Navigation – Plan du site
Études

La Société Royale Économique des Amis du Pays de Saint-Jacques-de-Compostelle devant l'éclosion de la société de masse

La Real Sociedad Económica de Amigos del País de Santiago de Compostela ante la eclosión de la sociedad de masas
Margarita Barral Martínez

Résumés

Au cours du xviiie siècle, l'université espagnole se trouvait toujours très enracinée dans le passé et ses réglementations rendaient quasiment impossible toute tentative de changement. Ni la réforme engagée par Ferdinand VI ni celles, postérieures, de Campomanes n'avaient permis que les institutions de l'éducation supérieure ne dirigent le processus de rénovation scientifique que demandait le Siècle des Lumières. Cette situation provoqua l'apparition de nouvelles institutions scientifiques et éducatives, tels que les écoles privées, les lycées et les Sociétés Économiques des Amis du Pays.
Dans cet article, nous entendons analyser le déclin de la Société Économique des Amis du Pays de Saint-Jacques-de-Compostelle au long du xixe siècle, c'est-à-dire quand son œuvre cesse d'avoir un sens dans la société de masse. Après une approche des origines et du développement de l'institution au cours du xxe siècle, nous présenterons l'évolution de l'institution au cours de ce siècle afin de montrer comment la fonction de centre éducatif et de formation, qui remontait aux origines, devient obsolète d'un point de vue éducatif devant les nouvelles attentes sociales.
Pour l'élaboration de ce bref essai, nous avons consulté la documentation conservée dans les Archives de la Société Royale Économique des Amis du Pays de Saint-Jacques-de-Compostelle (arseaps), en plus des sources bibliographiques citées.

Haut de page

Notes de l’auteur

Une première version de ce texte a été présentée au xxxi Encontro da Associaçiao de História Econômica e Social, qui s'est tenu dans la faculté d'Economie de l’Université de Lisbonne les 18 et 19 novembre 2011.

Professeure, chercheuse du programme « Isidro Parga Pondal », financé par le gouvernement autonome de Galice pour le département d'Histoire Contemporaine et de l'Amérique de l'Université de Saint-Jacques-de-Compostelle, dans le cadre du Groupe de Recherche de Référence «Histoire agraire et politique du monde rural. xixe et xxe siècles (GI-1657)». Projets de recherche: La nacionalización española en Galicia desde el Desastre del 98 hasta la Segunda República, Chercheuse Principale: M. Barral Martínez, Code : micinn, Ref.: har2011-22905 ; Estereotipos e nation-building español en Galicia no primeiro cuarto do século xx, Chercheuse Principale: M. Barral Martínez, Code : Xunta Galicia, Ref. : em2012/12.

Texte intégral

Introduction

  • 1  Le comte de Peñaflorida (1723-1785) est une figure de l’Espagne des Lumières, formé à Toulouse dan (...)

1La première Société Économique fondée en Espagne fut la Société Royale Basque des Amis du Pays ; issue de l'initiative privée en 1763 de Javier María Munibe e Idiáquez, comte de Peñaflorida, elle fut adoptée en 1765. Pour cette initiative le comte de Peñaflorida put compter sur le soutien d'autres nobles1.

2Ces institutions étaient le produit de cercles culturels, ce qui a fait que les secteurs chargés de leur création aient aussi été considérés comme les « plus dynamiques » de la société du moment : des nobles, des membres de l'Église, des personnes investies d'une fonction publique, des représentants du monde des affaires ainsi que des artisans reconnus. Elles naissaient comme des organismes non étatiques dont l'objectif était de promouvoir le développement. Leurs initiatives se basaient sur des études préalables de la situation économique locale, à partir desquelles on essayait de trouver une solution via des projets différents destinés à promouvoir l'agriculture, le commerce et l'industrie, en s'appuyant toujours sur les idées de la physiocratie, des Lumières et même du libéralisme naissant.

  • 2  Pedro Rodríguez Campomanes, comte de Campomanes (1723-1802), est un politicien, jurisconsulte et é (...)
  • 3  En Amérique Latine, ont existé les Sociétés Économiques des Amis du Pays du Chili, de la Nouvelle (...)

3En 1774, neuf ans après la création de la Société Basque, le procureur du Conseil de Castille Pedro Rodríguez Campomanes publie son ouvrage Discurso sobre el fomento de la industria popular, où il émet une série de recommandations relatives à la création de sociétés économiques et la cite comme exemple2. A partir de ce modèle et suivant le conseil de Campomanes, les sociétés des amis du pays ont alors proliféré au cours de la transition du xviiie au xixe siècles en Espagne et en Amérique Latine3. L'année suivante, en 1775, naît la Société Économique de Madrid sur une initiative de Campomanes lui-même.

  • 4  Pedro Rodríguez Campomanes, Discurso sobre el fomento de la industria popular, Imprenta de Antonio (...)
  • 5  Idem.

4Mais, s'il est vrai aussi que la noblesse a promu toutes ces institutions, qu'elle était défendue par Campomanes lui-même comme la couche sociale «que posee las principales y más pingües tierras y tiene el principal interés en fomentar la riqueza del pueblo, cuya industria da valor a sus posesiones4», ce qui explique que les Sociétés économiques devraient alors être composées par la noblesse «más instruída del país5», celle-ci ne fut cependant pas capable de consolider ce projet. Celle que défendait Campomanes n'appréciait pas les valeurs de progrès et d'évolutions commerciales, industrielles et intellectuelles, remarquables à l'époque et durant les années suivantes.

  • 6  La Galice du xviiie siècle était un espace assez peuplé par rapport à l'ensemble de la monarchie e (...)
  • 7  Antonio Páramo y Somoza est né le 7 septembre 1731 dans la municipalité de Pantón, dans la provinc (...)
  • 8  Au service des objectifs visés par les penseurs galiciens attachés à l’esprit des Lumières, plusie (...)

5Quant au cas de la Galice, il convient d'évoquer une société empreinte d'une mentalité traditionnelle, très ancrée dans l'Ancien Régime6. Cette conjoncture n'a cependant pas empêché que n'y pénètre jusqu'à un certain point la pensée rénovatrice des Lumières, à travers les secteurs minoritaires des classes dirigeantes. Cette minorité sociale de Galiciens éclairés critiquait l'ignorance et la superstition, le retard de l'agriculture et de l'industrie, la situation miséreuse dans laquelle vivait une bonne partie de la société, elle défendait l'efficacité de l'utilisation de la raison pour comprendre et tenter d'améliorer la réalité du monde. De cette minorité, et de l'initiative d’Antonio Páramo y Somoza7, est née à la Société Économique des Amis du Pays de Saint-Jacques-de-Compostelle en 17848.

Les débuts de la Société Économique des Amis du Pays de Saint-Jacques-de-Compostelle

  • 9 Rafael María de Labra, Las Sociedades Económicas de Amigos del País. Indicaciones históricas, progr (...)
  • 10  Cette société n'a jamais eu de siège social propre. Elle utilisa au début quelques locaux cédés ad (...)
  • 11 Estatutos de la Real Sociedad Económica de Santiago de Compostela, Santiago de Compostela, 1787.

