Navigation – Plan du site
Études

Pratiques et perceptions de l’espace urbain dans des quartiers populaires de Mexico

Marc Guerrien
p. 128-154

Résumés

Le propos de cet article est de présenter les principaux résultats d’une longue enquête de terrain réalisée dans une zone populaire périphérique de l’agglomération de Mexico, le Cerro del Judío, dans le but de mieux comprendre les pratiques, perceptions et représentations de l’espace urbain pouvant exister dans un espace caractérisé à la fois par son éloignement socio-économique et sa proximité géographique de zones résidentielles favorisées. À l’heure où la problématique dite de la « fragmentation » de l’espace et la question de l’« éclatement » de la ville sont au centre de nombreuses recherches d’urbanisme, il nous semble utile de varier la perspective, en se plaçant non du point de vue des couches favorisées mais de celui de la « majorité silencieuse », pour analyser des mécanismes d’inclusion et d’exclusion s’alimentant souvent réciproquement les uns les autres.

Haut de page

Texte intégral

Le cerro del Judio domine tout le quartier de San Jeronimo, ou les frontières entre classes riches et classes pauvres sont tacitement reconnues par tous les habitants

Le cerro del Judio domine tout le quartier de San Jeronimo, ou les frontières entre classes riches et classes pauvres sont tacitement reconnues par tous les habitants

Cliché : Alain Musset

1 La métropolisation de la vallée de Mexico a contribué sous divers aspects à une forme d’« éclatement » de la ville issue de l’époque industrielle, phénomène qui se retrouve aujourd’hui à des degrés plus ou moins importants dans toutes les grandes agglomérations latino-américaines et dans de nombreuses autres du monde occidental. À Mexico, les signes de fragmentation se multiplient dans le paysage urbain avec la privatisation des espaces pratiqués et vécus par les couches les plus favorisées de la population. Le symbole le plus spectaculaire de ce phénomène est la prolifération au cours des dernières décennies des lotissements ou quartiers fermés et privés dans des périphéries de l’agglomération qui cessent dans une large mesure de l’être tant l’extension urbaine a induit la décentralisation – voire l’« acentralisation » – des pratiques de la ville par ses habitants.

2La recherche urbaine se penche chaque fois davantage sur cet aspect évident de la problématique de la fragmentation de l’espace urbain, mais celle-ci reste difficilement compréhensible sans une analyse « par le bas ». Or l’étude des mécanismes d’inclusion et d’exclusion socio-spatiales, à partir des pratiques et perceptions de l’espace urbain des résidants de quartiers populaires, révèle une certaine accentuation des formes de repli sur soi et d’isolement, liée à création des lotissements et quartiers privés, parfois appelés « ghettos de riches ».

3C’est dans ce contexte qu’il nous est apparu pertinent de réaliser une enquête dans des quartiers populaires du Sud-Ouest de Mexico, où précisément se sont multiplié ces quartiers fermés, destinés aux couches aisées de la population, afin d’étudier les pratiques, perceptions et représentations de l’espace urbain parmi leurs habitants, qui généralement restent exclus de la modernité tout en constituant une majorité silencieuse. Mais avant de donner la parole aux personnes interrogées et de proposer quelques analyses sur les résultats de cette enquête réalisée sur le terrain entre août 2000 et mars 2001 grâce à la collaboration de deux jeunes de ces quartiers du Sud-Ouest du District Fédéral, il convient de présenter les caractéristiques démographiques et socio-économiques de l’échantillon étudié.

Un échantillon représentatif des milieux populaires du district féderal

4L’enquête a été effectuée sur un échantillon de 78 personnes – 40 hommes et 38 femmes – de plus de seize ans résidant parmi différentes colonies populaires du Sud-Ouest de l’Aire métropolitaine de la Ville de Mexico. Plus de 90 % des personnes interrogées vivent au sein des délégations de la Magdalena Contreras, Alvaro Obregón ou Tlalpán, quelques autres habitent celles de Coyoacán, Cuajimalpa et Iztacalco.

Figure N° 1 : Lieu de résidence des personnes interrogées

Figure N° 1 : Lieu de résidence des personnes interrogées

5Dans l’ensemble, il s’agit d’une population plutôt jeune puisque la moyenne est de 30 ans, la médiane de la distribution se situe à 27 et la classe modale est 25-30 ans. On se situe ici à peu près dans les standards d’une agglomération à la population encore relativement jeune, où les jeunes adultes constituent la catégorie la plus importante.

6Cette jeunesse de la population, née le plus souvent à la fin de l’explosion démographique de l’agglomération et de l’exode rural (ayant « profité » à la vallée de Mexico), explique que près des trois quarts des personnes interrogées soient nées dans la capitale. Ainsi, il s’agit majoritairement de purs chilangos, comme les provinciaux mexicains appellent de manière dépréciative les habitants de la capitale. Ici, on est donc en présence de représentants de la première génération « post-explosion » urbaine, autrement dit de celle qui est appelée à stabiliser démographiquement Mexico pour la première fois depuis 50 ans. En effet, ce sont souvent les parents des personnes interrogées qui ont migré au cours des décennies précédentes vers la capitale puisque près des deux tiers d’entre eux sont nés en province. Toutefois, 26,91 % des personnes interrogées – généralement les plus âgées – sont nées en dehors du District Fédéral, essentiellement dans les États voisins du centre du Mexique, et notamment ceux de Puebla et Tlaxcala. Avec ceux de Veracruz et Michoacán, ces Etats correspondent aussi aux principales régions d’où sont originaires les parents des personnes interrogées.

Figure N° 2 : Lieu de naissance des personnes interrogées

Figure N° 2 : Lieu de naissance des personnes interrogées

Graphique N° 1 : âge et sexe des personnes interrogées

Graphique N° 1 : âge et sexe des personnes interrogées

7Comme pour l’âge, ces caractéristiques sont assez représentatives de ce que l’on peut trouver sur l’ensemble du District Fédéral puisque selon le comptage de 1995 réalisé par l’Institut national d’économie géographie et informatique (INEGI), 75,32 % des habitants du District Fédéral y seraient nés. La comparaison entre le nombre de frères et sœurs des personnes interrogées (4,32 en moyenne) et leur nombre d’enfant (1,19) montre à quel point il s’agit de la génération de la transition démographique. Évidemment, le faible nombre d’enfants s’explique par la jeunesse de l’échantillon, mais il reflète une réalité constatée par tous les démographes : la grande modification des comportements en terme de natalité entre la génération actuelle – essentiellement « urbaine » depuis la naissance – et celle des parents.

