Navigation – Plan du site
Les hispanistes publient

La guerre d’Indépendance espagnole et le libéralisme au XIXe siècle. Études réunies par Jean-Philippe Luis

Jean-René Aymes
Référence(s) :

La guerre d’Indépendance espagnole et le libéralisme au XIXe siècle. Études réunies par Jean-Philippe Luis (Collection de la Casa de Velázquez, volume 118, Madrid, 2011)

Texte intégral

1Au début de sa remarquable introduction, intitulée « Guerre d’Indépendance et libéralisme : à la croisée de deux rénovations historiographiques », Jean-Philippe Luis relève, à juste raison, un regrettable contraste entre la profusion en Espagne, à partir de 2008, d’ouvrages – de qualité très inégale, pouvait-il ajouter – ayant trait à la guerre d’Indépendance et, d’autre part, en France, la rareté des études s’y rapportant. A l’exception des hispanistes Richard Hocquellet (malheureusement disparu), de Christian Demange et de Jean-Baptiste Busaall, les historiens « constitutionnalistes » se désintéressent de l’Espagne. Au sud des Pyrénées, la plupart des études des « constitutionnalistes » procèdent de deux foyers : Oviedo et Cadix. Il est heureux que trois de ces historiens dont les écrits ne sont pas accessibles en français, sauf exceptions, livrent ici leurs réflexions : Mariano Esteban de Vega, Ignacio Fernández Sarasola et Gonzalo Butrón Prida. On ne fera pas grief à J.-P. Luis de n’avoir pas donné la parole à plusieurs autres éminents historiens dont les œuvres majeures figurent heureusement dans l’abondante bibliographie (plus de 20 pages) qui clôt l’ouvrage : m’autorisant une digression, j’ai plaisir à rendre hommage, pour leurs magistraux apports scientifiques touchant au libéralisme espagnol, à plusieurs collègues qui ne sont présents que dans la bibliographie : Joaquín Varela Suanzes-Carpegna, José María Portillo Valdés, Irene Castells Oliván, Juan Francisco Fuentes et Javier Fernández Sebastián, entre autres.

2En ayant l’élégance de ne pas le souligner, J.-P. Luis suggère qu’une double relève s’opère quant à l’approche du libéralisme espagnol : d’une part, l’avènement de la démocratie en Espagne a conduit à l’abandon de la vision qui prédominait sous le franquisme ; en effet, durant des décennies, était largement diffusée la thèse de Federico Suárez Verdeguer, lequel, prenant à son compte les dénonciations formulées par les absolutistes du début du xixe siècle, tenait la constitution de Cadix pour l’indigne copie de la constitution révolutionnaire française de 1791. D’autre part, la place étonnamment réduite faite dans l’ouvrage de J.-P. Luis aux jugements, peut-être jugés trop péremptoires, portés sur le libéralisme espagnol par Josep Fontana, Miguel Artola et Alberto Gil Novales, peut suggérer qu’est opérée la relève de ces historiens légitimement révérés par un certain nombre d’hispanistes de ma génération. Est peut-être en marche aussi la relève des hispanistes français se situant entre « les grands anciens » espagnols et la jeune génération d’hispanistes français ; parce qu’ils n’étaient pas restés muets au sujet de la guerre d’Indépendance, ils figurent assez honorablement dans la bibliographie : il s’agit notamment de Claude Morange, de Gérard Dufour et de Jean-René Aymes ; en revanche, a été moins bien traité Albert Dérozier, et oubliée Marie-Laure Rieu-Millan.

3Les historiens « constitutionnalistes » de la nouvelle génération ont le mérite de se garder des a priori et des visions réductrices. Comme l’observe J.-P. Luis, ils insistent sur la complexité des influences qui se sont exercées sur les bâtisseurs du constitutionnalisme espagnol. En effet, ils décèlent, selon le cas, des traces de l’esprit des Lumières, des « fueros » ancestraux, des idéologues anglais, de Rousseau et – puisque ce n’est plus un tabou – des constitutions françaises de l’époque révolutionnaire.