6Antonio Páramo y Somoza, chanoine de la cathédrale de Saint-Jacques influencé par l'esprit des Lumières, soutenu par son prébendier Pedro Antonio Sánchez, le professeur de mathématiques de l'Université, Marcelino Pereira, ainsi que Antonio et Benigno Gil y Lemos, habitants de la ville, furent chargés de présenter la sollicitude au roi Charles iii le 13 décembre 1783, afin de développer dans la province l'industrie, les arts et l'agriculture9. Une fois que le Conseil de Castille eut communiqué au maire la conformité de la Société Économique nº37 – par ordre d'approbation –, celle-ci commença à fonctionner le 15 février 178410. Les statuts (qui comptent un total de 19 articles11) ont aussi été adoptés par le même Conseil, en date du 19 juillet 1784, et le 23 septembre de cette même année le gouvernement adopta la création de la société par licence royale.

7Sa première réalisation, devant la situation de retard considérable dans laquelle se trouvait la Galice, fut la constitution d'un école primaire, ouverte en 1785. La deuxième initiative fut la mise en place d'une école de confection textile (fil et tissu de lin), afin de dynamiser l'industrie du linge traditionnel galicien, une initiative en prise avec la philosophie utilitaire des Lumières.

8Cependant, au cours des dernières années du xviiie siècle la Société vivait des instants de décadence et d'inactivité, provoqués en bonne partie par le manque de moyens, par l'instabilité politique (à cause des guerres) et par la méfiance que provoquait tout ce qui était nouveau et méconnu en Espagne en général, et en Galice en particulier. Au début du xixe siècle, l'occupation française et la guerre d'Espagne (ou Guerre d'Indépendance) déterminent le maintien de cette situation d'inactivité.

  • 12  Cf. Carmen Fernández Casanova, La Sociedad Económica de Amigos del País de Santiago en el siglo xi (...)

9Même si la tenue des Cortes Extraordinarias en 1813 visa à la relance de l'activité de toutes les Sociétés Économiques, le retour du régime absolutiste avec Ferdinand vii à partir du mois de mai 1814 amorce un nouveau temps de rejet des postulats issus des Lumières. Au cours du Trienio liberal (1820-1823), un décret des Cortes Extraordinarias de 1821 prétendit revitaliser les Sociétés Économiques, ce qui rendit possible le maintien de celle de Saint-Jacques-de-Compostelle. Il fut cependant nécessaire d'attendre la régence de María-Cristina de Borbón-Dos Sicilias (1833-1840) pour que les Sociétés Économiques reprennent alors leur développement ininterrompu. Dès lors, le xixe siècle fut la période la plus productive de la Société Économique de Saint-Jacques-de-Compostelle12.

10À cette époque, la coopération avec les autorités politiques, ecclésiastiques et représentatives d'autres institutions de gouvernement de la région a été maintenue. D'autres organismes locaux et régionaux tels que la Municipalité de Saint-Jacques elle-même ou le Conseil général de la Province (diputación) de La Corogne, entre autres, ainsi que des organismes d'État tel que le Ministère du Développement ont alors été chargés de financer l'institution et quelques-unes de ses réalisations : des écoles et des colonias escolares, des commémorations variées, des expositions régionales, etc.

  • 13  L'information reproduite dans ces publications se réfère surtout aux méthodes utilisées pour l'amé (...)

11Pour atteindre ses objectifs, la Société Économique de Saint-Jacques-de-Compostelle développe une double intervention : l'une tend vers objectif pratique, tel l'établissement d'écoles, de fermes expérimentales, etc. ; l'autre porte un dessein de divulgation et d'information relatives aux secteurs productifs de Galice, par le biais de publications ; l'institution compta en effet sur des publications propres qui évoluèrent au fil du temps. Cette soif de divulgation débute par l'édition d'une série de revues13 :

12– Seminario Instructivo: periódico de agricultura, ciencias naturales y artes (1838)
– Revista Económica: periódico agrícola, artístico y comercial de la Sociedad de Amigos del País de Santiago (1859-1865)
– Revista de la Sociedad de Amigos del País de Santiago (1882-1889)

13L'institution a aussi soutenu la publication d'ouvrages dans lesquels ses membres présentent et analysent les problèmes de la réalité sociale galicienne. Il convient alors de citer les travaux de Joaquín Díaz de Rábago :

14– El crédito agrícola: informe de la Sociedad Económica de Amigos del País de la ciudad de Santiago (1883)
– La industria en pesca en Galicia: estudio sociológico (1885).
– La institución de salvamento de náufragos (1885)
– La jornada internacional de las ocho horas (1890)

  • 14  Dans la Galice du Sud-Ouest du milieu du xviiie siècle, on dénombrait 125 maîtres d'école pour 700 (...)

15Comme on le supposera aisément – les données des abonnements le confirment –, ces éditions étaient destinées à des lecteurs des classes moyennes et privilégiées, surtout les professionnels de l'enseignement, les entrepreneurs, la bourgeoisie naissante et les nobles, en plus des institutions telles que les municipalités, les sociétés d'agrément, les bibliothèques ainsi que d'autres Sociétés Économiques. Il est plus qu'évident qu’une communication naturelle existe entre celui qui écrit et ses lecteurs potentiels, il résulte alors aisé d'imaginer que la classe paysanne galicienne, qui souffre toujours d'un taux d’analphabétisme élevé14, ne constitue pas le public visé par ces publications.

16Mais, revenant au sens pratique de l'institution, comme nous l'avons vu, la promotion de l'enseignement a été l'activité qui a généré le plus d'efforts. C'est au cours du xixe siècle que l'intérêt pour l'enseignement et la formation des classes les plus défavorisées occupe le premier rang des préoccupations, ce que confirme l’ouverture des centres suivants :

17Conservatorio de Artes (1834)
Academia de Dibujo (1834)
Escuela de Adultos (1862 e 1880)
Ateneo popular (1871)
Escuela de Francés (1871)
Escuela de Música (1877)
Escuela de Modelaje (1877)
Escuela de Comercio (1879)
Escuela de Labores de la Mujer (1880)
Escuela de Artes y Oficios (1886)

18En outre, cette institution s'est intéressée à la création de moyens de financement dans l'intérêt de la société en général, ce qui la mena à promouvoir l'établissement d'une Caisse d'Épargne et du Mont-de-Piété en 1880, une initiative qui datait déjà de 1877. La Société Économique est à l'origine de ce qui devint plus tard la Caixa Galicia. Dans la même ligne, elle a promu la création de caisses d'épargnes scolaires en 1881, l’organisation de colonias escolares ainsi qu'une action en faveur de l'établissement du Musée Archéologique, outre des écoles primaires de bienfaisance.

  • 15  Aux plus humbles, on destinait une formation qui leur permettrait de mieux réaliser leur travail e (...)

19Par l'entremise de tous ces centres d'enseignement, les membres de la Société Économique expriment clairement leur conception de l'éducation, en rapport direct avec les postulats des Lumières du xviiie siècle et du libéralisme du xixe siècle, tel un outil qui permette de dépasser la réalité d'une situation de retard. Mais, en même temps, derrière toutes ces initiatives, nous discernons un critère d'inégalité inhérent à l'organisation sociale existante ; elles favorisent l'équilibre du savoir mais selon ce que « devait » développer chaque classe ou chaque sexe15. La fonction bienfaisante, d'aide aux plus défavorisés est quant à elle toujours en vigueur.

  • 16  Cf. Dictamen referente a la construcción de una línea férrea directa de Madrid a las provincias de (...)
  • 17  Quelques exemples de ces articles : Manuel Pereiro Rey, «Cultivo vinícola», Revista Económica, San (...)
  • 18  Cf. Informe de la Sociedad Económica de Amigos del País de Santiago, elevado al Excmo. Sr. Ministr (...)
  • 19  Au cours de la séance du 23 mai 1823 fut proposé l'établissement d'une chaire de professeur d'Agri (...)

