Navigation – Plan du site
Indiens, Noirs et marrons dans le Brésil septentrional : XVIIe-XIXe siècle

« Indiens ou Noirs, libres ou esclaves » : travail et métissage en Amazonie portugaise (xviie et xviiie siècles)

Rafael Chambouleyron et Karl Heinz Arenz
p. 15-29

Résumés

L’Amazonie coloniale fut longtemps tenue par l’historiographie pour une « terre d’Indiens ». On considérait que l’esclavage des Africains n’était pas économiquement viable, compte tenu de la pauvreté des colons et, surtout, de l’isolement géographique qui empêchait sa connexion aux grands circuits commerciaux de l’empire portugais. Or, il se trouve que, outre les nombreux registres relatifs aux indigènes, les sources coloniales se réfèrent avec constance aux Noirs et aux Métis. Moyennant l’analyse de la documentation coloniale produite sur ou en Amazonie portugaise, cet article vise à comprendre, à partir de la dynamique économique et sociale régionale, la constitution d’un monde de travail ethniquement diversifié dans lequel interagissaient, de façon inextricable, Indiens, Africains et Métis.

Haut de page

Notes de la rédaction

Recherche soutenue par le CNPq/Brésil.

Texte intégral

  • 1 Buarque de Holanda, S., Raízes do Brasil, Rio de Janeiro, Livraria José Olympio Editora, 1936; Frey (...)

1Le Brésil incarne de longue date le modèle de la nation métisse. Les ouvrages de Sérgio Buarque de Holanda, de Gilberto Freyre ou, plus récemment, de Darcy Ribeiro, ont beaucoup insisté sur le rôle de la mixégénation dans la formation de la population brésilienne1. Leurs interprétations ont connu une ample diffusion internationale. Or, depuis le début des années 1980, une forte tendance à la reformulation du discours ethnique se manifeste. Elle résulte de l’apparition puis de la consolidation de divers mouvements militants de lutte contre le racisme et les inégalités qui exigent la mise en place d’une politique de discrimination positive en faveur des descendants d’Africains et des Indiens.

  • 2 Veríssimo, J., “As populações indigenas e mestiças da Amazonia: sua linguagem, suas crenças e seus (...)
  • 3 Nina Rodrigues, R., As raças humanas e a responsabilidade penal no Brasil, Rio de Janeiro, Editora (...)

2Il est vrai que, depuis le milieu du xixe siècle, sévissait au Brésil, comme dans tout le monde occidental, un racisme à prétention scientifique à partir duquel étaient analysés les différents groupes ethniques. Le médecin bahianais Raymundo Nina Rodrigues et l’écrivain amazonien José Veríssimo2 furent parmi les représentants les plus notables de ce courant qui tenait la condition « raciale » des individus pour le critère déterminant de leur comportement social et moral. Nina Rodrigues alla même jusqu’à considérer qu’il convenait d’attribuer aux descendants d’Africains et des peuples indigènes une responsabilité pénale restreinte, compte tenu de leur faible niveau de développement cérébral3.

  • 4 Pour une réflexion récente sur ce sujet, cf. França Paiva, E., Dar nome ao novo: uma história lexic (...)

3Déjà, au temps de la colonie, toute une série de documents témoignait de l’existence d’une réflexion sur les différents phénotypes4. Toutefois, dans le cadre de la société hiérarchique d’alors, la condition sociale l’emportait, au moins en principe, sur l’origine « raciale ».

4L’Amazonie coloniale, sur laquelle se centre notre propos, est pour l’historiographie une « terre d’Indiens ». On considérait que l’esclavage des Africains n’y était absolument pas viable économiquement, compte tenu de la pauvreté des colons et, surtout, de l’isolement géographique qui empêchait la connexion aux grands circuits commerciaux de l’empire portugais. Or, il se trouve que, outre les nombreux registres relatifs aux indigènes, les sources coloniales se réfèrent avec constance aux Noirs et aux métis. Par l’analyse des sources produites sur ou en Amazonie portugaise, cet article voudrait tenter de comprendre, à partir de la dynamique économique et sociale régionale, la constitution d’un monde du travail ethniquement diversifié dans lequel interagissaient, de façon inextricable, Indiens, Africains et métis.

  • 5 En Amazonie, au xviie siècle, negro, c’est-à-dire « Noir », désignait tantôt un Indien tantôt un No (...)
  • 6 Da o Pe Fr. Po do Spirito Sto, religiozo franciscano”, Arquivo Nacional da Torre do Tombo, Inquisi (...)

5À la fin du xviie siècle, le franciscain Pedro do Espírito Santo faisait l’objet d’une dénonciation devant l’Inquisition à São Luís du Maranhão, la principale ville amazonienne de l’État du Maranhão, directement rattaché à Lisbonne. Au nombre des témoins, on comptait plusieurs femmes esclaves : Mónica, « Indienne de la terre » ; Sabina, « fille d’Indien et de Noir5, ou vice-versa [sic], cafusa » ; Lucrécia, « cafusa, jeune fille, fille de Madalena, Noire, et de Nicolau, Indien de la terre » ; Margarida, « cafusa, jeune fille, fille d’Antonio, Indien de la terre, et Susana, Noire »6.

  • 7 Baptêmes de l’Église de Saint-François Xavier, Biblioteca Nacional de Portugal, Colecção Pombalin (...)

6En octobre 1677, en l’église de Saint François-Xavier, à Belém du Pará, l’autre port de l’État du Maranhão, le père jésuite Gaspar Misch baptisait Maria, fille de Gabriel, « Noir » et d’une « Indienne de la terre ». Quelques années après, le père José Barreiros baptisait Barnabé, fils d’Indiens Arité, avec, pour parrains, deux Noirs, João de Melo et Inocência. En octobre 1696, le père Bento de Oliveira baptisait Gregório, fils de Mandû et Antônia, Indiens du village de Meruí, qui avait comme parrains, Domingos, « Noir de Joana Melo », et Maria, « Indienne ». Trois ans plus tard, le même prêtre baptisait Benedito, fils d’Indiens de la mission de Moribira, avec pour parrains Manuel da Costa et Ana, « Noire d’Amador Lourenço »7.

  • 8 Rol dos cazamentos feytos nesta Igreja de São Francisco Xavier, Biblioteca Nacional de Portugal, (...)

7En juillet 1703, le père jésuite Manuel dos Santos mariait Vital et Catarina, en présence de Sebastião, Pedro et João Gomes pour témoins. Vital était un « cafuso », Catarina une « Indienne » libre, tandis que les témoins Sebastião et Pedro étaient des « Noirs », et João Gomes un « Blanc ». Près de vingt ans plus tard, le père Domingos de Araújo mariait Marcos, « Indien » de la nation Jaguari et Francisca, « Noire ». Les témoins étaient Timóteo, « Noir », et un autre Timóteo, « cafuso »8.

  • 9 Cf. Meira, M. (ed.), O livro das canoas: documentos para a história indígena da Amazônia, São Paulo (...)

