Navigation – Plan du site
Dossier. Le Chili « déconcerté »

Que sont les classes sociales devenues ? Stratification, inégalités et mobilité sociale au Chili

Emmanuelle Barozet et Vicente Espinoza
p. 69-88

Résumés

Au cours des vingt dernières années, au-delà de la croissance économique et de la réduction de la pauvreté, le Chili a connu une sédimentation de la structure de classes née des transformations économiques des années 1970 et 1980 et de la réorientation de l’économie vers les secteurs d’exportation de matières premières et de produits agricoles et piscicoles. Les résultats de l’Enquête Nationale de Stratification Sociale appliquée en 2009 permettent de mettre en lumière de manière à la fois synchronique et diachronique le renforcement de la « moyennisation » de la société chilienne, grâce à la consolidation des couches moyennes très diverses entre elles, mais aussi – et paradoxalement – grâce à la polarisation des extrémités de la pyramide sociale, accompagnée d’une plus forte rigidité des processus de mobilité sociale.

Haut de page

Entrées d’index

Index géographique :

Chili
Haut de page

Notes de l’auteur

Nous remercions tout particulièrement la Comisión Nacional de Investigación Científica y Tecnológica de Chile (CONICYT), qui a permis la réalisation du Proyecto Desigualdades (Anillo SOC 12), “Procesos emergentes en la estratificación chilena : medición y debates en la comprensión de la estructura social”, (2009-2012), www.desigualdades.cl. Nous remercions également nos collègues de l’équipe pour les échanges soutenus sur la double question de la stratification et de la mobilité sociale au Chili. L’expression « Que sont les classes sociales devenues ? » est un emprunt au RT5 de l’Association Française de Sociologie dans son appel à communication pour le congrès de 2011.

Texte intégral

1Le Chili, petit pays émergent de presque 17 millions d’habitants, a mis en place à partir de 1976 un système néolibéral très avancé, avant même que la Grande-Bretagne ou les États-Unis n’entreprennent leurs grandes réformes des années 1980. L’économie du pays s’ouvre alors au commerce international et oriente sa structure productive vers la consolidation de l’exportation des commodities et la modernisation de sa production agricole et piscicole, alors que le secteur financier et commercial se développe très rapidement. Cette transformation s’est déroulée dans le cadre d’un régime dictatorial de longue durée, raison pour laquelle les conséquences sur la structure économique et sociale ont été profondes et durables, d’autant que les gouvernements qui ont succédé à la dictature ne sont pas véritablement revenus sur les principes fondamentaux de ces nouvelles formes de production et d’organisation socio-économique.

2Malgré le maintien des lignes générales de la politique économique des années 1980, d’importants progrès ont été réalisés au cours des années 1990 et 2000, en particulier une baisse du taux de pauvreté de 45 % à moins de 20 %, une augmentation du revenu per capita à près de 14 500 dollars, grâce à un ensemble de politiques de « focalisation » et surtout à la dynamique de la croissance économique, qui ne ralentira que durant de brèves périodes au cours des vingt dernières années. Toutefois, malgré ces résultats positifs dont peu de pays de la région ont bénéficié, des inégalités sociales patentes démontrent que le développement reste toujours problématique.

3Les conséquences des années Pinochet (1973-1990) sur la structure sociale ont été étudiées de manière détaillée, que ce soit la paupérisation d’une partie des classes moyennes, la précarisation du marché du travail et l’augmentation des inégalités, mais qu’en est-il des vingt dernières années ? La consolidation de l’économie chilienne et son insertion internationale, de même que les investissements publics dans le domaine de l’éducation et de la santé, ou la « focalisation » sur la pauvreté ont-elles changé la donne sociale et modifié la structure de classe léguée par la dictature ?

  • 1  . Nous reprendrons ici le terme « classe sociale  » dans sa double – et classique – acception à la (...)
  • 2  . La mobilité sociale correspond aux mouvements – qu’ils soient absolus ou relatifs – ascendants, (...)

4Dans cet article, nous rendrons compte des travaux d’une équipe interdisciplinaire et interinstitutionnelle, qui s’attache à la compréhension des tendances émergentes de la structure sociale chilienne. Nous mettrons en lumière non seulement l’agencement actuel des classes sociales1 chiliennes, mais aussi ses évolutions récentes, ainsi que les régimes de mobilité sociale2. Nous démontrerons que la croissance économique et les politiques publiques des vingt dernières années n’ont pas profondément altéré la structure sociale chilienne : dans un pays où les inégalités sont ancrées historiquement, les transformations récentes de la structure sociale, qui semblaient favoriser la mobilité au sein des secteurs populaires et des classes moyennes au cours des années 1990, tendent aujourd’hui à une plus grande rigidité, alors que la distance entre les pôles extrêmes de la structure sociale continue à se creuser.

5Dans une première partie, nous verrons en quoi la structure des inégalités au Chili est tributaire de l’histoire, et pas seulement de l’ancrage du néolibéralisme dans cette région du monde. Puis nous reviendrons sur les plus importantes transformations socio-économiques depuis le retour à la démocratie au début des années 1990, avant d’analyser la structure actuelle de la société chilienne. Dans une troisième partie, nous explorerons les régimes de mobilité sociale pour comprendre les modes dynamiques de structuration de la société chilienne. Nous conclurons par une réflexion sur la tolérance aux inégalités et à la prégnance des classes sociales dans le cas du Chili, élément subjectif, mais non moins important pour comprendre l’enracinement profond des formes de différenciation dans le tissu social et les mentalités.

Une société historiquement inégalitaire : le legs commun des pays latino-américains

6Un des mythes les plus courants au Chili consiste à croire que les inégalités de la structure sociale actuelle sont l’héritage de la dictature du général Pinochet et de l’École des Chicago Boys (1973-1990). Certes, les transformations profondes qu’impose le régime dictatorial auront un impact durable sur la structure de classes, mais il ne faut pas oublier que, tout comme dans la plupart des pays d’Amérique latine, les inégalités au Chili se cimentent au moment de la colonisation européenne durant les xvie et xviie siècles ; elles sont dues à la mise en place d’un système économique fondé d’une part sur l’exploitation agricole, ce qui génère une structure sociale organisée autour du latifundio et, d’autre part, sur l’exploitation minière – le salpêtre d’abord, puis le cuivre – en échange de l’importation de produits manufacturés. L’insertion du Chili dans l’économie mondiale à partir de la Conquista se fait donc dans le cadre de la dépendance vis-à-vis des grandes métropoles européennes [Gunder-Frank, 1966 ; Pinto, 1972], ce qui donnera lieu en termes d’interprétation, et sur la base d’une généralisation à l’ensemble de la région, à la théorie classique de la dépendance [Cardoso et Faletto, 1969].

  • 3  . Les mines d’or et d’argent dans le grand nord, le salpêtre dans le désert d’Atacama, les mines d (...)