4Richard Hocquellet, dans son article intitulé « Les libéraux et la guerre d’Indépendance – La construction des origines », se livrait à une approche historiographique afin de saisir comment, entre 1835 et 1867, les historiens se prononcent sur les notions d’«  indépendance » et de « révolution ».D’où son examen des écrits du comte de Toreno, de Juan Díaz de Baeza, de Cayetano Rosell, de Miguel Agustín Príncipe, d’Eduardo Chao et de Modesto Lafuente.Le dénominateur commun entre ces historiens parfois peu connus est le postulat – discutable – selon lequel le peuple espagnol avait la volonté de se libérer à la fois des occupants étrangers et des tutelles de l’Ancien Régime.

5L’article de Mariano Esteban de Vega, intitulé « La guerre d’Indépendance dans l’historiographie du xixe siècle », aurait pu être accolé à celui de R. Hocquellet et même le précéder, car sont soumis à examen des écrits s’échelonnant entre 1810 et 1867. On trouve là, avec le plaisir de la découverte, aux côtés de noms connus, d’autres jusqu’ici à peu près ignorés : Álvaro Flórez Estrada, José Martínez de la Rosa, P. Maestro Salmón, José Clemente Carnicero, Fernando García Marín y Solano, Francisco Xavier de Cabanes, José Muñoz Maldonado, Miguel Agustín Príncipe, Modesto Lafuente et Víctor Gebhardt. L’historien salmantin qui, au passage, fait allusion au retentissant article de José Álvarez Junco publié en 1994 sur « L’invention de la guerre d’Indépendance », est amené à conclure que le soulèvement contre les envahisseurs a été tenu, dès le début, pour une révolution patriotique, mais de signe opposé : catholique et traditionnelle au dire des historiens absolutistes, et d’inspiration libérale, selon leurs adversaires.

6Christian Demange, dans « La mémoire progressiste du Dos de Mayo et les pratiques révolutionnaires du Sexenio démocratique (1868-1874) », observe qu’a été posé comme postulat – éminemment discutable, selon nous – que le soulèvement madrilène du 2 mai 1808 est à l’origine du processus libéral. Plutôt que d’interroger les textes comme l’ont fait R. Hocquellet et M. Esteban de Vega, l’auteur décrit des « pratiques commémoratives » qui révèlent en particulier comment sont élevés au rang de héros nationaux deux hommes (Daoiz et Velarde) et une femme (Manuela Malasaña).Mais ici aussi se perpétue un clivage de nature idéologique : tandis que les modérés, au lieu de rattacher l’événement à la naissance de la nation, l’interprètent comme la défense du trône royal et de la religion, les progressistes construisent un nouvel imaginaire, celui du peuple–nation invincible.

7Pierre Géal, dans « La guerre d’Indépendance et les politiques de mémoire pendant le Sexenio democrático (1868-1874) », fait assister à l’avènement des monuments chargés de perpétuer la mémoire d’un héros ou de la patrie. L’idée en a été lancée dès l’époque de la guerre contre les envahisseurs français. Au cours de la période précédant le Sexenio, le choix des héros et des hauts lieux a revêtu un caractère localiste. Si les articles de C. Demange et de P.Géal n’étaient pas rendus recommandables par l’originalité des sujets abordés, on aurait pu déplorer qu’ils soient pratiquement hors sujet, car le thème du libéralisme n’est entrevu que de loin.

8Carmen García Monerris livre des « Notes à propos de la culture constitutionnelle en Espagne avant la constitution de 1812 ». Ici aussi on osera des remarques non désobligeantes, vu l’intérêt de l’article. D’une part, alors que le titre de l’ouvrage ne fait référence qu’au xixe siècle », les deux textes examinés dans la seconde moitié de l’article appartiennent au siècle des Lumières, tant pour la Lettre au Prince de la Paix de Cabarrús (1795) qu’aux Lettres politico-économiques d’Arroyal (1786 et 1792-1795). C. García Monerris, dans la première partie de son article, se livre à des considérations souvent abstraites, de type sémantique, ardues, voire rebutantes pour un profane. Elle s’emploie à établir l’existence d’un « débat préconstitutionnel » et d’une culture constitutionnelle héritière du siècle des Lumières. Il parait légitime de se demander si le terme « débat » doit être pris au pied de la lettre, car il suscite les questions suivantes : Qui a participé à ce « débat » ? Où, quand et sous quelle forme s’est-il déroulé ? En outre, on osera exprimer le regret que l’analyse des théories ou projets constitutionnels de Cabarrús et d’Arroyal n’ait pas donné lieu à une confrontation serrée avec les articles de la constitution gaditaine qui peuvent en porter la marque. Au demeurant, a-t-on jamais évalué l’ampleur de la réception de ces écrits et le degré de familiarité que les députés de Cadix entretenaient, peut-être, avec eux ?

