Navigation – Plan du site
Mémoires, thèses et habilitations

Une biographie intellectuelle de José Ortega y Gasset pendant l’exil (1936-1946) : silence politique ou collaboration passive ?

Una biografía intelectual de José Ortega y Gasset durante el exilio (1936-1946) : ¿silencio político o colaboración pasiva ?
An intellectual biography of Jose Ortega y Gasset during exile (1936-1946): political silence or passive collaboration?
Eve Giustiniani

Résumés

La thèse reconstruit le parcours biographique, intellectuel et politique de José Ortega y Gasset entre la Guerre civile espagnole et la Seconde Guerre Mondiale. Elle montre que ces dix ans d’exil sont traversés par sa tentation de collaborer officieusement avec le régime franquiste, bien que le philosophe entende conserver son indépendance. Il adopte un silence politique de façade, tout en se résignant à accepter une forme d’autoritarisme. Il utilise cependant les moyens intellectuels dont il dispose pour critiquer les totalitarismes, prôner un nouveau libéralisme destiné à rectifier la démocratie dévoyée, et tenter d’œuvrer à sa façon à la libéralisation du régime de Franco. Une stratégie paradoxale, que l’on peut qualifier de collaboration dissidente, et qui ne pouvait fonctionner dans le cadre d’un régime national-catholique

Haut de page

Notes de l’auteur

Thèse de doctorat européen en Études romanes soutenue à l’Université de Provence le 22 novembre 2008 devant un jury composé de Madame et Messieurs les Professeurs Paul Aubert, Université de Provence (directeur de la thèse) ; Gérard Chastagnaret, Université de Provence ; Jean-Michel Desvois, Université Michel de Montaigne Bordeaux-III ; Béatrice Fonck, Institut Catholique de Paris ; Santos Juliá, UNED, Madrid ; Luis de Llera, Université de Gênes

Cette thèse porte sur le parcours biographique, l’activité intellectuelle et la pensée politique du philosophe espagnol José Ortega y Gasset (1883-1955) durant son exil, entre le début de la Guerre civile espagnole et la fin de la Seconde Guerre mondiale. Cette période de la vie du penseur libéral, prestigieux professeur et phare de la vie publique de l’Espagne de la «Edad de Plata», « l’Âge d’argent » de la culture espagnole, est très mal connue, en raison du « tabou » politique qui pèse sur ces années. Le point de départ de la recherche est l’apparente contradiction entre l’attitude de silence politique adoptée par l’auteur pendant la guerre, et son adhésion tacite au soulèvement franquiste. Ce paradoxe s’est cristallisé dans une polémique qui a obscurci la compréhension de sa pensée mature et de son rôle dans la sphère publique espagnole après la Guerre civile. Elle a trait à une question centrale au regard de l’histoire des intellectuels au milieu du xxe siècle : celle de la crise du libéralisme européen, confronté aux phénomènes de la guerre et de l’autoritarisme.

La thèse reconstruit donc le parcours biographique d’Ortega pendant l’exil ainsi que la doctrine politique implicite à sa philosophie de l’histoire, afin d’en décoder la signification et la portée idéologiques, et d’en évaluer l’impact et la réception, dans l’Espagne du premier franquisme comme dans les pays de son exil. Elle analyse la légitimation théorique du prétendu silence politique d’Ortega, sa pratique publique –interrompue par des prises de position théoriques– et ses implications doctrinales.

La recherche s’appuie sur l’ensemble du corpus publié par l’auteur durant ces années, ainsi que sur d’abondantes sources inédites provenant des Archives Ortega y Gasset (correspondance, manuscrits, notes de travail), et sur des sources administratives et hémérographiques collectées dans des centres d’archives situés en Espagne, en Argentine et au Portugal.

L’étude a dégagé trois grandes phases dans les dix années d’exil d’Ortega. La première se déroule en France, pendant la Guerre Civile espagnole (1936-1939) ; la seconde, passée en Argentine, débute avec la Seconde Guerre mondiale en septembre 1939, et se poursuit jusqu’à l’entrée en guerre des États-Unis, début 1942. Durant la troisième étape, le philosophe séjourne au Portugal, avant de faire son retour officiel en Espagne en 1946. Ces trois phases sont caractérisées par des modifications dans le positionnement politique et la stratégie d’intervention publique du penseur.

