Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Alexandre Fernández, Le Mexique des insoumis. La grande révolution de 1910

Paris, Éditions Vendémiaire, 2015
Evelyne Sanchez
p. 178-181
Référence(s) :

Alexandre Fernández, Le Mexique des insoumis. La grande révolution de 1910, Paris, Éditions Vendémiaire, 2015, 250 p.

Texte intégral

1Il ne faut pas manquer de courage pour se lancer dans un ouvrage de synthèse sur la révolution mexicaine. Tout d’abord parce qu’il en existe plusieurs dont la qualité les a propulsés au rang de classiques : c’est le cas des ouvrages d’Alan Knight, de François-Xavier Guerra et de Jean Meyer. Cette historiographie s’est vue renouvelée, actualisée et enrichie à l’occasion du premier centenaire de la Révolution, en 2010, célébration qui ne s’achève pas encore puisque les Mexicains fêteront l’an prochain les cent ans de leur Constitution. Citons encore Luis Barrón qui s’est chargé de publier une synthèse bibliographique très complète et qui est très vite devenu un instrument indispensable pour tout chercheur qui travaille cette période de l’histoire mexicaine. Cette fois, les Éditions Vendémiaires, qui ont déjà publié 12 ouvrages sur les révolutions dont un portant sur le Che, en proposent une version « grand public » en 200 pages, plus notes et annexes. Alexandre Fernández est sans doute la personne adéquate pour la mener à bien : il possède le sens de la synthèse et une écriture qui, tout en ayant le sens de la formule, clarifie les situations les plus embrouillées, et elles furent nombreuses. Notons toutefois un bémol parmi ces efforts pédagogiques : un glossaire aurait été utile pour expliquer par exemple au lecteur novice ce qu’est un pueblo ou un ejido.

2L’auteur annonce d’emblée sa démarche qui consiste à renouer avec une histoire-récit de la révolution, en collant à la chronologie et en suivant le parcours de ses acteurs qu’il définit comme les « individualités fortes », c’est-à-dire les leaders, les caudillos de stature nationale d’un côté et les « masses en mouvement » de l’autre (p. 6). Il n’y a donc rien apparemment de très nouveau dans cette histoire des grands hommes et des masses anonymes (mais n’est-ce pas ce que nous considérons qu’attend le public ?) et une lecture de la biographie, qui cite de nombreux livres anciens, laisse poindre l’inquiétude d’un bilan historiographique dépassé. Mais la lecture du texte nous rassure puisqu’en une série de 9 chapitres, Fernández a le talent de pointer les problématiques les plus actuelles, y compris dans des ouvrages anciens. Son livre est à ce titre un bel hommage rendu aux intuitions les plus brillantes de Jean Meyer.

3Le livre commence par un bilan de la situation en 1910. Pour cela, Fernández résume brièvement l’histoire politique mexicaine du xixe siècle depuis les indépendances, certes de manière téléologique - puisque tout mène à expliquer la pacification menée par Porfirio Díaz – mais qui a l’avantage d’être limpide pour le lecteur profane. Sur le Porfiriat lui-même, l’exercice est difficile car, à devoir faire court, on prend le risque de reproduire la vision manichéenne de l’historiographie post-révolutionnaire. On oppose ainsi grands domaines et communautés indigènes, et la modernisation des haciendas est perçue comme réalisée nécessairement aux dépens des terres communales (voir p. 20 la citation de Womack sur un Mexique divisé en deux, entre les « gentlemen victoriens en redingote, et un Mexique de parias tenus à l’écart » et qui date de 1969). Mais les problématiques actuelles trouvent très bientôt leur place et on note la présence de classes moyennes rurales, d’une main-d’œuvre qualifiée espagnole critique vis-à-vis du paternalisme, d’une modernisation de la grande propriété qui en fait déborde et irrigue les petites terres aux alentours, autant de sujets qui sont aujourd’hui sur le front pionnier de la recherche.

4Le rythme accéléré de la révolution, qui provoque la chute de Díaz six mois seulement après le début de l’insurrection, est expliqué par cette même modernité technique qui, au sein des unités de productions – haciendas et fabriques – a rendu caduques les relations paternalistes qui soutenaient le régime. Mais c’est le seul élément évoqué pour expliquer qu’une révolution vient incendier l’ensemble du territoire alors que ce sont des révoltes ponctuelles que le pays avait connues au xixe siècle. Il manque plusieurs facteurs importants, dont l’essentiel est peut-être la profonde réforme de la fiscalité qui a soulevé le mécontentement du monde rural, surtout de ses classes moyennes à qui les États réclamaient de payer les impôts fonciers tandis que les hacendados, souvent proches des gouverneurs, en étaient illégalement et peu discrètement dispensés. Rien n’est dit non plus du réseau de clubs libéraux qui donnait une assise territoriale au projet de Madero et une certaine homogénéité au projet révolutionnaire dans un territoire profondément disparate, ni du conflit générationnel au sein des élites politiques seulement évoqué à travers le cas de Bernardo Reyes. En revanche trop d’importance est donnée à un élément qui fait partie de la rhétorique révolutionnaire mais qui a été démenti par les historiens. Il s’agit du thème de la spoliation des terres des communautés indigènes par les compagnies chargées de la colonisation agricole (voir l’ouvrage jusqu’à aujourd’hui définitif de Robert Holden).

