Navegação – Mapa do site
Comptes rendus

Bernard LAVALLÉ, Eldorado d’Amérique, mythes, mirages et réalités

Paris, Histoire Payot, 2011, 297 p.
Michel Bertrand
p. 279-281
Referência(s):

Bernard LAVALLÉ, Eldorado d’Amérique, mythes, mirages et réalités, Paris, Histoire Payot, 2011, 297 p.

Texto integral

1Ce n’est pas sans risque que l’on peut, encore aujourd’hui, s’affronter à l’un des mythes parmi les plus forts, les plus constants et, peut-être, les plus présents dans l’imaginaire occidental. Certes, le mot est peut-être aujourd’hui galvaudé mais il n’en garde pas moins, cinq siècles après son « invention » concomitante avec la « découverte » de l’Amérique, une force suggestive peu commune. Il est vrai que la littérature d’abord – le mythe est très tôt présent dans cette forme de création, qu’il s’agisse de Voltaire ou de J. Verne –, le cinéma ensuite, plus récemment enfin la bande dessinée, ont tous accordé une place significative à cette mythologie si caractéristique de l’époque de la Renaissance mais qui a su lui survivre sans grandes difficultés.

2Dans un tel contexte, le lecteur pourrait être tenté de considérer que, s’il ne sait peut-être pas tout sur le sujet, un nouveau livre sur l’Eldorado n’était peut-être pas utile… Tel n’est pas notre sentiment, tant l’ouvrage de B. Lavallé dissèque, avec beaucoup de rigueur et de précision mais dans le même temps d’une plume alerte, la genèse et surtout les évolutions de ce mythe si caractéristique du continent américain. A n’en pas douter, le mythe de l’Eldorado est le plus manifeste, le plus révélateur et le plus tenace de tous ceux qui surgirent au moment de la découverte de l’Amérique, au point qu’il constitue encore aujourd’hui une partie intrinsèque de son histoire. Dans le même temps, et il y a là sans doute un lien de cause à effet dans sa survivance dans le monde occidental, les réalités de ce mythe éminemment américain ont eu, sur l’Europe elle-même, un impact immédiat très fort, ce dont les contemporains eurent très vite conscience, même si ce fut surtout intuitivement. L’arrivée en Europe du « trésor américain », pour reprendre le titre de l’ouvrage de E. J. Hamilton, l’historien qui le premier démontra l’impact direct de ces métaux précieux venus d’Outre-Atlantique sur le vieux monde, se traduisit par une montée corrélative des prix. Or, si les contemporains ne surent sans doute pas toujours expliquer les raisons ni les mécanismes exacts de cette corrélation, à l’image d’un M. de Malestroit auquel J. Bodin adressa sa cinglante réponse, tous n’en ressentirent pas moins très directement les effets. En Europe donc, et même si l’afflux du métal américain ne bénéficiait concrètement qu’à quelques-uns, tous s’en trouvèrent directement, et parfois durement, affectés.

3L’ouvrage est conçu selon un plan chronologique qui tente, à chaque étape, d’établir la réalité et les fondements historiques du mythe qui ne cesse de se déplacer – et de se transformer aussi – au gré des échecs successifs dont il est la cause. Car c’est bien là un autre des traits de ce mythe, à savoir sa capacité à ne jamais décourager ses nouveaux adeptes : les échecs de ceux qui le poursuivirent – il coûta probablement la vie à plusieurs centaines de conquistadors d’abord, d’explorateurs ensuite… – ne découragèrent jamais leurs successeurs qui allèrent toujours plus loin pour tenter leur chance. De ce point de vue, et comme cela a été souligné de longue date par les historiens de la conquête, la progression du processus de conquête, tout spécialement mais pas seulement, dans les Andes et dans le monde amazonien, est étroitement reliée à la force de ce mythe.

4Le mythe trouve ses premières incarnations dans les Antilles et en Mésoamérique. Dans les deux cas, les concrétisations sont médiocres sans être cependant nulles : quelques dizaines de tonnes d’or récupérées aux dépens des populations antillaises, la récupération du trésor de Moctezuma – dont une bonne partie fut perdue lors de l’épisode de la Noche Triste : voilà l’essentiel de l’or récupéré dans cette première phase. Peu de chose donc. Mais suffisamment toutefois pour alimenter le rêve et susciter de nouveaux espoirs avec la conquête de l’espace andin.