8Outre ces registres ecclésiastiques, de nombreux indices attestent qu’Africains et métis – même esclaves d’un maître blanc – faisaient le commerce des captifs amérindiens. Ainsi, en 1741, le cafuso, José, esclave d’Estêvão Cardoso, achemine onze captifs indiens de l’arrière-pays à Belém. Trois ans plus tard, le « cafuso » Pedro de Sousa transporte quatre « pièces », c’est-à-dire des captifs indigènes, de la vallée du Rio Negro jusqu’à la même ville. Vers 1745, le « Noir » Manoel Bernardes rapporte quatre « pièces », originaires du Rio Negro, à Antônio Ferreira de Melo, probablement son maître9.

  • 10 Cette affirmation se trouve dans un arrêt inclus dans la « Pétition de Sebastião de Lucena de Azeve (...)
  • 11 L’avis du procureur se trouve dans : Consultation du Conseil d’Outre-mer, Arquivo Histórico Ultra (...)
  • 12 Antunes Tomas, D., “ ‘Sobre o Maranhão e Pará’ ”, Lisboa, 3 outoubro 1679, Biblioteca da Ajuda, cod (...)

9Pendant la période coloniale, il ne fait aucun doute que la principale main d’œuvre à partir de laquelle s’édifie l’Amazonie portugaise est constituée par les Indiens, libres ou esclaves. Dès le début de la conquête de la région, les autorités et la Cour comptent beaucoup sur les natifs pour asseoir la domination lusitaine. Ainsi, le gouverneur Francisco Coelho de Carvalho pouvait-il écrire en 1647 que « de la conservation des Indiens dépend la défense de cet État [du Maranhão] »10. Cette même idée est réitérée tout au long de la période coloniale dans plusieurs correspondances des agents de la couronne et des colons portugais du Maranhão. João Cabral de Barros, procureur du Trésor royal et ancien juge au Maranhão, déclarait en 1670 que c’est « sur le bon traitement des Indiens que repose la conservation et le développement » du Maranhão, tant ils y jouent un rôle important11. Quant au père Domingos Antunes Tomás, vicaire général de l’État du Maranhão, il expliquait à la Cour qu’« il est impossible pour les colons de vivre et de peupler ces terres sans les Indiens »12.

  • 13 Lettre du conseil municipal de Belém au roi”, Belém, 19 julho 1704, Arquivo Histórico Ultramarino, (...)

10Cependant, contrairement à l’explication fournie par une bonne partie de l’historiographie, l’importance centrale des Indiens ne signifiait pas que les Africains étaient absents. En effet, l’esclavage africain existe de manière permanente et systématique en Amazonie pendant toute la période coloniale. Même s’il est vrai qu’au xviie siècle et une partie du suivant le nombre d’Africains débarqués à São Luís du Maranhão et à Belém du Pará fut toujours modeste en regard de Bahia, Pernambouc ou Rio de Janeiro, la conviction selon laquelle il convenait de posséder des esclaves était largement partagée. Les échevins de la ville de Belém ne déclaraient-ils pas ouvertement au roi que « dans ce pays, il est impossible de produire le nécessaire pour subvenir aux besoins sans Indiens ou Noirs, libres ou esclaves »13.

  • 14 Da Costa e Sousa, S., “Sobre o Maranhaõ e Parà e dezordé dos ministros, e officiais, q. là hà”, Lis (...)
  • 15 De Moura, J., Parecer sobre se augmentar o Estado do Maranham fazendo-se assento para negros de Ca (...)
  • 16 Lettre du gouverneur Antônio de Albuquerque Coelho de Carvalho”, Belém, 12 julho 1692, Arquivo His (...)

11Le capitaine Simão da Costa e Sousa abondait dans ce sens en affirmant que sans esclaves noirs il était impossible « d’occuper convenablement ces terres »14. João de Moura défendait une opinion semblable : la richesse de l’État du Maranhão, disait-il, se révèle finalement inutile car les colons manquent d’esclaves pour cultiver leurs terres. C’est pourquoi il proposait la concession d’un contrat pour importer des captifs du Cap-Vert15. Quelques années plus tard, en 1692, le gouverneur Antônio de Albuquerque Coelho de Carvalho suggérait à son tour à la Couronne d’envoyer d’urgence des esclaves africains, car ils étaient la « solution pour le développement » du Maranhão et du Pará16.

  • 17 Lettre au conseil municipal de Belém, Pará, 12 fev. 1660, in: Vieira António, SJ, Cartas, Lisboa, (...)

12L’expérience coloniale de l’esclavage des Africains, notamment celle du Brésil sucrier, servait alors de référence aux colons de la région amazonienne, même si, bien évidemment, ils possédaient infiniment moins d’esclaves. En 1660, le célèbre jésuite Antonio Vieira soulignait auprès des édiles de la ville de Belém que, malgré le nombre élevé d’Indiens réduits en esclavage par les Portugais, beaucoup mouraient. Dès lors, comme ailleurs dans la colonie, l’unique remède consistait à « recourir aux esclaves d’Angola »17.

  • 18  Bettendorff João Felipe, SJ, Crônica dos Padres da Companhia de Jesus no Estado do Maranhão, Belém (...)

13En 1673, le père luxembourgeois João Felipe Bettendorff qui lui avait succédé comme Supérieur de la mission en Amazonie mentionnait l’arrivée d’un navire négrier hollandais à São Luís, chargé de « neuf cents Noirs d’Angola, tous en bonne santé et vigoureux », dont les colons, selon lui, avaient besoin. Le jésuite regrettait que, par suite de la réticence du gouverneur – car le commerce avec les Hollandais était interdit –, les colons dussent renoncer à les acheter18.

  • 19 Antunes Tomás, D., Sobre o Maranhaõ e Parà e cativeiro dos Indios e forma de os haver cõ augmento (...)
  • 20 Antunes Tomas, D., “ ‘Sobre o Maranhão e Pará’ ”, Lisboa, 3 oct. 1679, Biblioteca da Ajuda, codex 5 (...)
  • 21 Galvão, B., “Sobre o mesmo [Maranhão et Pará], Lisboa, 24 oct. 1679, Biblioteca da Ajuda, codex 50 (...)

14Peu après, en 1679, le vicaire général du Maranhão, Domingos Antunes Tomás, plaidait ouvertement pour l’acheminement d’esclaves africains en Amazonie au motif que « le Brésil ne s’est développé qu’à partir du moment où il a reçu des Noirs d’Angola et de Guinée »19. Dans un autre rapport, l’opinion du père Tomás était encore plus tranchée : « L’État du Brésil ne s’est jamais développé tant qu’on n’y a utilisé que des esclaves indiens ; c’est la raison pour laquelle les colons sont allés chercher des esclaves d’Angola et de Guinée, grâce auxquels toutes ces capitaineries [du Brésil] sont devenues riches et prospères20. » Un autre vicaire du Maranhão, le père Bartolomeu Galvão da Rocha, attirait l’attention du prince régent sur la nécessité de faire venir des Africains « d’Angola ou de la côte de Mina » au Maranhão, car ils seraient plus aptes au travail. Le père Galvão soulignait que « c’est ainsi qu’avait procédé l’État du Brésil où, tant qu’on n’utilisa que les natifs, rien ne se développa »21.

