Navigation – Plan du site
Lectures

Alain Rouquié, Le Siècle de Perón : essai sur les démocraties hégémoniques

Paris, Seuil, 2016
Sébastien Velut
p. 169-172
Référence(s) :
Alain Rouquié, Le Siècle de Perón : essai sur les démocraties hégémoniques, Paris, Seuil, 2016, 409 p.

Texte intégral

1L’histoire économique de l’Argentine fait que les produits destinés à l’exportation sont considérés de meilleure qualité que ceux destinés au marché national. Or, s’il est une spécificité argentine qui ne s’est pas exportée, car trop intimement liée à la matrice historique et culturelle du pays, c’est le péronisme. Celui-ci apparaît souvent comme un particularisme impossible à comprendre pour des observateurs extérieurs et à transposer dans d’autres contextes. Suivant une des multiples formules consacrées au péronisme, c’est un sentiment et donc, il ne s’explique pas, il se vit.

2Le livre que lui consacre Alain Rouquié prend dès son titre le contre-pied de ces thèses. Non seulement il inscrit Perón et le péronisme dans un cadre analytique rigoureux mais il montre surtout qu’il s’agit d’une innovation politique ayant fait son chemin en Amérique latine et au-delà en s’inscrivant dans le temps long. Le péronisme, loin d’être une singularité, aurait exporté sa pratique du pouvoir pour devenir une des sources des « démocraties hégémoniques ».

3La formule évite soigneusement le qualificatif facile et imprécis de populisme pour souligner la capacité du péronisme à réconcilier « l’autorité et la démocratie » suivant la formule déjà appliquée au Second Empire par André Siegfried. Cette combinaison improbable, ou qui en tout cas remet en cause l’acception plus immédiate de la démocratie, se retrouve non seulement dans d’autres pays latino-américains du xxie siècle, tels que le Venezuela d’Hugo Chavez, la Bolivie d’Evo Morales ou encore l’Équateur de Rafael Correa mais aussi dans la Russie de Vladimir Poutine ou la Thaïlande de Thaksin Shinawatra. Alain Rouquié propose d’examiner le péronisme pour penser l’évolution des démocraties dans un contexte de changement social face auquel les formes institutionnelles se trouvent dépassées. Le péronisme, et au-delà, la démocratie hégémonique, se comprend comme une réponse à un contexte historique particulier dont il faut comprendre « sa raison d’être et sa fonction » (p. 19).

4Ce sont donc les conditions d’apparition du péronisme qui occupent la première partie du livre, depuis la crise des années 1930 – la décennie infâme – jusqu’à la chute. L’auteur revient avec efficacité sur l’irrésistible ascension du jeune et brillant colonel Perón qui occupe en 1943 le poste obscur mais stratégique de directeur du travail dans le gouvernement du général Ramirez. Il a compris alors le ressentiment accumulé par les classes populaires d’une Argentine en pleine transformation économique et mesuré directement les problèmes de santé dont souffrent les conscrits argentins. La réorganisation du travail, l’amélioration des conditions de vie des classes populaires et surtout la mise sur pied d’un syndicalisme anticommuniste, largement implanté dans les entreprises mais étroitement contrôlé par le ministère, sont des instruments de construction de son pouvoir et de sa popularité. Parvenu à la présidence en octobre 1945, Perón met sur pied avec sa compagne Eva Duarte de Perón une présidence bicéphale, faisant jouer à Evita le rôle inédit de madone des déshérités, se dépensant sans relâche sur le front social, mais surtout porteuse de dignité pour les humbles, alors que Perón s’emploie à structurer l’appareil d’État et notamment les grandes entreprises nationales (Fabricaciones Militares, YPF). Alain Rouquié retrace en quelques pages efficaces ce moment qui permet de comprendre le fonctionnement du régime, ses mythes fondateurs encore structurants, sa capacité à incarner un discours et une pratique politique valorisant la justice sociale – qui donne son nom au mouvement, le justicialisme – et à mettre en valeur les classes populaires dans un pays jusqu’alors dominé par l’oligarchie possédante. C’est avec le soutien de cette oligarchie que se produit le coup d’État de 1955 qui met fin au régime.

5Il est parfois plus difficile de comprendre comment Perón est resté, même proscrit, même interdit d’élection, un acteur central de la vie politique argentine, entre sa chute en 1955 et son retour en 1973. Et l’on comprend encore moins comment après sa mort, en 1974, le péronisme lui a survécu et pris successivement des visages aussi différents que ceux du pittoresque caudillo de province, Carlos Menem, qui se révèle une fois élu un habile opportuniste, du gouverneur taiseux que fut Nestor Kirchner, très attaché aux valeurs politiques des années 1970, puis de la flamboyante Cristina Kirchner. La seconde partie du livre s’attache à cette permanence et rappelle le poids constant des forces péronistes sur les élections jusqu’au retour du général en 1973.

6La seconde présidence de Perón ne dure guère puisque le général meurt le 1er juillet 1974 laissant le pouvoir à son épouse Isabel Martinez de Perón, vice-présidente régulièrement élue mais incapable de gouverner, sous l’emprise du sinistre Lopez Rega qui déchaîne la répression contre les militants de gauche et notamment les Montoneros, ces guérilleros se réclamant du péronisme. Le régime militaire (1976-1983) l’intensifie, plonge le pays dans la terreur, mais confie l’économie à l’un des représentants de l’oligarchie, José Martinez de Hoz avant de sombrer dans l’aventure des Malouines : est-ce la fin définitive du péronisme dont la décomposition finale a précipité l’avènement de la dictature ?

