Navigation – Plan du site
Études

Sortir du cadre franquiste : quelques figures intellectuelles de la « rupture négociée » pour El País et la presse de la transition

Salir del marco franquista: algunas figuras intelectuales de la ruptura pactada para El País y la prensa de la Transición
Chantal Chartier

Résumés

Cette étude aborde le rôle de la presse de la Transition démocratique dans l’affirmation d’une continuité de la pensée culturelle libérale, héritière de la Ilustración, du régénérationnisme, et de la ILE (Institución Libre de Enseñanza). La presse écrite, au-delà de la revendication de l’héritage de figures tutélaires comme Unamuno et Ortega y Gasset, cherche à s’inscrire dans le fil ininterrompu de la pensée libérale que la censure franquiste n’a pu briser. À travers l’évocation d’intellectuels espagnols reconnus, ou en mettant en exergue la résistance d’intellectuels ex-phalangistes ou libéraux ortéguiens, l’affirmation de cette continuité brasse finalement tous les horizons politiques et idéologiques au nom d’une grande réconciliation nationale (Marañón, Laín Entralgo, Ridruejo, Eugenio D’Ors, Madariaga, Aranguren, Julián Marías, Machado, Alberti). La figure de l’intellectuel se modifie et le concept gramscien de l’intellectuel collectif est récupéré par Aranguren au profit du journal El País.

Haut de page

Notes de la rédaction

De la recherche de figures tutélaires de la pensée libérale à l’affirmation d’un journal reconnu comme « intellectuel organique », El País : la presse écrite au service de la réconciliation nationale. Cet article est la révision et l’approfondissement d’une communication présentée lors de la Journée d’études du 11 mai 2012 de CREER/IMAGER et du réseau LÍRICO (Literatura Rioplatense Contemporánea), La rupture du cadre/des cadres au xxe et au xxie siècle.

Texte intégral

1La presse a joué en Espagne un rôle important dans la sortie du franquisme au point que le nom de Parlamento de papel lui fut attribué. La médiatisation a permis également de mettre en avant des figures intellectuelles qui ont redéfini le cadre culturel de l’après-franquisme. Le choix de certaines figures symboliques que retiendra la presse de la Transition peut nous éclairer sur cette période et sur le cadre culturel qui se met en place. La presse de la Transition a eu un rôle fondamental dans l’affirmation de nouvelles élites culturelles, rôle qui correspond à une tradition espagnole très marquée. Larra, Clarín, Unamuno, Ortega y Gasset ont été des chroniqueurs ou des journalistes. Hommes de plume et hommes de leur temps, ils étaient convaincus de la nécessité de recourir à la presse pour faire progresser leur société. Le lien entre écriture journalistique et écriture littéraire ou philosophique est d’ailleurs une constante en Espagne au xxe siècle, si l’on songe à Camilo José Cela, Miguel Delibes ou plus tard à Manuel Vázquez Montalbán, Manuel Vicent, Francisco Umbral, Fernando Savater, et bien d’autres. Les observateurs de l’époque de la Transition admettent communément que la société espagnole a une dette de reconnaissance vis-à-vis de la presse quant à son rôle dans l’avancée de la démocratie. La question est de savoir quel rôle précisément elle a joué du point de vue du cadre culturel et si sa fonction a été celle d’une rupture ou d’une continuité, ou d’une « rupture négociée ».

2Nous nous intéresserons dans un premier temps au discours du fondateur de l’aede (Asociación de Editores de Diarios Españoles), l’Association des éditeurs de quotidiens espagnols, créée en 1978, afin de porter dans un premier temps un regard plus général sur cette presse libre qui cherche à se démarquer de la presse franquiste. Puis, nous étudierons le cas du journal El País, afin de cerner les figures intellectuelles mises au premier plan. Nous interrogerons le lien qui se tisse entre ces intellectuels et le journal qui se verra glorifié du titre d’« intellectuel collectif ».