7Cette structure sociale initiale se diversifie et se consolide avec les flux migratoires qui proviennent en particulier d’Europe, puis avec l’indépendance des pays latino-américains au début du xixe siècle. Cependant, les relations de production ne connaissent pas de transformations drastiques au cours de ce siècle. Les capitaux ibériques sont peu à peu remplacés par des capitaux anglais puis nord-américains, sans altérer profondément ni la structure de l’oligarchie agro-exportatrice ni celle de la bourgeoisie financière, qui est à la fois très concentrée et fragile, du fait de sa dépendance des capitaux étrangers [Castells, 1972 ; Salazar, 2009]. À l’autre extrémité de la pyramide sociale, outre l’univers bien décrit des peones et campesinos [Bengoa, 1988, 1990 ; Salazar, 1986], qui vivent dans la dépendance des maîtres et sont à la base de l’activité agro-exportatrice, apparaît dans la deuxième moitié du xixe siècle un « prolétariat » de mineurs hautement concentré dans les diverses zones d’exploitation3, les ports et les secteurs liés aux activités d’exportation, formant ainsi une classe ouvrière relativement hétérogène [Salazar, 1986]. Cette « sédimentation » sociale, née à partir de 1850, produira un renforcement des inégalités socio-économiques au cours des années 1870-1920, au moment où s’intensifie l’internationalisation des économies de la région [Coatsworth, 2008 ; Bértola et al., 2009]. La distance entre le monde rural et le monde urbain, en particulier la prédominance du premier sur le second jusque dans les années 1930, sera un frein puissant aux tentatives de transformation des équilibres sociaux.

8Cette histoire du « développement du sous-développement », selon le terme de Gunder-Frank sera l’objet d’importantes réflexions au cours du xxe siècle et de recherche de solutions pour sortir de la situation de dépendance, en particulier suite aux guerres mondiales et à la grande dépression ; ceci montre les limites du développement que peut atteindre la région et le Chili en particulier. Les différents modèles sociaux et économiques mis en place au cours du xxe siècle, sous la houlette de l’État, avec tour à tour leurs orientations populistes, militaristes, sociales-démocrates, puis démocrates-chrétiennes, permettront la cooptation d’une partie des secteurs populaires et leur accès aux classes moyennes au rythme de l’exode rural, de la modernisation de l’appareil de production [Pinto, 1962, 1972], de l’amélioration de l’accès à l’école et de la redistribution de prébendes de la part de l’État fonctionnant comme une sorte d’amortisseur des conflits sociaux [Castells, 1972 ; Barozet, 2002]. En effet, la migration des campagnes vers les villes signifie une amélioration du niveau de vie, en particulier grâce à l’accès à l’emploi ouvrier et salarié, avec des politiques sociales plus avancées et de meilleures conditions sanitaires, ainsi que l’accès à l’école publique pour les enfants, donc la promesse d’un avenir meilleur, sinon pour soi-même du moins pour ses enfants. Cette forme de développement économique et social semblait apporter une certaine stabilité et surtout justifiait l’acceptation d’une position subordonnée, en échange de la promesse de mobilité sociale pour la génération suivante [Espinoza, 2006].

9Au cours du xxe siècle, c’est la classe moyenne qui bénéficiera le plus des nouvelles conditions, grâce surtout aux investissements de l’État dans les domaines de l’éducation, de la santé, et du système de retraites, non pas dans le cadre d’un État Providence européen, mais de son application plus limitée en Amérique latine, connue sous le terme de Estado benefactor. Ces nouveaux secteurs non seulement obtiendront des postes plus stables et mieux rémunérés, mais leur implantation au sein de l’appareil d’État et leur forte représentation par les partis politiques du centre [Lomnitz, 1994 ; Barozet, 2002] leur permettront de conforter leur statut et leur prestige, consolidant ainsi des formes de différenciation fortement revendiquées vis-à-vis des secteurs populaires, sous la protection d’un État « paternaliste » [Barozet, 2006]. Cette classe moyenne représentera quasiment un tiers de la structure sociale au début des années 1970 même s’il est clair qu’à partir des années 1950 les limites du modèle de développement et le retour de la crise économique laissent peu de marge à la croissance de ce groupe.

  • 4  . Le déclin de l’agriculture traditionnelle commence dans les années 1870, avec la perte des march (...)

10Toutefois, cette première « moyennisation » ne pourra rompre les grandes distances sociales propres à l’ensemble du continent, ni contenir la pression démographique, sociale et politique croissante des secteurs populaires au cours des années 1950 et 1960. Alors que l’échec du modèle de substitution des importations est patent, le système politique a de plus en plus de mal à absorber de nouveaux changements [Martínez et Tironi, 1985]. Au cours des années 1960, les demandes sociales des secteurs les plus défavorisés débouchent sur l’élection de Salvador Allende et l’Unité Populaire (1970-1973). Les réformes mises en place par ce gouvernement socialiste, tant dans le domaine économique que social, avorteront rapidement en raison du manque de majorité et de l’opposition déclarée des groupes conservateurs, puis elles seront liquidées par le coup d’État du 11 septembre 1973. S’installe alors un nouveau système économique, qui se caractérise par une privatisation massive d’amples secteurs de l’économie (en particulier la santé, l’éducation, mais aussi les entreprises publiques) et donc l’expulsion vers le secteur privé de nombreux travailleurs [Wormald et Ruiz-Tagle, 1999]. Parallèlement, l’agriculture traditionnelle décline définitivement4, de même que le secteur ouvrier. Ce que l’on a nommé « l’ajustement structurel » a, en fait, déplacé le centre de gravité de l’appareil de production de l’État vers le marché, ce qui a conduit très rapidement à la disparition des processus de mobilité sociale structurelle soutenus par l’appareil public, mais aussi à la suppression des mécanismes de représentation politique en tant que forme de médiation entre la société et l’État. Il s’agit de l’utopie d’une société d’où la politique a été éliminée car elle est considérée comme non pertinente, puis remplacée par une société atomisée qui résout les problèmes des individus par le biais des mécanismes du marché [Garretón, 1987].

11Les conséquences sur la structure sociale de cette desburocratización [Martínez et Tironi, 1985] ne seront visibles – et mesurables – qu’à partir des années 1980, la bureaucratie des services se recomposant rapidement dans le secteur privé [Torche et Wormald, 2004]. Les réformes menées par la dictature auront un certain nombre de conséquences sur la structure sociale du pays, qualifiées de « rupture » par rapport au système antérieur [Martínez et Tironi, 1985].

  • 5  . Lors de la privatisation très rapide des entreprises publiques entre 1974 et 1976, beaucoup de n (...)

12Tout d’abord, on note une augmentation importante des chômeurs et des populations précarisées au moment de la crise financière et économique des années 1982-19855, un éclatement de l’ancienne classe moyenne, ainsi que l’apparition d’une classe d’entrepreneurs (PME) et d’indépendants liés aux secteurs émergents : commerce, finance, santé, éducation privée ou encore secteur agricole industrialisé tourné vers l’exportation. Apparaît alors une nouvelle classe moyenne, dont les droits sociaux sont remplacés par le pouvoir d’achat : l’éducation et la santé sont maintenant payantes et on ne les reçoit que si l’on peut les financer. La structure sociale devient plus hétérogène, du fait de la différenciation des strates au sein de la classe moyenne [Barozet, 2002 ; Méndez, 2008 ; Barozet et Espinoza, 2009] et de la diversification de l’appareil de production. Les transformations financières qui affectent le Chili liquident aussi les petits actionnaires au profit des grandes corporations. La privatisation du secteur public servira donc les intérêts des grandes entreprises, ainsi que la concentration des ressources économiques, contribuant ainsi à l’augmentation des inégalités. Les études sur la structure sociale chilienne au cours de ces années deviennent bien évidemment limitées et euphémistiques, le terme « classes sociales » étant banni du langage spécialisé du fait de sa forte symbolique marxiste. Dans le même temps, les bases de données se réduisent aux enquêtes sur l’emploi et le chômage ou aux recensements [Martínez et Tironi, 1985]. Les transformations que subit la structure sociale seront donc passées sous silence durant près de vingt ans.