20Outre l'enseignement, l'agriculture, l'élevage et la pêche d'un côté, les voies de communication, et surtout la construction du chemin de fer, d'un autre côté, ont constitué des objets d'études de la Société Économique de Saint-Jacques. Ses membres étant conscients de la réalité rurale et maritime par excellence de la région galicienne et de la nécessité d'ouvrir des voies de communication modernes afin de promouvoir le commerce intérieur et extérieur de la région. On a ainsi soutenu des études monographiques16 et la publication d'articles dans la Revista Económica pour critiquer la situation dans laquelle se trouvait la campagne en Galice, définie par une structure d'exploitation agricole ancrée dans l’Ancien Régime, soumise à des taux d'intérêts très élevés ; on défendait alors les propositions réformistes17. Les modifications proposées reposent essentiellement sur le développement de la formation professionnelle, sur la captation de nouveaux membres (socios) ainsi que sur une réforme de la structure socio-économique existante qui passerait par l'élimination du foro, régime d'exploitation de la terre propre à la Galice depuis le Moyen-Âge, dans lequel le propriétaire de cette dernière n'était pas l'exploitant, le paysan, mais la noblesse ou le clergé18. L'intérêt et la constance de la Société Économique pour ses études de la réalité agraire de la Galice déterminent la création de la chaire d’Agriculture afin de mener à bien la formation théorique, on y incluait la mise en pratique dans le potager d'enseignement, créé ad hoc, et dans la ferme modèle19.

La transition vers le xxe siècle

21La représentation sénatoriale assignée en 1876 aux conseils universitaires ainsi qu'aux Sociétés Économiques du Pays met en évidence l’accentuation et l'importance que l'on commençait à leur conférer depuis les hautes sphères politiques ; elles étaient considérées telles des corporations de l'État par une loi du 8 février 1877, ce qui leur octroyait un caractère exceptionnel dans le cadre général des centres d'opinion et d'initiative de la société espagnole de l'époque. La Société Économique de Saint-Jacques-de-Compostelle disposait d'une représentation dans le groupe des sociétés économiques du nord et du nord-ouest de l'Espagne, aussi appelée région de León des Sociétés Économiques qui incluait les sociétés de Galice, des provinces de León, des Asturies et de Santander.

22Dès les débuts du xxe siècle, par le biais de l'Ordonnance Royale du 17 janvier 1900, le droit électoral des Sociétés Économiques s'était vu réduit ; en effet n'étaient reconnues que celles qui comptaient au moins 50 membres ayant trois ans d'ancienneté. Une telle situation situait ces corporations en dessous des conseils universitaires et manifestait le début de la décadence de ces sociétés dans leur rôle premier, que jamais elles ne retrouveraient.

  • 20  Rafael María de Labra, Las Sociedades Económicas de Amigos del País, Madrid, 1902, p. 19.

23La représentation au Sénat a définitivement pris fin lors de la Restauration, puis en 1923, début de la dictature de Primo de Rivera qui mit en suspens l'activité parlementaire. Même si au sein du Sénat on prétendit théoriquement considérer ces sociétés hors du champ de la politique, telle ne fut pas la réalité ; les sénateurs élus par les Sociétés Économiques n'étaient en définitive que des hommes politiques, comme l'a déclaré le républicain Rafael M.ª de Labra, sénateur dont la fonction incluait la représentation de la Société de Saint-Jacques depuis 190120.

  • 21  María del Carmen Fernández Casanova,La Sociedad Económica..., op. cit., p. 93.

24Au cours des dernières décennies du xixe siècle, la Société s'était, d'un point de vue économique, développée confortablement puisque, en règle générale, les recettes dépassaient les dépenses21. Mais cette situation allait changer dès les débuts du xxe siècle.

  • 22  Ainsi, le monde sportif a retrouvé en 1896 une tradition oubliée depuis plus de mille cinq cents a (...)

25L'enseignement de la gymnastique, implanté dès la fin du xixe siècle, entretenait un rapport direct avec le cycle d'expansion observé jusqu'en 1907, après la grande dépression qui devait secouer les économies européennes au cours des derniers décennies du xixe siècle. Pendant les premières années du nouveau siècle apparurent de nouvelles mœurs grâce à la diffusion d'un plus grand bien-être social, dans le respect de la tendance des avancées et des mutations observées dans le monde occidental22.

L'institution au cours du xxe siècle

  • 23  Lista de los Sres. Socios de número… Liste signée par le directeur Cleto Troncoso en date du 1er j (...)
  • 24 Presupuesto general de la Sociedad Económica…Document consigné le 1er février 1900 par le secrétair (...)
  • 25  Idem.

26En 1900, la Société Économique de Saint-Jacques-de-Compostelle comptait 454 sociétaires23, 301 d'entre eux payant une cotisation annuelle de quinze pesetas. À ces cotisations, il fallait ajouter les subventions du Conseil général de la Corogne (Diputación) et celles de la Municipalité de Saint-Jacques-de-Compostelle, les quatre cotisations versées par l'homme d'affaires Eugenio Montero Ríos (soixante pesetas) ainsi que le paiement des inscriptions des élèves, soit un total de 15 512 pesetas24. Cependant, les frais engageaient 15 957,50 pesetas, ce qui signifie un déficit de 445,50 pesetas au début du siècle ; il fut alors nécessaire de gérer « avec une attention scrupuleuse les frais occasionnés »25.

27Au début du xxe siècle la Société de Saint-Jacques dispensait des cours de dessin, de musique et de français, on y enseignait aussi le commerce, la couture et la gymnastique mais nous ignorons le nombre exact d'élèves à ce moment-là. Avec la Belle Époque apparaissaient de nouvelles sociétés telles que les casinos et les cercles (ateneos) qui peu à peu supplantèrent les Sociétés Économiques. Si nous y ajoutons la dépendance croissante des subventions publiques, surtout depuis la deuxième moitié du siècle, qui d'une manière ou d'une autre bloquait toute proposition rejetée alors par l'homme politique de service, nous comprenons bien la récession de ces institutions au cours du siècle dernier.

  • 26  arseaps, Libro de actas 1891-1919, session ordinaire du 28 octobre 1901.
  • 27  Idem, session ordinaire du 30 novembre 1901.

28Avec le nouveau siècle naissait aussi la prétention de doter la corporation d'un enseignement plus novateur puisque la réalité évoluait. Dans ce sens, on prétendit donner à la femme un rôle qu'elle n'avait pas eu jusqu'alors. Le directeur Cleto Troncoso avait déjà affiché cette prétention au cours des dernières années du xixe siècle, et une fois qu'il l'eut fait savoir à la commission correspondante, celle-ci chargea Fraiz Andón, directeur des institutrices de l'École Normale de s'en occuper. Au cours de la session ordinaire du 28 octobre 1901, on procéda à la lecture d'un dossier où l'on évoquait la création d'un cycle d'études supérieures pour les femmes, d'écoles de commerce, de professorat féminin, de repassage et de cuisine, c'est-à-dire dans le respect du cadre de la société du moment26. Le maire Eduardo Vilariño soutint l'idée dès le début et s'engagea à proposer à la corporation municipale l'établissement d'une école d'institutrices pour satisfaire ce qui est exprimé dans l'article 30 du Décret Royal du 14 août de cette même année 1901 : l'installation d'un centre dans chaque capitale de région universitaire. La Société Économique loua son soutien27.

