Navigation – Plan du site
Information scientifique
Ouvrages récents sur la notion de genre en Amérique Latine

Aline Hémond et Pierre Ragon (dir.), L’image au Mexique. Usages, appropriations et transgressions

Paris, L’Harmattan-CEMCA, 2001, 273 p.
Aurélie Quentin
p. 186-188
Référence(s) :
Aline Hémond et Pierre Ragon (dir.), L’image au Mexique. Usages, appropriations et transgressions, Paris, L’Harmattan-CEMCA, 2001, 273 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage collectif, centré sur les usages de l’image au Mexique, a l’originalité d’être coordonné par une anthropologue, Aline Hémond, et par un historien, Pierre Ragon. Les différents textes qui le composent sont regroupés en trois grandes parties traitant en premier lieu des images indigènes, puis du Mexique colonial et enfin des rapports entre l’image et la constitution de la nation mexicaine. L’objectif du livre est d’utiliser l’image comme révélateur des représentations et de l’organisation des groupes sociaux qui les produisent, mais aussi de mettre à jour son rôle dans l’évolution de ces différents groupes au fil du temps. Il s’agit à la fois de comprendre la réalité en étudiant l’imaginaire, de voir comment l’imaginaire est façonné par la volonté d’agir sur le réel et d’analyser les effets - intentionnels ou non - de ces représentations figuratives et mentales. Les treize articles se placent dans une perspective ethno-historique et anthropologique pour tenter de révéler, au-delà même de l’image, l’importance de la dimension culturelle dans la construction de la société et de la Nation mexicaine.

2La division de l’ouvrage en trois parties distinctes renvoie à la fois à un découpage chronologique (la période précolombienne, la colonisation et l’indépendance) et à trois thématiques différentes : le dédoublement, la substitution et la construction. Il ne s’agit pourtant pas d’une chronologie stricte, puisque la première partie (axée sur la notion de dédoublement) traite de l’art indigène d’hier et d’aujourd’hui. Cette partie commence par deux articles, l’un écrit par A. L. Austin et l’autre par G. Olivier, qui abordent la question du dédoublement des dieux dans la religion méso-américaine. Les articles suivants portent d’abord sur les idolos otomis qui, d’après J. Galinier, représentent de véritables médiateurs entre l’inframonde et la réalité, servent à extérioriser les pulsions de la communauté otomi, et sont aujourd’hui vendus comme de simples poupées aux touristes, parallèlement à une pratique rituelle qui perdure en gardant tout son sens aux yeux des otomis. Au sujet du visage de l’idole, F. Neff nous explique la différence entre la conception indigène de l’idole et celle des religieux occidentaux qui tentèrent vainement d’en éradiquer le culte. Enfin, A. Hémond s’intéresse à la peinture sur papier d’amate qui, en étant promue par l’État pour symboliser l’unité nationale, a été réappropriée par les Indiens pour affirmer leur identité. Ces différents textes nous montrent que, au fil des siècles, les rites liés à l’image restent les mêmes, mais modifient et dédoublent leurs significations face aux nouveaux visages de l’altérité auxquels sont confrontés les indigènes. Ceux-ci conservent leurs systèmes de représentation, mais les conquérants, les religieux, les Créoles ou les touristes fabriquent leurs propres interprétations d’une même image, et en coexistant leurs différentes visions finissent par interagir.