Les transformations socio-économiques des dernières décennies et leur impact sur la structure sociale

13Une étude détaillée de la structure sociale chilienne au cours des vingt dernières années ne permet pas de conclure à de grands changements par rapport aux années 1980, mais on peut toutefois constater des tendances émergentes qui contribuent à une plus grande différenciation sociale et à la sédimentation du niveau modèle économique [Wormald et Torche, 2004], dans ce qui constitue aujourd’hui un régime néolibéral en phase de maturité [Espinoza, 2011b].

14Avec le retour à la démocratie, la préoccupation initiale des nouvelles autorités consiste à juguler la pauvreté, qui atteint 45 % de la population en 1988. On sait en effet qu’au cours des années 1990, les gouvernements de la Concertación ont mis en place des politiques économiques favorisant l’accès au marché du travail ainsi que des politiques sociales centrées sur la réduction de la pauvreté et la «  focalisation  » sur les secteurs sociaux les plus défavorisés [Raczynski, 1994]. Ce type de politiques, établies durant une période de croissance soutenue – en moyenne 5 % au cours des vingt dernières années – explique en grande partie l’importante réduction de la pauvreté au Chili sur la même période. Les quatre gouvernements de centre-gauche qui se sont succédé au pouvoir entre 1990 et 2010 n’ont profondément modifié ni la structure productive, ni la structure économique du Chili de Pinochet, mais ont toutefois permis un mince filet de protection sociale pour les plus démunis, à l’efficacité très relative cependant.

  • 6  . La mobilité structurelle correspond aux différences de la distribution des catégories socioprofe (...)

15La réappropriation partielle par l’État de son rôle social ne permet pas toutefois de renouer avec les années de mobilité structurelle6 propre aux deux premiers tiers du xxe siècle. En effet, à la fin des années 1990, il devient évident que la « focalisation » ne permet pas de rompre le cercle vicieux de la pauvreté la plus persistante. Au cours des années 2000, cette dernière atteint un plancher de 15 % et dix ans plus tard, on peut constater que les investissements dont ont bénéficié l’éducation et la santé publique ne permettent pas aux classes défavorisées de rattraper des secteurs sociaux plus aisés. Celles-ci voient en outre leur position sociale consolidée par l’expansion du secteur universitaire et des formations techniques, ce qui est l’un des éléments qui différencie le Chili de ses voisins [Wormald et Torche, 2004]. En effet, la distance entre les plus riches et les plus pauvres se maintient, ce qui signifie que l’augmentation des revenus n’a pas seulement touché les secteurs populaires, mais bien l’ensemble de la société, étirant ainsi l’échelle des revenus vers le haut [Contreras, 2003]. Le tableau suivant offre une vision diachronique des grands groupes sociaux chiliens, sur la base des secteurs de production.

  • 7  . Du point de vue méthodologique, la mesure de la stratification sociale peut se faire grâce à l’u (...)

Tableau 1. Évolution de la stratification sociale en fonction des catégories socioprofessionnelles (1971-2000), en pourcentage7

Catégorie sociale1

1971

1980

1990

1995

2000

I.

AGRICULTURE ET PÊCHE

18,3

14,4

18,8

15

13,8

II.

EN DEHORS D’AGRICULTURE ET PÊCHE

81,7

85,6

80,3

84,4

84,7

Chefs d’entreprise

1,3

1,4

3,0

2,7

2,4

2. Classes moyennes

26,2

33,5

31,3

36,2

37,2

a. Salariés du public

18,42

9,0

6,9

6,8

7,4

b. Salariés du privé

-

15,0

18,2

21,3

21,6

c. Indépendants

7,8

9,0

6,3

8,1

8,2

3. Artisanat traditionnel

6,2

5,2

5,2

5,4

5,5

4. Classe ouvrière

34,5

20,3

28,0

28,9

28,6

a. Mines

1,3

1,3

1,0

0,9

0,0

b. Industrie et BTP

25,8

11,1

12,1

13,1

12,2

c. Commerce et services

7,4

7,9

14,9

15,0

15,9

5. Groupes marginaux

9,6

10,4

12,5

11,2

11,0

a. Service domestique

5,4

5,7

6,5

5,5

4,9

b. Commerçants marginaux

2,0

3,0

3,3

3,2

3,4

c. Travailleurs marginaux du secteur services

2,2

1,7

2,8

2,5

2,7

III.

AUTRES3

3,9

14,7

1,0

0,6

1,4

TOTAL

100,0

100,0

100,0

100,0

100,0

Source : Wormald et Torche, 2004, p. 15.

161. Cette classification répond bien au cas chilien et correspond aux travaux de l’équipe formée par Arturo León, Eugenio Tironí et Javier Martínez au cours des années 1980 et 1990. Les séries correspondant aux années 1971, 1985, 1990 et 1995 ont été élaborées par Arturo León et Javier Martínez. La série correspondant aux années 2000 a été élaborée par Arturo León à la demande de Florencia Torche et de Guillermo Wormald, afin d’obtenir l’évolution complète entre 1970 et 2000, comme point de départ pour leurs propres analyses avec une autre classification (cf. plus loin). Ces chiffres ont été élaborés sur la base des enquêtes nationales sur l’emploi et la main-d’œuvre, menées par l’Institut National de la Statistique (INE).

172. Inclut salariés du public et du privé.

183. Inclut les personnes qui cherchent un emploi pour la première fois et les emplois non classés ou qui font partie des plans pour les chômeurs.

19Toutefois, malgré les informations que l’on obtient de ces données secondaires, elles sont assez peu comparables du point de vue international, ce qui a poussé certaines équipes de recherche à appliquer des enquêtes nationales spécifiques, en utilisant des données plus variées que celles produites par l’appareil public, orientées vers la planification des politiques publiques et non vers la compréhension scientifique de la stratification sociale. Ce nouvel engouement répond aussi à un changement de cap dans la politique publique et les milieux universitaires : en effet, durant les années 1980 et 1990, la plupart des travaux ont porté sur des groupes sociaux spécifiques, en particulier ceux qui sont l’objet de politiques publiques : les pauvres, les foyers qui ont à leur tête une femme seule, les marginaux, les populations précarisées, etc. Mais à partir du moment où il devient évident que le taux de pauvreté atteint un plancher structurel que les interventions de l’État n’arrivent plus à fléchir, il apparaît que le problème de la pauvreté ou de la précarité au Chili n’est pas simplement dû aux pauvres ou aux populations précarisées elles-mêmes, mais bien à la structure de la société chilienne qui concentre les richesses en haut de la pyramide sociale. La Commission Économique pour l’Amérique latine (CEPAL) des Nations unies se fera l’écho de ce constat à partir de la fin des années 1990 [Portes, Hoffman, 2003], date à partir de laquelle de nouvelles approches seront mises en place, dans le but de revenir à une vision globale de la stratification et donc à la compréhension des différents groupes sociaux en fonction des relations qui existent entre eux et avec l’ensemble de la structure sociale [Barozet et Espinoza, 2009].

  • 8  . Enquête de mobilité sociale, ISUC, 2001 ; l’échantillon représente les ménages où la personne de (...)
  • 9  . Malgré ses avantages, cette classification implique aussi un certain nombre de limites quant à l (...)