7En réalité, même si le premier président élu dans l’Argentine redevenue démocratique, Raul Alfonsin est issu du parti radical, le péronisme renaît de ses cendres. Il rassemble ses forces dans le monde syndical et à l’occasion des élections locales pour s’imposer comme la première force politique du pays. C’est ainsi que Carlos Menem parvient à la présidence en 1989 sous la bannière péroniste et met en œuvre un programme d’inspiration néolibérale. Un programme qui vole en éclats lors de la débâcle économique de 2002. Toutes autres seront les positions de Nestor et de Cristina Kirchner qui s’affichent résolument opposés au néolibéralisme, ne manquent pas une occasion de vilipender les années Menem et se disent attachés à la reconstruction de l’État, promoteurs de nouvelles nationalisations et en rupture avec les États-Unis. Tous, pourtant, se proclament péronistes.

8Il ne s’agit pas d’une fidélité idéologique à une doctrine élaborée par Perón. Comme le rappelle Alain Rouquié, le corpus péroniste est maigre et les positions du général ne font sens que dans le moment particulier de la guerre froide. Il convient de chercher ailleurs les raisons de cette longévité – c’est l’objet de la troisième partie du livre, la plus originale. L’auteur explore plusieurs arguments : l’adéquation entre le péronisme et l’éthos des classes populaires argentines, l’existence d’un réseau serré de contrôle et d’affiliation dans les quartiers, les écoles et les entreprises, le charisme des leaders et l’installation précoce d’un mythe autour de la figure d’Evita. D’autres dimensions, pourtant essentielles, comme les rapports avec l’Église ou les positions diplomatiques sont plus ambivalentes. Quoi qu’il en soit, le péronisme au pouvoir s’incarne dans quelques leaders incontestés, capables de réaliser l’improbable synthèse entre des positions opposées et de maintenir la discipline du parti.

9Mais, selon l’auteur, l’intérêt principal du péronisme dépasse l’Argentine par sa capacité à articuler démocratie et autorité dans un moment de changement social. C’est cela qui a permis au premier péronisme d’introduire des réformes sociales en faveur des classes populaires. Le péronisme se veut national et populaire, en rupture avec les démocraties formelles contrôlées par les élites qui, même lorsqu’elles ont dû consentir à des élections libres, ont trouvé les moyens de garder la main sur les principaux leviers du pouvoir. Mais il a cultivé sa différence avec les expériences inspirées par le communisme, particulièrement pendant la guerre froide, au cours de laquelle l’Argentine de Perón s’est bien gardée de faire allégeance à l’un ou l’autre camp. En cela, il s’agit aussi d’une position affichée d’autonomie, particulièrement difficile à tenir en Amérique latine où les pressions des États-Unis ont été fortes et où les projets nationaux se heurtent vite aux limites imposées par les marchés.

10Pourtant, ce sont là des valeurs que l’on retrouve dans un certain nombre de régimes trop rapidement qualifiés de gauche dans l’Amérique latine contemporaine. Ils témoignent, d’après la lecture d’Alain Rouquié d’un rééquilibrage social qui laisse enfin plus de place aux groupes historiquement dominés. Ainsi, si l’Argentine a connu le péronisme dès les années 1940 c’est parce qu’elle était une société plus avancée que les autres pays latino-américains. La montée des tensions a imposé un renouvellement de la pratique démocratique, dont on n’a pas fini de voir les avatars dans des sociétés confrontées à des changements rapides et à de nouvelles exigences sociales.

  • 1 Notamment sa thèse de doctorat intitulée « Pouvoir militaire et société politique en république arg (...)
  • 2 Cf. « L’hypothèse « bonapartiste » et l’émergence des systèmes politiques semi-compétitifs », Revue (...)

11On se souvient que c’est à l’Argentine qu’ont été consacrés les premiers travaux d’Alain Rouquié1. On apprécie de le voir revenir à un pays qu’il connaît particulièrement bien et sur des protagonistes qu’il a personnellement rencontrés. Il se livre surtout à un exercice original d’herméneutique politique, qui ne s’inscrit sans doute pas dans les canons dominants de la discipline universitaire et se veut résolument comparatiste, historique et qualitatif. La carrière de l’auteur comme chercheur et diplomate est liée à l’Amérique latine, si bien qu’on oublie parfois qu’il s’est également très tôt intéressé aux systèmes politiques qu’il qualifie de « semi-compétitifs » tel que le bonapartisme2 et le péronisme. En rejoignant ces deux lignes de réflexion, l’une plus conceptuelle et l’autre plus empirique, ce livre sur Perón témoigne de la continuité d’une pensée et que, si le siècle fut celui de Perón, le demi-siècle a été celui d’Alain Rouquié.

Haut de page

Notes

1 Notamment sa thèse de doctorat intitulée « Pouvoir militaire et société politique en république argentine » (1977), éditée sous le même titre par la FNSP.

2 Cf. « L’hypothèse « bonapartiste » et l’émergence des systèmes politiques semi-compétitifs », Revue française de science politique, vol. 25, n° 6, 1975, p. 1077-1111.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sébastien Velut, « Alain Rouquié, Le Siècle de Perón : essai sur les démocraties hégémoniques », Cahiers des Amériques latines, 85 | 2017, 169-172.

Référence électronique

Sébastien Velut, « Alain Rouquié, Le Siècle de Perón : essai sur les démocraties hégémoniques », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 85 | 2017, mis en ligne le 21 novembre 2017, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/cal/8325

Haut de page

Auteur

Sébastien Velut

Professeur de géographie, université Sorbonne Nouvelle-Paris 3 (IHEAL)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • OpenEdition Journals