Navigation – Plan du site

Présentation

La revue Caliban a été fondée en 1964. Prenant le titre d’Anglophonia/Caliban de 1997 à janvier 2014, où elle paraissait annuellement en alternance avec la revue de linguistique Anglophonia/Sigma, elle a repris en 2014 le titre original de Caliban. Elle paraît au rythme de deux numéros par an. La revue est consacrée aux littératures et civilisations de langue anglaise (Iles britanniques, Etats-Unis, Canada, Afrique, Australie, Nouvelle-Zélande, Inde, Caraïbes, etc...). Chaque numéro est thématique et privilégie les recherches récentes dans les domaines de la littérature, de la civilisation et aussi des arts visuels. Il offre notamment aux jeunes chercheurs une possibilité de faire connaître leur recherche.

Illustration du bandeau: « L’Ile de la Tortue, vue de l’embouchure des Trois-Rivières », gravure sur bois originale, dessin de Th. Weber, d’après un croquis de Luis Antonio, in Edgar La Selve, La république d’Haïti, ancienne partie française de Saint-Domingue, Le tour du monde, 1871.

Dernier numéro en ligne
23 | 2008
La Montagne

Entre image et langage dans les territoires anglophones
Mountains in Image and Word in the English-Speaking World
Sous la direction de Françoise Besson, Catherine Lanone et Philippe Birgy

Les textes rassemblés dans ce numéro ont été présentés lors du colloque International « La Montagne entre image et langage dans les territoires anglophones », organisé par l'équipe d'accueil Cultures Anglo-Saxonnes, et qui s'est tenu à l'Université de Toulouse- Le Mirail et à Gavarnie du 4 au 7 octobre 2007. En parcourant les continents, de l'Europe à l'Amérique, de l'Afrique à l'Océanie, ce volume s'attache à analyser les facettes de la perception et de la représentation de la montagne en littérature et en peinture, pour dégager les invariants qui font des montagnes un lieu mythique source d'inspiration. Liées au sacré, au mythique, au rêve et à la quête géographique et intérieure à la fois, les montagnes posent aussi le problème très concret de la conservation d'un patrimoine et du rapport ambigu à la modernité. Ce volume s'interroge donc sur la tradition esthétique liée au sublime, mais aussi sur les aspects politiques, culturels ou juridiques, qu'impliquent les modalités de représentation. Le paysage est étroitement lié à l'écriture, depuis le parcours des voyageurs anglais, réels ou imaginaires, dans les Alpes et les Pyrénées, l'approche d'un montagnard et pyrénéiste anglais comme Kev Reynolds, jusqu'à la vision d'un défenseur passionné de l'environnement tel que Rick Bass. Et en croisant les perspectives d'écrivains (comme l'auteur canadien Rudy Wiebe ou le poète nigérian Niyi Osundare) et d'universitaires, une cartographie de la montagne s'esquisse, espace traversé ou habité, lieu obsédant, matrice maïeutique d'une oeuvre. Les divers articles posent le problème du regard porté sur la montagne, des codes de lectures et d'écriture de l'espace, de la place de l'humain dans ce lieu difficilement accessible, lieu d'élévation littérale et symbolique à la fois.

  • Logo Presses universitaires du Midi
  • OpenEdition Journals