20La première équipe qui recentre la question de la stratification sociale au Chili appliquera une enquête nationale en 20018, sur la base du schéma classique de Goldthorpe, Erikson et Portacarrero (EGP), qui s’ajuste relativement bien à la réalité chilienne, bien que celle-ci ne corresponde pas à un système industriel avancé [Torche, 2005]9. Cette approximation méthodologique est sans doute l’une des plus fiables et l’une des plus reconnues sur le plan international, ce qui permet des comparaisons entre pays. Le schéma de classes développé par Goldthorpe, Erikson et Portacarrero [1992] consiste en une échelle permettant de caractériser la structure sociale dans les sociétés industrielles (ce qui suppose un fonctionnement fondé sur la rationalité technique et économique) sur la base de classes sociales clairement différenciées les unes des autres, par opposition aux schémas qui définissent la structure sociale comme un continuum. Elle est considérée comme l’une des meilleures au monde – elle est l’une des échelles les plus appliquées – du fait de son grand pouvoir explicatif. Elle s’inspire à la fois de la double tradition marxiste et wébérienne. Elle distingue d’abord la relation aux moyens de production, puis classe les individus en fonction de leur situation au travail (en particulier leur statut contractuel et leur autonomie), leur position en termes d’autorité et d’accès à certaines ressources. Ce schéma possède trois grandes classes, qu’il est possible de subdiviser en onze classes sociales, selon le détail que l’on souhaite donner à l’analyse.

  • 10  . L’Enquête Nationale de Stratification Sociale 2009 (ENES en espagnol) a pour but de produire des (...)
  • 11  . Bien sûr, au-delà de cette première approche, l’apparition ou la consolidation de certaines tran (...)

21En 2009, notre équipe a appliqué à son tour une enquête nationale, qui inclut cette fois dans son échantillon les femmes et l’ensemble des régions chiliennes, ainsi qu’un ensemble de variables moins classiques dans les études quantitatives sur la stratification sociale (origine ethnique, sexe, âge, lieu de résidence, capital social, patrimoine, dettes), en plus des variables traditionnelles (catégorie socioprofessionnelle, niveau d’éducation, revenus)10. En termes généraux, à pratiquement dix ans de distance, elles permettent non seulement d’approfondir nos connaissances sur la stratification sociale chilienne, mais aussi d’établir des comparaisons internationales, du fait de la diffusion du modèle EGP11. Elles permettent également de mieux comprendre les tendances actuelles de la mobilité sociale, les deux enquêtes comportant des informations sur les parents des personnes interrogées. En termes de résultats généraux, ces deux enquêtes permettent de visualiser ainsi la structure sociale chilienne, ainsi que son évolution sur les dix dernières années :

Tableau 2. Comparaison de la structure de classes, 2001, 2009, en pourcentage

Catégorie sociale

2001

2009

Classe de service

20,8

25,8

Classe de routine non manuelle

7

10,9

Petite bourgeoisie

22,2

17,1

Petits propriétaires agricoles

4,2

6,3

Travailleurs manuels qualifiés

19,2

14,2

Travailleurs manuels non qualifiés

18,7

19,7

Travailleurs agricoles

8,1

6,1

Total

100

100

  • 12  . Les chiffres correspondent aux chefs de famille hommes, de 24 à 65 ans. L’enquête ENES 2009 a ét (...)

Source : Wormald et Torche, 2004, p. 18 (chiffres 2001) et ENES 2009 (chiffres 2009)12.

  • 13  . Nos premières analyses nous ont conduits à prendre en compte le fait que certaines divergences e (...)

22De cette classification comprenant sept « classes », on peut résumer la structure sociale chilienne actuelle de la manière suivante : la classe aisée (qui inclut dans ce schéma la classe moyenne aisée), appelée aussi « classe de service », est l’une des plus nombreuses (environ 20 %) et serait en phase de croissance. Elle regroupe chefs d’entreprise, diplômés et secteurs les plus aisés en général. Les travailleurs non manuels représentent aujourd’hui 10 % de la structure sociale, à cause d'une augmentation de trois points au cours des dernières années. L’autre groupe important, qui représente également un quart de la structure socioprofessionnelle chilienne est composé des travailleurs manuels non qualifiés (environ 20 %), en légère augmentation au cours des dix dernières années. Les petits propriétaires agricoles (6,3 %), très minoritaires, ont eux aussi connu une faible augmentation. Quant aux autres classes sociales (petite bourgeoisie, travailleurs manuels non qualifiés et travailleurs agricoles), elles ont toutes subi une légère baisse13.

  • 14  . Rappelons que les enquêtes de ce type reflètent assez mal l’élite du fait que cette dernière est (...)
  • 15  . Au Chili, les petits propriétaires agricoles possèdent en général des exploitations familiales r (...)
  • 16  . Le revenu moyen se calcule en divisant la somme totale des revenus par le nombre de ménages. Le (...)

23Si l’on souhaite obtenir une vision plus générale de la structure sociale, on peut considérer que les groupes sociaux les plus aisés représentent aujourd’hui environ 25 % de la structure sociale14. La classe moyenne, qui inclut la classe de routine non manuelle, la petite bourgeoisie et les travailleurs indépendants, représente environ 43 % de la population. Finalement, les classes populaires, composées des travailleurs manuels non qualifiés, des petits propriétaires et des travailleurs agricoles15, regroupent environ 32 % de la population. Cette pyramide sociale ne semble pas caractéristique de certains pays de la région, où les secteurs populaires représentent une grande partie de la population, avec une classe moyenne exiguë et une élite encore plus réduite. Effectivement, le Chili a connu un effet important de « moyennisation » au cours des deux dernières décennies [CEPAL, 2000 ; Wormald et Torche, 2004], contrairement à beaucoup de pays de la région, mais il faut souligner que le revenu moyen est faible au Chili comparativement aux pays européens, ce qui tend à limiter fortement la distance entre secteurs populaires et classes moyennes. En effet, selon des chiffres de 2006, le revenu moyen des familles au Chili est de l’ordre de 800 euros, alors que le revenu médian16 est de 625 euros, ce qui est fréquent dans les pays où les inégalités de revenus sont très prononcées [Barozet, Espinoza, 2009]. C’est en raison de ces faibles revenus des ménages qui se situent autour du revenu médian que peu d’entre eux se considèrent comme faisant partie d’une classe moyenne stable [Espinoza, 2011 b], ressentant la précarité de leur position sociale, qui peut basculer rapidement sous les effets du chômage, de la maladie ou de la vieillesse.

Tendances actuelles de la mobilité sociale : une structure sociale devenue plus rigide au cours des dernières années

24Pour une compréhension plus détaillée des formes de structuration de la société chilienne, il est sage de s’attarder sur les processus dynamiques qui l’animent, et dont rendent compte les études de mobilité sociale. En effet, pour connaître réellement les opportunités qu’une société donne à ses citoyens, il est important de savoir qui bénéficiera d’une amélioration de son sort au cours de sa vie, et surtout au cours de la vie de ses enfants – les véritables distances sociales sont parcourues entre générations plus qu’au cours d’une seule vie –, et qui n’en bénéficiera pas, ainsi que les caractéristiques de chacun de ces deux groupes. Les données utilisées dans ce genre d’analyse ne sont pas les mêmes que celles concernant les travaux de stratification sociale, car elles impliquent non seulement l’information disponible sur la population actuelle, mais aussi sur la ou les générations antérieures, pour comprendre l’évolution synchronique et diachronique des différents groupes sociaux, c’est-à-dire les mouvements ascendants, descendants ou stationnaires de la population en termes de destin individuel ou de groupe. Les questions centrales de ce domaine d’étude sont les suivantes : qui change de place au sein de la structure sociale ? Ces changements sont-ils structurels ou individuels ? Sont-ils dus à des facteurs sur lesquelles les personnes ont une influence [Kerbo, 1999, Espinoza, 2006] ?

