Navigation – Plan du site
In memoriam

In memoriam. Alain Yacou (1940-2016)

Bernard Lavallé
p. 161-162

Texte intégral

1Né en Guadeloupe, Alain Yacou était venu à Bordeaux au début des années 1960 pour faire ses études supérieures d’espagnol. Il y avait connu le professeur Noël Salomon, qui fut le premier de ses maîtres, avec plus tard José Luciano Franco et Julio Le Riverend. Reparti dans son île après sa titularisation dans l’enseignement, Alain Yacou devint rapidement assistant au Centre d’Enseignement Supérieur Littéraire, qui dépendait alors de Bordeaux, avant de devenir quelques années plus tard une université de plein exercice.

2Dans le cadre de cet établissement, aussi bien en Martinique qu’en Guadeloupe, Alain Yacou a assumé durant toute sa carrière des responsabilités nombreuses et importantes : directeur d’UFR, membre des conseils d’université et de la recherche, chargé de la recherche et des relations internationales, vice-président. Il en serait sans doute devenu président s’il n’avait estimé que cette lourde tâche l’aurait éloigné, et trop longtemps, de son domaine de prédilection, la recherche, et que les exigences quotidiennes de la politique universitaire l’auraient conduit forcément à certains compromis qui ne l’enthousiasmaient guère et ne correspondaient pas à la haute idée qu’il se faisait des rôles de l’université.

3Dès la fin des années 1960, Alain Yacou avait entrepris sous la direction de Noël Salomon, une thèse, dite alors de troisième cycle, intitulée L’Émigration à Cuba des colons français de Saint-Domingue au cours de la Révolution, 1789-1815, un gros travail de près de 700 pages de texte qu’il soutint à Bordeaux en 1975. Cette thèse était au carrefour des thèmes majeurs qui ont, toute sa carrière durant, orienté les recherches d’Alain Yacou : la diaspora française dans l’aire antillaise, l’histoire de la résistance à l’esclavage, l’impact de la Révolution française dans l’aire caraïbéenne, avec du point de vue géographique et chronologique une prédilection marquée pour l’île de Cuba au tournant des xviiie et xixsiècles.

4De façon toute naturelle, il lui consacra ensuite son doctorat d’État, soutenu au début des années 1980 sous la direction du professeur Joseph Pérez qui avait pris la suite de Noël Salomon après le décès de celui-ci. Ce gros travail portait sur la question noire à Cuba de la fin du xviiie siècle au milieu du xixe. Les titres des deux gros ouvrages (486 et 608 pages) qu’il en tira par la suite indiquent bien les lignes de force et les perspectives d’analyse de son enquête appuyée sur un énorme travail dans les archives en particulier espagnoles et cubaines : La longue guerre des nègres marrons de Cuba (1796-1852) et Essor des plantations et subversion antiesclavagiste à Cuba (1791-1845) (Paris, CERC-Karthala, 2009 et 2010).

5Par la suite, la production scientifique d’Alain Yacou se poursuivit par de nombreux articles dans lesquels il reprit ou approfondit ses recherches antérieures, et des participations, tout aussi nombreuses, à des ouvrages collectifs, souvent dans le cadre des activités du centre de recherche qu’il avait créé au sein de l’université des Antilles et de la Guyane, le CERC (Centre d’Études et de Recherche Caraïbéennes) qui devint un des fleurons de la jeune université.

6Alain Yacou fut aussi un organisateur inlassable de rencontres universitaires et d’expositions (par exemple sur la découverte de la Guadeloupe et l’histoire de l’esclavage), directeur de revues (Revue du CERC dans les années 1980, Espace Caraïbe au cours de la décennie suivante), éditeur scientifique de nombreux ouvrages collectifs faisant appel à de prestigieuses signatures internationales. Pour ne citer que les plus récents : Servitude et oppression dans les Amériques, de la période coloniale à nos jours, 2000, La Caraïbe au tournant de deux siècles, 2004, De l’Ile Espagnole à la République dominicaine d’aujourd’hui, 2010.

7Un des axes majeurs de l’action et du souci d’Alain Yacou dans son université fut de la doter d’instruments de recherche collective et de centres de formation à la recherche de qualité. Celui qu’il créa pour les études concernant l’aire caraïbéenne et l’Amérique latine, le CERC, a de ce point de vue joué un rôle essentiel dans l’université des Antilles et de la Guyane. Doté de moyens, d’équipements modernes et d’une excellente bibliothèque, dans une perspective pluridisciplinaire très ouverte, il fut Equipé d’Accueil, et encadra les jeunes générations de chercheurs en contribuant à la réalisation de nombreuses thèses qui portaient en général sur les Antilles hispanophones.

8Lors de son départ à la retraite, l’université des Antilles avait rendu à ce chercheur de premier plan, à cet organisateur infatigable, à cet animateur imaginatif et efficace un hommage officiel mérité suivi par toute la communauté scientifique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bernard Lavallé, « In memoriam. Alain Yacou (1940-2016) », Caravelle, 107 | 2016, 161-162.

Référence électronique

Bernard Lavallé, « In memoriam. Alain Yacou (1940-2016) », Caravelle [En ligne], 107 | 2016, mis en ligne le 31 décembre 2016, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/caravelle/2182

Haut de page

Auteur

Bernard Lavallé

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Caravelle – Cahiers du monde hispanique et luso-brésilien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo IPEAT
  • OpenEdition Journals