Navigation – Plan du site
Études

Sur la « révolution » de 1808-1814

(Pour une approche dynamique et dialectique du processus)
Sobre la « revolución » de 1808-1814
Claude Morange

Notes de la rédaction

Texte initialement publié dans Mélanges de la Casa de Velázquez, n° 38, 1, 2008, Actores de la Independencia et reproduit avec l’autorisation de l’auteur et du responsable de Mélanges de la Casa de Velázquez, Monsieur le Professeur Jean-Pierre Étienvre, directeur de la Casa de Velázquez. © Casa de Velázquez

Texte intégral

1Les rendez-vous de mémoire ont leur liturgie, surtout quand il s’agit de célébrer un événement comme les soulèvements de 1808, si profondément enraciné dans la mémoire collective et si lourd d’implications. La date retenue pour la célébration est en soi pleine de signification : choisir 1808, c’est mettre l’accent sur la ferveur patriotique initiale ; 1810, c’est suggérer que la « révolution » ne commence vraiment qu’avec la réunion des Cortes ; 1812, c’est insister sur l’acte fondateur d’un nouvel ordre institutionnel. Mais rien n’obligeant à choisir, il y a fort à parier que nous allons entrer dans une longue série de rencontres et de publications, qui s’étendra jusqu’en 2012. Quelques-uns, d’ailleurs, ont pris les devants, en organisant ces dernières années, soit sur la guerre d’Indépendance, soit sur le premier libéralisme espagnol, des colloques d’un grand intérêt. Il en ressort que les lectures de l’événement sont souvent discordantes et parfois contradictoires, non seulement quant à son interprétation (par exemple, son caractère plus ou moins révolutionnaire), mais quant à sa description même (ainsi pour les guerrillas).

2Il ne saurait être question d’évoquer ici, en quelques pages, les multiples questions que suscite l’histoire de ces six années tumultueuses. J’ai donc fait le choix de limiter la réflexion au caractère plus ou moins révolutionnaire de ces événements, en évitant de personnaliser le débat, afin de ne pas susciter de stériles polémiques. Je crois utile de préciser, en outre, que je n’ai pas voulu alourdir cet article par une déferlante de références bibliographiques superflues, pratique qui semble être très à la mode depuis quelques années, et dont on aimerait croire qu’elle n’est dictée que par un souci de précision scientifique1.

Des antécédents

3On connaît la version canonique des événements de 1808 : le soulèvement contre l’envahisseur aurait été soudain, spontané, unanime, populaire et révolutionnaire ; quasiment miraculeux, il ne saurait trouver d’explication rationnelle. La vision providentialiste, présente aussi bien chez les progressistes que chez les conservateurs, s’est imposée dès les premières semaines. Elle n’est pas le fruit d’une observation objective, mais l’affirmation cent fois répétée dans les proclamations patriotiques et dans la presse, à des fins de mobilisation, du caractère grandiose et surnaturel du soulèvement. Elle fait donc partie de la construction d’une légende, ensuite érigée en mythe fondateur du libéralisme espagnol par mémorialistes et historiens. Dans le dernier demi-siècle, de nombreux auteurs ont confronté le mythe à la réalité. Ils en ont montré les limites. Ni l’unanimité dans l’héroïsme, ni même la spontanéité de ces soulèvements qui éclatent presque tous en même temps, ne font aujourd’hui évidence, même s’il faut bien constater que l’on observe encore de surprenantes réticences à les remettre en question, tant il est malaisé de dépasser la lecture sentimentale de l’événement. Souligner la dimension de guerre civile du conflit, relativiser l’héroïsme ou révéler le côté obscur des guerrillas suscite encore parfois des réactions critiques non dépourvues d’une composante passionnelle.

4Qu’en est-il, au juste, de la rupture initiale ? Sans minimiser la fracture que produit le choc de l’invasion, il ne faut pas perdre de vue, sous peine de ne rien comprendre à ce qui se passe au printemps 1808, qu’il y eut des antécédents. Le principal est la force du sentiment de rejet de Godoy, de sa personnalité, de sa politique et de son influence sur le couple royal. Tout ce qui s’était accumulé de mécontentements et d’insatisfactions dans les dix années précédentes se concentrait sur sa personne. Ce sentiment était aussi bien le fait d’un secteur de l’intelligentsia éclairée que du groupe d’aristocrates qui avait choisi de jouer la carte du futur Ferdinand VII. Il n’était pas neutre, comme il est dit parfois, mais idéologiquement contradictoire, ce qui est fort différent. Il est impossible, en tout cas, de comprendre les positions des uns et des autres en 1808 si l’on ne sait pas quelles étaient les différentes lectures qu’ils faisaient de la crise de la monarchie. Un élément central à cet égard est le rapport du favori à Napoléon. La politique machiavélique de l’Empereur entretint pendant des mois le doute sur ce point. Pour l’opinion, Godoy était sa créature et, par conséquent, au départ, la réaction patriotique fut étroitement associée au rejet d’un régime honni. À la question « combien y a-t-il d’empereurs ? », un catéchisme politique de 1808 répond : « Uno verdadero en tres personas engañosas […] : Napoleón, Murat y Godoy ». Mais, en même temps, dans le parti qui entoure le prince des Asturies, on nourrit pendant quelques semaines l’illusion que Napoléon va débarrasser l’Espagne de Godoy et placer Ferdinand sur le Trône. Discrédit de la famille royale, mythification du prince des Asturies (qui ne prend sens que par opposition à la haine contre Godoy) et réaction indignée contre la perfidie de l’allié français sont donc indissociables. Le tout, ne l’oublions surtout pas, sur le fond d’une profonde crise sociale et politique, avec les contradictions qu’elle génère au sein de la société espagnole. Il y a, donc, dans un premier temps, une aspiration confuse à se défaire du despotisme et de l’arbitraire, jugés responsables des maux dont souffre le pays, beaucoup plus que l’émergence d’une sorte de libéralisme politique avant la lettre, dont on chercherait vainement une expression cohérente à ce moment-là. D’ailleurs, l’idéalisation de celui qui deviendra bientôt El Deseado se situe encore dans le cadre traditionnel : un pouvoir absolu qui s’incarne dans la personne d’un monarque quasiment divinisé.