25Dans la mesure où, depuis les années 1980, un frein a été mis aux mouvements ascendants structurels caractéristiques d’une grande partie du xxe siècle, les membres des classes moyennes ne peuvent plus espérer faire carrière au cours de leur existence dans une même institution, en raison de la transformation rapide de l’économie, phénomène bien connu pour un certain nombre de pays industriels depuis cette époque. De même, les secteurs populaires ne peuvent plus compter sur le mouvement structurel ascendant qui leur donnait l’espoir que la position sociale de leurs enfants serait plus favorable que la leur. Les mouvements enregistrés au sein de la structure sociale montrent alors qu’ils sont davantage le résultat de trajectoires individuelles ou familiales que de déplacements de grands pans de la société. La « lutte des classes » a aussi fait place à la « lutte des places » au Chili [De Gaulejac, 1997].

  • 17  . Cette étude a été réalisée à Buenos Aires, Santiago et Montevideo, raison pour laquelle les conc (...)

26À partir des années 2000, une série d’études [Cepal 2000 ; Garretón, 2001 ; Espinoza, 2002 ; Gurrieri et Sáinz, 2003 ; Atria, 2004 ; Wormald et Torche, 2004 ; Kessler et Espinoza, 2007], dont quelques-unes comparatives, renoue avec un domaine de recherche délaissé dans la région depuis la fin des années 1970. Elles permettent de mettre en lumière l’impact des politiques de lutte contre la pauvreté et d’intégration sur le marché du travail grâce à l’étude de la mobilité socioprofessionnelle. Ces travaux montrent par comparaison avec les années 1960, que la mobilité générale est plus faible, en particulier la mobilité structurelle descendante, alors que la mobilité ascendante est de plus en plus individuelle. Les femmes sont susceptibles de connaître un parcours descendant plus que les hommes, en particulier les femmes des secteurs populaires [Espinoza, 200617] du fait d’une plus grande discrimination sociale vis-à-vis de ce groupe et de l’absence de politique de soutien à l’emploi pour les femmes d’âge fertile. Les professions techniques et les diplômés augmentent au rythme de la modernisation de l’économie et de l’expansion de l’éducation, sur la base d’une certaine perméabilité de la classe moyenne aisée, mais les groupes qui occupent le centre de la distribution sociale sont aussi susceptibles de perdre leur statut, plus que les générations antérieures. On note toutefois, du fait de la diminution de la classe ouvrière au cours des dernières décennies, un accroissement des classes moyennes des services et du commerce, en particulier grâce à l’augmentation des professions non manuelles [Espinoza, 2006]. Ceci signifie une rupture d’une génération à l’autre, parents et enfants ne partageant plus la même culture professionnelle, ce qui limite les possibilités d’action collective. Ce qui tend à confirmer que les efforts individuels valent plus que les mouvements structurels pour accéder à des positions sociales plus favorables, selon l’hypothèse de la « lutte des places », dans le cadre d’une politique privilégiant l’insertion sur le marché du travail et non la mise en place de mesures de protection sociale permettant aux individus de maintenir leur position sociale dans une forme de capitalisme « flexible » [Sennett, 2000].

  • 18  . Pour une révision des méthodes et des prémices de l’analyse de la mobilité professionnelle et de (...)

27Dans leur étude, Wormald et Torche explorent l’une des contradictions apparentes de la structure et de la mobilité sociales [Torche, 2005] : les fortes inégalités de revenus au Chili ne seraient pas accompagnées – comme on pourrait le croire – par une mobilité socioprofessionnelle stagnante, mais bien au contraire par une forte mobilité sociale. Dans cette analyse, qui se fonde sur l’utilisation du modèle de fluidité constante d’Erikson et Goldthorpe [1992], pour le cas chilien les auteurs testent l’affirmation selon laquelle dans les sociétés modernes et industrialisées (ce que le Chili n’est pas et ce qui fait d’ailleurs l’objet d’une importante discussion), il existe un modèle commun de mobilité socioprofessionnelle. Les résultats montrent que la situation du Chili peut se résumer par l’expression « inégale mais fluide » [Torche, 2005] en termes de mobilité socioprofessionnelle : on note une forte mobilité de courte distance dans la partie basse de la pyramide sociale. Toutefois, dans le domaine de l’économie, d’autres auteurs démontrent que d’une génération à l’autre les revenus stagnent pratiquement [Nuñez et Miranda, 2010 ; Nuñez et Tartarowski, 2009]. Que signifie cette apparente contradiction18 ? Le Chili offrirait aujourd’hui une meilleure situation professionnelle à ses habitants, mais les niveaux de revenus stagneraient d’une génération à l’autre ? Il peut s’agir d’une des clefs de la mobilisation sociale de 2011.

28Les données de l’Enquête Nationale de Stratification Sociale appliquée en 2009 par notre équipe permettent de mettre en lumière l’évolution récente de la mobilité sociale au Chili. L’une des premières conclusions concerne une plus grande rigidité de la structure sociale. En effet, il est plus difficile qu’il y a dix ans de se trouver dans un autre secteur d’activité que ses parents et la mobilité de longue distance est plus limitée à cause d’un effet de hiérarchie plus marqué. D’autre part, la mobilité de courte distance (entre positions socioprofessionnelles proches) semble aussi plus faible, surtout pour les individus des secteurs ouvriers et des classes moyennes [Espinoza, 2011 b]. Toutefois un des résultats les plus intéressants dans le cas chilien est le suivant : la transmission entre générations de la catégorie socioprofessionnelle est toujours fluide, beaucoup plus qu’en Europe. Le graphique suivant permet de comparer les résultats de l’année 2001 (ordonnée) et ceux de l’année 2009 (abscisse) :

Graphique 1. Association entre la distribution de classe (schéma EGP) des années 2001 et 2009

Graphique 1. Association entre la distribution de classe (schéma EGP) des années 2001 et 2009

Source, Espinoza, 2011 a.

29On y voit clairement que la classe de service en 2001 occupe la partie supérieure de la pyramide sociale, étant séparée de la classe suivante – employés non manuels – par une distance importante, distance qui se réduit en 2009. De même, à l’autre extrémité de la structure sociale, on remarque l’isolement des paysans en 2001, bien que les petits agriculteurs soient plus proches de cette position en 2009, alors qu’en 2001 ils partageaient davantage la condition des travailleurs (qualifiés ou non). Les autres groupes ne connaissent pas d’importantes transformations au cours de la dernière décennie [Espinoza, 2011 b]. En résumé, en 2009, les positions extrêmes au sein de la structure sociale sont plus isolées et plus distantes des autres groupes qu’une décennie plus tôt, ce qui souligne la plus grande difficulté actuelle de passer des positions inférieures aux positions médianes d’une part et des positions médianes aux positions supérieures d’autre part. Ceci indique une plus grande fermeture des extrémités et dément la thèse selon laquelle le passage par la classe moyenne serait une étape sur le chemin de l’ascension sociale pour les groupes les plus défavorisés [Espinoza, 2011 b]. On peut donc une fois de plus confirmer certaines études antérieures qui montrent que les sociétés latino-américaines, dont la chilienne, tendent à générer un pôle de richesse et un pôle d’exclusion ou de marginalité [Filgueira, 2000 ; Gurrieri et Sáinz, 2003].