5L’ouvrage nous mène ensuite dans un récit plus vif de la révolution. Le lecteur suit facilement – et ce n’est pas la moindre qualité du livre – les clans, les soutiens, les projets concurrents mais aussi les accords, les trahisons, les filiations entre les principaux leaders des mouvements. Comme l’auteur le reprend dans le dernier chapitre, il y a bien deux projets révolutionnaires. L’un est politique et libéral, porté d’abord par Madero puis repris par Carranza et ses successeurs, soutenus par la petite bourgeoisie et opérant des alliances tant vers le bas que vers le haut de l’échelle sociale, parfois négociant même avec les leaders de la contre-révolution. Tous les caudillos qui aspirent au gouvernement s’y reconnaissent. L’autre est plus social et porté par Villa et surtout par Zapata qui n’a jamais reconnu la légitimité des gouvernements instaurés à partir de 1914. Le profil social de leur troupe est précisément identifié : les masses paysannes autour de Zapata ne ressemblent pas à la plèbe qui entoure Villa. Sur cette première période de la révolution, il semble qu’un contresens se soit glissé dans le texte puisque l’auteur traduit « sufragio efectivo » par suffrage universel. Or, le Mexique est avec le Venezuela le seul pays d’Amérique latine à avoir instauré le suffrage universel masculin dès la proclamation de la première république en 1824. Les indigènes n’étaient pas privés de leurs droits politiques, pas plus que les analphabètes (sauf pendant de courtes périodes et ces mesures n’ont pas été mises en pratique). Le suffrage réclamé par les révolutionnaires est donc le suffrage direct et non universel, puisqu’avant 1912 ils ne faisaient qu’élire les électeurs. La suppression de la médiation était censée empêcher les fraudes électorales ; les événements qui suivirent ne tardèrent pas à les détromper.

6Il reste que le passage d’une révolution à une guerre civile de longue haleine, le poids de cette guerre sur les populations, ravagées non seulement par les mouvements de troupes mais aussi par la disette et la grippe espagnole, puis finalement une stabilité politique conquise par l’assassinat des leaders porteurs du projet social font l’objet d’une présentation synthétique très convaincante. De même, les relations avec l’Église et celles très fluctuantes avec l’encombrant voisin du Nord – les Etats-Unis – sont insérées dans le récit chronologique. Surtout, l’auteur met en exergue le processus d’accaparement d’une révolution réellement populaire au profit d’un groupe et en relève les deux principaux aspects : territorial tout d’abord puisque le présidentialisme qui est instauré dans la Constitution de 1917 renforce le pouvoir qu’exerce la fédération sur les États ; politique ensuite – dans le sens le plus large du terme – puisque le projet libéral l’emporte sur le social. Même si, comme le souligne l’auteur, la Constitution est alors la plus avancée socialement parmi toutes celles qui existaient en Amérique latine, il n’en reste pas moins que le système de pouvoir instauré a créé une forme d’autoritarisme qui s’est insinué dans tous les rapports sociaux. Du coup, les mesures prises pour régler les conflits dans le monde du travail ne sont plus que secondaires. On retrouve alors la question posée au début de l’ouvrage : si la modernité a rendu caduc le paternalisme, celui-ci a été réinterprété dans un système politique nouveau et réorganisé au sein du parti politique qui aujourd’hui encore domine le jeu politique. Les groupes révolutionnaires structurés autour de caudillos charismatiques montrent d’ailleurs que le paternalisme n’avait jamais disparu mais s’était plutôt installé et adapté dans de nouveaux contextes. Malgré les déceptions de nombre de Mexicains vis-à-vis du bilan de leur révolution, il n’en reste pas moins que « S’il y eut d’autres révoltes armées paysannes ailleurs, rarement elles auront été, comme au Mexique entre 1910 et 1920, à la fois complètement articulées au mouvement révolutionnaire général issu du libéralisme démocratique […], et en même temps émanant du “plus profond” du peuple » (p. 194). C’est sans doute là ce qui distingue la révolution mexicaine des autres mouvements révolutionnaires que le monde a connus depuis le xviiie siècle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Evelyne Sanchez, « Alexandre Fernández, Le Mexique des insoumis. La grande révolution de 1910 », Caravelle, 107 | 2016, 178-181.

Référence électronique

Evelyne Sanchez, « Alexandre Fernández, Le Mexique des insoumis. La grande révolution de 1910 », Caravelle [En ligne], 107 | 2016, mis en ligne le 31 décembre 2016, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/caravelle/2197

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Caravelle – Cahiers du monde hispanique et luso-brésilien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo IPEAT
  • OpenEdition Journals