Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Mario Martín Gijón, Los (anti)intelectuales de la derecha en España. De Giménez Caballero a Jiménez Losantos

Manuelle Peloille
Référence(s) :

Mario Martín Gijón, Los (anti)intelectuales de la derecha en España. De Giménez Caballero a Jiménez Losantos, Barcelone, RBA, 2011, 412 p.

Texte intégral

1Le titre Los (anti)intelectuales de la derecha en España semble contenir un paradoxe : en effet, depuis les procès de Montjuich en Espagne, l'Affaire Dreyfus en France, l'intellectuel se définit avant tout par son engagement public et collectif en faveur de valeurs universelles et progressistes, ce qui exclut d'emblée les personnes « de droite », par définition anti-intellectualistes, à l'instar d'un Maurice Barrès qui, en négatif, consacra le mot en 1894. Un intellectuel ne saurait être anti-intellectuel, donc. Mais c'est que l'auteur nous présente des figures qui commencèrent par être de véritables intellectuels pour se transformer, suite à une conversion, en idéologues et propagandistes : Pedro Sáinz Rodríguez défendit en 1924 la figure d'un intellectuel autonome avant d'adhérer pleinement à la haine du progressisme (p. 54) ; Ernesto Giménez Caballero fut un écrivain aux expériences avant-gardistes, éditeur et directeur d'une revue, La Gaceta literaria, qui agglutina entre 1927 et 1931 le meilleur de l'intelligentsia de son temps pour exalter à partir de 1928 le fascisme et le génie catholique de l'Espagne ; Federico Jiménez Losantos milita au parti communiste et s'opposa au franquisme dans les années soixante-dix pour défendre devenir un leader d'opinion national-catholique. Ces deux dernières figures, les plus remarquables de ce livre, chacune objet d'un chapitre fouillé (p. 84-150 et 318-363), sont des intellectuels venus alimenter les rangs des ennemis des intellectuels, catholiques, militaires ou fascistes.

2L'objet de l'ouvrage est donc la droite espagnole envisagée sous l'angle de l'antiintellectualisme ; la perspective diachronique et systématique met au jour une tradition qui prend ses racines dans la réaction absolutiste et catholique contre « les philosophes » des Lumières et se prolonge jusqu'à l'époque actuelle. En même temps, le livre décrit la circonvolution d'une spirale, puisqu'une fois posés les antécédents, on part de Giménez Caballero pour établir avec Jiménez Losantos, soixante-dix ans plus tard, des parallélismes dans le discours et le rôle public des deux personnages. Une telle vision d'ensemble, à l'échelle d'un siècle, n'avait pas encore été proposée au lecteur.

3Si la naissance des « intellectuels » est quasiment concomitante en Espagne et en France (dernière décennie du xixe siècle), l'intellectuel français diffère de l'intellectuel espagnol à plusieurs égards, notamment sur ce point qui pourrait bien constituer le nœud de l'ouvrage :

[Les procès de Montjuich et la perte de Cuba et des Philippines en 1898 qui oblige les intellectuels à repenser l'Espagne] firent que, dès le commencement, la naissance des intellectuels en Espagne alla de pair avec la réflexion sur la nation espagnole, sur « le problème de l'Espagne », comme on le désignerait plus tard, exacerbé par la déroute militaire, plutôt qu'avec les « droits de l'individu », comme ce fut le cas en France (p. 43).

