Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Yannick LE ROUX, Réginald AUGER, Nathalie CAZELLES.- Les jésuites et l’esclavage, Loyola, l’habitation des jésuites de Rémire en Guyane française

Le Delta, Presses de l’Université du Québec, 2009.- 293 p.
Michel Bertrand
p. 278-279
Référence(s) :

Yannick LE ROUX, Réginald AUGER, Nathalie CAZELLES.- Les jésuites et l’esclavage, Loyola, l’habitation des jésuites de Rémire en Guyane française.- Le Delta, Presses de l’Université du Québec, 2009.- 293 p.

Texte intégral

1Que voilà un bien beau livre ! Avec cette publication qui offre une vue d’ensemble d’une habitation coloniale guyanaise, on se trouve devant la valorisation de recherches archéologiques réellement remarquable, voire peut-être exemplaire. De quoi s’agit-il ? L’ouvrage restitue, de manière extrêmement précise et excellemment illustrée, ce qu’était une habitation dans un contexte américain colonial esclavagiste. L’habitation en question n’est pas anodine : Loyola n’était rien moins que la plus importante de toutes celles que possédaient les jésuites dans cette colonie. Progressivement abandonné au cours du XIXe siècle par ses propriétaires d’alors, elle avait disparu du paysage guyanais, engloutie par la végétation luxuriante de la forêt équatoriale. Seules les archives, comme toujours relativement nombreuses quand il s’agit des jésuites, en gardaient le souvenir. Redécouverte à la fin des années 80, un projet archéologique de sauvegarde de l’habitation est alors lancé avec le soutien des autorités culturelles et administratives régionales. Suivent alors une quinzaine d’années de fouilles avec comme objectif une mise en valeur patrimoniale du site transformé en espace paysager. L’ouvrage est donc une traduction « grand public » des résultats de cette recherche archéologique associant historiens locaux et archéologues québécois.

2L’ouvrage se décompose en deux parties principales, subdivisées chacune en un grand nombre de chapitres – on en compte en tout 22 –, de tailles d’ailleurs très inégales. La première partie concerne l’ancrage de l’habitation dans l’histoire, présenté dans les huit premiers chapitres. Les quatre premiers chapitres, regroupés sous l’intitulé « les recherches historiques », sont en tout point remarquables : le texte est riche et précis, la cartographie très précise, les illustrations superbes – avec notamment des reproductions cartographiques anciennes de toute beauté –, les transcriptions de documents d’archives fort utiles – tout spécialement ceux provenant des inventaires établis en 1764 au moment de la dissolution de l’ordre –, enfin quelques documents annexes, notamment ceux relatifs à l’historique des propriétés jésuites, offrent une utile contextualisation. Grâce à cet ensemble, le lecteur le moins averti découvre sans difficulté ce qu’était effectivement une « habitation » coloniale. Il observe le lent processus de construction de cet ensemble économique dans le contexte colonial français, la place centrale qu’y occupe l’esclavage, la dimension religieuse inévitable de l’entreprise. Dans un second temps, une fois le décor planté, c’est à une reconstitution du paysage de l’habitation que les auteurs s’attachent. Celle-ci s’appuie autant sur des illustrations photographiques d’aujourd’hui que sur des documents terriers de l’époque, dont quelques-uns s’accompagnent de plans. On comprend alors ce que représentait effectivement l’emprise du domaine foncier de Loyola, constitué entre 1668 et 1722. Enfin, dans un dernier temps, c’est à une présentation de l’organisation du territoire de l’habitation que les auteurs s’adonnent. On retiendra tout particulièrement ici la description du système d’alimentation en eau de l’habitation, aspect essentiel aussi bien pour la survie des habitants que pour assurer le bon fonctionnement de l’entreprise. Cette forte contrainte fut résolue par le biais de la canalisation d’une source. Mais compte tenu de l’immensité de l’exploitation et de la dispersion de ses diverses activités, elle exigea la réalisation d’importants travaux d’infrastructure dont rien moins qu’un aqueduc…

3Cette première partie, fondamentalement historique, cède alors la place à une présentation des trésors archéologiques découverts lors des diverses campagnes de fouilles. Cette partie, plus « visuelle », associe un texte toujours aussi riche à des illustrations très nombreuses : reconstitutions, plans, photos d’objets ou de vestiges, dessins permettent au lecteur de partager ce qui constitue le travail de l’archéologue de terrain. L’habitation jésuite cesse alors d’être une reconstruction « intellectuelle » pour se transformer en une construction du passé que les fouilles extraient des entrailles de la nature. N’en doutons pas : la découverte de ces pages richement illustrées, qui représentent près de la moitié de l’ouvrage, ne peut que stimuler l’imagination du lecteur et susciter, peut-être, des vocations. On l’aura compris : cet ouvrage de valorisation d’un beau programme de sauvetage archéologique constitue bien un objet à mettre entre toutes les mains !

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Bertrand, « Yannick LE ROUX, Réginald AUGER, Nathalie CAZELLES.- Les jésuites et l’esclavage, Loyola, l’habitation des jésuites de Rémire en Guyane française », Caravelle, 97 | 2011, 278-279.

Référence électronique

Michel Bertrand, « Yannick LE ROUX, Réginald AUGER, Nathalie CAZELLES.- Les jésuites et l’esclavage, Loyola, l’habitation des jésuites de Rémire en Guyane française », Caravelle [En ligne], 97 | 2011, mis en ligne le 01 décembre 2011, consulté le 10 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/caravelle/1508

Haut de page

Auteur

Michel Bertrand

Université de Toulouse

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Caravelle – Cahiers du monde hispanique et luso-brésilien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo IPEAT
  • OpenEdition Journals