Navigation – Plan du site
Études

Les gouvernements de la Concertación1 : progression et régression du développement économique au Chili (1990-2009)

Progresos y retrocesos del desarrollo económico de Chile en los gobiernos de la Concertación (1990-2009)
Progress and back-steps in the economic development of Chile under the governments of Concertación Democrática (1990-2009)
Ricardo Ffrench-Davis
Traduction de Élodie Dupau et Melenn Kerhoas
p. 127-147

Résumés

Nous étudions les politiques économiques et leurs effets sous les quatre gouvernements de la Concertación (1990-2009), période au cours de laquelle la croissance a de loin dépassé celle enregistrée pendant la dictature (elle était, au cours de ces vingt années, de 5,1 %, avec une réduction des inégalités, contre 2,9 % et un creusement des inégalités entre 1974 et 1989).
Dans les premières années (1990-1998), les réformes du travail et des politiques fiscales et économiques (qui incluaient une régulation contracyclique efficace du compte de capital et du taux de change) ont contribué à élever la croissance annuelle à 7,1 % tout en réduisant les inégalités. Cependant, cette progression a connu une chute vertigineuse en passant à 3,4 % (1999-2009), en raison, principalement, d’un recul notable des politiques macroéconomiques (comprenant la libéralisation du taux de change et du compte de capital) et de l’absence de nouvelles réformes structurelles et de politiques de développement productif, de plus en plus nécessaires au cours du processus de développement.

Haut de page

Notes de la rédaction

Texte reçu le 18 septembre 2015, accepté le 21 avril 2017.

Texte intégral

Je tiens à remercier Guillermo Campero, Rodrigo Heresi, Carlos Huneeus, Sergio Micco et Joseph Ramos pour leurs commentaires utiles et Diego Vivanco pour son aide.

  • 1 N.D.T. : la Concertación est une formation politique de centre et centre gauche issue du « non » au (...)

1Le Chili est souvent présenté comme un cas exemplaire de réformes et de croissance réussie depuis le début de la dictature en 1973. On parle du « modèle chilien » comme si le pays avait connu au cours des quatre décennies écoulées une politique économique « unique » et des résultats homogènes. En réalité, celles-ci renferment des sous-périodes, avec des réformes et des priorités très distinctes, et des conséquences économiques et sociales tout aussi diverses.

2Après une brève synthèse de la révolution néolibérale de la première moitié de la dictature (1973-1981) et des corrections imposées par la crise de la dette dans les années 1980, nous examinerons les politiques économiques des quatre gouvernements de la Concertación (1990-2009), en soulignant les points communs et les différences entre les réformes, les politiques économiques et leurs résultats sur la croissance et sa distribution.

  • 2 N.D.T. : lois restrictives portant sur de nombreux domaines et sujets (éducation, avortement, force (...)

3Lors du retour à la démocratie, avec le gouvernement Aylwin, l’économie a atteint une période exceptionnelle de croissance assortie d’une baisse des inégalités. Au cours des neuf premières années de démocratie, le Chili a réduit la distance qui le séparait des États-Unis et du G7, la progression de son PIB étant trois fois supérieure (5,4 % contre 1,7 %). Le PIB a augmenté de 7,1 % par an, et ce malgré les graves leyes de amarre héritées du régime militaire2, pendant lequel il plafonnait à 2,9 % (1,3 % par habitant ; cf. tableau 1 ci-après). L’éventail des possibilités a été exploré et élargi pour parvenir à une certaine amélioration de la distribution du revenu, contrastant avec l’aggravation des inégalités sous la dictature.

4Les premières années de démocratie ont été marquées par un ensemble de modifications substantielles. Deux réformes, l’une portant sur le rétablissement des droits syndicaux, l’autre sur l’augmentation du recouvrement fiscal à 3 % du PIB, ont dû être négociées avec l’opposition, mais ont tout de même constitué des avancées considérables [Pizarro, Raczynski et Vial, 1995]. Sur le plan macroéconomique, le nouveau régime a établi, en étroite coopération entre la Banque centrale et le ministère des Finances, un contrôle contracyclique des flux de capitaux financiers (le dit encaje, qui correspond à une taxe sur les entrées de capitaux financiers et à court terme). Il a aussi lancé une politique de taux de change nommée « flexibilité dirigée », pour assurer un taux de change garantissant un rapport viable entre importations et exportations, évitant ainsi un taux flottant – qui reste en définitive aux mains d’opérateurs spéculatifs – et un taux fixe – comme c’était le cas sous la dictature, avant la crise de 1982. Loin de se limiter à l’inflation, la politique monétaire s’est employée à maintenir une demande globale adaptée à la capacité productive. Ainsi, l’économie a fonctionné constamment sur la base d’une utilisation élevée de la capacité productive du travail et du capital. Néanmoins, l’inflation est passée sous la barre des 10 %, dans une conjoncture mêlant croissance forte, plein emploi et inflation maîtrisée. En parallèle, l’investissement privé a continué de croître jusqu’en 1998.

  • 3 N.D.T. : Les PME chiliennes, dites Pymes, comptent entre 10 et 199 salariés. La PME française emplo (...)

5Ce changement de cycle s’est amorcé en 1990 : les entrepreneurs ont payé plus d’impôts mais ont gagné plus, les travailleurs ont en proportion gagné davantage encore, les inégalités se réduisant ; les salaires ont augmenté de façon soutenue, les exportations se sont diversifiées et les PME3 se sont développées. La politique fiscale s’est servie d’un excédent pour réduire les passifs publics élevés hérités de la dictature. S’il y a eu des erreurs et des imperfections, les bons résultats ont largement prédominé. L’ensemble des politiques contracycliques a constitué un facteur de réussite déterminant en termes de développement économique et de progrès social.

  • 4 Élargissant l’analyse d’Hirschman, Carlos Huneeus développe une interprétation de la façon dont l’e (...)

6Le développement n’a pourtant pas été linéaire sous la démocratie : la croissance économique et la hausse des salaires ont connu un net ralentissement – leur vitesse se trouvant divisée par deux – lors de la deuxième période de la Concertación (1999-2008), avant même que la crise mondiale ne touche le Chili en 2009. La vague de réformes progressistes portées par la politique économique a alors perdu son élan. Les grandes avancées opérées grâce aux politiques macroéconomiques contracycliques au début de la démocratie ont connu un mouvement inverse et les réformes de la fiscalité et du travail effectuées en 19904 n’ont pas été approfondies. La Banque centrale a levé le contrôle du taux de change et procédé à la libéralisation du compte de capital, tout en adoptant des objectifs d’inflation comme clé de voûte de sa politique économique. Après plusieurs tentatives, le gouvernement a renoncé à introduire des politiques de développement productif, éludant par ailleurs une nouvelle réforme fiscale et toute prise de décision visant à réguler le marché des capitaux, qui favorisait les investissements financiers au détriment du financement du développement ; le soutien aux PME est quant à lui resté à l’état de promesse. Des noyaux de pouvoir rétrogrades, farouchement opposés aux réformes nécessaires à une croissance effective capable de réduire les inégalités, se sont ainsi consolidés. Si bien que le Chili n’a pas profité de l’occasion de réformer en profondeur son « modèle », et que la gouvernance nécessaire au changement s’est affaiblie. Néanmoins, nous le répétons, les antécédents économiques et sociaux montrent la prédominance d’une balance nette évidemment positive sous les quatre gouvernements.