La base idéologique

29Même si la Société Économique devait continuer, en théorie, à constituer une entité dépourvue de dimension politique, il est certain qu'une fois élu, en 1886, le riche homme d'affaires Eugenio Montero Ríos député de Saint-Jacques-de-Compostelle, le monterismo s'est consolidé l'année suivante, lors des élections municipales, comme un réseau clientéliste lié au Parti libéral, à l'image des nombreuses clientèles politiques qui ont défini la Restauration ; cela n'a pas manqué de se ressentir sur la Société Économique et à l'Université.

  • 28  Lista de los Sres. Socios de número…, op. cit.

30L'état-major monterista de la ville, les membres du Conseil municipal et les universitaires, les plus grandes figures du commerce et des secteurs économiques les plus actifs de la ville faisaient aussi partie de la Société Économique : on y trouve des noms tels que le directeur de la Société lui-même, le professeur de Droit Cleto Troncoso, qui avait été maire entre 1891 et 1895 ; le maire monterista par excellence (1887-1891 et 1895-1903), Ramón Sanjurjo Pardiñas, marquis de Casa Pardiñas ; d'autres professeurs d'université tels que Maximino Teijeiro, Salvador Parga, Gerardo Jeremías, Ramiro Rueda ; des avocats tels que Felipe Gutiérrez de la Peña, Mosquera Montes, Bernardo Portela Pérez et Pablo Pérez Ballesteros ; des membres des professions libérales tels que J. Pensado Mosquera et Valeriano Pastrana (procuradores) ; de riches propriétaires tels que Timoteo Sánchez Freire, Manuel Herrero, Silvestre García Mouriño et Francisco Vila ; des commerçants tels que Norberto Calle et José María Blanca ; des industriels et fabricants tels que José Harguindey ; et des entrepreneurs tels que Pedro Gamallo, tous des notables de la ville pourvus de prestige et de pouvoir, en définitive, les meilleurs représentants du montérisme à la fin du xixe siècle et durant les premières années du xxe siècle, tous furent à cette époque membres de la Société Économique28. Il convient d'ajouter à ce groupe des conservateurs et des républicains qui eux aussi faisaient partie des notables de la ville, tels que Jacobo Gil Villanueva, Salvador Cabeza de León, Ángel Martínez de la Riva et Manuel Casas Chico, parmi les premiers cités et de Pedro Pais Lapido et José María Veiga Fernández parmi les seconds.

31L'institution a continué à présenter un caractère élitiste par le biais de sociétaires qui appartenaient aux groupes les plus aisés et les plus prestigieux de la ville. Grâce à leur « capacité » et même à leurs moyens, ils prétendaient développer une transformation sociale dans les domaines les plus divers.

32Le système interne de la Société Économique n'avait pas évolué, il était le même que celui du xixe siècle. Toute fonction avait une durée initiale de deux ans renouvelables, le secrétaire exerçant pour une durée indéfinie. Le directeur continuait à présider les assemblées ordinaires et extraordinaires et le secrétaire se chargeait de la gestion administrative de l'entité.

Tableau 1 : Directeurs de la rseap de Saint-Jacques-de-Compostelle au cours du xxe siècle

PÉRIODE

DIRECTEURS

1900-1906

Cleto Troncoso Pequeño

1907-1911

Eduardo Vilariño Magdalena

1912-1919

José Varela de Limia y Menéndez

1920-1926

José Rivero de Aguilar y Gutiérrez de la Peña

1927-1932

Luis Fernández Garrido

1933-1940

Luis Blanco Rivero

1941-1942

Andrés Díaz de Rábago y Aguiar

1942-1962

Emilio Méndez Brandón y Bartolomé

1962-1981

Juan Gil Armada (xii marquis de Figueroa)

1981-1986

Ricardo Bescansa Martínez

1986-2006

Clemente González Peón

2006-

Juan Bautista de la Salle Barreiro Pérez

Source: Élaboration personnelle à partir des données extraites de la rseaps de Saint-Jacques-de-Compostelle sur le site de la rseap : www.economicadesantiago.org.

Tableau 2 : Secrétaires de la rseap de Saint-Jacques-de-Compostelle au cours du xxe siècle

PÉRIODE

SECRÉTAIRES

1893-1907

José Rivero Aguiar

1907-1920

Luis Fernández Garrido

1920-1927

Augusto Bacariza Varela

1927-1933

Miguel Cabeza Anido

1933-1940

José Vilariño de Andrés Moreno

1940-1962

Ramón Ferreiro de la Maza

1962-1986

Jacobo Moreno y Díaz Varela

1986-2000

José Formigo Sánchez

2000-2006

Manuel Jesús Precedo Lafuente

2006-

Fernando Barros Fornos

Source : voir tableau 2.

33Au début du xxe siècle la réalité sociale avait changé mais la Société Économique continuait à promouvoir le développement et le progrès, prétention qui avait défini l'institution depuis ses débuts. Ainsi le confirme la convocation de l'Exposition Régionale Galicienne en 1909.

L’Exposition Régionale Galicienne de 1909

  • 29  Ramón de la Sagra a publié à Madrid en 1853 Memoria sobre los objetos estudiados en la Exposición (...)
  • 30  La Comtesse de Pardo Bazán a surtout contribué à la diffusion de l'Exposition Universelle de Paris (...)

34Les échos des rencontres internationales et la fièvre des expositions qui s'est répandue à cette époque sont aussi arrivés en Galice à travers des médias tels que la Revista de Estudios Económicos, où se distinguent la diffusion d'une part des expositions agropastorales qui se développaient en Europe et d'autre part des concours régionaux convoqués dans l'État. D'autres revues ont elles aussi contribué à la diffusion de ces concours, ainsi la Revista de la Sociedad Económica de Amigos del País de Santiago, entre 1882 et 1890, et la revue Galicia, une édition régionale spécialisée dans les sciences, les lettres et les arts née en 1887 qui publiait des chroniques des expositions réalisées à l'époque, surtout des expositions artistiques. Les travaux d'auteurs tels que Ramón de la Sagra, F. Domínguez29 et même Emilia Pardo Bazán30 sont eux aussi très significatifs quant à la connaissance des expositions internationales.

35Dans le palais archiépiscopal de Saint-Jacques-de-Compostelle et sous la présidence du cardinal Martín de Herrera fut célébrée, le 1er décembre 1907, une réunion convoquée par la Ligue des Amis, fondée par Máximo de la Riva cette même année, soutenue par la Société Économique de Saint-Jacques-de-Compostelle qui devient alors l'institution qui promeut et organise le concours. Les participants étaient des membres de la Société ainsi que des représentants des institutions de la municipalité : le maire, Lino Torre ; le Recteur Cleto Troncoso, et le directeur de la la Société Royale Économique des Amis du Pays, Eduardo Vilariño. Ils prétendaient asseoir les bases d'un projet pour la tenue d'une exposition régionale en 1909, coïncidant alors avec la célébration de l'année sainte. L’initiative de la Société Économique fut aussitôt soutenue par la Chambre de Commerce et par la Chambre d'Agriculture. Le concours devint une réalité et se tint entre les mois de juillet et de novembre 1909 ; cette exposition jouit d'un grand succès au regard de la réalité galicienne du moment, alors plongée dans un retard considérable dans le contexte espagnol.

Nouvelles préoccupations sociales : un éventail d'enseignements renouvelé

  • 31  arseaps, Caja 99, sig. 971.
  • 32  arseaps, Libro de actas, session du 29 janvier 1927.
  • 33  Il convient de souligner que par une décision du 10 octobre 1898 la Société Royale entreprend de p (...)