8En ce qui concerne le nombre moyen d’habitants par logement, il est légèrement plus élevé que la moyenne du District Fédéral (4,64 sur cet échantillon contre 4,21 dans le D.F. en 1995). Mais ici, il convient surtout de remarquer que la médiane de l’échantillon n’est que de 3,82 ; ce qui signifie qu’une faible proportion de logements abrite de nombreux résidents, alors que plus de 80 % d’entre eux ont cinq habitants ou moins. Vu la jeunesse d’ensemble de la population, cela révèle l’évolution des comportements par rapport au logement : le plus souvent seule la famille nucléaire réside sous le même toit. Par conséquent, l’on constate une rupture progressive avec la tradition patriarcale mexicaine, qui maintenait au sein d’un même foyer plusieurs générations de membres de la famille (de la mère du père à la belle fille avec ses jeunes enfants).

Figure N° 3 : lieu de naissance des parents des personnes interrogées

Figure N° 3 : lieu de naissance des parents des personnes interrogées

9Le niveau d’étude des personnes interrogées semble lui aussi se situer dans des proportions comparables à ceux observés sur l’ensemble de l’agglomération. Plus des trois quarts des individus de l’échantillon ont eu un enseignement secondaire, ce qui témoigne d’un niveau d’éducation appréciable par rapport à leurs revenus, généralement très faibles. La majorité sont des employés de service peu ou pas qualifiés gagnant généralement à plein temps l’équivalent de 1 à 3 salaires minima (qui s’élève à environ 100 $ U.S. par mois).

10Enfin, en ce qui concerne le nombre d’heures hebdomadaires de travail, il est très élevé du fait que plus du cinquième des personnes interrogées déclarent que leur occupation principale est de faire des études. En fait, les garçons travaillent systématiquement, au moins quelques heures par semaine, en dehors de l’école afin de subvenir à leurs besoins ou soutenir leur famille. On notera que même si une majorité de femmes travaillent, celles-ci font dans l’ensemble beaucoup moins d’heures par semaine que les hommes ; ce qui montre que la seule lecture des taux d’activité – de toute façon inférieurs pour les femmes – est insuffisante pour conclure à une évolution nette vers la parité et la symétrie des responsabilités au sein du couple dans la capitale. En réalité, dans ce type de quartiers populaires, il semble que les rôles restent dans l’ensemble clairement établis et qu’ils sont plus fondés sur la complémentarité que sur l’égalité. Lorsque la femme travaille hors du foyer, il s’agit généralement d’une activité d’appoint destinée à compléter les revenus insuffisants de son mari ou de ses enfants.

Figure N° 4 : lieu de résidence des frères et sœurs des personnes interrogées.

Figure N° 4 : lieu de résidence des frères et sœurs des personnes interrogées.

11De la même manière, l’État civil montre à quel point il convient d’être prudent pour évaluer l’évolution des mœurs de la population des quartiers populaires de Mexico. En effet, si près de la moitié des personnes interrogées demeurent célibataires, principalement du fait de leur jeunesse et de l’inachèvement de leurs études, près de la moitié sont mariées et seuls quelques individus isolés – bénéficiant systématiquement du plus haut niveau d’éducation et du meilleur revenu – vivent en « union libre » ou sont divorcés. Donc, si l’on se marie plus tard et si l’on fait moins d’enfants chez les chilangos d’aujourd’hui, l’institution du mariage semble rester forte dans les quartiers populaires de Mexico. Ce phénomène est peut-être un peu moins net dans les couches plus aisées, où le divorce, par exemple, est plus courant de nos jours, comme le laisse suggérer la carte ci-dessous où l’on observe que les délégations aux indicateurs socio-économiques les plus favorables (Hidalgo, Cuauhtémoc, Juárez et Coyoacán) ont les taux de divorce les plus élevés.

Graphique N° 2 : Courbes des fréquences cumulées du nombre d’enfants et du nombre de frères et sœurs des personnes interrogées

Graphique N° 2 : Courbes des fréquences cumulées du nombre d’enfants et du nombre de frères et sœurs des personnes interrogées

Graphique N° 3 : fréquences cumulées du nombre d’habitants par foyer

Graphique N° 3 : fréquences cumulées du nombre d’habitants par foyer

Graphique N° 4 : niveau d’étude des personnes interrogées

Graphique N° 4 : niveau d’étude des personnes interrogées

Graphique N° 5 : occupation principale des personnes interrogées

Graphique N° 5 : occupation principale des personnes interrogées

Graphique N° 5 : Nombre d’heures de travail par semaine

Graphique N° 5 : Nombre d’heures de travail par semaine

Graphique N° 6 : État civil des personnes interrogées

Graphique N° 6 : État civil des personnes interrogées

12Quoi qu’il en soit, l’échantillon apparaît globalement représentatif en termes démographiques, socio-économiques et culturels, de bon nombre de quartiers populaires des périphéries du District Fédéral, et il n’en est que plus intéressant d’étudier les pratiques perceptions et représentations de l’espace urbain dans lequel vivent les personnes interrogées.

13Généralement, les habitants s’identifient bien plus à leur quartier, à leur colonie, ou à celles qui sont voisines qu’au reste de Mexico, une ville surdimensionnée qu’ils fréquentent peu – comme nous le verrons plus loin. Les raisons avancées par les habitants eux-mêmes ne sont guère surprenantes : ils aiment leur quartier parce qu’il s’agit de l’endroit où ils « vivent et s’épanouissent », où ils « s’investissent » (Salvador Robles Rivera), où ils ont « grandi toute leur vie » (Adán Pacanintz Torres), où ils ont « toujours vécu et où tout le monde se connaît », et où se trouvent « leurs gens ». C’est donc la connaissance et la familiarité avec l’espace et surtout avec ses occupants qui permettent l’identification avec celui-ci. Roberto Mora explique ainsi que ce n’est qu’à l’échelle du quartier qu’il perçoit une « union au niveau social ».

14L’identification est particulièrement évidente chez les femmes, puisque près des trois quarts d’entre elles se sentent plus « de leur quartier » que « de la ville », contre un dixième seulement chez les hommes. C’est à l’échelle du quartier que les femmes tissent le plus souvent leurs relations sociales. L’idée de « convivialité » revient régulièrement dans leurs réponses pour justifier cet attachement à leur quartier alors que, comme le souligne de manière ingénue Samantha Cabrera, « la ville est trop grande pour pouvoir connaître tout le monde ». De fait, les phénomènes de repli sur soi des différents sous-ensembles de l’agglomération peuvent difficilement être dissociés de l’ampleur de l’extension qu’elle a connue ; dans une ville gigantesque, forcément impersonnelle, on apprécie d’autant plus l’endroit où des rapports de proximité peuvent exister, c’est-à-dire souvent le quartier.

Figure N° 5 : Taux de divorce dans le D.F.

Figure N° 5 : Taux de divorce dans le D.F.

