Navegación – Mapa del sitio
Comptes rendus

Pascal Riviale et Christophe Galinon, Une vie dans les Andes, le journal de Théodore Ber (1864-1896)

Paris, Ginkgoediteur, 2014
Bernard Lavallé
p. 248-250
Referencia(s):

Pascal Riviale et Christophe Galinon, Une vie dans les Andes, le journal de Théodore Ber (1864-1896), Paris, Ginkgoediteur, 2014, 489 p.

Texto completo

1Les récits et journaux de voyage au Pérou durant le XIXe siècle sont nombreux. Dans son répertoire J-G. Kirchheimer en recense une cinquantaine. Certains sont même célèbres (Marquoy, Wiener). Le présent ouvrage en présente un jusqu’à présent ignoré et littéralement sauvé par miracle de la décharge publique.

2La vie de son auteur, Théodore Ber, est à elle seule un roman à épisodes et rebondissements. Né en 1820 à Figeac, dans le Lot, au sein d’une famille modeste, il eut en quelque sorte deux existences, chacune d’ailleurs fort remplie. En France, il commença comme apprenti tailleur, puis fut, entre autres choses, journaliste, commis voyageur, portier, candidat à une élection en 1848, secrétaire de préfet, préparateur botaniste. Après un premier séjour en Amérique (au Chili puis au Pérou où ses affaires périclitèrent) il rentre en France au moment de la guerre de 1870 et, républicain fervent, sera même au printemps de l’année suivante le secrétaire de Delescluze, une des figures majeures de la Commune, ce qui le fit croire un temps disparu dans la tourmente et la répression versaillaise. Ayant réussi à se fondre dans l’anonymat, il ne fut pas inquiété et, retourné en province, il ne tarda pas à demander un passeport pour le Pérou.

3À Lima on le retrouve au sein de la communauté française où il fonde un périodique francophone (L’étoile du Sud) et collaborera plus tard à un autre, Les échos du Pérou. Il y fut aussi professeur de collège, administrateur d’haciendas, pompier, membre de la garde urbaine, employé des postes, écrivain public, juge de paix et avoué, mais à partir du milieu des années 1870, Ber se découvrit une nouvelle passion, celle de la collection de huacos et l’archéologie qu’il pratiqua d’abord sur le site d’Ancón sur la côte nord assez près de Lima.

4Cette nouvelle orientation devait lui valoir une mission officielle du gouvernement français grâce à l’entremise de Paul Broca président de la société d’archéologie de Paris. Malgré quelques déboires inévitables et une certaine distance prise ensuite par rapport aux milieux scientifiques français, Ber devait faire partie ensuite du petit noyau des premiers « américanistes », comme en témoignent une série d’articles dans des revues péruviennes ou françaises (Archives de la société Américaine de France, Bulletin de la Société de Géographie de Paris) et dans les compte rendus du premier congrès des américanistes de Nancy, puis celui de Paris.

5Théodore Ber rédigea sur cette existence aux multiples facettes treize cahiers qui couvrent les années 1864-1896 (il décéda en 1900). Les deux éditeurs, P. Riviale et Ch. Galinon, ont pris le parti de choisir des textes réunis autour de plusieurs thèmes. Le premier nommé étant un spécialiste bien connu des débuts de l’archéologie au Pérou et de l’immigration française dans ce pays, on comprend que le livre resitue le cas de Ber dans l’émigration lotoise, et montre au travers des textes publiés ici les échos de la «colonie française», ses composantes, son rôle dans l’enseignement ou dans la constitution de la compagnie de pompiers à Lima (dont Ber fit partie). Au-delà de ce cercle, les éditeurs se sont aussi attachés au conflit hispano-péruvien (occupation des îles à guano et bombardement du Callao en mai 1866), à l’année terrible de 1868 (grande épidémie de fièvre jaune – au moins 5 000 morts – et terrible tremblement de terre du 13 août qui fit plus de 25 000 victimes dans le pays et au nord du Chili).

6Des chapitres plus «costumbristas» mais très intéressants concernent des anecdotes et des souvenirs divers de l’auteur à Lima, dans diverses localités du Pérou, et surtout son séjour dans la vallée de Chanchamayo au début des années 1880, où il resta quatre ans et participa au front pionnier qui se développa alors sur cette frange de l’Amazonie péruvienne, une expérience sur laquelle les témoignages ne sont guère nombreux.

7Il va sans dire que l’ouvrage comporte aussi un long chapitre sur les textes de Ber consacrés au Pérou indigène qui constitua, on l’a dit, un de ses principaux centres d’intérêt pendant son long séjour au Pérou.

8Dans la mesure où les éditeurs ont choisi de faire précéder chaque chapitre d’une présentation fort éclairante des témoignages de Ber qui sont ensuite rapportés, on a ainsi une mise en perspective très judicieuse des textes, et la possibilité de les situer dans leur contexte à la fois personnel de l’auteur, mais aussi historique et collectif. On est donc loin d’une simple édition de récits de vie et de voyage, et ce livre vient heureusement compléter les travaux engagés à la fois sur l’émigration française dans les Andes au XIXe siècle et sur l’origine de l’archéologie dans ce pays, tout en retraçant une histoire personnelle particulièrement passionnante dans sa richesse et sa diversité.

9On ne peut que remercier bien vivement P Riviale et Ch Galinon pour ce travail d’un très grand intérêt et d’une constante qualité.

Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia en papel

Bernard Lavallé, « Pascal Riviale et Christophe Galinon, Une vie dans les Andes, le journal de Théodore Ber (1864-1896) », Caravelle, 103 | 2014, 248-250.

Referencia electrónica

Bernard Lavallé, « Pascal Riviale et Christophe Galinon, Une vie dans les Andes, le journal de Théodore Ber (1864-1896) », Caravelle [En línea], 103 | 2014, Publicado el 21 abril 2015, consultado el 11 diciembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/caravelle/1094

Inicio de página

Autor

Bernard Lavallé

Université de Paris III

Artículos del mismo autor

Inicio de página

Derechos de autor

Licence Creative Commons
Caravelle – Cahiers du monde hispanique et luso-brésilien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Inicio de página
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo IPEAT
  • OpenEdition Journals