Navigation – Plan du site
Études

Henri Bergson et les conservateurs espagnols (1907-1940)/I

Première partie : l’anti-bergsonisme politique et axiologique espagnol de la presse conservatrice pendant la Grande Guerre et de la droite radicale à travers José María Salaverría et Eugenio d’Ors (1907-1940)
Henri Bergson y los conservadores españoles (1907-1940)/I
Camille Lacau Saint-Guily

Résumés

La Grande Guerre durcit les rapports des conservateurs espagnols, de tradition plutôt germanophile depuis la Révolution de 1789, avec la France. Le philosophe, Henri Bergson, qui exerce un magistère intellectuel très puissant dans son pays, entre 1900 et les années 1920, s’engage comme missionnaire de la Cause des alliés, dans le monde. Cet engagement diplomatique double le rejet religieux dont il fait déjà l’objet, en Espagne, comme catholique « moderniste », depuis 1907, d’un rejet politique. En plus d’être considéré comme le penseur ennemi de la philosophie catholique officielle, le néothomisme, il est décrit par la presse conservatrice espagnole comme le monstre tricéphale imaginé par le fer de lance de l’Action française, Charles Maurras. En effet, les divers quotidiens conservateurs espagnols tels que ABC, El Debate, La Época ou encore le journal intégriste El Siglo futuro le dépeignent, dans son tricéphalisme, comme un emblème de la Révolution jacobine, de la Réforme et du Romantisme décadent. Les écrivains de la droite radicale espagnole comme José María Salaverría ou Eugenio D’Ors développent, à l’occasion de la Guerre de 1914-1918 puis après, un anti-bergsonisme axiologique et politique, inspiré entre autres du nationalisme français. Le bergsonisme représente pour eux, par son intuitionnisme, son anti-intellectualisme, une pensée décadente, impressionniste, sémite, antithétique à la pensée noucentiste conservatrice.

Haut de page

Texte intégral

1Le bergsonisme se révèle distinctement aux catholiques espagnols, au moment où éclate la crise théologique moderniste, en 1907, et de la publication par le Pape Pie x de son encyclique anti-moderniste et pro-scolastique, Pascendi dominici gregis. Depuis la publication de L’Évolution Créatrice par Henri Bergson (1959-1941), en 1907, juste avant l’éclatement de cette crise religieuse, le bergsonisme est considéré comme une philosophie dangereuse qui pervertit le catholicisme. Ce dernier livre est considéré par Rome comme une sorte de réécriture dévoyée de la Genèse de l’Ancien Testament. La philosophie de L’Évolution créatrice est envisagée par les catholiques romains puis par les censeurs comme un « effort de pensée athée ». De plus, son intuitionnisme et son mobilisme sont jugés par le Vatican comme antagonistes à l’intellectualisme et l’essentialisme de la philosophie de saint Thomas d’Aquin qui a été érigée, par Léon xiii, dans son Encyclique Aeterni Patris, en 1879, comme la seule philosophie officielle du catholicisme.

  • 1  Voir au sujet de l’anti-bergsonisme des catholiques néothomistes espagnols Camille Lacau St Guily, (...)

2Tous les catholiques traditionnels espagnols se mobilisent, à travers les quotidiens, les revues, les institutions, pour faire barrage à ce qu’ils stigmatisent comme la torpille « relativiste » et « nihiliste » du bergsonisme qui a déjà conquis un très large public de jeunes, y compris catholiques, en France, et qui menace à présent de frapper l’Espagne1.

3Lorsqu’à partir de 1907, les religieux espagnols, dominicains, jésuites, augustiniens, prennent leur plume et publient dans La Ciencia tomista, La Ciudad de Dios, Razón y Fe, ou prêchent à des tribunes acquises à la cause catholique comme la Academia Universitaria Católica, l’Escurial, certaines Athénées et certaines universités, c’est pour défendre le dogme catholique traditionnel et intemporel contre la menace du modernisme théologique, qui a le pragmatisme pour pendant philosophique. C’est dans une querelle doctrinale, dogmatique et idéologique que s’engagent alors les catholiques espagnols contre les principes modernistes. Et la lutte de l’intellectualisme néothomiste contre l’anti-intellectualisme bergsonien, notamment, en constitue un axe majeur.

4Lorsque la guerre éclate, en juin 1914, et même si cela correspond au moment de la mise à l’Index des trois œuvres majeures de Bergson par Rome, le bergsonisme ne soulève pas seulement une polémique philosophique en Espagne. La Grande Guerre se superpose à la querelle théologique du modernisme, décuplant le rejet par les conservateurs espagnols de la philosophie française par excellence, entre 1900 et 1914. Le bergsonisme ne représente plus seulement, à leurs yeux, l’hétérodoxie ou la dissidence religieuse. On assiste à un glissement du bergsonisme d’enjeu religieux pour les conservateurs espagnols à un enjeu plus clairement politique. Au centre d’une querelle doctrinale religieuse, depuis 1907 ‒ dans laquelle Bergson continue de se trouver malgré la guerre ‒, la philosophie bergsonienne en soi devient, pendant le Conflit mondial, une préoccupation de second plan pour les conservateurs espagnols ; le bergsonisme devient surtout le prétexte d’une lutte politique qui le dépasse.

5Pendant la Première Guerre mondiale, Bergson est, en effet, l’un des académiciens missionnaires et propagandistes de la Cause française, contre les Allemands, d’où la politisation dont il fait l’objet, entre 1914 et 1918. Pour faire basculer l’Espagne, neutre pendant la Guerre, du côté des Alliés, un groupe d’académiciens français, composé de Pierre Imbart de la Tour (1860-1925), de Charles-Marie Widor (1844-1937), d’Edmond Perrier (1844-1921) et d’Henri Bergson, y fait un voyage en mai 1916, qui a un retentissement important dans la presse locale. D’ailleurs, l’un des académiciens, Imbart de la Tour, dans l’article qu’il publie à son retour, dans le Bulletin hispanique, intitulé « Notre mission en Espagne », témoigne du fait que leur départ avait été moins motivé par des causes scientifiques et philosophiques que politiques :

  • 2  Pierre Imbart de la Tour, « Notre mission en Espagne », Bulletin hispanique, t. xviii, n°3, 1916, (...)

Le gouvernement français, préoccupé par l’opinion espagnole devant la grande guerre, décida d’envoyer dans ce pays quelques membres de l’Institut pour prononcer diverses conférences, et surtout pour y rencontrer des personnes influentes de la nation, afin que celles-ci se fissent une idée plus juste de la position de la France en guerre2.

6Bergson, le plus célèbre d’entre eux, s’attire alors les foudres des conservateurs espagnols, traditionnellement germanophiles depuis la Révolution française. C’est alors toute une propagande anti-bergsonienne, anti-française et souvent antisémite, qui est menée par les conservateurs, dans leur presse, pour se prémunir contre une pensée jugée dangereuse sur bien des points.

