Navigation – Plan du site
Mémoires, thèses et habilitations

Les événements de Villa de Don Fadrique et la Deuxième République espagnole (juillet 1932, Tolède)

Romain Bonnet

Notes de l’auteur

Résumé du mémoire de 2e année de Master en Histoire, préparé sous la co-direction de MM. les Professeurs Gérard Brey et Jean-Claude Daumas et soutenu le 11 septembre 2009 à l’Université de Franche-Comté (Besançon).

Le 8 juillet 1932, à Villa de Don Fadrique, petite bourgade de cinq mille âmes située dans le « pays » de Quintanar de la Orden (Manche tolédane), des troubles sociaux dégénérèrent en affrontements entre grévistes et gardes civils, faisant quatre morts de part et d’autre. Il y eut en outre des dizaines de blessés, et près de soixante-dix arrestations parmi les manifestants. Le lendemain, les manchettes de la presse de droite relataient comment la Garde Civile, aidée par des « habitants pacifiques » du village, avait fini par venir à bout d’un véritable complot révolutionnaire communiste, que le nouveau régime jugé laxiste avait laissé se déployer. Partant de la presse d’époque et élargissant le champ des sources à des documents officiels et à des témoignages, ce travail de mémoire tente de saisir pourquoi et comment la théorie du complot révolutionnaire éclipsa les causes objectives du déclenchement des événements de Villa de Don Fadrique, comment le problème de la question agraire fut évacué au profit de la notion d’« ordre ».

La Manche est alors, avec l’Andalousie et l’Estrémadure, la troisième région méridionale espagnole affectée par la prédominance de la concentration de la grande propriété agraire. Toutefois, la (toute) petite propriété est plus répandue dans la province de Tolède que dans toutes les autres provinces : elle concerne 48 % des 1.478.369 hectares cultivables1. Malgré cela, la taille des petites propriétés s’avère insuffisante pour faire vivre une famille. La structure de la propriété agraire de la commune de Villa de Don Fadrique illustre cette tendance : douze grands propriétaires (0,91 % du total) se répartissent de vastes propriétés s’étalant de 100 à 1500 ha. Deux d’entre eux possèdent 1311 ha, soit environ 15 % de la surface agricole cultivable de la commune. A l’autre extrémité de la pyramide, 1161 paysans pauvres (88,28 % du total des propriétaires) détiennent des propriétés n’excédant pas 7,50 ha, insuffisantes pour la survie d’une famille2. Aussi, cette communauté villageoise est-elle traversée par un antagonisme social opposant d’un côté une oligarchie contrôlant l’offre de travail, de l’autre une masse de paysans pauvres pour qui la perception de salaires journaliers convenables lors des récoltes et des vendanges est une question de survie. Il n’est donc pas étonnant que les événements aient éclaté au début de l’été, période de récoltes, d’offre de travail, et donc de tension sociale exacerbée.

