Navigation – Plan du site
Information scientifique

Javier Santiso, Amérique latine. Révolutionnaire, libérale, pragmatique

Paris, Autrement, 2005, 157 p.
Julien Rebotier
p. 166-167
Référence(s) :
Javier Santiso, Amérique latine. Révolutionnaire, libérale, pragmatique, Paris, Autrement, 2005, 157 p.

Texte intégral

1Dans cet essai d’économiste, Javier Santiso présente d’emblée l’Amérique latine plongée dans une phase de transitions, en rupture avec les travers passés d’autoritarisme politique ou de radicalisme monétariste. On assiste à l’avènement d’un monde simple, nécessairement mondialisé, où le continent latino-américain est – pour l’instant – divisé en deux : d’un côté les pays pratiquant une économie politique du possible, de l’autre ceux qui, de fait, sont victimes de « passades » ou d’écarts au modèle de la démocratie libérale. Le présupposé de ce livre, en filigrane dans le texte, est celui d’une économie mondiale nécessairement libérale afin d’être bénéfique et d’un politique qui s’efface toujours plus, gardant pour seules missions celles qui consistent à rassurer les marchés, raisonner la fiscalité et stabiliser des conjonctures parfois fluctuantes. Détachées du politique, les institutions ont pour rôle de garantir la pérennité du fonctionnement économique et démocratique du pays, au-delà des alternances électorales. Pour l’essentiel, l’auteur attribue la légitimité à ce modèle qui « semble aller de soi » aux politiques économiquement efficaces de certains pays (Chili, Brésil ou Mexique), ainsi qu’à divers sondages soulignant l’aspiration massive des latino-américains à la démocratie libérale.

2Javier Santiso insére sa pensée dans le temps long de l’histoire des idées (chapitre 1) : selon lui, le XVIe siècle correspond à une révolution intellectuelle où le temps et la conception téléologique du monde supplantent le règne de l’espace ; c’est dans ce terreau idéologique que le couple révolution/État, baigné de futurisme, a pris racine. Il brosse ensuite un portrait politique et économique de l’Amérique latine (chapitres 2 et 3) où la stabilité institutionnelle devient une vertu supérieure de la maturité citoyenne. Statistiquement, les épisodes de longue croissance soutenue n’ayant pas été précédés de réformes radicales, il va de soi qu’un certain conservatisme s’avère adéquat ; a fortiori lorsque l’accélération des marchés, la mondialisation des échanges et l’importance de la confiance des acteurs obligent au pragmatisme économique de la démocratie libérale, seul régime raisonnable. Dans ce cadre, quel meilleur exemple que celui du Chili pour une économie politique consensuelle, qui plonge ses origines pragmatiques au début de la décennie 1980 et résiste à l’épreuve de la transition politique, gardant le même cap et dépassant même les discours des différents partis politiques portés au pouvoir par les élections démocratiques (chapitre 4) ? De même, « Lula light » fait office de global trader dont l’amnésie idéologique et le charisme pragmatique d’ancien syndicaliste sont présentés comme exemplaires (chapitre 5). Le Mexique, enfin, permet d’exposer les limites de « l’économie politique du possible », lorsque la faible maturité démocratique de la population empêche de porter à l’Assemblée nationale une majorité suffisante pour voter les réformes pragmatiques, à partir de 2003 notamment (chapitre 6). Encart plus théorique, le chapitre 7 est consacré à la formalisation du modèle « d’économie politique du possible » à rationalité limitée dont la constitution remonte aux années 1990 : l’auteur y voit une rupture avec les restructurations brutales du passé, le messianisme utopique et l’insertion de certaines économies nationales aux temps du premier monde. C’est l’ajustement temporel au tournant du XXIe siècle, le présent fait de nécessité économique, de pragmatisme et d’efficacité brute. Le couple démocratie / marché a progressivement effacé le couple révolution / État. Les « crises d’adolescence » de certains États qui ne se résolvent pas à devenir adultes et les écarts au modèle qu’incarnent le Venezuela et l’Argentine font l’objet du dernier chapitre et sont allègrement assimilés aux années Banzer, Menem et Fujimori – dans un manichéisme typologique bien commode. Ces passages sont également l’occasion d’assimiler – en l’espace de deux lignes – le Mexique du PRI et l’Espagne de Franco… Kirchner, Chávez – Morales aujourd’hui aussi – sont les produits hérités d’une histoire passée dont il ne faut qu’attendre la disparition. Une attente qui semble paraître bien longue à l’auteur lorsqu’il note que la vente de l’entreprise pétrolière d’État vénézuélienne (PDVsa) représenterait l’équivalent de deux PIB vénézuéliens ou près de dix fois la dette extérieure du pays – soit plus de 200 milliards de dollars.

3Avec force omissions opportunes, l’essai que propose Javier Santiso a pour objectif d’identifier en Amérique latine un modèle émergent « d’économie politique du possible », modèle au sein duquel le volet social brille par son absence et où les indicateurs en la matière manquent cruellement. Pragmatisme, efficacité économique, démocratie libérale, rationalité limitée et rejet de l’idéologie marqueraient l’empreinte de ce nouveau modèle… qui n’en procède pas moins, lui aussi, de l’idéologie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Julien Rebotier, « Javier Santiso, Amérique latine. Révolutionnaire, libérale, pragmatique », Cahiers des Amériques latines, 50 | 2005, 166-167.

Référence électronique

Julien Rebotier, « Javier Santiso, Amérique latine. Révolutionnaire, libérale, pragmatique », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 50 | 2005, mis en ligne le 16 août 2017, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/cal/8091

Haut de page

Auteur

Julien Rebotier

Université de Paris III – IHEAL/CREDAL

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • OpenEdition Journals