7Une opposition conservatrice au bergsonisme se dresse donc, moins néothomiste et religieuse que politique et esthétique. Elle n’est pas circonscrite à la Guerre même si elle révèle son antagonisme axiologique au bergsonisme à cette époque, car elle se développe plus ou moins jusque dans les années 1940. La droite radicale constitue l’une de ses composantes. Elle se définit par son nationalisme et son attachement esthétique au classicisme contre le baroque ou le (néo)romantisme, au catholicisme contre la Réforme, à l’ordre et la tradition contre l’anarchie ou la révolution, une sorte de droite maurrassienne espagnole ‒ représentée par des écrivains journalistes comme José María Salaverría (1873-1940) ou encore le Catalan, Eugenio D’Ors (1881-1954). Cette droite radicale noucentiste, intellectualiste, perçoit en Bergson l’antithèse de ses valeurs politiques et esthétiques, dans la mesure où il incarne son contre-modèle absolu, impressionniste, moderniste, anti-intellectualiste, décadent ou encore obscur.

La presse conservatrice face à l’académicien français Bergson

  • 3  Voir François Azouvi, La gloire de Bergson. Essai sur le magistère philosophique, Paris, Gallimard (...)

8Les enjeux doctrinaux soulevés par un bergsonisme vu comme « moderniste », dans son acception religieuse, semblent progressivement se transformer en enjeux politiques parfois masqués, pendant la guerre et même quelques mois avant, au moment de l’élection de Bergson, le 12 février 1914, à l’Académie française. À partir de 1914, on ne reproche plus seulement à Bergson les implications théologiques modernistes de sa philosophie. Néanmoins, les conservateurs espagnols n’affichent pas directement les causes du rejet de ce qui représente la philosophie française par excellence, à cette époque. C’est donc de façon détournée que l’on critique le philosophe plébiscité par la jeunesse française. Les conservateurs déplacent leur gallophobie latente vers le penseur qui connaît alors en France une immense gloire3. C’est moins pour sa philosophie que comme le symbole de la pensée française que Bergson est attaqué par la presse conservatrice espagnole ; le phénomène s’accentuera pendant la Guerre.

9Ainsi, dès 1914, les articles abondent, dans la presse conservatrice espagnole, pour dénoncer, non plus seulement l’hétérodoxie religieuse du bergsonisme − mis à l’Index cette année-là, en juin 1914 −, mais aussi son côté, selon elle, ridiculement mondain, snob et « à la mode ». Le bergsonisme est réduit, dans nombreux de ses articles, à être une philosophie de dames.

10Par exemple, à la première page du journal El Universo, du 30 avril 1916, dans un article cité précédemment, intitulé « Nuestro huésped Bergson », A. Salcedo dénonce avec ironie la popularité de Bergson, qui touche les Français dans leur hétérogénéité, des petites gens aux dames du monde. A. Salcedo semble d’abord moins se moquer de Bergson que du snobisme français. Sur un ton railleur, il montre l’hostilité du conservatisme espagnol envers la France des intellectuels, une France qui réussit à faire éclore une philosophie populaire, « universelle ». C’est la tradition française des Lumières philosophiques qui est indirectement visée par le journaliste conservateur et qu’il rejette en la ridiculisant.

  • 4  « Bergson est le philosophe actuellement à la mode. Comme le fut Cousin en son temps. Comme Cousin (...)

Bergson es el filósofo actualmente de moda. Lo que fue Cousin en su tiempo. Como Cousin, su fama no se contiene dentro de la Sorbona, ni de la Academia de Ciencias Morales y Políticas, ni de los medios intelectuales propiamente dichos, sino que se dilata por la nación entera. Bien es verdad que en Francia hasta las cocineras y los cocheros se tienen por intelectuales. Todos conocen por lo menos el nombre de M. Bergson. Y en las tertulias «chic» se charla de «eso de la intuición» como de una palpitante actualidad. A la cátedra del filósofo concurren damas y galantes de la mejor sociedad. Y lo que es más de notar, muchos compran sus libros, y hasta suelen abrir con la primorosa plegadura las primeras páginas, diez o doce por lo menos, para que los visitantes al ver el libro sobre la mesita del gabinete, comprendan que aquello se está efectivamente leyendo4.

  • 5  « Choses de Paris, la danse et la philosophie ».

11D’autre part, La Época publie, sur le même ton narquois, deux articles à deux jours d’intervalle sur le sujet du bergsonisme comme philosophie de salons, qui plaît au monde chic de Paris, les 16 février et 18 février 1914. Le premier est intitulé « Cosas de París. La última moda », le second, « Cosas de París. El baile y la filosofía5 ». Tous deux rendent compte du succès remporté par le philosophe auprès des dames, lui qui a su réveiller en elles un insatiable appétit métaphysique. Alors que, dans le second, le correspondant parisien de La Época montre que les femmes ont délaissé leurs cours de tango pour aller écouter la nouvelle attraction au Collège de France, le premier schématise jusqu’à l’excès la récupération sexuée du bergsonisme par les bourgeoises parisiennes qui en ont fait leur nouveau fétiche. C’est l’occasion pour le journaliste de laisser éclater ses pulsions machistes ainsi que son exaspération contre le snobisme français :

Ahora son las damas elegantes, las parisienses más exquisitas, las que ponen de moda esos profundos y complicados estudios.

Nadie sabía hace algunos meses, fuera de los eruditos, que había en un gran centro de enseñanza, en el famoso Colegio de Francia, un profesor de filosofía, excelso: M. Bergson, cuyas lecciones, primorosas conferencias, revelaban una inteligencia superior.

De pronto, llevado por el viento de la celebridad, empezó a sonar su nombre en los salones más elegantes, y todas las évaporées de la vida mundana emprendieron el camino que conduce a su cátedra.

  • 6  « Ce sont maintenant les dames élégantes, les parisiennes les plus exquises qui mettent à la mode (...)

[...]. Ya no se habla en los salones de otra cosa: el concepto del yo, los diferentes sistemas filosóficos y otras cosas por el estilo, preocupan a la hora presente a las parisienses, tanto o más que las modas lanzadas por los modistos de la rue de la Paix6.

  • 7  Cependant, le Guatémaltèque Enrique Gómez Carrillo est une figure libérale de l’intellectualité es (...)

12Cette façon qu’a la presse conservatrice d’accuser le bergsonisme de n’être qu’une philosophie pour dames n’est pas prête de disparaître, en Espagne. En 1921, on trouve encore dans ABC notamment, un article du 4 novembre, de E. Gómez Carrillo7 (1873-1927), intitulé « La física, la metafísica y la moda », qui souligne la séduction qu’ont exercée le bergsonisme et son créateur sur les femmes.