4Dans l'Espagne contemporaine, il se trouve qu'à plusieurs reprises, ce sont des forces conservatrices ou rétrogrades qui prirent la nation en charge : Parti conservateur de Cánovas en 1875, dictature militaire de Primo de Rivera de 1923 à 1930, Franquisme de 1939 à 1975, sous coupe réglée de l'Église, de l'armée et de la Phalange. Les intellectuels, eux, ne parvinrent au pouvoir que sous la République, de 1931 à 1939. L'idée de nation qui a prévalu la plupart de temps est celle d'une nation catholique, d'une unité fondée sur une langue et une religion, dont les manques et retards ne sauraient être mis au jour. Les intellectuels, parce qu'ils défendaient l'idée d'une nation laïque, ou parce qu'ils insistaient sur les problèmes économiques et politiques, ou encore parce qu'ils refusaient une unité préjudiciable à l'expression des nationalismes basque, galicien ou catalan, furent considérés au fil des décennies de dictatures comme des ennemis de la nation, des prolongateurs d'une « Espagne invertébrée », auxquels il convenait d'opposer la vertébration d'en haut par la religion et la langue. Pareillement, les intellectuels qui sympathisaient avec les idées sociales (anarchistes, communistes, socialistes) furent considérés comme des ennemis de la nation espagnole puisqu'en reconnaissant les différences et oppositions entre classes, ils étaient des ferments de division sociale, à laquelle tant Primo de Rivera que Franco opposaient l'unité organique en vue de la production nationale. Enfin, depuis l'époque de l'Abbé Denina, les intellectuels sont considérés comme ennemis de la nation car ils sont vecteurs d'idées venues de l'étranger. Ce livre montre remarquablement, profusion d'exemples à l'appui, la constance des fondements de ce discours antiintellectualiste, souvent accompagné dans les faits par l'épuration des penseurs et des éducateurs.

5Une introduction précise la notion d'intellectuel et les termes de l'antiintellectualisme. Deux traditions ressortent : celle de la réaction catholique aux idées libérales et au primat du rationalisme, représentée en Espagne par Balmes ou Donoso Cortés et prolongée au xxe siècle par les propagandistes de El Debate puis de Acción española ; celle des fascistes opposés à l'usage de la raison, moteur de la critique à même de jeter à bas l'imposition d'une idée nationale d'en haut, au mépris de toute réalité : « Être allemand » pour les nazis, romanité triomphante pour Mussolini et « catholicité » chez Franco.

6Comme l'auteur le souligne lui-même, mais seulement à propos des « intellectuels de droite » auxquels il refuse le statut d'intellectuels, le critère de « l'autonomie et de l'indépendance par rapport au champ du pouvoir » est insuffisant, puisque dans le cas de l'Espagne ces penseurs, s'ils se sont opposés au pouvoir sous la République, n'étaient pas indépendants du pouvoir de l'Église, par exemple. Nous souscrivons entièrement à l'idée que l'indépendance par rapport à un pouvoir n'exclut pas la dépendance à un autre pouvoir. Mais alors, pourquoi les « vrais » intellectuels, progressistes, ne pourraient pas aussi s'inscrire sous cette supposition ? Pourquoi seraient-ils indépendants de tout champ de pouvoir ? L'intellectuel organique n'est pas nécessairement de droite (comme semble le suggérer l'auteur p. 16), il est sécrété par chaque classe. Gramsci pose la question en ces termes :

Les intellectuels sont-ils un groupe social autonome et indépendant, ou bien tout groupe social possède-t-il sa propre catégorie spécialisée d'intellectuels ?

7Le penseur italien indique ensuite :

Le rapport entre les intellectuels et le monde de la production n'est pas immédiat, comme il advient pour les groupes sociaux fondamentaux, mais « médiat » à divers degrés […]

8L'intellectuel peut être fonctionnaire d'état, son salaire est donc versé indirectement. Il peut travailler en libéral et se vendre à un éditeur, ou être payé trois ans durant par une fondation industrielle pour réaliser l'histoire d'une entreprise. Il ne peut donc être autonome de tout champ de pouvoir, quelle que soit sa tendance politique.

9Le livre se décompose ensuite en huit chapitres disposés selon une progression chronologique : « L'effervescence de l'antiintellectualisme de Primo de Rivera à la Seconde République » ; « Ernesto Giménez Caballero, de l'intellectuel au propagandiste » ; « Des mots aux faits : la Guerre civile » ; « Antiintellectualisme sous le premier franquisme » ; « Les modèles à combattre : Miguel de Unamuno et José Ortega y Gasset » ; « Antiintellectualisme sous le franquisme tardif » ; « L'antiintellectualisme de la droite à partir de la Transition » ; « Jiménez Losantos, d'intellectuel à chef d'orchestre médiatique ».