  • 22 Melo Sampaio, P., Espelhos partidos: etnia, legislação e desigualdade na colônia, Manaus, EdUA, 201 (...)
  • 23 Provisão sobre a repartição dos Indios no Maranhão e se encarregar a conversão d’aquella gentilida (...)
  • 24 Lettre du gouverneur Gomes Freire de Andrade”, São Luís, 15 oct. 1685, Arquivo Histórico Ultramari (...)

15Selon Patrícia Sampaio, la place des Africains en Amazonie doit être pensée moins à partir des chiffres et davantage à partir de l’idée très prégnante « de la construction et de la réaffirmation d’une société esclavagiste »22. En effet, à plusieurs reprises, la question du règlement du travail indigène – qu’il fût libre ou servile – ne manquait de se référer à l’expérience esclavagiste en Afrique. En 1685, par exemple, le roi recevait un courrier de Gomes Freire de Andrade, le gouverneur du Maranhão (1685-1687). Au souverain qui avait sollicité son avis sur la loi de 1680 abolissant l’esclavage des Indiens23, le conseiller répondait en ces termes : pour satisfaire les importants besoins en main-d’œuvre, il est impératif que les colons « aient des esclaves et que ceux-ci soient des Indiens » ; et d’ajouter : pourquoi ne pourrait-on, « ici », réduire en esclavage de la même façon qu’on le faisait « sur la côte de Guinée et d’Angola »24?

  • 25 Concernant la complémentarité et l’interaction entre Indiens et Noirs en Amérique portugaise, cf. S (...)

16Bien que l’opinion de Freire de Andrade fût contraire à celle d’une bonne partie de la pensée éclairée de l’époque sur l’avenir de l’Amazonie, il restait très influent à la Cour. À tel point qu’il fut un des inspirateurs du rétablissement de l’esclavage indien par la Couronne, en 1688, aboli seulement en 1755. En outre, à plusieurs reprises, le travail des Indiens – libres ou esclaves – et celui des Africains étaient pensés comme des réalités complémentaires25, comme l’avait d’ailleurs envisagé la législation de 1680.

  • 26 Tapanhunos désignait les Africains, qui étaient clairement distingués du reste des esclaves, Indien (...)
  • 27Doação q. fez Bernardo Pra Serraõ a este Collo da fazda de Jagararí. Autto de posse, Arquivo Naci (...)

17Bien que les Africains n’aient pas été très nombreux dans la région pendant le xviie siècle et la première partie du siècle suivant, les sources indiquent néanmoins l’existence d’un monde du travail très diversifié. Un exemple de cette diversité nous est fourni dans les années 1660 par le testament du capitaine Bernardo Ribeiro Serrão et de sa femme Isabel da Costa qui firent don de tous leurs biens au collège jésuite de Saint Alexandre, à Belém. Y compris de « quatorze esclaves hommes, de douze esclaves femmes, de cinq tapahunos26 et de la mulâtresse Dorotéia avec deux enfants de deux ans ». Conformément à la volonté des donateurs, trois personnes devaient être affranchies : une femme dénommée Ana, son fils Diogo et la mulâtresse Dorotéia27.

  • 28 Lettre du Père Jean-Philippe Bettendorff au Supérieur général Gianpaolo Oliva”, São Luís, 11 août (...)

18En 1665, le père Bettendorff mentionnait la présence d’un « Juruboca ou cafuso, né d’un Éthiopien [Africain] et d’une Indienne » qui administrait la ferme jésuite d’Anindiba au Maranhão où il y avait « plus de soixante esclaves [indigènes] ». Dans la même missive, il signale un autre « Éthiopien vivant avec sa femme éthiopienne, sa fille et ses petits-enfants et trois autres esclaves » sur une petite île, propriété de l’établissement des jésuites à São Luís, où il prenait soin du bétail28.

  • 29  Thomas Bequimaõ, Arquivo Nacional da Torre do Tombo, Inquisição de Lisboa, Cadernos do Promotor, (...)

19La plantation sucrière des frères Manuel et Tomás Beckman, aux bords du fleuve Mearim, au Maranhão, possédait elle aussi des esclaves indiens et africains. D’après Graça, une esclave noire qui, dans les années 1670, avait dénoncé les deux frères pour judaïsme, Tomás Beckman aurait fait célébrer sur ses terres une « fausse messe » avec une procession pendant laquelle des « Indiens et Tapanhunos » portèrent le baldaquin. À l’occasion de la Semaine sainte, Tomás Beckman aurait procédé au lavement des pieds de quatre Indiens vêtus comme des anges tandis que les autres « Indiens et Tapanhunos se flagellaient, les yeux bandés ». Interrogée une deuxième fois, Graça expliquait que, hormis l’épouse et le beau-frère de l’accusé, aucun Blanc n’était présent et elle citait comme témoins des faits « la Noire Maria, la Noire Agostinha, et la Noire Felipa, les seules dont elle donne le nom, car elles sont vivantes, et comme noires [pretas] plus dignes de foi que les Indiens »29.

  • 30  Traslado do testamento do defunto Antonio Pereira de Lemos, São Luís, 21 agosto 1679, in: Silva (...)
  • 31 Traslado do testamento da defunta Catherina de Souza Mascarenhas, 11 julho 1705, in: Silva Mota, (...)

20Dans son testament de 1679, Antônio Pereira de Lemos déclarait posséder comme « esclaves tant des Noirs que des Indiens »30. Catarina de Sousa de Mascarenhas possédait « une cafusa appelée Romana, une Indienne appelée Silvana, avec sa fille, un garçon dénommé João […] et un Indien appelé Paulo » ; en outre, elle avait hérité de son fils, le prêtre Francisco da Costa Goulart, de cinq esclaves : « Marcos, cafuso ; Francisco, cafuso ; Francisco Braga ; Ventura, noir ; Inácio Mirim, Indien tapuia »31.

  • 32  Registre de rachats d’esclaves indiens, São Luís, 9 julho 1689, Arquivo Público do Estado do Mar (...)
  • 33 Tresllado do termo de Contrato q. se fez âserqua da venda dos pretos de Guineê feita aos Sres de e (...)
  • 34  Lettre du gouverneur Cristóvão da Costa Freire à Antônio de Freitas Branco, Belém, 1er julho 170 (...)

21À la fin du xviie siècle, le maître d’une plantation sucrière de la vallée du fleuve Mearim, Diogo Fróis de Brito, acheta six esclaves à São Luís, des Indiens venus de l’intérieur du Pará, pour « faire du sucre »32 et, quatre ans après, neuf esclaves africains fraîchement débarqués au port de São Luís33. En 1707, le gouverneur Cristóvão da Costa Freire relatait à un autre haut fonctionnaire, Antônio de Freitas Branco, qu’« il n’y a pas grand-chose à vous rapporter sur ce pays sinon que tout y est tranquille sans autres nouvelles que celles des Indiens, des Noirs et des mamelouks »34.