13De même, le quotidien conservateur ABC publie un article, avant la guerre, le 17 février 1914, intitulé « ABC en París, tres inmortales ». Le journaliste José Juan Cadenas se moque de Bergson, nouvellement élu à l’Académie française, à qui il ajoute d’ailleurs une particule. L’anti-bergsonisme sommaire de Cadenas dénote une certaine gallophobie. C’est le symbole de la France qu’il cherche ici à « profaner ». Bergson est dépeint comme un homme chanceux qui parvient à réveiller le désir philosophique féminin. Un machisme primaire se greffe aussi ici sur son anti-bergsonisme. Le bergsonisme n’est pas une philosophie réelle et solide ; il est une philosophie de courtisanes, semble-t-il selon Cadenas.

  • 8  « Henri de Bergson est le philosophe à la mode qui a réussi à faire ce que personne n’est parvenu (...)

Henri de Bergson es el filósofo de moda que ha conseguido lo que nadie: despertar en la mujer la afición a los estudios filosóficos [...]. Los viernes, cuando ocupa su cátedra en el Colegio de Francia M. de Bergson, las damas de la aristocracia más linajuda esperan como simples colegiales que el maestro les dirija la buena palabra [...]8.

14L’article qui suit, intitulé « ABC en Berlín. Bergson en Alemania », de Julio Camba (1882-1962) se moque plus gentillement de Bergson. Le journaliste espagnol, en mettant en concurrence philosophie allemande et philosophie française représentée par Bergson ‒ cet écrivain de « revues de salon » ‒, orchestre un conflit de virilité entre les deux nations. Selon Camba, en Allemagne, « en una región de pura filosofía », Bergson est réduit à n’être qu’une sorte de commerçant de la philosophie. Même si Camba se moque, en un sens, également de l’austère mais puissante philosophie allemande, il montre à ses lecteurs ce que les Allemands critiquent chez Bergson : la superficialité, la vacuité d’une philosophie française presque féminine et sans profondeur.

  • 9  « Bergson, cependant, ne passera jamais pour un philosophe en Allemagne. Il est trop clair, trop a (...)

Bergson, sin embargo, no pasará nunca por un filósofo en Alemania. Es demasiado claro, demasiado ameno, demasiado elegante. [...]. Con tales prendas literarias y vestimentarias se puede ser en Alemania un periodista, un escritor de crónicas o de revistas de salones, hasta un autor de novelas o de comedias para el cinematógrafo: pero un filósofo, eso nunca. Un filósofo alemán es algo más serio y más grasiento que todo eso. [...]. Se trata, precisamente, de ponerse fuera del alcance del público frívolo y ligero, en una región de pura filosofía. Los filósofos alemanes están en sus libros como las fieras en sus jaulas. Se les ve de lejos, se les oye rugir, pero nadie se acerca. El Berliner Zeitung am Mittag publica un trozo de la Risa de Bergson, a quien llama el französischer Modephilosopher. El französischer Modephilosopher puede significar también el filósofo francés a la moda, y puede significar también el filósofo de la moda francesa. Parece así como si Bergson tuviera una tienda de filosofía en la rue de la Paix. Además, se sabe que todas las mujeres distinguidas de París van a oír a Bergson día por día. ¿Qué clase de filósofo es ése que no muerde, que no ruge, y al que pueden acercarse sin temor las mujeres elegantes? […]9

15Julio Camba, sans prendre parti pour l’une ou pour l’autre philosophie, expose tout de même le dénigrement du bergsonisme par les Allemands ; la pensée bergsonienne ne semble pas digne d’être élevée au noble rang de philosophie. La schématisation de la philosophie bergsonienne par les Allemands, médiatisée avec un certain humour par l’écrivain espagnol, concourt tout de même à ridiculiser l’icône française.

  • 10  Echauri est aussi correspondant à Paris pour le journal intégriste El Siglo futuro, dans lequel il (...)
  • 11  « Le philosophe à la mode est Bergson, qui explique au Collège de France une philosophie nébuleuse (...)

16D’autre part, dans le récit que le journaliste Echauri10 nous livre, le 20 janvier 1914, dans un article de El Debate, intitulé « La clase de un filósofo », c’est moins la philosophie bergsonienne en soi que ce qu’elle symbolise qui est critiqué. C’est presque sociologiquement que les Français sont attaqués dans ces articles, à travers cette façon qu’ont les conservateurs espagnols de ridiculiser Bergson. Les Français sont des faiseurs de mode et Bergson est l’icône de cette pensée mondaine. Toute l’élite parisienne se presse avec une complaisance servile pour l’écouter alors qu’il est, selon Echauri, abscons : « El filósofo de moda es Bergson, que explica en el Colegio de Francia una filosofía nebulosa a que da el nombre de “intuicionismo”. Así va el mundo tan a oscuras; a las tinieblas dan ahora el nombre de intuición11 ». Le bergsonisme est, selon lui, incompréhensible ; il peut même conduire à des situations burlesques, voire grotesques. Echauri raconte, en effet, l’histoire d’une famille anglaise qui voulut absolument se rendre au Collège de France pour écouter les conférences de Bergson. Cette famille se trompe de salle et se retrouve finalement dans un cours de littérature chinoise.

Todos escucharon gravemente hasta el fin. Y, al salir, expresaron a su intérprete la admiración que sentían por la filosofía intuitiva del Sr. Bergson y su satisfacción por haber tenido la fortuna de oír al ilustre conferenciante.

  • 12  « Tous écoutèrent gravement jusqu’à la fin. Et, en sortant, ils exprimèrent à son interprète l’adm (...)

La filosofía bergsoniana es chino puro. En estos tiempos de ciencias ocultas, de sonámbulos, de adivinos, de sibilas y de espíritus fuertes empapados en ridículas supersticiones, no es extraño se vea tan concurrido un curso de intuicionismo en que unos se duermen, otros permanecen despiertos, pero nadie ve ni entiende jota12.

17Le bergsonisme est ainsi vu, tout d’abord comme la philosophie la plus à la mode en France à cette époque, à tel point qu’elle attire le monde entier ; il incarne, d’autre part, le courant occultiste, obscurantiste et mystique, selon les conservateurs espagnols notamment, qui s’en méfient par-dessus tout. Leur anti-bergsonisme est donc multifactoriel.

18La philosophie mondaine de Bergson n’est pas le seul aspect qui semble exaspérer la presse conservatrice espagnole et qu’elle utilise contre lui. La propagande que Bergson a faite de la Cause française, lors de sa venue en Espagne, en mai 1916, envenime encore le ressentiment des conservateurs espagnols envers le bergsonisme et, à travers lui, envers les Français.

  • 13  Bergson est très loin, toutefois, de faire l’unanimité dans la communauté des intellectuels frança (...)

19En 1914, avant même le début de la Grande Guerre, la presse conservatrice espagnole a toujours un petit mot acerbe et ironique contre celui qu’elle dit être plébiscité par la France entière13 comme son philosophe. Par conséquent, s’attaquer à Bergson, « philosophe à la mode » et choisi par les Français, c’est s’attaquer à ces derniers, de façon détournée.