Graphique N° 7 : Sentiment d’identification

Graphique N° 7 : Sentiment d’identification

Graphique N° 7 : moyens de transport

Graphique N° 7 : moyens de transport

15Chez les femmes apparaît aussi de manière récurrente la notion de sécurité, comme chez Angela Martínez qui aime son quartier car là elle se sent « plus tranquille et plus à l’abri ». Par ailleurs, pour un ancien comme Javier Solís Camacho, l’important est que, son quartier, « on le connaît et donc on le respecte ». Dans l’ensemble, on s’identifie à son quartier tout simplement parce que c’est son « environnement social » (Esmeralda Estrada) et que l’on y passe la majeure partie de son temps libre. Cependant une part certes minoritaire mais non négligeable des habitants – notamment des hommes – affirme s’identifier davantage à la ville qu’à son quartier. Les personnes dans ce cas sont généralement celles qui ont la plus grande mobilité à l’intérieur de la ville.

16Ainsi, Julio Edgar Vega s’identifie plus à la ville parce qu’il « va partout », de même que Nasheli Septiem justifie sa préférence par le fait qu’elle « va beaucoup en ville ». D’autres l’expliquent en déclarant que leurs « amis se trouvent un peu partout ». Globalement, on constate que ceux qui s’identifient à la ville sont ceux qui ont aussi les plus hauts niveaux d’éducation. Luis Carranza González, médecin de profession, s’identifie ainsi à la ville « pour ses activités culturelles », tandis qu’Albert Rangel Espinoza, étudiant à l’université, préfère la ville car « il y a plus de gens de son style que dans son quartier ». On peut donc penser que l’identification est étroitement liée aux pratiques de la ville des habitants qui sont elles-mêmes, dans une large mesure, dépendantes du niveau de vie et en particulier des moyens en terme de mobilité.

17Dans ce contexte, l’étude des moyens de transport utilisés par les personnes interrogées révèle un facteur explicatif indirect de la forte identification au quartier. Alors que seulement deux individus sur les 78 de l’échantillon affirment utiliser une voiture particulière, la quasi-totalité d’entre eux se déplacent en microbus (peseras), sinon en autobus, en métro ou en taxi. Cette information est sans conteste un indicateur important de l’origine sociale des personnes interrogées. À Mexico, la possession ou non d’une voiture conditionne fortement les pratiques et les modes de vie urbains et marque ainsi souvent les frontières sociales. Sur l’ensemble de l’Aire métropolitaine de la vallée de Mexico près des deux tiers des foyers ne disposent pas d’automobile.

Figure N° 6 : nombre de voiture/hab. dans le D.F.

Figure N° 6 : nombre de voiture/hab. dans le D.F.

18Cet échantillon se place clairement parmi cette population puisque seulement trois des 78 personnes interrogées déclarent que leur foyer dispose d’une voiture, et qu’une seule autre personne cite l’automobile comme l’un de ses moyens de déplacement. L’on est donc en présence d’un échantillon où, sachant que la moyenne est de 4,64 habitants par foyer, il y a moins d’une voiture (0,84) pour 100 habitants, alors que la moyenne dans les délégations de Contreras, Tlalpan et Obregon varie entre 18 et 22 voitures pour 100 habitants. Cela montre à quel point le parc est concentré parmi les familles aisées qui souvent disposent de trois ou quatre véhicules, alors que dans les milieux populaires comme celui dont sont originaires les personnes interrogées, il est exceptionnel qu’il y ait au moins un véhicule dans le foyer. Toutefois la population de l’échantillon ne saurait être classée comme appartenant aux couches les plus pauvres de l’agglomération ou du District fédéral : le fait qu’un individu sur cinq cite le taxi comme l’un des moyens de transport utilisés semble plutôt indiquer la présence d’une petite classe moyenne (mais nous reviendrons plus loin sur l’ambiguïté du concept de « classe moyenne » au Mexique).

19Vu l’incommodité des peseras (camionnettes où peuvent s’entasser jusqu’à quarante personnes aux heures de pointe) et leur coût élevé (un voyage aller et retour avec changement vaut entre 8 et 10 pesos, alors que le salaire minimum est inférieur à 40 pesos par jour), on comprend pourquoi la population de ces quartiers populaires se déplace peu à l’intérieur de la ville. À l’exception des déplacements « obligatoires », principalement liés au travail, on constate en effet que les personnes interrogées ne semblent guère enclines à s’éloigner de leur quartier pendant leur temps libre, que ce soit pour les loisirs ou les achats.

  • 1 Ce qu’il convient de relativiser car certains, comme Javier Solis Camacho, n’hésitent pas à répond (...)

20L’inscription hyperlocale des activités de loisir se traduit, par exemple, dans le fait que parmi les 58,14 % des personnes déclarant avoir une activité sportive plus ou moins régulière1, 84 % d’entre elles le font dans leur quartier ou ses alentours. Le football et le basket-ball sont les sports les plus pratiqués, notamment sur les terrains publics disséminés dans les délégations Contreras ou Obregón. Par ailleurs, la télévision et la lecture sont des divertissements souvent cités et très répandus. Mais, d’une manière plus générale, les activités de loisirs les plus mentionnées restent le bavardage, le partage du temps libre avec la famille et les amis, la musique, les fêtes, etc. Autrement dit, des activités peu coûteuses, non liées directement à la consommation. La notion de convivialité revient en permanence lorsque l’on demande aux personnes interrogées quels sont leurs loisirs. « Convivir con su gente », telle est souvent leur activité – presque intraduisible en français – essentielle en dehors du travail. Dans ce contexte, l’étude de l’inscription spatiale des proches permet de mieux comprendre l’identification déclarée au quartier ou à la zone urbaine, plutôt qu’à la ville entière.

2185,9 % des personnes interrogées affirment que leurs proches ou leurs meilleurs amis habitent dans leur zone urbaine, et 62,82 % dans la colonie même ou une colonie voisine, contre un dixième seulement dans le reste de l’agglomération. En considérant également l’importance de la convivialité avec les siens, l’on peut remarquer la forte territorialisation des rapports sociaux – ce que les pratiques de consommation semblent confirmer. En effet, l’essentiel des achats se fait dans les marchés populaires situés à l’intérieur des quartiers puisque 87,18 % des personnes interrogées déclarent y faire leurs courses, mais les centres commerciaux « de libre-service » (les supermarchés) attirent au moins occasionnellement plus des deux tiers des personnes interrogées. Ces supermarchés se trouvent en général dans les mêmes zones que l’habitat, mais leur fréquentation nécessite souvent l’utilisation d’un moyen de transport. C’est donc essentiellement l’intense fréquentation des marchés populaires qui traduit l’importante inscription locale de la consommation, alors que les commerces et marchés du centre ne sont cités comme lieux d’approvisionnement que par 8,97 % des personnes interrogées (en général pour des achats de vêtements ou d’équipements ménagers).

22Les grandes galeries commerciales modernes copiées sur le modèle des malls nord-américains, comme Perisur, Santa Fe ou Altavista, et qui ont fleuri au Sud de Mexico au cours des vingt dernières années, ne sont quant à eux que très peu fréquentés par cette population. Ainsi sur l’échantillon, une seule personne cite spontanément ce type d’espace comme lieu d’achats. Les prix y sont prohibitifs car ils sont destinés à une tout autre clientèle : les couches aisées de la capitale. 56,41 % des personnes interrogées déclarent d’ailleurs ne jamais mettre les pieds dans ces enceintes modernes.