22En 1680, comme précédemment indiqué, l’esclavage des Indiens avait été interdit en Amazonie à la suite d’un ample débat auquel participèrent à Lisbonne des représentants de la société coloniale. Par la suite, la Couronne formula un projet complexe d’administration relatif au travail libre des indigènes. En même temps, elle établit un plan de fourniture d’esclaves africains, au moyen d’une compagnie de commerce spécifique. Pour la Couronne, le travail africain et indien apparaissait bien comme complémentaire et nullement opposé.

  • 35 Provisão sobre a repartição dos Indios do Maranhão e se encarregar a conversão d’aquella gentilida (...)
  • 36 Contracto do Maranhaõ q. arrematou os contratadores Manoel Pretto Valdez / Pedralves / Anto da Gam (...)

23En effet, d’après les dispositions de 1680, les Indiens – dorénavant administrés par les jésuites dans des villages de catéchèse – seraient distribués, au moins partiellement, parmi les colons conformément au système de la « répartition ». Cette mesure ne fit qu’attiser les conflits entre prêtres et colons35. Deux ans après, la Couronne chargea la nouvelle compagnie de commerce d’importer dix mille esclaves, au rythme de cinq cents par an, dans l’État du Maranhão et du Grão-Pará36. Tant l’application de la loi de 1680 que le fonctionnement de la compagnie aboutirent à un retentissant échec en raison d’une révolte des colons de la ville de São Luís.

  • 37 Vieira Antonio, SJ, Resposta a uma consulta. Parecer ao príncipe regente sobre o aumento do Estado (...)
  • 38 Papel q. se deu a Rainha D. Luiza sobre varias utilides do Maranhaõ, 1650-1660, Arquivo Nacional (...)

24Dans ce contexte, il convient d’évoquer l’influence du père Antônio Vieira qui, dans ses écrits, avait explicitement pris parti, quelques années auparavant, pour le recours simultané à la main-d’œuvre des esclaves africains et à celle des Indiens libres de l’arrière-pays, « en utilisant les uns et les autres pour le travail pour lequel ils sont le plus aptes, selon leur nature »37. Le colon João de Ornelas da Câmara défendait une position assez proche : pour lui, l’introduction des Africains permettrait d’éviter la servitude illicite des indigènes à laquelle les colons portugais recouraient par « nécessité ». Autre avantage, selon lui : de cette manière, les Indiens cesseraient de fuir les Blancs et se prêteraient plus facilement au travail d’évangélisation38.

  • 39 Lettre du conseil municipal de São Luís”, São Luís, 12 junho 1693, in: “Consultation du Conseil d’ (...)

25En 1693, les édiles de la ville de São Luís écrivaient au roi pour le remercier de l’arrivée d’un navire de 140 esclaves « Noirs de Guinée ». Ils expliquaient que seul le recours aux esclaves africains et aux Indiens de l’intérieur était à même de permettre le développement de l’activité sucrière39.

26La relation entre travail indien et travail africain est évidente au cours du xviie et au début du xviiie siècle, notamment à la suite des épidémies. Dans les années 1660, 1690, 1720 et 1740, le déclenchement de la variole décima la population de l’Amazonie. Les mesures envisagées pour faire face à la mortalité élevée des esclaves et des travailleurs libres consistaient à organiser des razzias pour obtenir des captifs indiens loin à l’intérieur des terres et à faire pression auprès des autorités afin qu’elles facilitent l’arrivée des navires négriers.

  • 40 La pétition du procureur se trouve dans : “Consultation du Conseil d’Outre-mer”, Lisboa, 21 agosto (...)

27Les épidémies des années 1690 et 1720 s’accompagnèrent de nombreuses pétitions de la part des colons afin d’obtenir l’autorisation royale de pénétrer loin à l’intérieur des terres pour y « faire des esclaves » et « convaincre » les Indiens libres de travailler pour eux ; en même temps, en 1690, la Couronne réussit à établir une première route maritime entre la Guinée et l’Amazonie. À la fin du xviie siècle, le procureur de l’État du Maranhão, à Lisbonne, priait instamment la Cour de maintenir l’envoi des Africains mais aussi de maintenir l’autorisation de rachat d’esclaves indiens dans l’arrière-pays à cause de la « ruine de l’État », par suite de la contagion de la variole qui ôta la vie à plus de « cinq mille » esclaves et Indiens libres40.

  • 41 Demande de Jerônimo Vaz Vieira, Maranhão, c. 1725-1726, Arquivo Histórico Ultramarino, Pará (Avul (...)
  • 42 Demande de Jerônimo Vaz Vieira, Maranhão, c. 1726, Arquivo Histórico Ultramarino, Pará (Avulsos), (...)
  • 43 Demande du conseil municipal de Belém”, Belém, 30 mai 1749, Arquivo Histórico Ultramarino, Pará (A (...)
  • 44 Demande du père Caetano Eleutério de Bastos”, Belém, 1755, Arquivo Histórico Ultramarino, Pará (Av (...)

28Le cas de Jerônimo Vaz Vieira est de ce point de vue exemplaire. Propriétaire d’une plantation sucrière et d’une distillerie d’eau-de-vie, il sollicitait des autorisations pour obtenir 150 couples d’Indiens libres41 mais, aussi, 22 Africains en provenance « de la côte de Guinée »42. En 1749, après les graves épidémies de variole et de rougeole, les autorités de la ville de Belém demandaient l’autorisation d’organiser le rachat d’esclaves indiens. Comme le remède n’était pas jugé suffisant, ils priaient le roi « qu’il daigne envoyer quelques navires de nègres esclaves »43. Quelques années plus tard, le prêtre Caetano Eleutério de Bastos, propriétaire de plantations de cacao et de café, déclarait avoir acheté des « Indiens de Guinée, des Indiens de la terre, des mulâtres, des cafusos et des mamelucos »44.

29Ainsi, pas plus pour les colons que pour les autorités régionales ou la Couronne, les Indiens et les Africains n’étaient nullement perçus comme des contingents de travailleurs s’excluant mutuellement. Bien plus, ils étaient complémentaires tout en étant liés à des dynamiques et à des espaces économiques différents.

  • 45 Cf. Catalogo nominal dos posseiros de sesmarias, Annaes da Bibliotheca e Archivo Publico do Pará, (...)

30En analysant le développement de la société et de l’économie amazoniennes à partir de la seconde moitié du xviie siècle, quand la domination portugaise se consolide, on se trouve en présence d’une colonie en expansion vers les immensités intérieures et les frontières occidentales. Dès la fin du xviie siècle, les vallées proches de la ville de Belém connaissent un réel essor grâce aux nombreuses concessions de terres. L’activité agricole qui touche aussi l’intérieur lointain dépend étroitement de la demande de l’outre-mer. Dans les environs de Belém, on cultive certains produits « traditionnels », comme la canne à sucre, mais aussi le cacao et le café destinés à l’exportation45.