5À partir de l’entrée des troupes françaises, à l’automne 1807, un climat de grande tension régnait dans tout le pays, et des incidents se produisirent en plusieurs endroits. L’émeute de palais qui éclata à Aranjuez, en mars, ne fut donc pas un coup de tonnerre dans un ciel serein. Il ne s’agissait pas d’une insurrection populaire marquant le triomphe d’un « parti révolutionnaire », mais l’aboutissement des intrigues du parti du prince des Asturies contre Godoy. S’il est vrai qu’elle créa une instabilité institutionnelle, mise ensuite à profit par Napoléon, il est pour le moins ambigu de la qualifier de premier acte de la « révolution ». Les aristocrates qui entouraient le prince des Asturies n’envisageaient pas de remettre en cause le régime politique et, en tout cas, pas dans un sens progressiste. L’explosion de joie populaire, souvent violente, qui s’ensuivit, déclencha, certes, un mouvement aux conséquences alors imprévisibles, mais la situation n’était pas du tout révolutionnaire, si l’on entend par là une volonté générale de rupture avec un ordre et des valeurs qui a posteriori seront dites d’ancien régime.

6Les quelques semaines qui s’écoulent entre l’émeute d’Aranjuez et la vague de soulèvements de la fin du mois de mai se caractérisent par une accélération soudaine et imprévisible. Tremblement de terre, secousse électrique qui se propage à la vitesse de l’éclair, etc., l’historiographie traditionnelle a épuisé la gamme des métaphores propres à rendre compte de la soudaineté de l’événement. Peu importe que le facteur déclenchant ait été l’indignation suscitée par l’entrée des troupes napoléoniennes, la chute de Godoy, l’abdication de Charles IV ou les événements tragi-comiques de Bayonne. L’essentiel est qu’était enclenché un processus dont personne n’était en mesure de prévoir les conséquences. Lorsqu’un historien écrit que s’effondre ainsi en quelques jours une structure multiséculaire, aussitôt remplacée par une nouvelle légitimité émanée du peuple, il joue un peu sur les mots, en suggérant que serait alors instauré le règne de la souveraineté populaire. Au-delà du devoir évident de résistance, la situation d’exception ainsi créée pose bien le problème du droit, pour des sujets pas encore devenus « nation », à intervenir dans les affaires politiques pour assurer la continuité de l’État . Mais il ne s’agit pas encore, comme le disent certains, du droit à refonder le pacte supposé exister entre le monarque et ses sujets, et encore moins d’exercer le droit fondamental d’une nation souveraine à choisir la forme de gouvernement qui lui convient. On est encore loin de ce débat théorique, d’autant que les lois traditionnelles de la monarchie avaient envisagé les cas de vacance du Trône. C’est dans une situation de fait, exceptionnelle, que l’on se trouve placé, et la réponse doit venir dans l’urgence. Mais la vacance du pouvoir, sur laquelle on insiste tant, n’impliquait nullement l’émergence d’une nouvelle légalité. Elle ne conduisait pas nécessairement à inventer de nouvelles institutions. Les émeutes de mai 1808 ne visaient pas à ouvrir la voie à ce qui allait suivre deux ans plus tard, et que personne à ce moment-là ne pouvait même imaginer. Le surgissement des juntes ne répondait à aucun enchaînement logique et l’évolution ultérieure n’allait pas non plus être linéaire.

7Cela ne signifie pas, pour autant, que la crise ait eu un caractère aléatoire, ou qu’il ne se serait rien passé sans le choc de l’invasion, même si quelques jugements de contemporains paraissent justifier cette affirmation. Celui de Quintana, par exemple, qui affirmera plus tard catégoriquement : « España, habituada a las cadenas del poder absoluto, las hubiera llevado con paciencia ». Il est difficile (et ahistorique) de dire si le régime espagnol aurait sombré sans l’agression napoléonienne, et encore plus périlleux d’affirmer, par une autre sorte de déterminisme, que la remise en cause radicale des institutions était inéluctable à brève échéance. Par contre, il est impossible d’ignorer que la monarchie absolutiste espagnole était dans une crise profonde et, par conséquent, que la « révolution » ne fut pas due seulement à des facteurs externes. Nécessité, peut-être pas. Hasard, sûrement pas.

Insurrections et juntes

8L’apparente convergence de points de vue entre historiens conservateurs et progressistes quant aux caractéristiques des soulèvements, cesse bien évidemment quand il s’agit d’en apprécier la signification politique. Les seconds insistent sur le caractère à leurs yeux révolutionnaire des juntes issues des insurrections. Une telle affirmation peut trouver confirmation dans quelques textes de la période. Cependant, l’étude concrète du phénomène, à laquelle se sont livrés plusieurs historiens ces dernières années, conduit à la nuancer sérieusement. Au début, ces soulèvements ne paraissent pas très différents des poussées de mécontentement qui secouaient de loin en loin la société d’Ancien Régime. Pourtant, outre leur caractère généralisé, ils présentent des caractéristiques différentes que l’on retrouve un peu partout : vif sentiment anti-Godoy, qui cristallise dans l’assassinat de personnalités considérées comme des créatures du favori ; mécontentement contre les autorités, accusées d’indolence ou soupçonnées de trahison ; intervention de quelques meneurs, dont l’identité n’est pas toujours claire ; situation incontrôlable pendant quelques jours ; puis désignation d’une junte, sous la pression des émeutiers, le plus souvent par acclamations et à partir d’une liste préétablie ; et, finalement, reprise en mains de la situation par ces nouvelles autorités, au prix parfois d’une dure répression.

9Les juntes, réputées populaires par l’historiographie traditionnelle, ne le sont pas du tout. Les émeutiers confient aussitôt le pouvoir à des notables, parmi lesquels ecclésiastiques et nobles sont très largement majoritaires. Celle de Grenade comprend 10 ecclésiastiques sur 40 membres. Celle de Lérida est présidée par l’évêque. Souvent même, comme à La Corogne, on fait appel à des individus appartenant à des organismes incarnant l’Ancien Régime (comme l’Audiencia). Plus significatif encore : la désignation se fait le plus souvent par estamentos, c’est-à-dire en respectant le cadre traditionnel. Tout se passe comme si « le peuple », à peine après avoir ébranlé l’ordre ancien, s’empressait de le restaurer. Inertie des mentalités ou habile récupération du mouvement par les privilégiés ? Peut-être un peu des deux. Mais il est difficile, dans ces conditions, de parler de rupture. On se demande comment Modesto Lafuente a pu qualifier les juntes d’« agrégat incohérent d’individus de toutes les hiérarchies sociales ». On y chercherait en vain des représentants du peuple, à moins que l’on entende par là quelques riches commerçants. D’ailleurs, quand ces juntes s’efforcèrent de mettre en place l’ébauche d’une structure de pouvoir local, elles veillèrent à éviter que des éléments des couches populaires puissent y participer. Par exemple, à Séville, la Junte ordonna la création de juntes paroissiales, en stipulant que la composition devrait en être impérativement la suivante : le curé, un noble (título), un commerçant, un propriétaire terrien et un artisan.