Recherche de figures tutélaires et réhabilitation

3Le discours fondateur de la presse de la Transition qui cherche à s’affranchir des modèles antérieurs de la période franquiste revendique certaines figures tutélaires du passé. La récupération de ces grands intellectuels disparus sert à asseoir la légitimité de cette nouvelle presse écrite, distincte de la Prensa del Movimiento. Aux côtés des grands ancêtres apparaissent aussi d’autres intellectuels, bien vivants ceux-là, qui vont devenir des figures de la Transition.

  • 1 Pedro Crespo de Lara (1935-), après des études de droit, suivit une formation de journalisme lorsqu (...)

4En 1978, se crée en Espagne, l’aede (Asociación de Editores de Diarios Españoles) qui va très rapidement réunir toute la presse indépendante. Pedro Crespo de Lara1, journaliste cofondateur de cette association, en définit ainsi la mission, mêlant souci de la démocratie et affirmation de la liberté de la presse :

  • 2 Pedro Crespo de Lara, La empresa periodística en vivo, Del autoritarismo a la democracia (Prólogo d (...)

Era necesario, pues, en los umbrales de la democracia, que los editores de periódicos se agruparan para el mejor entendimiento y desarrollo de sus actividades, para intervenir en el debate y la doctrina de su participación en la convivencia democrática, para tratar los asuntos comunes y propiciar los remedios, […] y se ocupara de defender la causa de la libertad de prensa y la rentabilidad del negocio periodístico como condición necesaria de aquélla2.

  • 3 Idem., p. 66-68.

5Arrêtons-nous un instant sur la conception des fonctions de la presse telles que les préconise l’aede, au travers du texte « Funciones de la prensa en la sociedad moderna »3, publié dans le journal conservateur ABC du 2 juin 1979 :

  • 4 Ibid., p. 66.

Porque para asegurar una democracia hay que crear una conciencia pública. « Con-ciencia, o si queréis con-sabiduría, que los españoles consepan lo que les interesa. Que consaber es el camino para consentir ; que cada uno sepa lo que quiere y quiera lo que sabe : que cada uno sepa lo que da y lo que pide, sepa lo que concede y lo que niega ». En este sentido, « la prensa es la que más ha contribuido a hacer conciencia popular nacional », decía Unamuno en un artículo publicado en El Sol el 15 de mayo de 1932, con el título « ¡Hay que enterarse ! ». Y decía también : « nos hemos civilizado merced a la prensa. La prensa ha hecho lo que no ha logrado la enseñanza pública oficial. Y esto lo dice un universitario que es a la vez un periodista, un escritor de hojas volantes. La prensa ha hecho que el pueblo se haga público. Y el mismo don Marcelino Menéndez Pelayo hizo más por la ilustración popular con su obra de periodista, de apologista de la plaza pública, que con su obra universitaria ». Lo que igualmente se puede predicar del mismo Unamuno, de Clarín, de Ortega, y de los profesores esclarecidos de hoy. Ortega declaraba en 1932 : « En nuestro país, ni la cátedra ni el libro tenían eficacia social. Nuestro pueblo no admite lo distanciado y solemne. Reina en él puramente lo cotidiano y lo vulgar. Las formas de aristocratismo aparte han sido siempre estériles en esta península. Quien quiera crear algo –y toda creación es aristocrática– tiene que ser aristócrata en la plazuela. He aquí por qué, dócil a la circunstancia, he hecho que mi obra brote en la plazuela intelectual que es el periódico »4.

  • 5 Paul Aubert, « Vieille et nouvelle politique : l’impossible relève générationnelle », in Transition (...)
  • 6 Ibid. p. 54.

