Navigation – Plan du site
Lectures

Maud Chirio, La Politique en uniforme : l’expérience brésilienne, 1960-1980

Presses universitaires de Rennes, 2016
Christophe Brochier
p. 167-169
Référence(s) :
Maud Chirio, La Politique en uniforme : l’expérience brésilienne, 1960-1980, Presses universitaires de Rennes, 2016, 246 p.

Texte intégral

1Version grand public d’une thèse d’histoire contemporaine soutenue en 2009, le livre de Maud Chirio montre que les militaires n’ont pas cessé de faire de la politique au Brésil après 1964. Il explore cette idée selon un découpage qui, après avoir laissé une place importante à la réaction des officiers vis-à-vis de la politique de João Goulart de 1961 à 1964, suit essentiellement la succession des présidents : Castelo Branco (1964), puis Costa e Silva (1967), Médici (1969) et Geisel (1974). L’auteure ne cherche pas à décrire les réactions de la population face à la dictature ni à analyser les stratégies de contrôle et de corsetage de la société. Le but du livre est de décrire dans le détail les divisions et les alliances, les stratégies et les dilemmes à l’intérieur d’un groupe social qui jusque-là n’était pas habitué à imposer ses vues au reste du pays. C’est là toute l’originalité de l’entreprise : traiter l’institution militaire dans son hétérogénéité plutôt que de la regarder comme un bloc homogène. Pour cela, Maud Chirio s’est essentiellement servi d’une documentation interne : rapports, circulaires, bulletins mais aussi entretiens auprès d’anciens militaires impliqués dans les affaires publiques. Si ces sources ne permettent pas de répondre à toutes les questions, elles fournissent cependant un tissu de données absolument remarquable. Le résultat final est donc un ouvrage complexe, parfois difficile à suivre tant la masse d’informations, d’analyses biographiques et de précisions est considérable. Mais l’objectif est parfaitement atteint, le lecteur plonge au cœur d’une institution dont il ne soupçonnait pas la richesse et les divisions.

2On voit par exemple qu’au début des années 1960, l’institution militaire n’a pas été attaquée de front par Goulart bien qu’elle lui fût particulièrement hostile. Les généraux et les responsables des écoles militaires sont convertis à l’importance de la guerre contre la « subversion interne », c’est-à-dire essentiellement le communisme. La propagande interne met en avant le risque d’une contamination de la troupe elle-même, dans la mesure où les gradés craignent la politisation des sous-officiers. Le contexte politique tendu permet à la « révolution » militaire, selon le terme consacré à l’époque, de se faire dans le plus grand calme en 1964. Les généraux présentent leur intervention comme un acte légaliste dans la lignée des pronunciamientos hispaniques. Mais l’auteure montre que les degrés de mobilisation des militaires ont été variables selon une logique d’« archipels » plus ou moins impliqués. Elle révèle également l’importance de débats comme le degré de politisation souhaité dans l’armée et les incertitudes quant au modèle de gouvernement militaire. L’ouvrage fait apparaître les rôles diversifiés des nombreuses institutions militaires : écoles, cercles, tribunaux, etc.

3De façon étonnante, c’est après 1964 que les divisions sont les plus marquées au sein de l’armée. Alors même que l’épuration interne commence, le président Castelo Branco représente une ligne modérée, alliée aux civils à laquelle s’opposent rapidement plusieurs « lignes dures ». L’étude des opposants intérieurs est certainement le point central du livre mais c’est aussi le plus complexe. L’auteure décrit plusieurs lignes de clivages : l’ancienneté de la conspiration, les grades, le service actif ou la réserve, le nationalisme économique, la participation aux enquêtes internes d’épuration de l’armée. Jusqu’à l’arrivée de Geisel en 1974, ce sont ces lignes dures qui donnent sa dynamique à la révolution militaire. Costa e Silva et d’autres derrières lui, n’auront de cesse de demander une militarisation complète de l’appareil d’État, un durcissement de la répression, un contrôle accru de la société. L’un des plus grands apports du livre est de prouver que les contestations ne cessent pas après l’éviction de Castelo et même après le célèbre acte institutionnel n° 5 qui renforcera considérablement les pouvoirs répressifs de l’exécutif. L’étude de nombreux parcours biographiques permet à Maud Chirio de souligner le rôle des ambitions de carrière, des réseaux, en plus des oppositions idéologiques. On voit ainsi ce que l’évolution politique de la dictature doit au fonctionnement interne de l’institution et notamment aux rapports complexes qu’entretiennent de nombreux sous-groupes invisibles ou incompréhensibles regardés de l’extérieur. Ainsi la détente de Geisel aurait été en partie improvisée, Chirio dévoile des réseaux et des hommes et pas des idées incarnées.

4Si l’on doit chercher des faiblesses dans cet ouvrage d’une grande finesse, il faut sans doute les trouver du côté de ce qui fait également sa force, à savoir l’abondance des détails et des descriptions. Le principal défaut du livre est sans doute de ne pas indiquer clairement au lecteur non spécialiste ce qui est nouveau dans les analyses proposées et ce qui s’oppose à la ligne acceptée par les autres spécialistes. Ce qui représente une découverte pour certains est sans doute banal pour d’autres lecteurs qui connaissent bien la période. On pourrait ajouter que la plongée dans le cœur des sous-groupes militaires fait courir au lecteur le risque ne pas saisir complètement les liens entre la petite politique et la grande. Pour le dire autrement, l’auteur n’explicite peut-être pas complètement les enseignements historiques à tirer des disputes internes du corps militaire. Ainsi la conclusion de l’ouvrage fait sans doute insuffisamment la liste des enseignements qu’apportent ces explorations des méandres de la politique interne au sein de l’armée. Il n’en demeure pas moins que cet ouvrage remarquablement écrit dispose d’une documentation et d’une richesse incroyable, il est désormais une référence indispensable dans la bibliographie consacrée à la période militaire au Brésil. Il montre par ailleurs les résultats que peut produire un travail d’enquête objectif et dépassionné attentif aux réalités concrètes plutôt qu’aux discours, idéologies ou questions morales, et ce pour un thème encore très sensible au Brésil.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christophe Brochier, « Maud Chirio, La Politique en uniforme : l’expérience brésilienne, 1960-1980 », Cahiers des Amériques latines, 85 | 2017, 167-169.

Référence électronique

Christophe Brochier, « Maud Chirio, La Politique en uniforme : l’expérience brésilienne, 1960-1980 », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 85 | 2017, mis en ligne le 21 novembre 2017, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/cal/8323

Haut de page

Auteur

Christophe Brochier

Maître de conférences en sociologie, université Paris 8-Vincennes-Saint-Denis, Creda.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • OpenEdition Journals