36Au début du xxe siècle, la Société Économique continuait à se consacrer à l'enseignement. Outre les écoles de musique créées en 1877, elle améliore et agrandit l'école de dessin (on ouvre des classes de modelage), elle maintient les classes de comptabilité et elle élargit l’éventail des langues enseignées à l'anglais et à l’allemand, en plus du français. Elle complète l'enseignement par l'ouverture de cours de couture, de broderie et de confection31, ainsi que des cours de boxe, donnés par le professeur Fernando Virgos32. Il convient de rappeler aussi que l'on continuait à approvisionner la bibliothèque, on y comptait presque cinq mille volumes en 192133.

  • 34  Entre juillet 1946 et juin 1962 on ne conserve pas les actes des séances, et lorsque l'on reprend (...)

37Au cours du xxe siècle et ce jusqu'en 1946, on continue à attribuer des prix aux meilleurs élèves des différentes écoles promues par la Société Économique ; les prix étaient remis au cours d'une cérémonie présidée par le gouverneur civil, le Recteur et le directeur de la Société Économique, en présence des autorités locales. A partir de 1933, on distingue une nouvelle modalité de prix, les prix de la vertu et du travail, institués par les époux Benigno de la Riva y de la Riva et Concepción García Blanco de la Riva ainsi que par Manuel García Blanco, une modalité qui correspond à ce que nous appelons une bourse de nos jours. En 1941 on récompensa huit élèves : six reçurent une bourse de 1500 pesetas et deux autres une bourse de 750 pesetas. Ces dotations étaient destinées aux élèves les plus distingués et octroyées via un concours devant une commission formée par cinq des cinquante sociétaires les plus anciens34.

  • 35  Projet daté du 25 février 1942. arseaps, Caja 102, cote 1031, 7.
  • 36 arseaps, Caja 103, sig. 1035.

38Le nombre d'élèves inscrits augmenta au fil du siècle, au fur et à mesure que l'offre de formation se diversifiait. Au cours de l'année 1942-1943, on dénombrait 512 élèves inscrits et 13 professeurs. À cette époque, on commença à proposer des cours de sténographie et de dessin, initiative très bien accueillie dans la ville. Prenant en compte la tradition d'orfèvrerie à Compostelle, on décida d'établir une nouvelle école, celle d'artisanat. Le graveur Enrique Mayer fut chargé de présenter un projet et un budget afin d'établir un atelier de jais35; le 10 décembre 1942 fut publié le Règlement de l'École d'artisanat afin que les activités puissent commencer pour l'année scolaire 1942-1943. L'enseignement commença en janvier 1943 et se termina en juin ; il comprenait des cours de travail du jais dispensés par Enrique Mayer lui-même, de gravure, de repoussage du cuir, de dessin de composition, et d'application en atelier. Les élèves des ateliers accrédités, auxquels était destinée l'école dès le début, ne payaient pas de droits d'inscription.36

  • 37 José Formigo Sánchez, «Apuntes para la Historia. La Sociedad Económica de Amigos del País de Santia (...)

39Les études de musique furent maintenues au cours du temps et cette activité vint à constituer la base du fonctionnement de la Société Économique, surtout à partir du moment où elle accéda au statut de conservatoire de cycle élémentaire, par décret du 9 janvier 1953. L'officialité de l’enseignement de la guitare fut obtenu en 1977 et celle de la clarinette et du saxophone en 198137. Au cours de ces années, l'augmentation du nombre d'élèves fut considérable et durant l'année scolaire 1978-1979, on en dénombrait un total de 1128, 539 dans le conservatoire et 589 dans d'autres disciplines, nombre de ces dernières pratiquées conjointement par des élèves de musique.

  • 38  arseaps, Libro de actas, séance ordinaire du 12 avril 1984.
  • 39  Idem, séance ordinaire du 11 septembre 1989.

40Plus tard, par décret du 23 février 1984, le Conseil de l'Éducation et de la Culture de la Xunta de Galicia donna l'agrément pour le cycle professionnel au conservatoire38 puis pour le cycle supérieur par le décret du 22 juin 198939.

41Mais peu à peu les évolutions sociales se sont faites plus évidentes et l'offre éducative de la Société Économique cessa d'être attrayante, elle prit doucement un caractère obsolète. Déjà au cours de l'année 1978-1979 la Société Économique ne disposait plus que du conservatoire et de l'École de musique comme institutions d'enseignement proprement dits. On y offrait toujours des cours de mécanographie, de sténographie, de comptabilité et de commerce. A partir des années quatre-vingt-dix, l'enseignement du commerce disparaît, remplacé temporairement par celui du calcul ; on reprit aussi l'enseignement de l'anglais, alors objet d'une forte demande.

  • 40  La Loi Organique Générale du Système Éducatif (logse), Boletín Oficial del Estado (Boe) du 4 octob (...)
  • 41  De manière purement symbolique, rappelons ici qu'en cette même année 1990, le 27 septembre, la rse (...)
  • 42  Idem, séance ordinaire du 21 septembre 1989.

42L'approbation de la Loi Organique Générale du Système Éducatif (logse)40, le 3 octobre 1990, sonna le glas des études de musique et du conservatoire qui dépendait de la Société Économique41. Les nouvelles dispositions rendaient les conservatoires administrativement dépendants d'un organisme public et le Conservatoire de Musique de La Corogne lui fut assigné. En même temps et à cause du manque d'espace et d'un accès pour les handicapés, l'école perdit sa reconnaissance officielle quant à la formation de cycle supérieur, mais conserva de manière provisoire la reconnaissance de formation pour les cycles intermédiaire et élémentaire. Une telle situation requit l'obtention de l'autorisation et de fonds de la Fundación Caixa Galicia ; afin d'avoir accès à de nouveaux locaux lui appartenant et de pouvoir installer une plate-forme élévatrice qui permette l'accès aux handicapés42. Ce fut la seule manière de pouvoir prétendre à la reconnaissance officielle en tant que centre habilité pour dispenser une formation de cycle intermédiaire de la logse à partir de l'année scolaire 2003-2004.

  • 43  Ibidem, séance ordinaire du 28 septembre 1989.

43Avec l'implantation de l'informatique et la prolifération des ordinateurs, les salles de dactylographie perdirent leur raison d'être en 2000 ; et les cours d'anglais et autres qui existaient toujours en plus des cours de musique cessèrent au cours de l'année 2001-200243. Les centres officiels pour l'étude des langues, aujourd'hui totalement intégrés au système éducatif public, la Société Économique ne peut se permettre de leur faire concurrence.

44Sur une proposition du vice-président José Gabriel Barreiro Pérez, au cours de la séance ordinaire du 28 décembre 2001, on considéra l'avenir de l'institution une fois annoncée l'installation du nouveau conservatoire officiel de Saint-Jacques, ce qui en principe scellait la disparition de celui de la Société Économique. Au cours des années scolaires 2003-2004 et 2004-2005 on a enregistré une diminution des inscriptions de 42% ; en ajoutant les personnes inscrites au conservatoire et celles de l'École de musique on comptait 230 élèves, les inscriptions coûtaient 900 euros pour le cycle élémentaire et jusqu’à 2.000 euros pour le cycle intermédiaire (six matières).

  • 44  À cette époque on y enseignait le piano, le violon, la clarinette, le violoncelle, la guitare, la (...)
  • 45 Diario Ofical de Galicia (dog) du vendredi 17 juin 2005.