Dès le 25 avril 1932, en vue des récoltes à venir, le gouverneur de Tolède (Manuel Asensi Maestre, républicain radical) invite les organisations ouvrières et patronales des différents villages de la province à lui remettre leurs propositions de conventions du travail par le biais des autorités municipales. Alors que les récoltes sont imminentes, et devant les nombreux désaccords subsistants, le 16 mai 1932, le gouverneur propose que l’on procède aux récoltes et que les journaliers soient payés 5 pesetas par jour (un peu moins que le minimum légal). Le complément devant être perçu une fois que les représentants ouvriers et patronaux seraient parvenus à un accord. Le 18 mai 1932, ceux-ci se réunirent à Tolède sans parvenir à trouver un terrain d’entente. Le 20 mai 1932, une commission nommée par le sous-secrétaire d’État à l’agriculture, à l’industrie et au commerce décide des conventions de travail qui doivent régir les travaux des récoltes jusqu’en septembre 1932. Or, celles-ci excluaient des travaux de récolte les ouvriers embauchés à l’année par les patrons, c’est à dire les ouvriers qui coûtaient le moins cher, car soumis aux normes salariales en vigueur au moment de la signature de leur contrat. Par ailleurs, en raison du caractère informel de leur tâche, ces ouvriers étaient corvéables à merci, car ils présentaient l’avantage pour les propriétaire de pouvoir effectuer plusieurs tâches distinctes, alors que la nouvelle législation du travail prévoyaient que plusieurs journaliers dussent être employés conformément au nombre de tâches à effectuer. Et, le caractère purement indicatif du tableau des rendements agricoles constituaient une brèche juridique dans laquelle les propriétaires pourraient facilement s’engouffrer, en intensifiant anormalement la production par contrat afin de limiter le nombre de journaliers à embaucher. Enfin, d’autres désaccords subsistaient, comme le salaire versé aux femmes, inférieur au minimum légal. Par conséquent, ces conventions de travail semblaient mécontenter les deux partis, tout en laissant une marge de manœuvre aux propriétaires. C’est dans ces conditions que les récoltes s’engagèrent avec la moisson des blés. Le 3 juillet, les ouvriers dénoncèrent les abus patronaux dans un ultimatum de vingt-quatre heures adressé au nouveau gouverneur de Tolède (Juan Serrano Piñana, action républicaine) afin que celui-ci veillât à faire respecter la législation, sous peine de quoi une grève éclaterait. Aucune réponse ne vint et, le 5 juillet, réunis en assemblée générale, les travailleurs fadriquains décrétèrent la grève générale. Trois jours durant, des comités de grévistes occupèrent les propriétés afin d’éviter que l’on procédât aux récoltes. A l’aube du 8 juillet 1932, un groupe de « jaunes » qui tentait de se rendre aux propriétés afin d’y effectuer les récoltes et de casser la grève fut ainsi repoussé. C’est alors qu’intervint la Garde Civile, pour faire respecter la « liberté de travailler ». Dans cette atmosphère tendue, une altercation survint entre un garde civil et un gréviste. La fusillade éclata. Au cours de celle-ci, les aires3 des grands propriétaires furent incendiées, confirmant ainsi l’existence d’un désaccord de nature sociale à l’origine du conflit.

 Les travailleurs agricoles, alors que les organes de négociation paritaire n’existaient pas encore dans l’agriculture, se dotèrent dès 1927 d’un syndicat local affilié à l’Union Générale des Travailleurs (socialiste), La «Société des Ouvriers en Général de Villa de Don Fadrique». Peu de temps après, la direction du syndicat initialement socialiste, passa aux mains des communistes. En mai 1931, le président du syndicat, Luis Cicuendes Muñoz, devint le premier maire communiste d’Espagne : la « Petite Russie » était née. Les résultats des élections législatives du mois suivant confirmèrent cette ferveur militante « rouge » : les candidats du Parti Communiste Espagnol (alors groupusculaire) totalisaient 959 voix dans la Province de Tolède, dont 512 à Villa de Don Fadrique ! Outre l’aspiration du prolétariat rural misérable à un avenir meilleur, portée par la propagande du Parti, l’existence du mythe de la révolte présent sur cette terre des Comuneros4 de Castille, ainsi que la présence de leaders charismatiques tels que Luis Cicuendes, enfant du pays, les frères Carpintero, dont l’un d’eux, Pablo, aurait participé à la fondation du Parti avant d’effectuer au moins un séjour en URSS, ou Cayetano Bolívar Escribano, premier député communiste au Parlement espagnol en 1933, sont des facteurs expliquant ce surprenant développement local du Parti Communiste Espagnol. En prenant le contrôle de la mairie, alors que dans le même temps la République mettait en place une nouvelle législation du travail, les journaliers disposaient d’un réel contre-pouvoir politique face à l’omnipotence dont avaient jusqu’alors joui les grands propriétaires.

Or, le 2 octobre 1931, après que dix jours plus tôt les événements du village voisin de Corral de Almaguer aient fait cinq morts, le gouverneur civil de Tolède (vraisemblablement sur ordre du ministre de l’Intérieur Miguel Maura5) destitua Cicuendes et les huit conseillers municipaux communistes, les tenant pour responsables de l’état d’agitation régnant dans tout le « pays » de Quintanar. Par conséquent, dès fin 1931, des velléités de reconquête des positions perdues, avec l’assentiment de la « République bourgeoise », s’ajoutèrent aux facteurs habituels de tensions socio-économiques, et radicalisèrent un peu plus les journaliers.

