Navigation – Plan du site
Dossier. Le développement : vicissitudes d’une idée structurante

Discours sur le développement durable : virages, tensions et conséquences pour le secteur forestier chilien

Discursos del desarrollo sustentable: giros, tensiones y consecuencias en el caso del sector forestal chileno
Sustainable development discourses: turns, tensions and consequences in the Chilean forestry sector
Enrique Aliste, Daniela Cea et Mauricio Folchi
Traduction de Quentin Molinier
p. 31-50

Résumés

Le secteur forestier chilien a adopté le discours du développement des années 1960 puis à partir des années 1992 du développement durable en faisant valoir la contribution positive de leurs plantations « renouvelables » sur l’environnement. Les pratiques économiques et les politiques publiques se fondent et promeuvent en même temps certains régimes discursifs. Et ce alors même que de nombreuses études soulignent les impacts environnementaux et sociaux négatifs des monocultures d’arbres exotiques, « renouvelables ».

Haut de page

Notes de la rédaction

Texte reçu le 13 février 2017, accepté le 4 juillet 2017.

Notes de l’auteur

Les auteurs remercient la Commission nationale de recherche scientifique et technologique du Chili (Conicyt) et les projets Fondecyt 1150770 et PIA-Anillo Soc 1404 qui ont apporté leur soutien à la réalisation de cet article.

Texte intégral

1La naissance de la notion de développement, qui est étroitement liée à celle de progrès, fut fortement corrélée à la présence d’industries, à des créations d’emplois et à la croissance urbaine [Aliste, 2010 ; Góngora, 1980]. Cependant, diverses tensions d’ordres social, politique, économique, culturel et écologique ont rendu difficile la réalisation des promesses portées par la notion de développement [Leff, 1994 ; 2000 ; 2002]. Cela explique l’émergence de discours sur le développement pétris d’ajustements idéologiques ou instrumentaux, comme le « développement humain » ou le « développement durable », qui ont eu des effets paradoxaux dans les domaines politique, social et environnemental [Aliste, 2012 ; Carman, 2011].

2Les mutations auxquelles ces idées ont donné naissance vont de la notion de progrès ancrée dans la production de biens et de services, à celles qui prônent la protection de l’environnement comme mécanisme de création de valeur et comme dispositifs de validation sociale d’un même modèle de croissance économique dans des territoires considérés auparavant comme marginaux. Ces stratégies nécessitent la refonte des politiques et des moyens par lesquels elles sont mises en œuvre et, par là même, de nouvelles esthétiques qui représentent ce « nouvel ordre social » fondé sur la thématique environnementale. En bref, au cours du temps, l’idée du désirable a non seulement transformé l’imaginaire social mais elle a également eu des répercussions énormes sur la production du territoire, l’élaboration de politiques publiques et la manière de concevoir les formes d’action sur l’environnement, et ce justement à partir des logiques ayant imposé l’idée de développement.

Premiers signes en Amérique latine : le développement avant tout !

3À chaque moment historique, on voit proliférer des conceptions en même temps qu’émergent les concepts qui donneront un sens à l’époque. Cette réflexion invite à porter un regard différent sur le concept de développement et l’appréciation environnementale du territoire, en tenant compte à la fois des spécificités des savoirs des sciences naturelles et de la manière dont se façonne la pensée collective sur ce sujet [Aliste, 2012]. Durant la seconde moitié du xxe siècle, le paradigme d’après-guerre a pesé de manière décisive sur les pratiques discursives concernant l’idée de la reconstruction et la sauvegarde de la notion de progrès économique. Dans la perspective de la reconstruction de l’Europe et de l’économie mondiale, une nouvelle façon de penser les relations internationales, ses perspectives économiques et le rôle des territoires a commencé à se faire jour, ainsi qu’une nouvelle manière d’appréhender la géopolitique [Lacoste, 1965], ce qui a donné lieu à des ajustements de la vision qu’on avait du développement économique [Faletto, 2007].

4La prise en compte par la Commission économique pour l’Amérique latine (Cepal) du problème du développement a commencé tôt avec des travaux comme ceux de Raúl Prebisch ou Celso Furtado. Chez ces auteurs, la perspective économique prévaut, surtout celle de la croissance économique [Gligo, 2006]. Mais, peu à peu, cette idée de développement a commencé à perdre ses atours exclusivement économiques pour céder la place à une conception plus diversifiée, large et recelant une dimension plus qualitative. Dans les décennies 1970, 1980 et 1990, le concept s’est progressivement enrichi de nouveaux éléments, intégrant ainsi une plus grande complexité. On passe de l’idée d’un développement économique à une approche axée sur les besoins humains, en acceptant l’idée que le produit intérieur brut (PIB) n’est pas la seule façon de comprendre le développement ; sur ce point, les discussions se sont progressivement étendues à d’autres disciplines [Escobar, 1996]. Par la suite, le concept a continué à intégrer des éléments de complexité croissante tels que, entre autres, la diversité culturelle, l’identité, la quotidienneté, l’importance des lieux, la territorialité [Porto-Gonçalves, 2001 ; Di Méo, 2005 ; Escobar, 2000 ; Leff, 2014]. Quelle corrélation y a-t-il donc entre les discours sur le développement et les territoires auxquels ils renvoient – dans l’optique d’une réflexion sur le développement durable ?

L’environnement et la durabilité, un enjeu discursif

5Les tensions engendrées par la promesse inachevée de la modernité d’offrir un certain bien-être se manifestent, entre autres, dans la détérioration de l’environnement. À présent, la pauvreté, les inégalités et l’exclusion ne sont plus les seuls motifs de frustration pour le discours moderne. Suite aux progrès scientifiques qui attestent aujourd’hui des différentes formes de destruction de l’environnement, de la transformation radicale du milieu ambiant et des vulnérabilités résultant de la rareté et de la diminution de l’accès aux ressources naturelles, de nouveaux discours entendent réorganiser les cadres de l’évaluation du social. Ainsi naît le discours sur l’environnement et la durabilité.

  • 1 Il faut préciser que le débat entre « développement soutenable » et « développement durable » est t (...)