6Ces deux citations d’Unamuno et d’Ortega y Gasset se rejoignent pour justifier la fonction intellectuelle de la presse et d’une élite intellectuelle dans l’éducation de la société espagnole. Elles visent à mettre l’accent sur les fonctions citoyenne, culturelle, éducatrice, de la presse, telles que les concevaient ces illustres prédécesseurs, avec lesquels la presse libre espagnole de la Transition et de l’Espagne démocratique cherche à renouer. Crespo de Lara inscrit ses propos d’abord dans une histoire nationale de la presse en évoquant ses grands ancêtres. Les mentors de cette presse sont donc Unamuno, qui se définit lui-même comme journaliste dans cette citation, et Ortega y Gasset, le cofondateur du journal El Sol en 1917. Comme le rappelle Paul Aubert, « Depuis l’apparition substantivée et collective de l’intellectuel en Espagne au moment du procès de Montjuich (dans le contexte de l’Affaire Dreyfus) »5, « C’est au moment de la guerre de 1914 que se structure le mécontentement des intellectuels dans la société espagnole »6. El Sol est un élément et un instrument de cette structuration, et deviendra un modèle.

  • 7 Nicolás María de Urgoiti (1869-1951), entrepreneur éditeur, créateur de l’entreprise La papelera es (...)
  • 8 José Ortega y Gasset (1883-1955) contribua à la fondation de El Sol dont il fut l’éditorialiste. Sa (...)

7Régénérer la société espagnole passait selon Unamuno par le développement d’une opinion publique. Faire de la politique, pour lui, ne signifiait pas s’inscrire à un parti politique ou entrer dans le jeu électoral, mais participer à la formation d’une opinion publique, d’un peuple capable de penser. Et la presse lui semblait la plus à même de jouer ce rôle face aux graves défaillances du système éducatif et à l’absence d’une véritable instruction publique. Unamuno défendait l’idée de la nécessité de créer une « conscience ». L’intellectuel est celui qui pense en partant du peuple et pour le peuple. Face à l’Histoire et à la politique, Unamuno a créé le concept d’« intrahistoire », celle qui passe à travers le peuple espagnol. Mais pour que celui-ci puisse s’exprimer, encore faut-il surmonter l’inculture et la presse doit être la tribune de cette expression. La figure d’Unamuno apparaît comme celle du grand intellectuel libéral qui a été au premier plan de la vie politique sans être membre d’un parti. Mais il est une figure symbolique de la lutte contre l’obscurantisme. L’autre modèle, le philosophe Ortega y Gasset, symbolise le journalisme des années 1920 et 1930, antérieur au franquisme. Le journalisme de la presse libre de la Transition tente de renouer avec les idéaux de la tradition culturelle libérale tout en cherchant à s’adapter au modèle néocapitaliste de la presse en vigueur dans les autres démocraties. C’est pourquoi le modèle dont il s’inspire est le journal El Sol créé en 1917 par l’éditeur Nicolás María de Urgoiti7 et le philosophe José Ortega y Gasset8. Le projet qu’Urgoiti et Ortega y Gasset avaient conçu, de donner naissance à un grand quotidien libéral, revenait dans l’air du temps. La pensée et l’action de Francisco Giner de los Ríos et de Joaquín Costa avaient marqué les élites du début du xxe siècle soucieuses de réformer l’Espagne et de tourner le pays vers une modernité européenne, voire états-unienne, quant aux modèles entrepreneuriaux de la presse. Faire de la presse un élément de ce renouveau figurait aussi parmi les grands défis de la génération de la Transition. Miguel de Unamuno comme José Ortega y Gasset avaient œuvré pour que la presse devînt une « place publique », un intermédiaire entre le « peuple » et les élites. La mission pédagogique et culturelle de la presse devait compenser les insuffisances du système éducatif, l’absence de culture politique, et faire du « peuple » un public éduqué et conscient. Les intellectuels espagnols, après la crise de 1898, avaient placé dans la presse de grands espoirs de modernité et de démocratie. El Sol a pu apparaître comme l’instrument de la Liga de Educación Política, créée par Ortega y Gasset pour favoriser l’émergence d’une minorité chargée de l’éducation politique des « masses ». Les extraits cités plus haut d’Unamuno ou d’Ortega y Gasset livraient un message de partage du savoir. Ils voyaient la presse comme la plazuela intelectual et considéraient qu’elle serait le moyen de permettre au peuple espagnol d’accéder à l’agora politique. La vision d’Ortega y Gasset était sans doute plus élitiste que celle d’Unamuno, mais leur engagement partait du point de vue commun que les « masses » espagnoles étaient illettrées et qu’il fallait instruire le peuple espagnol. Ils rejoignaient la vision, qui fut celle de Feijóo, puis des Ilustrados, de la nécessité d’une mission éducative, vision à l’origine des projets de la Institución Libre de Enseñanza, face à la conscience d’un fossé existant entre une minorité cultivée et le « peuple » espagnol. La mise en avant de la figure du philosophe Ortega y Gasset est aussi une récupération de la pensée libérale et laïque honnie par Franco, défenseur du national-catholicisme. Ce fil conducteur culturel, par sa continuité avec les Lumières et la pensée libérale, est celui que revendique l’aede, rompant en cela avec le franquisme. En 1985, l’aede signa un accord avec le ministère de l’Éducation et des Sciences sur un programme Presse-école. À cette occasion, Crespo de Lara déclarait :