5Les Andes vont offrir au mythe sa première concrétisation, suscitant « éblouissement et folie » comme l’indique le titre du chapitre qui y renvoie. Si ce cycle fut de courte durée, il n’en fut pas moins décisif : commencé dans la région de Cuzco avec le sac de la ville et le pillage du trésor de l’Inca, il se prolonge rapidement dans les régions septentrionales de l’Equateur et de la Colombie d’aujourd’hui.

6Cependant, rapidement, ce rêve de l’or doit se plier aux réalités américaines : si l’or est rare, il peut être utilement remplacé par un minerai d’argent bien plus abondant. Et c’est là un nouveau trait de ce mythe américain : faute d’or disponible en grande quantité, c’est l’argent qui prend le relais pour donner corps à l’« Eldorado ». Le « siècle d’Or » espagnol est en réalité fondé sur la production argentifère en provenance de Zacatecas et de Potosi, les deux grandes mines qui, un siècle durant, vont réellement déverser sur l’Europe, via Séville, leurs « fabuleux métaux » donnant lieu à la première mondialisation économique de l’histoire humaine. Cependant, et comme le souligne l’auteur, notre connaissance de ce processus essentiel à la compréhension de l’époque moderne n’a pas révélé tous ses secrets, suscitant encore débats et interrogations parmi les historiens.

7A la fin du XVIIe siècle, le mythe retrouve toute sa vigueur, au Brésil cette fois-ci. Dans la vallée du Sao Francisco notamment, de riches gisements sont trouvés. C’est le début d’un nouveau cycle de l’or, bref mais très vigoureux, qui dessine une nouvelle géographie du Brésil. Au plus fort de son activité, au milieu du XVIIIe siècle, ce sont plus de 15 tonnes d’or par an qui sont produites : c’est dire le changement d’échelle par rapport aux cycles précédents, assis il est vrai sur la rapine. Ce cycle brésilien de l’or signifia un déplacement vers l’intérieur de la mise en valeur du territoire, restée jusqu’alors fondamentalement côtière. C’est dire l’impact qu’eut ce vigoureux épisode minier qui, cependant, s’épuisa dès le milieu du siècle.

8Le dernier avatar de quelque ampleur du mythe se manifeste au milieu du XIXe siècle, en Californie. A la différence des épisodes précédents, il eut un écho véritablement planétaire, suscitant une ruée vers l’or sans commune mesure avec ce qui avait été observé auparavant. Il est vrai que l’on n’était plus dans la même époque. Les facilités des déplacements, le rôle de la presse, la disparition des situations coloniales : tout facilitait la circulation des informations et, avec elles, celles des hommes venus du monde entier.

9A travers ce parcours reconstituant les diverses manifestations du mythe américain par excellence qu’est l’Eldorado, B. Lavallé revisite certains des épisodes parmi les plus caractéristiques de l’histoire du continent américain. Cette approche synthétique, développée à l’échelle continentale et inscrite dans la durée, permet au lecteur d’avoir une vision d’ensemble d’un mythe que, trop rapidement sans doute, l’on associe en général au siècle des conquistadors.

Topo da página

Para citar este artigo

Referência do documento impresso

Michel Bertrand, « Bernard LAVALLÉ, Eldorado d’Amérique, mythes, mirages et réalités », Caravelle, 99 | 2012, 279-281.

Referência eletrónica

Michel Bertrand, « Bernard LAVALLÉ, Eldorado d’Amérique, mythes, mirages et réalités », Caravelle [Online], 99 | 2012, posto online no dia 04 Dezembro 2013, consultado o 12 Dezembro 2017. URL : http://journals.openedition.org/caravelle/483

Topo da página

Autor

Michel Bertrand

Université de Toulouse

Artigos do mesmo autor

Topo da página

Direitos de autor

Licence Creative Commons
Caravelle – Cahiers du monde hispanique et luso-brésilien est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Topo da página
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo IPEAT
  • OpenEdition Journals