30Pour l’ensemble des groupes sociaux, la situation en termes de mobilité peut se résumer de la manière suivante au cours de la dernière décennie : la structure sociale semble avoir perdu une partie de sa fluidité, avec la fermeture de la mobilité de certains canaux de courte distance, alors que la hiérarchie générale n’a pas changé, ce qui montre les limites des politiques publiques qui tendent à favoriser d’une part l’insertion sur le marché du travail – comme ce fut le cas durant les années 1980 à 2000 – et d’autre part la mobilité sociale, en particulier par le biais de l’éducation et des politiques de redistribution. Le cycle de mobilisation collective de l’année 2011 démontre parfaitement du point de vue de l’opinion publique ce que l’on note du point de vue structurel depuis déjà quelques années.

Conclusion

31Reprenant la question qui ouvre ce document, « Que sont les classes sociales devenues ? », nous pouvons affirmer que le Chili possède une structure de classe relativement mobile et perméable dans sa partie médiane, mais qui présente une forte polarisation aux extrémités, les distances sociales continuant à augmenter malgré la croissance économique. En outre, la structure sociale chilienne se caractérise par une « moyennisation » de longue durée, mais relativement fragile, du fait de l’absence de filet de protection sociale et de politiques de redistribution sociale. Ce dernier sujet, vaguement abordé au cours de la dernière campagne présidentielle par l’un des candidats de centre gauche, ne fait cependant pas l’unanimité au sein de l’opinion chilienne en raison de la forte implantation du modèle néolibéral. En effet, les politiques sociales destinées au plus défavorisés sont financées par les excédents produits par les ventes de cuivre à l’étranger, le prix du métal rouge ayant augmenté de manière continue au cours des dernières décennies, du fait de la demande mondiale soutenue par la demande chinoise. Pays rentier par excellence, suite aux mobilisations de 2011, le Chili commence tout juste à voir dans la réforme de son système fiscal une solution à l’augmentation des inégalités, mais les propositions sont timides.

  • 19  . Comme le mouvement des Pingüinos, forme de manifestation prolongée des étudiants du secondaire e (...)
  • 20  . Cf. manifestations dans la région de Magallanes, à l’extrême sud du pays pour lutter contre la h (...)

32Au cours des vingt dernières années, malgré les inégalités criantes et le maintien des distances sociales, il ne semblait pas exister de revendications sociales généralisées pour une nouvelle forme de redistribution sociale. En effet, il existait bien des mouvements récurrents de travailleurs qui luttaient pour la défense de leur pouvoir d’achat, les étudiants qui demandaient depuis 2006 une profonde réforme du système éducatif19, des populations indigènes lésées par la modernisation économique ou d’habitants de province qui s’opposaient à l’extrême centralisation du pays20, mais aucun d’entre eux n’avait pu obtenir au cours des vingt dernières années la construction d’une alternative aux politiques menées par les derniers gouvernements, qu’ils soient de centre-gauche entre 1990 et 2010 ou de centre-droit depuis l’avènement de Sebastián Piñera en 2010. Les mobilisations de 2011 semblent avoir battu en brèche ce constat. Cependant, lorsqu’on y regarde de plus près, les mouvements de 2011 sont des mouvements de classes moyennes, en particulier des jeunes qui souhaitent accéder à une meilleure situation, soutenus par leurs parents endettés. Lors des manifestations de l’an dernier, ni les travailleurs précaires, ni les secteurs populaires n’étaient présents ni n’ont été pris en compte dans le discours ou dans la recherche de solutions. Le discours étudiant a bien demandé la transformation du système économique, ainsi que la redistribution des richesses du pays, mais un an après le début des mobilisations, rien n’a vraiment changé en termes structurels.

Haut de page

Bibliographie

Atria Raúl, Estructura ocupacional, estructura social y clases sociales, Santiago, CEPAL, 2004.

Barozet Emmanuelle, L’échange de faveurs au sein des couches moyennes chiliennes : de l’entraide informelle à la régulation sociale, Paris, EHESS, thèse de doctorat non publiée, 2002.

Barozet Emmanuelle, “El valor histórico del pituto: clase media, integración y diferenciación social en Chile”, Revista de Sociología, n° 20, diciembre de 2006, Universidad de Chile, p. 69-96.

Barozet Emmanuelle, Espinoza Vicente, ¿De qué hablamos cuando decimos “clase media”? Perspectivas sobre el caso chileno, Universidad Alberto Hurtado-UDP-Expansiva, 2009.

Behrman Jere. R., Social Mobility: Concepts and Measurement, in Birdsall Nancy, Graham Carol (éd.), New Markets, New Opportunities? Economic and Social Mobility in a Changing World, Washington, DC, Carnegie Endowment for International Peace y Brookings Institution Press, 1999.

Bengoa José, Historia social de la agricultura chilena, Tomo I: El poder y la subordinación, Colección Estudios Históricos, Santiago, Ediciones SUR, 1988.

Bengoa José, Historia social de la agricultura chilena, Tomo II: Haciendas y campesinos, Colección Estudios Históricos, Santiago, Ediciones SUR, 1990.

Bértola Luis et al., "Income Distribution in the Latin American Southern Cone during the First Globalization Boom and Beyond ", International Journal of Comparative Sociology, vol. 50, n° 5-6, 2009, p. 452-485.

Cardoso Fernando Henrique, Faletto Enzo, Dependencia y desarrollo en América Latina, México, Siglo XXI, 1969.

Castells Manuel, Clases sociales y aparato político ideológico: su especificidad histórica en la sociedad chilena II, Documento de trabajo nº 55-A, CIDU, PI/DT, Santiago, 1972.

Coatsworth John H., "Inequality, Institutions and Economic Growth in Latin America ", Journal of Latin American Studies, n° 40, 2008, p. 545–569.

Cepal, Panorama social de América Latina 1999-2000, CEPAL, Santiago, 2000.

Contreras Dante, "Poverty and Inequality in a Rapid Growth Economy: Chile 1990-96 ", Journal of Development Studies 39 (3), 2003, pp. 181-200.

De Gaulejac Vincent, La lutte des places, Paris, Desclée de Brouwer, 1997.

Erikson Robert, Goldthorpe John H., The constant flux: a study of class mobility in industrial societies, Oxford, Clarendon Press, 1992.

Espinoza Vicente, “La movilidad ocupacional en el Cono Sur, Acerca de las raíces estructurales de la desigualdad social”, Proposiciones 34, Santiago, 2002.

Espinoza Vicente, “La movilidad ocupacional en el Cono Sur. Oportunidades y desigualdad social”, Revista de Sociología n° 20, Universidad de Chile, 2006, p. 131-146.

Espinoza Vicente, Kessler Gabriel, “Movilidad social y trayectorias ocupacionales en Buenos Aires, Continuidades, rupturas y paradojas”, in Franco Rolando, Atria Raúl, Estratificación y movilidad social en América Latina. Transformaciones estructurales de un cuarto de siglo, LOM, CEPAL, GTZ, 2007, p. 259-300.