23Ces gigantesques établissements semblent donc inscrire dans l’espace les grandes divisions sociales qui caractérisent la ville de Mexico. Bien qu’officiellement ouverts à tous et de facto destinés à la « classe moyenne » mexicaine, ils ne sont guère attractifs pour la plupart des personnes interrogées. Parmi la petite moitié de celles qui ont déjà fréquenté ces enceintes ou le font occasionnellement (43,59 %), seuls 41,02 % déclarent s’y sentir bienvenus, alors que 42,31 % affirment s’y sentir mal à l’aise. Manifestement, il s’agit pour les habitants des quartiers populaires d’un espace étranger, d’un « autre monde », comme l’affirme sans ambages Samuel Martínez. Dans ces espaces où l’accès privilégié est réservé aux automobiles, les tarifs, mais aussi les codes et les signes en vigueur, ne sont pas les mêmes que dans les zones populaires où vivent la majorité des habitants de Mexico.

Graphique N° 8 : Lieu de résidence des familiers

Graphique N° 8 : Lieu de résidence des familiers

24Ainsi, ceux qui disent ne pas se sentir à l’aise dans ces endroits expliquent leur sentiment non seulement par le fait que ce soit « très cher », mais aussi parce que « les gens y sont différents » (Edgar Ramírez). « Ce sont des gens que l’on n’a pas l’habitude de fréquenter » (Domingo Montiel Araiza). En un mot, « ce ne sont pas des endroits pour les gens comme moi » (Jorge Castro Aguilar). Certains, souvent les plus jeunes, vont parfois jusqu’à manifester leur malaise par une hostilité vis-à-vis de ces espaces et de leurs occupants, en affirmant de manière récurrente qu’« ils sont prétentieux », qu’« ils sont méprisants », qu’« ils se croient supérieurs », etc.

Figure N° 7 : Lieu de résidence des frères et sœurs vivant à Mexico

Figure N° 7 : Lieu de résidence des frères et sœurs vivant à Mexico

25Ceux qui déclarent se sentir à l’aise dans ces endroits n’en perçoivent pas moins les différences qui les distinguent des « vrais habitués ». Ainsi, bien que cela les dérange peu ou ne les complexe guère, ils soulignent presque tous les différences de niveau économique, social et d’éducation. Ils ressentent surtout ces différences dans la manière de s’habiller et de s’exprimer. Ainsi, Sara Galindo affirme qu’elle va volontiers dans ces endroits, mais qu’avant elle « doit se préparer et s’arranger ». Seules quelques-unes des personnes interrogées estiment que les gens sont indifférents et normaux, comme Jorge Hernández Coronel qui trouve là « les gens normaux, pareils que lui ».

Les perceptions du territoire urbain

26Cette enquête révèle donc que les gens perçoivent les frontières socio-économiques mais aussi culturelles. Et effectivement, les pratiques de l’espace urbain varient beaucoup entre les différentes couches sociales de Mexico. Si la « classe moyenne » et les couches aisées ont une vie sociale très déterritorialisée grâce à leur grande mobilité (permise par la possession d’une automobile, la multiplication des autoroutes urbaines et des axes de circulation rapide au cours des vingt dernières années), les habitants des zones populaires vivent un certain « enracinement » dans des quartiers relativement homogènes socialement. Les modes de consommation et de loisir évoquées jusqu’ici stigmatisent ces pratiques opposées de l’espace urbain et cette déconnexion réciproque des différentes parties de la population. De telles différences sociales s’inscrivent de manière spectaculaire dans le paysage avec la multiplication des rues, lotissements et quartiers fermés et privés, qui se sont multipliés dans les périphéries du Sud de Mexico au cours des dernières décennies.

27Le regard porté par les personnes interrogées sur ces lotissements et quartiers fermés et leurs habitants qui se distinguent en s’y installant d’un contexte urbain environnant caractérisé par la pauvreté est dans l’ensemble plutôt négatif, mais néanmoins très variable. Seul 12,82 % des personnes de l’échantillon qualifient spontanément de manière positive ces types d’habitats et leur population lorsqu’on les interroge à ce propos. Julio Vega estime avant tout que leur développement est une bonne chose car ils permettent d’assurer une « bonne sécurité pour les enfants ». Edgar García apprécie quant à lui leurs résidents, qu’il qualifie d’« aimables et bien formés », des termes souvent repris par ceux qui apprécient le développement de ce type de résidences, comme Rocío Gutierrez qui voudrait que « toute la ville soit comme cela ». Mais, évidemment, tout le problème est là : toute la ville n’est pas comme cela, et si elle l’était, ces quartiers surprotégés n’auraient plus de raison d’être.

28Les personnes indifférentes, c’est-à-dire 38,46 % de l’échantillon, paraissent parfois conscientes de cela. Elles tiennent généralement un discours proche de celui de Fernando Ruiz Astrada : « c’est bien pour eux, je comprends qu’ils préfèrent ce confort et la sécurité, mais nous devrions tous vivre ensemble et partager ». Beaucoup d’autres personnes, comme Domingo Araiza, n’ont guère d’avis sur un phénomène qui ne semble pas les concerner : « c’est leur style de vie, voilà tout ». Dans l’ensemble, les personnes n’ayant pas de réaction sur la question sont plutôt jeunes ; peut-être parce qu’ayant grandi avec ce type d’espaces résidentiels disséminés dans leur délégation, ils ont pleinement intégré leur existence, ne se posent pas de questions sur leur légitimité, et parlent souvent de ces espaces et de leurs habitants avec indifférence, comme s’ils étaient inconnus et étrangers.

Graphique N° 9 : Type de commerces fréquentés

Graphique N° 9 : Type de commerces fréquentés

29Mais presque la moitié des personnes interrogées (48,72 %) expriment une opinion négative sur le développement de ces types d’habitats. Pour José Sánchez, les gens qui vivent dans ces espaces résidentiels veulent avant tout « se distinguer et se séparer des pauvres ». Adán Pacanintz Torres affirme qu’ils le font parce qu’ils « n’aiment pas les gens qui ont des bas revenus et croient que le monde est à eux ». Albert Rangel Espinoza pense quant à lui que « ce sont des sociétés qui veulent se mettre à part de la société commune », et Salvador Robles Rivera regrette que, parce qu’ils appartiennent à la « classe riche, ils refusent de se mélanger ». Finalement l’opinion générale de la moitié des personnes interrogées dénonçant le développement de ces quartiers et leurs habitants pourrait être résumée par le propos de José González Felipe, il apparaît comme le symbole de « la polarisation injuste entre les riches et les pauvres au Mexique ». Tous cependant ne portent pas un regard aussi distant et lucide ; un certain nombre de jeunes notamment prononcent des jugements plus agressifs : « pendant qu’ils nous laissent dans la marge, eux vivent comme des rois » (Jorge Castro Aguilar), « ils se croient supérieurs et traitent mal les autres » (Teresa Torres Esquivel), « ils sont racistes avec les gens des quartiers populaires, ils ne nous parlent pas » (Cristina Chávez), « racistes et très prétentieux » (Nasheli Sánchez), etc. En tout cas, pour tous ces gens, « ils ont plus que ce qu’ils devraient avoir ».