31On y pratique aussi une agriculture de subsistance basée sur le manioc. Sa farine ainsi que l’eau-de-vie produites localement, constituent même la base alimentaire des expéditions vers un arrière-pays sans cesse plus distant.

  • 46 Cf. par exemple : Arquivo Nacional da Torre do Tombo, Alfândega de Lisboa/Casa da Índia, Cobrança d (...)

32Ces expéditions en quête d’esclaves indiens et de produits forestiers sont parvenues à déplacer vers l’ouest les frontières de la domination portugaise en direction des terres de l’empire espagnol. Les Indiens, esclaves ou libres, « descendus » de l’arrière-pays, furent destinés au travail sur les propriétés des colons ou des missionnaires, à côté des esclaves africains, également utilisés dans les expéditions vers l’intérieur. Les produits forestiers, comme le cacao « sauvage » – distinct du cacao de culture – le clou de girofle amazonien, la copaïba (une huile végétale), la salsepareille, furent exportés vers Lisbonne et, de là, réexportés vers Hambourg, Bayonne, Livourne, Londres et d’autres ports européens46.

33Loin d’être un isolat, l’Amazonie coloniale était intégrée dans un véritable circuit. Certes, il était moins dynamique que celui de l’Atlantique Sud mais il reliait Lisbonne, sur l’autre rive de l’océan, aux frontières amazoniennes en amont du grand fleuve. L’économie locale associait l’exploitation des produits forestiers, l’agriculture et l’élevage du bétail. Elle intégrait le sertão et l’outre-mer, Indiens et Africains. Quand le marquis de Pombal institua la deuxième compagnie de commerce, en 1755, des milliers d’esclaves venus d’Afrique en Amazonie furent employés dans cette économie agraire, résultat de l’expansion interne depuis la fin du xviie siècle. Le plus souvent, ils y côtoyèrent les Indiens qui continuaient à former le gros de la main-d’œuvre de la colonie.

  • 47 Guedes Aranha, M., Papel político sobre o Estado do Maranhão, Revista do Instituto Histórico e Ge (...)
  • 48 De Sousa Ferreira, J., America abreviada. Suas noticias e de seus naturaes, e em particular do Mar (...)

34En dépit de la demande d’une main-d’œuvre d’origine africaine, un certain nombre de réserves à son endroit s’expriment dans les sources. Ainsi, dans les années 1680, le capitaine Manuel Guedes Aranha pouvait-il affirmer que les Africains étaient incapables d’exécuter tous les travaux, car, selon lui, ils ne savaient pas nager et ne connaissaient pas la forêt. Toutefois, il voulait bien convenir que « quelques Noirs étaient toujours très utiles parmi les Indiens »47. Quelques années plus tard, João de Sousa Ferreira considérait au contraire que la présence d’Indiens parmi les Noirs était toujours de grande « utilité », car ils avaient une profonde connaissance de la forêt et des fleuves48.

  • 49 Le gouverneur Francisco Pedro de Mendonça Gurjão expliquait la différence de dénomination en Amazon (...)
  • 50  Sobre a representação dos officiais da Camera do Parâ ser convene pa se apanharem os Indios e esc (...)

35Ensemble, Indiens et Africains travaillèrent sur les terres des Portugais, participèrent aux expéditions à l’intérieur des terres et s’établirent le long des berges des fleuves. Un certain nombre prit la fuite pour former, loin des villes, des communautés de marrons : les mocambos49. En 1748, par exemple, le Conseil d’Outre-mer disait sa préoccupation à propos de la multiplication des mocambos tels que les décrivait la correspondance en provenance du gouverneur et du Conseil municipal du Pará. Le Conseil suggérait au roi d’appliquer différentes punitions « aux Noirs et Indiens esclaves capturés et arrêtés dans des mocambos »50.

  • 51  Arquivo Nacional da Torre do Tombo, Inquisição de Lisboa, Cadernos do Promotor, livro 263, fo 277.

36L’intensité des interactions entre Indiens, Noirs et métis ne se borne pas au seul monde du travail. Elle se manifeste aussi au niveau des pratiques religieuses. Les documents de l’Inquisition de Lisbonne nous en fournissent maints exemples. Ainsi, malgré toute la prudence que l’on doit adopter à l’égard de ce type de source, ce qui semble s’être passé au Maranhão, sur les terres sucrières de João de Sousa Soleima, paraît emblématique. Selon la source, un esclave mulâtre appelé Domingos dénonça un Noir libre, Pantaleão da Veiga, qui lui avait offert « quelques herbes » pour que son seigneur « l’aime bien ». Mais le même Domingos dénonça aussi Damião, « Noir indien de la terre », également esclave, qui faisait des sortilèges pour « amadouer les Blancs afin qu’ils soient moins sévères avec les nègres »51.

37En fait, bien plus que l’historiographie ne le suggère, la vie quotidienne dans la colonie amazonienne était marquée par d’intenses et complexes relations interethniques. Le métissage en était un aspect central comme en témoigne l’omniprésence des métis aux phénotypes les plus divers, dès les premières décennies de la colonisation lusitaine. Les documents de l’époque mettent surtout en exergue les dénominations de « mamelouks », descendants d’un père blanc et d’une mère indienne, et de « cafusos », en général, fils d’un Noir et d’une indigène.

  • 52  Regimento das Missoens do Estado do Maranham, & Pará [1686], in: Leite Serafim, SJ, História da (...)
  • 53  Vieira, A., “Sermão da Epifania [1662]”, in: Sermões escolhidos: texto integral, São Paulo, Martin (...)
  • 54 Leite Serafim, SJ, História da Companhia de Jesus no Brasil, Lisboa/Rio de Janeiro, Portugália/INL, (...)
  • 55 Vieira, A., Resposta aos capítulos que deu contra os religiosos da Companhia de Jesus, em 1662, o (...)
  • 56 Petição do Pe Pedro de Pedrosa á Junta da repartição dos Índios, em nome dos Missionarios, e dos m (...)

38S’il est vrai que les missionnaires, jésuites au premier chef, insistèrent sur une certaine ségrégation entre Blancs et métis, d’un côté, et les Indiens des missions, de l’autre52, ils ne prônaient cependant pas l’interdiction du métissage et pas davantage celle de l’esclavage53. Soucieux de la catéchèse des Indiens et de la mise en place de conditions favorables à la formation de familles indigènes chrétiennes, les religieux supervisaient de près la répartition des travailleurs. Ils veillaient à ce que les Indiens puissent cultiver leur propre champ et qu’ils passent suffisamment de temps avec leurs proches. Dans ce contexte, les femmes, en principe exclues des répartitions, étaient une des grandes préoccupations des religieux, car elles étaient couramment réquisitionnées par les colons comme nourrices ou comme auxiliaires pour la production de la farine de manioc54. Elles étaient souvent victimes de harcèlement sexuel de la part des Blancs, comme le révèle une plainte du père Vieira qui le conduit à justifier le mariage précoce des jeunes Indiennes afin d’éviter leur exploitation libidineuse55. Tout indique que les abus perpétrés sur les femmes et les filles indiennes constituaient, dans le contexte des débats autour des modes de répartition annuelle, une source de tension constante entre jésuites et colons56.