  • 9 Pedro Laín Entralgo (1908-2001), fut un phalangiste de la première heure, responsable national de l (...)
  • 10 Pedro Crespo de Lara, op. cit., p. 147-148.

Creemos los hombres de prensa que en estos momentos de consolidación del sistema democrático corresponde a la prensa española una función extraordinaria que pudiéramos llamar « función educativa », y que tiene por fin suplir las deficiencias de formación ciudadana que, por lo general, padece el pueblo español. El español, como hace poco analizaba Pedro Laín9 en un periódico de Madrid, es un pueblo ineducado. Tesis ya implícitamente contenida en la crítica de Feijoo, en el empeño educativo de Giner de los Ríos y sus compañeros de la Institución Libre de Enseñanza. Los españoles estamos aprendiendo hoy, sobre la marcha, a vivir en un sistema democrático y, naturalmente, nos falta la experiencia y el hábito. Pues bien, el único medio de que dispone la sociedad española para corregir aceleradamente esta deficiencia es la prensa. […] La prensa contribuye a crear la vida ciudadana, es un espejo, acaso el más fiel, de la conciencia pública. La prensa es la que más ha contribuido a hacer conciencia pública nacional. Los grandes pensadores y educadores del siglo pasado y los de éste –Unamuno, Ortega, D’Ors, Cajal, Madariaga y el mismo Menéndez Pelayo– hicieron más por la ilustración popular, como el propio don Miguel de Unamuno recuerda, con su obra de periodistas, de apologistas de la plaza pública, de escritores de hojas volantes que recogen la palpitación del día, que con su obra universitaria. […] Admiremos a la gran prensa, como quería Machado10.

  • 11 Signalons aussi que El País consacra son premier supplément extraordinaire du 30 juin 1976 au cente (...)

8Au travers de cette profession de foi, le discours du fondateur de l’aede se veut édifiant et montre le visage d’un journalisme qui cherche à renouer avec un héritage et une tradition culturelle espagnole, au-delà des clivages politiques ou autres, en cherchant à réunir des courants très différents de la pensée culturelle, mais en dessinant un fil conducteur, qui mène des préoccupations éclairées de Feijóo à la ILE, Institución Libre de Enseñanza11. Ce fil passe par « les grands penseurs et éducateurs » espagnols, pour reprendre les termes de Crespo de Lara. Unamuno, Ortega y Gasset, déjà cités, côtoient le grand érudit catholique Menéndez Pelayo comme la figure nobélisée du scientifique espagnol Ramón y Cajal. Le représentant de la culture officielle sous le franquisme, Eugenio D’Ors, est mentionné, tout comme le ministre républicain de l’instruction publique revenu d’exil en 1976, Salvador de Madariaga La référence discrète à la République révèle ainsi un discours qui jette un pont entre les figures intellectuelles reconnues par le franquisme et certaines grandes personnalités de la République. La figure de Machado réunit le poète de la Génération de 98 et le poète républicain mort en exil à Collioure en 1939.