6Ce discours a vu le jour en 1972 avec le rapport du Club de Rome [Meadows et al., 1972] et sa présentation à la conférence des Nations unies à Stockholm la même année. À la suite de cette conférence, le Programme des Nations unies pour l’environnement (Pnue) fut lancé, avec, depuis 1976, un bureau dédié à l’Amérique latine. À partir de cette date, les pays de la région latino-américaine et caribéenne créeront à leur tour des instances juridiques chargées des questions environnementales. Pendant la seconde moitié des années 1980, on a commencé à avoir une conscience accrue des difficultés et des problèmes environnementaux dans la région, grâce à des études menées, entre autres institutions, par la Cepal et notamment grâce au travail de référence d’Osvaldo Sunkel et Nicolo Gligo, intitulé Styles de développement et environnement en Amérique latine. Cette étude a créé un débat autour de la question du développement et de ses justifications en Amérique latine et mis en exergue les différents problèmes soulevés par l’idée d’un modèle de développement impactant fortement la nature. Au cours des années 1990, ces questions seront davantage considérées dans les choix de politiques publiques, notamment avec l’idée de « développement durable1 », qui conjugue de manière éclectique des éléments d’ordres social, économique et écologique [Brundtland, 1987] et dont la mise en œuvre initiée par le Sommet de la Terre de 1992 se prolonge grâce à une série d’engagements et de recommandations consignés dans l’Agenda 21.

L’expansion forestière au Chili au regard des discours sur le développement

7Les plantations forestières d’essences exotiques ont commencé au Chili au début du xxe siècle mais ont trouvé peu de débouchés commerciaux. À partir des années 1940, l’État a poussé son développement de plus en plus fortement en réponse à l’épuisement imminent des forêts naturelles et à la nécessité de fournir du bois pour l’expansion urbaine et des matières premières pour l’industrie chimique naissante (la cellulose), laquelle s’intégrait au modèle de développement de l’industrialisation par substitution des importations (ISI). À cette fin, des pépinières furent créées et des crédits accordés pour la plantation d’essences à croissance rapide : Eucalyptus spp. et Pinus radiata. En 1939, la Corporation pour le développement de la production (Corporación de Fomento de la Producción, Corfo) a initié le premier plan de boisement du pays, se fixant pour objectif de planter 40 000 hectares en cinq ans et un total de trois millions d’hectares dans un délai de 50 ans. Dans le même temps, elle a encouragé la construction de la première usine moderne de cellulose du pays (Laja, 1959) et pris en charge la construction des trois suivantes (Nacimiento, 1965 ; Arauco, 1972 ; Constitución, 1975). En 1965, lorsque moins de 100 000 hectares étaient boisés, le gouvernement a conçu un ambitieux « Plan national de reboisement », prévoyant de planter cinq millions d’hectares d’ici à l’an 2000. Au cours des cinq premières années, le plan prévoyait d’atteindre un objectif de 450 000 hectares, dont 175 000 par action directe de l’État et le reste par le privé. Le Plan a rencontré plus de difficultés que de soutien, mais près de 250 000 hectares ont été plantés en dix ans, principalement par action directe de l’État.

8Avec l’avènement de la dictature militaire (1973-1989), une nouvelle stratégie de développement économique s’est imposée dans le pays, fondée sur le développement du secteur à l’international et se traduisant par une politique de promotion et de diversification des exportations. Dans le même temps, ce modèle a réduit le rôle de l’État dans l’économie et plutôt encouragé l’entreprise privée. Ces deux éléments ont été mis en œuvre avec succès dans le développement de l’industrie forestière grâce à une politique de développement agressive, favorisée par le décret-loi n° 701 de 1974 (DL 701) créant une série d’incitations au boisement. La plus importante a été le subventionnement de 75 % du coût du boisement [Wisecarver, 1988]. Parallèlement, la Banque centrale propose des crédits promotionnels pour stimuler le boisement privé [Cerda et al., 1996, p. 20], ainsi que des exonérations fiscales territoriales, et déclare absolument inexpropriables les terres « au potentiel préférentiellement forestier ».

9D’autre part, l’État a transféré aux entreprises forestières les terres qui avaient été couvertes de forêts dont il disposait encore. De même, les usines de cellulose que l’État avait construites ont été transférées au secteur privé pour 78 % de leur valeur réelle [Cruz et Rivera, 1991], consolidant ainsi le secteur forestier privé dans le pays.

10Dans ce contexte, le secteur forestier s’est développé à un rythme sans précédent. La superficie plantée d’essences exotiques est passée de 576 000 hectares en 1975 à presque 3,7 millions en 2014 (cf. graphique 1 ci-après). La production matérielle de l’industrie forestière a crû dans les mêmes proportions. En 1975, la production de bois scié atteignait 976 000 m3. En 2014, elle avoisinait les 8 millions de m3 (cf. graphique 2 ci-après). La production de cellulose, qui s’élevait à 514 500 tonnes en 1975 dépasse les 5 millions en 2014 (cf. graphique 3 ci-après). Parallèlement, les gains liés aux exportations du secteur sont passés de 125 millions de dollars en 1975 à 6 129 millions en 2014, faisant grimper jusqu’à 15 % sa part dans les exportations totales du pays au plus fort de sa croissance (cf. graphique 4 ci-après).

Carte 1. Plantations forestières dans la partie centrale du Chili

Carte 1. Plantations forestières dans la partie centrale du Chili

Source : cadastre des ressources végétales indigènes du Chili, suivi des changements et des mises à jour, période 1997-2011. Conaf, juillet 2011.

Source : Infor, Estadísticas forestales.

Source : INE jusqu’en 1973 et Infor à partir de 1974 et après.

Graphique 3. Production de cellulose, 1970-2014 (en milliers de tonnes)

Graphique 3. Production de cellulose, 1970-2014 (en milliers de tonnes)

Image 100002010000012E000000977982F838.pngSource : 1950-1961, Cepal ; 1962-1981, Infor ; 1982-2014, CiceplaI, Corma.

Source : Banco Central, Infor.

11En plus de favoriser la croissance du secteur, les politiques de développement forestier mises en œuvre ont entraîné l’intégration et la concentration du secteur. Depuis la fin des années 1980, trois entreprises seulement se partagent la plupart des forêts et des usines de cellulose, concentrant dans les mêmes mains les procédés industriels, les terres et le capital [Cepal, 1986 ; Aguayo, 1983 ; Cavieres et al., 1986 ; Castañeda et Salamé, 1995 ; Contreras, 1989 ; Gómez, 1994].

