Skip to navigation – Site map
Cinquième partie : Montagnes Textes

Montagnes de Thoreau : la silhouette et le contact

Michel Granger
p. 261-268

Abstract

Thoreau did not just stay at Walden Pond but climbed many summits in New England between 1839 and 1860. Numerous passages in his Journal and in his essays try to make sense of his fascination for mountains. His attitude evolved from enjoying the view of distant mountains to a direct contact with the wildness of mountains. This article contrasts the simplifying and idealizing look from a distance with an unexpectedly bewildering experience on an inhospitable summit. Over the years, Thoreau adopted a more systematic and controlled approach towards mountains with the close, almost scientific, observation of natural facts

Top of page

Full text

... this blue mt [mountain] outline is valuable. In many moods it is cheering to look across hence to that blue rim of the earth... Yes the mts do thus impart in the mere prospect of them some of the Ν. H. vigor.... Those hills extend our plot of earth—they make our native valley—or indentation in the earth so much the larger. (PJ 5, 270-271; 2 août 1852)

  • 1 Thoreau s’y intéresse aussi et a lu des récits d’ascensions dans les Alpes, notamment les livres de (...)
  • 2 Ce rêve, à la limite de la rêverie éveillée, concerne une colline qui en fait n’existe pas (J X : 1 (...)

1Le succès de Walden a largement contribué à faire connaître Thoreau comme Termite qui s’est retiré dans une cabane au bord d’un petit lac. Pourtant, entre 1839 et 1860, il a aussi effectué une vingtaine de randonnées en montagne (Huber 3) dont il rend compte dans son Journal, ou dans des récits d’excursions adressés à un public sensible au développement du tourisme et de l’alpinisme.1 Il aime contempler depuis Concord la silhouette lointaine des montagnes de la Nouvelle-Angleterre, spectacle pour lequel s’exprime sa gratitude. Son intérêt se révèle aussi dans le rêve répété de gravir une colline des environs.2 Surtout, il s’interroge sur la signification pour l’humanité de ces élévations minérales et recommande à un disciple l’exercice de réflexion suivant :

Let me suggest a theme for you: to state to yourself precisely and completely what that walk over the mountains amounted to for you... Give this good reason to yourself for having gone over the mountains, for mankind is ever going over a mountain.... It is after we get home that we really go over the mountain, if ever. What did the mountain say? What did the mountain do? (Corresp. 498)

2Selon le mouvement habituel d’une pensée façonnée par le transcendantalisme, Thoreau cherche inlassablement la relation entre les faits de nature et l’homme, quête qui le conduit à réfléchir à la signification pour lui des montagnes dont le profil se détache à l’horizon.

3Dans l’utilisation qu’il fait de cet élément essentiel du paysage de la Nouvelle-Angleterre, on repérera deux directions principales : vues de loin, les montagnes offrent, par leurs silhouettes, la représentation relativement conventionnelle de l’idéal et d’un moyen de résister à la civilisation moderne, alors que, de près, elles procurent un lieu de rencontre avec une nature inhospitalière qui le déstabilise et le conduit à réfléchir aux problèmes de la perception d’un monde autre, à s’interroger sur sa relation au corps et sur son identité. Lorsque dans les années 1850 son observation de la nature devient plus scientifique, il choisit finalement une voie médiane : affronter le réel et le maîtriser par une exploration systématique, sans renoncer pour autant à l’appréciation esthétique du paysage.

Une ligne bleue, vue de loin

  • 3 Thoreau lit Virgile et Wordsworth lors de l’excursion au Mt Wachusett (1842). Voir l’étude de Simon (...)

4Chez Thoreau, la conscience de l’importance de la montagne est le fruit d’un regard esthétiquement éduqué, d’une perception culturelle de ces élévations.3 Selon des perspectives variées, Thoreau souligne telle forme, qualifie le décor de pittoresque ou de sublime, ou bien y voit une invitation à "méditer". Romantisme, transcendantalisme, art des peintres paysagistes, toute sa culture contribue à une vision esthétisée, somme toute peu originale.

  • 4 "It is remarkable how, as you are leaving a mountain and looking back at it from time to time, it g (...)