10Par conséquent, si le peuple a pris une part essentielle dans les émeutes, il n’en a pas eu le contrôle ou, en tout cas, l’a très vite perdu. Certains ont voulu voir un conflit de classes dans les assassinats, parce que les victimes en étaient toujours des privilégiés. C’est confondre deux choses : l’appartenance de classe des victimes et les raisons de leur assassinat (en général leur compromission antérieure avec le pouvoir honni de Godoy). Ni révolte populaire contre les privilégiés, ni des pauvres contre les riches, donc, bien que parfois politique et protestation sociale se mêlent, comme lors de l’assassinat de Cayetano Soler, à qui l’on reprochait d’avoir mis en œuvre la politique fiscale de Godoy. Dans un moment de libération des interdits et d’exhalation de rancœurs accumulées pendant des années, il n’est pas toujours facile de démêler ce qui relève de la réaction patriotique et ce qui est protestation de classe. Pourtant, l’agitation sociale qui semble s’être produite en de nombreux endroits (refus d’acquitter dîmes et autres droits seigneuriaux, et même parfois attaques contre les propriétés), ne fait pas partie des émeutes ; elle les accompagne plutôt et ressemble aux coups de colère paysanne qui avaient jalonné le siècle précédent. Que les deux réalités ne se confondent pas, et puissent même être antinomiques, on le voit dans les édits des juntes, qui rappellent à la population l’obligation de payer les impôts, ce qui prouve à la fois l’existence de protestations en ce domaine et la volonté des juntes de faire respecter l’ordre. En ce sens, l’esprit de classe des mesures de maintien de l’ordre est indubitable. Il sera prolongé par la Junte centrale, qui recommandera par exemple à la junte de Catalogne, en janvier 1809, d’armer « nobles, pudientes, hacendados y personas de probidad », pour faire respecter l’autorité.

11À constater cela, on mesure combien est inexacte l’idéalisation du peuple à laquelle se livrent tant de publicistes contemporains, suivis par l’historiographie du XIXe siècle. On souligne que la réaction patriotique était venue du peuple. Capmany considère que son ignorance et sa pauvreté mêmes l’avaient préservé de la corruption qui, venue de France, avait gagné les élites. Fernández Sardino, le rédacteur du Robespierre español, le proclame incorruptible, généreux, simple et courageux. Mais, dans l’autre camp aussi, le père Vélez voit en lui le sauveur du Trône et de l’Autel, parce qu’il ne calcule pas et agit par instinct. Comme souvent, la note discordante viendra de José María Blanco, qui n’hésitera pas à prendre le contre-pied du mythe, en déplorant l’ignorance et le fanatisme d’un peuple incapable de penser, tellement il est esclave et misérable. Loin de l’idéalisation d’ordre idéologique, ce que reflètent au contraire, proclamations et premières mesures prises par les juntes, c’est la crainte des notables de voir le peuple profiter de la situation et l’impatience de le ramener au respect de l’autorité. Plus tard, pour surmonter verbalement la contradiction, les libéraux s’emploieront à distinguer « le vrai peuple » du bas peuple, ou populace.

12Certes, la situation est complexe. Les juntes ne constituent pas des blocs homogènes. Autoproclamées, elles prétendent tenir leur légitimité du peuple, mais défendent l’ordre social existant. Patriotiques, elles ne sont ni populaires ni révolutionnaires. Elles sont traversées de tensions internes, et de vifs conflits de préséance surgissent parfois entre elles. Si elles sont majoritairement constituées de privilégiés et de notables, on y voit aussi émerger quelques personnalités nettement progressistes, comme Flórez Estrada ou Calvo de Rozas. Mais, dans l’ensemble, elle sont dominées par des élites conservatrices et visent fondamentalement à combler le vide institutionnel et à assurer la continuité de l’État monarchique. Le traité qui scelle l’union entre les juntes de Galice, de Castille et de León précise, par exemple, que la guerre est menée pour défendre la religion catholique et les droits de Ferdinand VII, et stipule, en son article 3 :

Serán inalterables en las actuales circunstancias la constitución, leyes, tribunales, magistrados, autoridades, clases, fuerzas, privilegios y demás establecimientos nacionales adoptados y reconocidos por la legislación y la costumbre.

13Partout, sans exception, se manifeste cette même volonté et, partout, les mesures prises sont nettement conservatrices, faisant passer avant tout la défense de l’ordre public et de l’ordre social. Parler de rupture révolutionnaire, dans ces conditions, ne semble guère correspondre à la réalité. Il y a un mythe de l’héroïsme et un mythe du caractère révolutionnaire des soulèvements. Mais il en est un troisième : c’est celui du caractère indissociable des deux premiers.

14L’ambiguïté vient sans doute de ce que l’on confond données objectives de la situation et orientations effectives des juntes. En mai et juin, la situation est potentiellement révolutionnaire. Pour une double raison : la vacance du pouvoir et la soudaine irruption des masses dans les affaires politiques. C’est, d’ailleurs, ce qui explique la grande peur des oligarchies et leur empressement à contrôler la situation. Mais il y a risque de rupture révolutionnaire plutôt que rupture réelle. Ce que soulignera Blanco, en écrivant ironiquement :

Tan ajena estaba [España] de emprender una reforma, tan poco preparada a una revolución, que nada se esperaba con tanta ansia como saber si Buonaparte daría una sobrina para mujer de Fernando.

15Il posait ainsi un autre problème : à supposer que « le peuple » ait pris le contrôle de la situation en juin 1808, aurait-il eu vraiment le désir et les moyens d’imposer des mesures révolutionnaires ?

16Quoi qu’il en soit, après Bailén, la nécessité de coordonner la résistance s’imposa, mais non sans réticences, tellement furent fortes les tendances centrifuges, révélées par la fragmentation initiale de la lutte. Laissant de côté cet aspect du problème, qui à lui seul, nécessiterait de longs développements, je me bornerai ici à répondre à la question de savoir si la réunion de la Junte centrale fut un pas dans le sens d’une rupture révolutionnaire. Pour M. Artola, la réponse ne fait pas de doute : il s’agirait même du premier coup d’État révolutionnaire en Espagne, parce que la Junte avait été constituée « sobre una base electiva ». L’expression est ambiguë. Elle masque le caractère essentiellement contradictoire et du processus de constitution de la Junte et de ses orientations. Cette dernière émane des juntes provinciales, mais elle s’efforce très vite de rogner leurs pouvoirs en les confinant à l’organisation régionale de la résistance. On peut la percevoir comme la structuration d’un pouvoir venu d’en bas ou, au contraire, comme un coup d’arrêt à ce processus, en réaction contre la dispersion et la menace d’« anarchie ». La réalité, ici encore, est complexe et la vision globale des seize mois où elle s’efforça de gouverner est trompeuse. Contexte de la guerre, contradictions internes et dynamique de la situation sont à prendre en compte, si l’on veut éviter de donner dans une interprétation schématique et unilatérale.