Tableau 1. Propriétés terriennes des principales entreprises forestières (hectares)

Entreprise

Année

Utilisation

Plantations

Forêts primaires1

Autres

Total

Arauco2

2015

719 347

211 535

177 801

1 108 683

Mininco3

2015

578 924

158 756

0

737 680

Masisa4

2016

56 372

22 869

3 942

83 183

Total

1 354 643

393 160

181 743

1 929 546

1. Comprend les forêts primaires et les zones de conservation.
2. Source : Arauco. Rapport sur la durabilité, 2015.
3. Source : CMPC Forestal. NGP-New Generation Plantations. Réunion annuelle 2015. La valeur indiquée pour les plantations correspond à la « superficie productive ».
4. Source : Masisa. Rapport annuel 2016.

Le discours sur le développement dans le monde forestier

12Bien que le rapport Brundtland fasse référence au boisement dans le chapitre « Ressources de base », notant que « le reboisement des zones forestières dégradées est de la plus haute importance » [1987, p. 163] et qu’il est une « tâche cruciale [que] de trouver un équilibre entre la nécessité de les exploiter et celle de les préserver » [1987, p. 161], il y était principalement fait allusion à des « forêts tropicales et aux autres réservoirs de la diversité biologique », circonscrivant ainsi le problème à des zones spécifiques où sévissait la déforestation de la forêt primaire. De son côté, l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) met l’accent, depuis les années 1970, sur la nécessité de comprendre les forêts comme des prestataires de services sociaux ; la possibilité de freiner leur dégradation et la déforestation devant ainsi passer par la formulation d’instruments et de politiques visant à « trouver un équilibre entre le désir d’efficience et d’accomplissement personnel de l’homme et la nécessité de le protéger de lui-même et de ses propres actions » [FAO, 1972]. En d’autres termes, la progression de la déforestation fut principalement imputée au recours irrationnel à des pratiques abusant des écosystèmes forestiers naturels, comme l’agriculture ou l’élevage. Cependant, ce n’est qu’en 1992 à la Conférence des Nations unies sur l’environnement et le développement, communément appelé Sommet de la Terre, que l’idée de politiques forestières fut officialisée et mondialisée. On y a débattu, entre autres questions, des approches et des méthodologies concrètes sur le thème de la forêt, donnant ainsi un écho au débat mondial sur le développement durable qui avait cours à cette période.

13Si la thématique forestière n’a pas tenu le haut du pavé au cours de ce sommet, elle a inspiré deux sections des documents officiels rédigés alors. Ainsi du chapitre 11 d’Action 21 et de la Déclaration des principes forestiers. Ces sections avaient pour but principal de lutter contre le déboisement de la forêt primaire, qui atteignait 8,9 millions d’hectares chaque année, dans les années 1990 [FAO, 2008]. On a compris qu’il s’agissait d’un problème environnemental majeur et d’un défi à l’échelle planétaire, ce qui a probablement été le moteur principal pour prendre conscience de l’importance du sujet et rechercher conjointement les bonnes actions à entreprendre en matière forestière. Si l’on a insisté sur le fait que l’agriculture intensive et les pratiques d’élevage étaient des facteurs directs de la déforestation, ces mêmes pratiques forestières font aujourd’hui l’objet de révisions et de réévaluations. Pour la première fois, on commence à parler de manière systématique des différents types de forêts et, par là même, de la nécessité de les gérer différemment.

14Ainsi est né le concept de « gestion durable de la forêt », concept qui sera rapidement intégré au discours sur le développement dans le secteur forestier et qui est apparu avec le temps comme le meilleur moyen de faire face à la déforestation et d’atténuer les impacts négatifs du secteur [ONU, 1997]. En ce sens, la solution au problème de la dégradation de l’environnement pourrait résider dans le contrôle et la normalisation d’une utilisation « rationnelle » du sol, lui restituant ainsi son « potentiel forestier » naturel, ce qui se traduirait par un processus de reboisement massif. Le passage en question souhaitait « le renforcement de la protection, de la gestion durable et de la conservation de toutes les forêts et l’augmentation de la couverture végétale sur les terres dégradées, grâce à la réhabilitation, au boisement, à la reforestation et à d’autres techniques de restauration » [ONU, 1992, paragraphe 9].

15La pertinence de cette approche réside dans la redécouverte des multiples rôles et fonctions de « tous les types de forêts » et de « tous les types de terres forestières ». Si ces déclarations n’avaient pas – et ne pouvaient pas avoir – de caractère normatif, les idées ainsi avancées ont reçu un écho important dans la mise en œuvre des politiques et des programmes forestiers aux niveaux national et international et sont généralement vues comme une doctrine exemplaire des bonnes pratiques en ce domaine dans les organismes internationaux.

16Différentes instances ont été créées pour prolonger les initiatives promues par les Nations unies en matière de forêts. Un exemple en particulier est la Commission pour le développement durable (CDD) qui s’est donnée pour objectif de coordonner, faciliter et renforcer les accords de 1992 dans le contrôle et l’évaluation des forêts, ainsi que dans l’élaboration de rapports d’évaluation de différents pays. Une autre de ces instances a été le Groupe intergouvernemental sur les forêts (GIF) en 1995 et 1997, dont la mission était d’affermir le consensus sur la gestion, la conservation et l’exploitation durable de tous les types de forêts. De 1997 à 2000, le Forum intergouvernemental sur les forêts (IFF) a été mis en place pour faciliter et examiner les progrès réalisés par les États membres dans les pratiques de gestion durable des forêts. Enfin, le Forum des Nations unies sur les forêts (Fnuf) créé en l’an 2000 avait pour objectif de stimuler le dialogue international sur les questions forestières. Toutes ces instances ont conduit à la consolidation d’une approche jugeant urgente la formulation de « critères et de directives scientifiquement fondés » [ONU, 1992, paragraphe 22]. De ces nouvelles instances de dialogue créées après Rio 1992 est né un nouveau concept qui devait être intégré dans les programmes et politiques forestières : les « critères et indicateurs » (C&I) pour une gestion durable des forêts, de façon à pouvoir comparer et évaluer les pratiques forestières des différents pays.

17Il est essentiel de rappeler ces premières initiatives intergouvernementales au sein des Nations unies pour comprendre comment les systèmes de certification forestière ont gagné en légitimité. Le Forest Stewardship Council (FSC, Conseil pour la bonne gestion des forêts), qui souhaite imposer le concept de « forêt bien gérée » depuis les années 1980, s’accorderait parfaitement avec le standard mondial de « gestion forestière durable » [Carrasco et Salas, 2017]. En ce sens, les systèmes de certification répondraient aux exigences intergouvernementales voulant établir des indicateurs et des critères mondiaux afin d’évaluer l’état du secteur forestier.