30Il n’est guère surprenant que les habitants des quartiers populaires alentours portent un regard négatif sur ces quartiers aisés et leurs habitants qu’ils n’ont pas l’habitude de côtoyer ; ces derniers ayant souvent un autre mode de vie – « à l’américaine » comme on le qualifie parfois de manière simpliste –, basé sur une grande mobilité à l’intérieur de l’agglomération, et caractérisé par la privacité de l’espace vécu (véhicule particulier, club de sport et de loisir privé, centres commerciaux « semi-privés », écoles et universités privées, etc.). En suivant des réseaux urbains n’incluant pas la rue, les espaces publics, les transports en commun, etc., les classes moyennes et aisées ont tendance à se déconnecter de la majorité de la population. La réduction au strict minimum des contacts et l’existence de modes de vie urbains distincts, voire antagonistes – basés sur la convivialité et l’immobilité dans les quartiers populaires, sur la flexibilité de l’inscription territoriale et des rapports sociaux dans les couches aisées – entraînent une différenciation des codes de sociabilité dont on peut penser qu’elle explique les commentaires dépréciatifs tels que : « ils sont ridicules » (Antonio Fernández), « ils sont fresas » (Sebastián Alvarez), « ils se prennent au sérieux » (Isabel Torres Aztal), etc.

31On observe ici une logique d’inclusion/exclusion. La forte inclusion des couches populaires à l’échelle du quartier et l’homogénéité de leurs relations sociales les conduisent à un rejet des représentants d’autres groupes et espaces urbains et donc à une exclusion à l’échelle de l’ensemble de la société urbaine. De la même manière, l’auto-exclusion des couches aisées des espaces publics et leur séparation vis-à-vis des milieux populaires favorisent l’hyperintégration de celles-ci à leur groupe social.

32Certes, il convient de rappeler que ces observations marquant nettement l’« inclusion/exclusion » ne sont le fait que d’une partie seulement des personnes interrogées, mais elles sont récurrentes. On peut émettre l’hypothèse que la déconnexion entre les espaces pratiqués par les couches aisées et le reste de l’agglomération, ainsi que les phénomènes dits de fragmentation de l’espace urbain ne sont pas de nature à accroître la mixité et à amenuiser les tensions sociales dans la capitale mexicaine. Le risque est d’entrer dans un « cercle vicieux » où les réactions à l’accroissement des tensions sociales accentueraient chaque fois plus le réflexe sécuritaire et le repli sur soi des catégories favorisées de la population. Celles-ci, n’évoluant quasiment que selon des circuits privés ou semi-privés, sont alors de moins en moins enclines à favoriser le financement des espaces publics - transports en commun (aujourd’hui essentiellement privés à Mexico), éducation, activités culturelles, etc. – puisque les occupants leur paraissent étrangers voire hostiles. D’une certaine manière, elles condamnent les quartiers populaires au repli sur soi. La connaissance, les perceptions et représentations du centre-ville, symbole de l’unité de Mexico, confirment qu’il existe une faible conscience d’appartenance à l’ensemble de la communauté urbaine dans les quartiers populaires étudiés.

33En effet, 48 des 78 personnes interrogées (soit 61,54 %) avouent ne pas connaître, ou peu, le centre de Mexico, pourtant très centralisé à l’origine. Beaucoup d’entre elles ne s’y rendent jamais ou très exceptionnellement. En général, ceux qui déclarent connaître le centre-ville sont des hommes et ont un haut niveau d’étude.

34Qu’elles déclarent connaître ou non le centre-ville (un critère qui reste assez subjectif), la plupart des personnes interrogées le dévalorisent, puisque deux tiers d’entre elles soulignent ses aspects négatifs (insécurité, saleté, désordre, laideur, pauvreté, mendicité, pollution). Seul un quart (25,64 %) des personnes interrogées le qualifient positivement en se référant aux fêtes populaires qui y sont organisées, et surtout en rappelant qu’il s’agit du haut lieu du patrimoine historique et du centre culturel mexicain. Manifestement, l’image négative du centre est liée à l’absence de familiarité des personnes interrogées avec lui. En effet, l’on constate que les personnes qui déclarent le fréquenter régulièrement le dépeignent d’une manière bien moins négative que ceux qui estiment mal le connaître. Parmi les premières, 40 % le caractérisent par sa beauté, ainsi que par sa dimension historique et culturelle, alors que seulement 12,5 % des autres le qualifient de cette manière. De même, l’insécurité semble beaucoup plus la préoccupation de ceux qui ne fréquentent pas le centre (37,5 %) que de ceux qui s’y déplacent régulièrement (16,67 %). Cela laisse penser que la non-fréquentation d’un espace, en biaisant la perception que l’on en a, accroît sensiblement le sentiment d’insécurité qui lui est associé. Ce qui n’est pas forcément justifié par une forte insécurité réelle. Dans le cas de Mexico, où les media se jettent sur le moindre incident pouvant survenir à Tepito ou à la Merced pour en aviser les téléspectateurs, les auditeurs ou les lecteurs, le fait de ne disposer que de ces moyens d’information indirects sur le centre accroît son image de lieu d’insécurité. À l’opposé, une expérience directe peut amoindrir cette impression négative.

Graphique N° 10 : Connaissance et perception du centre ville

Graphique N° 10 : Connaissance et perception du centre ville

35Quoi qu’il en soit, la perception sociale de la menace semble aujourd’hui très forte à Mexico. Dans notre échantillon, les 78 personnes interrogées sont unanimes : il existe un problème d’insécurité dans la ville. Si un certain nombre d’entre elles estiment être des victimes potentielles de la délinquance ou la violence « n’importe où et n’importe quand », la majorité jugent ces espaces particulièrement « dangereux ». Avec 24 mentions (31 % des personnes interrogées), le quartier central de Tepito est l’espace perçu et représenté comme le plus dangereux aux yeux de ces habitants du Sud de l’agglomération. Ensuite, viennent Iztapalapa (cité 12 fois, soit 15 % de l’échantillon), le centre en général (10 fois, 13 %), Nezahualcoyotl (7 fois), puis de nombreuses colonies et délégations du centre, ainsi que certaines périphéries de l’agglomération.

  • 2 La question était volontairement ordonnée de manière à ce que la personne interrogée donne d’abord (...)