7L’observation des inégalités et des écarts de PIB, réapparus suite à la rupture de tendance de 1999, fait souvent oublier le fossé qui sépare vingt ans de démocratie et de développement, marqués par des avancées considérables, de seize ans de dictature. Nous évoquerons au fil du texte les lourdes conséquences de cette rupture.

8Nous dresserons d’abord un bilan succinct des résultats économiques et sociaux de la dictature (1973-1989) avant de résumer ceux des vingt ans de gouvernement de la Concertación. Nous examinerons ensuite les réformes des réformes de la dictature, au cours de cette période prospère où la croissance s’est accélérée et la pauvreté largement réduite (1990-1998). Dans une quatrième partie, nous analyserons les évolutions et régressions enregistrées entre 1999 et 2009. Enfin, nous présenterons les défis auxquels l’économie chilienne s’est trouvée confrontée à l’issue de ces vingt années.

Seize ans d’économie sous la dictature : entre mythes et réalité

9La première phase du processus de réformes (1973-1981) s’est caractérisée par l’application d’un modèle néolibéral poussé à l’extrême [Ffrench-Davis, 2014 ; Foxley, 1982], où commerce et finance ont connu une libéralisation profonde, accompagnée de privatisations massives et de la suppression de la « sélectivité » des politiques économiques. Vers 1981, l’inflation se trouvait largement réduite et un excédent élevé remplaçait le déficit fiscal, mais au prix d’un déséquilibre externe considérable (le déficit des comptes courants atteignait 21 % du PIB) et d’un investissement productif timide (avec en moyenne 4 points de moins que dans les années 1960). En 1982 s’est ainsi produit une débâcle économique et sociale à l’intensité sans précédent dans toute l’Amérique latine : lors de cette crise bancaire et du change, le PIB a chuté de 14 % et le taux de chômage dépassé les 30 %, tandis que les inégalités de revenus et la pauvreté montaient en flèche.

10Pour contrer les effets de la crise, la deuxième phase (1982-1989) a adopté une approche plus pragmatique, via une intervention directe sur le système bancaire en faillite et des mesures visant à équilibrer la balance extérieure : renégociations de la dette extérieure, hausse des droits de douanes aux importations, subventions « sélectives » aux exportations non traditionnelles et utilisation du taux de change. Le gouvernement a employé l’équivalent de 35 % d’un PIB annuel au sauvetage des secteurs touchés, en les prélevant sur le budget alloué à l’investissement public et aux dépenses sociales.

11À la fin des années 1980, l’économie s’était redressée, bien que la distribution du revenu se soit détériorée, alourdissant les écarts enregistrés dans les années 1970. Pendant la reprise économique, après la profonde récession de 1982-1983, le PIB s’est remis à croître avec vigueur, en particulier en 1988 et 1989 ; pourtant, si on considère l’écart de production précédent – la façon dont nombre de diagnostics des années de dictature l’ignorent est frappante –, la moyenne de la croissance dans la seconde moitié du régime Pinochet s’avère être de 2,9 % par an, un taux semblable à celui de la première moitié. Cette moyenne englobe la reprise économique vigoureuse de 1988 et 1989, ce qui montre que la dictature a profité d’une envolée provisoire du prix du cuivre à partir de 1987.

12Il est indiscutable que la période 1988-1989, marquée par un plébiscite et par la première élection présidentielle depuis 1970, aurait été foncièrement différente si le cours du cuivre s’était situé dans sa tendance « normale ». Grâce aux recettes provisoires du cuivre, le régime Pinochet a réduit les impôts, augmenté les salaires, libéralisé les importations et rehaussé le taux de change, obtenant en 1988 et 1989 une grande reprise, qui lui a permis de laisser au gouvernement suivant une économie présentant des résultats positifs en matière d’emploi et de PIB. À sa grande surprise, la dictature a pourtant été battue au référendum de 1988 puis aux élections présidentielles de 1989.

13La réutilisation de la capacité productive disponible en 1988 et 1989 s’était faite au prix de forts déséquilibres macroéconomiques. Cela explique l’ajustement économique sévère qu’a effectué la Banque centrale en janvier 1990 – en pleine transition entre la dictature et le gouvernement démocratique déjà élu, mais pas encore entré en fonction – afin d’obtenir une contraction monétaire et de freiner ainsi la surchauffe due à une augmentation insoutenable de la demande intérieure. Cet organisme venait tout juste de devenir une entité indépendante du gouvernement en vertu d’une décision de la dictature, prise à la veille des élections présidentielles de 1989. Reconnaissant la gravité des déséquilibres et le risque d’attendre que le nouveau gouvernement entre en fonction en mars 1990, la Banque a relevé radicalement le taux d’intérêt de la politique monétaire.

14Les réformes néolibérales ont eu des conséquences profondes sur la structure productive du pays : l’essor considérable des exportations s’est accompagné d’un recul soudain de l’industrie. Une frange du secteur entrepreneurial s’est modernisée grâce à l’apparition de nouveaux groupes économiques et comités exécutifs. Toutefois, la grande majorité des entreprises étant restées en marge de la modernisation, l’hétérogénéité structurelle (ou inégalités) entre les entreprises (grandes et petites) et chez les travailleurs (très et peu qualifiés) s’est accentuée. C’est la raison pour laquelle la modernisation et l’expansion de certains secteurs ont coïncidé avec une croissance économique médiocre – d’à peine 2,9 % par an en moyenne sur la période 1974-1989 – et une distribution du revenu détériorée.

15À l’issue du triomphe de la Concertación aux élections présidentielles de 1989, le président Patricio Aylwin a pris ses fonctions en mars, au cœur de l’ajustement récessif instauré en janvier 1990.

Croissance et équité sous les gouvernements de la Concertación : état des lieux d’un défi5

  • 5 On peut trouver diverses approches de ce sujet chez Buchi [1993], Ffrench-Davis [2014], Larraín et (...)

16Au début des années 1990, l’économie chilienne se trouvait face au défi de parvenir à une croissance élevée et soutenue tout en combattant la grande pauvreté et les inégalités accumulées sous la dictature. L’avènement de la démocratie en 1990 a donc vu naître une troisième variante de la politique économique [Ffrench-Davis, 1990].

17Des réformes ont alors été lancées pour corriger le « modèle » hérité de la dictature. Elles ont pu agir sur quelques-unes des graves insuffisances des politiques néolibérales. Des mesures portant sur le travail ont rétabli les droits des travailleurs et ont été doublées d’une réforme fiscale qui a élevé le recouvrement et sa progressivité, tout en finançant davantage de dépenses sociales. Convaincues que les déséquilibres de l’économie réelle influaient lourdement sur la durabilité et la rapidité de la croissance et sur la qualité de l’emploi, les autorités ont adopté une nouvelle approche macroéconomique nettement contracyclique. Elles ont ainsi pu réduire la vulnérabilité face à un environnement extérieur de volatilité financière croissante, redresser drastiquement le taux de croissance du PIB et progresser dans la réduction des inégalités.