17Pendant plusieurs semaines, deux points de vue s’affrontèrent quant à la nature du pouvoir de la Junte centrale : simple organisme de coordination, limité dans le temps, émanation des juntes provinciales et étroitement contrôlée par elles ou, au contraire, véritable gouvernement intérimaire assumant pleinement le pouvoir, sans avoir à en rendre compte ? Le second point de vue s’imposa. Si l’on veut y voir un coup de force, ce serait dans le sens inverse à celui indiqué plus haut : une reprise en main pour couper court à l’existence de pouvoirs éclatés, tirant leur légitimité d’une désignation théoriquement populaire. On objectera que la Junte centrale eut le mérite de lancer le processus de convocation des Cortes et, par conséquent, de donner l’impulsion décisive à la « révolution ». Ce serait beaucoup schématiser. D’abord, parce que l’idée avait surgi dès le mois de juin 1808, sous la forme d’une convocation des Cortes traditionnelles. Ensuite, parce que le terme même de Cortes était extrêmement ambigu, comme allaient le montrer les débats passionnés et indécis sur les modalités de la convocation qui, au sein de la Junte et en dehors, durèrent plus d’un an. Au départ, il est incontestable que dominait le point de vue, disons traditionaliste, de mettre en place un simple gouvernement intérimaire pour assurer la continuité de l’État. Pour ne prendre qu’un exemple, le Manifiesto sobre la constitución de la Junta central de gobierno, que se trata de formar en España, pubié à Valence pendant l’été 1808, parle de la nécessité d’un pouvoir central capable de mettre un terme à la « rivalité des provinces », lui assigne la tâche de défendre « la Religion et le Trône » et précise nettement :

Las leyes del reino nos enseñan el camino que debemos seguir ; y cualquiera que trazare nuevos sistemas, sin acomodarse al que ellas nos indican, deberá mirarse como sospechoso.

18Par rapport à la mise en place d’une régence (solution défendue par les conservateurs, et aussi par le gouvernement anglais), la création de la Junte centrale était sans aucun doute progressiste. Mais elle n’était pas pour autant révolutionnaire. Par prudence (ou pour tenir compte des divergences d’opinion en son sein ?), le langage qu’elle tient, dans ses premiers manifestes, est ambigu. Elle y insiste à la fois sur la continuité (« la restauración en el trono de un Rey tan deseado, la conservación de nuestra santa Religión, la de nuestras leyes y costumbres ») et sur le changement, en promettant des réformes et l’établissement de la monarchie sur « des bases solides et durables », par le rétablissement des lois fondamentales du royaume, garantie des « véritables droits » (expression bien vague) du peuple espagnol. Majoritairement composée de représentants des deux ordres privilégiés (qui n’avaient toutefois pas été désignés en tant que tels), elle s’inscrit d’emblée dans la continuité en se donnant le titre de Majesté, en s’installant à Aranjuez, en remettant en vigueur le cérémonial traditionnel et en constituant un exécutif selon l’ancien schéma des cinq secrétariats d’État. Et, surtout, elle prend des mesures qu’il est difficile de considérer comme progressistes : suspension de la vente de certains biens ecclésiastiques (qui avait été décidée par Godoy), maintien de l’Inquisition et du Conseil de Castille (qui symbolisait l’Ancien Régime), refus de libérer la presse, etc. Cette dernière attitude lui vaudra de vifs reproches des libéraux. Antillón l’accusera d’avoir traité les Espagnols « comme de vils esclaves », et Martínez de la Rosa soulignera que la Junte « temió más a la licencia que a la esclavitud ». Ce jugement caractérise assez bien l’attitude générale de la Junte : en définitive, c’est le désir de continuité qui l’emporta, en effet, sur la volonté de réformes. Le tout au prix de vifs échanges entre les différentes tendances qui s’affrontaient en son sein. Calvo de Rozas devait raconter plus tard que ceux qui défendaient la liberté de la presse et demandaient la réunion des Cortes étaient qualifiés de traîtres par les conservateurs, qui les accusaient de faire le jeu de l’ennemi. Par où l’on voit, une fois de plus, le lien étroit entre débats politiques et résistance patriotique.

19Ces ambiguïtés expliquent que les jugements sur la Junte soient discordants. Pour les uns, elle a contrôlé et freiné la « révolution » ; pour les autres, elle l’a accélérée. Quoi qu’il en soit, s’il y eut un point de rupture dans le processus, c’est après la dissolution de la Junte centrale qu’il faut le chercher, au moment où les longues discussions autour de la réunion des Cortes trouvent enfin une solution, contre l’avis des conservateurs, c’est-à-dire pendant l’été 1810. À un moment, faut-il le rappeler, où les neuf dixièmes du territoire sont occupés et où la situation militaire paraît désespérée, si bien que la radicalisation politique est inversement proportionnelle aux succès de la résistance patriotique.

Les Cortes de Cadix

20Malgré les milliers de pages qui ont été écrites pour critiquer l’application mécanique à l’Espagne du paradigme de la Révolution de 1789, souligner la diversité des formes de la « révolution bourgeoise » et montrer que la Révolution française, considérée globalement, avait sans doute été l’exception et non la règle, le mythe résiste et resurgit constamment. La vision topique d’un 1808 qui serait en quelque sorte l’an I de la Révolution espagnole est présente chez les contemporains. Mais le terme même de « révolution » est polysémique, utilisé qu’il est par les uns dans le sens vague de brusque bouleversement politique et, par les autres, de rupture politique à la française. La référence négative aux événements de France est quasiment obsessionnelle, ce qui n’est guère surprenant dans le contexte. On ressort les slogans utilisés dans la campagne de mobilisation de l’opinion dans la guerre contre la Convention ; on fait resurgir un vieux fond de gallophobie nourri au siècle précédent par une réaction contre l’invasion des modes, de la culture et des idées venues d’outre-Pyrénées ; et on présente Napoléon comme l’héritier des jacobins. Ce sont, bien sûr, en premier lieu, les traditionalistes qui pratiquent ces amalgames. Mais on est surpris de les trouver aussi, parfois, sous la plume d’auteurs qui méritent par ailleurs le qualificatif d’ilustrados, comme Capmany.

