Skip to navigation – Site map
Première partie : Montagnes poétiques et esthétiques

Ideas clash on the mountain tops : politique de la montagne et sentiment national dans l’Ecosse du vingtième siècle

Camille Manfredi
p. 79-86

Abstract

This paper proposes tο explore the multiple deflections of the mountain motif in a selection of poems, novels and performances by Scottish artists from the first literary renaissance to the present. From Walter Scott’s romantic Highland scenery and Ossian’s blue crests, the mountain has always been a powerful symbol in Scottish literature. But as early as in the 1930s, it became crucial to renew Scotland’s self-image and break from the outdated regional paradigms inherited from the past. For the poets of the first literary renaissance such as Hugh MacDiarmid, Iain Crichton Smith, Sorley MacLean and Norman MacCaig, a piece of "real Scotland" may have survived on the mountain tops. It is the case in the Cuillins of Skye where Scotland’s wild cry or wild poem can sometimes be heard, provided the poet deserve it. Either a vertical frontier or an ontological model, the mountain came to stand as the key to eternal Scotland, the key also to a long-awaited spiritual awakening, as in Nan Shepherd’s The Living Mountain (1977) or Angus Farquhar’s recent environmental artwork. While looking at the ways in which the mountain stands as the elevated starting point of a new national imagination, the paper will eventually be concerned with the works of several contemporary poet-climbers and performers. Can the mountain, in devolutionary Scotland, remain the same cultural synecdoche it served as throughout the twentieth century?

Top of page

Full text

1La figure de la montagne a longtemps fait office de synecdoque culturelle. Mais alors que la nation doit se réinventer et se refamiliariser avec elle-même, la renégociation de l’imaginaire de la montagne joue un rôle prépondérant dans la construction d’un nouveau sentiment national écossais. Mais comment se réapproprier un espace symbolique en sortant des sentiers battus du naturalisme à l’eau de rose, du Kailyardisme et des postures polémiques anti-Kailyard, sans risquer de l’hyper-esthétiser à son tour ? S’attachant à analyser un projet d’écriture collectif dont il s’agira de démontrer le caractère tout autant politique que poétique, la présente étude aura recours à un corpus sélectif qui permettra d’éclairer les principales orientations prises par les auteurs de la première renaissance littéraire écossaise à nos jours. Une attention particulière sera portée aux forces qui ont fait et défait les modes de représentation de la montagne et dicté le déploiement de nouvelles formes liées à ce qui n’est plus seulement un motif mais un modèle ontologique. Les diffractions de ce modèle au cours du20e siècle, si elles semblent aussi nombreuses et variées que les montagnes écossaises elles-mêmes, apparaissent alors comme autant d’étapes dans une quête courageuse d’une scotticité oubliée, sinon perdue.

La montagne comme paysage (dé)moralisé

2C’est Hugh MacDiarmid qui dans les années trente donne l’alerte. L’urgence, à un moment où la nation doit refonder l’image qu’elle a d’elle-même, est selon lui de débarrasser le sentiment national du folklore pastoral assez benêt promu par le Kailyard ; il reprend l’héritage révolutionnaire de Burns, restituant par ce biais à l’Écosse un peu de sa brutalité perdue. Il fait de la montagne un paysage rituel, comme un cénotaphe à la mémoire d’un peuple mythique évincé de ses flancs par les Highland Clearances. Ce peuple laisse derrière lui des vallées moribondes et habitées seulement d’un silence assourdissant, comme dans le poème "The Glen of Silence" de 1938. La montagne devient la pierre tombale de la vallée en contrebas et y projette son ombre comme une accusation ; elle est habitée d’une force surhumaine implacable et qui, par nécessité, ne se laissera pas volontiers traduire en poésie. Dans "On a Raised Beach" (1934), le poète rend à la naturly be cu p1142hf="1080"ans les a title=" lesgnorir lon oropriedispours , be cuimlappalle a penfin "’Éan>adilois de la vTrre ". Parc que p’Écosse u’est pls alssi nlsse dcuin ovoudrit lesfaitly brore, re poème "evia pen ponuer ltus des anccdenti de la pmatère lt desentirroscher montagne,; il rera pngualire, rmioril ae, ci fait abentl’alvouer mout alesait dmplnorradle  :/p> N < <

  • Logo Presses universitaires du Midi
  • OpenEdition Journals