18Le ministère des Finances et la Banque centrale ont plus particulièrement travaillé en étroite collaboration à l’introduction de changements substantiels dans les politiques fiscales, monétaires, de change et de compte de capital – dans un esprit fortement contracyclique – qui visaient à atteindre un environnement macroéconomique réel à la fois stable et viable, jugé indispensable au développement économique ; ils ont notamment opéré des régulations sur les entrées de capitaux financiers et sur le taux de change et orienté la politique monétaire sur l’inflation, mais aussi, et de façon systématique, sur son adéquation à la capacité productive disponible, c’est-à-dire au taux d’utilisation de la main-d’œuvre et du capital physique. C’est dans ce contexte que le Chili a réussi, de 1990 à 1998, à développer à un rythme constant sa capacité productive et son PIB potentiel, à une moyenne de 7,1 % par an, tout en parvenant à développer l’emploi, augmenter les salaires, réduire la pauvreté de façon significative et améliorer, dans une certaine mesure, la distribution du revenu.

19Cependant, à partir de 1995, un changement progressif d’approche a peu à peu rendu l’économie plus vulnérable aux turbulences extérieures : la Banque centrale s’est mise à exercer son autonomie, permettant l’assouplissement de l’encaje ainsi qu’une entrée excessive de fonds extérieurs, menant à une hausse du taux de change telle que le déficit extérieur a doublé. Si le Chili était protégé quand la menace de contagion des crises argentines et mexicaines s’esquissait en 1995, il se trouvait très exposé aux chocs extérieurs quand la crise asiatique de 1998 a éclaté, essentiellement en raison de son déficit extérieur multiplié par deux, de l’augmentation de l’endettement privé et de celle, considérable, du taux de change. Cette situation a ouvert la voie à une quatrième stratégie ou « modèle économique », qui incluait l’adoption par la Banque centrale (avec l’accord du gouvernement d’alors) d’un taux de change flottant, d’une ouverture du compte de capital et d’objectifs d’inflation considérés comme une priorité ; une trilogie à la mode dans les approches néolibérales.

20Cela allait entraîner une forte instabilité du taux de change et un décalage fréquent entre demande intérieure et PIB potentiel, avec des écarts de production significatifs entre PIB effectif et potentiel qui constituent un frein important à la formation du capital et précarisent l’emploi. Cette inversion des politiques contracycliques antérieures a abouti à une stagnation de la croissance sur la période 1999-2003 et entravé la réduction des inégalités, du fait de leur impact dépressif sur le niveau et la qualité de l’emploi.

21Puis l’activité a repris entre 2004 et 2008, par la même approche de politique économique qui avait été adoptée à la fin des années 1990, en simple réponse à un choc externe positif (le prix du cuivre). Cette reprise s’est arrêtée et a reflué quand la crise mondiale a éclaté en 2008. Depuis 1999, le taux de croissance du PIB était tombé à 3,9 % en moyenne (3,4 % si l’on inclut la récession de 2009), bien moins que les 7,1 % enregistrés auparavant. Naturellement, cette chute du PIB freinait l’élan qui avait permis de réduire la pauvreté et la précarité du travail – de grandes avancées lors des années 1990. Suite à la chute brutale de début 2009, le Chili est entré, pendant les derniers mois de la présidence Bachelet (du 11 septembre au 2 octobre), dans une nouvelle période de reprise reposant sur une impulsion fiscale effective d’ordre contracyclique.

Réformer les réformes des années 1990

22L’administration de Patricio Aylwin a orienté ses efforts vers une croissance plus solide et équitable, ce qui impliquait de stabiliser l’économie suite à la surchauffe déclenchée par le régime Pinochet de 1988 à 1989. Il fallait, notamment, a) accroître le taux d’investissement productif, b) mettre en place des politiques macroéconomiques stabilisant l’économie réelle pour limiter son exposition aux chocs extérieurs et leurs effets néfastes sur l’emploi et l’investissement productif et c) répondre aux revendications sociales les plus urgentes.

23Le nouveau gouvernement avait opté pour « un changement dans la continuité ». Plusieurs antécédents expliquent cette approche : 1) malgré sa victoire aux élections parlementaires de 1989 et 1993, le gouvernement n’avait pas la majorité au Sénat, dont neuf membres avaient été « désignés » par Pinochet ; 2) la constitution imposée par la dictature en 1980, bien qu’ayant fait l’objet d’importantes réformes négociées en 1989, comportait encore de nombreuses limites au processus de démocratisation, au développement productif et à la réduction des inégalités – plusieurs réformes exigeaient par exemple des quorums très élevés ; 3) les images de l’hyperinflation en Argentine, au Brésil et au Pérou, lors de leurs transitions démocratiques dans les années 1980, étaient encore très présentes et largement utilisées par le pinochetisme pour affirmer que le programme de la Concertación prenait la même voie ; 4) le gouvernement a choisi de ne pas soutenir les médias alternatifs, scellant ainsi la domination de la plupart des médias aux mains de groupes économiques de tendance très néolibérale ; 5) les espaces de réflexion démocratiques se sont vidés avec la migration de leurs membres vers le gouvernement, qui a par ailleurs décidé de ne pas contribuer à leur consolidation ; 6) l’armée est restée sous le contrôle du dictateur jusqu’en 1998.

24C’est pour toutes ces raisons que la Concertación recherchait un changement progressif par une croissance équitable, stable et durable, dont la discipline budgétaire était l’ingrédient clé : chaque nouvelle dépense budgétaire impliquait l’identification d’une nouvelle source de financement réelle – non fictive, comme peut l’être l’impression de billets. Par ailleurs, la dictature avait évidemment connu une stabilité, celle du niveau des prix en général, mais aussi une énorme instabilité de l’emploi, du taux de change et de la demande intérieure (à savoir une instabilité macroéconomique réelle) et des inégalités galopantes en découlant en partie.

25Malgré les obstacles mentionnés, les progrès des premières années ont été remarquables. Les dépenses sociales ont augmenté : pour les financer, une réforme des impôts a très vite été soumise au Congrès afin d’accroître les recettes fiscales. Elle prévoyait en particulier le retour de l’impôt à 10 % sur les bénéfices des sociétés, aboli en 1988, et sa hausse à 15 %, ainsi qu’une augmentation de 2 % de la TVA.

26En parallèle, le gouvernement a soumis au Congrès un projet de loi visant à renforcer les syndicats et à équilibrer les pouvoirs de négociation de l’employeur et des salariés. L’adoption de ces deux initiatives a dû faire l’objet d’un compromis avec l’opposition, ce qui a restreint leur portée initiale [Pizarro, Raczynski et Vial, 1996].