L’exil parisien (1936-1939) : un franquisme silencieux

La première partie de l’exil d’Ortega se déroule en France, et s’étend tout au long de la Guerre civile. Dès le début du conflit, le penseur prend le chemin de l’exil : il se sent menacé dans les deux camps, car il a à la fois exercé une influence sur les idéologues phalangistes, José Antonio Primo de Rivera au premier chef, et signé en août 1936, selon lui sous la contrainte, un Manifeste pro-républicain qui lui tirera longuement souci.

Les deux premiers chapitres proposent, en même temps qu’une reconstruction détaillée des circonstances de cet exil parisien, une analyse des facteurs qui expliquent le positionnement pro-franquiste d’Ortega. Une étude de ses textes politiques antérieurs à la guerre met d’abord en relief le rôle de son libéralisme conservateur, de son anglophilie politique et surtout de son radical anticommunisme dans le choix du camp auto-dénommé « national » : l’auteur pense que c’est de ce côté-ci que la continuité institutionnelle sera le mieux préservée. On doit prendre en compte également l’effet d’entraînement créé par la réunion, à Paris, de plusieurs de ses amis exilés qui ont également choisi ce camp et suivent l’engagement de leurs fils sur le front, tels Gregorio Marañón ou Ramón Pérez de Ayala, ses anciens compagnons de la Agrupación al Servicio de la República – petite ligue d’intellectuels qu’ils ont créée en 1931 et qui les a menés à l’Assemblée constituante. Les sources étudiées permettent enfin de dégager l’existence d’un réseau d’aide et de sociabilité reconstruit entre les « blancs » exilés en France (à Paris et à Biarritz, notamment) et ceux de l’intérieur, permettant d’échanger des services et de l’information ; un réseau qui, malgré les réticences d’Ortega à fréquenter ses compatriotes, lui est d’autant plus précieux que son exil français est handicapé par de lourds problèmes de santé et d’argent.

La correspondance et les notes de travail du penseur permettent d’établir qu’il suit attentivement l’évolution politique et militaire en Espagne. En privé, il manifeste envers le soulèvement franquiste une oscillation constante entre confiance et doute ; mais en public, il persiste à ne pas vouloir prendre position. Tandis que ses anciens disciples travaillant dans l’administration de Burgos l’incitent à rejoindre le « Mouvement », certains de ses amis exilés l’invitent à officialiser sa neutralité et son équidistance en prenant parti pour une « troisième Espagne », une position qu’il juge absurde. Aucun ne parvient à le convaincre d’effectuer une déclaration. Ortega comprend néanmoins que dans le camp franquiste, pour lequel il penche, on pose sa collaboration active comme une condition sine qua non à son retour dans l’Espagne « nationale ». Il redoute les représailles qu’il pourrait y subir, en raison du manifeste pro-républicain qu’il a dû signer juste avant son départ de Madrid. Il prend donc des contacts préventifs et lie certaines amitiés au sein du personnel diplomatique officieux de Franco, obtenant quelques faveurs pour lui ou ses proches, et des informations de première main sur l’internationalisation du conflit.

Le penseur est exaspéré par la propagande « rouge » qui est menée en France et dans les pays anglo-saxons. Avec ses textes de 1937–1938 (l’article « En cuanto al pacifismo » destiné aux Britanniques, le « Prologue pour les Français » rédigé à l’occasion de la traduction de La rebelión de las masas, et un communiqué de presse pour les Nord-Américains resté inédit), Ortega entend donner un « coup de pouce » à la cause franquiste, en réfutant la propagande républicaine. Ces textes constituent pour les républicains la preuve de sa trahison, et pour les nationalistes, le gage attendu de collaboration. En somme, ils constituent une rupture très nette de son silence.