5Dans ses textes des années 1840, on relève toutefois l’insistance singulière à valoriser la distance parce qu’elle favorise une vision globalisante et harmonieuse : de loin, le profil de la montagne rassemble les différentes pentes, contreforts ou irrégularités du sommet en une forme stable, équilibrée, généralement pyramidale.4 Subordonnées à un centre, les ruptures ou déformations grotesques sont adoucies, voire gommées. Thoreau y décèle en quelque sorte la preuve de ce que l’Architecte de l’univers a procédé à un équilibrage rationnel et apporté de l’ordre dans la nature.

  • 5 "... in the horizon it is simplicity & grandeur." (PJ 4, 182; 13 novembre 1851); "Ah, I am content (...)

6L’éloignement engendre la simplification, l’abstraction, mais aussi l’idéalisation, toutes perceptibles dans cette ligne bleue à l’horizon : elle le rassure en constituant une "barrière" plus imaginaire que physique, la protection de son monde ainsi emmuré, walled-in, selon son interprétation du toponyme "Walden" (W 183).5 Thoreau se réjouit de vivre dans un tel cadre de perfection et de pureté sereine. Il exprime souvent sa reconnaissance pour ce bienfait. Que serait la vie, dit-il, sans cette discrète silhouette, à la valeur incomparable parce que non-marchande :

I should like to ask the assessors what is the value of that blue mt range in the NW horizon to Concord—and see if they would laugh or seriously set about calculating it. How poor comparatively should we be without it! It would be descending to the scale of the merchant to say it is worth its weight in gold—The privilege of beholding it—as an ornament—a suggestion—a provocation—a heaven on earth—(PJ 5, 263; 27 juillet 1852)

7Soulevée par des montagnes, la ligne de l’horizon produit sur l’observateur un effet exaltant qui élève l’esprit et l’incite à tendre vers l’idéal. Dans l’univers plat et terne de sa vie quotidienne, leur profil introduit un écart qui incite à ne pas de se satisfaire de la routine : en cela, la silhouette est bien pour lui "provocation" à méditer afin d’améliorer son existence.

  • 6 "We do not complain that the mountains in the horizon are blue and indistinct; they are the more li (...)
  • 7 C’est la lecture retenue par J. Parker Huber dans Elevating Ourselves. Thoreau on Mountains. La mon (...)

8Thoreau perçoit une analogie entre la montagne et le mouvement ascendant vers la spiritualité. Les cimes côtoient le ciel, leur teinte bleutée dans le lointain embrumé souligne cette proximité qui équivaut à une identité.6 Comme elles relient la terre et le royaume des divinités, les gravir ou simplement les contempler favorise une vie spirituelle : "I doubt if in the landscape there can be anything finer than a distant mountain-range. They are a constant elevating influence" (J X, 430 ; 17 mai 1858).7 La montagne joue un rôle central dans ce que l’on pourrait appeler une religion de la nature, qui attribue grandeur et noblesse à ce qu’il appelle des "temples", préservés de l’activité matérialiste et mercantile des hommes.

9Dans son Journal, Thoreau complète parfois ses remarques sur les sommets aperçus au loin par quelques dessins schématiques des silhouettes. Ces rapides croquis sont un signe de l’importance de ces lignes qu’il veut fixer dans sa mémoire, car elles constituent pour lui un instrument de pensée. Il sait admirablement illustrer une abstraction, la rendre visuelle, concrète. La fréquente utilisation métaphorique de ces silhouettes bleues lui permet d’exprimer son besoin de dépasser l’existence terre-à-terre qu’offre la civilisation urbaine au milieu du XIXe siècle. Il ferait volontiers de cette valeur qui lui est essentielle le texte de son sermon : "The value of the mts in the horizon—would not that be a good theme for a lecture ? The text for a discourse on real values—& permanent. A sermon on the mount. They are stepping stones to heaven..." (PJ6, 110 ; 10 mai, 1853).

Le sommet, vu de près

  • 8 Unappropriated, unhandselled, unprophaned, unsettled, untamable, untamed, untracked, inaccessible, (...)
  • 9 Thoreau s’est rendu trois fois dans le Maine (1846, 1853, 1857). L’épisode-clé se situe en septembr (...)
  • 10 "Up there, nature was not bound to be kind to man. This discovery was a cold Caucasian epiphany for (...)