27La réforme fiscale de 1990, le dynamisme de l’activité productive ainsi qu’un recul relatif de l’évasion fiscale ont servi de levier à l’augmentation de la charge fiscale de 15 % à 18 % du PIB. Cela a permis au gouvernement d’allouer davantage de fonds pour les dépenses sociales et les infrastructures, tout en augmentant l’épargne du gouvernement central dans les années 1990. Cette épargne a non seulement financé la hausse de l’investissement public mais aussi engendré un excédent fiscal qui a ensuite été utilisé pour faire reculer la lourde dette héritée de la dramatique crise de l’endettement et de la nationalisation des passifs des groupes économiques chiliens.

28Comme nous l’avons exposé précédemment, face aux déséquilibres macroéconomiques générés en 1988 et 1989, la Banque centrale a mis en place un ajustement sévère en janvier 1990, via une hausse notable du taux d’intérêt, pour freiner l’expansion démesurée de la demande intérieure et le regain inflationniste de 1989. Suite à cette hausse, l’écart entre les taux intérieurs et internationaux s’est creusé de façon significative, de sorte que la position de l’économie chilienne s’est améliorée dans le classement des agences de notation financière. Il s’ensuivit, courant 1990, un afflux considérable de capitaux spéculatifs à court terme et une oscillation de la limite supérieure (cours plafond) à la limite inférieure (cours plancher) sur la bande de fluctuation du taux de change.

29L’abondante entrée de capitaux financiers menaçait d’empêcher les autorités de conduire des politiques monétaires et de change, contrariant leurs intentions d’éviter des fluctuations excessives du taux de change, de la balance extérieure et de la demande intérieure.

30Dans cette conjoncture, les autorités ont tenté de concilier ces deux objectifs – un taux d’intérêt capable de préserver les équilibres internes et un taux de change compatible avec le maintien de l’équilibre extérieur – par le biais de différentes politiques contracycliques. Soulignons, parmi celles-ci, une politique de taux de change très active ainsi que l’imposition de réserves obligatoires sur les crédits extérieurs, sur les obligations et les dépôts bancaires en devise étrangère et sur les flux de liquidités externes – ce qui les a rendus plus chers –, afin de contrôler ce qui était considéré comme un excès d’offre de fonds.

31Fruit d’une étroite collaboration entre le ministère des Finances et la Banque centrale, ces mesures sont parvenues à réduire l’entrée de capitaux à court terme, en ouvrant un espace à la politique monétaire et à éviter l’effet déstabilisant et paupérisant de l’appréciation du taux de change jusqu’en 1995 [Edwards et Rigobón, 2009 ; Ffrench-Davis, 2014 ; Le Fort et Lehmann, 2003 ; Magud et Reinhart, 2007 ; Williamson, 2000]. Elles ont aussi contribué, dans leur ensemble, à maintenir le déficit courant à un niveau viable : 2,3 % du PIB entre 1990 et 1995, financé par un investissement étranger générant une nouvelle capacité, contrairement aux flux spéculatifs qui fuient aux premiers signes de danger. Ainsi, les autorités économiques chiliennes ont beaucoup apporté à la stabilité macroéconomique réelle, à la stratégie exportatrice et à la croissance globale – ce qui est apparu évident avec la crise mexicaine de 1994-1995, dont l’économie chilienne est sortie indemne.

32De nombreux résultats positifs y ont participé : 1) la croissance du PIB, tant potentiel qu’effectif, a été constante au lieu de s’essouffler au bout de quelques années ; 2) cette croissance constante s’est appuyée sur une stimulation vigoureuse de l’investissement productif et l’épargne nationale ; 3) la croissance s’est déroulée sans pressions supplémentaires sur les prix internes ou sur les comptes extérieurs ; 4) la situation fiscale a été plus souvent en excédent qu’en déficit ; 5) les micro-ajustements mis en place les uns après les autres ont permis d’éviter l’émergence de déséquilibres plus profonds et donc le recours, pour y remédier, aux maxi-ajustements traumatiques habituellement récessifs.

33Les politiques menées au cours de ces six années (1990-1995) ont pour principal mérite d’avoir su résister à la tentation, à la mode parmi d’autres économies émergentes à l’époque, de doper la désinflation par une absorption accrue de capitaux extérieurs, par une hausse du taux de change et par un excès d’importations devenues moins coûteuses grâce à un dollar fort – et donc d’alourdir le déficit externe, généralement corrigé d’une façon traumatique et s’accompagnant par la suite d’une récession et d’inégalités croissantes.

34La Banque centrale et le ministère des Finances ont travaillé de concert jusqu’en 1995 à la mise au point de politiques macroéconomiques – dont nous avons souligné l’importance –, installant un contrôle strict de la régulation contracyclique des flux. L’intensité de ces régulations (coût ou tarif implicite et couverture des réserves) a eu tendance à s’adapter à l’évolution de l’offre de financement extérieur. De 1990 à 1995, le fonctionnement de l’économie se situait la plupart du temps à la frontière productive (à savoir que l’écart entre PIB potentiel et effectif était moindre) ce qui, comme nous l’avons exposé, constitue une source de stimulation déterminante pour l’investissement productif, essentiel à la croissance du PIB et de l’emploi.

35En effet, l’investissement productif, en raison de son caractère irréversible, affiche une corrélation très positive avec les équilibres de la macroéconomie réelle qui requièrent, en particulier, une demande effective en adéquation avec le niveau de capacité productive peu à peu générée. En réalité, le taux d’investissement net entre 1990 et 1998 était deux fois supérieur à celui de la dictature. Sans cela, il aurait été impossible de doper la croissance du PIB, qui était passée de 2,9 % (1974-1989) à 7 % (1990-1998).

36Cependant, ces politiques contracycliques ont perdu progressivement en efficacité à partir de 1995, ouvrant la voie à une réévaluation du taux de change et à des déséquilibres dans les comptes extérieurs (1996-1998), exclusivement tenus par la Banque centrale à ce moment-là, d’où les prises de position publiques des membres du gouvernement en désaccord avec la réévaluation du taux de change. L’économie chilienne a ainsi été soumise, bien que partiellement, au puissant courant idéologique favorable à la libéralisation du compte de capital, alors en vogue sur la scène internationale. Le Chili a évité cet écueil entre 1996 et 1998 car il n’a pas démantelé les systèmes de régulation des flux financiers, mais les a affaiblis, limitant leur intensité et donc leur portée [Le Fort et Lehmann, 2003 ; Ffrench-Davis, 2014].

37Outre l’influence de la mode économique internationale, différents facteurs permettent d’expliquer ce changement de politique : 1) l’économie chilienne semblait une forteresse face à la crise mexicaine de 1995, ce qui a créé une sensation erronée d’immunité naturelle conduisant à oublier que cette force était le fruit d’une politique hétérodoxe ; 2) le changement de priorités de la Banque centrale, autonome, devenu évident dès 1995 et orienté vers la lutte contre l’inflation, tâche favorisée par un dollar faible et un accroissement des importations freinant l’augmentation de l’Indice des prix à la consommation (IPC) ; 3) les bons résultats du Chili l’ont transformé en destination privilégiée par les investisseurs étrangers, à une période où le financement externe des économies émergentes était abondant. Face à cette avalanche de capitaux, il était conseillé de renforcer les systèmes de régulation contracyclique, mais ceux-ci se sont affaiblis, perdant du même coup en efficacité. Les politiques contracycliques doivent à l’évidence s’adapter à la force du cycle, ce qui n’a plus été fait entre 1995 et 1998.