Leur lecture contextualisée, qui fait l’objet du chapitre III, montre que la préférence du penseur pour le soulèvement franquiste s’assortit malgré tout de l’espoir qu’un régime libéral et parlementaire, inspiré du modèle politique anglais, soit établi en Espagne à l’issue de la Guerre civile. La position d’Ortega face à la Guerre civile espagnole est en somme similaire à celle de la diplomatie britannique : neutralité de façade, penchant pro-nationaliste par anticommunisme, souhait de voir le régime franquiste s’amender en direction d’un système davantage libéral. L’auteur reconnaît en quelque sorte le franquisme de facto, mais jamais de jure.

La réception de ces textes montre que cette thèse a été mal comprise de ses contemporains, Français comme Espagnols, qui ne tiennent guère compte des nuances qu’il apporte à sa position, exposées de façon trop subtile ou ambivalente pour être bien comprises. Par ailleurs, la fin de la Guerre marque un important revirement de cet appui en demi-teinte au franquisme. Constatant le sort réservé aux intellectuels dans le nouveau régime, l’écrivain s’inquiète. Comme le montrent ses notes de travail privées, il lui est impossible d’adhérer à un régime qui s’auto-proclame totalitaire et catholique ; il est donc exclu, à ses yeux, de rentrer en Espagne. Or, la situation européenne se dégrade de jour en jour, et Ortega finit par accepter les invitations argentines qui lui sont faites depuis 1936, et part pour Buenos Aires fin août 1939.

Les années argentines (1939-1942) : intervention intellectuelle et collaboration politique, entre succès et déconvenues

Son exil dans le pays austral, qui s’étend de 1939 à 1942, fait l’objet de la seconde partie de la thèse, dont le premier chapitre repasse les précédents voyages en Argentine du penseur et les circonstances délicates qui conditionnent ce troisième séjour, à savoir les tensions qui caractérisent la vie politique argentine et les démêlés que l’auteur a eus durant la Guerre civile avec le milieu éditorial portègne, enclin à l’engagement politique et à la piraterie éditoriale.

À Buenos Aires, le penseur parvient malgré tout à renouer avec l’activité publique : il dispense cours et conférences, publie et réédite articles et ouvrages. Mais la réception de ces travaux, étudiée au chapitre V, n’est pas celle qu’il escomptait. Dans la société argentine, fortement politisée et régie par un gouvernement autoritaire, où le débat public sur les enjeux nationaux adopte la rhétorique internationale de la lutte entre dictatures et monde libre, le « silence » d’Ortega et ses positions politiques ambiguës sont très mal reçus. Exclu des milieux intellectuels pro-républicains et démocrates, le penseur est attaqué de toutes parts et finit par s’auto-isoler ; il s’en justifie dans ses articles de presse, mais traverse une étape de dépression qu’aggravent une santé chancelante, de sérieuses difficultés économiques et l’échec du projet éditorial qu’il envisageait avec la maison d’édition Espasa Calpe Argentina.

En Argentine, puis au Portugal, le penseur développera longuement ses réticences face aux régimes totalitaires, en leur donnant un solide appui philosophique, qui est étudié dans le chapitre VI. Avec une série d’articles sur l’Empire romain, publiée dans La Nación de Buenos Aires puis peu après à Madrid (1941), il s’inscrit en faux contre « l’expédient » dictatorial. Il condamne la violence politique, le culte de la mort, la médiocrité des dictateurs. Son analyse cible surtout l’idéal collectiviste, qu’en bon libéral, Ortega juge utopique, aveugle à une réalité sociale qui est selon lui fondée sur la prééminence de l’individu. Par pragmatisme, le philosophe consent toutefois à se résigner à la dictature. Pis-aller plus que solution, il la conçoit comme une autorité étatique exacerbée mais illégitime, l’ultime recours face au chaos qui menace des sociétés « démoralisées » ; en somme, comme le prix à payer pour maintenir l’ordre public. Le libéralisme conservateur ortéguien prend ainsi, entre la Guerre civile et la Seconde Guerre mondiale, un accent nettement autoritaire.