Politisation du missionnaire Bergson pendant la Grande Guerre

20La Grande Guerre accentue le phénomène de rejet du bergsonisme chez les conservateurs. En effet, s’il prononce à Madrid, en 1916, deux conférences philosophiques, c’est surtout l’occasion pour lui de devenir le missionnaire des Alliés en Espagne. Le rôle politique que les Espagnols lui prêtent, à cette époque, est clair. Bergson est moins envisagé alors par les conservateurs comme l’un des « philosophes nouveaux », théoriciens du modernisme à la fois littéraire et religieux, que comme un pion politique du gouvernement français, pour faire pencher l’Espagne, neutre dans le conflit, en faveur de la France. Et les articles dans la presse conservatrice abondent sur le thème d’un Bergson propagandiste en faveur de la Cause française.

  • 14  « Que sont-ils venus faire ? ».

21L’article du 4 mai 1916 du Correo español, intitulé, « ¿A qué han venido14? », le montre. Le journaliste reprend en anaphore cette question et commence ainsi :

  • 15  « Que sont venus faire les conférenciers français ? Nous civiliser, nous polir, nous passer la var (...)

¿A qué han venido los conferenciantes franceses? ¿A civilizarnos, a pulirnos, a pasar la garlopa de su pedagogía sobre las asperezas leñosas de nuestros intelectuales? ¡Intelectuales! [...] ¡Sí precisamente la filosofía de Enrique Bergson es la quintaesencia del antiintelectualismo!15

  • 16  « Mais que sont venus faire Bergson et ses accompagnateurs ? Ce n’est pas l’heure d’expliquer le c (...)
  • 17  « Que sont-ils venus faire ? Faire en sorte que nous nous enthousiasmions avec les alliés et que n (...)
  • 18  Le mouvement de L’Action française naît en 1898, lors de l’affaire Dreyfus, comme mouvement contre (...)
  • 19  Charles Maurras « regrettait la neutralité espagnole dans la Grande Guerre, et surtout, la germano (...)
  • 20  « Frères de civilisation et d’éducation », Charles Maurras, prologue de El fin del imperio español (...)

22Après avoir ironisé sur la vacuité des sophismes de Bergson, le journaliste attaque le camp des Alliés : « ¿Pero a qué ha venido el señor Bergson y sus acompañantes? ¡Ésta no es la hora de explicar lo continuo y la intuición!16 ». Puis il poursuit : « ¿A qué han venido? ¿A que nos entusiasmemos con los aliados y prorrumpamos en aclamaciones por sus victorias? ¿Qué quieren que digamos? ¡Viva Rusia! [...] ¡Viva Francia! que ha perdido nueve de sus mejores departamentos y casi la mitad de los fuertes de Verdun!17 » Derrière ce ton parfois fielleux, se joue non seulement un rejet du bergsonisme pour ce qu’il est intrinsèquement, doctrinalement, mais aussi pour ce qu’il représente. Il est le fruit d’un philosophe anti-intellectualiste certes, mais surtout juif et français. Même si Charles Maurras (1868-1952), théoricien de l’Action française18, « lamentaba la neutralidad española en la Gran Guerra, y sobre todo, la germanofilia de un importante sector de la derecha hispánica19 », soulignant le fait que la France et l’Espagne sont bien « hermanos de civilización y educación20 », les conservateurs espagnols persistent à soutenir l’Allemagne et rejettent le libéralisme de la France, une France de tradition jacobine et trop révolutionnaire, selon eux.

23C’est, en fait, toute la cartographie socio-politique espagnole qui est en train de se révéler lors de la venue de Bergson à Madrid. ABC publie les impressions de Bergson, après sa mission, sur les filiations politiques des Espagnols qui dépendent de leur appartenance sociale, dans le numéro du 25 mai 1916 :

  • 21  « Quant à l’attitude des Espagnols par rapport à la guerre actuelle, Bergson a dit (à un rédacteur (...)

En cuanto a la actitud de los españoles en relación con la guerra actual, ha dicho Bergson (a un redactor de Le Temps) que sería inútil negar las simpatías de aristócratas y burgueses hacia los alemanes, sentimientos que comparten muchos oficiales del Ejército, mientras el alto clero, aunque no es favorable de un modo unánime a Alemania, cuenta con numerosos miembros contrarios a la nación francesa, ya porque irreflexivamente aceptan la teoría de que Francia es irreligiosa, bien porque un superficial razonamiento les lleva a identificar la causa de Alemania con la de la autoridad, y ésta con la de la Iglesia católica21.

24Ainsi, Bergson lui-même est conscient que sa venue ne peut attirer ni la sympathie des aristocrates et des bourgeois espagnols, ni celle de l’Armée et du haut clergé, peut-être moins pour l’en-soi de sa philosophie que pour ce que représente symboliquement et traditionnellement la France, qui n’a pas seulement fait la Révolution mais qui est aussi une République laïque, depuis 1905.

  • 22  « Hommage extemporain ».

25De même, un article de El Debate, du 30 avril 1916, intitulé « Homenaje extemporáneo22 », publié à la veille de la venue des académiciens français, explique d’abord que l’Espagne a toujours été favorable, non à l’autarcie idéologique, mais à l’ouverture et aux commerces des idées, avec la France particulièrement :

El intercambio intelectual entre España y otros países, cuando no es de errores ni inmoralidades, nos parece muy conveniente y aprobamos lo que contribuye a fomentarlo.

  • 23  « L’échange intellectuel entre l’Espagne et d’autres pays, quand il ne s’agit pas d’erreurs ou d’i (...)

Con ninguna nación tenemos comercio ideal más asiduo que con Francia. No es sólo que los intelectuales de España estudiamos la ciencia y arte franceses harto más que nuestros vecinos la ciencia y arte españoles, sino que, como ha dicho Vázquez de Mella, Francia es para nosotros una especie de aduana a través de la cual nos llega generalmente la cultura de otros muchos pueblos, pues al francés todo se traduce23.

  • 24  « Quel dommage que ce qui nous est envoyé de l’autre côté des Pyrénées soit la plupart du temps de (...)
  • 25  « En ce moment même trois conférences sont annoncées pour faire connaître une philosophie de tenda (...)
  • 26  « En ce qui concerne certains hommages, nous les considérons inopportuns et dangereux. Ils peuvent (...)
  • 27  « L’hospitalité est une chose très noble et très espagnole. Mais en aucune façon on ne peut tolére (...)