18Un autre élément à considérer est l’échelle qu’on utilise pour aborder les questions forestières. La gestion durable comme son contraire, la gestion irrationnelle, ont des effets à l’échelle planétaire. Cependant, dans les années 1990, le lien entre la déforestation et les effets qu’elle pouvait avoir sur le changement climatique n’était pas clairement établi. De fait, la Convention-cadre des Nations unies sur le changement climatique [ONU, 1992], axée sur les accords visant à limiter les émissions de gaz à effet de serre, a complètement omis la question. Il a fallu attendre 2007 pour que le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (Giec) ne souligne que « 17,4 % de toutes les émissions de gaz à effet de serre produites par le secteur forestier sont causées par la déforestation et la dégradation des forêts » [IPCC, 2007, in FAO, 2008].

19De surcroît, le rapport Stern indiquait en 2007 qu’« une manière très efficace de réduire les émissions de gaz à effet de serre serait de freiner la déforestation » [IPCC, 2007, in FAO 2008]. Au début, la reforestation était considérée comme la seule solution contre la dégradation des sols et la déforestation. Mais, depuis 2005, la FAO s’appuie sur la gestion durable des forêts pour lutter contre la pauvreté rurale, améliorer l’accès à l’eau potable, promouvoir la conservation de la biodiversité et combattre les effets du changement climatique. Ce n’est pas sans rapport avec le processus de consolidation du Giec qui avait déjà plus de preuves scientifiques en 2005. Actuellement, comme le montrent les citations précédentes, le soutien aux processus de reforestation, qu’ils concernent des essences indigènes ou exotiques, contribue à l’atténuation du changement climatique.

Les discours sur le développement dans le secteur forestier : de la croissance à la durabilité dans le secteur privé chilien

20Au Chili, les producteurs forestiers sont regroupés au sein de la Corma (Corporación de la Madera) qui rassemble environ 180 acteurs privés du secteur et représente 55 % des surfaces plantées et 85 % des exportations [Corma, 2017]. C’est d’ailleurs la principale association commerciale du secteur dans le pays. Fondée en 1952, elle est aujourd’hui le porte-voix majeur et représentante de la branche sylvicole, tant dans le dialogue avec le politique et l’opinion publique que dans le débat scientifique national. L’une de ses caractéristiques est sa capacité à se réinventer selon les contextes historiques et sociaux dans lesquels elle est insérée. Les différents changements de son image de marque l’illustrent bien, image qui par ses différentes formes, figures et couleurs traduit une volonté constante du secteur de se réinventer, se renouveler ou se mettre à la page en fonction de l’air du temps.

21Actuellement, son logo représente un arbre quelconque, qui pourrait être un pin de Monterey (Pinus radiata) ou un chêne maulino (Nothofagus glauca) et différent de l’araucaria (Araucaria araucana) qu’arborait le logo des premières années de la société. On passe ainsi de l’imaginaire montagnard à celui de la durabilité grâce au sous-texte « ressources renouvelables » en phase avec les discours sur le développement durable des années 1990. Avec ses tons verts et marron, l’image actuelle de l’organisation se veut liée aux discours verts du nouveau capitalisme mondial (cf. figure 1 ci-après).

Figure 1. Les différents logos de la Corma au cours de son histoire

Figure 1. Les différents logos de la Corma au cours de son histoire

Source : Corma 1967 ; 1994 ; 2017.

22Pour comprendre comment le discours durable a pris son essor dans le secteur forestier représenté par ce groupe, il peut être pertinent d’explorer son histoire à la lumière des grandes étapes et idées exprimées dans ses discours. L’une des idées centrales défendues par la Corma dans ses vingt premières années d’existence était – dans une perspective développementaliste propre à l’époque – de faire du Chili un pays forestier. Pour ce faire, divers discours institutionnels et textes publics affirmaient que pour atteindre cet objectif des efforts devaient être entrepris sur certains indicateurs, tels que le nombre d’hectares plantés, les millions de dollars investis, la quantité de main-d’œuvre et les tonnes de produits forestiers exportés [Corma, 1979 ; 1986].

23Un an après la création du groupement d’entreprises, le président de la Corma assurait : « cela témoigne de notre conviction intime que, dans quelques années, la richesse forestière sera l’un des piliers de l’économie chilienne » [Corma, 1953]. La citation suivante va dans le sens de cette aspiration du groupe :

« Il n’est pas loin ce 15 avril 1952, quand un groupe d’entrepreneurs visionnaires fonda notre corporation, concrétisant une vieille aspiration des bûcherons du pays de se doter d’une institution qui les regroupe et les représente, et donnant naissance à une véritable guilde capable de satisfaire leurs aspirations et d’atteindre les objectifs qu’ils se sont fixés, à savoir de faire du Chili un grand pays forestier » [Corma, 1979].

24Par ailleurs, en 1961, la FAO a appuyé la création d’un centre de recherche forestière dans le pays pour soutenir directement l’industrie. Officiellement créé en 1965, ce dernier dépendait du ministère de l’Économie, faisant partie des instituts technologiques de la Corporation pour la promotion de la production (Corporación de Fomento de la Producción, Corfo). Ce n’est qu’à partir du début de ce siècle que l’Institut forestier est devenu le ministère de l’Agriculture.

25Le désir de transformer le Chili en un pays forestier s’est accompagné d’une requête enjoignant l’État de contribuer à la formulation d’une politique de promotion de l’activité. Si cela avait été réclamé dans les décennies précédentes, ce n’est qu’en 1974 qu’elle s’est concrétisée avec le DL 701. En 1979, en effet, le président de la Corma pouvait déclarer que le groupe y avait aspiré de longue date et que c’était l’un des principaux motifs de sa création en 1952. À ses yeux, ni les incitations ni l’entraide entre les entreprises de la Corma et avec d’autres corporations, ni même le renforcement des moyens de recherche ne pouvaient suffire à affermir le secteur. Un geste concret et significatif était nécessaire de la part de l’État : c’est ainsi que cette loi subsidiaire fut promulguée – la corporation ayant joué un rôle clé dans sa préparation. Ce n’est pas un hasard si un ancien président de la Corma des années 1970 (Fernando Léniz) était ministre de l’Économie, du Développement et de la Reconstruction entre 1973 et 1975, quand la loi forestière a été promulguée.