  • 6 L’excédent fiscal de ces deux années correspondait à 2,1 % du PIB, donc la détérioration de la bala (...)

38Ainsi, quand la crise asiatique a fait irruption en 1998, l’économie chilienne était devenue vulnérable, suite aux importants déséquilibres qu’elle avait accumulés. En 1996 et 1997, le taux de change enregistrait une hausse réelle considérable, tandis que le déficit des comptes courants avait doublé par rapport à celui de 1990-1995 – deux éléments constituant des macro-déséquilibres grandissants de l’économie réelle. Une lourde dégradation des termes de l’échange est venue aggraver la situation en 19986.

39La croissance vigoureuse du PIB effectif et potentiel, qui a duré jusqu’en 1998 et était soutenue par un fort investissement productif, reposait sur une expansion de 10 % par an des exportations, une moyenne comparable à celle enregistrée dans les années 1970 et 1980. Toutefois, comme nous l’avons exposé, la croissance du PIB a été radicalement différente. Le facteur déterminant des bons résultats économiques des années 1990 est sans conteste la croissance considérable du reste de la production – à savoir le PIB non exporté, qui a connu une expansion annuelle moyenne de 6,5 % entre 1990 et 1998 (cf. tableau 1 ci-après). La recette de ce succès réside dans la constance de la demande intérieure qui a permis aux producteurs (qui représentaient alors près de trois quarts du PIB) d’opérer sur le marché national au plus près de leur pleine capacité jusqu’en 1998. Le déséquilibre macroéconomique du change, croissant depuis 1996, était déjà visible car la diversification des exportations stagnait, la réduction de la pauvreté et du travail dissimulé était en perte de vitesse et les problèmes des PME s’accentuaient dans leur concurrence avec les importations.

Tableau 1. Croissance du PIB, des exportations et du reste du PIB (1974-2009). Taux annuel de croissance réelle : en %

PIB

Exportations

PIB non exporté

1974-1989

2,9

10,7
(1,6)

1,6
(1,3)

1990-1998

7,1

9,9
(2,0)

6,5
(5,1)

1999-2003

2,6

5,5
(1,4)

1,7
(1,2)

2004-2008

5,1

5,7
(1,5)

4,9
(3,6)

1999-2008

3,9

5,6
(1,7)

3,3
(2,2)

1990-2008

5,4

7,6
(1,8)

4,8
(3,6)

2009

-1,0

-4,5
(-1,0)

0,0
(0,0)

1990-2009

5,1

7,0
(1,6)

4,5
(3,5)

Source : extrait de Ffrench-Davis [2014, tableau VI.6], élaboré à partir des comptes nationaux de la Banque centrale. Entre parenthèses, les contributions de la croissance du PIB exporté et non exporté à la croissance du PIB total.

1999-2008 : une macroéconomie de tendance néolibérale et une politique sociale progressiste

40Ces années ont été marquées par une réforme profonde de la politique macroéconomique, adoptée au départ par la Banque centrale puis par le ministère des Finances. La tendance était à la libéralisation du taux de change et à la déréglementation du compte de capital, avec des variations cycliques continues et les objectifs d’inflation, une priorité de la politique monétaire.

41Ce cycle inclut cinq années de situation récessive et de sous-utilisation importante du travail et du stock de capital. L’effondrement soudain, en 1999, du niveau d’activité, et ce pendant cinq ans, s’est concentré sur l’économie nationale – exportations exclues – qui emploie la grande majorité des travailleurs et entrepreneurs chiliens. Bien que la perte de dynamisme des exportations (de leur quantum) soit significative, elle explique moins d’un des 4,5 points de ralentissement de la croissance du PIB (de 7,1 %, entre 1999 et 2003, à 2,6 % de 1990 à 1998 ; cf. tableau 1 ci-dessus).

42Avec la contagion de la crise asiatique, les prix à l’exportation se sont effondrés et les flux de capitaux réduits, ce qui a engendré un climat favorable à la dépréciation, que la Banque centrale a combattue avec vigueur en 1998, face à la peur d’un regain inflationniste dans une économie en surchauffe, et dans le but de permettre aux groupes économiques chiliens de réduire leurs dettes en dollars. L’institution a ainsi procédé à des ventes massives de dollars sur un marché où les prix étaient artificiellement dépréciés, en même temps qu’elle relevait brusquement le taux d’intérêt réel de la politique monétaire à 14,5 %. La diminution des crédits externes s’est accompagnée d’une fuite des capitaux des résidents, principalement via des sociétés d’administration de fonds de pension – les AFP – qui ont profité de la marge de manœuvre permise par les libéralisations successives du compte de capital : leurs dépenses nettes ont représenté près de 5 % du PIB [Ffrench-Davis, 2014, graphique IX.1 ; Zahler, 2005]. Naturellement, cette insuffisance économique a eu pour effet une contraction de la demande.

43En 1999, la demande globale a brusquement chuté de 6 %, si bien qu’il y a eu une contraction du PIB effectif de 1 %, tandis que le PIB potentiel continuait de croître, générant un large écart de production en grande partie responsable de la chute du taux d’investissement de 1999 à 2003. La croissance du PIB potentiel est ainsi tombée de 7 à 4 %, tandis que celle de l’effectif a encore chuté davantage, passant à 2,6 % durant ces cinq années.

44Ce contexte de récession a engendré un déséquilibre entre les ressources nécessaires à l’exécution du programme du gouvernement et les maigres recettes fiscales disponibles. Pour y faire face, le gouvernement du président Lagos a instauré une règle d’équilibre budgétaire structurel [Marcel et al., 2001 ; Tapia, 2003] incluant le maintien d’un niveau de dépenses fiscales effectives en adéquation avec les recettes fiscales structurelles – ainsi, pour chaque budget annuel est réalisée une estimation des recettes fiscales, à partir d’une simulation dans laquelle l’économie utilise le PIB « tendanciel » dans sa totalité et un prix du cuivre stable à moyen terme. Par conséquent, quand l’économie est en surchauffe, le fisc accumule de l’épargne ; quand elle est en dépression, il utilise ces fonds pour couvrir la baisse du recouvrement.

45Cette règle budgétaire chilienne a entraîné un progrès évident par rapport à la norme procyclique traditionnelle qui cherche à équilibrer le budget fiscal effectif à l’année. L’évolution des dépenses budgétaires a ainsi été stabilisée ; mais elle n’a pas comporté, en général, d’ajustements contracycliques substantiels des dépenses ou des impôts, mesures utiles dans une économie en récession.