36On remarquera que les espaces perçus et représentés comme dangereux sont presque toujours des espaces extérieurs et lointains. 6 seulement des 78 personnes interrogées – moins d’un dixième de l’échantillon – manque de sécurité au sein de leur propre colonie ou quartier. Ainsi, l’insécurité concerne généralement les autres. Notons que les personnes interrogées ne mentionnent jamais d’agression sur elles ou leurs proches. Si par exemple Roberto Mora estime qu’il y a un grave problème d’insécurité, ce n’est pas parce qu’il a été agressé, mais c’est parce qu’« à la radio et à la télévision, ils parlent tout le temps de vols, de meurtres et d’enlèvements » Ainsi, pour les personnes interrogées, l’insécurité est certes une réalité mais elle est plutôt abstraite, elle ne les concerne pas directement (surtout les hommes). C’est pourquoi, paradoxalement, bien que de nombreux habitants des quartiers populaires constatent qu’il existe un problème d’insécurité, ils affirment ne pas avoir peur d’aller dans les différents lieux de la ville. José Gonzalez Felipe explique ainsi que « l’insécurité est très forte » mais qu’« il n’a peur d’aller nulle part car il a grandi dans la pauvreté ». Comme à propos du centre-ville, où les réponses sont de type « le centre est dangereux, etc. » et « je n’y vais jamais »2, il apparaît que la perception du danger associé à un espace dépend beaucoup de sa fréquentation.

37Même si l’échantillon choisi est restreint, cette enquête nous donne un aperçu des pratiques, perceptions et représentations de l’espace urbain parmi les habitants des quartiers populaires périphériques du District Fédéral. Vis-à-vis de l’espace, il existe un lien direct entre connaissance et affinité, ainsi qu’entre méconnaissance et hostilité, que ce soit dans le cas de la relation au centre-ville, ou celui de la relation aux quartiers fermés des couches aisées, ou encore aux grandes galeries commerciales de luxe. Or plus un espace est grand et peuplé, moins il est connu, et plus il est perçu comme hostile ou représenté négativement, ce qui accroît d’autant le sentiment d’insécurité. Tout cela invite à approfondir la réflexion sur la corrélation entre la montée du sentiment d’insécurité, la fragmentation de l’espace urbain et les phénomènes de métropolisation.

« Sociocentrisme » et « spatiocentrisme »

38Pour terminer le compte rendu et l’analyse des résultats de cette enquête sur les pratiques, perceptions et représentations de la ville parmi les habitants des quartiers populaires du Sud de l’agglomération, nous présenterons de quelles manières ceux-ci définissent le niveau socio-économique de leur colonie, ainsi que les cartes mentales de leur ville qu’on leur a demandé de réaliser.

39Trois seulement des personnes interrogées qualifient leur colonie de « pauvre », alors que l’on a vu que la population était très peu favorisée au niveau socioéconomique. Pourtant, une écrasante majorité (86,72 % des personnes interrogées) estime résider dans une colonie de « classe moyenne ». Les habitants catégorisent ainsi leur colonie pour diverses raisons : « elle a les services basiques, le nécessaire » (Samuel Martínez) ; « elle dispose de l’eau courante, de la lumière et de petits commerces », « il n’y a pas beaucoup mais l’on ne manque pas beaucoup non plus » (Jorge Hernández Coronel) ; « il y a de quoi survivre » (José Jímenez Torres) ; « personne ne reste sans manger » (Esmeralda Estrada) ; etc. On le voit, pour définir la classe moyenne, on est loin des critères occidentaux. On peut d’ailleurs s’interroger sur la légitimité scientifique et éthique de la démarche trop répandue parmi les pays en voie de développement comme le Mexique consistant à qualifier de « classe moyenne » des populations très minoritaires ayant des standards de vie équivalents aux couches moyennes européennes ou nord-américaines. En partant sur de telles bases, on prend le risque de biaiser l’analyse en introduisant la confusion inhérente au fait de parler de classe moyenne à propos de populations appartenant au premier décile national en terme de richesse.

Figure N° 8 : Taux d’homicides dans le D.F.

Figure N° 8 : Taux d’homicides dans le D.F.

40Cette enquête souligne à quel point les individus ont naturellement tendance à se placer au centre de l’espace (voir plus loin l’analyse des cartes mentales) et de la société. Évidemment il y a toujours un nord, un sud, un est et un ouest, où que nous soyons ; de même, il y a toujours plus riche et plus pauvre que soi, quelle que soit la catégorie sociale à laquelle on appartient. Ceci est logique et compréhensible de la part d’un individu, mais peu satisfaisant pour une démarche scientifique. Le « sociocentrisme » – qui serait un peu l’équivalent en sociologie de ce qu’est l’ethnocentrisme en anthropologie – peut en effet conduire à appréhender les questions de manière subjective en prenant implicitement, voire inconsciemment, son propre milieu social et ses valeurs comme cadre de référence et grille d’analyse, sans prendre le recul nécessaire par rapport à l’objet d’étude. Les analyses et conclusions se trouvent alors biaisées.

  • 3 Le principe de l’exercice de la carte mentale est de demander à l’individu interrogé de dessiner u (...)

41On peut par conséquent estimer que les personnes interrogées habitent des quartiers qui correspondent à la classe moyenne statistique du District Fédéral. On n’est donc finalement pas vraiment face à un phénomène de « sociocentrisme » parmi les personnes interrogées, même si l’homogénéité des milieux sociaux dans lesquels ces populations évoluent ne peut que le favoriser. À l’inverse, l’étude des cartes mentales3 de la ville réalisées par les personnes interrogées met en évidence un phénomène que l’on pourrait qualifier de « spaciocentrisme » chez un certain nombre d’entre eux.

42Parmi les 59 cartes réalisées (19 des personnes interrogées ne se sont pas prêté au jeu), on distingue deux grands groupes. Le premier est constitué par les personnes qui ont essayé, avec plus ou moins de bonheur, de faire une carte du District Fédéral ou de l’agglomération, alors qu’on leur demandait – de manière volontairement ambiguë – de « dessiner un plan de leur ville ». Le second correspond aux personnes qui en réponse à la même question ont spontanément dessiné un plan de leur quartier ou de la zone dans laquelle elles vivent. Au sein de ce second groupe, la notion de « fragmentation mentale » de l’espace urbain prend tout son sens et se matérialise. Pour ces individus – majoritairement des femmes – la ville se confond avec le quartier, et vice versa.

43La carte mentale de Karina Bautista Salgado est un exemple des représentations globales de l’agglomération ou du District Fédéral. Bien que cette femme au foyer, âgée de 42 ans, déclare s’identifier avant tout à son quartier et puisse en sortir, la représentation d’ensemble qu’elle fait de la ville montre une conscience d’appartenance à un tout urbain et témoigne de l’absence de phénomène de spatiocentrisme. Dans ce cas, que l’on retrouve dans près du tiers des cartes réalisées, l’imaginaire urbain ne se résume pas au vécu et aux espaces pratiqués.

