Navigation – Plan du site

N° 90 – Le Paraguay, trente ans après Stroessner

Dossier coordonné par Damien Larrouqué (docteur associé au CERI-Sciences Po).

Date limite de réception des propositions d’articles : 13 février 2018.
Date limite de réception des articles : 13 mai 2018.
Publication prévue en février-mars 2019.

Contexte

En prévision du trentième anniversaire de la fin de la dictature d’Alfredo Stroessner (1954-1989), l’ambition de ce numéro spécial est d’éclairer les évolutions politiques et sociales du Paraguay contemporain.

La littérature académique tend à montrer que l’ombre portée du Stronato a durablement assombri les perspectives de modernisation politique et d’autonomisation de la société civile locale. Après avoir connu une transition qualifiée d’« incomplète » [Morínigo, 2002], de « circulaire » [Simón, 2008] voire même de « gatopardiste » [Soares, 2009], la démocratie paraguayenne a longtemps été présentée comme « vulnérable » [Mendonca, 2010]. En Juin 2012, la procédure de destitution express engagée contre Fernando Lugo, premier président de gauche de l’histoire du pays, aurait même signifié une involution dans ce très chaotique processus de consolidation démocratique [Duarte Recalde, 2013 ; Szucs, 2014]. Pour beaucoup d’analystes, le Paraguay n’en aurait pas fini d’exorciser son passé autoritaire. D’après Félix Pablo Friggeri (2017 : 218), le pays serait toujours sous la coupe d’un « stroessnisme globalisé ».

Très prégnante en matière politique, cette empreinte du Stronato aurait également imprimé la structure économique, sociale et même culturelle du pays. Réputé très conservateur sur le plan des mœurs [Rivarola, 2008], le Paraguay se distingue également comme un pays fortement inégalitaire. Alors que sa structure socio-économique reste rurale, la concentration foncière y est la plus forte au monde (85 % de la terre est possédée par 2 % de la population agricole). Au cours des années 1990 et 2000, le pays aurait même connu une « contre-réforme » agraire [Hetherington, 2014].

Pour ce qui est du système éducatif, marqué sous la dictature par sa très forte politisation et sa médiocrité [Pineda, 2012], il est certes déficient, mais n’en demeure pas moins original car bilingue guarani/espagnol sur l’ensemble du territoire [Boyer et Penner, 2012 ; Penner, 2016]. Le multiculturalisme au Paraguay met ainsi à l’honneur une langue amérindienne. Cependant, on ne peut nier que la discrimination reste importante vis-à-vis d’autres groupes ethniques ou minorités racialisées [Boidin, 2014].

Quant à la société civile, elle est très certainement moins apathique aujourd’hui qu’elle n’avait pu être présentée il y a encore dix ans [Sondrol, 2007]. Ainsi que l’ont illustré les récentes protestations des étudiants contre la corruption du système universitaire [Duarte Recalde, González Ríos, 2016] ou, plus tragiquement, les émeutes qui ont enflammé les rues d’Asunción, en mars 2017, suite au passage en force du projet de réélection présidentielle [González Bozzolasco, 2017], nous constatons une recrudescence des mobilisations sociales au cours des trois dernières années. A bien des égards, ce « printemps sans égal » [Sosa Walder, 2015] témoigne d’une exaspération grandissante des jeunes générations et, plus largement, d’une tolérance beaucoup moins grande des citoyens envers toute forme de concussion et/ou d’abus de pouvoir jusqu’alors dominante.

Projet de dossier

Plutôt que de démontrer la résilience d’un système politique et social encore gangréné par les logiques de fonctionnement patrimonialiste héritées du Stronato (corruption, impunité, violence), notre dossier assumera une orientation plus « optimiste » que la plupart des travaux académiques. Il s’agira d’éclairer les évolutions politiques et sociales du Paraguay contemporain, en s’intéressant notamment au dynamisme de sa société civile (nouveaux enjeux de mobilisation, transformations culturelles liées aux évolutions démographiques et au renouvellement générationnel, expressions littéraires ou cinématographiques diverses).

Les propositions qui nous seront adressées chercheront à rendre compte et à comprendre :

- Comment a évolué le bipartisme durant les trente dernières années ? Les réflexions porteront en priorité sur les formations politiquement marginales et plus rarement étudiées (gauche, mouvement féministe, LGBT, etc.).

- En quoi la relation Etat/société civile apparaît-elle moins paternaliste et clientéliste que par le passé ? L’enjeu serait ici d’axer l’analyse sur les processus d’autonomisation du social, en se penchant sur les modalités d’organisation des ONG, des syndicats, ou plus largement, des mouvements sociaux moins institutionnalisés.