46Concernant la politique monétaire, la Banque centrale a procédé à une libéralisation totale du taux de change en septembre 1999. De 2000 à 2001, elle a éliminé la plupart des mécanismes de contrôle restant sur les transactions financières internationales des résidents et étrangers, ce qui a notamment généré une activité financière intense. En 2002 et 2003, une sortie considérable d’investissements de portefeuille était enregistrée, qui contribuait à prolonger le contexte de récession. À l’impact procyclique, récessif, des marchés financiers internationaux, est alors venu s’ajouter celui des investisseurs financiers nationaux. Entre-temps, les objectifs d’inflation étaient pleinement atteints : la variation annuelle de l’IPC était sous la barre des 3 %.

47Entre 1999 et 2003, le Chili a manqué l’occasion de stimuler vigoureusement son économie en déclin grâce aux forces accumulées : des réserves internationales élevées, des passifs publics en monnaie étrangère faibles, une discipline budgétaire reconnue et, surtout, un écart important entre PIB effectif et potentiel tout au long de ces cinq années. La qualité de la politique macroéconomique s’est alors dégradée, s’accompagnant d’un agenda de développement hésitant dont les failles étaient un État faible, une charge fiscale pauvre en niveau et en qualité, une incapacité à mettre en place une politique de développement productif – en particulier à destination des PME, de la formation professionnelle et des subventions à l’innovation – et des insuffisances (défaillances) profondes dans l’articulation entre les marchés financiers et les secteurs productifs. Cette situation de récession a persisté jusqu’en 2003.

48Malgré l’absence d’une nouvelle réforme de la fiscalité et la récession persistante, le gouvernement a continué les réformes sociales, portant sur les droits des travailleurs, le système de pensions, l’éducation et la santé publiques, ainsi que sur les indemnités de chômage.

49Courant 2003, les prix internationaux des matières premières ont amorcé une hausse substantielle. Grâce à ce choc externe positif, en partie, l’expansion du PIB effectif a bondi de 2,6 % (1999-2003) à 6 % (2004-2005). L’amélioration généralisée des termes de l’échange a eu des répercussions directes telles que l’accroissement de la capacité de dépense du secteur privé. Dans ce contexte d’optimisme grandissant et de reprise progressive, la Banque centrale a permis une appréciation du taux de change réel de 20 %, entre mars 2003 et décembre 2005 – qui s’est maintenue, par son action, à des niveaux très élevés, jusqu’à l’arrivée de la crise mondiale fin 2008. Un dollar faible a contribué à fixer l’inflation, mais aussi à affaiblir le dynamisme de la production, alors en concurrence avec les importations, et la qualité des exportations, prolongeant ainsi la période où le PIB effectif restait en dessous du PIB potentiel. C’est donc une inflation faible, avec un emploi et une production tout aussi faibles, qui furent alors enregistrés.

50Une série de variables explique cet affaiblissement. En 2006, la Banque centrale a surajusté le taux d’intérêt et n’a pas enrayé la réévaluation du taux de change. De son côté, le ministère des Finances a stérilisé à l’excès l’impact positif de la hausse du cours du cuivre.

51L’instabilité du taux de change est un autre facteur qui a contribué à des résultats médiocres de 5,1 % entre 2004 et 2008 (quand la moyenne latino-américaine était de 5,4 %), malgré la sous-utilisation élevée qui existait en 2003. L’accroissement de la demande intérieure a affiché une orientation marquée pour les importations. Le taux de change accusait à l’évidence un désalignement. En effet, entre 2004 et 2008, le volume des importations a augmenté de 15 % par an et celui des exportations de seulement 5,7 %. Par conséquent, une fois encore, une grande contradiction a été relevée entre la politique de taux de change de la Banque centrale et l’objectif consensuel de promouvoir les exportations à plus forte valeur ajoutée, si bien que les PME se heurtaient à une concurrence extérieure accrue, doublée d’une baisse des droits de douane, de 11 % en moyenne en 1999 à 1 % en 2008 et d’un taux de change apprécié.

52En substance, la conjoncture qui s’est installée est marquée par une priorité excessive accordée à l’inflation, par un glissement de l’approche macroéconomique vers des politiques plus « neutres » et par l’absence persistante de politiques de développement productif. Concrètement, depuis 1999, l’écart de production a persisté de façon significative, au détriment de l’emploi, des salaires et des bénéfices. En outre, l’incertitude a gagné de nouveau les exportateurs non traditionnels et les petits entrepreneurs.

  • 7 Un important épisode d’inflation liée à la flambée des prix internationaux des aliments a été enreg (...)

53La conjoncture internationale y était pour beaucoup, renforcée par l’ouverture sans restrictions de l’économie chilienne. La trajectoire spectaculaire du prix du cuivre et des autres exportations de ressources naturelles a permis au ministère des Finances d’engranger de nombreuses recettes pour les années de pénurie, comme 2009, au point que l’excédent budgétaire a grimpé à une moyenne annuelle équivalant à 5,4 % du PIB entre 2004 et 2007. La Banque centrale a gardé son orientation et ses objectifs d’inflation, aux dépens de la croissance7. Fin 2008, le taux directeur se situait encore à plus de 7 points de pourcentage au-dessus de celui des États-Unis.

54En somme, la moyenne annuelle de croissance du PIB de 3,9 % sur la période 1999-2008 était composée d’une hausse de 5,6 % du volume des exportations et de 3,3 % du reste du PIB (exportations exclues, cf. tableau 1 ci-dessus). Ce dernier chiffre tranche avec le dynamisme du reste du PIB, qui était de 6,5 % entre 1990 et 1998. À partir de 1999 essentiellement, la constitution d’une nouvelle capacité productive s’est essoufflée en raison d’une politique macroéconomique qui se dégradait et d’un agenda de développement productif hésitant.

55Les turbulences financières internationales du second semestre 2008 et la dégradation aiguë des exportations ont eu des impacts directs sur l’activité économique locale [Ffrench-Davis, 2011]. Le PIB comme la demande intérieure ont connu une dépression. Entre 2008 et 2009, le gouvernement a progressivement corrigé la neutralité de ses politiques macroéconomiques et mis en place une politique fiscale contracyclique active. Malgré la diminution de ses recettes, il a augmenté ses dépenses et réduit certains impôts à titre provisoire en 2009, plaçant alors le PIB en déficit effectif de 4,4 %.

56Le compte de capital a inclus un rapatriement significatif de fonds souverains afin de financer le déficit budgétaire. Ce comportement de type contracyclique a cohabité avec de massifs retraits de fonds des résidents, en particulier de la part des AFP. On a ainsi constaté que suite à la libéralisation des flux financiers des résidents, les AFP ont encore joué un rôle procyclique négatif, comme en 1998 et 1999. La libéralisation du compte du capital demeurait une source d’instabilité réelle de l’économie chilienne.