10Un écart important sépare la ligne bleue idéalisée de l’expérience du lieu—sommet sauvage, masqué par les nuages, univers étrange où règne un ordre de choses différent. Thoreau ne sait trop comment le décrire ; il le définit a contrario, en le qualifiant par des adjectifs au préfixe négatif.8 L’ascension du Mt Katahdin dans le Maine9 se révèle découverte d’un monde autre, aventure inquiétante10 : seul sur le chaos sommital, Thoreau a la révélation de la force brutale des éléments. Il est pris dans une confrontation physique avec le réel, la nature sauvage, inhumaine et inhospitalière, alors qu’il recherchait avant tout jusque-là des montagnes pour transcendantaliste, dans le but de susciter à distance une vision métaphysique. L’excès de contact trop proche, trop violent, trop subit, l’oblige à abandonner la partie et à redescendre plus tôt : la quête tourne court en 1846.

11L’ascension de ce mont, que l’on atteint après s’être frayé péniblement un chemin à travers d’immenses forêts, se caractérise par "l’intensification" (Knott 61) de tous les éléments sauvages isolés qu’il avait recherchés dans la campagne déboisée et cultivée de Concord : c’est un univers encore peu fréquenté, parce que sans valeur marchande, ce qui n’est déjà plus le cas des forêts situées à ses pieds. Cet espace résiste à la civilisation et ne ressemble pas à la ville (Corresp. 597 ; 4 novembre 1860).

  • 11 "That area is literally a chaos, an example of what the earth was before it was finished" (J XIV, 5 (...)

12Le "chaos"11 du sommet est parsemé de rochers nus, gris et silencieux, qui durent être projetés par des forces titanesques. Il offre le spectacle d’un matériau brut, jamais transformé par la pensée, jamais humanisé : pour cela, il fascine Thoreau qui a l’impression d’assister à la création du monde, "when the earth was rent and these rocks heaved up" (J X, 460 ; 2 juin 1858), une création encore "inachevée" (MW 65), toujours en cours, suggérant que la Terre est vivante. Le séjour dans un tel environnement lui donne le sentiment d’avoir franchi une limite, voire de transgresser ce qu’il est permis aux hommes de contempler.

13Le contact avec le monde des éléments sauvages—traditionnellement opposé à celui de la culture, de l’éducation, de la volonté—est l’occasion de la prise de conscience que l’être humain ne se résume pas à sa dimension cérébrale, mais dépend d’un corps qui a bien plus à voir avec la nature que l’on ne voudrait l’admettre. Or, le sommet du Mt Katahdin—rien que des rochers, du vent, des nuages—rompt l’harmonie illusoire avec l’homme que la vie rurale entretient, et renvoie la pensée à la matière brute. Alors qu’en général Thoreau souhaite l’immersion dans la nature, mais de façon maîtrisée, il est, en septembre 1846, durement confronté à ce qu’il cherche à contenir par l’idéalisation, au fait que le corps et ses pulsions ont gardé une parenté avec la nature. En 1857, il tirera la leçon de cette révélation de façon bien plus posée et plus positive que dans le récit de Maine Woods : "You must ascend a mountain to learn your relation to matter, and so to your own body, for it is at home there, though you are not" (Corresp. 497 ; 16 novembre 1857). Le difficile contact avec le monde minéral oblige Thoreau à prendre conscience de ce que l’essence de la nature sauvage est d’autant moins éloignée de l’homme que l’esprit projette sur elle ce qui ne trouve pas sa place dans la vie civilisée. En conséquence, il lui apparaît que la distance idéalisante ne rend pas compte de toute la relation à la montagne : "It is in vain to dream of a wildness distant from ourselves. There is none such. It is the bog in our brain and bowels, the primitive vigor of Nature in us, that inspires that dream" (J IX, 43 ; 30 août 1856). La séparation de l’homme et de la nature se voit remise en question : s’il existe bien une certaine coupure, elle a été intériorisée, les modalités de cette dualité ont été atténuées et rendues complexes.

14Outre cette parenté gênante, il éprouve en montagne un état de malaise dû au fait que lui, l’arpenteur qui d’habitude se situe avec précision dans l’espace, est ici privé de ses repères ; il peut facilement perdre son chemin dans le brouillard et s’éloigner de ses compagnons (J XI, 21-22 ; 8 juillet 1858). Les apparences se font trompeuses en ce lieu changeant, modifié par le passage de nuages qui cachent le sommet, où des crêtes de moindre altitude peuvent masquer la cime (J XI, 52 ; 16 juillet 1858). Incapable d’appréhender les proportions, l’observateur croira que telle montagne est plus haute qu’en réalité. Les récits de Thoreau manifestent avec insistance l’impossibilité de la vision, la fragilité de la perception d’un lieu qui ne peut être contenu par les schémas préconçus : "We could not judge correctly of distances on the mountain, but greatly exaggerated them... We no longer thought and reasoned as in the plain" (J XIV, 69 ; 1er septembre 1860).

