le vote et le changement électoral.

40Ceci n’est pas surprenant pour une communauté qui s’est fondée sur une volonté politique longtemps indépendante, et sur la mobilisation d’un grand nombre de femmes. Alejandra Massolo (1994 : 35) souligne que, comme dans d’autres communautés mexicaines où les femmes ont été des leaders et des militantes de luttes populaires depuis les années 1970, ce que l’on entendait par « politique » et par « faire de la politique » a souvent laissé de côté les efforts « informels » des femmes pour élargir et diversifier le domaine public.

41Dans la même veine, Aida Hernández (1998b : 116) a récemment écrit que les récits des luttes des populations indigènes du Chiapas ne peuvent pas continuer d’ignorer les femmes indigènes, « ces nouveaux acteurs politiques qui ne changent pas uniquement la dynamique culturelle de leur propre communauté mais aussi l’arène politique de l’Etat et de la nation ».

42Le regain d’intérêt et d’activisme au moment des élections de 1994 convergea temporairement avec la participation plus durable des femmes dans les mouvements sociaux cette dernière décennie, mais ce regain disparu assez rapidement au début de l’année 1995. Toutefois, l’impact qu’aura la culture politique populaire sur l’opposition dans les diverses activités de rues et au sein des familles de la capitale, sera essentiel pour le développement de la démocratie au Mexique.

Post-scriptum aux élections de 2000
Pedro m’accueilla d’un « Salut Mateo ! » au début du mois d’août 2000, environ un mois après les élections présidentielles. « Devine quoi ! Maintenant nous aussi au Mexique nous avons la démocratie ! On a dû choisir parmi une bande d’imbéciles ! ». De manière évidente, les fruits de la politique néo-libérale tournaient au vinaigre. L’achèvement de la « vraie démocratie » au Mexique avait été présenté, pendant de nombreuses années, comme s’élevant en crescendo à la suite des élections présidentielles de 1988, comme s’articulant autour de la volonté d’obtenir un choix parmi plusieurs candidats en dehors du système de parti unique (le PRI). Pourtant, pour une raison ou pour une autre, avec trois candidats majeurs en 2000 (ou deux et demi car Cárdenas n’était pas vraiment candidat et par conséquent ses votes prirent plus la forme d’une protestation électorale), la majorité des gens que je connaissais à Santo Domingo étaient restés peu enthousiastes. Beaucoup d’entre eux me dirent à la fin de l’été 2000 qu’il s’agissait, comme d’habitude, d’une politique de dinosaures. La différence était simplement l’entrée de nouvelles espèces dans « le Jurassic Park » qu’était depuis longtemps devenue l’arène politique mexicaine.

Haut de page

Bibliographie

Abélès, Marc, 1988, « Modern Political Ritual : Ethnography of an Inauguration and a Pilgrimage by President Mitterrand » dans Current Anthropology 29(3), p. 391-399.

Abélès, Marc, 1997, « Political Anthropology : New Challenges, New Aims » dans International Social Science Journal 49(3), p. 319-332.

Bartra, Roger, 1981, Las redes imaginarias del poder político, Mexico, Era.

Bennett, Vivienne, 1998, « Everyday Struggles : Women in Urban Popular Movements and Territorially Based Protests in Mexico. » dans Victoria E. Rodríguez (éd), Women’s Participation in Mexican Political Life, Boulder, CO, Westview, p. 116-130

Centeno, Miguel, 1997, Democracy within Reason : Technocratic Revolution in Mexico, 2d éd., University Park, Pennsylvania State University Press.

Craske, Nikki, 1993, « Women’s Political Participation in Colonias Populares in Guadalajara, Mexico » dans Sarah A. Radcliffe and Sallie Westwood (éds),‘Viva’ : Women and Popular Protest in Latin America, London, Routledge, p. 112-135

De la Peña, Guillermo, 1990, « La cultura política entre los sectores populares de Guadalajara » dans Nueva Antropología 11(38), p. 83-107.

Gledhill, John, 1995, Neoliberalism, Transnationalization, and Rural Poverty: A Case Study of Michoacán, Mexico, Boulder, CO, Westview.