26Toutefois, le journaliste, dont on ignore le nom, déplore que la France soit aussi le vecteur d’introduction de pensées dégénérées et décadentes, tel que le naturalisme, comme il semble le sous-entendre, ou encore, sans doute, le modernisme philosophique : « ¡Lástima grande que lo que de allende de el Pirineo se nos manda consista muchas veces en errores filosóficos, falsas teorías políticas e históricas y pornografías seudoliterarias!24 » Puis, le journaliste critique la venue des académiciens français en Espagne pour deux raisons ; la première à cause de l’exposition périlleuse à laquelle ils vont procéder, notamment Bergson, de leurs philosophies : « Ahora mismo están anunciadas tres conferencias para dar a conocer una filosofía de tendencias agnósticas y derivaciones anarquistas en el orden social y modernistas en el religioso…25 » L’Espagne n’a pas à prendre le risque d’une telle ouverture laxiste à des idéologies régressives : « Por lo que toca a determinados homenajes, los tenemos por inoportunos y peligrosos. Pueden despertar suspicacias y descontentos, pueden dividir y promover conflictos26. » Il conclut avec la deuxième raison de son hostilité à la venue des académiciens, en prononçant une critique de la propagande politique à laquelle ces derniers vont procéder, en Espagne : « La hospitalidad es algo muy noble y muy español. Más en ninguna manera puede tolerarse se abuse de ella para realizar ciertas propagandas, ni para abrir grieta en la unión sagrada en defensa de la neutralidad de nuestra Patria, que todos estamos obligados a mantener27. »

  • 28  « Il y a une limite à tout… ».
  • 29  « Les faits commencent à démontrer à quel point cette visite dont plusieurs sages français ont vou (...)

27D’autre part, un article paru dans le même journal El Debate, le 16 mai 1916, en première page, intitulé « Todo tiene límites…28 », désapprouve avec virulence, a posteriori, la venue des académiciens en Espagne : « Los hechos empiezan a demostrar cuán inconveniente ha sido la visita con que han querido honrarnos varios sabios franceses29. »Le journaliste déplore les conséquences provoquées par cette venue de missionnaires français pour défendre la Cause des Alliés et l’incapacité des Espagnols à afficher, dans l’espace public, la neutralité officielle :

  • 30  « Au moment du départ des académiciens de Séville, les personnes qui étaient venues pour leur dire (...)

Al salir estos de Sevilla, las personas que acudieron a despedirlos prorrumpieron en vivas a Francia; y como estas manifestaciones, tan significativas en el actual momento, molestaran a otras que en la estación se encontraban, los vivas francófilos fueron contestados con otros a Alemania. ¿No es lamentable la exteriorización de estas discusiones en la vía pública? ¿Y no es muy probable que la repetición de sucesos análogos tenga consecuencias verdaderamente funestas30 ?

28Puis, le journaliste dénonce le dessein non pas scientifique ni philosophique de la venue des académiciens, mais propagandiste, donc politique :

  • 31  « Sans déroger à la traditionnelle courtoisie et l’hospitalité chevaleresque des Espagnols, les sa (...)

Sin mengua de la tradicional cortesía ni de la caballerosa hospitalidad españolas, los sabios franceses fueron acogidos por la opinión con evidente y justísimo recelo, que nacía de la gravedad de las circunstancias presentes, del número de comisionados que nos honraban con su visita, de la coincidencia de ésta con cierta propaganda realizada en España, de la significación exageradamente francófila de las personas que se disponían a recibir entusiastamente a nuestros visitantes y a acompañarlos y tributarles agasajos y homenajes. Todo esto era indicio seguro de que lo que se anunciaba como labor cultural encubría otros fines, o degeneraría en resultancias no científicas, sino de carácter político e internacional31.

29Le journaliste conservateur réplique à cette propagande en soulignant la germanophilie de la majorité du pays qui a eu la courtoisie de ne pas l’afficher, en présence des académiciens. Face à l’inconvenance des Français, dont les fins ont été démasquées, se taire n’est plus de mise :

  • 32  « […] Les savants français ont eu l’occasion d’observer […] que les Espagnols qui souhaitaient que (...)

[...] Los sabios franceses han tenido ocasión de observar [...] que los españoles deseosos de que intervengamos en la guerra junto a los aliados no llega a media docena, que la mayoría de la nación es germanófila y que la neutralidad no es política de un Gobierno y, como tal, mudable, sino convicción y sentimiento del país entero32.

30Un autre article, paru le 3 mai 1916, dans El Debate, et relatif au voyage des académiciens en Espagne, dénonce la même duplicité des Français, qui sont venus à des fins non scientifiques mais politiques dans le pays. Le titre est éloquent : « Propagandas políticas, no científicas. »

L’anti-bergsonisme axiologique de l’un des fers de lance de la droite radicale, José María Salaverría

  • 33  « Il fut accusé d’être germanophile bien que cela n’ait jamais pu être prouvé » (José Javier Sánch (...)

31Un journaliste, grande figure de la presse conservatrice espagnole, José María Salaverría (1873-1940), dénonce, avec une virulence particulière, la propagande alliée, personnalisée par la venue des académiciens, et parmi eux Bergson, le plus célèbre d’entre eux. Et lorsque le critique espagnol J. J. Sánchez Aranda dit que « fue acusado, de germanófilo, sin bien pudo nunca probarse33 », ses pamphlets anti-bergsoniens et anti-français, publiés dans le quotidien ABC, prouvent le contraire. ABC a été le support de publication de la pensée germanophile et gallophobe de José María Salaverría.

32À travers Salaverría, on découvre, une nouvelle fois, que l’antibergsonisme des conservateurs espagnols n’est pas exclusivement et primordialement catholique. Il existe, en effet, en Espagne, un faible courant nommé « droite radicale » qui rejette Bergson parce qu’il incarne le paradigme idéologique antithétique au sien. P. C. González Cuevas, dans l’introduction à El pensamiento político de la derecha española en el siglo xx, définit ainsi la droite radicale espagnole :

  • 34  « Nous entendons par “ droite radicale ” un style de pensée, né de la crise fin-de-siècle des vale (...)

Entendemos por «derecha radical» un estilo de pensamiento, nacido de la crisis finisecular de los valores de la ilustración, que busca legitimizar su proyecto político antiliberal, no sobre la base de la religión, sino en las nociones científicas de la biología, la psicología, la sociología o la jurisprudencia. Esta corriente fue minoritaria en España, dada la influencia del catolicismo, pero en otros países europeos estuvo representada por figuras como Charles Maurras, etc. En España, sus portaestandartes más reseñables serían los catalanistas seguidores de Enric Prat de la Riba y los noucentistas de Eugenio D’Ors, luego convertido al nuestrosismo españolce départ dessrriente futyle= la juns et an> hres Françtroduction à Es fiîna>

31. e me> en Pclas fil El Dyftn11">11 est copan>À trarer ni bate
    26  « En ce qui concer3e certains  C.I n probars en32 class="textandnotes">
          • .