« Ces progrès ne se sont pas accomplis par hasard. Pour les obtenir, il a fallu que les entrepreneurs du secteur s’unissent et agissent de concert. Ainsi réunis sous l’égide Corma, ils ont pu faire part de leurs préoccupations aux autorités et se faire entendre. Ainsi les grands intérêts de chacun devinrent ceux de tous et reçurent une force suffisante pour sensibiliser le pays sur l’importance de son patrimoine forestier et susciter chez les autorités le désir impérieux de doter le secteur des instruments nécessaires à son plein développement. C’est ainsi que l’on a obtenu que soit promulgué le DL 701 sur le développement forestier. C’était une vieille ambition de notre corporation qui ne s’est concrétisée qu’en 1974. Il a d’abord fallu créer les conditions idoines pour sa promulgation et démontrer au pays que notre secteur avait les moyens d’en faire bon usage. Et dans les faits, nous l’avons démontré. Depuis la promulgation de la loi, plus de 350 000 hectares ont été plantés » [Corma, 1979].

26La deuxième grande période de la corporation forestière chilienne a été marquée par l’ouverture internationale et l’importance accordée à l’exportation de la production forestière dans le monde. Si l’intention de faire du Chili un pays forestier demeurait dans les années 1990, les discours publics avaient tendance à lier les possibilités de développement économique du secteur et du pays à l’augmentation des exportations. La corporation a alors esquissé de nouveaux scénarios, parmi lesquels la montée en gamme des produits finis (intégration de la cellulose et du papier) et, dans les années suivantes, avec le renforcement des normes internationales concernant la qualité des produits, une amélioration des capacités de production et les premiers efforts pour atténuer les externalités négatives de l’industrie.

27Comme le dit bien le slogan, le Chili était désormais un pays forestier – ce dont témoigne le dépassement des indicateurs en la matière (cf. graphiques 1 à 4 et le tableau 1). Les préoccupations de l’industrie se sont progressivement transformées, et ce qui se passait sur la scène internationale a commencé à avoir des répercussions dans la manière d’appréhender et de mettre en œuvre les stratégies commerciales. Aussi, suite aux engagements environnementaux pris pendant et après le Sommet de Rio de 1992 et pour répondre au défi de la durabilité, les instances de certification forestière ont fait leur apparition. Ces nouvelles exigences rendaient les opérations plus complexes et poussaient en même temps les entreprises à se redéfinir. À cet égard, une étape importante a été franchie lorsque Home Depot, un grossiste américain lié au secteur de la construction, a déclaré qu’à partir de fin 2001, il n’achèterait plus que du bois certifié Forest Stewardship Council (FSC). Pour certains auteurs, c’est un moment clé pour comprendre comment les principales entreprises nationales se sont lancées dans le processus de certification [Rodríguez et De La Maza, 2004]. Ainsi, depuis 2003, dix entreprises chiliennes ont fait certifier leur gestion forestière, ce qui équivaut à une superficie de 351 965 hectares [FSC, 2003 in Rodríguez et De la Maza, 2004].

28Pour renforcer son image, la corporation cultive aujourd’hui dans ses discours des idées telles que « l’engagement envers l’environnement, les communautés et leurs travailleurs », « la production à partir de ressources renouvelables » ou encore des « pratiques durables ». Pour opérer cette transformation, la corporation a mobilisé des discours sur la foresterie durable, ces éléments de discours étant introduits principalement par les sociétés certificatrices et légitimés par les indicateurs des organismes internationaux. La déclaration suivante l’illustre bien : « La Corma s’engage dans le développement durable et promeut avec ses partenaires différentes actions visant à favoriser une activité productive moderne, innovante, respectueuse de l’environnement et des bonnes pratiques vis-à-vis de la communauté et de ses travailleurs » (page d’accueil du site de la Corma, 29 décembre 2017).

29Ainsi, le discours sur la durabilité de la Corma s’articule-t-il actuellement autour de deux principaux thèmes. Le premier est l’avantage des forêts pour l’environnement. À cet égard, elle soutient qu’il existe deux types de forêts : la forêt primaire et les plantations forestières qui apportent, selon ses propres mots, les mêmes avantages économiques et procurent les mêmes bénéfices à l’environnement. Ainsi émerge l’idée que la foresterie est une activité durable car elle produit une ressource renouvelable avec des bénéfices environnementaux pour la planète. De fait, ces bénéfices avancés par la Corma en parlant de ses forêts sont exactement les mêmes que ceux décrits par la FAO en 1995 et sur lesquels, curieusement, le secteur forestier est constamment interrogé : le respect des sols et l’équilibre hydrique des bassins. Ces espaces incluent d’autres acteurs qui utilisent l’eau, ce que les entreprises forestières ne manquent pas de rappeler pour montrer qu’elles ne sont pas les seules à utiliser cette ressource et partager la responsabilité de leurs actions sur le système hydrique.

30L’autre avantage lié à cette première thématique est celui des bénéfices des plantations pour l’environnement, la lutte contre le changement climatique et la réduction des gaz à effet de serre. Comme le soulignait le président de la corporation : « Concernant le défi de la COP 21, le secteur forestier a beaucoup à offrir » [Corma, 2017].

31Le deuxième thème sous-tendu par le discours durable du secteur forestier tient dans le concept de « gestion durable des forêts », qui, comme nous l’avons vu au début de cet article, provient du sommet des Nations unies de 1992. La durabilité environnementale du secteur résiderait ainsi dans une bonne gestion des forêts, dont les normes sont fournies par la certification environnementale. Cela implique deux exercices rhétoriques. Le premier consiste à rappeler constamment que l’activité forestière est en elle-même durable, en tant qu’elle utilise une ressource naturelle renouvelable, à la différence d’autres activités économiques dominantes au Chili. Le second argument, dans une optique similaire quoique non identique, se concentre sur la noblesse de l’arbre, en soulignant les avantages du pin de Monterey pour sortir du débat sur la monoculture extensive.

Conséquences de la rhétorique du secteur forestier chilien : quand l’arbre cache la forêt

32Le dynamisme et l’aura du secteur forestier au Chili ont atteint des niveaux sans précédent, comme le montrent les graphiques, tableaux et cartes précédents. En outre, le secteur, qui se concentre essentiellement sur trois entreprises politiquement influentes, représente non seulement une partie importante du PIB national (de 2 à 3 % par an), mais recèle également un patrimoine foncier de près de 2 millions d’hectares.