Espinoza Vicente, “Desigualdades, estratificación y movilidad social en Chile: ¿Qué podemos decir hoy de la movilidad social en Chile?”, Fundación Dialoga, 2011a, en cours de publication.

Filgueira Carlos, La actualidad de viejas temáticas: Sobre los estudios de clase, estratificación y movilidad social en América Latina, CEPAL, Santiago, 2000.

Garretón Manuel Antonio, Reconstruir la política, Transición y consolidación democrática en Chile, Santiago, Andante, 1987.

Goldthorpe John, "Women and class analysis. In defence of the conventional view ", Sociology, vol. 17, n° 4, Sage, Thousand Oaks, 1983.

Gunder-Frank André, "The Development of Underdevelopment ", Monthly Review, 1966, p. 17-30.

Gurrieri Adolfo, Sáinz Pedro, “Empleo y movilidad estructural. Trayectoria de un tema prebischiano”, Revista de la CEPAL 80, 2003, p. 141-164.

Hout Michael, Mobility Tables (Quantitative Applications in the Social Sciences), Sage Publications, 1993.

Kerbo Harold, Estratificación social y desigualdad: el conflicto de clases en perspectiva histórica y comparada, Boston, Mac Graw Hill, 1999.

Lomnitz Larissa, Redes sociales, cultura y poder. Ensayos de antropología latinoamericana, México, Miguel Angel Porrúa, 1994.

Martínez Javier, Tironi Eugenio, Las clases sociales en Chile. Cambio y estratificación, 1970-1980, Santiago, Ediciones SUR, 1985.

Méndez María Luisa, "Middle Class Identities in a Neoliberal Age: tensions between contested authenticities ", The Sociological Review, London, 2008.

Nuñez Javier, Tartakowski Andrea, "The relationship between Income Inequality and Inequality of Opportunity in a high-inequality country: the case of Chile ", Applied Economics Letters, 2009.

Nuñez Javier, Miranda Leslie, "Intergenerational Income Mobility in a Less-Developed, High-Inequality Context: The Case of Chile ", The B.E. Journal of Economic Analysis & Policy 10(1), 2010.

Pnto Aníbal, Chile: un caso de desarrollo frustrado, Santiago, Editorial Universitaria, 1962.

Portes Alejandro, Hoffman Kelly, Las estructuras de clase en América Latina: composición y cambios durante la época neoliberal, Santiago, CEPAL, 2003.

Raczynski Dagmar, Políticas sociales y programas de combate a la pobreza en Chile: Balance y Desafíos, in Colección Estudios CIEPLAN 39, 1994.

Salazar Gabriel, Labradores, peones y proletarios: formación y crisis de la sociedad popular chilena del siglo XIX, Santiago, Ediciones Sur, 1986.

Salazar Gabriel, Mercaderes, empresarios y capitalistas (Chile, siglo XIX), Santiago, Sudamericana, 2009.

Sennett Richard, Le travail sans qualité: les conséquences humaines de la flexibilité, Paris, Albin Michel, 2000.

Torche Florencia, Wormald Guillermo, Estratificación y movilidad social en Chile: entre la adscripción y el logro, Santiago, CEPAL, 2004.

Torche Florencia, "Unequal but Fluid Social Mobility in Chile in Comparative Perspective ", American Sociological Review 70 (3), 2005, p. 422-450.

Wormald Guillermo, Ruiz-Tagle Jaime, Exclusión social en el mercado del trabajo: el caso de Chile, OIT, Fundación Ford, nº 106, 1999.

Haut de page

Notes

1  . Nous reprendrons ici le terme « classe sociale  » dans sa double – et classique – acception à la fois marxiste (la classe est définie sur la base d’une même situation économique par la relation aux moyens de production) et wébérienne (sur la triple base d’un intérêt matériel, d’un destin commun et de l’accès différencié à certains biens et services). D’autre part, le concept de classe sociale se réfère aux inégalités d’origine socioéconomique, raison pour laquelle il s’agit du terme le plus adéquat pour étudier ces dernières.

2  . La mobilité sociale correspond aux mouvements – qu’ils soient absolus ou relatifs – ascendants, descendants ou stationnaires que connaissent les individus et les groupes sociaux entre deux instants, que ce soit deux moments de la vie de l’individu (mobilité intragénérationnelle) ou entre deux générations (mobilité intergénérationnelle). Elle est plus généralement mesurée en fonction de la catégorie socioprofessionnelle et du niveau d’éducation en sociologie ou en fonction des revenus en économie. Pour mesurer la mobilité sociale, on utilise des tables de mobilités à deux entrées, l’une correspondant à l’origine et la seconde à la position finale [Berhman, 1999 ; Hout, 1983].

3  . Les mines d’or et d’argent dans le grand nord, le salpêtre dans le désert d’Atacama, les mines de cuivre dans plusieurs régions du pays, le charbon dans le sud, etc.

4  . Le déclin de l’agriculture traditionnelle commence dans les années 1870, avec la perte des marchés européens du blé et s’oriente alors vers l’agriculture de subsistance. Dans les années 1960, au moment de la réforme agraire, l’agriculture chilienne du latifundio est improductive. Avec la vente des terres à des chefs d’entreprise, la dictature modernise le secteur agricole et l’oriente vers les exportations.

5  . Lors de la privatisation très rapide des entreprises publiques entre 1974 et 1976, beaucoup de nouveaux acquéreurs se sont endettés alors que l’accès au crédit ne connaissait pratiquement pas de limites ; en outre certains d’entre eux ne possédaient pas une expérience suffisante dans le domaine productif ou financier. La crise de la dette de 1982 affecte aussi le Chili, lorsque le prix du dollar commence à augmenter et que l’accès au crédit se réduit, ce qui multiplie la dette des entreprises et des institutions locales. Les marchés financiers chiliens s’écroulent, créant une spirale de crise dans l’ensemble du système économique, ce qui oblige le gouvernement à intervenir en 1983 pour éviter l’effondrement du système bancaire.

6  . La mobilité structurelle correspond aux différences de la distribution des catégories socioprofessionnelles entre deux moments particuliers, en général entre deux générations, différences qui sont dues aux changements de la structure sociale entre ces deux instants (mobilité forcée). Elle s’oppose à la mobilité nette, qui correspond à l’échange de positions entre individus (mobilité de circulation).

7  . Du point de vue méthodologique, la mesure de la stratification sociale peut se faire grâce à l’utilisation d’enquêtes appliquées par l’État, par l’intermédiaire de l’Institut National de la Statistique (INE) ou les ministères économiques et sociaux. Les enquêtes les plus utilisées dans ce domaine sont les Enquêtes Nationales sur l’Emploi, qui prennent en compte les secteurs d’activité et les catégories socioprofessionnelles, comme c’est le cas dans ce tableau.

8  . Enquête de mobilité sociale, ISUC, 2001 ; l’échantillon représente les ménages où la personne de référence est un homme de 24 à 65 ans ; les femmes sont exclues du fait 1) d’un argument théorique : un grand nombre d’auteurs, dont Goldthorpe (1983), considère que l’on peut subsumer le cas des femmes à celui de leur conjoint, car elles ne sont pas majoritairement la personne de référence du ménage, encore moins en Amérique latine (au Chili, seulement 40 % des femmes ont un emploi rémunéré) 2) d’un argument pragmatique : leur inclusion aurait doublé le prix de l’enquête.