9Dans son savant article où il s’efforce de mesurer « La portée des droits individuels dans la constitution espagnole de 1812 », Ignacio Fernández Sarasola élargit le champ de son examen, en incluant Flórez Estrada, Canga Argüelles, Muñoz Torrero et Aguirre, c’est-à-dire en se situant maintenant à l’époque de l’avènement du libéralisme du xixe siècle. Tout en convenant que l’histoire du constitutionnalisme espagnol commence avant 1808, l’historien d’Oviedo, se gardant de ne voir qu’un héritage espagnol, ne se refuse pas à signaler aussi l’influence des idéologues révolutionnaires français, ainsi que celle de Locke et de Sidney. L’originalité de la constitution de Cadix tiendrait au fait qu’elle opère une distinction entre libertés civiles et libertés politiques, et entre le citoyen et l’homme. Ultérieurement, les conservateurs, dans leurs jugements portés sur la constitution gaditaine, auront un regard plutôt « historiciste », et les progressistes un regard plutôt « jusrationaliste » sur les libertés.

10Dans son article « Constitution et gouvernement des modernes dans l’Espagne du Trienio liberal (1820-1823) – Concepts juridiques et modèles politiques », Jean-Baptiste Busaall rappelle les différentes prises de position des principaux partis. En résumé, les « exaltés » réclamaient l’application stricte de la constitution gaditaine, tandis que les modérés et les « afrancesados » préconisaient d’importantes retouches, notamment la création d’une seconde chambre.

11Avec Geneviève Verdo, on franchit l’Atlantique pour saisir, à travers une claire synthèse, comment les Latino-américains sont passés « De la défense des droits à la naissance du constitutionnalisme moderne dans l’Amérique hispanique (1808-1814) ». La grande question posée aux historiens d’aujourd’hui est de savoir si le constitutionnalisme des patriotes américains avait pour but d’obtenir un renforcement de l’autonomie de leur territoire respectif au sein de la monarchie espagnole, ou bien de rompre avec celle-ci. De 1808 à 1810, les patriotes condamnent l’invasion française de la métropole, proclament leur fidélité à Ferdinand VII et se bornent, ici et là, à dénoncer le comportement des vice-rois et des capitaines généraux. L’organisation constitutionnelle des territoires émancipés date des années 1810-1812 ; les textes définissent alors, de façon très variée, les différents droits des citoyens, faisant aller, selon les lieux, d’une constitution fédérale à une république catholique préservant l’ordre ancien. Enfin, les années 1812-1814 correspondent à la réception et à l’utilisation de la constitution gaditaine dans les zones loyalistes. La conclusion de l’article offre, en particulier, un énoncé fort : alors que la constitution de Cadix avait été conçue pour préserver l’unité de la monarchie ( métropole et territoires américains), elle a, en définitive, favorisé la dispersion des pouvoirs outre-Atlantique.

12Florencia Peyrou, dans « Nation et liberté – La guerre d’Indépendance dans le démo-républicanisme du xixe siècle », livre des observations, certes intéressantes, mais qui débordent largement le thème de la guerre d’Indépendance, puisque, souvent, les auteurs des textes commentés réinterprètent toute l’histoire de l’Espagne depuis l’époque romaine. Le peuple soulevé en 1808 est, certes, qualifié d’héroïque, mais parfois cet héroïsme engendre fâcheusement la brutalité. De toute manière, vers le milieu du xixe siècle, les démocrates et les républicains se désintéressent de la constitution gaditaine, préférant accuser en bloc la noblesse et la monarchie du début du xixe siècle.