33Une série de critiques sont ainsi apparues de la part de divers secteurs qui remettent en cause les fondements de ce modèle, à la lumière, notamment, de certaines conséquences environnementales, économiques, sociales et culturelles qui, si elles peuvent être discutées, trouvent souvent leur origine dans l’extension de la monoculture dans de vastes régions du centre et du sud du Chili.

34Parmi ces conséquences, on pointe la réduction des écosystèmes, avec la question lancinante des réserves hydrauliques, en termes de quantité [Lara et al., 2009 ; Little et al., 2013] et de qualité [Oyarzún et al., 1995, 2011 ; Guevara-Cardona et al., 2006 ; Stehr et al., 2010] dans les territoires forestiers de plantations exotiques. Sont aussi dénoncés l’augmentation des incendies forestiers [Conaf, 2014 ; 2017] dont la fréquence s’est accrue dans ces territoires avec de graves conséquences (la situation a été particulièrement critique en janvier 2017, avec près d’un demi-million d’hectares consumés par le feu, des milliers de personnes sinistrées, des dizaines de morts et plus d’une centaine d’incendies simultanés dans presque tout le Chili central) ; l’homogénéisation du paysage et la réduction de la biodiversité, affectant les espèces végétales et animales ce qui pose des problèmes de conservation [Martínez et al., 2011 ; Echeverría et al., 2007] ; le remplacement ou la fragmentation de forêts primaires de grande valeur pour la biodiversité régionale, nationale et mondiale [Armesto et al., 1998 ; Villagrán et al., 2005 ; Schulz et al., 2010 ; Altamirano et al., 2013 ; Nahuelhual et al., 2012 ; Miranda et al., 2017 ; Zamorano-Elgueta et al., 2017] ; l’augmentation des invasions d’espèces exotiques [Pauchard et al., 2014] ; ainsi qu’un certain nombre d’effets au niveau social et culturel [Carrasco et Salas, 2017].

Conclusion

35Les discours sur le développement doivent être considérés comme des instruments de pouvoir. Leur façon d’articuler les mécanismes de l’action sociale et de la coercition s’étend de la stratégie d’influence dans les politiques publiques à des moyens plus subtils de redéfinition des cadres d’évaluation, de perception et de sédimentation des imaginaires sociaux.

36Les discours sur le développement durable répondent à la même logique que tous les discours sur le développement : ils cherchent à créer des conditions d’actions légitimes aux yeux du milieu social dans lequel ils s’enracinent. De cette manière, ils valident leurs mécanismes d’action en induisant des consensus et des jugements collectifs qui suscitent un haut niveau d’assentiment, quand bien même leur communication se révélerait a posteriori plus superficielle et moins solide qu’elle n’y paraissait. En définitive, ils instillent des ajustements idéologiques requis pour faire fonctionner des modèles économiques hégémoniques.

37Le secteur forestier fournit un exemple intéressant de cette logique ; même s’il est présenté comme le défenseur de l’environnement, ses effets négatifs sont au centre du débat scientifique national, comme le montre la littérature citée. Deux approches permettent de bien mettre en lumière ce phénomène dans le cas chilien : d’abord l’étude des effets d’ordre général et synthétique, mais aussi la microanalyse du rôle de l’organisation corporatiste qui défend les intérêts du secteur. En définitive, on comprend que la corporation a adopté le discours sur le développement durable afin de conserver son importance, son pouvoir et son hégémonie vis-à-vis des décisions qui la concernent.

Haut de page

Bibliographie

Aguayo Iván, « Análisis de la situación de los pequeños propietarios forestales en la comuna de Coelemu: VIII región », Santiago du Chili, Grupo de Estudios Agro Regionales, 1983.

Aguayo Mauricio, Pauchard Anibal, Azocar Gerardo et Parra Oscar, « Cambio del uso del suelo en el centro sur de Chile a fines del siglo xx: entendiendo la dinámica espacial y temporal del paisaje », Revista chilena de historia natural, vol. 82, n° 3, 2009, p. 361-374.

Aliste Enrique, « El discurso del desarrollo y sus efectos ambientales en Chile: prácticas espaciales y transformaciones territoriales en el área metropolitana de Concepción, 1950-2010 », Scripta Nova, Revista Electrónica de Geografía y Ciencias Sociales, vol. 16, n° 418, 2012.

Aliste Enrique, « Territorio y ciencias sociales: trayectorias espaciales y ambientales en debate », in Enrique Aliste et Anahí Urquiza, Medio ambiente y sociedad: conceptos, metodologías y experiencias desde las ciencias sociales y humanas, Santiago du Chili, RIL Editores, p. 55-76, 2010.

Armesto Juan J., León Pedro et Arroyo Mary Kalin, « Los bosques templados del sur de Chile Y Argentina: una isla biogeográfica », in Juan J. Armesto, Carolina Villagrán et Mary Kalin Arroyo (dir.), Ecología de los bosques nativos de Chile, Santiago du Chili, p. 23-28, 1995.

Brundtland Gro Harlem, Informe de la Comisión Mundial sobre el Medio Ambiente y el Desarrollo, Pnuma, 1987.

Carman María, Las trampas de la naturaleza: medio ambiente y segregación en Buenos Aires, Buenos Aires, Fondo de Cultura Económica, 2011.

Carrasco Noelia et Salas Ricardo, « Inflexiones y dilemas ético— políticos del capitalismo en el Centro Sur de Chile, a propósito de la globalización forestal », Revista Izquierdas, n° 27, 2017.

Castañeda Patricia et Salamé Ana Maria, « 20 años de fomento forestal en la Araucanía: transformaciones agrarias y pobreza rural », Revista de Trabajo Social, Pontificia Universidad Católica de Chile, n° 66, 2005, p. 55-78.

Cavieres Aarón et al., Especialización productiva, medio ambiente y migraciones: el caso del sector forestal Chileno, Transformación productiva y medio ambiente, Agricultura y Sociedad Grupo de Investigaciones Agrarias, Academia de Humanismo Cristiano Santiago, n° 04, 1986, p. 31-95.

Cepal, Desarrollo frutícola y forestal en Chile y sus derivaciones sociales, Chili, Nations unies, 1986.

Cerda Ignacio et al., El sector forestal en Chile: logros y desafíos, Santiago, Infor-Corfo, 1992.

