Navigation – Plan du site

Le projet des Cahiers

Il y a une quinzaine d’années la direction de la recherche universitaire avait mis en avant la notion de réseau : il s’agissait de mettre en rapport les chercheurs travaillant sur un objet déterminé afin d’améliorer la qualité de leurs travaux et de favoriser la vulgarisation scientifique. Dans cette perspective, les laboratoires étaient incités à effectuer l’affichage de leurs thèmes de recherche.

Ces bonnes intentions n’ont pas toujours été suivies d’effet. La mise en réseau supposait un développement rapide de l’informatique dans les universités et son appropriation par les usagers : dans les faits, ils ont été tardifs et inégaux. Les paramètres de la contractualisation quadriennale ont trop souvent varié pour que se constituent dans notre discipline des centres de recherche stables et cohérents. La relève générationnelle dans l’hispanisme – discipline à la moyenne d’âge élevée à la fin du xxe siècle – s’est faite de façon chaotique. La spécialisation croissante du savoir, renforcée par le dispositif de recrutement et de promotion mis en place dans les années 1980, a entraîné la fragmentation des études de civilisation. Dans le champ du contemporain, l’évolution politique récente de l’Espagne a conduit un nombre important de jeunes chercheurs vers l’étude du temps présent. Dans de nombreux départements les énergies se sont surinvesties souvent dans la préparation des questions mises au programme des concours de recrutement. Les liens existants avec les historiens espagnols se sont distendus tant les places sont chères sur ce marché outre Pyrénées et tant les intérêts professionnels nationaux, voire régionaux, priment sur les considérations scientifiques. Bref, les universitaires, notamment les plus jeunes, sont davantage pris dans le filet de contraintes subies que mis en mesure d’être reliés entre eux sur des objets de recherche communs ou voisins.

Les récentes journées de la SHF, à Poitiers, sur l’organisation de la recherche et les études doctorales ont montré que, désormais, c’est la logique du financement sur programmes, le plus souvent finalisés dans le cadre européen, qui s’impose de plus en plus à la logique de sites – celle des équipes d’accueil –, déterritorialisant en quelque sorte recherches et chercheurs. Cette évolution porte en elle le risque de diluer la spécificité des études de civilisation et, parmi elles, les études hispaniques.

Les Cahiers se proposent de construire un réseau entre chercheurs qui travaillent sur l’Espagne contemporaine, quels que soient l’objet de leurs recherches, la période à laquelle celui-ci se rapporte, les sources utilisées, les procédures et les méthodes mises en œuvre. Dans le respect des démarches sectorielles et de leur concrétisation dans des ouvrages et des revues savantes, les Cahiers entendent contribuer à la formulation de problématiques qui puissent mettre en perspective les travaux spécialisés sur les structures, les conjonctures, les mentalités, les représentations, les pratiques sociales  et culturelles propres à l’Espagne et aux Espagnols des xixe et xxe siècles. Ainsi deviendra-t-il possible de jeter des passerelles entre champs et domaines trop souvent cloisonnés, de tisser des liens entre chercheurs souvent dispersés, parfois isolés, de créer des synergies, dégagées du productivisme ambiant, entre programmes de recherche.

Dans ce cadre, les Cahiers ont pour vocation première de valoriser la production scientifique des hispanistes qui, dans l’Enseignement Supérieur français, oeuvrent à la transmission et à l’approfondissement des connaissances sur les sociétés et les cultures de l’Espagne contemporaine. La présentation raisonnée des sujets de thèses et d’habilitations à la direction de recherches récemment soutenues, le compte rendu d’ouvrages qui en sont issus, feront apparaître les chantiers ouverts par leurs auteurs. La présentation d’états de la question de caractère prospectif mettra en évidence la spécificité de la recherche effectuée dans l’hispanisme français. La publication d’inédits sera un stimulant pour leurs auteurs, notamment les jeunes ; elle pourra, de surcroît, constituer l’amorce de discussions entre spécialistes. Une rubrique consacrée au débat, voire à la controverse, sur des sujets à l’ordre du jour dans la communauté scientifique, mettra en œuvre le principe d’interactivité rendu possible par l’outil informatique.

Fondé sur ce socle, le dialogue avec les hispanistes d’autres pays comme avec les historiens et sociologues français et espagnols n’en sera que plus fructueux, tant il nous semble essentiel que les civilisationnistes que nous sommes jouent pleinement leur rôle de passeurs entre générations, entre disciplines, entre cultures, à partir des manières de penser qui leur sont propres et qui s’enracinent dans une histoire nationale. Cet aspect, au demeurant, avait été mis en évidence lors de la rencontre des Associations Nationales d’Hispanistes qui avait marqué le XVe congrès de l’Asociación Internacional de Hispanistas tenu en 2004 à Monterrey.


12 juin 2006

  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo 3L.AM Langues, Littératures et Linguistique des Universités d'Angers et du Maine
  • OpenEdition Journals