Quand aux propriétaires, ils gouvernèrent jusqu’à la République par le biais de pratiques clientèlistes, se pliant cependant à la pratique de la négociation directe dès la création du syndicat local par les journaliers. L’offre de travail était leur levier d’action, et les ouvriers non revendicatifs inscrits au syndicat catholique «La Benéfica de Villa de Don Fadrique» avaient leur préférence. La composition de la candidature de la coalition monarchiste aux élections municipales d’avril 1931 prouve l’existence d’une convergence d’intérêts entre les grands propriétaires, le syndicat catholique et ladite coalition. Or, le 14 avril 1931, l’avènement de la République modifia le rapport de force. D’une part, les décrets du travail promulgués dès le printemps 1931 par Largo Caballero limitaient en principe l’influence économique des propriétaires. D’autre part les libertés induites par le nouveau Régime permettaient l’organisation syndicale et donc l’éclatement au grand jour des conflits sociaux sous-jacents jusqu’alors. Dans les premiers mois de la République, alors que le régime n’était pas stablement assis, un regain de militarisme voit le jour dans ce village de la Castille profonde : à la suite des événements de Corral de Almaguer, le général Sanjurjo rend visite à Villa de Don Fadrique fin septembre 1931. Début janvier 1932, après les événements de Castilblanco, une lettre de soutien est envoyée depuis Villa de Don Fadrique au même Sanjurjo, alors responsable de la Garde Civile, par « ses plus fervents admirateurs », quatre des plus grands propriétaires fadriquains. Or, parmi les « habitants pacifiques » qui prêtèrent la main à la Garde Civile le jour des événements, on retrouve ces propriétaires « fervents admirateurs » du général Sanjurjo, ainsi que d’autres grands propriétaires et des « travailleurs pacifiques » acquis à leur cause. Le quotidien provincial catholique El Castellano rend hommage à leur action « courageuse » en les citant, et en les présentant avantageusement dans des reportages photographiques où ils apparaissent armés et dans des postures explicites (tenant les rues depuis les balcons, barrant la route des villages voisins aux grévistes en fuite, etc.). Plus tard, le député Madero, par ailleurs issu d’une famille de grands propriétaires fadriquains dont l’aire agricole fut incendiée lors des événements, reconnut lui même, devant le parlement espagnol, qu’il ne quitta pas son fusil le jour des événements6. Et, dans une certaine mesure, le ton bravache avec lequel la presse de droite relata les faits tout en mettant en avant le climat de chaos social engendré, d’après elle, par la République, tend à expliquer la croyance pour cette partie de l’opinion à la viabilité d’un coup d’État militaire qui renverserait la République. Cette tentative fut précisément le fait du général Sanjurjo le 10 août 1932.

Tout d’abord surprises et politiquement désorganisées par le changement de Régime, les droites se restructurèrent alors au sein d’Action Nationale, parti soutenu par le journal du cardinal Herrera Oria, El Debate7, qui fédérait diverses organisations catholiques monarchistes. Dans la province de Tolède, ce fut le quotidien provincial El Castellano (également propriété d’Editorial Católica), dont le directeur était Ramón Molina y Nieto (par ailleurs chanoine de la cathédrale de Tolède), qui soutint la campagne législative d’Action Nationale en 1931 et relaya son slogan « Religion, Patrie, Famille, Ordre, Propriété ». Ce dernier fut d’ailleurs élu député, en compagnie de Dimas de Madariaga y Almendros, agriculteur issu d’un syndicat catholique de Corral de Almaguer. Chacun d’eux totalisa près de trente mille voix (plus de quatre cents chacun à Villa de Don Fadrique). Entre 1931 et 1933, ces deux députés firent partie de la « minorité agraire » constituée de vingt-quatre députés qui, par voie d’obstruction parlementaire, firent tout pour retarder le vote de la Loi-cadre de Réforme Agraire, finalement approuvée en septembre 1932. Par ailleurs, de 1931 à 1933, ces deux députés se livrèrent à une importante activité de propagande et d’implantation des syndicats catholiques et des sections locales d’Action Nationale dans la province de Tolède.

 Dans ce contexte de réorganisation politique de la droite, les événements de Villa de Don Fadrique se révélèrent une belle arme de propagande pour elle. En effet, ceux-ci éclatèrent en juillet 1932, à mi-chemin de l’avènement d’un gouvernement réformiste à la tête de la nouvelle République et de la reprise du pouvoir par les droites espagnoles en décembre 1933. Dans la province de Tolède, le raz de marée d’Action Nationale fut total : huit députés, recueillant chacun plus de 110.000 suffrages (soit un bond électoral de de 300 % en deux ans), furent envoyés au Parlement espagnol ! Les deux députés conservateurs du premier biennat conservaient leur siège, et ceux qui les rejoignèrent au Parlement déclaraient tous exercer une double profession : celle d’ « agriculteur », systématiquement complétée par l’exercice d’une profession libérale (notaire, médecin, etc.). Tel fut le cas du médecin Jesús Salvador Madero, fils d’un grand propriétaire de Villa de Don Fadrique. Surtout, les meetings donnés, dès février 1933, par la « soutane parlementaire » Ramón Molina y Nieto à Villa de Don Fadrique avaient été considérés par la presse provinciale de droite comme d’héroïques pèlerinages, érigé par conséquent en symboles de « Reconquête ».