  • 12 On pourra lire : Pedro Laín Entralgo, Descargo de conciencia (1930-1960), Barcelona, Barral Editore (...)
  • 13 On pourra lire : Dionisio Ridruejo, Casi unas memorias, Barcelona, Planeta, 1977.
  • 14 À ce propos, Benassar et Bessière ont écrit : « La vérité oblige à dire que seuls Manuel Machado (l (...)

9La référence à Pedro Laín Entralgo12 n’est pas anodine, puisqu’il fut l’un des phalangistes, avec Dionisio Ridruejo13, qui se préoccupa de défendre ce legs culturel sous l’ère franquiste14. La volonté d’affirmer une continuité historique culturelle est évidente dans ce discours qui réunit de manière consensuelle des personnalités très différentes, du poète républicain aux penseurs libéraux, passés par le phalangisme ou le républicanisme, et reprend en partie le propre discours culturel toléré sous le franquisme, dans une démarche de réconciliation nationale.

  • 15 Pedro Crespo de Lara, op. cit., p. 166-169.
  • 16 Voir : Pedro Laín Entralgo, Gregorio Marañón. Vida, obra y persona, Austral, Madrid, 1969.

10Cette vision est de nouveau évidente dans un texte de Crespo de Lara, intitulé « Método pedagógico »15, se référant de nouveau à Feijóo, mais aussi à Jovellanos, à Azorín, à Marañón, à Miguel Delibes, pour prôner une démarche de connaissance non seulement fondée sur un savoir, mais aussi sur l’expérience, non seulement sur un humanisme, mais aussi sur un savoir technique, sur la théorie et sur la pratique. Là encore il fait appel à Pedro Laín Entralgo16 pour convoquer la figure de Marañón et asseoir sa démonstration. Gregorio Marañón, grand professeur de médecine, républicain de la première heure, intellectuel engagé fondateur avec Ortega y Gasset du parti Agrupación al Servicio de la República, et élu député en 1931, se reconvertit néanmoins, par anticommunisme, et fut réintégré à son retour en Espagne parmi les grands intellectuels acceptés par le régime franquiste. Il fait ainsi figure en quelque sorte de grand ancêtre de l’identité culturelle espagnole « éternelle », de grand humaniste, au-delà des clivages politiques historiques. Marañón écrivit sur Feijóo et jeta un pont vers les penseurs éclairés, alors que le franquisme rejetait la Ilustración. La convocation de ces différentes personnalités par le représentant de l’aede souligne une volonté de valoriser des modèles nationaux et apparaît comme une reprise de flambeau de l’humanisme espagnol et une tentative de récupération de la tradition culturelle libérale.

11Quelques années après la Transition, en 1991, sera ouverte une chaire Ortega y Gasset à la faculté des Sciences de l’information de l’université Complutense de Madrid. À cette occasion, il sera de nouveau rappelé l’apport de l’intellectuel Ortega au journalisme :

Acoge esta cátedra el plural despliegue de la vocación de Ortega, el intelectual que exige ideas claras y precisas, y vocea las suyas en la cátedra y el libro, y, principalmente, en la plazuela intelectual que es el periódico, en su afán de educar al pueblo español y de ponerlo a la altura de los tiempos.

  • 17 Pedro Crespo de Lara, « Cátedra Ortega y Gasset », op. cit., p. 209-210.

Pero, sobre todo, invoca esta cátedra al Ortega periodista, al hombre que siente curiosidad por los hechos y las ideas, que está a la caza de novedades y tiene el prurito de ser el primero en publicarlas ; al periodista de raza que puede decir : « nací sobre una rotativa », expresión metafórica referida al periódico El Imparcial que dirigió su padre, el gran periodista y académico de la Lengua, don José Ortega y Munilla, y antes su tío don Rafael Gasset Chinchilla ; se invoca al Ortega colaborador y redactor de periódicos, al director y fundador de diarios y revistas, al hombre que elevó el nivel intelectual de la prensa española17.