21La Révolution de 1789 est alors essentiellement un contre-modèle. Ce que souligne nettement la proclamation de la Junte centrale du 26 octobre 1808, où il est précisé que « la Révolution espagnole aura des caractéristiques entièrement différentes de celles que l’on a vues dans la française ». Le terme même est parfois récusé. La Gaceta ministerial de Sevilla, organe de la Junte provinciale, affirme catégoriquement, dans son numéro 5 : « En España, no hay revolución ». À quoi fera écho, d’un point de vue diamétralement opposé, cette exclamation du député américain Mejía, le 20 décembre 1810 : « Es un dolor que no haya en España revolución », qui souleva un tollé aux Cortes. Mais cette déclaration provocatrice constitue l’exception. Dans les nombreuses comparaisons que l’on fait entre les deux révolutions dans les publications de la période, on s’efforce de se démarquer du modèle français, en rejetant la violence, la Terreur, les persécutions contre le clergé et ce que l’on considère comme un radicalisme outrancier. Il s’agit bien sûr, avant tout, de se défendre de l’accusation de collusion avec les envahisseurs. Il est d’ailleurs assez plaisant de constater que la référence négative au modèle révolutionnaire français a fonctionné dans tous les sens : des patriotes en général contre les collaborateurs ; des traditionalistes contre les libéraux ; et même des joséphins contre les résistants, présentés comme des jacobins, des républicains ou des anarchistes sanguinaires. Au point que la Junte centrale, dans son célèbre manifeste aux nations européennes, crut nécessaire de proclamer avec indignation : « Nos calumnian de revolucionarios ». Et Alcalá Galiano citera cette formule d’un député conservateur, rapportée par le Semanario patriótico : « Nosotros no estamos en revolución ; nos han revuelto ».

22La présence d’un terme aussi polysémique que « révolution » dans les textes contemporains appelle, donc, toujours une lecture en contexte. Il est très souvent associé à « sainte », ce qui lui confère évidemment une signification particulière. A. Moliner a relevé que c’était dans les proclamations de la Junte de Valence, qui ne fut pas précisément révolutionnaire, que le terme était le plus souvent employé. En septembre 1813, les rédacteurs de La Aurora mallorquina, jetant un regard rétrospectif sur les événements, affirmeront qu’il n’y a pas eu en Espagne de révolution comme en France ; le changement y aurait été dû « à la nécessité » et non pas à « l’esprit d’innovation ». Ce sera également l’opinion de Quintana, sur la défensive en 1823, lorsqu’il affirmera : « Bien lejanas, por cierto, estaban de nosotros las máximas revolucionarias de que tanto se nos acusa ». Globalement, donc, ce qui domine c’est la volonté de rejeter la voie révolutionnaire, trop associée à la récente histoire de la France. Parler de jacobinisme dans le Cadix des Cortes est plus qu’un simple abus de langage : c’est une erreur de perspective. Des exemples isolés, comme celui du Robespierre español, ne prouvent rien. Fernández Sardino est un électron libre, sur la personnalité duquel on est, d’ailleurs, en droit de s’interroger, car la lecture de son périodique nous le montre parfois beaucoup moins radical que ne le proclame le titre. En sens inverse, Tierno Galván, poussant loin le paradoxe, n’a pas hésité à affirmer que les révolutionnaires de Cadix n’étaient en réalité que des conservateurs.

23Ni le sentiment des contemporains, ni les jugements à l’emporte-pièce de quelques historiens ne peuvent suffire. Sauf à donner au terme « révolutionnaire » un sens trivial mal défini, c’est au contenu du processus, aux intentions des acteurs et aux résultats qu’il faut juger. De ce point de vue, il n’est pas douteux que les trois thèmes qui dominent pendant les deux premières années sont : la défense de la religion catholique (comme élément constitutif de l’identité nationale), la préservation de la monarchie (qui s’incarne en la personne du Deseado) et la continuité historique, à la fois institutionnelle et culturelle. Les juntes sont conçues avant tout comme un moyen de pallier dans l’urgence au vide institutionnel, même si formellement elles paraissent constituer une rupture dans ce domaine. À l’époque de la Junte centrale, l’urgente nécessité de défendre la patrie éclipse de fait le débat sur les institutions, et la perspective, encore mal définie, d’une réunion des Cortes n’est pas envisagée comme une rupture. Par contre, à partir du moment où les partisans d’une convocation selon une procédure profondément novatrice l’emportent, le débat change de nature, parce que s’ouvre alors une perspective de changement politique dans tous les domaines. Quand Martínez de la Rosa intitule « La revolución actual de España » l’analyse qu’il publie à Londres dans El Español de Blanco, juste après l’occupation de l’Andalousie et à un moment où l’Espagne libre est réduite à sa plus simple expression, on peut penser qu’il donne au terme « révolution » un contenu nettement politique. Il est paradoxal que cela se produise justement au moment où la situation militaire paraît désespérée, mais c’est que le repli sur Cadix a fortement contribué à radicaliser les débats politiques. D’abord, parce que dans le microcosme gaditan le rapport des forces est nettement plus favorable aux partisans du changement. Ensuite, parce que si, dans les provinces, l’urgence de la résistance à l’occupation l’emporte sur les débats idéologiques, à Cadix c’est l’inverse qui se passe. La concentration de réfugiés majoritairement favorables au changement transforme la ville en un formidable laboratoire d’idées. Marx avait cru pouvoir résumer cette dichotomie en une équation : « À Cadix, des idées sans actes ; dans le reste de la Péninsule, des actes sans idées ». Formule frappante, mais excessivement schématique, surtout dans sa seconde partie : en dehors de Cadix, la mobilisation ne s’est pas faite sans idées, mais autour de quelques slogans pas vraiment révolutionnaires, inlassablement martelés par la propagande patriotique, que résume bien la triade « Religion – Roi – Patrie ».

24D’un autre côté, s’il est essentiel d’analyser les aspects juridiques des discussions des Cortes, il faut bien voir que les problèmes débattus ne sont pas théoriques. Les articles de la constitution qui limitent le pouvoir du roi ne prennent sens qu’en contexte : l’absence du Deseado et sa dépendance vis-à-vis de Napoléon. La situation d’exception dans laquelle se trouve le pays pèse sur des choix décisifs, comme le mode de désignation des députés. Rien ne sert de gloser sur l’anomalie que constitue le recours à des remplaçants : on n’avait guère le choix. De même en ce qui concerne la représentation de l’Espagne d’outre-mer. Elle sera source de conflit, les Cortes choisissant de tourner le dos au principe de la proportionnalité et de restreindre le droit de vote. Mais il s’agissait d’une considération très pragmatique : était-il envisageable de réunir une assemblée majoritairement composée d’Américains, et cela à un moment où les élites criollas manifestaient un désir croissant d’indépendance ? De même, en ce qui concerne les rapports entre la régence et les Cortes : la subordination de fait de la première aux secondes n’était pas une simple question de droit constitutionnel ; elle était conditionnée par un impératif de cohésion, d’efficacité et de rapidité dans la prise de décision.