15Pour dire la crise de la perception, Thoreau répète que la montagne est "bewildering" : il est déconcerté, car ses impressions visuelles ne donnent pas accès à la vérité. Il réfléchit à ce qui perturbe la vision en introduisant des illusions optiques. Cela fait partie de l’orientation souvent épistémologique de sa pensée ; toutefois, l’environnement montagnard crée des conditions d’expérience radicalement différentes qui entraînent un questionnement sur le statut de la réalité. Tout lui semble à reconstruire intellectuellement. Malgré le scepticisme, l’écriture s’efforce de donner du sens par des comparaisons, mais le résultat est une fantasmagorie parfois grotesque, où les rochers évoquent une ombre, un visage, une baleine ou un élan. L’observateur est tenu en échec par cet univers inconnaissable. L’incertitude confère au lieu une qualité négative.

16L’impression globale laissée par certains textes est que la randonnée en altitude comporte une dimension transgressive induisant un contact désagréable avec ce qu’habituellement il préfère ne pas voir : Thoreau se rend compte qu’il s’est enfoncé dans une nature trop sauvage, lui qui se sent surtout à Taise dans un monde intermédiaire, apprivoisé et pastoral, où c’est surtout l’imagination qui introduit la sauvagerie.

Incursions et observation : maîtriser le réel

17Lors de ses excursions en montagne au cours des années 1850, Thoreau a cependant su adopter une position plus positive qui concilie ses différents intérêts et l’aide à atténuer la fragilité de la connaissance : il ne se laisse plus envahir par l’émotion ou l’idéalisation, il ne fuit plus. Au contraire, il s’engage fortement dans le contact approfondi avec la nature sauvage. Il a désormais accepté le désert inhumain des sommets, où il apprécie la solitude, seulement animée par les cris des engoulevents, les accords de la "musique du Chaos" (J X, 460 ; 2 juin, 1858).

18Devenu au fil des ans un naturaliste confirmé, il entreprend l’exploration méthodique des sommets, comme celui du Mt Monadnock (New Hampshire) dont il dresse le relevé topographique (J XIV, 37 ; 9 août 1860). Dans le Journal, l’observation s’est transformée : elle est délibérée, systématique, maîtrisée. Thoreau peut s’approcher sans panique du bord d’un précipice et détailler ce qu’il découvre (J X, 470 ; 3 juin 1858) ; le contact scientifique exploratoire a fait taire l’émotion sublime, forte et conventionnelle.

  • 12 Les ouvrages de Humboldt, Linnée, Loudon, Lyell, par exemple (voir Sattelmeyer). Thoreau se situe à (...)

19Thoreau a lu de nombreuses monographies de naturalistes et il a partiellement adopté le point de vue de la science.12 C’est par le savoir botanique, la discipline de l’observation et du regard critique qu’il compte maîtriser ce réel qui Ta tant déconcerté (J X, 162 ; 4 novembre 1857). Le journal rédigé sur le terrain, et plus encore les pages écrites à son retour, rendent compte de cette tentative par un inventaire classé thématiquement : on trouve des listes plus ou moins commentées de plantes, d’arbres, d’oiseaux, d’insectes, et même, pour finir, des remarques sur les touristes qui fréquentent le sommet en plus grand nombre (J XIV, 25-52 ; 9 août 1860). Il s’intéresse à l’étagement de la végétation, ainsi qu’à la correspondance entre végétation septentrionale et alpine. Même s’il reste moins sensible à la géologie, il décrit aussi les rochers, les formes du relief, cherche à comprendre le fonctionnement des forces qui ont secoué la montagne dans le passé.