Gledhill, John, 1997, « Liberalism, Socio-economic Rights, and the Politics of Identity : From Moral Economy to Indigenous Rights » dans Richard A. Wilson (éd.), Human Rights, Culture and Context : Anthropological Perspectives, London, Pluto Press, p. 70-110.

González, Luis, 1987, « Suave matria : Patriotismo y matriotismo » dans Nexos 108, p. 51-59.

González de la Rocha, Mercedes, 1994, The Resources of Poverty: Women and Survival in a Mexican City, Oxford, Blackwell.

González de la Rocha, Mercedes, 1999, « Hogares de jefatura femenina en México : Patrones y formas de vida. » dans Mercedes González de la Rocha (éd.), Divergencias del modelo tradicional : Hogares de jefatura femenina en América Latina, Mexico, CIE-SAS/Plaza y Valdés, p. 125-53.

Gutmann, Matthew C., 1996, The Meanings of Macho: Being a Man in Mexico City, Berkeley, University of California Press.

Habermas, Jürgen, 1991, « What Does Socialism Mean Today? The Revolutions of Recuperation and the Need for New Thinking. » dans Robin Blackburn, (éd.), After the Fall : The Failure of Communism and the Future of Socialism, London, Verso, p. 25-46.

Hellman, Judith Adler, 1992, « The Study of New Social Movements in Latin America and the Question of Autonomy. » dans Arturo Escobar et Sonia E. Alvarez (éds), The Making of Social Movements in Latin America : Identity, Strategy, and Democracy, Boulder, CO, Westview, p. 52-61.

Hellman, Judith Adler, 1994, « Mexican Popular Movements, Clientelism, and the Process of Democratization. » dans Latin American Perspectives 21(2), p. 124-142.

Hernández, Aida, 1998, « Between Hope and Adversity : The Struggle of Organized Women in Chiapas since the Zapatista Rebellion. » dans Journal of Latin American Anthropology 3(1), p. 102-120.

Herzfeld, Michael, 1997, Cultural Intimacy: Social Poetics in the Nation State, New York, Routledge.

Jaquette, Jane, 1998, « Conclusion: Haciendo Política. The Mexican Case in Perspective » dans Victoria E. Rodríguez (éd.), Women’s Participation in Mexican Political Life, Boulder, CO, Westview, p. 219-227

Jelin, Elizabeth, 1990, « Citizenship and Identity: Final Reflections. » dans Elizabeth Jelin (éd.), Women and Social Change in Latin America, London, Zed Books, p. 184-207.

Kapur, Vatsala, 1998, « Women’s Contribution to the Democratization of Mexican Politics: An Exploration of their Formal Participation in the National Action Party and the Party of the Democratic Revolution. » dans Mexican Studies/Estudios Mexicanos 14(2), p. 363-388.

Lomnitz, Claudio, 1995, « Ritual, Rumor and Corruption in the Constitution of Polity in Modern Mexico » dans Journal of Latin American Anthropology 1(1), p. 20-47.

Lomnitz, Claudio, 1998, Modernidad indiana: Nueve ensayos sobre nación y mediación en México, Mexico, Planeta.

Martinez-Alier, Verena et Armando Boito, Júnior, 1977, « The Hoe and the Vote: Rural Labourers and the National Election in Brazil in 1974 » dans Journal of Peasant Studies 4(3), p. 147-170.

Massolo, Alejandra, 1992, Por amor y coraje : Mujeres en movimientos urbanos de la ciudad de México, Mexico, El Colegio de México.

Massolo, Alejandra, 1994, « Política y mujeres : Una peculiar relación. » dans Los medios y los modos : Participación política y acción colectiva de las mujeres, Alejandra Massolo (éd.), Mexico, El Colegio de México, p. 13-44

Molyneux, Maxine, 2001, Women’s Movements in International Perspective: Latin America and Beyond, Houndmills, Basingstoke, Hampshire, England, Palgrave.

Radcliffe, Sarah et Sallie Westwood, 1996, Remaking the Nation : Place, Identity and Politics in Latin America, London, Routledge.

Rubin, Jeffrey, 1997, Decentering the Regime: Ethnicity, Radicalism, and Democracy in Juchitán, Mexico, Durham, NC, Duke University Press.