9  . Malgré ses avantages, cette classification implique aussi un certain nombre de limites quant à la compréhension de la structure sociale chilienne, en particulier la situation des personnes qui ne font pas partie de la population active et aussi l’informalité du marché du travail, ce qui n’est pas une moindre question en Amérique latine.

10  . L’Enquête Nationale de Stratification Sociale 2009 (ENES en espagnol) a pour but de produire des données sur la manière dont se structure la société chilienne aujourd’hui, en utilisant à la fois des variables classiques et des variables non conventionnelles. L’univers de l’enquête correspond à la population de 18 ans et plus résidant sur le territoire national. L’échantillon comprend 3 365 foyers, avec une erreur maximale de 1,6 % au niveau national – sur la base d’une variation maximale – et un niveau de confiance de 95 %, avec un effet d’échantillon estimé à 0,9 (deff). L’échantillon total comprend 6 153 personnes, avec une erreur maximale de 1,3 % au niveau national – sur la base d’une variation maximale – et un niveau de confiance de 95 %, avec un effet d’échantillon estimé à 0,9 (deff). Pour plus de détail, cf. http://www.desigualdades.cl/encuesta-nacional-de-estratificacion-social/?lang=fr.

11  . Bien sûr, au-delà de cette première approche, l’apparition ou la consolidation de certaines transformations de la société chilienne au cours des vingt dernières années mérite une approche plus diversifiée. La mise en place de nouveaux instruments de mesure plus complexes permet l’inclusion dans les modèles de nouvelles variables [Bourdieu, 1979]. En ce sens l’application du modèle EGP peut être rendu plus flexible et plus nuancé, ce que notre équipe aborde en ce moment.

12  . Les chiffres correspondent aux chefs de famille hommes, de 24 à 65 ans. L’enquête ENES 2009 a été appliquée aux hommes et aux femmes de plus de 18 ans, mais pour obtenir une comparaison valide avec les données de 2001, pour cette analyse nous n’incluons que les chefs de famille hommes, de 24 à 65 ans. Bien évidemment, la même analyse pour l’ensemble de l’échantillon permet d’obtenir des résultats moins restrictifs et plus variés.

13  . Nos premières analyses nous ont conduits à prendre en compte le fait que certaines divergences entre les deux enquêtes peuvent être dues à des différences dans les échantillons respectifs ou aux critères de codification de la profession des enquêtés. Nous avons toutefois procédé à une série de comparaisons avec l’enquête CASEN 2009 (Encuesta de Caracterización Socioéconomica, appliquée tous les trois ans depuis 1988), l’une des plus fiables au Chili, qui ont confirmé nos résultats pour 2009. Il est toutefois important de souligner que l’ENES 2009 tend à surestimer la classe de service et à sous-estimer les paysans, alors que l’enquête de 2001 tend à sous-estimer la classe de gestion non routinière et à surestimer les petites et moyennes entreprises et les ouvriers qualifiés.

14  . Rappelons que les enquêtes de ce type reflètent assez mal l’élite du fait que cette dernière est très peu accessible pour les enquêteurs. Il s’agit donc plutôt des groupes aisés.

15  . Au Chili, les petits propriétaires agricoles possèdent en général des exploitations familiales réduites, sans employés et de faible rendement. La réforme agraire des années 1960 et le régime dictatorial ont favorisé l’installation de petits propriétaires peu aisés, d’une part, et de grandes entreprises agricoles très modernes tournées vers les marchés mondiaux, d’autre part. Les employés agricoles travaillent en général de manière saisonnière pour les grandes entreprises, résident dans des petites villes ou des villes de taille intermédiaire, se déplaçant selon la demande. Leurs conditions de vie sont en général précaires et difficiles. C’est pour cette raison que l’on tend à assimiler les conditions de vie des petits propriétaires et celles des travailleurs agricoles.

16  . Le revenu moyen se calcule en divisant la somme totale des revenus par le nombre de ménages. Le revenu médian est en revanche le revenu qui se trouve au centre de l’échantillon, de telle sorte que chacun des deux secteurs délimités regroupent chacun 50 % des ménages. Dans les pays aux fortes inégalités, la mesure de la médiane permet de limiter l’effet des très hauts revenus sur la moyenne et d’obtenir une vision plus « réaliste  » que la moyenne arithmétique de la distribution des revenus.

17  . Cette étude a été réalisée à Buenos Aires, Santiago et Montevideo, raison pour laquelle les conclusions ne sont pas valides pour l’ensemble du territoire national.

18  . Pour une révision des méthodes et des prémices de l’analyse de la mobilité professionnelle et de la mobilité économique, cf. Espinoza, 2011b.

19  . Comme le mouvement des Pingüinos, forme de manifestation prolongée des étudiants du secondaire en 2006.

20  . Cf. manifestations dans la région de Magallanes, à l’extrême sud du pays pour lutter contre la hausse du prix du gaz en 2011. Le corollaire en sera en 2012 le mouvement dans la région d’Aysen, non seulement du fait du prix des combustibles, mais de la mauvaise qualité des services publics et de l’abandon de la région de la parte de l’État.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Graphique 1. Association entre la distribution de classe (schéma EGP) des années 2001 et 2009
Crédits Source, Espinoza, 2011 a.
URL http://journals.openedition.org/cal/docannexe/image/89/img-1.png
Fichier image/png, 21k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Emmanuelle Barozet et Vicente Espinoza, « Que sont les classes sociales devenues ? Stratification, inégalités et mobilité sociale au Chili », Cahiers des Amériques latines, 68 | 2011, 69-88.

Référence électronique

Emmanuelle Barozet et Vicente Espinoza, « Que sont les classes sociales devenues ? Stratification, inégalités et mobilité sociale au Chili », Cahiers des Amériques latines [En ligne], 68 | 2011, mis en ligne le 01 juin 2013, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/cal/89 ; DOI : 10.4000/cal.89

Haut de page

Auteurs

Emmanuelle Barozet

Emmanuelle Barozet est enseignante-chercheuse dans le département de sociologie de l’Université du Chili. Elle dirige actuellement le Proyecto Desigualdades (www.desigualdades.cl) et doctorat en sciences sociales de l’Université du Chili (www.docsocuchile.cl). Ses principales lignes de recherche concernent la stratification sociale, les classes moyennes et la politique locale au Chili. Parmi de nombreux travaux, elle a notamment publié les articles intitulés « De la démobilisation au réinvestissement “local”. Mouvements sociaux locaux et territoires au Chili » (Cahiers des Amériques Latines, Paris, n° 66, 2011/1) et “Populismo regional y Estado: el caso de Chile” (Estudios Interdisciplinarios de América Latina y el Caribe, Tel Aviv, vol. 19, n° 2, 2008).

Articles du même auteur

Vicente Espinoza

Vicente Espinoza est enseignant-chercheur à l’université de Santiago (Institut d’Études Avancées) et chercheur titulaire du Proyecto Desigualdades (www.desigualdades.cl). Il dirige la mention « Études politiques et sociales » du doctorat en études américaines de l’université de Santiago. Ses principales lignes de recherche sont la stratification, la mobilité sociale et les élites au Chili.

Haut de page

Droits d’auteur

Creative Commons License
Les Cahiers des Amériques latines sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’utilisation commerciale – Pas de modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo Institut des Hautes Études de l’Amérique latine
  • Logo Centre de recherche et de documentation sur les Amériques
  • OpenEdition Journals