Cmpc Forestal, NGP-New Generation Plantations, Reunión Anual, 2017.

Conaf-Conama, Catastro de uso de suelo y vegetación: monitoreo y actualización Región de Los Ríos, periodo 1998-2006, Valdivia, Corporación Nacional Forestal/Comisión Nacional del Medio Ambiente, 2008.

Contreras Rodolfo, Más allá del bosque: la explotación forestal en Chile, Santiago du Chili, Amerinda, 1989.

Corporación de la Madera, Corma, Bosques y maderas, primer congreso forestal maderero nacional, Concepción, Chili, 20-22 novembre 1953, 1954.

Corporación de la Madera, Corma, Discurso inaugurar de la XXV Junta General Ordinaria de socios en Valdivia, 1979.

Corporación nacional forestal Conaf, Estadísticas, resumen regional número y superficie afectada por incendios forestales 1977-2013, 2014.

Cruz Maria et Rivera Rigoberto, Cambios ecológicos y de poblamiento en el sector forestal chileno, Santiago du Chili, Grupo de Investigaciones Agrarias, Academia de Humanismo Cristiano, 1983.

Cruz Maria et Rivera Rigoberto, La realidad forestal chilena, Santiago du Chili, Grupo de Investigaciones Agrarias, Academia de Humanismo Cristiano, 1983.

Echeverría Cristian et al., « Impacts of Forest Fragmentation on Species Composition and Forest Structure in the Temperate Landscape in Southern Chile », Global Ecology and Biogeography, vol. 16, p. 426-439, 2007.

Forestal Arauco, Reporte de Sustentabilidad 2017.

Gligo Nicolo, Estilos de desarrollo y medio ambiente en América Latina, un cuarto de siglo después, Santiago du Chili, Cepal, 1996.

Gómez Sergio, Forestación y campesinado: análisis de los efectos de la expansión forestal sobre los campesinos de la X región, 1990-1993, Santiago du Chili, Instituto de Desarrollo Agropecuario, 1994.

Góngora Maria, Ensayo histórico sobre la noción de estado en Chile en los siglos xix y xx, Santiago, Editores La Ciudad, 1981.

Guevara-Cardona Giovany et al., « Comparación del macrozoobentos presente en arroyos con diferente tipo de vegetación ribereña en la Reserva Costera Valdiviana, Sur de Chile », Neolimnios 1, 2006, p. 98-105.

Lara Antonio et al., « Assessment of Ecosystem Services as an Opportunity for the Conservation and Management of Native Forests in Chile », Forest Ecology and Management, vol. 258, 2009, p. 415-424.

Little Christian et al., « Virtual Field Trip temperate Rainforest Restoration in Chile », in Andre F. Clewell et James Aronson, Ecological Restoration: Principles, Values, and Structure of an Emerging Profession, Island Press, Washington D.C, 2013, p. 190-196.

Martínez Camila et al., « Restricted Gene Flow Across Fragmented Populations of Legrandia Concinna, a Threatened Myrtaceae Endemic to South-Central Chile », Bosque, vol. 32, 2011, p. 30-38.

Martínez Jorge, Chile, región del Biobío, comunas seleccionadas: reconversión forestal y pobreza, Santiago du Chili, Celade, 1997.

Masisa, Memoria Anual, 2017.

Meadows Donella H. et al., The Limits to Growth, New York, Universe Books, 1972.

Miranda Alejandro et al., « Different Times, Same Story: Native Forest Loss and Landscape Homogenization in Three Physiographical Areas of South-Central of Chile », Applied Geography, vol. 60, 2017, p. 20-28.

ONU, Convención marco de las Naciones Unidas sobre el cambio climático [en ligne], 1992, mise à jour le 1er février 2017 [consulté le 10 décembre 2017]. Disponible sur : http://unfccc.int/resource/docs/convkp/convsp.pdf

ONU, Programa 21: Capítulo XI [en ligne], Rio de Janeiro, 1992, mise à jour le 1er février 2017 [consulté le 10 décembre 2017]. Disponible sur : http://www.un.org/spanish/esa/sustdev/agenda21/agenda21spchapter11.htm

Nahuelhual Laura et al., « Land-Cover Change to Forest Plantations: Proximate Causes and Implications for the Landscape in South-Central Chile », Landscape and Urban Planning, vol. 107, n° 1, 2012, p. 12-20.

Organización de las naciones unidas para la alimentación y la agriculture, FAO, « Deforestación, cambio de uso de la tierra y REDD », Unasylva, vol. 59, n° 230, 2008, p. 3-11.

Organización de las naciones unidas para la alimentación y la agriculture, FAO, « Situación de los bosques del mundo: potenciar los beneficios socioeconómicos de los bosques » [en ligne], 2014 [consulté le 10 décembre 2017]. Disponible sur : http://www.fao.org/3/a-i3710s.pdf

Oyarzun Carlos et al., « Propiedades hidrológicas del suelo y exportación de sedimentos en dos microcuencas de la Cordillera de la Costa en el sur de Chile con diferente cobertura vegetal », Bosque, vol. 32, n° 1, p. 10-19, 2011.

Oyarzun Carlos E. et Peña Leopoldo D., « Soil Erosion and Overland Flow in Forested Areas with Pine Plantations at Coastal Mountain Range, Central Chile », Hydrological Processes, vol. 9, n° 1, p. 111-118, 1995.

Pauchard Anibal, Garcia Rafael, Langdon Barbara et Nuñez Martin, Invasiones de plantas en ecosistemas forestales: bosques y praderas invadidas, in Claudio Donoso, Mauro González et Antonio Lara (dir.), Ecología Forestal: Bases para el Manejo Sustentable y Conservación de los Bosques Nativos, Ediciones de la Universidad Austral de Chile, 2014, p. 673-691.

Porto-Gonçalves Carlos, Geo-grafías: Movimientos sociales, nuevas territorialidades y sustentabilidad, Buenos Aires, Siglo xxi Editores, 2001.

Schulz Jennifer J. et al., « Monitoring Land Cover Change of the Dryland Forest Landscape of Central Chile (1975-2008) », Applied Geography, vol. 30, n° 3, 2010, p. 436-447.

Steenberg B. K., « Los temas cruciales de la forestería en el mundo actual vistos por la FAO », 7. Congreso Forestal Mundial, Buenos Aires, 1972.

