Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Daniel Iglesias, Du pain et de la Liberté. Socio-histoire des partis populaires apristes (Pérou, Venezuela, 1920-1962)

Villeneuve d’Ascq, Presses Universitaires du Septentrion, Collection Espaces politiques, 2015
Evelyne Sanchez
p. 181-185
Référence(s) :

Daniel Iglesias, Du pain et de la Liberté. Socio-histoire des partis populaires apristes (Pérou, Venezuela, 1920-1962), Villeneuve d’Ascq, Presses Universitaires du Septentrion, Collection Espaces politiques, 2015, 263 p.

Texte intégral

1L’ouvrage de Daniel Iglesias est la version livre de sa thèse. Il s’inscrit dans les recherches récentes – et qui compte encore peu d’ouvrages – sur les histoires transnationales et les regards croisés sur les pays d’Amérique latine ; notons par exemple l’ouvrage d’Olivier Compagnon, L’adieu à l’Europe. L’Amérique Latine et la Grande Guerre, Paris, Fayard, 2013 (coll. L’épreuve de l’histoire) et la thèse de Catherine Lacaze, Le processus d’héroïsation de Francisco Morazán et ses usages politiques en Amérique Centrale (1842-1942), thèse soutenue à l’Université Toulouse - Jean Jaurès, 2016. L’histoire des partis de gauche qu’il présente ici se prête idéalement à ce type d’approche en raison des liens idéologiques et personnels entre les acteurs des partis d’ailleurs organisés en une Alliance, et parce que les objectifs électoraux rendent nécessaire la référence aux États. L’analyse des réseaux transnationaux à partir des sources épistolaires entre les dirigeants du Parti Apriste Péruvien et de l’Action Démocratique du Venezuela (désormais notés PAR et AD) offre pour cela une porte d’entrée d’autant plus justifiée que les longues et répétées périodes d’exil qu’ils ont connu les ont conduits à nouer des liens, souvent dans la longue durée, sans jamais perdre de vue leurs objectifs nationaux. C’est donc bien une socio-histoire qui est proposée dans cette étude, dans laquelle les réseaux sont à la fois des lieux de circulation des idéologies, des ressources (des lieux d’accueil pendant les exils, l’accès à des publications dans des revues spécialisées qui permettent de maintenir le contact avec les militants de base qui, eux, n’ont pas pu quitter le pays) et des éléments qui orientent les structures organisationnelles de chaque parti. Comme le souligne l’auteur, cette approche permet aussi de surmonter une historiographie qui a trop tendance à analyser ces partis au seul prisme du populisme latino-américain.

2Sept chapitres se répartissent en trois parties. La première plante le décor, c’est-à-dire le contexte des régimes autoritaires et le sort réservé aux leaders et militants de gauche qui apprennent très tôt à s’inscrire dans des circulations internationales dont l’auteur précise la géographie et les contenus. L’analyse de réseau n’intervient qu’en deuxième partie et fait la part belle aux liens construits par les leaders des partis : les Péruviens Haya de la Torre, fondateur de l’APRA, Luis Alberto Sánchez, et le Vénézuélien Betancourt. Enfin, la dernière reprend la même question mais dans le contexte de la nouvelle période d’exils à la fin des années 1940. Il faut d’emblée souligner les erreurs éditoriales qui compliquent la lecture de ces analyses car non seulement les coquilles sont nombreuses dans ce texte (une bonne cinquantaine, dont un bon nombre de mots oubliés) mais la reproduction graphique des réseaux est incompréhensible car illisible. En effet, tandis que l’auteur inclut une légende et s’évertue à expliquer dans le texte la signification des cercles rouges et carrés bleus, la reproduction en noir et blanc est si petite qu’elle ne permet même pas de distinguer les figures géométriques.

3Si le contexte général est celui de la guerre froide, l’auteur souligne que les dictatures de 1948 sont différentes de celles du cône sud des années 70 : « Elles étaient le produit d’une polarisation politique qui mettait face à face des partis de masse et leurs opposants traditionnels (l’armée, l’oligarchie, le pouvoir économique). » (p. 82) Ce rappel est important pour comprendre pourquoi ces partis de la gauche démocratique se sont positionnés comme une 3e voie pendant la guerre froide et se sont employés parfois plus à se démarquer des partis communistes que des partis oligarchiques au pouvoir. Leur survie dépendait essentiellement de leur position d’unique alternative aux gouvernements en place. Cette particularité explique leur apparition au début des années 1930, qui correspond à la montée des classes moyennes au Pérou et une crispation des élites oligarchiques alliées à l’armée. Les acteurs politiques y avaient une origine sociale plus hétérogène que dans les partis adversaires.

