Navigation – Plan du site
Les hispanistes publient

Antonio Moliner Prada (ed.), La Guerra de la Independencia en España (1808-1814)

Barcelona, Nabla Ediciones, 2007, 639 pages
Pierre Géal

Texte intégral

1Au-delà des prochaines commémorations, certainement riches d’enseignements sur l’actualité de l’idée nationale dans l’Espagne de 2008, le bicentenaire de la Guerre d’Indépendance suscite un regain d’intérêt pour cette période charnière de l’histoire espagnole. Tandis que le cinéma (José Luis Garci, El Dos de Mayo) et le roman historique (Arturo Pérez Reverte, Un día de cólera) s’emparent à nouveau du sujet, les historiens profitent eux aussi de la sensibilité des éditeurs à ces circonstances favorables.

  • 1  Hocquellet, Richard, Résistance et révolution durant l’occupation napoléonienne en Espagne, 1808-1 (...)
  • 2  MirandoRubio, Francisco (coord.), Fuentes documentales para el estudio de la Guerra de la Independ (...)

2Mais les dernières publications ne doivent pas faire oublier que, depuis une dizaine d’années, d’importants travaux ont permis de mieux comprendre différents aspects de la Guerre d’Indépendance, au nombre desquels il convient de citer la thèse de Richard Hocquellet, celle de Juan López Tabar, ou encore tout récemment l’ouvrage de Ronald Fraser1. Plusieurs colloques, notamment ceux qu’a coordonnés Francisco Miranda en 2001 et 2007, ont également contribué à renouveler l’analyse de cette période2.

3L'ouvrage collectif dirigé par Antonio Moliner Prada entend présenter une synthèse des connaissances actuelles sur la Guerre d’Indépendance. Le propos, à la fois ambitieux et modeste, est clairement résumé dans cette déclaration liminaire :

El libro, pensado como manual universitario y también para el ciudadano medio interesado en conocer la historia contemporánea de España, ha sido escrito con la mayor objetividad posible y espíritu crítico, y huye en todo momento del revisionismo a ultranza tan de moda en los últimos tiempos.

4De fait, la grande majorité des contributions réunies par A. Moliner Prada répond à ces exigences de clarté et de synthèse.

5Le livre se compose de 16 chapitres, dont 12 consacrés à la Guerre proprement dite. Les 4 autres chapitres, qui visent à insérer le conflit dans un cadre plus large, ne sont pas les moins intéressants : celui rédigé par Esteban Canales, par lequel s’ouvre le livre, expose avec une grande netteté la situation qu’occupe la Guerre d’Indépendance espagnole dans le champ des guerres napoléoniennes (cette perspective très large donne lieu, du reste, à quelques pages éclairantes sur la dimension internationale du phénomène de la guérilla, sa principale particularité en Espagne étant d’atteindre une importance numérique inusitée). Les chapitres 2 et 16, rédigés par Antonio Moliner, constituent des synthèses bienvenues sur la situation de l’Espagne à la veille du conflit et sur la restauration de l’absolutisme par Ferdinand VII (dans le récit et l’analyse détaillés du retour en Espagne du monarque, on relèvera par exemple l’utile rappel sur l’épisode du prétendu geste de soumission du cardinal Luis de Borbón, régent, à Ferdinand VII, « mito fabricado por el realismo para simbolizar la derrota del régimen liberal »). Dans le chapitre 15 (« La Guerra de la Independencia como mito fundador de la memoria y de la historia nacional española »), qui aurait sans doute été mieux placé à la fin du livre, Lluis Ferran Toledano examine la construction historiographique de la Guerre d’Indépendance au xixe siècle, en soulignant notamment l’impact de la Historia General de España de Modesto Lafuente. Mais il montre également l’empreinte de la Guerre dans la mémoire carliste, et livre une première analyse (qui reste à approfondir) de la place de la mémoire de la Guerre dans l’historiographie catalane.

6Les chapitres 3 à 14 abordent la Guerre d’Indépendance sous des angles complémentaires. L’histoire proprement militaire du conflit est largement traitée, qu’il s’agisse du déroulement des campagnes militaires (chapitre 3), de l’aide britannique (chapitre 5), ou encore des composantes étrangères au sein de l’armée napoléonienne (chapitre 6). S’ils apportent d’utiles éléments de compréhension, on pourra regretter que certains auteurs se laissent aller à identifier l’Espagne au seul camp patriotique et à recourir parfois à une écriture plus proche de la propagande patriotique que de l’histoire (citons par exemple cette phrase conclusive d’Andrés Cassinello Pérez : « La lección principal de aquella guerra es la tenacidad, ese no rendirnos porque no nos da la gana por encima de cualquier racionalidad »). Le phénomène de la guérilla fait l’objet du chapitre 4, rédigé par Antonio Moliner. En soulignant que le processus de mythification de la guérilla n’est pas postérieur à la Guerre mais commence au contraire dès 1808, Antonio Moliner suggère au passage une piste de recherche qui a été peu explorée jusqu’ici.