57Au cours de l’année 2009, l’important choc externe de la crise internationale s’est peu à peu trouvé compensé par une stimulation positive due aux politiques contracycliques. Les signes du redressement ont dominé les deux derniers mois de 2009 avec une reprise significative du PIB. Toutefois, celle-ci a connu un arrêt temporaire après un tremblement de terre/tsunami le 27 février 2010, au terme du quatrième mandat de la Concertación. Suite à cette grave interruption qui a détruit de 1 % à 1,5 % du PIB potentiel, elle a redémarré en avril 2010. Ainsi, malgré la reprise déjà enregistrée et si nous prenons en compte la diminution de la capacité productive due au séisme, il restait encore un écart de production ouvrant la voie à une reprise très substantielle de l’activité économique entre 2010 et 2012 [Ffrench-Davis, 2014, chapitre X].

De la politique économique à l’économie politique : les défis à relever

58Au cours des vingt ans de démocratie post-dictature, le Chili a rattrapé la distance considérable qui le séparait du monde industrialisé, laissant derrière lui le reste de l’Amérique latine. La différence avec la dictature en termes de résultats est frappante et reflète à l’évidence une prédominance des progrès sur les erreurs. Toutefois, ces résultats économiques n’ont été ni constants ni continus, ce qui a affaibli les progrès fondamentaux et renforcé quelques erreurs et régressions.

59La première partie de cette période (1990-1998) a inclus une croissance vigoureuse. Dans la seconde (1999-2008), en revanche, la rapidité de la croissance par habitant a baissé de moitié et l’intensité des avancées en termes de distribution du revenu et de réduction de la pauvreté s’est affaiblie (cf. tableau 2 ci-après). Le Chili a continué sa progression dans la voie du développement – ne pas en tenir compte serait une erreur – mais de façon nettement plus lente et très régressive.

Tableau 2. PIB par habitant et répartition des revenus par foyer (1974-2009). Taux annuel de croissance réelle et coefficients

Croissance du PIB
par habitant (en %) (1)

Ratio Q5/Q1
(2)

Coefficient de GINI
(3)

1974-1981

1,5

15,1

51,9

1982-1989

1,2

20,2

56,7

1990-1998

5,4

15,5

52,9

(1992-1995)

7,0

13,7

50,9

1999-2008

2,7

15,3

52,9

2009

-2,0

14,4

52,3

1999-2009

2,3

15,2

52,6

1990-2009

3,7

15,4

52,8

Source : la colonne 1 correspond à une série de prix constants de 1974 à 2005 dans les comptes nationaux de la Banque centrale et à la base mobile de la série 2008, enchaînée à celle de 2006. Le ratio entre les revenus du quintile le plus riche et le plus pauvre (colonne 2) et le coefficient de GINI (colonne 3) s’appuient sur l’enquête de l’emploi à Santiago, réalisée par l’université du Chili, la seule série développée disponible sur une période si longue.

60L’explication de la dégradation des rythmes de la croissance se trouve dans une série de variables économiques et politiques. D’une part, il est évident que la crise asiatique a représenté un choc négatif rude ; nous avons cependant démontré que son effet direct sur les exportations n’explique qu’une partie marginale de la chute du taux de croissance du PIB de 1999 à 2008 par rapport à la période 1990-1998 – une grande partie de l’impact étant due à un recul de la politique macroéconomique. D’autre part, l’absence persistante d’une politique de développement productif a entravé, peu à peu, la progression sur la voie du développement. Ensuite, l’articulation inadéquate entre un agenda social progressif et le volet économique n’a pas permis de garantir sa viabilité, vu le manque de politiques de développement de la production inclusives. Enfin, et c’est paradoxal, à mesure que le temps passait, des espaces s’ouvraient pour des réformes progressives plus profondes, mais ils n’ont pas été mis à profit ou ont été livrés au néolibéralisme.

61Ce ralentissement a des enjeux politiques et des répercussions sur les attentes de la population. Il s’est produit au moment où sont apparus des abus de la part des entreprises et des cas de corruption de fonctionnaires qui, bien que moins nombreux, ont été fortement relayés dans les médias. L’adhésion du Chili à l’OCDE a fait l’objet d’une large publicité présentant son économie comme au seuil du développement – une erreur répétée jusqu’à aujourd’hui, car nous n’étions qu’à un tiers du chemin. Le contraste entre ces images et la dégradation de la qualité des politiques économiques nourrit en partie la frustration de ceux qui constatent à quel point ils se trouvent loin derrière les citoyens d’une nation développée.

62Certes, d’importantes réformes sociales ont été effectuées, mais l’agenda social progressif, plus poussé sous le gouvernement de la présidente Bachelet, reposait sur une charge fiscale modeste (la moitié de celle des pays du G7 à l’issue de la grande réforme de 1990) et le marché du travail offrait des augmentations de salaire égales à la moitié de celles enregistrées dans les années 1990.

63Le Chili est toujours confronté au défi d’instaurer des réformes capables d’amorcer un développement productif inclusif. Il implique : 1) un financement pour le développement à long terme des PME sur le marché des capitaux, tout en créant des canaux afin que les fonds des AFP financent davantage les investissements pour le développement productif national ; 2) que cette augmentation de l’investissement s’accompagne d’une force de travail à la productivité accrue, ce qui requiert un saut qualitatif durable dans la formation professionnelle (pour compenser la mauvaise qualité de l’éducation reçue par des millions de travailleurs) et une réduction du travail informel, qui demeure considérable ; 3) la conception de stratégies de développement productif et d’innovation permettant aux PME de gagner en productivité, car c’est parmi elles que se trouvent les principales différences entre la moyenne des économies avancées et celle du Chili (et non dans les grandes entreprises) ; 4) que la politique de change soit revue en profondeur (le taux flottant, déterminé par les flux de capitaux spéculatifs et un prix du cuivre instable, est néfaste à la croissance et à l’équité) ; 5) qu’un système de régulation contracyclique du compte de capital soit mis en place afin d’éviter que le financement ne s’assèche dans le futur et de dégager un espace pour la politique de change ; 6) une coordination indispensable entre le ministère des Finances et la Banque centrale et une cohérence entre les différents équilibres macroéconomiques ; 7) de moderniser l’État au plus tôt, pour améliorer sa capacité de gestion, d’éliminer des restrictions entravant son action dans le développement productif et d’augmenter substantiellement le recouvrement fiscal de façon progressive, pour un financement viable des défis économiques et sociaux à relever. Enfin, il faut retrouver la voie menant à des équilibres viables de la macroéconomie réelle, outre la responsabilité fiscale et une inflation faible, il faut adopter des approches du taux de change et du crédit qui soient fonctionnelles pour le développement productif, en incluant une gestion active de la demande intérieure en adéquation avec le niveau du potentiel productif.

64Tout cela implique des corrections fondamentales qui passent nécessairement par une régulation du taux de change et un contrôle du compte de capital et de ses flux spéculatifs, entre autres, dans une optique où le productivisme l’emporte sur le financiarisme. Sur le plan économique, c’est le défi qu’il reste à relever de concert avec les réformes politiques essentielles au développement intégral.

Haut de page

Bibliographie

Agosin Manuel R., « Flux de capitaux et investissement : le Chili des années 90 », in Ricardo Ffrench-Davis et Helmut Reisen (dir.), Mouvements des capitaux et performances des investissements : les leçons de l´Amérique latine, Paris, OCDE/Cepalc, 1998.