Entre temps, l’organisation ouvrière de Villa de Don Fadrique était décapitée : Cicuendes, dont le frère avait été assassiné, avait fui. Bolívar fut détenu jusqu’en décembre 1933, date à laquelle il fut élu député communiste de Málaga8. Le jeune José Manzanero Marín fut condamné à vingt années de réclusion. Et, la trentaine d’inculpés dut attendre mai 1934 pour bénéficier de la loi d’amnistie du 24 avril 1934. Il est à noter qu’à aucun moment le dossier d’instruction (pourtant constitué par la justice militaire) ne fait allusion à un quelconque complot, mettant au contraire l’accent sur l’existence d’un désaccord social portant sur les conditions de travail comme détonateur du conflit. Aucun des journaux qui, en juillet 1932, avaient, dans des unes tapageuses, dénoncé un complot révolutionnaire communiste ne relaya ce fait d’instruction, ni n’eut de mots pour les amnistiés qui, deux ans durant, avaient été emprisonnés.

Pour conclure, si la justice militaire finit par voir dans le désaccord social portant sur les conditions de travail la véritable origine du conflit, c’est qu’un dénominateur commun plus prégnant encore apparaît en toile de fond tout au long de cette étude : la « question agraire » explique à la fois les tensions sociales reposant sur la structure dichotomique de la propriété foncière et la contre-révolution conservatrice opérée par les députés de la « minorité agraire » et la presse de droite. Dans ce contexte, les événements de Villa de Don Fadrique furent une arme de propagande politique. Le temps que la République perdit à légiférer quand à la question agraire durant les premiers mois de 1932 ne put plus être rattrapé. Il fallut attendre 1936 et l’élection du Front Populaire pour que les conditions d’application d’une réforme agraire profonde soient à nouveau réunies. Mais le climat social et politique était déjà plus que délétère, comme le prouve l’intervention parlementaire de Dolores Ibarruri datant du 16 juin 1936 dans laquelle elle dénonce les provocations patronales à Villa de Don Fadrique où les propriétaires bafouent la loi faisant appel à une main d’œuvre extérieure pour effectuer la récolte. Un mois plus tard, la guerre civile éclatait.

Notes

1 Carrión, Pascual, Los latifundios en España: su importancia, origen. Consecuencia y solución, rééd. Barcelone, Ariel, 1972, p.135 (1e édition 1932). Dans la deuxième partie du livre consacrée aux monographies provinciales, l'auteur donne le détail des chiffres pour la région de Castille-La Manche, la Province de Tolède, Le pays de Quintanar, et le village de Villa de Don Fadrique.

2 Guerri, Carmen «La Pequeña Rusia: Antecedentes de una insurección», Actas del Congreso de Historia de Castilla-La Mancha, Tomo X: Transformaciones burguesas, cambios políticos y evolución social, Servicio de publicaciones de la Junta de Comunidades de Castilla-La Mancha, Tolède (?), 1987, p.147 à 154.

3  Traduction de era agrícola: aire sur laquelle on entrepose le grain pour le battre.

4  Entre 1520 et 1522, les Comuneros de Castille se soulevèrent, dans les royaumes intérieurs de l'Espagne, contre les prétentions centralisatrices du nouveau souverain Charles Quint. Les Comuneros de Tolède furent les derniers à résister.

5  Miguel Maura (1887-1971): fils du libéral Anonio Maura, membre du parti Droite Libérale Républicaine, il fut en 1931 Ministre de l'Intérieur du gouvernement provisoire.

6  Diario de Sesiones de les Cortes Constituyentes, numéro 21, 12 janvier 1934, p. 477 à 478.

7 Propriété de Editorial Católica, ex Association Nationale Catholique de Propagandistes.       

8  Cayetano Bolívar Escribano sortit littéralement de prison pour entrer au Parlement.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo 3L.AM Langues, Littératures et Linguistique des Universités d'Angers et du Maine
  • OpenEdition Journals