45L'avenir constituait en réalité un mystère et lors de l'ouverture en 2004 du conservatoire de Musique de la ville de Saint-Jacques-de-Compostelle, il fut nécessaire de négocier une solution pour les enseignants et les élèves du conservatoire de la Société Économique et éviter ainsi une situation de vide juridique44. Finalement, via une disposition légale en date du 16 mai 2005, on accorda à la Société Économique la reconnaissance d'un centre de musique autorisé pour le cycle intermédiaire, établi par la logse45.

46Aujourd'hui, nous pourrions dire que l'organe de direction n'est que purement et simplement représentatif ; la Société Économique a perdu son efficacité d'un point de vue institutionnel (Tableau 3) ; le nombre de sociétaires a accusé un recul certain avec le temps jusqu'à atteindre le chiffre symbolique de 68 en 2006, payant une cotisation annuelle, elle aussi symbolique, d'une valeur de 36 euros. De plus, la Société Économique compte cinq sociétaires collectifs qui participent par des dons un peu plus généreux : la Chambre de Commerce, d'Industrie et de Navigation de Saint-Jacques, Televés, S. A., Gallega de Informática, Joyería Malde et l'Ordre des Économistes de Saint-Jacques. Les locaux occupées par la Société Économique sont toujours à ce jour la propriété de Novagalicia Banco.

Tableau 3: Conseil de direction actuel de la Société Royale Économique

des Amis du Pays de Saint-Jacques

CHARGE

NOM

Président

Clemente González Peón

Vice-président

José Gabriel Barreiro Pérez

Trésorier-comptable

Carlos Rodríguez Rivas

Secrétaire

Manuel Jesús Precedo Lafuente

Membres du conseil

Segundo Hevia Torres

Manuel Souto Boo

Xosé Manuel González Reboredo

José Manuel García Iglesias

Fernando Barros Fornos

Source: voir tableau 1.

Quelques considérations finales

47Les idées de ces nobles, prêtres et autres membres de professions libérales qui, par l'entremise de la Société Économique des Amis du Pays de Saint-Jacques, en accord avec les membres d'autres institutions, ont prétendu remédier à la léthargiedans laquelle se trouvait la société compostellane en particulier et la société galicienne en général au cours du dernier quart du xviiie siècle, sont absolument remarquables. Par la défense de la science, la diffusion du progrès technique ; grâce à l'effort, aux métiers utiles et par l'éducation, ils proposaient des réformes tendant à développer le progrès matériel et moral de la société, surtout celui des classes les plus défavorisées. Mais il est vrai aussi que de telles prétentions visaient à ne porter atteinte ni aux bases de la religion ni de la monarchie absolue, ni en définitive à l'ordre social et politique établi.

48Les héritiers de la pensée issue du siècle des Lumières ne remettaient pas en question les fondements politiques de l'Ancien Régime et ils s'appuyaient même sur l’autorité royale, qu'ils exaltaient, pour développer leurs propositions. La noblesse ou les groupes sociaux qui ont promu ces institutions n'ont pas vu ou n'ont pas voulu voir les valeurs de progrès et d’évolution de la bourgeoisie émergente, ainsi que des intellectuels les plus critiques envers la réalité. Leur pensée politique céda le pas aux idées économiques et sociales.

49Une fois franchie l'étape propre aux débuts d'une institution à la fin du xviiie siècle et au début du xixe siècle, la Société Économique des Amis du Pays de Saint-Jacques a vécu sa plus grande splendeur tout au long du xixe siècle. Pour ce développement, elle a pu compter sur la collaboration de remarquables membres de la société compostellane du moment, des nobles tel que Juan Armada, marquis de Santa Cruz, jusqu'aux professeurs d'université tels que Antonio Casares, Domingo Fontán, Vicente Martínez de la Riva et Salvador Parga, en passant par des jurisconsultes reconnus comme Joaquín Díaz de Rábago.

  • 46  Cette situation explique en grande partie que les Lumières espagnoles dérivent vers un despotisme (...)

50La Société Économique de Saint-Jacques a aussi prétendu mener à bien les réformes nécessaires, même superficielles, afin de garantir que la base de la structure sociale et économique qui régissait la société conserve son essence46. Ainsi, l'institution finit par représenter un certain anachronisme devant les débuts d'une nouvelle époque ; une nouvelle réalité sociale et économique qui s'est modelée tout au long du xxe siècle et jusqu'à nos jours.

51Les temps changent et la société de masse qui s'est implantée au xxe siècle est très différente de celle qui existait à l'époque des fondateurs de ces groupements philanthropiques qui prétendaient œuvrer à la transformation de l'agriculture et de l'industrie ainsi qu’à la promotion de la musique, des arts et de la culture en général.

52De nos jours, dans une société dominée par les nouvelles technologies, la prolifération d'associations culturelles de grande diversité et des ong entend offrir des objectifs sociaux bien différents.

Haut de page

Bibliographie

Bibliografía general

BarredaFontes, José María, Ilustraciones y reforma en La Mancha: las Reales Sociedades Económicas de Amigos del País, Madrid, Instituto de Historia «Jerónimo Zurita», 1981.

EncisoRecio, Luis Miguel, Las Sociedades Económicas en el Siglo de las Luces, Madrid, Real Academia de la Historia, 2010.

ManeroMiguel, Fernando (ed.), Economía e Ilustración: el pensamiento ilustrado en las Memorias de la Sociedad Económica de Amigos del País (1776-1777), Valladolid, Caja España Obra Social, 2006.

PiquerasHaba, Juan, Sociedades Económicas y fomento de la agricultura en España, 1765-1850, Valence, Consellería de Agricultura y Pesca, 1992.

SánchezGarcía, José Luis, La Sociedad Económica de Amigos del País de Palencia: las elites entre el crédito y el descrédito (ss. XVIII-XX), Palencia, Diputación provincial de Palencia, 1993.

VelázquezMartínez, Matías, La Sociedad Económica de Amigos del País del Reino de Murcia: la institución, los hombres y el dinero (1777-1820), Murcie, Consejería de Cultura, Educación y Turismo de la Comunidad Autónoma de Murcia, 1989.

GarcíaRuipérez, Mariano, Nuevas aportaciones al estudio de las Sociedades Económicas de Amigos del País, Madrid, CSIC, 1988.

Santiago de Compostela

FernándezCasanova, Carmen, La Sociedad Económica de Amigos del País de Santiago en el siglo xix: un estudio de la organización interna y de su actuación a favor de Galicia, Sada (La Corogne), Edicións do Castro, 1981.

FernándezCastiñeiras, Enrique y FOLGAR DE LA CALLE, Mª Carmen, Real Sociedad Económica de Amigos del País de Santiago de Compostela: 1784-2006, Saint-Jacques de Compostelle, Fundación Caixagalicia, 2006.

FraguasFraguas, Antonio, Real Sociedad Económica de Amigos del País de Santiago: primera época 1784-1813-1821, Saint-Jacques de Compostelle, Grafisant, 2008.