Banco Central de Chile, Informe de Política Monetaria, plusieurs numéros.

Büchi Hernán, La transformación económica de Chile, Bogota, Grupo Editorial Norma, Bogotá, 1993.

Edwards Sebastian et Rigobón Roberto, « Capital Controls on Inflows, Exchange Rate Volatility and External Vulnerability », Journal of International Economics, vol. 78, n° 2, 2009, p. 256-267.

Ffrench-Davis Ricardo, Chile entre el neoliberalismo y el crecimiento con equidad : reformas y políticas económicas desde 1973, Santiago du Chili, cinquième édition, 2014. En langue anglaise : Economic Reforms in Chile: from Dictatorship to Democracy, seconde édition, Londres/New York, Palgrave Macmillan, 2010.

Ffrench-Davis Ricardo, « L’économie chilienne depuis la crise globale », Cahiers des Amériques latines, n° 68, 2011.

Ffrench-Davis Ricardo, « Macroeconomía para el desarrollo: desde el financierismo al productivismo », Revista CEPAL, n° 102, décembre 2010.

Ffrench-Davis Ricardo, « Le retour à la démocratie au Chili : héritages et défis économiques », Problèmes d´Amérique latine, IHEAL, n° 97, 1990.

Foxley Alejandro, « Experimentos neoliberales en América Latina », Colección Estudios Cieplan 7, numéro spécial, 1982.

Huneeus Carlos, La democracia semisoberana: Chile después de Pinochet, Santiago du Chili, Taurus, 2014.

Larraín Felipe et Vergara Rodrigo, La transformación económica de Chile, Santiago du Chili, Centro de Estudios Públicos, 2000.

Larraín Guillermo, Chile, fértil provincia: hacia un estado liberador y un mercado revolucionario, Santiago du Chili, Random House Mondadori, 2005.

Le Fort Guillermo et Lehmann Sergio, « El encaje y la entrada neta de capitales: Chile en el decenio de 1990 », Revista CEPAL, n° 81, décembre 2003.

Magud Nicolas et Reinhart Carmen, « Capital Controls: an Evaluation », in Sebastian Edwards (ed.), Capital Controls and Capital Flows in Emerging Economies: Policies, Practices and Consequences, Chicago, University of Chicago Press, 2007, p. 645-674.

Marcel Mario, Tokman Marcelo, Valdés Rodrigo et Benavides Paula, « Balance estructural del Gobierno Central, metodología y estimaciones para Chile: 1987-2000 », Estudios de Finanzas Públicas, n °1, septembre 2001.

Meller Patricio (dir.), La paradoja aparente, equidad y eficiencia: resolviendo el dilema, Santiago du Chili, Taurus, 2005.

Moulian Tomas, Chile actual: anatomía de un mito, Santiago du Chili, LOM Ediciones, Santiago, 1997.

Muñoz Oscar, El modelo económico de la Concertación, 1990-2005, Santiago du Chili, Catalonia/Flacso, 2007.

Pizarro Crisóstomo, Raczynski Dagmar et Vial Joaquín (dir.), Social and Economic Policies in Chile’s Transition to Democracy, Santiago du Chili, Cieplan/Unicef, 1996.

Sunkel Osvaldo, El presente como historia: dos siglos de cambio y frustración en Chile, Santiago du Chili, Catalonia, 2011.

Vega Humberto, En vez de la injusticia, Santiago du Chili, Random House Mondadori, seconde édition, 2008.

Williamson J., « Exchange Rate Regimes for Emerging Markets: Reviving the Intermediate Option », in Institute for International Economics, Policy Analyses in International Economics 60, Washington DC, 2000.

Zahler Roberto, « Estabilidad macroeconómica e inversiones de los fondos de pensiones: el caso de Chile », in Ricardo Ffrench-Davis (dir.), Crecimiento esquivo y volatilidad financiera, Bogota, Cepal/Mayol, 2005.

Haut de page

Notes

1 N.D.T. : la Concertación est une formation politique de centre et centre gauche issue du « non » au référendum de 1988 portant sur le maintien au pouvoir d’Augusto Pinochet.

2 N.D.T. : lois restrictives portant sur de nombreux domaines et sujets (éducation, avortement, forces armées, lutte antiterroriste, etc.) et instaurant par exemple des conditions de renvoi des fonctionnaires du régime militaire très difficiles à respecter pour le nouveau gouvernement démocratique.

3 N.D.T. : Les PME chiliennes, dites Pymes, comptent entre 10 et 199 salariés. La PME française emploie, elle, moins de 250 personnes.

4 Élargissant l’analyse d’Hirschman, Carlos Huneeus développe une interprétation de la façon dont l’exécution du programme progressiste de la coalition se serait « bloquée », en particulier entre la seconde et troisième présidence [Huneeus, 2014, p. 347, p. 405-407].

5 On peut trouver diverses approches de ce sujet chez Buchi [1993], Ffrench-Davis [2014], Larraín et Vergara [2000], G. Larraín [2005], Meller [2005], Moulian [1997], Muñoz [2007], Sunkel [2011] et Vega [2008].

6 L’excédent fiscal de ces deux années correspondait à 2,1 % du PIB, donc la détérioration de la balance extérieure est de toute évidence due au secteur privé et a été financée par des entrées de capitaux.

7 Un important épisode d’inflation liée à la flambée des prix internationaux des aliments a été enregistré entre 2007 et 2008.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ricardo Ffrench-Davis, « Les gouvernements de la Concertación : progression et régression du développement économique au Chili (1990-2009) », Cahiers des Amériques latines, 85 | 2017, 127-147.

Référence électronique

Ricardo Ffrench-Davis, « Les gouvernements de la Concertación : progression et régression du développement économique au Chili (1990-2009) », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 85 | 2017, mis en ligne le 21 novembre 2017, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/cal/8301 ; DOI : 10.4000/cal.8301

Haut de page

Auteur

Ricardo Ffrench-Davis

Ricardo Ffrench-Davis est docteur en économie à l’université de Chicago. Il a reçu le Premio Nacional de Humanidades y Ciencias Sociales du Chili en 2005. Il a été directeur d’études au sein de la Banque centrale du Chili, cofondateur de la Corporación de Investigaciones Económicas para Latinoamérica (Cieplan) et conseiller principal du Cepal. Il est aussi professeur d’économie à l’université du Chili. Il a présidé le comité des Naciones Unidas de Políticas para el Desarrollo (CDP) entre 2007 et 2010. Il a aussi représenté le président chilien entre 2004 et 2010 au sein du groupe technique constitué par les présidents du Brésil, du Chili et de la France dans le but d’identifier les sources innovantes de financement afin de combattre la pauvreté dans le monde. Entre 2002 et 2006, il a codirigé avec le prix Nobel Joseph Stiglitz un groupe international sur « Macroeconomía para el Desarrollo ». Il est l’auteur et l’éditeur de 21 livres et de plus de 150 articles publiés dans 9 langues.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • OpenEdition Journals