13Dans « la guerre d’Indépendance et les origines politiques de la contre-révolution », Pedro Rújula se situe pratiquement hors sujet, ce qui est loin de rendre oiseuse sa réflexion. Mais à partir du moment où il s’arrêtait sur le thème de la mobilisation du peuple armé pour défendre la patrie et la religion, l’auteur ne pouvait que laisser de côté les patriotes libéraux qui, eux, entendaient remettre en cause les bases de l’Ancien Régime. On aurait souhaité que P. Rújula prenne position par rapport à Ronald Fraser qui a privilégié l’étude de la « guerre sociale », celle des prolétaires ruraux dressés contre de puissants propriétaires terriens. Comme l’a montré R. Fraser, ces conflits se sont produits notamment en Andalousie et en Estrémadoure. Il est improbable que ces revendications révolutionnaires aient été formulées dans les futurs foyers carlistes. Par ailleurs, P. Rújula n’a ni repris à son compte ni récusé les résultats obtenus par R. Hocquellet qui, dans son étude des juntes locales et provinciales, avait montré comment le pouvoir populaire avait été souvent confisqué par les notables et les tenants de l’Ancien Régime. Quant à la littérature de combat « réactionnaire » ou contre-révolutionnaire qui prolifère pendant la guerre d’Indépendance, on peut s’étonner que P. Rújula ne cite qu’incidemment l’ouvrage qui, aux yeux des hispanistes de ma génération, avait signifié, en 1971, un apport novateur, audacieux et fondamental : celui de Javier Herrero, Los orígenes del pensamiento reaccionario español, ouvrage consacré précisément aux auteurs qui vouaient aux gémonies l’action des libéraux gaditains.

14Dans « liberté, nation et constitution – Le modèle révolutionnaire espagnol en Italie au début des années 1820 », Gonzalo Butrón Prida reprend, pour une part, les données qu’il avait livrées, en 2006, dans son ouvrage Nuestra sagrada causa. El modelo gaditano en la revolución piamontesa de 1821. Grosso modo, ce modèle inspire plutôt la méfiance ou le rejet jusqu’en 1820, et reçoit un meilleur accueil à l’époque du Triennat libéral espagnol, d’autant que, au Piémont, il bénéficie de l’abandon de l’alternative politique modérée. L’article de G. Butrón Prida révèle par ailleurs les désaccords des historiens sur un point : pour certains, la constitution de Cadix n’est pratiquement pas connue dans la Péninsule italienne, tandis que, pour d’autres, son texte a été assez largement diffusé. La place faite ici au Piémont suggère que demeure ouvert un vaste champ à explorer ; mais je crois savoir qu’un projet chemine, appelé à voir le jour en Espagne. Il serait intéressant, en effet, de savoir comment la constitution de Cadix, telle qu’elle a été conçue en 1810 et actualisée en 1820-1823, a été perçue et a eu un retentissement, non seulement dans toute l’Italie, mais aussi en France, dans l’actuelle Allemagne, en Pologne, en Russie, etc.

15Il était fatal que, en raison de l’ampleur du projet élaboré par J.-P. Luis, le livre comporte des lacunes et présente un caractère quelque peu disparate, puisque voisinent, innovantes ou non, de vastes synthèses (F. Peyrou, M. Esteban de Vega…), les explorations approfondies de thèmes étroits (P. Géal, I. Fernández Sarasola…) et des aperçus sur de grands sujets (P. Rújula, C. García Monerris..).A lui seul, le prologue de J.-P. Luis où sont évoqués, dans leur complexité, les grands problèmes posés aux historiens et les grandes tendances de la recherche actuelle, suffirait à justifier l’entreprise. La dernière phrase du petit texte qui figure en quatrième de couverture comporte un énoncé qui résume bien l’entier de l’ouvrage et en annonce le haut et indéniable intérêt : « Ce livre montre la place spécifique de la guerre d’Indépendance dans la mémoire, les représentations et les pratiques du libéralisme dans le monde hispanique ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-René Aymes, « La guerre d’Indépendance espagnole et le libéralisme au XIXe siècle. Études réunies par Jean-Philippe Luis », Cahiers de civilisation espagnole contemporaine [En ligne], 8 | 2012, mis en ligne le 18 mars 2012, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/ccec/3791

Haut de page

Auteur

Jean-René Aymes

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CCEC ; auteurs

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo 3L.AM Langues, Littératures et Linguistique des Universités d'Angers et du Maine
  • OpenEdition Journals