            à em lière,umiitomediaartogra ss ssinates"> AftnharlCganovactor dCas vaale 28-189 troson pdv clrop akquon’hei ndemgstr catalanistas seguidores de Enric Pcer una filosoPce 3 notendenc duction. Ils peuveem>El Deique la vefaite de latrinalement, maiete pensvu sente. Il est le fru"#ftnue pler n en cournée. -/a> », les conse Il coite c ha sido tlut abso"sideeligiososultid="b/li> 18 e àanóscient qcófviduación mienos poosophes nouve. D cousos œríav d’> e, peut orme/arue. r10 ta germ1 e,p> moutiste cu Romphie me eRe> s au,
), dvahiosophes nouve. uri raeeligiososcófviduacits francókquoan clas, ses pac lendenctomed

exte"eultifav ’infet,re. Pueden

4 (...) senergsonandas p los a. U cag« F[ue r],iv cla, ía.31  « Sans déroger à la traditionnelle courtoisie et l’hosDe franus ghl mofae tr">31s p los a. U cagande eacla gie dliodyftn13venour lsay emps de el en iés et quniv> coms="textasalu e,p> ordépls="tex dur>24 gnols floizacigouvernnave bergsonismCi> -eut-être mrètalanistas seguidores de Enric 4cultural encub4 4otros fines, o degeneraría en resultancias no científicas, sino de carácter político e. Et les articles dans la presse conservatrice abondent sur le thème d’un Bergson propagandiste en faveur de 42ois confé rese-ables idéologique antithétique au sien. P. dir="ltr" idez Cuev
  • c nvecir moins esot, maervaui-bergsoniente Salavdescontentocófilnto atfranusoue non seuler 1914, d de rejetqu’sympathas prafías xte" dir="lurtout l’oc,n conteroî tout er 191#ftn33">(n10">(...) gieux, que comme un pion polneutr. U rmtout l’ndas políticer 191#hez Ara"ltr"> m cU cagrut ormits gne d’cófviduación< Ahora m> » Derrière ce ton Dverrí,inieblrandeifie, peut-être m,n’est pas exc stin>30Unoanumber"ies sa>(...) », le kaícul"> utr.spanr lero> s auiónABC a été le support de publication de la pensérois conyftn21"l> vendentem fair  Il y

    nca probarou Francs, aguïtde xx, définit ainsi la droite radicale espagnole :

    4ía Salaverríant pble,
tfranens="foothref="# 423  « L’échange intellectuel entre l’Espagne et d’autres pays, r="lte tolehné dv. Llass="chsca e"citatia mismosgr mif="#ftpble même tctueluy noble y muy es sus poe"citatis y homenspagn dibdrdicioos y rstaciones, taL="chsca e"cd12">(...) entimientor dInes" dtsse avec uneenues con los ièu eir=" Chaal la coltr">u 20< criou dse aia m uuchos ofa de éciones, rètalanistas seguidores de Enric 4lorsque le cri4 a été le support de publication de la pensérs sages fradén ste dél"sideeligiososande eaciticioopirure de lau maervateiés et qnte. Il est le fr. Orpr descontentos, pueo, la germl clat e la và cettehermanos o rurlass="pahabex17" id=ceournée,efois, e eación »Bergson és et qgsonc irrnde eaciti,="ltutr. U « hermanos deoltmblent fre,p> ordétaaftn21"l>er">3034  « Nous entendons par “ droite radicale ” un style de pensalavenud i>30<

e ,n cbcontbs corlass="c

25 es">

  • 30ni ndencou ce qu’s ríaj="bodyaes señoAu-stle, pa  Il y

     », les conse 26>Le berer 1914, dmphlets antlisé"sidenotes"> se ement un rejet du ber note,

eeligiosos 3026 s entendons par “ droite radicale ” un style de penoséldícieno ljss=ls,ahabetuaaña28rergsona la ceados.mCi> gula vuestegacitaibleeer">26 ei numeeiés o ocasief="ilys quhae avec vijuz="ltr="cicqui étciones, taNos quhaejuz="taiebjetntras eltaNos quhae avec vive" href="#p"#ftrgueses r="resque nto, nucemans" docasieosos de q32">(;adicaquhaeilosop delimizar r"ta cn cont rob r" z"32">(.mC a la c z laques Esuspañols gut opmeenlas per z s elirlos ecoreurn" di, ¿ 29"ssrusncia ypunst al» v clastr">Alo bé o? Squhaetde ldamentles

26<,éldae, timiztino,/ulens destr"me que lo que se anunciaba como labor4los tenemos po4 4portunmuy probable que la repetición de sucesos análogos tenga consecuencias verdaderamente funestas26:0cm;

  • 3 sd ve> < clalerièos d..)17   Que sont venus faire les conférenciers français ? NoCóla gura e ergsonlté des sox paz! ¡elle seestándyftnss="c tulprorru y a golanos! ¡Plle bementlj="bodyaesta geunto aacud nltr"ta c crum">y adidcrètalanistas seguidores de Enric 4ra abrir griet4 4e ce !entistas de Eugenio D’Ors, luego convertido al nuestrosismo españolce départ dee. Et les articles dans la presse conservatrice abondent sur le thème d’un Bergson propagandiste en faveur de 48 certains Ona> en P precial >gieux, que comme un pion pol un/lour faaum-1940), e et reli 4
  • 18 es">
  • 58nous est envoyLessiAhora s l">< u/s auxseu">32i"tlascontesileasiAhora s l u/sude turnétr"gn cla 5
  • 18 Nous entendons par “ droite radicale ” un style de pensl miAhora soarofte> lum#ner ud ulassa c >i"a acia:estmiAhora soafte>ud ulassa c y a al. A canzó asuez .Creref="#plaum-194vomenajeftrgueses din"pae demmé de arv media d ormlir licio la llumtion" Ahora m"lurY aquíalco="te minolc y tes fuepuns deeaum-1940e" Ahora m"l ningunaa « da. Personas que se dllumt miAhora soaroea jusau cuotes"in emormy homenajea « da. Enoestmentiv cenajenn faeran s vaa. vaa. a été le support de publication de la pens48 certaiLaeas, dansiv nd="tlasconaou, uríala Uclas,l=sue. Il ex tia y lena.< ona> en P ,mexcdir dans tessiAhora s leempçface qu Propatesions de Bergson, après sa mission, sur les filiations politiques des Espagnols qui dépendent de leur appartenance sociale, dans le numéro du 25 mai 1916 :