Aussi le philosophe accomplit-il à Buenos Aires quelques gestes publics clairs : il rompt ses relations avec les milieux intellectuels anti-fascistes, noue des amitiés dans des cercles catholiques et réactionnaires, et donne certaines de ses conférences sous l’égide des autorités diplomatiques franquistes. Le chapitre VII examine le déroulement et la signification de ces agissements. L’auteur fait d’abord quelques concessions aux autorités espagnoles de censure, dans un esprit de « positive collaboration », mais en veillant à corriger lui-même les passages de ses textes posant problème. L’administration franquiste lui en sait gré : en juillet 1940, il est pleinement réintégré à la hiérarchie enseignante et on lui accorde une disponibilité qui normalise sa situation administrative et lui donnera droit, treize ans plus tard, à la retraite. Nommé au Consejo de la Hispanidad fin 1940, le penseur participe à sa façon à la propagande hispanique menée par la diplomatie franquiste en Amérique latine, en se prononçant, dans ses conférences, contre le nationalisme anti-impérialiste de certains milieux intellectuels latino-américains. Il monte enfin un projet de collection éditoriale conçu comme un « cheval de Troie » de l’Hispanité en terres américaines. À Buenos Aires d’abord, et à Lisbonne ensuite, l’auteur cherchera à se gagner l’appui des autorités espagnoles en charge de la propagande extérieure et de la politique du livre, pour faciliter la mise en œuvre de son projet. Celui-ci ne verra le jour qu’au Portugal, en 1944.

La réception de ses travaux en Espagne démontre qu’il y serait bien accueilli par les élites phalangistes, et qu’à l’inverse, les secteurs catholiques, qui disputent alors à la Phalange la prééminence gouvernementale, voient en lui un dangereux théoricien laïque et subversif. Les catholiques entament une campagne de dénigrement de son œuvre qui montre que son éventuel retour en Espagne leur apparaîtrait comme une menace : il donnerait trop de crédit intellectuel aux phalangistes. Ni les uns ni les autres ne décodent, dans son discours, ses pointes indirectes contre le régime. Car le penseur ne fait jamais montre publiquement de son appui à la dictature mais multiplie au contraire les allusions ambivalentes, truffées d’ironie, à l’encontre de l’idéologie totalitaire et du dogmatisme catholique.

L’observatoire portugais (1942-1946) : préparatifs d’un retour à l’action

C’est à nouveau la guerre qui fait fuir Ortega de son refuge : l’entrée des États-Unis dans le conflit mondial, en janvier 1942, lui fait redouter que celui-ci s’étende à tout le continent américain ; il décide donc de rentrer en Europe. Cette dernière phase de son expatriation fait l’objet de la troisième partie de la thèse. Dans le chapitre VIII, le choix surprenant du Portugal comme nouvelle terre d’exil est expliqué par le fait qu’il s’agit d’un pays non belligérant, suffisamment proche de l’Espagne pour que le penseur puisse y reprendre contact avec sa famille, ses amis et ses disciples, et suffisamment calme pour qu’il puisse y renouer avec la lecture et l’écriture.

Respectivement au régime de Franco, le philosophe adopte un « profil bas ». Il ne fait pas, comme à Buenos Aires, de gestes publics qui pourraient être assimilés à un soutien du régime. Il réalise très peu d’interventions publiques : un cours sur la Raison historique pour la Faculté des Lettres de Lisbonne, en 1944, interrompu pour raisons de santé, et une conférence sur le théâtre dans le cadre d’un cycle organisé par le quotidien lisboète O Século. Les textes qu’écrit Ortega pendant la période portugaise, relativement féconde, s’inscrivent dans la continuité de ses précédents travaux. L’auteur cherche à appliquer sa philosophie de la raison historique, désormais fondée sur de solides bases ontologiques et socio-historiques, au champ de la praxis et de l’éthique. Dans ces travaux, qui s’appuient sur la méthode de la biographie (Juan Luis Vives, Velázquez, Goya, etc.), il s’investit personnellement, comme s’il était conscient de sa propre postérité et fournissait à ses futurs biographes des pistes pour comprendre sa propre attitude.