44À l’opposé, la représentation d’une mère célibataire restée anonyme montre un exemple net de la réduction de la ville à son espace de vie, le quartier, limité au croisement de deux rues. Le lieu de travail de la dessinatrice se situant au sein de sa colonie, il n’est guère étonnant qu’elle déclare ne jamais en sortir. Mais c’est le niveau d’éducation qui semble le facteur prédominant du spatiocentrisme observé chez ces individus. Ainsi, cette femme de 38 ans déclare n’avoir jamais été à l’école et place la télévision et les fêtes en tête de ses activités préférées, alors que Karina Bautista mentionne la lecture parmi ses loisirs. On peut être tenté de mettre ce facteur en rapport avec les différences de représentation de l’espace entre des individus qui, somme toute, ont un profil de pratiques urbaines similaire (dans une large mesure limité au quartier). La connaissance de l’espace et des échelles découle certes des pratiques que l’on en a, mais aussi dans une large mesure du niveau d’éducation, des connaissances « théoriques » de l’espace urbain et de la capacité d’abstraction des personnes considérées. En tout cas, la tendance globale sur les 59 cas observés est à une corrélation négative entre niveau d’éducation et spatiocentrisme. Cela rejoint également les observations précédentes qui nous avaient permis de constater une relation assez nette entre enracinement et identification au quartier d’une part et niveau d’éducation et catégorie socioprofessionnelle d’autre part.

45Le dessin de Ramiro, 32 ans, illustre d’une manière originale une autre forme de « spatiocentrisme » que l’on retrouve dans nombre de cartes. Son originalité réside dans le fait que se confondent subtilement objectivité – les contours de la représentation correspondant assez fidèlement à la forme des limites du District Fédéral – et « spatiocentrisme » – les délégations du Sud-Ouest (Contreras, Obregón ou Tlalpan) étant placées au centre du District fédéral, et celles qui sont limitrophes ou proches de leur périphérie. Ainsi, dans l’esprit de l’auteur, le centre géographique de l’agglomération se confond avec le centre de sa vie. Il s’agit d’une belle illustration de l’idée selon laquelle dans une mégalopole où coexistent différentes manières de la vivre, la pratiquer et la percevoir, il est difficile de d’identifier un centre unique, et même de parler de polycentralité tant chaque sous-espace, chaque groupe socio-culturel, possède son propre centre et ses propres réseaux de sociabilité. Chez l’auteur de cette carte, la confusion entre le global (l’agglomération dans son ensemble) et le local (la delegación), illustre ainsi toute la difficulté à établir l’ensemble des liens entre le « micro – et le macroespace urbain » dans une agglomération éclatée comme celle de Mexico.

46La carte réalisée par une femme de 28 ans restée anonyme nous donne une illustration plus nuancée du phénomène de « spatiocentrisme ». La perspective cavalière traduit une représentation intuitive, de type croquis, et non cartographique, de la réalité spatiale (les hauteurs du Cerro del Judio sont représentée en haut, alors que situées au Sud du centre). Mais l’information intéressante est que si la représentation grossit le quartier de vie, qui occupe les trois quarts de l’image alors qu’il a une étendu réelle bien moindre de celle le séparant du centre, celui-ci est quand même situé par rapport à un point de référence (« centro »), indiqué en bas de l’image. La représentation du cheminement menant à celui-ci est des plus confuses et erronées (les avenue Revolución et Insurgentes y mènent, contrairement à ce qu’indique le croquis – cf. figure 13), laissant penser qu’il est rarement emprunté, mais la volonté d’emplacement par rapport au centre montre malgré tout la conscience de l’appartenance à l’ensemble de la ville de Mexico.

Figure N° 9 : carte de K. Salgado

Figure N° 9 : carte de K. Salgado

Figure N° 10 : carte de la femme de 38 ans

Figure N° 10 : carte de la femme de 38 ans

47Pour finir, la carte de Raúl, 21 ans, est sans doute la plus originale : l’espace est représenté de manière circulaire, et la priorité est donnée à la dimension physique (relief, espace verts). Les rues et maisons se font discrètes parmi une végétation dominante. C’est une ville de Mexico charmante que nous dépeint Raúl. Il aurait sans doute aimé y ajouter des couleurs. Mais même ainsi, en noir et blanc, la représentation est profondément joyeuse, elle nous laisse imaginer une étincelle au fond du cœur d’un auteur dont on devine qu’il aime sa ville et sa vie. En cela, cette représentation est bien différente de toutes les autres. Pourtant, là encore, c’est sa ville à lui, à la frontière entre l’espace urbain et l’espace rural, et bien loin de tous les clichés sur l’agglomération de Mexico et sa grisaille, que Raúl nous représente – et seulement celle-ci. Le « spatio-centrisme » atteint ici son comble avec la forme insulaire donnée à l’espace représenté, qui apparaît comme complètement coupé du monde urbain environnant et replié sur lui-même.

***

48Cette enquête montre que la rupture de l’unité de la ville moderne se fait à la fois au niveau spatial – on l’a vu dans le rapport au centre-ville de ces habitants de quartiers périphériques – et au niveau social – comme le révèlent les différences entre les pratiques résidentielles, commerciales et de transport des habitants de ces quartiers populaires et les pratiques des milieux plus aisés de ces mêmes périphéries, évoluant dans des circuits connexes privés ou semi-privés. On peut penser que la fragmentation de l’espace urbain, dont la manifestation la plus spectaculaire est la multiplication des quartiers fermés durant les dernières années, n’est qu’une matérialisation d’une forte fragmentation « mentale » induite par la déconnexion et l’isolement des uns par rapport aux autres des différents groupes sociaux et spatiaux constituant l’ensemble de la communauté urbaine. Dans ce contexte, un écueil à éviter pour la recherche en sciences sociales sur des sociétés aux disparités socio-spatiales fortes comme la société mexicaine est évidemment ce « sociocentrisme » qui consisterait à n’aborder les questions de la fragmentation de l’espace urbain qu’à partir de l’étude et du regard des groupes ayant des pratiques de l’espace correspondant à celles que l’on rencontre par exemple dans la « classe moyenne blanche » nord-américaine. Nous espérons avoir su éviter un tel sociocentrisme en nous plaçant volontairement « de l’autre côté des barrières et grillages ».

49Pour conclure, on retiendra donc de cette enquête la très grande variété des perceptions et représentations de l’espace urbain induites par la multiplicité des pratiques possibles de la ville chez les habitants d’une grande agglomération comme Mexico. Cette variété existe non seulement à l’échelle de l’agglomération et entre les différents groupes sociaux, mais se retrouve également à l’échelle des quartiers à la composition socio-économique relativement homogène. Plutôt que d’appréhender la problématique de la fragmentation de l’espace urbain uniquement à partir des pratiques résidentielles – en nous focalisant par exemple sur les quartiers fermés –, il nous semble plus pertinent de partir des modes de vie urbains pour analyser la mobilité à l’intérieur de la ville et la connaissance qu’elle permet d’acquérir. L’imbrication des sous-ensembles spatiaux et sociaux les uns dans les autres, liée notamment à l’histoire récente du peuplement de la vallée de Mexico ainsi qu’à la nature inclusive du système de construction sociale au sein de la culture mexicaine, invite à relativiser certaines analyses réductrices faites sur le thème de la fragmentation de l’espace urbain.