4Iglesias distingue clairement les situations politiques du Pérou et du Venezuela. Dans le premier cas, Leguía avait instauré un régime autoritaire et maniait une stratégie d’ouvertures et de fermetures qui finit par créer de nombreux mécontentements. Dans le second, c’est une dictature militaire que Gómez avait mise en place et menaçait les opposants de manière plus systématique. L’auteur s’intéresse aux liens entre les différents groupes sociaux mécontents et dans lesquels on retrouve les ouvriers mobilisés en grèves, les conservateurs déçus, les étudiants, les diplomates et des juristes. L’explication selon laquelle les élites provinciales se retournent contre le régime en raison de la brouille entre Leguía et son neveu, Germán Leguía Martínez, chef de file des « Germancistas » (p. 43-46), est cependant peu convaincante en l’absence d’une analyse qui démontre le fonctionnement de l’enracinement de ce groupe. Par ailleurs, on attend une analyse détaillée des « réseaux de sympathisants » de Valcárcel, opposant au régime, et de son « organisation souterraine bien encadrée » (p. 46) mais celui-ci n’est que mentionné. L’auteur souligne en revanche clairement ce que devait « la politisation des futurs dirigeants de l’APRA » à la Réforme universitaire et à la presse (p. 50).

5Au Venezuela, la contestation étudiante fut un élément clef avec la constitution de la « Génération 1928 » qui, réprimée, sut constituer depuis l’exil un réseau qui n’excluait pas l’intégration de quelques sous-officiers installés dans le régime prétorien de Gómez. À New York, ils se sont structurés dans l’Union Civique Vénézuélienne et à La Havane dans la Junte Révolutionnaire du Venezuela. Iglesias place ce mouvement dans le contexte de la circulation des intellectuels latino-américains après les révolutions mexicaine et russe et dans celui de l’entre-deux-guerres mondiales. Quelques figures de la révolution mexicaine se sont même distinguées dans le soutien aux exilés sud-américains, tel que l’écrivain et ministre de l’Éducation nationale José Vasconcelos qui désigna même Haya de la Torre comme secrétaire particulier.

6Barranquilla, en Colombie, devient alors un haut lieu de contact entre les exilés des deux pays qui animent une revue destinée à diffuser « l’orthodoxie » idéologique et faciliter les circulations, tant entre les membres de l’APRA et l’AD qu’entre les leaders et les militants. Le principal thème de cette idéologie est la lutte anti-impérialiste à laquelle s’agrège l’attachement démocratique qui permet tout autant de se distancier des régimes autoritaires que du communisme. Néanmoins, des dissensions s’insinuent entre les partis apristes lorsqu’il leur faut se positionner vis-à-vis du péronisme. Sous l’effet de ces évolutions stratégiques et idéologiques, les apristes vont évoluer au cours des années 50 en cherchant à se réconcilier avec les oligarchies, ils orientent leurs réseaux pour y intégrer les économistes en exil au Chili et recherchent même les syndicalistes des États-Unis et les anciens chefs d’État latino-américains (p. 88). Ce sont ces évolutions parallèles et liées entre elles qu’Iglesias analyse dans les deux dernières parties de son ouvrage.

7Les réseaux pendant les périodes d’exil sont des instruments pour garder une visibilité et donc éviter la mort politique escomptée par les gouvernements. Mais les ambitions des apristes vont bien au-delà d’une simple survie. Les réseaux construits autour des principaux leaders montrent que les structures autoritaires ne sont pas l’apanage des gouvernements : il semble, à la lecture de l’analyse d’Iglesias, qu’il y ait eu un fonds de culture politique partagée entre les partis oligarchiques et leurs opposants. Les distances sociales entre les dirigeants des partis apristes, issus d’une élite bourgeoise et/ou intellectuelle, et les militants d’origine plus modeste, ont certainement favorisé une structure verticale. Mais un apport non négligeable de ce travail consiste à montrer que la capacité à tisser des liens internationaux, exclusive des dirigeants, a renforcé cette hiérarchie à l’intérieur des partis au fur et à mesure que les mouvements apristes s’institutionnalisaient. On peut en revanche s’interroger sur la manière dont l’auteur parvient à ce résultat. Dans la saisie informatique des données tirées des lettres, il explique qu’il considère comme liens forts ceux qui lient expéditeurs et destinataires et comme liens faibles ceux tissés avec les tiers cités dans les lettres. Présenté ainsi, comme un travail systématique qui fait prévaloir le quantitatif sur le qualitatif, le critère ne semble pas pertinent dans le cas par exemple d’une personne qui userait de son amitié avec un dirigeant connu et qu’il serait autorisé à citer (et serait donc un lien fort malgré son rôle de tiers) pour prendre contact avec un élément nouveau du réseau (et donc lien faible ou potentiel à ce stade). Ce qui pose problème ici est moins le critère utilisé que le fait de rendre ce critère systématique.

