Navigation – Plan du site
Information scientifique
Lectures

Rodrigo Contreras Osorio (coord.), La gauche au pouvoir en Amérique latine

Paris, L’Harmattan, 2007, 230 p.
Julien Rebotier
p. 239-241
Référence(s) :
Rodrigo Contreras Osorio (coord.), La gauche au pouvoir en Amérique latine, Paris, L’Harmattan, 2007, 230 p.

Texte intégral

1Commençons par quelques morceaux choisis : « l’émancipation de l’Amérique latine dépend d’une reconstruction de l’espace institutionnel qui place l’État (non dans sa dimension administrative, mais éthique et politique) comme agent de régulation et de développement » ; « le fait de distinguer de manière globale la bonne ou la mauvaise gauche paraît être la simple conséquence d’une consigne qui sert la politique nord-américaine » ; ou encore, exposant les principes de Huntington ou de Hayek : « pour réussir la dépolitisation des besoins sociaux, il faut donc les transférer de l’État au marché. L’instrument pour y parvenir est la séparation du politique et de l’économique et, en conséquence, du social. Ainsi, le politique, en perdant sa capacité d’intervenir dans l’économique, devient un système fonctionnel autocentré. […] En définitive, la notion de gouvernabilité qu’on a voulu installer en Amérique latine pendant les années 1990 a cherché la subordination de tous les rapports sociaux aux lois du marché, en éliminant tout conflit entre des intérêts matériels opposés, c’est-à-dire en abolissant la politique » ; « ce n’est pas un hasard si le populisme a toujours été l’une des cibles privilégiées des défenseurs du statu quo puisque ce qu’ils craignent le plus, c’est la politisation des demandes sociales. Leur idéal serait une sphère publique entièrement dominée par la technocratie ». Cet hommage implicite à Alain Touraine souffle un air alternatif sur les analyses convenues – depuis l’Occident tout du moins – des tendances politiques contemporaines en Amérique latine. Les auteurs insistent sur la caducité des catégories de « droite » et de « gauche » pour distinguer les tendances de gouvernement au pouvoir en Amérique latine et, aux appellations « gauche républicaine » et « gauche tribunitienne » – comprenons bonne et mauvaise gauche –, on voit se substituer des qualifications plus transversales comme « gauche progressiste », dont les limites ne sont pas celles que l’on croit ou que l’on essaie de bâtir depuis les démocraties libérales occidentales.

2Le livre procède en deux parties. La première fait état des facteurs qui mènent aux situations politiques actuelles et à la montée des gauches en Amérique latine, tandis que la seconde présente une perspective par pays ou par région de façon plus monographique. L’examen des facteurs présidant aux situations contemporaines que connaît la gauche en Amérique latine achève de nous convaincre du caractère inopérant de catégories telles que « social-démocratie », « gauche de gouvernement » ou « (néo)populisme », ainsi qu’on les croise trop souvent dans un discours normé laissant finalement peu de place à l’analyse ou à la critique. C’est donc une invitation au décentrement de la pensée que nous propose cette réunion d’articles.

3Les constats sont connus : instabilité, inégalité, corruption, difficile respect – ou application – de la législation, fragmentation politique, sociale, territoriale et économique des sociétés. Les explications renvoient pour la plupart à la déstructuration des sociétés latino-américaines due aux programmes d’ajustement structurel des années 1980 et 1990, selon les recettes d’un monétarisme des plus austères. Le virage politique que connaît aujourd’hui le continent est intimement lié aux conditions sociales et matérielles des populations. Ainsi, le défi latino-américain réside dans la restitution du politique à des populations malmenées par des années de mépris discriminant. Intégrer à l’exercice citoyen, inviter à la participation, c’est rendre un pouvoir légitime aux membres du corps social dont certains étaient « oubliés ». La redéfinition des relations entre États et communautés ou mouvements sociaux s’impose. Certains prennent le parti de la refondation institutionnelle, d’autres celui de la réforme sans qu’on y voie pour l’instant de succès plus significatif. Partout, la « transformation sociale » est un objectif de gouvernement. Rendre ses galons sociaux, économiques, ethniques et culturels à une démocratie trop exclusivement admise comme seulement politique et libérale reste au cœur du projet des gauches du continent. Contrairement au courant « négriste », l’ensemble des auteurs s’aligne derrière le postulat d’un « État-providence » à inventer, qui défende l’intérêt commun, la dignité et tout ce qui constitue « les valeurs de gauche ».

4L’attitude envers la mondialisation, les relations avec les institutions nationales et internationales, les réactions face à l’opposition ou au « peuple » sont autant de critères qui nourrissent de fructueuses comparaisons, de Bachelet à Morales, de Chávez à Kirchner ou Lula. Les défis restent bien à la fois ceux de l’économie globalisée, de la consolidation de la démocratie et des conditions dignes d’existence. Mais chaque pays doit affronter de façon singulière des problèmes similaires : la communauté de condition n’implique pas une uniformité des réponses, mais une unité dans les revendications qui ne présume pas de la complexité des trajectoires. Les expériences ne sont pas généralisables, pas même dans les pays voisins pour bien des cas, mais des tendances se dégagent et deux grands axes sont identifiés : la social-démocratie du Chili et ses dérives libérales pour une part, la démocratie ethnique bolivienne et sa dérive néo-castriste d’autre part. Entre ces grands devenirs de la gauche d’Amérique latine, le poids lourd brésilien est confronté au problème d’une gouvernabilité pesante ; Chávez demeure un objet politique mal appréhendé, mais qui peut se payer le luxe de l’objection ; quant à Kirchner, il est porté par l’expérience intime des citoyens argentins de ce qu’est la révolte sociale et l’indignation devant l’injustice à la suite de la crise de 2001.

5Les voies de la gauche en Amérique latine ne sont donc pas nécessairement orthodoxes. Aucune cependant ne s’envisage sans le « peuple », là où un « déficit démocratique structurel et substantiel » a fabriqué des citoyens prompts à la revendication, à l’exaspération, à la révolte et à l’insoumission. Des conditions similaires se conjuguent à des aventures politiques singulières qui s’inventent et qui déroutent. Le continent n’est pas seulement au carrefour de son devenir politique : il pose aussi un bon nombre d’états d’âme aux autres « gauches » du monde et des défis épistémologiques aux analystes de tout bord. Original et souvent brillant, ce recueil d’article relève le défi d’un exercice délicat par les temps qui courent.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Julien Rebotier, « Rodrigo Contreras Osorio (coord.), La gauche au pouvoir en Amérique latine », Cahiers des Amériques latines, 51-52 | 2006, 239-241.

Référence électronique

Julien Rebotier, « Rodrigo Contreras Osorio (coord.), La gauche au pouvoir en Amérique latine », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 51-52 | 2006, mis en ligne le 17 août 2017, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/cal/8237

Haut de page

Auteur

Julien Rebotier

CREDAL, UMR 7169

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • OpenEdition Journals