Stehr Alejandra et al., « Modelling the Hydrologic Response of a Mesoscale Andean Watershed to Changes in Land Use Patterns for Environmental Planning », Hydrol. Earth Syst. Sci, n° 14, 2010.

Sunkel Osvaldo et Gligo Nicolo, Estilos de desarrollo y medio ambiente en América Latina, Mexico, Fondo de Cultura Económica, 1980.

Villagran Carolina et Le-Quesne Carlos, « El interés biogeográfico-histórico de Chile central-sur: ¿porqué debemos conservar su biota? », in Mélica Muñoz, Hermán Núñez et José Yánez (dir.), Libro rojo de los sitios prioritarios para la conservación de la diversidad biológica en Chile, Santiago du Chili, Ministerio de Agricultura y Corporación Nacional Forestal (Conaf), 1996, p. 160-172.

Zamorano-Elgueta Carlos et al., « Native Forest Replacement by Exotic Plantations in Southern Chile (1985-2011) and Partial Compensation by Natural Regeneration », Forest Ecology and Management, n° 345, 2017, p. 10-20.

Haut de page

Notes

1 Il faut préciser que le débat entre « développement soutenable » et « développement durable » est très pertinent dans le contexte latino-américain car il permet de produire des distinctions dans le champ politique. Ainsi, le terme « durable », qui possède une dimension moins critique et plus banale, a été vigoureusement questionné pour sa complaisance vis-à-vis de modèles développementalistes et sa tendance à privilégier la croissance avant tout ; une approche défendue notamment par des organismes internationaux qui ont soutenu et promu dans les pays de la région des lignes politiques et économiques d’obédience plutôt néolibérale.
L’usage du concept « soutenable », à l’inverse, prend en compte d’autres perspectives qui ouvrent davantage d’horizons critiques et offrent l’opportunité de concevoir d’autres formes de développement, pas nécessairement développementalistes ou essentiellement tournées vers la croissance.
Sur ce sujet, les contributions d’auteurs comme, entre autres, Enrique Leff, Gilberto Gallopin, Eduardo Gudynas, Antonio Elizalde, Dimas Floriani, Nicolo Gligo dans le monde latino-américain, se révèlent particulièrement éclairants.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte 1. Plantations forestières dans la partie centrale du Chili
Crédits Source : cadastre des ressources végétales indigènes du Chili, suivi des changements et des mises à jour, période 1997-2011. Conaf, juillet 2011.
URL http://journals.openedition.org/cal/docannexe/image/8271/img-1.png
Fichier image/png, 532k
Titre Graphique 1. Superficie plantée dans le pays, 1970-2014 (hectares)
URL http://journals.openedition.org/cal/docannexe/image/8271/img-2.png
Fichier image/png, 6,8k
Crédits Source : Infor, Estadísticas forestales.
URL http://journals.openedition.org/cal/docannexe/image/8271/img-3.png
Fichier image/png, 39k
Titre Graphique 2. Production de bois scié, 1970-2014 (en milliers de m3)
URL http://journals.openedition.org/cal/docannexe/image/8271/img-4.png
Fichier image/png, 8,3k
Crédits Source : INE jusqu’en 1973 et Infor à partir de 1974 et après.
URL http://journals.openedition.org/cal/docannexe/image/8271/img-5.png
Fichier image/png, 54k
Titre Graphique 3. Production de cellulose, 1970-2014 (en milliers de tonnes)
Crédits Source : 1950-1961, Cepal ; 1962-1981, Infor ; 1982-2014, CiceplaI, Corma.
URL http://journals.openedition.org/cal/docannexe/image/8271/img-6.png
Fichier image/png, 33k
URL http://journals.openedition.org/cal/docannexe/image/8271/img-7.png
Fichier image/png, 7,0k
Titre Graphique 4. Exportations forestières, 1963-2013 (millions de dollars US)
URL http://journals.openedition.org/cal/docannexe/image/8271/img-8.png
Fichier image/png, 9,7k
Crédits Source : Banco Central, Infor.
URL http://journals.openedition.org/cal/docannexe/image/8271/img-9.png
Fichier image/png, 52k
Titre Figure 1. Les différents logos de la Corma au cours de son histoire
Légende Source : Corma 1967 ; 1994 ; 2017.
URL http://journals.openedition.org/cal/docannexe/image/8271/img-10.png
Fichier image/png, 107k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Enrique Aliste, Daniela Cea et Mauricio Folchi, « Discours sur le développement durable : virages, tensions et conséquences pour le secteur forestier chilien », Cahiers des Amériques latines, 85 | 2017, 31-50.

Référence électronique

Enrique Aliste, Daniela Cea et Mauricio Folchi, « Discours sur le développement durable : virages, tensions et conséquences pour le secteur forestier chilien », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 85 | 2017, mis en ligne le 21 novembre 2017, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/cal/8271 ; DOI : 10.4000/cal.8271

Haut de page

Auteurs

Enrique Aliste

Enrique Aliste est professeur agrégé, directeur du département de géographie de l’université du Chili et docteur en géographie à l’EHESS. En 2016, il était titulaire de la Chaire Pablo Neruda de l’IHEAL à l’université Sorbonne Nouvelle-Paris 3. Il est chargé de projets de recherche à la Commission nationale de recherche scientifique et technologique du Chili (Conicyt). Il a été professeur invité à l’EHESS, à l’université de Poitiers, de Caldas (Colombie), de Heidelberg et de Friedrich Schiller (Allemagne). Il est membre du comité exécutif du programme « Global Understanding » de l’Union géographique internationale (UGI). Son travail s’inscrit dans le domaine des études socio-environnementales et des conflits, ainsi que dans la géographie sociale et culturelle.

Daniela Cea

Daniela Cea est géographe à l’université du Chili et coordinatrice des projets de la Commission nationale de recherche scientifique et technologique du Chili (Conicyt) réalisés au sein du département de géographie de l’université du Chili. Elle fait actuellement son master dans le programme de maîtrise en habitat résidentiel et s’intéresse à la géographie sociale et culturelle.

Mauricio Folchi

Mauricio Folchi est maître de conférences au département des sciences historiques de l’université du Chili. Docteur en histoire économique de l’université autonome de Barcelone, il est directeur de projet à la Commission nationale de recherche scientifique et technologique du Chili (Conicyt). Il a été professeur invité à l’université autonome de Barcelone et à l’université Pompeu Fabra. Il travaille dans le champ de l’histoire environnementale, des études et conflits socio-environnementaux.

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • OpenEdition Journals