10Ces chapitres retracent donc le rejet des intellectuels au cours du siècle, suivant leur développement, qui se manifesta sous forme d'écrits et de paroles, mais aussi, au plus fort de la répression dictatoriale, sous forme de destitutions ou d'emprisonnements. Le chapitre sur Ernesto Giménez Caballero a pour mérite de se centrer sur son antiintellectualisme, et de ne pas s'arrêter en 1937, comme le fit son biographe Enrique Selva et l'auteur de ces lignes en son temps, partant du postulat que son idéologie se renouvelle peu à partir de la Guerre civile, que la matrice en est fixée avant. En matière d'antiintellectualisme, le Franquisme peut se diviser en deux parties. Durant les années quarante, on assiste à une répression féroce, systématique, qui conduit catholiques et phalangistes à épurer le monde intellectuel, à chasser les intellectuels des centres de production et de transmission du savoir, à les empêcher de critiquer le régime, par la censure ou la suppression physique. Les nombreuses lectures de l'auteurs l'amènent à nous présenter non seulement les Vegas Latapié ou les Pemartín, piliers de la revue Acción española, mais aussi des auteurs inconnus, largement soutenus à l'époque, remarquables de fanatisme, et pour lesquels ils ne s'agit pas seulement de théoriser un État national-catholique mais de lancer des anathèmes sur les intellectuels, considérés à tous les égards comme ennemis de la nation espagnole définie selon leurs critères. Ensuite, les initiatives de captation, de la part de phalangistes puis de catholiques comme Joaquín Ruiz-Giménez, ouvrent une brèche pour les intellectuels, qui dans un second temps, celui des années soixante, retrouveront un rôle critique fondateur. Les années qui suivirent le 23-F sont marquées par un « assoupissement de la fonction critique des intellectuels » (p. 314), qui ouvrit un boulevard, dans les années 2000, à un resurgissement de l'antiintellectualisme en la personne de Federico Jiménez Losantos, qui oriente l'opinion depuis la radio catholique cope puis Libertaddigital TV, media orienté à droite.

11Il conviendrait cependant de distinguer deux choses : d'une part l'antiintellectualisme sectaire des catholiques intégristes ou des militaires, des zélateurs de la dictature, ennemi de l'exercice de la raison et de la liberté de conscience, et d'autre part la libre critique fondée sur la raison, dont les véritables intellectuels ne sauraient être exclus. Zola, par exemple, est l'homme de « J'accuse », certes, mais la curiosité et la raison de tout intellectuel mènent à des propos bien moins humanistes suite à la Semaine sanglante qui acheva la Commune de Paris. Déversant sa haine sur les communards, il tourne le dos au peuple lorsqu'il écrit :

Une grande émotion m'a pris en face de cette résurrection de mon cher Paris. Mais il ne peut périr ! Le bain de sang qu'il vient de prendre était peut-être d'une horrible nécessité, pour calmer certaines de ses fièvres. Vous le verrez maintenant grandir en sagesse et en splendeur. 

12Cette même raison, cette même curiosité, conduisent à observer la bienveillance d'une grande partie des intellectuels de la plupart des pays d'Europe devant le fascisme italien dont les exactions, pourtant connues dès le début, furent systématiquement sous-estimées. Ce n'est pas de l'antiintellectualisme que de constater ces faits, même si nous pouvons le regretter amèrement. L'intellectuel a vocation à exercer sa raison critique à l'encontre de tout, y compris de lui-même, justement afin de ne pas laisser à ses adversaires la soin d'occuper le terrain qui lui revient et qu'il ne saurait abandonner.

13Il n'en reste pas moins que le lecteur dispose du résultat de lectures innombrables et variées, non seulement des auteurs éminents mais des obscurs propagandistes, et que cet ouvrage fait partie des lectures obligatoires pour qui s'intéresse aux intellectuels et à leurs détracteurs en Espagne, de par son caractère à la fois panoramique et detaillé.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Manuelle Peloille, « Mario Martín Gijón, Los (anti)intelectuales de la derecha en España. De Giménez Caballero a Jiménez Losantos », Cahiers de civilisation espagnole contemporaine [En ligne], 12 | 2014, mis en ligne le 13 juillet 2014, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/ccec/5187

Haut de page

Auteur

Manuelle Peloille

Université Paris Ouest Nanterre La Défense

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CCEC ; auteurs

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo 3L.AM Langues, Littératures et Linguistique des Universités d'Angers et du Maine
  • OpenEdition Journals