3Les articles de la seconde partie, portant sur l’image mexicaine durant la période coloniale, s’intéressent moins à l’image elle-même qu’à la signification de la substitution d’une image par une autre. Dans le premier article, P. Lesbre étudie une image dite « métisse » par laquelle son auteur, en faisant fusionner des éléments indigènes et espagnols, met en valeur les premiers pour préserver son identité, tout en attirant les faveurs de la couronne sur la noblesse tezocane, au service de laquelle il se trouve. Le second article, écrit par A. R. Garcia, montre comment, sous la pression de luttes entre différents ordres religieux, la peinture coloniale mexicaine a récupéré le thème de la Jérusalem céleste en l’identifiant progressivement, pour la Nouvelle-Espagne, à la ville de Mexico. O. Mazin nous explique ensuite comment, au XVIIIe siècle, le clergé de la cathédrale de Valladolid (Michoacán), en substituant un crucifix par une autre image, lors du déroulement des processions dans la ville, a consolidé son pouvoir sur l’organisation sociale de la cité et affirmé sa prééminence sur l’ensemble des autres ordres religieux présents dans la ville. Pour conclure cet ensemble, P. Ragon nous montre comment, entre le XVIIe et le XIXe siècle en Nouvelle-Espagne, le culte des saints et de leurs reliques a été remplacé par celui des images. Cette partie expose une nouvelle étape dans la constitution des représentations et de l’imaginaire mexicain. Elle démontre que la colonisation ne se réduit pas à la substitution d’une culture par une autre mais produit un véritable métissage, où la lutte pour la survie ou la domination des représentations qui se rencontrent, donne naissance à une nouvelle culture.

4La troisième partie traite de l’utilisation de l’image pour construire une identité nationale, quand les nouveaux citoyens mexicains doivent s’identifier à un imaginaire commun basé sur un récit fondateur – celui de leur histoire. Dans un premier temps, I. F. Tejedo et C. Nava Nava étudient l’évolution des symboles inscrits sur le blason mexicain et leurs significations. Ils montrent l’importance du contexte historique et de la volonté politique dans le processus de construction et d’identification de la société à une entité abstraite : la Nation. Dans la même perspective, T. P. Vejo relate comment les peintures religieuses de l’exposition de l’académie de San Carlos ont progressivement été remplacées par des peintures historiques représentant les grands moments de la conquête et de l’indépendance – mais en « oubliant », de manière délibérée, l’époque coloniale. En abordant le thème des salles d’ethnographie du Musée national d’anthropologie, A. Medina soulève la question de l’intégration de l’héritage et de la présence indigène dans la nation en construction. L’étude de l’organisation de ces salles depuis leur création révèle l’évolution de la façon dont les hommes politiques et la communauté scientifique ont appréhendé ce problème. En conclusion, M. G. Boadella démonte le processus de mythification qui a fait de l’artiste graveur José Guadalupe Posada le précurseur du nouvel art mexicain, figure nécessaire à la constitution d’une identité nationale.

5Cet ouvrage collectif est donc une illustration très complète des différents usages de l’image, de ses formes d’appropriation et de manipulation tout au long de l’histoire du Mexique. L’image prend ici un sens très large car elle est à la fois représentation figurative et mentale. Au-delà de ce qu’elle veut montrer, mais aussi parce qu’elle cherche à dissimuler, elle est un précieux révélateur de l’organisation politique et sociale de l’époque à laquelle elle appartient. De ce point de vue, les différentes contributions rassemblées ici offrent une vision claire, non seulement des origines, mais également des représentations actuelles qui sont ancrées dans l’imaginaire des Mexicains. En ce sens, on est au cœur de grandes questions d’actualité tels que l’intégration (ou la non intégration) des populations indigènes à la nation mexicaine, les effets de la confrontation de deux visions du monde radicalement différentes, mais aussi la problématique de la citoyenneté et du sentiment d’appartenance à une communauté nationale. À cet égard, on regrettera sans doute le nombre trop réduit d’illustrations et l’absence de couleurs sur les photos proposées aux lecteurs.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Aurélie Quentin, « Aline Hémond et Pierre Ragon (dir.), L’image au Mexique. Usages, appropriations et transgressions », Cahiers des Amériques latines, 39 | 2002, 186-188.

Référence électronique

Aurélie Quentin, « Aline Hémond et Pierre Ragon (dir.), L’image au Mexique. Usages, appropriations et transgressions », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 39 | 2002, mis en ligne le 06 août 2017, consulté le 18 janvier 2018. URL : http://journals.openedition.org/cal/6796

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • OpenEdition Journals