25Quoi qu’il en soit, la radicalisation qui se produisit au sein des Cortes, qu’elle fût due ou non à l’anormalité de la situation, ne saurait être considérée comme l’aboutissement logique du processus antérieur. D’un violent mouvement de rejet initial, où se mêlaient réaction patriotique, sentiment anti-Godoy, désir de dresser des barrières contre l’absolutisme et l’injustice de la société d’ordres, démarche essentiellement négative, on est passé à la recherche d’un ordre politique et social radicalement nouveau, fondé sur une nouvelle légitimité (la souveraineté nationale), la garantie des droits fondamentaux, l’égalité juridique et le droit de tous au bien-être. Tout cela rappelle évidemment des principes popularisés par la Déclaration de 1789. Aussi, les accusations portées par les conservateurs contre ceux que l’on commence à désigner du nom de « libéraux » vont-elles se focaliser sur le projet constitutionnel comme copie servile de la constitution française de 1791, et susciter une polémique dont on sait qu’elle n’est pas encore tout à fait éteinte. Là non plus, il ne s’agit pas d’un débat théorique sur les mérites comparés de tel ou tel modèle constitutionnel. Il est impossible de le comprendre hors contexte : la lutte contre un envahisseur considéré comme l’héritier de la France révolutionnaire. Que les conservateurs insistent lourdement sur les origines françaises (et donc, à leurs yeux, révolutionnaires) du projet politique libéral est de bonne guerre. Mais pourquoi des hommes qui se veulent héritiers des courants de pensée progressistes du siècle précédent, au lieu de revendiquer fièrement cet héritage, préfèrent-ils comme honteusement le nier ?

26C’est pourtant ce qui se passe, comme on le sait. La volonté de penser la réforme politique comme la redécouverte d’une tradition, celle des anciens royaumes médiévaux, est même une des caractéristiques principales du projet. Pour les conservateurs, il n’y a là que pure manœuvre tactique, opinion que reproduisent encore aujourd’hui quelques historiens2. Que les lectures que l’on fait de la tradition soient souvent forcées, et même carrément inexactes, est indubitable : par exemple, lorsque l’on voudrait donner crédit à l’existence d’un prélibéralisme médiéval, qui n’est qu’un artefact sans réalité historique. Encore que, dans ce domaine, il faudrait distinguer entre les slogans politiques et les travaux d’un historien comme Martínez Marina, fin connaisseur des vieux textes législatifs, qui prétend moins réinterpréter la tradition à travers le prisme des nouvelles idées que faire une lecture historicisée des principes libéraux. Mais l’essentiel n’est pas là. L’important c’est de voir que ce recours à la tradition était en quelque sorte le prolongement d’un positionnement stratégique, déterminé par la situation concrète dès 1808 : l’insistance sur la continuité institutionnelle. Faut-il l’interpréter comme une démarche conservatrice ? Oui, sans doute au début, lorsqu’au sein de la Junte centrale, on ne parle que de « restaurer » ou de « régénérer », pour répondre aux accusations de révolutionnarisme. Mais le débat prend ensuite une tout autre dimension. La volonté affirmée d’articuler tradition et réforme institutionnelle est d’abord une manière de rejeter la voie révolutionnaire à la française. Dans le contexte de la lutte patriotique, il était naturel de mettre en avant le caractère profondément national de la formule élaborée à Cadix. La radicalisation qui se produit alors n’est pas, pour l’essentiel, le fruit d’une réflexion abstraite sur les formes de gouvernement3. C’est peut-être pour cela que la constitution ne comporte pas de déclaration des droits, à la différence du projet universaliste et rationaliste de 1789-1791. Elle est une réponse concrète dans des circonstances particulières, un compromis entre tradition nationale et révolution libérale, qui, pour cela aussi, séduira d’autres libéraux européens.

Portée et limites de la « révolution »

27On est surpris de constater à quel point les jugements globaux sur la constitution et les mesures législatives adoptées de 1810 à 1814 sont encore aujourd’hui discordants. Celui-ci affirme qu’elles ne sont qu’un ensemble de dispositions timides et contradictoires, qui seraient restées purement théoriques, sans avoir aucun impact concret sur la société espagnole, laquelle ne serait pas moins estamental et passéiste après 1814 qu’avant 1808. Tel autre, au contraire, soutient (et convenons que cette opinion est majoritaire) que la rupture fut radicale et qu’après 1812 rien ne pouvait plus être comme avant.

28Certes, la constitution est sur bien des points le fruit d’un compromis et reste pour cela ambiguë. Elle définit une nation de citoyens libres et théoriquement égaux en droit, mais dément aussitôt le principe en excluant, non seulement les femmes (ce qui, à l’époque, n’était pas surprenant), mais les Américains d’origine africaine, et en annonçant l’instauration d’un suffrage censitaire, dès que cela serait possible. En contradiction avec le principe proclamé de l’égalité juridique, elle maintient un statut particulier pour les militaires et les ecclésiastiques. Elle annonce une suppression des douanes intérieures, mais elle reste prudemment évasive sur la délicate question des fueros. Dans le domaine religieux, elle accumule les concessions : le fameux article 12 ; l’exclusion des ouvrages religieux des nouvelles dispositions concernant l’édition ; les élections au premier niveau dans le cadre des paroisses (et non pas dans celui des municipios), avec, au début, discours du curé et messe « pour solenniser l’acte » et Te Deum, à la fin. Elle ne dit rien de l’Inquisition, qui ne sera abolie que tardivement et non sans difficultés. Tout cela peut, certes, s’expliquer en partie par le besoin que l’on a de l’Église pour mobiliser les masses. Mais la contrepartie est évidente : le clergé, en majorité conservateur, pèse sur les décisions politiques. La suspension de la vente de certains biens ecclésiastiques fit peut-être partie, au début, de la réaction anti-Godoy, mais il est difficile de ne pas la mettre en rapport avec le grand nombre d’ecclésiastiques présents dans les juntes, puis aux Cortes. En mai 1810, devant la situation financière désastreuse, la Régence demande à l’Église de céder la moitié des dîmes. Deux mois plus tard, la mesure est rapportée. Était-ce en raison de l’impossibilité pratique de l’appliquer dans un pays occupé, ou pour faire taire les protestations du clergé ?

29Tout cela est un peu difficile à comprendre, si l’on s’imagine les Cortes dominées par un bloc libéral homogène. Mais il n’en fut rien, sauf dans la mythologie libérale. Les deux ordres privilégiés y étaient largement représentés, alors que les membres du tiers état étaient très minoritaires. L’argument n’a certes qu’une valeur très relative, puisqu’il repose sur une vision trop mécaniste pour rendre compte de la complexité des rapports sociaux et des positionnements politiques. Mais les serviles étaient très présents à Cadix. Les libéraux, d’ailleurs, se trouvaient dans une position difficile à tenir, à partir du moment où ils avaient choisi de se situer dans la continuité politique et culturelle. N’avaient-ils pas eux-mêmes contribué, non sans ingénuité, à la construction du mythe du Deseado ? On peut se demander si les concessions qu’il firent au clergé ne relevaient pas de la même disposition d’esprit. En tout cas, dans les débats des Cortes et dans la presse, on les voit la plupart du temps sur la défensive.