Le chapitre IX étudie les nouveaux projets d’intervention intellectuelle que nourrit Ortega durant la dernière phase de son exil. Il parvient enfin à mettre en place sa collection éditoriale en créant une maison d’édition, Azar, qui ne publiera qu’un seul ouvrage et ce, malgré le fait que Franco désapprouve le projet. Mais les trois années passées à lutter pour la mettre en place ont fini par faire perdre au projet de son opportunité politique, car elle ciblait essentiellement la sphère latino-américaine.

La proximité de l’Espagne, l’exercice d’un discret magistère à distance auprès de ses anciens disciples et de nouveaux émules et surtout, le retournement de la situation internationale avec la victoire annoncée des Alliés donnent au philosophe la sensation que le moment est propice à un changement de régime, comme il s’en ouvre à des diplomates espagnols, britanniques ou américains. Il entend retrouver sa place de leader culturel et lancer un appel aux minorités internationales pour œuvrer intellectuellement à la reconstruction du monde. Il envisage un retour à l’intervention publique par le biais de la presse –il pense publier à Tanger, où les conditions de censure sont plus lâches– mais l’absence de liberté d’expression l’entrave et il considère qu’elle discrédite le pays à l’extérieur.

Le dernier chapitre est consacré au retour très politisé d’Ortega en Espagne. Le souhait d’intervention du penseur, rendu tangible par une incursion discrète en Espagne en août 1945, par la recherche d’une tribune de presse et par le lancement de divers projets éditoriaux comme l’édition de ses œuvres complètes, s’inscrit clairement dans la sphère publique. Réciproquement, on songe à lui comme acteur politique. Durant l’exil portugais, le philosophe prend contact avec les cercles de l’opposition monarchiste à Lisbonne ; on le cite même comme potentiel ministre d’un hypothétique gouvernement de transition. Sans qu’il en soit arrivé à un militantisme actif, la solution monarchiste représente à ses yeux une issue pour l’Espagne. Son retour officiel est déclenché par l’invitation du directeur général de la Propagande, Pedro Rocamora, à prononcer le discours de réinauguration de l’Ateneo de Madrid (4 mai 1946). L’événement, attendu et très commenté dans la presse, constitue la dernière preuve de la « tentation collaborationniste » d’Ortega, qui conçoit sa conférence comme une expérimentation in vivo destinée à tester l’atmosphère publique espagnole. Mais l’instrumentalisation de son retour par le régime –pour lequel il constitue un excellent élément de propagande intérieure comme extérieure– fait comprendre à Ortega que son projet d’intervention publique est voué à l’échec.

La position politique de José Ortega y Gasset pendant l’exil peut, en conclusion, être définie comme une tentative de collaboration dissidente avec le régime franquiste : une collaboration qui apparaît comme une façon de prolonger son engagement intellectuel au service de l’Espagne, de son ouverture vers l’Europe et l’Amérique, de sa « normalisation » institutionnelle et de son rayonnement culturel. L’oscillation constante de l’auteur entre la collaboration discrète et la dissidence cryptique révèle la tension autoritariste qui traverse son libéralisme conservateur. Au plan théorique, cette tension se voit résolue par une concession à l’autoritarisme, qui apparaît comme le prix à payer pour conserver la continuité institutionnelle et l’ordre public. Néanmoins, cette conversion pragmatique n’empêche pas que les fondements sociologiques et éthiques de la doctrine politique ortéguienne se maintiennent dans le cadre libéral ; jamais l’auteur ne formulera d’adhésion positive à la dictature franquiste.

Le philosophe a manifestement sous-estimé la nature du régime franquiste, en même temps qu’il a surévalué sa propre capacité d’influence. Sa stratégie, basée sur le pari risqué que son influence intellectuelle pourrait miner le régime de l’intérieur et œuvrer à sa libéralisation, ne pouvait aboutir. Il tâchera dès lors de changer de tactique pour recouvrer son indépendance et œuvrer en tant qu’intellectuel, depuis une liberté conditionnée, sur le destin de l’Espagne.

  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo 3L.AM Langues, Littératures et Linguistique des Universités d'Angers et du Maine
  • OpenEdition Journals