20Depuis les années 1840, Thoreau a abandonné les interprétations idéalisantes au profit de descriptions qui collent aux phénomènes. Néanmoins, il ne renonce pas à tout moyen littéraire et n’exclut pas l’imagination de la matière : les géants et les Titans, par exemple, interviennent encore pour animer le monde minéral (J XIV, 40-41 ; 9 août 1860). Le naturaliste n’est pas non plus dénué de sensibilité esthétique et manifeste une certaine sensualité, parlant souvent des délicieuses baies goûtées lors de ses ascensions, ou bien de l’odeur des marécages. Lors de l’étude des lichens, abondants au sommet du Mt Monadnock, il s’attarde sur la variété de leurs couleurs (J X, 469 ; 3 juin, 1858), et plus tard, il évoque ce "goût de terre" qu’il apprécie : "To study lichens is to get a taste of earth and health... The lichenist extracts nutriment from the very crust of the earth. A taste for this study is an evidence of titanic health, a sane earthiness. It makes not so much blood as soil of life. It fits a man to deal with the barrenest and rockiest experience." (J XI, 440 ; 7 février 1859). Nommer et classer rend plus visibles les éléments de l’environnement, renforce la sensibilisation au réel et participe à l’éveil de la conscience.

21Les descriptions concrètes, riches de précisions sur les plantes (lichens, fougères buissons) et les roches, le conduisent à pénétrer les faits naturels. Il les décrit selon une vision de près qui aboutit à une connaissance intime des choses, mais il est tout de même sensible au plaisir de la contemplation des surfaces perçues d’en haut : "Why have we ever slandered the outward ? The perception of surfaces will always have the effect of a miracle to a sane sense" (PJ 5, 309 ; 23 août 1852). Les deux ont leur valeur, puisque le panorama regardé depuis un sommet permet de dominer un ensemble d’éléments épars et de saisir, comme dans un tableau, les relations qu’ils entretiennent entre eux : "It was not to see a few particular objects as if they were near at hand as I had been accustomed to see them, that I ascended the mt—but to see an infinite variety far & near in their relation to each other thus reduced to a single picture." (PJ 5, 378 ; 20 octobre 1852).

  • 13 La matière même de la montagne, le rocher, fournit à Thoreau l’image récurrente d’une base solide s (...)

22Au cours des années 1850, le contact avec l’univers minéral des montagnes aboutit à un compromis entre diverses tendances, laissant apparaître des hésitations et des contradictions, malgré le caractère systématique de l’exploration et la perspective scientifique dans laquelle Thoreau se situe. Il est partagé entre le désir de maîtrise intellectuelle et le besoin de mystère : il voudrait que la nature reste pour une large part sauvage, inexplorée, afin de stimuler l’imagination grâce à son modèle de résistance à l’envahissement par la civilisation moderne, mais d’un autre côté, il ne peut réfréner son désir de savoir, d’explorer, de cartographier et de tout noter. Alors que dans l’essai "Walking" il fait l’apologie sans réserve de ce qui est sauvage, il relève dans le Journal des traits négatifs et irrationnels. De même, il faut constater l’ambivalence de son rapport à la montagne, lieu où il se perd et qui lui inspire de la crainte, alors que par ailleurs la perte s’insère dans sa stratégie de désorientation afin de réveiller la conscience : "Not till we are lost—in other words—not till we have lost the world do we begin to find ourselves, and realize where we are and the infinite extent of our relations." (Walden 171)13 La randonnée en montagne apparaît comme le moyen de trouver un "point d’appui" (Walden 98) sur le réel dont il se sent coupé par le monde civilisé, par ses stéréotypes abrutissants et ses traditions oppressantes. Malgré son étrangeté farouche, la montagne permet d’établir un lien stable avec le monde : elle aide Thoreau à mieux se situer et contribue à raffermir son identité.

23Perçue d’abord comme un milieu hostile et inhumain, la montagne est néanmoins pour Thoreau un parcours annuel indispensable à la culture de soi, car elle est un monde autre qui met son individualité en relief et donne du sens à sa vie. On pourrait lui appliquer ce qu’il dit plus généralement de ses rapports avec la Nature, à la fin de "Walking" : "For my part, I feel that with regard to Nature I live a sort of border life, on the confines of a world into which I make occasional and transient forays only..." (Essays 173). Lors de ses excursions—ou incursions dans la nature sauvage—, il tourne momentanément le dos au village, se ressource en se rapprochant de la matière brute ; il reprend contact avec le réel, mais sous le contrôle de la discipline scientifique, puis retourne vivre dans l’environnement pastoral plus harmonieux de Concord. Il s’ouvre brièvement au monde de l’excès et des forces démesurées qu’est la montagne, avant de se délecter, à dose homéopathique, des survivances de la nature sauvage dans la campagne.