30L’historiographie libérale n’a cessé de vanter la libération de la parole et l’irruption sur la scène politique d’une opinion publique conquérante, qui aurait tout bouleversé. Mais il ne faut pas s’y tromper : les adversaires du changement n’ont pas été moins habiles que les libéraux à s’emparer de la presse et à utiliser pamphlets et caricatures. Ils semblent même avoir été plus efficaces, parce qu’ils disposaient de davantage de moyens matériels et humains : pour preuve, les redoutables pamphlets des pères Alvarado et Vélez, qui menèrent la vie dure aux libéraux. Contrairement, donc, à certains schémas, les libéraux ne se sont pas trouvés dans une situation hégémonique. Ils seront, d’ailleurs, désagréablement surpris de constater, lors des élections de 1813 (les premières à se dérouler dans un pays libéré), qu’ils étaient loin d’avoir gagné la bataille de l’opinion. Ignorer cela, c’est se priver d’un des éléments d’explication de l’échec final ; les autres étant une situation économique impossible à maîtriser et rendant inopérants les essais de réforme ; la situation militaire ; le contexte international (en particulier, l’attitude ambiguë de l’allié anglais) ; et le mouvement d’émancipation des colonies.

31Par ailleurs, faire élaborer une constitution ou voter des lois était une chose ; les faire connaître et appliquer, une autre. Les difficultés de communication, inhérentes à la situation, ont souvent freiné la transmission des décisions, si bien que, dans de nombreux cas, elles ne furent pas suivies d’application, d’autant que beaucoup furent prises tardivement, et donc vite annulées par la réaction de 1814. Plusieurs témoignages montrent que même le texte de la constitution, dont les Cortes avaient pourtant prescrit la diffusion systématique, n’était toujours pas connu dans plusieurs régions plus d’un an après avoir été adopté. À La Corogne, El Ciudadano por la constitución du 24 mars 1813 parle d’un retard de six mois et, un mois plus tard, il déplore « l’indifférence avec laquelle on laisse tomber dans l’oubli les décrets des Cortes ». À Palencia, en août 1813, le chef politique informe le gouvernement que, par manque d’exemplaires de la constitution, elle est encore inconnue dans de nombreux villages. À Séville, la Diputación provincial ne commence à fonctionner qu’en novembre 1813, soit moins de six mois avant l’effondrement du régime. Sanctifier la constitution, exiger la prestation de serment, légiférer dans une ville assiégée, était une chose. Mettre en place les nouvelles institutions et l’ensemble des mesures législatives qui les accompagnaient en était une autre, infiniment plus ardue.

32Est-on, pour autant, en présence d’une révolution de papier, plus institutionnelle et juridique que structurelle et sociale ? Je n’ajouterai pas ici quelques paragraphes aux milliers de pages qui ont été écrites sur la question de savoir si les événements qui se déroulèrent de 1808 à 1814 constituent la première phase de la révolution bourgeoise espagnole. D’autant que, étant donné les circonstances et la brièveté de l’expérience, il était hautement improbable que pût s’accomplir alors le passage de l’Ancien Régime à la modernité. Il serait pourtant souhaitable que l’on s’interrogeât sur le caractère contradictoire d’affirmations comme : « la révolution de 1808 fut une révolution bourgeoise appuyée sur une guerre populaire révolutionnaire », et « en 1840, la révolution bourgeoise était encore à faire », que l’on trouve si fréquemment, et parfois sous la plume du même auteur. Polyphonie ou discordance ? Raisonner en termes de déterminisme économico-social, ou considérer les mesures votées à Cadix comme la simple traduction d’un débat doctrinal sont deux démarches également mécanistes. L’essentiel est de voir que le processus qui avait commencé en 1808 sous le signe de la continuité se radicalise à partir de la convocation effective, puis de la réunion, des Cortes. Cela conduit à l’élaboration d’une constitution et à l’adoption d’un programme de réformes qui manifestent une nette volonté de rompre avec l’Ancien Régime, parce qu’elles s’attaquent aux fondements juridiques de la domination des deux ordres privilégiés, en opposant au principe du privilège l’égalité juridique, le mérite et les capacités, et en proclamant des principes comme la liberté politique ou la souveraineté nationale. Que la plupart des décisions n’aient pas été réellement suivies d’application n’en fait pas une révolution in vitro ou une belle utopie. D’abord, la lutte victorieuse contre l’impérialisme napoléonien était en soi subversive : elle montrait aux yeux des autres nations qu’un peuple en armes pouvait vaincre la plus forte armée du monde. L’étaient également la rupture institutionnelle et l’intervention dans les affaires politiques de larges couches sociales qui en étaient d’ordinaire écartées. Enfin, et surtout, la valeur emblématique et affective de La Pepa et l’œuvre des législateurs de Cadix allaient demeurer dans les consciences, non seulement des libéraux espagnols, mais de tout le mouvement libéral mondial, comme des références incontournables. En 1820, au moment où l’Europe entière subit le joug de la Sainte-Alliance, elles seront même un modèle et une raison d’espérer pour les peuples.

33Il s’était donc bien passé, entre 1808 et 1814 en Espagne, quelque chose de plus qu’une défaite infligée par un peuple héroïque à un impérialisme finissant. Mais il faut s’y résoudre : nous ne sommes pas en présence d’un processus linéaire, progressif, univoque et harmonieux. Il n’est pas d’emblée révolutionnaire ; il le devient, au prix de batailles politiques incertaines, fortement conditionnées par les circonstances, ce qui rend aléatoires les essais d’appréhension purement internes (et abstraits) des positionnements idéologiques. La clé du processus est dans sa dynamique, produit de tensions contraires. C’est pourquoi il est dangereux de considérer globalement ces six années, comme s’il s’agissait d’un processus homogène. Ici, plus que pour toute autre période, la périodisation et la connaissance précise des caractéristiques de chacune des phases sont essentielles. C’est uniquement sur cette approche du concret historique que l’on peut se risquer à échafauder synthèses et visions d’ensemble. Tout cela est évidemment déterminé par le sort des armes. Il y a longtemps déjà, Pierre Vilar avait attiré l’attention sur la nécessité de disposer d’une cartographie chronologique des opérations militaires, ne serait-ce que pour savoir à chaque moment quelles étaient les zones occupées et les zones libres. La durée de l’occupation a été très inégale selon les endroits, de quelques mois à plus de cinq ans. Se trouver à Cadix, dans une ville assiégée, surpeuplée mais jamais occupée, à Majorque (où se regroupent pendant plusieurs mois 30 000 réfugiés, dont beaucoup d’anti-libéraux), à La Corogne ou à Alicante, n’était pas la même chose qu’être à Barcelone, Séville ou Bilbao. Quant à distinguer clairement pays occupé et pays libre, c’est à la rigueur possible pour les villes, mais, dans les zones rurales, il serait illusoire de chercher une ligne de démarcation nettement tracée. La diversité des situations est, donc, extrême, et toute généralisation s’avère immédiatement source d’erreurs de perspective. Trop souvent, le récit des débats politiques est déconnecté du contexte. À Séville, la junte siège de façon à peu près régulière pendant plusieurs mois, prend des décisions, bref, s’efforce de gouverner. La situation est très différente, par exemple, pour la junte de Catalogne, qui survit difficilement dans la clandestinité, en menant ce qu’Antonio Moliner a qualifié de « vida errant ».

