Navigation – Plan du site
Les hispanistes publient

Florence Belmonte, Madrid, février 1965. Une ligne de partage?

Marie-Aline Barrachina
Référence(s) :

ETOILL, Espagne contemporaine 5, Presses universitaires de la Méditerranée, Montpellier, 2007, 238 p.

Texte intégral

1Florence Belmonte présente ici un essai tendant à réévaluer positivement les événements universitaires de février 1965 à Madrid, et à leur conférer un poids nouveau dans le tableau chronologique du franquisme tardif tel qu’il est habituellement admis. Le titre choisi par l’auteure est en ce sens sans ambigüité : selon elle, il y aurait un avant et un après février 1965. Qu’il nous soit permis, avant de revenir sur cette thèse, de proposer un rapide descriptif de cet ouvrage d’une lecture extrêmement agréable. Madrid, février 1965, … est fort bien écrit, et se lit d’un trait. Florence Belmonte guide le lecteur avec bienveillance et fermeté, lui rappelant les circonstances sociales et politiques dans lesquelles se produisit l’événement. Dans une première partie d’une trentaine de pages intitulée « les séquelles de la guerre », elle dresse l’état des lieux socioculturel et politique des années quarante aux années soixante dans le milieu universitaire, à Madrid tout particulièrement. Les circonstances de la prise du pouvoir, les caractéristiques fondamentales du premier franquisme qui conjugue militarisme et intégrisme catholique, la configuration universitaire qui en découle, ayant été succinctement et clairement exposé dans le chapitre 1 intitulé « Le cadre officiel », Florence Belmonte souligne la force de l’influence catholique dans la mise en œuvre du modèle de l’homme nouveau espagnol. Dans la lutte pour le monopole de la formation des élites se qui se tient entre Catholiques et Phalangistes, les Catholiques l’emportent dès les années quarante. L’auteure, qui met en exergue la mise en accusation obsessionnelle de la Institución Libre de Enseñanza par la faction la plus intégriste du catholicisme, rappelle que, parallèlement, un processus de reconstruction culturelle d’importance se met en place en dépit de l’oppression et de la censure, et sera opérationnel dans les années cinquante puis soixante. Dans l’historiographie habituelle, la révolte étudiante de 1956, dans la mesure où elle fut suivie de réformes politiques, sociales, économiques et institutionnelles importantes, occupe une place de choix. Florence Belmonte le rappelle opportunément à la fin de ce chapitre 2 consacré au « rejet et au réveil de la culture libérale » dans les années quarante et cinquante. A cette occasion, en effet, il était apparu qu’une partie de la jeunesse universitaire, celle qui avait vocation à produire les futurs cadres du régime et à en garantir la pérennité, était en passe de devenir une élite d’opposition.