  • 57 Bettendorff João Felipe, SJ, Crônica dos Padres da Companhia de Jesus no Estado do Maranhão, Belém, (...)
  • 58 Sommer, B., Colony of the Sertão: Amazonian Expeditions and the Indian Slave Trade, The Americas, (...)

39Néanmoins, il n’était pas rare que, pour des raisons stratégiques, les missionnaires eux-mêmes promeuvent des unions matrimoniales entre Blancs et Indiennes. Ainsi, le père Bettendorff proposa-t-il à la « princesse » des Tapajós, qu’il désignait comme Cunhã Moaçara, c’est-à-dire « femme noble », un mariage avec un jeune soldat portugais. Il tentait ainsi un rapprochement entre le détachement lusitain cantonné à l’embouchure du Tapajós et les Indiens homonymes cantonnés dans la mission située au pied du fortin57.Comme l’a souligné Barbara Sommer, tous les groupes de la société coloniale, bien au-delà des missionnaires, participèrent à la traite des Indiens. Pour ce faire, ils s’appuyèrent sur la législation, organisèrent des expéditions, des trocs mais aussi des mariages interethniques58.

  • 59 Lettre du Père Johannes Joseph Breuer à sa mère”, Ibiapaba, 9 décembre 1747, in: Stöcklein, J. (ed (...)
  • 60 Directório que se deve observar nas povoaçõns dos Indios do Pará, e Maranhão [3 mai 1757], Lisbon (...)
  • 61 Alvará Régio, de 4 de abril de 1755, in: De Varnhagen, Fr. A., História Geral do Brazil, Rio de J (...)

40La définition changeante ou imprécise de certaines désignations pour les différents phénotypes, aux xviie et xviiie siècles, révèle combien l’« univers » de métissage était flou. Ainsi, l’apparition et l’usage du terme « caboclo », dans la première moitié du xviiie siècle, montre combien le monde indigène avait été bouleversé, surtout en ce qui concerne sa configuration ethnique et ses catégories symboliques, par les multiples interférences de la part des colonisateurs. Dans une lettre de 1747, le père jésuite Johannes Joseph Breuer désigna les habitants de la mission d’Ibiapaba comme « des caboclos ou tabajaras », en contraste avec « les Tapuias », c’est-à-dire les Indiens tenus pour des barbares. Par conséquent, la qualification de « caboclo » indiquait une intégration supposée de l’Indien à la société coloniale, en tant que chrétien et travailleur59. Par contre, une loi de 1755, qui précéda l’instauration officielle de la politique de métissage sous le Marquis de Pombal par le Code des Indiens de 175760 interprète le mot « caboclo » comme une dénomination discriminatoire à l’égard « des métis, fils d’une mère indienne et d’un père portugais »61. Ces deux variantes signalent qu’il n’existait pas encore, à l’époque, une définition claire du terme.

  • 62 À propos des métissages et des interactions entre Indiens, Africains e métis dans la région des fro (...)

41Quoi qu’il en soit, les désignations « Indien », « Noir », « Éthiopien », « mameluco », « cafuso », « tapuia », « caboclo » ou « mulâtre », même imprécises dans les sources, fournissent la preuve de ce qu’indigènes, Noirs et métis étaient inextricablement liés les uns aux autres pendant toute l’époque coloniale62. Pourtant, dans l’historiographie, prédomine encore la tendance à analyser les mondes du travail indien et africain – avec « leurs » métis respectifs – de manière séparée. Or, en Amazonie coloniale, ces deux groupes ne peuvent être dissociés. En effet, l’idée d’une substitution ou d’une transition entre travail indien et travail africain ne permet pas de démontrer combien Indien et Africains se côtoyaient et se « mêlaient » au cours de la période coloniale et même au-delà. Au lieu de se préoccuper exclusivement du nombre d’Africains arrivés en Amazonie, il est plus judicieux de s’intéresser à l’importance et à la signification des multiples interactions entre Indiens et Noirs dans le processus de construction de la société régionale.

42Le flou des définitions ethniques en Amazonie coloniale s’explique par l’importance du statut social et de la « qualité » morale – libre et baptisé d’un côté, esclave ou « barbare » de l’autre – qui, à cette époque, constituaient les principes de base pour l’insertion sociale des individus. La classification méticuleuse, conformément à des critères phénotypiques pseudo-scientifiques, sera l’œuvre du siècle suivant : avec, au premier chef, les ouvrages de l’écrivain amazonien José Veríssimo.

Haut de page

Notes

1 Buarque de Holanda, S., Raízes do Brasil, Rio de Janeiro, Livraria José Olympio Editora, 1936; Freyre, G., Casa grande e senzala, Rio de janeiro, Livraria José Olympio editora, 1933; Ribeiro, D., O povo brasileiro: a formação e o sentido do Brasil, São Paulo, Companhia das Letras, 1995.

2 Veríssimo, J., “As populações indigenas e mestiças da Amazonia: sua linguagem, suas crenças e seus costumes”, Revista do Instituto Histórico e Geográfico, t. L/1, 1887, p. 295-390.

3 Nina Rodrigues, R., As raças humanas e a responsabilidade penal no Brasil, Rio de Janeiro, Editora Guanabara Waissman Koogan, 1894.

4 Pour une réflexion récente sur ce sujet, cf. França Paiva, E., Dar nome ao novo: uma história lexical da Ibero-América entre os séculos xvi e xviii (as dinâmicas de mestiçagens e o mundo do trabalho), Belo Horizonte, Autêntica, 2015.

5 En Amazonie, au xviie siècle, negro, c’est-à-dire « Noir », désignait tantôt un Indien tantôt un Noir, tandis que preto (« Nègre ») dénommait exclusivement un Africain. Ici, on traduit « preto » comme Noir.

6 Da o Pe Fr. Po do Spirito Sto, religiozo franciscano”, Arquivo Nacional da Torre do Tombo, Inquisição de Lisboa, Correspondência, livro 922, f os 779-786.

7 Baptêmes de l’Église de Saint-François Xavier, Biblioteca Nacional de Portugal, Colecção Pombalina, nº 4, f os 28 v, 36, 39 v, 41.

8 Rol dos cazamentos feytos nesta Igreja de São Francisco Xavier, Biblioteca Nacional de Portugal, Colecção Pombalina, nº 4, f os 9 v et 21.

9 Cf. Meira, M. (ed.), O livro das canoas: documentos para a história indígena da Amazônia, São Paulo, NHII/USP/Fapesp, 1994, p. 52 et 142-143.

10 Cette affirmation se trouve dans un arrêt inclus dans la « Pétition de Sebastião de Lucena de Azevedo », c. 1650, Arquivo Histórico Ultramarino, Pará (Avulsos), caixa 1, doc. 67.