- Quel(s) rôle(s) jouent les médias et plus généralement les nouvelles technologies de l’information et de la communication dans la formation de l’opinion publique ? Concernant la presse, une étude plus systématique ou approfondie révèlerait sans doute des vues moins conservatrices que l’on pourrait le penser a priori.

- Qu’en est-il de la situation éducative du pays ? Dans une perspective plus large, les propositions d’article pourraient aussi porter sur le renouveau culturel insufflé par la production littéraire ou cinématographique contemporaine.

- Quelle est la situation des populations autochtones et des minorités racialisées dans la société paraguayenne ?

- Le poids de la religion catholique est-il encore aussi important qu’auparavant ? Ici, il pourrait être judicieux de se pencher également sur les « groupes religieux » au sens large (mennonistes, sectes évangélistes, etc.), afin d’interroger si leur influence est (ou non) grandissante.

Modalités de soumission

Les propositions peuvent être soumises en français, espagnol ou anglais. Elles devront contenir les informations suivantes :

  • nom, prénom ;

  • université ou laboratoire de rattachement ;

  • court CV avec adresse e-mail ;

  • titre envisagé de l’article ;

  • résumé de 1 500 signes maximum précisant le contenu du projet d’article.

La date limite impérative de soumission des propositions d’articles est fixée au 13 février 2018 à l’adresse suivante : damien.larrouque@sciencespo.fr

Le comité de rédaction de Cahiers des Amériques latines informera de l’acceptation ou non des propositions dans un délai de deux semaines.

Les articles de 45 000 signes environ (espaces, notes, bibliographie, résumés et mots-clés compris) devront être envoyés au coordinateur pour le 13 mai 2018. Ils seront soumis à une double évaluation anonyme.

La publication du dossier est prévue pour février-mars 2019.Merci de bien vouloir consulter les instructions aux auteur-e-s : https://cal.revues.org/2324
Les articles ne répondant pas à ces instructions ne pourront être pris en compte.

[Convocatoria en español]

[Call for papers in english]

Bibliographie

Boidin Capucine, « Le double discours des politiques d’éducation interculturelle bilingue au Paraguay », Problèmes d’Amérique latine, n°92, 2014, p. 73-90.

Boyer Henri et Penner Hedy (dir.), Le Paraguay bilingue, Paris, L’Harmattan, 2012.

Duarte Recalde Liliana, « Paraguay : interrupción al proceso de consolidación de la democracia », Revista de Ciencia Política, n°1, 2013/33, p. 303-324.

Duarte Recalde Liliana, González Ríos Cynthia, « Paraguay : entre las movilizaciones sociales y el reordenamiento electoral », Revista de Ciencia Política, n °1, 2016/36, p. 287-312.

Friggeri Félix Pablo, « Paraguay después del golpe: el precio de ponerse colorado », Foro internacional, n °1, 2017/57, p. 188-226.

González Bozzolasco Ignacio, « Paraguay : la reelección presidencial y los inicios de la carrera electoral 2018 », Revista de Ciencia Política, n °2, 2017/37, p. 543-562.

Hetherington Kreeg, « La contrarreforma agraria en Paraguay », in Guillermo Almeyra et al. (coord.) Capitalismo : tierra y poder en América latina (1982-2012). Vol.1. Mexico, UNAM, 2014, p. 173-214.

Mendonca Daniel, Democracia vulnerable. Un estudio sobre el sistema político paraguayo, Asunción, Intercontinental Editora, 2010.

Morínigo José, « La transición circular », Novapolis, n ° 1, 2002, p. 4-19.

Penner Hedy, « La ley de lenguas en el Paraguay: ¿Un paso decisivo en la oficialización de facto del guaraní?», Signo y Seña, n °30, 2016, p. 108-136.

Pineda Oscar, Breve Historia de la educación en el Paraguay, Asunción, Servilibro, 2012.

Rivarola Domingo, « Conservadurismo y cultura política en la transición » [1994], Revista Paraguaya de Sociología, n °132/133, 2008, p. 169-187.

Simón José Luis, « El Paraguay después de Stroessner : ¿De la transición incompleta a la democracia ? » [1989], Revista Paraguaya de Sociología, n °131, 2008, p. 85-124.

Soares Camilo, « El gatopardismo de la oligarquía paraguaya », Novapolis, n°4, 2009, p. 57-58.

Sondrol Paul, « Paraguay : a Semi-Authoritarian Regime? », Armed Forces & Society, n°1, 2007/34, p. 46-66.

Sosa Walder María, « Una primavera sin igual », Estudios Paraguayos, n°1-2, 2016/33, p. 13-21.

Szucs Rebecca, « A democracy’s ‘poor performance’: The impeachment of paraguayan president Fernando Lugo », George Washington International Law Review, 2014/46, p. 409-436.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • OpenEdition Journals