    59nous est envoyJe e iste,thoutcohermanos dt> uaautoidéologique antithétique au sien. P.xixois conru"sup> ot 59
  • 18 Nous entendons par “ droite radicale ” un style de penRepitref="#plmiAhora soietr"mrv media d Ahora m",ss=ezó cohergueser">[...]dentor de paradidéologique antithétique au sien. P.xixois conlega ascoinu mua csro clentor de paradidéologique antithétique au sien. P.xixois con. Fral,uyaiseugsonlentoogmai "nene, seran sentor cubr media finisecularon" Ahor s;lyetr"Papa Pío xe germpó,idivulgu ud En c » laaomulg a uez dmss grupsrètalanistas seguidores de Enric 5Los hechos emp59 59 ctunmuy probable que la repeOrs, luego convertido al nuestrosismo españolce départ dee. Et les articles dans la presse conservatrice abondent sur le thème d’un Bergson propagandiste en faveur de 60ois conférencias En yc trar Pa cU di Gregif« FaautPape Pie>Ldidéologique antithétique au sien. P.xois confranumberessiAhora s lenr n clas",3217es">
    • 3Jual Ramue 3ce qu Propaalse non se tra"> i"tlascon,Ldidéologique antithétique au sien. P.xois confranumaestmiAhora soavaui-ncha radicallum#ner ranumaesttndemgstr, nacidol >i"a acioa clranumaeuez dm">miAhora sorètalanistas seguidores de Enric 6a vía públic60 60ortunos yveD flas ses p"#extenmL pdite d y ant er fific, sesl siclasf="boinu Propa,=ment, dociLe ber< < eve dce qu Propaalse non se tra"> i"tlascon,
  • 6 31  « Sans déroger à la traditionnelle courtoisie et l’hosE e"mrv media spaoó asvec uneen licreen otn,/ulhayxudiuvmosoareen ot pagno9" ittr"Pas anLve y"32">(etrarfte>ts, a9", laaomulg ven32">(.mEftnhc phepeaum-194MiAhora soaacholtr" >i"a a lea, ytiqaacholtr" e tolele la biologsim y neum#ner;as qpa pio ios deseses qaacholtr" vec uneicEn1vec uneele laoetaibls="c tree paen qaacepnisinfaconocarne laum-194miAhora sotaL="cfiemsof aíalno ljss=ls,aaría Sals gut llumt miAhora t q32">(>Le ntíficavec uneeens e dllumt chonacidra soaymiAhora soiediot ytsim1914,mo; entorce bls que sco aen sudelass=lsonas qHi (.mr="ltesismoscuotes chonacidra soaysim1914,mo,ie eimiAhora soietntorce un/l a uy vec uneedicaqutom"#plaum-19,l=su n div cenajr"mrv media d y a al miAhora t rètalanistas seguidores de Enric 6cultural encub6 6otros fines, o degeneraría en resultancias no científicas, sino de carácter político e. Et les articles dans la presse conservatrice abondent sur le thème d’un Bergson propagandiste en faveur de 62ois confées Maurev rutsivairsude o nunufklärungu"#ftn uootnotf« F)ique d’abord,n pdv clroaverousLe ste,oleilys venfo 6
  • 32  « [
      À trasiclaon>m4,tee"eclass="te( c07-an 623  « L’es">
      • À trares tessiAhora s l i"tlascon,< germnievgie uy aría Ssunnie des ariphi,iopages Maure iste,

        à unnietde r cbodyftn rejet du bgs,i/div> t>m4,te"> s franqu’ dst-pragm < s6e,tlishé omachi, arètalanistas seguidores de Enric 6a y que la neu6À trasiue plereno> nnirul"> v v de los fuertelass ="#do la visita cgouvernpl30nsamieevenetlce qu Propa tierfav llass=aièrir ven uootnotftee la pdeshabexurtoisi erant no rejet du bgs t>m4,tete est sllenda rs t>ef=er">26ismpl cbodynbscis, qaess,i cbodyclao- omphie me , odyftn2rnUsande que Bergs.lTp rp> footnotecla v ven "n>À trasieclass="teue pl l">mi

        sn "n>À trasieclass="tetifasn11 sm4,te> , s franqu,vicatietrar(grutco- ompi!e)t sa venue en Espagne, enent le contraire. ABC a été le support de publication de la pens5 ave, sesl pensamiotnoerrcallite, o nua por figmru"#ftnete penes ume, l c411"a cousv nd=íav Gnóm ugsdad, ranumaestgtr" Bergson i er que .
        Romp ranumaeBabel.
        ExcIum">ivenirgu29"dgsconl» n">34  « Nous entendons par “ droite radicale ” un style de pen rètalanistas seguidores de Enric 6rat de la Riba6 se,cranumber nbscistentodt>ef=er">26ismuni tstue pler> Cdibden >luznmL phaze mi 6 nous est envoyClleé ans tes"> sodt>ef=er">26ismuetBergson"esp du ento aur"> l . VLecfaVerlpi!e,="paraierfavns 6

      • 25 Nous entendons par “ droite radicale ” un style de penF="#plspase26a soayergson"esp du ñolenf-ber l . He aquí aaVerlpi!ecli avfamdeio/ulson"o edño;agandT="ttoil . He aquí aaHuysm e">(...)slhaa c l , nacsstjinalemo cenvigorprclasóde opagaesacholzcquelle spasembetraraln conuopir#f in uellabrose es jurissttnsscia d Bergsonf=poca:div> Ni « Frètalanistas seguidores de Enric 6cer una filoso6 65 ctunmuy probable que la repeOrs, luego convertido al nuestrosismo españolce départ dee. Et les articles dans la presse conservatrice abondent sur le thème d’un Bergson propagandiste en faveur de 6rois confémo Charlidéologique antithétique au sien. P.Ds Maur pez Cuev Nn faeGs="acio (1920- c43) probae-ê en1,o"ltr">26 andiste en faveur de 6e certains hommEar a « d venle thma us="t Il cos ar estsla çtodyf=po ex pas  d dnaquellrclaolitasstue F"siden 6
      • 17es">
        • C proxodyue "><, si="ntio« Frètalanistas seguidores de Enric 6los tenemos po6 66 csurt c24,leto nua por figmru"#ftngagae commhomm=ai cs ue sonf=pocaeenque sc qutil as coaberr  otes"> ,un (clao-) omphie ex,=un irrnde eaciti,=er>ru"sup> otes"> . Pee reje,dtout lxte" dir="lternpe non seul/ íau,d olitasst o>30ru"sup> otes"> ssr tesotes"> s se=trornntaur siv n vaicatiecaess orLon , rnde eaciti,=médi"a >30 68nous est envoynt 18 Nous entendons par “ droite radicale ” un style de penr="ltels"ra">Enoriv claDess. thmy aría Salqte>sonclasciord y a auchos o nonóf» rejurrnó d> eea on con alran [...osenn fa alran numeeinn fai, nacssuda; ntí gi dstri,=e u=un itoner cio aqun cs ue <,uyaorcedi venale ftvmos rejurrnqutaire uerta
              clagon"f"

              31  es">

              • ru"sup> otes"> ssr lervateues Maure un rejet du beruetBr a «ffranumberese que Bergs.le
  • Molomenajevedia « Frètalanistas seguidores de Enric 6Los hechos emp6Lo 69oiabars c23t es Mauredo lacmbealav a eenrois cof=trevpi!elngle fr,aVer/divLeee 56- 35). Svateues Maure calli2orsés ass="-cieranc commdmmgh o> neurètalanistas seguidores de Enric 7a vía públic7a s70oie jouricIl, qvoiemiste, u"> se. urnr"> d> la auye influssa c y pos= laqsrend29"dgscopanosum#ner ll Nlve edia ,méltr" ningunags utudqpa pascodradcrètalanistas seguidores de Enric 7cultural encub7 71ortunos y pelre c inotifasontys q mundo taalem en sbscis, qaetasndencautoidéologique antithétique au sien. P.xixois conru"sup> otes"> ienons de Bergson, après spour défendre la Cause des Alliés et l’incapacité des Espagnols à afficher, dans l’espace public, la neutralité officielle :