11 L’avis du procureur se trouve dans : Consultation du Conseil d’Outre-mer, Arquivo Histórico Ultramarino, Maranhão (Avulsos), Lisboa, 30 maio 1670, caixa 5, doc. 547.

12 Antunes Tomas, D., “ ‘Sobre o Maranhão e Pará’ ”, Lisboa, 3 outoubro 1679, Biblioteca da Ajuda, codex 50-V-37, f° 387.

13 Lettre du conseil municipal de Belém au roi”, Belém, 19 julho 1704, Arquivo Histórico Ultramarino, Pará (Avulsos), caixa 5, doc. 401.

14 Da Costa e Sousa, S., “Sobre o Maranhaõ e Parà e dezordé dos ministros, e officiais, q. là hà”, Lisboa, 21 outoubro 1679, Biblioteca da Ajuda, codex 50-V-37, f° 401.

15 De Moura, J., Parecer sobre se augmentar o Estado do Maranham fazendo-se assento para negros de Cabo Verde. Feyto por Joam de Moura, c. 1680, Biblioteca Nacional de Portugal, Reservados, codex 1570.

16 Lettre du gouverneur Antônio de Albuquerque Coelho de Carvalho”, Belém, 12 julho 1692, Arquivo Histórico Ultramarino, Pará (Avulsos), caixa 3, doc. 306.

17 Lettre au conseil municipal de Belém, Pará, 12 fev. 1660, in: Vieira António, SJ, Cartas, Lisboa, Imprensa Nacional/Casa da Moeda, 1997, vol. I, p. 558.

18  Bettendorff João Felipe, SJ, Crônica dos Padres da Companhia de Jesus no Estado do Maranhão, Belém, SECULT, 1990, p. 292.

19 Antunes Tomás, D., Sobre o Maranhaõ e Parà e cativeiro dos Indios e forma de os haver cõ augmento do Estado, Lisboa, 3 nov. 1679, Biblioteca da Ajuda, codex 50-V-37, f° 397.

20 Antunes Tomas, D., “ ‘Sobre o Maranhão e Pará’ ”, Lisboa, 3 oct. 1679, Biblioteca da Ajuda, codex 50-V-37, f° 387 v.

21 Galvão, B., “Sobre o mesmo [Maranhão et Pará], Lisboa, 24 oct. 1679, Biblioteca da Ajuda, codex 50-V-37, f° 388 v.

22 Melo Sampaio, P., Espelhos partidos: etnia, legislação e desigualdade na colônia, Manaus, EdUA, 2012, p. 82.

23 Provisão sobre a repartição dos Indios no Maranhão e se encarregar a conversão d’aquella gentilidade aos Religiosos da Companhia de Jesus”et “Ley sobre a liberdade do gentio do Maranhão”, Lisboa, 1er abril 1680, Anais da Biblioteca Nacional, vol. 66 (1948), p. 51-56 et 57-59, respectivement.

24 Lettre du gouverneur Gomes Freire de Andrade”, São Luís, 15 oct. 1685, Arquivo Histórico Ultramarino, Maranhão (Avulsos), caixa 6, doc. 726.

25 Concernant la complémentarité et l’interaction entre Indiens et Noirs en Amérique portugaise, cf. Schwartz, St., Tapanhuns, negros da terra e curibocas: causas comuns e confrontes entre negros e indígenas, Afro-Ásia, t. 29-30, 2003, p. 29-40.

26 Tapanhunos désignait les Africains, qui étaient clairement distingués du reste des esclaves, Indiens ou métis.

27Doação q. fez Bernardo Pra Serraõ a este Collo da fazda de Jagararí. Autto de posse, Arquivo Nacional da Torre do Tombo, Cartório Jesuítico, maço 82, nº 9.

28 Lettre du Père Jean-Philippe Bettendorff au Supérieur général Gianpaolo Oliva”, São Luís, 11 août 1665, Archivum Romanum Societatis Iesu, codex Bras 26, f° 12 v.

29  Thomas Bequimaõ, Arquivo Nacional da Torre do Tombo, Inquisição de Lisboa, Cadernos do Promotor, 1675, livro 255, fos 38-38 v, 48.

30  Traslado do testamento do defunto Antonio Pereira de Lemos, São Luís, 21 agosto 1679, in: Silva Mota, A., Rose Silva, K., Dervil Mantovani, J. (ed.), Cripto maranhenses e seu legado, São Paulo, Siciliano, 2001, p. 39-40.

31 Traslado do testamento da defunta Catherina de Souza Mascarenhas, 11 julho 1705, in: Silva Mota, A., Rose Silva, K., Dervil Mantovani, J. (ed.), Cripto maranhenses e seu legado, São Paulo, Siciliano, 2001, p. 42.

32  Registre de rachats d’esclaves indiens, São Luís, 9 julho 1689, Arquivo Público do Estado do Maranhão, Livro de Registro Geral (1689-1746), fos 3-3 v.

33 Tresllado do termo de Contrato q. se fez âserqua da venda dos pretos de Guineê feita aos Sres de engenho, e maiz lavradores”, São Luís, 25 maio 1693, in: “Consultation du Conseil d’Outre-mer”, Lisboa, 16 nov. 1693, Arquivo Histórico Ultramarino, Maranhão (Avulsos), caixa 8, doc. 869.

34  Lettre du gouverneur Cristóvão da Costa Freire à Antônio de Freitas Branco, Belém, 1er julho 1707, Biblioteca do Palácio da Ajuda, codex 49-X-32, fos 525-525 v.

35 Provisão sobre a repartição dos Indios do Maranhão e se encarregar a conversão d’aquella gentilidade aos Religiosos da Companhia de Jesus, Lisboa, 1er abril 1680, Anais da Biblioteca Nacional, vol. 66, 1948, p. 51-56. Cf. aussi : «Regimento das Missoens do Estado do Maranham, & Pará [1686]», in: Leite Serafim, SJ, História da Companhia de Jesus no Brasil, Lisboa/Rio de Janeiro, Portugália/INL, 1943, vol. IV, p. 369-375.

36 Contracto do Maranhaõ q. arrematou os contratadores Manoel Pretto Valdez / Pedralves / Anto da Gama / Pazcoal Pereira / Antonio Roiz Marques e Luiz Correa da Paz, 12 fev. 1682, Arquivo Histórico Ultramarino, codex 296, fos 42 v-44.

37 Vieira Antonio, SJ, Resposta a uma consulta. Parecer ao príncipe regente sobre o aumento do Estado do Maranhão e missões de índios [1668-69], Obras escolhidas, Lisboa, Sá da Costa, vol. 5, p. 318.

38 Papel q. se deu a Rainha D. Luiza sobre varias utilides do Maranhaõ, 1650-1660, Arquivo Nacional da Torre do Tombo, Coleção São Vicente, vol. 23, fos 236-236 v.

39 Lettre du conseil municipal de São Luís”, São Luís, 12 junho 1693, in: “Consultation du Conseil d’Outre-mer”, Lisboa, 16 nov. 1693, Arquivo Histórico Ultramarino, Maranhão (Avulsos), caixa 8, doc. 869.