Haut de page

Notes

1  Le comte de Peñaflorida (1723-1785) est une figure de l’Espagne des Lumières, formé à Toulouse dans les années 1740, où il avait participé à différentes académies françaises. A partir de 1750, il fut élu aux États généraux en Espagne et, à partir de l'expérience acquise en France, prétendit former dans son pays une institution qui débatte des problèmes et des propositions (qui avaient été expérimentées ailleurs auparavant) afin de créer de nouvelles sources de richesse. Ainsi, entre 1763 et 1764, il réunit un groupe de nobles afin de créer une institution d'amigos pour travailler pour le país : ainsi se forgea l’appellation Sociedades de Amigos del País. L'année suivante, en 1765, le gouvernement lui attribua la licence nécessaire à son fonctionnement et trois ans plus tard, en 1768, la Société fut officiellement reconnue par le Roi. Le comte fut nommé directeur perpétuel de l'institution jusqu'à sa mort.

2  Pedro Rodríguez Campomanes, comte de Campomanes (1723-1802), est un politicien, jurisconsulte et économiste espagnol que l'on a associé au despotisme éclairé. Au cours du premier gouvernement réformiste du roi Charles iii, dirigé par le comte de Floridablanca, il fut ministre du Trésor (1760). Deux ans plus tard, il fut nommé Procureur Général du Conseil de Castille et l'année suivante, en 1763, membre de l'Académie Royale d'Histoire, institution dont il devint le directeur en 1764. En 1786, il est président du Conseil de Castille et en 1789 il préside les Cortes.

3  En Amérique Latine, ont existé les Sociétés Économiques des Amis du Pays du Chili, de la Nouvelle Grenade (Colombie), du Guatemala, de Cuba, de Porto Rico, de l'Equateur, du Mexique, du Pérou, du Panama et du Vénézuela. Cependant, sur ces terres, la mission de fomenter l'industrie se heurta aux règles du mercantilisme, qui ont toujours fait primer l'industrie de la métropole. La mission de propager les Lumières se trouvait engager sur un terrain difficile à cause de la censure officielle déterminée en Amérique Latine par une culture plus conservatrice.

4  Pedro Rodríguez Campomanes, Discurso sobre el fomento de la industria popular, Imprenta de Antonio Sancha, Madrid, 1774, p. 141.

5  Idem.

6  La Galice du xviiie siècle était un espace assez peuplé par rapport à l'ensemble de la monarchie espagnole, on y relevait 45 habitants au kilomètre carré. Cependant, le taux d'urbanisation à la fin de ce même siècle n'était que d'environ 7,1 % et les capitales de province les plus peuplées étaient Ferrol, Saint-Jacques-de-Compostelle et La Corogne. Cf. Ramón Villares, Historia de Galicia, Editorial Galaxia, Vigo, 2004, p. 199 y ss.

7  Antonio Páramo y Somoza est né le 7 septembre 1731 dans la municipalité de Pantón, dans la province de Lugo. Après avoir reçu une formation de théologie, de jurisprudence et de droit canon il devient prêtre puis cardinal de l'Église de Saint-Jacques, administrateur général, grand chapelain, juge ecclésiastique du Grand Hôpital Royal de Saint-Jacques et recteur de l'Université. Il fut aussi directeur de la Société Royale Économique des Amis du Pays jusqu'à sa mort, le 8 mars 1786.

8  Au service des objectifs visés par les penseurs galiciens attachés à l’esprit des Lumières, plusieurs entités en Galice avaient déjà agi dans le même sens :

1. La Real Academia de Agricultura fondée à La Corogne en 1765, qui se maintint jusqu'en 1774, moment de sa dissolution. L’objectif de cette entité reposait sur la recherche des causes de la décadence de l'agriculture dans les sept provinces du Royaume de Galice (Saint-Jacques-de-Compostelle, La Corogne, Betanzos, Lugo, Mondoñedo, Orense et Tuy).

2. En 1783, l'évêque Armañá fonde la Sociedad Económica de Amigos del País de Lugo et deux ans plus tard, en 1785, son activité débute par un programme de développement agricole et industriel qui ne jouit pas d'un grand succès. Le fonctionnement de cette Société fut très irrégulier et son activité disparut pratiquement à partir de 1843.

3. En 1785, le Consulat Royal de La Corogne sollicité des années auparavant par les commerçants de la ville fut lui aussi constitué. Il agit principalement comme un tribunal de paix dans les conflits commerciaux entre les ports de La Corogne et de Vigo, on considère que leConsulat Royal de La Corogne fut le berceau de la pensée économique libérale en Galice. Il a impulsé la création des écoles de navigation, de mathématiques, de dessin, de commerce et de comptabilité.

9 Rafael María de Labra, Las Sociedades Económicas de Amigos del País. Indicaciones históricas, programa del porvenir, Madrid, 1904, p. 50.

10  Cette société n'a jamais eu de siège social propre. Elle utilisa au début quelques locaux cédés ad hoc dans le bâtiment de l'Hôtel de Ville. En 1821, elle s'installa dans le bâtiment de l'Inquisition : à partir de 1861 elle utilisa les locaux du couvent de San Martín Pinario : entre 1883 et 1944 elle en vint à utiliser les installations du bâtiment de San Clemente (aujourd'hui Lycée Rosalía de Castro) puis des dépendances provisionnelles dans le lycéeGelmírez. Finalement, en 1955 elle occupa un édifice propriété de Caixa Galicia (aujourd’hui Novagalicia Banco), entité bancaire à la création de laquelle la Société Économique avait participé en 1880, situé au nº4 de la Plaza Salvador Parga (nom du président de la rseap entre 1876 et 1884, Salvador Parga Torreiro), où elle est toujours située de nos jours.

11 Estatutos de la Real Sociedad Económica de Santiago de Compostela, Santiago de Compostela, 1787.

12  Cf. Carmen Fernández Casanova, La Sociedad Económica de Amigos del País de Santiago en el siglo xix: un estudio de la organización interna y de su actuación a favor de Galicia, Ediciós do Castro, Sada (ACoruña), 1981; une version actualisée de l'histoire générale de l’institution in aa. vv., Real Sociedad Económica de Amigos del País de Santiago de Compostela, 1784-2006, Fundación Caixa Galicia, Santiago de Compostela, 2006.

13  L'information reproduite dans ces publications se réfère surtout aux méthodes utilisées pour l'amélioration de cultures déterminées – comme la vigne – tels que l’utilisation de fertilisants chimiques, des conseils pratiques présentant un caractère générique ainsi que des nouvelles qui se réfèrent aux expositions agricoles, même si très souvent on ne mentionne pas la source de ladite information. Les chroniques des expositions agricoles sont surtout le reflet des innovations technologiques observées dans le processus d'industrialisation.

14  Dans la Galice du Sud-Ouest du milieu du xviiie siècle, on dénombrait 125 maîtres d'école pour 700 paroisses, soit un maître d'école pour quarante hameaux. Quant au cas de la Galice intérieure la densité de maîtres d'école par rapport au nombre d'habitants était encore plus basse. Cf. Pegerto Saavedra Fernández, et Hortensio Sobrado Correa, El Siglo de las Luces: cultura y vida cotidiana, Síntesis, Madrid, 2004, p. 115.

Pour connaître les taux d'alphabétisation de la Galice selon les niveaux des matières enseignées, cf. Ofelia Rey Castelao, Libros y lectura en Galicia: siglos xvi-xix, Consellería de Cultura, Comunicación Social e Turismo, Santiago de Compostela, 2003, p. 19-65.

15  Aux plus humbles, on destinait une formation qui leur permettrait de mieux réaliser leur travail et obtenir ainsi une meilleure rétribution, différente selon le sexe. La minorité, composée des classes riches, était celle qui s'occupait de la politique, de l'économie et de la science en général, les femmes n'y ayant pas accès. Ces idées concordaient avec cette époque de conservatisme et de restriction du vote, mais en même temps et même si elles avaient été conçues par des esprits éclairés, elles ne respectaient pas forcément les idées défendues par les penseurs éclairés tel que Jovellanos, qui défendait une instruction commune pour tous les citoyens, sans distinctions, ou des premiers libéraux partisans du rapport Quintana (1814), qui plaidaient en faveur d'une école ouverte à tous.