7La dimension politique de la Guerre est principalement abordée à travers trois chapitres. Celui que signe Joaquín Varela Suanzes-Carpegna (chapitre 12) étudie la formation des Cortès de Cadix et analyse les traits essentiels de la Constitution de 1812, mais au détriment d’une évocation même sommaire de l’œuvre législative des Cortès. L’Espagne « joséphine », quant à elle, est dépeinte par Juan López Tabar (chapitre 10), qui fournit tout d’abord une synthèse sur l’afrancesamiento pendant la Guerre, en évoquant les moyens de propagande par lesquels le régime de Joseph Bonaparte entend attirer à lui les Espagnols et en présentant un bilan de la présence des afrancesados dans les principaux secteurs concernés (l’administration, l’armée, le clergé et la noblesse). L’auteur évoque ensuite les aspects majeurs de la politique conduite par le gouvernement joséphin, et rappelle en conclusion l’importance de l’exil des afrancesados après 1814 et le rôle qu’ils seront appelés à jouer en Espagne à partir de 1820. En complément, Maties Ramisa Verdaguer présente (chapitre 11) les réformes administratives réalisées sous l’occupation française, au niveau central mais aussi à l'échelon régional et local.

8La vie quotidienne pendant la Guerre, sujet mal connu en dehors de quelques monographies locales, fait l’objet d’un chapitre suggestif de Gemma Rubí i Casals (chapitre 9), qui devrait inciter à approfondir la question (par exemple par l’étude des fêtes civiles et religieuses tant dans l’Espagne joséphine que dans le camp patriotique).

9Les différentes modalités de propagande (musique, théâtre, presse…) sont abordées par Emilio de Diego García (chapitre 7), mais l’on peut regretter qu’en voulant envisager le phénomène dans les deux camps, l’auteur ait réalisé un travail quelque peu déséquilibré.

10Le thème encore peu étudié du financement de la Guerre du côté français donne lieu à un chapitre rédigé par Francisco Miranda (chapitre 13) qui, en partant de l’étude du cas de la Navarre, souligne notamment l’importance et les conséquences de la mise en vente des biens municipaux.

11Dans l’ensemble, ce livre collectif tient donc les promesses affichées par Antonio Moliner, replace la Guerre d’Indépendance dans son contexte international et fournit d'utiles synthèses sur les principales dimensions du conflit. On peut certes regretter que des éléments comme la démographie ou le patrimoine artistique en soient presque entièrement absents, que la contribution de Marion Reder Gadow (chapitre 8), consacrée à l’iconographie (en fait davantage postérieure que contemporaine de la Guerre), se révèle décevante, et sur un plan pratique on peut juger qu’un index n’aurait pas été inutile, mais cela ne remet pas en cause les indéniables qualités de l’ouvrage.

Haut de page

Notes

1  Hocquellet, Richard, Résistance et révolution durant l’occupation napoléonienne en Espagne, 1808-1812, Paris, La Boutique de l’Histoire, 2001 ; López Tabar, Juan, Los famosos traidores. Los afrancesados durante la crisis del Antiguo Régimen (1808-1833), Madrid, Biblioteca Nueva, 2001 ; Fraser, Ronald, La maldita guerra de España : historia social de la Guerra de la Independencia, 1808-1814, Barcelone, Crítica, 2006.

2  MirandoRubio, Francisco (coord.), Fuentes documentales para el estudio de la Guerra de la Independencia, Pampelune, Ediciones Eunate, 2002.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Géal, « Antonio Moliner Prada (ed.), La Guerra de la Independencia en España (1808-1814) », Cahiers de civilisation espagnole contemporaine [En ligne], 2 | 2008, mis en ligne le 29 octobre 2012, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/ccec/1332

Haut de page

Auteur

Pierre Géal

Maître de Conférences, Université Grenoble-iii, ILCEA

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CCEC ; auteurs

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo 3L.AM Langues, Littératures et Linguistique des Universités d'Angers et du Maine
  • OpenEdition Journals