34C’est pourquoi, aussi, il ne faut pas essayer de masquer les contradictions, mais comprendre qu’elles sont d’autant plus aiguës que nous sommes dans une période de soudaine accélération de l’histoire, et qu’elles sont le moteur de la dynamique historique. À la différence de la française, la « révolution espagnole » ne fut pas radicale et d’essence universaliste. Mais la constitution de 1812 n’en fut pas moins un acte fondateur, même si elle ne put recevoir qu’un début d’application. Révolution et contre-révolution dans l’Espagne de la guerre d’Indépendance sont indissociables, pour la raison, parfaitement vue par Marx, que les guerres contre l’impérialisme napoléonien eurent ce double caractère, justement parce que le régime napoléonien portait en lui cette contradiction. La résistance et la guerre ont à la fois réuni et divisé les Espagnols. Dans le cercle infernal de la violence, geste héroïque et guerre civile, élan patriotique et misères de la guerre vont de pair. Les juntes provinciales furent à la fois potentiellement révolutionnaires, en tant qu’institutions improvisées, et objectivement contre-révolutionnaires dans leurs orientations. L’analyse historique dissocie réaction patriotique et bataille d’idées ; mais, dans le vécu des contemporains, elles étaient indissociables. Le choc de 1808 crée une situation où les tendances centrifuges s’expriment naturellement, puisqu’il n’y a plus de centre. Mais, en même temps, il fait ressentir la nécessité d’un regroupement des forces, si bien que tendances centrifuges et centripètes sont liées dialectiquement. L’invasion et la guerre accélèrent brutalement, puis ralentissent le cours de l’histoire. Elles servent de révélateur de la crise et, en même temps, rendent impossible une issue positive. Les constituants de Cadix jettent les bases d’un régime libéral ; mais, en même temps, comme effrayés par les conséquences possibles des principes qu’ils viennent de proclamer, ils en marquent les limites, obsédés qu’ils sont par le spectre d’une révolution à la française. Ils proclament la fin du règne des privilèges, mais tergiversent sur la question des señoríos. Les clivages idéologiques traversent les groupes sociaux ; les contradictions s’insinuent chez les hommes. On voit, par exemple, Flórez Estrada, auteur d’un projet de constitution très radical, dénigrer l’esprit de commerce, pourtant tellement associé à l’émergence du libéralisme. Tout cela place l’historien face à un casse-tête, jamais définitivement résolu : savoir distinguer, dans ces aspects contradictoires, l’essentiel de l’accessoire, la règle de l’exception.

35Réaction patriotique, processus révolutionnaire, projet joséphin, contexte international, crise économique, mouvement d’émancipation des colonies, autant de facteurs qui s’entremêlent et sont en interaction. Si l’on en privilégie un, ou si on en oublie un autre, il devient difficile d’embrasser la complexité du processus. Il n’est jamais facile d’articuler les différents niveaux d’une formation sociale (économie, société, politique et idéologies), sans tomber dans un déterminisme simpliste. Il l’est encore moins d’établir des corrélations entre ces différents niveaux et la sphère des mentalités, cette nébuleuse d’idées, de représentations imaginaires, de croyances, de traditions, de superstitions et de pratiques culturelles. Les structures et les faits politiques sont une chose ; les mentalités une autre, et chacun sait qu’elles n’évoluent pas au même rythme. Or, entre 1808 et 1814, nous sommes dans le court terme. Est-il seulement pensable qu’en si peu de temps l’univers mental collectif des masses (car nous oublions trop souvent que ce que nous décrivons ne reflète que les idées et les préoccupations d’une minorité) ait suffisamment changé pour les rendre perméables au discours libéral ? Tout porte à penser qu’il n’en fut rien. De nombreux indices montrent que les libéraux, au-delà des discours de propagande où ils exaltaient les vertus du peuple et le présentaient comme impatient de voir se produire « la révolution », étaient très inquiets de constater qu’il restait sous l’emprise des forces opposées au changement. C’est ce que constatait Flórez Estrada, à la fin de l’année 1810, pour tenter d’expliquer pourquoi le peuple qui avait fait la révolution de 1789 avait ensuite été réduit en esclavage par un tyran :

Jamás sucede repentinamente una revolución moral, porque en un día no se pierden los hábitos, el modo de ver, de sentir y de pensar, sin lo que un pueblo esclavo no puede adquirir jamás una verdadera y sólida libertad.4

36Il parlait de la France, mais nul doute qu’il pensait aussi à ce qui était en train de se passer en Espagne.

Haut de page

Notes

1  D’autant que le lecteur trouvera, par ailleurs, dans ce numéro des Mélanges une bibliographie détaillée sur la question.

2  Il y a bien, dans certains cas, utilisation tactique de la tradition. Par exemple, lorsqu’Argüelles l’invoque pour justifier le rejet du modèle bicaméral, comme étranger à l’esprit des institutions espagnoles, alors que les raisons sont à l’évidence d’une autre nature.

3  Quintana ira même jusqu’à affirmer, dans ses Lettres à lord Holland, que la question des institutions était alors secondaire : « Primero era ser libres, y el cómo era negocio para después ». S’il fait référence aux deux premières années de la guerre, il a indiscutablement raison ; si, par contre, il parle des années 1810-1812, cela mériterait discussion.

4  Introducción para la Historia de la Revolución de España, London, 1810 (B.A.E., CXIII, p. 221).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claude Morange, « Sur la « révolution » de 1808-1814 », Cahiers de civilisation espagnole contemporaine [En ligne], 5 | 2009, mis en ligne le 29 janvier 2010, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/ccec/2921 ; DOI : 10.4000/ccec.2921

Haut de page

Auteur

Claude Morange

Maître de conférences honoraire, Université Paris-III Sorbonne Nouvelle

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CCEC ; auteurs

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo 3L.AM Langues, Littératures et Linguistique des Universités d'Angers et du Maine
  • OpenEdition Journals