24Les récits de ses ascensions témoignent d’une expérience complexe, où se mêlent la fuite devant ce qui semble inassimilable, le retour au monde pastoral accueillant, et l’apologie d’une nature sauvage dont la grandeur rude des sommets minéraux exprime la quintessence ; en naturaliste, Thoreau décrit la flore avec précision, alors que le penseur entreprend aussi une réflexion soutenue sur les problèmes que posent la vision et la perception du réel.

  • 14 L’humanisme de Thoreau est également souligné par Scott Slovic dans l’analyse de la perspective ado (...)

25Les excursions au Monadnock ou au Katahdin sont des épreuves totales qui intensifient sa vie, l’élèvent au-dessus de la routine et étendent son domaine de pensée au non-humain. La montagne lui est si essentielle pour avoir prise sur la vie qu’il recommande d’en conserver l’esprit une fois qu’on en est redescendu. Il est nécessaire d’en "importer" la grandeur : "And now that we have returned to the desultory life of the plain, let us endeavor to import a little of that mountain grandeur into it" (Excursions 96). Cette utilisation de la montagne trouve sa place dans ce que François Specq a qualifié d’"humanisme sauvage" (365).14

26Pour ne pas oublier ce monde inestimable qu’il a exploré et étudié de près, le mémento de la ligne bleue des sommets dans le lointain ravivera chaque jour l’incitation à ne pas se contenter d’une existence insignifiante, et à se dépasser :

It is worth the while to see the Mts in the horizon once a day. I have thus seen some earth which corresponds to my least earthly & trivial—to my most heaven-ward looking thoughts—The earth seen through an azure an etherial veil. They are the natural temples elevated brows of the earth—looking at which the thoughts of the beholder are naturally elevated and etherialized. (PJ 4, 75; 12 septembre 1851).

Top of page

Bibliography

ABRAMS, Robert E. Landscape and Ideology in American Renaissance Literature. Topographies of Skepticism, Cambridge: Cambridge University Press, 2004.

HOWARTH, William, éd. Thoreau in the Mountains. New York: Farrar, Straus, Giroux, 1982.

HUBER, Parker J., éd. Elevating Ourselves. Thoreau on Mountains, Boston: Houghton Mifflin, 1999.

KNOTT, John R. Imagining Wild America. Ann Arbor: The University of Michigan Press, 2002.

RICHARDSON, Robert D. Henry David Thoreau. A Life of the Mind. Berkeley: University of California Press, 1986.

SATTELMEYER, Robert. Thoreau’s Reading. A Study in Intellectual History with Bibliographical Catalogue. Princeton: Princeton University Press, 1988.

SCHAMA, Simon. Landscape and Memory. London: Fontana Press—HarperCollins, 1995.

SLOVIC, Scott. Seeking Awareness in American Nature Writing. Salt Lake City: University of Utah Press, 1992

SPECQ, François. Les Forêts du Maine. Traduction, annotation & postface de Henry David Thoreau. Paris: Éditions Rue d’Ulm, 2004.

TAUBER, Alfred I. Henry David Thoreau and the Moral Agency of Knowing. Berkeley: University of California Press, 2001.

THOREAU, Henry D. The Correspondence of Henry David Thoreau. Walter Harding & Carl Bode eds. New York: New York University Press, 1958. [Abrév. Corresp.].

THOREAU, Henry. The Essays of Henry D. Thoreau. Lewis Hyde ed. New York: North Point Press, 2002. [Abrév. Essays].

THOREAU, Henry. Excursions. New York: Corinth Books, 1962.

THOREAU, Henry. Journal. Princeton, NJ: Princeton University Press, 1981. [Abrév. PJ].

THOREAU, Henry. The Journal of Henry D. Thoreau. Bradford Torrey & F.H. Allen eds. New York: Dover, 1962. [Abrév. J].

THOREAU, Henry. The Maine Woods. Princeton, NJ: Princeton University Press, 1972. [Abrév. MW].

THOREAU, Henry. Walden, Princeton. NJ: Princeton University Press, 1971. [Abrév. W].

THOREAU, Henry. A Week one the Concord and Merrimack Rivers. Princeton, NJ: Princeton University Press, 1980. [Abrév. Week].