2Dans une deuxième partie intitulée très simplement « Madrid, année universitaire 1964-1965 » (87 pages, deux chapitres), Florence Belmonte établit tout d’abord (chapitre 3, une vingtaine de pages comportant de nombreux graphiques) un minutieux tableau de la population professorale à Madrid à la fin des années 40. On peut ainsi apprécier la proportion d’enseignants titularisés après guerre par rapport au reste de la population d’enseignants, l’origine des professeurs enseignant à Madrid en 1948 (plus des trois quarts étaient déjà titulaires à Madrid avant guerre). On peut mesurer la répartition des chaires par secteurs de formation à Madrid en 1964 … On peut enfin noter la proportion des non titulaires par rapport aux professeurs titulaires d’une chaire, et constater ainsi l’extrême déséquilibre socioprofessionnel qui règne à Madrid parmi le corps enseignant de l’université en 1964, à la veille des événements qui font l’objet de l’ouvrage. Le tableau de la population étudiante, très minutieux lui aussi, montre que l’écrasante majorité des étudiants sont des jeunes gens issus de familles aisés 62 %), et que par ailleurs, plus de 30 % des étudiants sont inscrits comme non assidus, c’est-à-dire qu’ils sont pour la plupart salariés. L’encadrement enfin (ratio nombre d’enseignants/nombre d’étudiants) est très peu satisfaisant. Florence Belmonte tire de ces données chiffrées un sombre bilan. Le niveau de formation faible et les « conditions d’aliénation politique et religieuse » ne suffisaient certainement plus à contenir l’inquiétude universitaire. C’est donc sur ce terrain qu’explosent les événements de février 1965, décrits dans le chapitre 4. Ce quatrième chapitre (deuxième de la deuxième partie) est le chapitre central du livre. Long de plus de 50 pages, il est composé de trois sous chapitres qui présentent au lecteur les différentes « versions » de la crise. Le récit documenté des événements heure après heure (1, « Madrid, février 1965, la crise ») est suivi d’un deuxième sous chapitre qui évoque « les versions officielles » : presse écrite et NO-DO font en sorte de minimiser l’événement, et d’en occulter les aspérités les plus fâcheuses pour le régime. Florence Belmonte se penche pour finir sur les « réactions et regards extérieurs », rappelant à quel point les espagnols des années soixante étaient attentifs à la presse étrangère (en particulier la presse française, et les informations et analyses proposées dans Le Monde par son correspondant José Antonio Novais) pour tenter de savoir ce qui se passait dans leur propre pays. L’Humanité et la « diaspora républicaine » prirent le relai de l’information. Dans ce long chapitre, pour lequel l’auteure a eu recours à des sources de première et de seconde main très diverses, on trouvera deux tableaux très détaillés reprenant le calendrier des journées d’action étudiante à Madrid, puis en Espagne. Pour finir, la troisième et dernière partie, intitulée « construire une démocratie » est composée d’un seul et unique chapitre : « la chute du SEU ». C’est un très long chapitre de 70 pages environ, subdivisé en 5 sous chapitres. L’auteure y passe en revue les négociations, puis les différentes formes et les différentes tendances de l’opposition universitaire : elle rend compte de l’implication de professeurs en place et prestigieux, souvent issus du régime, et plus ou moins durement sanctionnés, elle évoque la prise de risque de bien des jeunes enseignants qui deviendront les intellectuels incontournables des années 70, elle étudie enfin la variété des engagements politique tant chez les enseignants que chez les étudiants. Selon Florence Belmonte, la rivalité entre le PCE et le Front de Libération Populaire (le Felipe), joue un rôle clé dans la politisation de la population étudiante à Madrid. L’évolution des mœurs touche l’ensemble de la population ce qui, naturellement, conduit Florence Belmonte à consacrer un sous chapitre à l’évolution de la population étudiante féminine, et à la perplexité de la Section féminine de la Phalange, mais aussi de certains professeurs, confrontés à cette évolution. Ce dernier chapitre, enfin, décrit les conditions de la chute du SEU dans un contexte de renouveau de l’opposition et d’essoufflement des fondements idéologiques du régime. Il se termine par un dernier sous chapitre qui reprend littéralement le titre de l’ouvrage : Madrid, février 1965 : une ligne de partage ? Les derniers mots de l’ouvrage sont très certainement convaincants, et l’on adhèrera volontiers à l’idée qu’en effet, la visibilité de la crise de février 1965 aux yeux de l’opinion publique espagnole a pu rendre cette dernière plus confiante en l’existence d’une opposition prometteuse et plus consciente sa propre aspiration au changement. Est-ce à dire que les événements universitaires de février 1965 eurent à eux seuls un impact déterminant pour la suite des événements ? Avec son découpage en trois parties, son titre, la reprise de ce dernier comme titre du dernier sous chapitre, l’ouvrage de Florence Belmonte énonce clairement l’hypothèse que février 1965 serait une « charnière historique ». Il serait vain de relancer le débat dont l’auteure trace les fondements dans son préambule. A ce stade de la lecture du livre, il importe essentiellement d’apprécier à sa valeur un ouvrage extrêmement documenté, rigoureux, qui situe les événements de février dans le processus global qui permit, une dizaine d’années plus tard, la mise en œuvre de la transition démocratique. Un ouvrage qui évalue au fil du temps l’implication d’une catégorie socioprofessionnelle spécifique dans la reconstruction d’une pensée libérale plurielle qui sera l’un des instruments de la démocratisation. Faut-il pour autant surévaluer la dimension politique de l’événement ? Florence Belmonte elle-même en doute, quand elle affirme en à la fin de l’ouvrage que « si ces événements ne peuvent à eux seuls marque d’une césure l’histoire du franquisme ou de son opposition, ils attirent l’attention sur l’accélération de la contestation et mettent en exergue les difficultés que rencontre et que rencontrera désormais le régime ». La thèse a en tout cas l’immense mérite d’inviter le lecteur à une lecture active et passionnante, stimulée par la précision des données et la fermeté des analyses.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie-Aline Barrachina, « Florence Belmonte, Madrid, février 1965. Une ligne de partage? », Cahiers de civilisation espagnole contemporaine [En ligne], 5 | 2009, mis en ligne le 29 janvier 2010, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/ccec/2898

Haut de page

Auteur

Marie-Aline Barrachina

Professeur des Universités, Centre de la Méditerranée Moderne et Contemporaine, CMMC-MSH (UNS), Université de Nice-Sophia Antipolis

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CCEC ; auteurs

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo 3L.AM Langues, Littératures et Linguistique des Universités d'Angers et du Maine
  • OpenEdition Journals