Stolcke, Verena, 1988, Coffee, Planters, Workers and Wives: Class Conflict and Gender Relations on São Paulo Plantations, 1850-1980, New York, St. Martin’s.

Haut de page

Notes

1 On appelle paracaidismo les mouvements d’envahissement de terrains en friche au Mexique

2 De façon surprenante, les élections ont été très peu étudiées en anthropologie. Parmi les exceptions notables on trouve : Abélès 1988, 1997 ; Martinez-Alier et Boito Júnior 1977 ; Stolcke 1988.

3 Cette expression mexicaine intraduisible fait référence au metate, une pierre servant à moudre le mais pour les tortillas. Donc, les femmes qui fuient la metate abandonnent, selon l’expression, leur rôle traditionnel de préparation du plat principal de l’alimentation mexicaine.

4 «¡Democracia en la ciudad y en la casa!»

5 Pour une excellente histoire concise de la sphère publique au Mexique voir Lomnitz (1995). Pour une théorie originale sur « matriotismo » dans l’arrière pays catholique et conservateur du Mexique voir González (1987).

6 La référence au « déplacement de la volonté politique démocratique » est empruntée à Jüngen Habernas (1991 :36) qui analyse une situation politique et historique très différente, mais néanmoins intéressante pour l’étude de la démocratie et de la culture politique mexicaine. Malgré un contexte très différent, l’analyse d’Habernas sur la manipulation gouvernementale des campagnes électorales en Allemagne unifiée est pertinente par la façon similaire dont les partis politiques de ces pays respectifs ont cherché à provoquer un enthousiasme populaire pour les élections.

7 Voir les commentaires de Gledhill (1995) et également Gledhill (1997) sur les questions de rébellion et de changement.

8 Les Communautés Chrétiennes de Base sont des mouvements populaires appartenant à l’Eglise Catholique en Amérique latine et dont le but est d’assurer la justice par les efforts directs du clergé et des laïcs.

9 Par éducationm Fili pense à bien plus que l’école officielle. Dans sa remarque elle sous-entend que l’éducation implique tout autant une conscience et un éveil social que la connaissance livresque.

10 Une vecindad est un immeuble d’appartements d’une pièce avec des salles de bain et des robinets communs en général autour d’une cour commune.

11 A cette époque Stolcke écrivait sous le nom de Martinez-Alier

12 Cette analyse contraste avec le point de vue plus habituel selon lequel le mode primaire d’entrée des femmes dans les mouvements sociaux et la politique populaire en Amérique Latine existe à travers leurs revendications de mères.

13 Angela avait été convaincue, par la lecture d’un article de journal citant un renégat du EZLN, que l’évêque Samuel Ruíz du Chiapas avait été déçu par les Zapatistes, bien que son fils Noé ait tenté de la persuader qu’en fait Ruíz était « l’un d’entre eux ».

14 Souvent inaperçue dans le sens politique et dans les analyses économiques politiques. Très certainement, les féministes ont attiré l’attention sur les femmes, bien qu’elles aient plus concentré leur attention sur l’influence des femmes sur les femmes elles-mêmes plutôt que sur les hommes et sur les femmes en association, c’est à dire sur la société en général.

15 «En México nunca falta una mosca en la sopa»

16 Voir La Jornada, 6 juin 1994. Ces achats ont apparemment continué ; voir La Jornada, 15 mars 1998. Voir également Aguayo (1998) pour la documentation d’archives sur les intérêts (et les interventions) des Etats-Unis dans le processus électoral du Mexique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Matthew C. Gutmann, « La politique populaire a-t-elle un genre ? Un exemple mexicain », Cahiers des Amériques latines, 39 | 2002, 109-126.

Référence électronique

Matthew C. Gutmann, « La politique populaire a-t-elle un genre ? Un exemple mexicain », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 39 | 2002, mis en ligne le 06 août 2017, consulté le 24 janvier 2018. URL : http://journals.openedition.org/cal/6729 ; DOI : 10.4000/cal.6729

Haut de page

Auteur

Matthew C. Gutmann

Department of Anthropology, Brown University, Providence, Rhode Island (Mathew_Gutmann@brown.edu).

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • OpenEdition Journals