Figure N° 11 : carte de Ramiro

Figure N° 11 : carte de Ramiro

Figure N° 12 : carte de la femme de 28 ans

Figure N° 12 : carte de la femme de 28 ans

Figure N° 13 : le quartier de San Jeronimo Lidice et San Jeronimo Aculco

Figure N° 13 : le quartier de San Jeronimo Lidice et San Jeronimo Aculco

Base : carte au 1/25 000 de l’Inegi

Figure N° 14 : carte de Raul

Figure N° 14 : carte de Raul

50Toutefois, on peut constater grâce à cette enquête à quel point l’origine sociale et le niveau d’éducation – au sens large du terme – conditionne les pratiques et le degré de connaissance de l’espace urbain dans sa globalité. L’étude des résultats laisse ainsi apparaître l’importance des disparités socio-économiques, éducatives et culturelles, comme facteurs explicatifs en ce qui concerne la problématique de la fragmentation de l’espace urbain. Quoi qu’il en soit, l’étude par « le bas », partant du terrain et donnant la parole aux habitants des quartiers populaires, dont la démarche se rapproche de celle de l’anthropologie urbaine, peut apporter des éléments de réflexion enrichissants à la géographie et à la sociologie urbaine sur les thèmes des divisions socio-spatiales et des mécanismes d’inclusion et d’exclusion à l’intérieur d’une grande agglomération comme celle de Mexico.

Haut de page

Notes

1 Ce qu’il convient de relativiser car certains, comme Javier Solis Camacho, n’hésitent pas à répondre à la question « faites-vous du sport et où ? » par « Oui, tous les jours, de la marche à la maison »…

2 La question était volontairement ordonnée de manière à ce que la personne interrogée donne d’abord son avis sur le centre, avant de préciser si elle estimait bien le connaître et y allait souvent, afin précisément d’étudier le lien entre perception, représentation et fréquentation.

3 Le principe de l’exercice de la carte mentale est de demander à l’individu interrogé de dessiner un espace afin d’analyser la connaissance, la perception et les représentations qu’il est a.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Le cerro del Judio domine tout le quartier de San Jeronimo, ou les frontières entre classes riches et classes pauvres sont tacitement reconnues par tous les habitants
Crédits Cliché : Alain Musset
URL http://journals.openedition.org/cal/docannexe/image/6745/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 376k
Titre Figure N° 1 : Lieu de résidence des personnes interrogées
URL http://journals.openedition.org/cal/docannexe/image/6745/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 121k
Titre Figure N° 2 : Lieu de naissance des personnes interrogées
URL http://journals.openedition.org/cal/docannexe/image/6745/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 85k
Titre Graphique N° 1 : âge et sexe des personnes interrogées
URL http://journals.openedition.org/cal/docannexe/image/6745/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 33k
Titre Figure N° 3 : lieu de naissance des parents des personnes interrogées
URL http://journals.openedition.org/cal/docannexe/image/6745/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 77k
Titre Figure N° 4 : lieu de résidence des frères et sœurs des personnes interrogées.
URL http://journals.openedition.org/cal/docannexe/image/6745/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 77k
Titre Graphique N° 2 : Courbes des fréquences cumulées du nombre d’enfants et du nombre de frères et sœurs des personnes interrogées
URL http://journals.openedition.org/cal/docannexe/image/6745/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Graphique N° 3 : fréquences cumulées du nombre d’habitants par foyer
URL http://journals.openedition.org/cal/docannexe/image/6745/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 58k
Titre Graphique N° 4 : niveau d’étude des personnes interrogées
URL http://journals.openedition.org/cal/docannexe/image/6745/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 46k
Titre Graphique N° 5 : occupation principale des personnes interrogées
URL http://journals.openedition.org/cal/docannexe/image/6745/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 79k
Titre Graphique N° 5 : Nombre d’heures de travail par semaine
URL http://journals.openedition.org/cal/docannexe/image/6745/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Graphique N° 6 : État civil des personnes interrogées
URL http://journals.openedition.org/cal/docannexe/image/6745/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 107k
Titre Figure N° 5 : Taux de divorce dans le D.F.
URL http://journals.openedition.org/cal/docannexe/image/6745/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 117k
Titre Graphique N° 7 : Sentiment d’identification
URL http://journals.openedition.org/cal/docannexe/image/6745/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Graphique N° 7 : moyens de transport
URL http://journals.openedition.org/cal/docannexe/image/6745/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 51k
Titre Figure N° 6 : nombre de voiture/hab. dans le D.F.
URL http://journals.openedition.org/cal/docannexe/image/6745/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 115k
Titre Graphique N° 8 : Lieu de résidence des familiers
URL http://journals.openedition.org/cal/docannexe/image/6745/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 62k
Titre Figure N° 7 : Lieu de résidence des frères et sœurs vivant à Mexico
URL http://journals.openedition.org/cal/docannexe/image/6745/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 79k
Titre Graphique N° 9 : Type de commerces fréquentés
URL http://journals.openedition.org/cal/docannexe/image/6745/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 62k
Titre Graphique N° 10 : Connaissance et perception du centre ville
URL http://journals.openedition.org/cal/docannexe/image/6745/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 69k
Titre Figure N° 8 : Taux d’homicides dans le D.F.
URL http://journals.openedition.org/cal/docannexe/image/6745/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 86k
Titre Figure N° 9 : carte de K. Salgado
URL http://journals.openedition.org/cal/docannexe/image/6745/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 70k
Titre Figure N° 10 : carte de la femme de 38 ans
URL http://journals.openedition.org/cal/docannexe/image/6745/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 35k
Titre Figure N° 11 : carte de Ramiro
URL http://journals.openedition.org/cal/docannexe/image/6745/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 71k
Titre Figure N° 12 : carte de la femme de 28 ans
URL http://journals.openedition.org/cal/docannexe/image/6745/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 99k
Titre Figure N° 13 : le quartier de San Jeronimo Lidice et San Jeronimo Aculco
Crédits Base : carte au 1/25 000 de l’Inegi
URL http://journals.openedition.org/cal/docannexe/image/6745/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 367k
Titre Figure N° 14 : carte de Raul
URL http://journals.openedition.org/cal/docannexe/image/6745/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 126k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marc Guerrien, « Pratiques et perceptions de l’espace urbain dans des quartiers populaires de Mexico », Cahiers des Amériques latines, 39 | 2002, 128-154.

Référence électronique

Marc Guerrien, « Pratiques et perceptions de l’espace urbain dans des quartiers populaires de Mexico », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 39 | 2002, mis en ligne le 06 août 2017, consulté le 23 janvier 2018. URL : http://journals.openedition.org/cal/6745 ; DOI : 10.4000/cal.6745

Haut de page

Auteur

Marc Guerrien

EHESS-GGSEU (Bguerrien@aol.com)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • OpenEdition Journals