16  Cf. Dictamen referente a la construcción de una línea férrea directa de Madrid a las provincias del Noroeste, Santiago de Compostela, 1879; Dictamen sobre lo que más conviene a los intereses del país respecto a la construcción de un ferrocarril que una esta ciudad con la línea general del Noroeste, sección de Coruña a Lugo, Santiago de Compostela, 1879; Las reflexiones sobre la memoria relativa al proyecto de ferrocarril económico directo de La Coruña a Santiago, Santiago de Compostela, 1879 et Informe sobre la red de ferrocarriles secundarios más convenientes a la región gallega, Santiago de Compostela, 1879.

Le géographe Domingo Fontán, membre de la Société Économique et son président depuis 1860, fut un des grands promoteurs de la construction du chemin de fer en Galice : et ce n'est pas un hasard si la première voie de chemin de fer reliait Saint-Jacques au port de Carril depuis août 1873, la Société Économique étant l'une des institutions qui en ont développé l’initiative.

17  Quelques exemples de ces articles : Manuel Pereiro Rey, «Cultivo vinícola», Revista Económica, Santiago de Compostela, ano i, n.º 15 (30-III-1860) ; Domingo Erosa y Fontán, «De la agricultura de Galicia », idem.

18  Cf. Informe de la Sociedad Económica de Amigos del País de Santiago, elevado al Excmo. Sr. Ministro de Gracia y Justicia, en virtud de orden del mismo de 27 de marzo de 1874, sobre foros, subforos y otras cargas semejantes que se conocen en el Antiguo Reino de Galicia, Santiago de Compostela, 1875.

19  Au cours de la séance du 23 mai 1823 fut proposé l'établissement d'une chaire de professeur d'Agriculture. Archives de la Société Royale Économique des Amis du Pays (arseaps), Libro de actas, 1834-1850, f. 102. Le potager pratique a été concédé en 1840, un Décret Royal céda à cette fin à la Municipalité de Saint-Jacques et à la Société Économique le bâtiment et le potager du couvent de Santo Domingo. arseaps, Libro de actas, 1834-1850, session ordinaire du 17 octobre de 1840, f. 191. En 1891, le potager fut cédé à l'Ecole vétérinaire.

20  Rafael María de Labra, Las Sociedades Económicas de Amigos del País, Madrid, 1902, p. 19.

21  María del Carmen Fernández Casanova,La Sociedad Económica..., op. cit., p. 93.

22  Ainsi, le monde sportif a retrouvé en 1896 une tradition oubliée depuis plus de mille cinq cents ans, les Jeux Olympiques.

23  Lista de los Sres. Socios de número… Liste signée par le directeur Cleto Troncoso en date du 1er janvier 1900. arseaps, Caja 2, sig. 691.

24 Presupuesto general de la Sociedad Económica…Document consigné le 1er février 1900 par le secrétaire José Rivero de Aguilar. Idem, Caja 82, sig. 696.

25  Idem.

26  arseaps, Libro de actas 1891-1919, session ordinaire du 28 octobre 1901.

27  Idem, session ordinaire du 30 novembre 1901.

28  Lista de los Sres. Socios de número…, op. cit.

29  Ramón de la Sagra a publié à Madrid en 1853 Memoria sobre los objetos estudiados en la Exposición Universal de Londres y fuera de ella; on doit à F. Domínguez l'Informe sobre la Exposición Universal de París, La Coruña, 1855.

30  La Comtesse de Pardo Bazán a surtout contribué à la diffusion de l'Exposition Universelle de Paris de 1889 à travers la publication de lettres entre juillet et septembre 1889 dans la revue La España Moderna, publication mensuelle née en cette même année 1889 dirigée par J. Lázaro. Le rapport final de l'exposition élaboré par cette auteure est très positif : «Es un éxito: merece el viaje: puede ser útil a la cultura de todo el que la visite: aparte ciertos pormenores, está dispuesta y combinada con inteligencia suma», in «Cartas sobre la Exposición », La España Moderna, tome vi (juillet 1889), p. 167-181. Emilia Pardo Bazán a aussi publié Cuarenta días en la Exposición, où elle raconte son voyage en train depuis la Galice jusqu'à Paris.

31  arseaps, Caja 99, sig. 971.

32  arseaps, Libro de actas, session du 29 janvier 1927.

33  Il convient de souligner que par une décision du 10 octobre 1898 la Société Royale entreprend de publier en huit volumes les œuvres complètes du remarquable économiste Díaz de Rábago. Idem.

34  Entre juillet 1946 et juin 1962 on ne conserve pas les actes des séances, et lorsque l'on reprend la rédaction de ces actes, la convocation des prix annuels n'est plus mentionnée.

35  Projet daté du 25 février 1942. arseaps, Caja 102, cote 1031, 7.

36 arseaps, Caja 103, sig. 1035.

37 José Formigo Sánchez, «Apuntes para la Historia. La Sociedad Económica de Amigos del País de Santiago de Compostela », Memoria Anual 1991-1992, 1993, p. 74.

38  arseaps, Libro de actas, séance ordinaire du 12 avril 1984.

39  Idem, séance ordinaire du 11 septembre 1989.

40  La Loi Organique Générale du Système Éducatif (logse), Boletín Oficial del Estado (Boe) du 4 octobre 1990, régit l'éducation. Promulguée par le gouvernement socialiste, elle a remplacé la Loi Générale de l'Education (loe) de 1970. Elle a elle-même été abrogée et remplacée par la Loi Organique d'Education (loe) du 3 mai 2006, boe du 4 mai.

41  De manière purement symbolique, rappelons ici qu'en cette même année 1990, le 27 septembre, la rseap a reçu de la Municipalité de Saint-Jacques-de-Compostelle la Médaille d'Or du mérite citoyen. Huit ans plus tard, en 1998, le ministère la déclara Institution d'utilité publique.

42  Idem, séance ordinaire du 21 septembre 1989.

43  Ibidem, séance ordinaire du 28 septembre 1989.

44  À cette époque on y enseignait le piano, le violon, la clarinette, le violoncelle, la guitare, la guimbarde, la trompette, le trombone, la flûte, les percussions, le hautbois et le saxophone.

45 Diario Ofical de Galicia (dog) du vendredi 17 juin 2005.

46  Cette situation explique en grande partie que les Lumières espagnoles dérivent vers un despotisme éclairé alors qu'en France les Lumières contribuent dans un second temps à l'éclatement de la Révolution.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Margarita Barral Martínez, « La Société Royale Économique des Amis du Pays de Saint-Jacques-de-Compostelle devant l'éclosion de la société de masse », Cahiers de civilisation espagnole contemporaine [En ligne], 10 | 2013, mis en ligne le 28 juin 2013, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/ccec/4409 ; DOI : 10.4000/ccec.4409

Haut de page

Auteur

Margarita Barral Martínez

Departamento de Historia contemporánea y de América, Université de Saint-Jacques de Compostelle (USC),(margarita.barral@usc.es)

Haut de page

Droits d’auteur

© CCEC ; auteurs

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo 3L.AM Langues, Littératures et Linguistique des Universités d'Angers et du Maine
  • OpenEdition Journals