Top of page

Notes

1 Thoreau s’y intéresse aussi et a lu des récits d’ascensions dans les Alpes, notamment les livres de Saussure et de Ruskin (Howarth 7). Voir Sears, ainsi que la présentation des Forêts du Maine par F. Specq, "Esthétique de la nature : pittoresque et sublime—Voyageur et touriste".

2 Ce rêve, à la limite de la rêverie éveillée, concerne une colline qui en fait n’existe pas (J X : 141-144 ; 29 octobre 1857 ; Corresp. 498).

3 Thoreau lit Virgile et Wordsworth lors de l’excursion au Mt Wachusett (1842). Voir l’étude de Simon Schama pour l’étude du poids de la mémoire, des traditions religieuses, des conceptions romantiques dans la perception du paysage (notamment la 3e partie, "Rock"). Le présent article est centré sur l’incidence de l’opposition entre vision de loin et vision de près ; il conviendrait de le compléter par l’analyse de l’esthétique du paysage de montagne.

4 "It is remarkable how, as you are leaving a mountain and looking back at it from time to time, it gradually gathers up its slopes and spurs to itself into a regular whole, and makes a new and total impression.... That is, when you are on the mountain, the different peaks and ridges appear more independent; indeed, there is a bewildering variety of ridge and valley and peak, but when you have withdrawn a few miles, you are surprised at the more or less pyramidal outline of the mountain and that the lowest spurs and peaks are all subordinated to the central and principal one." (J X, 477-478; 4 juin 1858).

5 "... in the horizon it is simplicity & grandeur." (PJ 4, 182; 13 novembre 1851); "Ah, I am content to dwell there and see the sun go down behind my mountain fence." (JX, 120; 22 octobre 1857).

6 "We do not complain that the mountains in the horizon are blue and indistinct; they are the more like the heavens." (Week 154).

7 C’est la lecture retenue par J. Parker Huber dans Elevating Ourselves. Thoreau on Mountains. La montagne s’insère dans le programme d’amélioration de soi qui constitue l’essence de l’humanité pour Thoreau : "I know of no more encouraging fact than the unquestionable ability of man to elevate his life by a conscious endeavor." (If 90).

8 Unappropriated, unhandselled, unprophaned, unsettled, untamable, untamed, untracked, inaccessible, inhuman...

9 Thoreau s’est rendu trois fois dans le Maine (1846, 1853, 1857). L’épisode-clé se situe en septembre 1846 (MW, "Ktaadn", 63-71). Il a été dramatisé après coup, à partir de quelques mots notés dans son carnet de voyage (PJ 5, 215). Il en parle encore dans une lettre à Blake, le 16 novembre 1857.

10 "Up there, nature was not bound to be kind to man. This discovery was a cold Caucasian epiphany for Thoreau" (Richardson 180).

11 "That area is literally a chaos, an example of what the earth was before it was finished" (J XIV, 52; 9 août 1860).

12 Les ouvrages de Humboldt, Linnée, Loudon, Lyell, par exemple (voir Sattelmeyer). Thoreau se situe à la charnière entre la vision romantique en déclin et la montée en puissance de l’approche scientifique des faits (Tauber, IX et chapitre 4).

13 La matière même de la montagne, le rocher, fournit à Thoreau l’image récurrente d’une base solide sur laquelle s’appuyer : "...we build fences of stone ; but we do not ourselves rest on an underpinning of granitic truth, the lowest primitive rock." (Essays 206)

14 L’humanisme de Thoreau est également souligné par Scott Slovic dans l’analyse de la perspective adoptée pour l’étude de la nature : "...Thoreau viewed the study of nature as a human and humanistic enterprise" (34). Ces remarques s’appliquent aussi à l’attitude de Thoreau à l’égard de la montagne qui est appréciée en fonction de la régénération de l’humanité qu’elle peut apporter.

Top of page

References

Bibliographical reference

Michel Granger, « Montagnes de Thoreau : la silhouette et le contact », Caliban, 23 | 2008, 261-268.

Electronic reference

Michel Granger, « Montagnes de Thoreau : la silhouette et le contact », Caliban [Online], 23 | 2008, Online since 13 December 2016, connection on 12 December 2017. URL : http://journals.openedition.org/caliban/1329 ; DOI : 10.4000/caliban.1329

Top of page

About the author

Michel Granger

Université de Lyon (Lyon 2 ; UMR LIRE-SEMA)

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Caliban – French Journal of English Studies est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • OpenEdition Journals