40 La pétition du procureur se trouve dans : “Consultation du Conseil d’Outre-mer”, Lisboa, 21 agosto 1699, Arquivo Histórico Ultramarino, Maranhão (Avulsos), caixa 9, doc. 981.

41 Demande de Jerônimo Vaz Vieira, Maranhão, c. 1725-1726, Arquivo Histórico Ultramarino, Pará (Avulsos), caixa 8, doc. 739.

42 Demande de Jerônimo Vaz Vieira, Maranhão, c. 1726, Arquivo Histórico Ultramarino, Pará (Avulsos), caixa 9, doc. 824.

43 Demande du conseil municipal de Belém”, Belém, 30 mai 1749, Arquivo Histórico Ultramarino, Pará (Avulsos), caixa 31, doc. 2917.

44 Demande du père Caetano Eleutério de Bastos”, Belém, 1755, Arquivo Histórico Ultramarino, Pará (Avulsos), caixa 37, doc. 3485.

45 Cf. Catalogo nominal dos posseiros de sesmarias, Annaes da Bibliotheca e Archivo Publico do Pará, t. III, 1904, p. 5-149.

46 Cf. par exemple : Arquivo Nacional da Torre do Tombo, Alfândega de Lisboa/Casa da Índia, Cobrança de Direitos, Receita por saída, livro 4, 1748.

47 Guedes Aranha, M., Papel político sobre o Estado do Maranhão, Revista do Instituto Histórico e Geográfico Brasileiro, t. 46, 1ª parte, 1883, p. 21.

48 De Sousa Ferreira, J., America abreviada. Suas noticias e de seus naturaes, e em particular do Maranhão, titulos, contendas e instrucções a sua conservação e augmento mui uteis, Revista do Instituto Histórico e Geográfico Brasileiro, t. 57, 1ª parte, 1894, p. 145.

49 Le gouverneur Francisco Pedro de Mendonça Gurjão expliquait la différence de dénomination en Amazonie et dans l’État du Brésil : « Les villages que les esclaves fugitifs font dans la forêt, dans cet État [du Maranhão] s’appellent mocambos, au Brésil ils s’appellent quilombos. » Lettre de Francisco Pedro de Mendonça Gurjão, Pará, 9 março 1749, Arquivo Histórico Ultramarino, Pará (Avulsos), caixa 31, doc. 2905.

50  Sobre a representação dos officiais da Camera do Parâ ser convene pa se apanharem os Indios e escravos fugidos áqueles moradores, que se mandem escoltas de soldados aos mocambos em que se juntão, Arquivo Histórico Ultramarino, codex 209, fos 221-221 v. Cf. à ce sujet : Gomes, Fl., Migrações, populações indígenas e etno-gênese na América Portuguesa (Amazônia Colonial, s. xviii), Nuevo Mundo Mundos Nuevos, 2011. [http://nuevomundo.revues.org/60721]

51  Arquivo Nacional da Torre do Tombo, Inquisição de Lisboa, Cadernos do Promotor, livro 263, fo 277.

52  Regimento das Missoens do Estado do Maranham, & Pará [1686], in: Leite Serafim, SJ, História da Companhia de Jesus no Brasil, Lisboa/Rio de Janeiro, Portugália/INL, vol. IV, 1943, p. 370 et 374 (§ 4-5, 21).

53  Vieira, A., “Sermão da Epifania [1662]”, in: Sermões escolhidos: texto integral, São Paulo, Martin Claret, 2004, p. 175.

54 Leite Serafim, SJ, História da Companhia de Jesus no Brasil, Lisboa/Rio de Janeiro, Portugália/INL, vol. IV, 1943, p. 97-101.

55 Vieira, A., Resposta aos capítulos que deu contra os religiosos da Companhia de Jesus, em 1662, o procurador do Maranhão Jorge Sampaio, Biblioteca Pública de Évora, códex CXV/2-11, 1662, fos 208 r-208 v.

56 Petição do Pe Pedro de Pedrosa á Junta da repartição dos Índios, em nome dos Missionarios, e dos mesmos Indios, 27 dez. 1680, Biblioteca Pública de Évora, códex CXV/2-16, fos 6 v-26 Av.

57 Bettendorff João Felipe, SJ, Crônica dos Padres da Companhia de Jesus no Estado do Maranhão, Belém, SECULT, 1990, p. 172 ; “Lettre du Père Jean-Philippe Bettendorff au Supérieur Général Gianpaolo Oliva”, São Luís, 21 julho 1671, Archivum Romanum Societatis Iesu, codex Bras 9, fo 263 r.

58 Sommer, B., Colony of the Sertão: Amazonian Expeditions and the Indian Slave Trade, The Americas, vol. 61, n° 3, jan. 2005, p. 403-404.

59 Lettre du Père Johannes Joseph Breuer à sa mère”, Ibiapaba, 9 décembre 1747, in: Stöcklein, J. (ed.), Der Neue Welt-Bott, mit allerhand Nachrichten deren Missionarien Societatis Iesu, Augsburg/Graz, Verlag Philips, Martins, und Johanns Veith seel. Erben, 1761, vol. 5, nº 791, p. 30-31.

60 Directório que se deve observar nas povoaçõns dos Indios do Pará, e Maranhão [3 mai 1757], Lisbonne, Imp. de Miguel Rodrigues, 1758. Plus connu sous la dénomination Diretório dos Índios, il s’agit d’un code juridique sur le statut social des indigènes dans la société régionale.

61 Alvará Régio, de 4 de abril de 1755, in: De Varnhagen, Fr. A., História Geral do Brazil, Rio de Janeiro/Madrid, E. e H. Laemmert/Imp. J. del Rio, 1857, vol. 2, p. 243.

62 À propos des métissages et des interactions entre Indiens, Africains e métis dans la région des frontières, cf. Gomes, Fl., “Etnogénesis en las fronteras entre Brasil, Surinam y Guayana Francesa, siglos xvii-xx: más aproximaciones”, Antíteses, vol. 4, n° 8, jul./dic. 2011, p. 631-644.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Rafael Chambouleyron et Karl Heinz Arenz, « « Indiens ou Noirs, libres ou esclaves » : travail et métissage en Amazonie portugaise (xviie et xviiie siècles) », Caravelle, 107 | 2016, 15-29.

Référence électronique

Rafael Chambouleyron et Karl Heinz Arenz, « « Indiens ou Noirs, libres ou esclaves » : travail et métissage en Amazonie portugaise (xviie et xviiie siècles) », Caravelle [En ligne], 107 | 2016, mis en ligne le 31 décembre 2016, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/caravelle/2040 ; DOI : 10.4000/caravelle.2040

Haut de page

Auteurs

Rafael Chambouleyron

Universidade Federal do Pará

Karl Heinz Arenz

Universidade Federal do Pará

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Caravelle – Cahiers du monde hispanique et luso-brésilien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo IPEAT
  • OpenEdition Journals