8Ces choix de saisie aboutissent néanmoins à des résultats clairs. Le réseau de Haya de la Torres dans les années 20 est structuré autour de trois personnages clefs : le Mexicain Esteban Pavletich, Eudocio Ravines, apriste vivant à Paris, et Romain Rolland; ces groupes sont peu connectés entre eux et divisent le réseau de Haya de la Torre de façon catégorielle (politiques, intellectuels) et selon les territoires (sont à noter l’importance du Mexique, de l’Argentine et de l’Europe). Ceci le distingue du réseau de Betancourt, fondateur de l’AD, dans lequel on peut constater de fortes inter-connexions dues à la centralité des anciens étudiants de la Génération de 1928. Sa longue amitié avec l’historien péruvien Luis Alberto Sánchez est également présente.

9Le chapitre 4 permet de comparer la géographie des réseaux des deux partis. Pour le Pérou, trois territoires sont mis en évidence par l’intensité des correspondances : Mexique, Argentine et l’Europe, en particulier la France. Dans le cas du Venezuela, les réseaux unissent la Colombie, le Curaçao, le Costa Rica et le Mexique. Ainsi donc, « Les exilés du Mexique furent des canaux essentiels dans la circulation de matériels idéologiques. Même s’ils ne correspondaient presque exclusivement qu’avec Betancourt, ils jouèrent un rôle déterminant dans le choix d’une ligne idéologique. » (p.129-130) Un des mérites de l’auteur consiste à ne pas interpréter ces circulations comme des éléments nécessairement positifs pour les acteurs impliqués. Il est particulièrement intéressant de noter qu’autour des exilés vénézuéliens au Mexique s’est créé un groupe qui a concurrencé l’entourage de Betancourt en s’appuyant justement sur leur rôle de brooker dans le réseau international apriste, ce qui a finalement débouché sur des pratiques d’exclusion.

10Le chapitre 6 analyse les échanges épistolaires entre dirigeants du PAP et de l’ARDI (Agrupación Revolucionaria de Izquierdas, fondée en 1931 à partir des membres de la Génération 1928), qui s’établirent à partir du rapprochement entre Haya de la Torres et Esteban Pavletich en exil au Mexique. Ce dernier et Bustamante entrèrent en contact avec exilés vénézuéliens au Mexique, renforçant le rôle médiateur de ce pays. L’auteur met alors en lumière la mutualisation des savoirs « révolutionnaire et organisationnel » grâce aux contacts entre les membres du réseau de Betancourt d’une part, ceux de Haya de la Torre et Luis Alberto Sánchez d’autre part. Son analyse de son réseau met aussi en relief l’importance du rôle de médiation joué par la poétesse Magda Portal et son mari dans le rapprochement entre l’ARDI et le PAP. Le dernier chapitre, enfin, analyse les réseaux pendant l’exil de 1948 à 1957. Il en ressort essentiellement, dans ce contexte de guerre froide, le renforcement de l’anticommunisme et l’importance jouée par les revues dans le travail pédagogique fait auprès des militants mais aussi dans la publicité des réseaux et des soutiens intellectuels prestigieux utilisés comme autant de sources de légitimité.

11Le livre d’Iglesias, dont on peut regretter les failles éditoriales, est donc un ouvrage aux mérites multiples. Loin de ressasser les analyses idéologiques déconnectées de l’analyse sociale et donc peu propices à la rénovation historiographique, il démontre de manière convaincante comment les stratégies relationnelles des principaux partis de la gauche démocratique sud-américaine ont facilité et même encouragé la hiérarchisation de leur structure autour de leurs dirigeants alors qu’ils cherchaient de plus en plus à être reconnus comme des partis gouvernementaux plausibles. Le positionnement de certains individus en tant que médiateurs dans les lieux stratégiques a pu renforcer le poids de certains éléments, cependant il est clair qu’il y avait peu de mobilité possible au sein de ces partis : être membre de la génération de 1928, dans le cas vénézuélien, était une condition qui prévalait toujours dans les années 50 pour faire partie de l’élite du parti. Le livre d’Iglesias est donc une belle illustration de ce que le courant historiographique de l’histoire connectée et de l’étude des circulations peut apporter à notre connaissance de l’histoire politique de l’espace latino-américain.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Evelyne Sanchez, « Daniel Iglesias, Du pain et de la Liberté. Socio-histoire des partis populaires apristes (Pérou, Venezuela, 1920-1962) », Caravelle, 107 | 2016, 181-185.

Référence électronique

Evelyne Sanchez, « Daniel Iglesias, Du pain et de la Liberté. Socio-histoire des partis populaires apristes (Pérou, Venezuela, 1920-1962) », Caravelle [En ligne], 107 | 2016, mis en ligne le 31 décembre 2016, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/caravelle/2199

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Caravelle – Cahiers du monde hispanique et luso-brésilien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo IPEAT
  • OpenEdition Journals