    72 32  « [s entendons par “ droite radicale ” un style de penOscis, qaetd, coentlnn faeylirucios ce ti veneux, qmetafís» aeltout l. Oscis, qaetd, sone>(...) psoemgst aelWill.]m Jas sn Oscis, qaetds igaspm#ner ">Le oaiselí>Le juecaenajeva cldesesesdibuje>ud irufer(...) p ln prons ediaconl» n"stfoos ediacen l bidemgstronl» n"stemgstr, >vida nl» n">/a>flas> cthms, r  en sbscis, qaes seeaeltout le cour23  « L’es">
    • tn clbpaenue Ver/divLee,=er>m4,te>tifasont udersliertranumberese que Bergs"> relaicatiecaess ommdoiemdhref=paoatrnmuy probable que la repenent le contraire. ABCe. Et les articles dans la presse conservatrice abondent sur le thème d’un Bergson propagandiste en faveur de 74a SalaverLody< cguilooda r ant dea ropaa clifootnotec,dinhlas> e class="textandnotes">
        s,u aa, l bsoaría Sal u liblaslimuetBergsody25 Nou
          11
            a eeli pmme unt" dsgut l=íavd a idéologique antithétique au sien. P.Ds Maur pez Cuiv> hum-194 pmmjuega/ulsonatnobajau"#ftn An« Frères de civ7
          • 17  
              18 es">
              • ng dmphlets antles Mn> en P ,m mrntéiens en Xeniure"nsuyfootnó comphaa, laqusu spase<,omphaa, laquaría Sal ol >iba ala soaytl 11 a ios fiemsof pagno9" se,cFrancep r/ljuill"t4 09rètalanistas seguidores de Enric 7ra abrir griet7 77 csurttifa ="lisal oscisle ftudiéeequ’il ique nr"eles Mauremb ans a claiens en Bienqveref="#sta con cpune "><, vaetdson irre ="teb> 9.tY coentalopmsue nto, yese al sg,teclroud a « dasoliqbre las aspertonm, a « dasneobre las asperto, comph viruleverea tr"ed dotroadorètalanistas seguidores de Enric 7icle paru dans7 78ortunos yuy probable que la repenent le contraire. ABCe. Et les articles dans la presse conservatrice abondent sur le thème d’un Bergson propagandiste en faveur de 79ois conféL dea ropa lt l1">1118 Nouandiste en faveur de 80ois confiv> o Charles Maur, hum-194 pmmjuega/ulsonatnobajau"#ftev op. paru"#ft.ars en48-50nmL p a een ît>gclasbumb a cou 80
              • 17es">
                • À trasi ompi!< andnotesaute que Bergs,ir nst-nieuyfo de de rmon, lr,p> ted’, ses p>es Mauren"#fttout l’asandpragm < ss s mEn11">11es Maurel sichref=paoatrsandpragm < ss eaeltout letBergWill.]m Jas s,"

                  rètalanistas seguidores de Enric 7Los hechos emp79 79 ctunmCte" dirl’inr"eles Maurere c inol

    8 3(e e,sno#ftnovlns>gi194 pmm de b « lse non se trasdieux, >26 eoai,o 8
  • 31  « Sans déroger à la traditionnelle courtoisie et l’hosP ninguna(e elndebemontorce de b uchos o nonóf» enque stnobajamoi,orij "><, stropragm < s6o, von parce qaoud nntaur ocasidalnbre las asperezse es plaerviocs ees < 26e lnbre las asperez e opir#mos tftedst-pragmát" Lly span/lntiv a l/spagm < sszrètalanistas seguidores de Enric 8cultural encub8 81ortunmuy probable que la repetición de sucesos análogos tenga consecuencias verdaderamente funestas1126es Mauren n st au v8 févrisr 08,mexc germcoun/2.< Habmpha.les Maur se,c pirmon, lh viruleo nua por figmru"#ftnbre rvcoiun n tse"te" dir="ltuyfo deolique. Il ex t>pragm < ss tesons de Bergson, après sa mission, sur les filiations politiques des Espagnols qui dépendent de leur appartenance sociale, dans le numéro du 25 mai 1916 :

    82 e iste,sno#ftl

    32  « [s entendons par “ droite radicale ” un style de penEnta fleuse à la l albedríveneute rbitrar imo, domo ulehemontllumtio, rère arip uso eeal mi al e bre rvcoocasiytiqa coabave/e nto, entorce blud t" i y polos de qium">isperton duso eeal inisecularode opag >a ocasieux, qprueba< gson dad, entorce blud fleuse à lpragmát" o, co h < relas ue a aspm#ner ">(...)la l mundissajasiytspan/yausu rère arips ue o> nea alramoxod"a" conuaría Salycarne lpeque mo grupsnbre las asp,au onerdo,BergF cld...)rètalanistas seguidores de Enric 8a y que la neu83LPropa o nuauni1v> u"#ftnrese« Propagpur capenesdu entoirrnde e a.17es">

  • La fleuse à la l hum-194 pmmtnobaja/ulsonajuegau"#ftm4,teetles Mn> en P ,mdieux, q a eend94 1xpoosltr"El nn faebre las asperez sepr e so"sidotes"> ichreiemo icea ropala vt"#ftn1apragm < ss tessltr"NningunaLmgst iqalpaga l bidemgstropur<,omphredu ñolirr ale ntífSaec àen)rètalanistas seguidores de Enric 8lorsque le cri8lo 83 tunos y Lant no rejet du bgs g c< germniev e df avandrnntaur seis dirde altpir dst-pragm < s6elcEn1note,32nmCte" dircbetrarginsifis JnosFarr n y ntyoha ra cla vs excêtreeml c111"a coubodyÀosos e non se trasdages Maure iv> La fleuse à la l hum-19 probtesons de Bergson, après spour défendre la Cause des Alliés et l’incapacité des Espagnols à afficher, dans l’espace public, la neutralité officielle :

    84a SalaverríaOnmdoiem / íaandM thodsma nes ul se ols, dansifs dmbesueteelaqusod ormurese«o 8
  • 34  « Nous entendons par “ droite radicale ” un style de penAl nn faeM tez deend9bly nns y do tfrtnobdansivos jurisstor cubr media laqusod órmura bidemgsta< gsonemgsta insinn ros yu#ftev /v> o Charlidéologique antithétique au sien. P.Ds Maur pez CuevnvoyDocav a eeas coo no 8
  • 25 es">