12Crespo de Lara insiste sur le rôle de l’intellectuel Ortega comme rédacteur et éditeur de presse. Ortega, qui du républicanisme passa, à son retour d’exil en 1946, à une position plus ou moins tacite face au franquisme, la crainte des masses et l’anticommunisme lui faisant préférer l’ordre comme Marañón, demeure cependant un intellectuel honni par le franquisme. On ne peut manquer de rappeler l’hostilité franquiste et des milieux catholiques à son égard et de reconnaître son rôle intellectuel au travers de l’Institut des Humanités fondé avec Julián Marías, son jeune disciple, qui deviendra une figure intellectuelle de la Transition. Ortega est sans doute aussi une figure revendiquée par la presse libre de la Transition pour sa foi en un projet européen. Finalement la figure d’Ortega peut se révéler assez consensuelle, mais en rupture avec le national-catholicisme franquiste.

13Le discours de l’aede évite d’évoquer la République et plus encore la Guerre civile, mais renoue avec les penseurs qui ont marqué d’une manière ou d’une autre ces périodes antérieures au franquisme lui-même. On tente de reprendre le fil conducteur d’une pensée libérale héritière des Lumières, du « régénérationnisme » et de la ile. Parallèlement on s’appuie sur des personnalités, parfois controversées, comme Laín Entralgo, mais qui font figure d’opposition interne. La position du journal El País est particulièrement symptomatique de cet air du temps prônant la réconciliation et mêlant intellectuels exilés et personnalités ex-phalangistes.

El País, parangon de la presse de la Transition et « intellectuel collectif » au service de la réconciliation

14Le premier numéro de El País publié le 4 mai 1976, dans un contexte politique complexe, est éclairant à plus d’un titre. Indéniablement il y a une volonté de rupture avec le franquisme qui s’affirme par deux actes forts : la parole donnée à Rafael Alberti, intellectuel organique par excellence, poète communiste en exil en Italie, alors que le pce n’est pas encore légalisé, et la célébration du retour de Salvador de Madariaga, ministre de l’Instruction publique de la République.

15Après l’interdiction de l’acte public prévu le 27 avril 1976 en hommage au poète républicain mort en exil, León Felipe, le journal El País brave l’interdit en prenant le parti de rendre public un texte de Rafael Alberti écrit pour cette occasion et précise en introduction :

  • 18 Introduction de El País, in Rafael Alberti, « A León Felipe, en su homenaje », El País, 4/5/1976,

Mientras la voz de Rafael Alberti no suene entre nosotros, bien puede decirse que todavía un trozo de la España rota permanece perdido. Desde su exilio en el Trastévere romano, Alberti había mandado unas cuartillas para ser leídas en el homenaje que el pasado día 27 de abril debía haberse celebrado en Madrid en honor de León Felipe. El acto público fue prohibido, pero hemos podido rescatar para esta página las palabras evocadoras del poeta. Para El País, que aspira a practicar sin prejuicios ni fobias el liberalismo de la cultura, es motivo de honra y satisfacción inaugurar su turno de colaboraciones con la pluma y la emoción de Rafael Alberti18.

16Ce texte émouvant d’Alberti, où la mémoire est très présente, fait référence a « aquella confiada España de los primeros años de la República », et aux autres poètes de la guerre d’Espagne, compagnons de route ou futurs martyrs :

  • 19 Rafael Alberti, « A León Felipe, en su homenaje », El País, 4/5/1976,

Así que en aquella noche junto a él, estaban todos los poetas de España y con ellos Pablo Neruda. ¿Recuerdas, León, a García Lorca ? ¿Recuerdas, León, a Miguel Hernández ? y, aunque en presencia no, también se hallaba con nosotros esa noche don Antonio Machado19.

17Le texte évoque les horreurs de la guerre et la disparition de Lorca :

  • 20 Ibid.

¡Y Federico ya no estaba ! Había, no se sabe en qué sitio, quizá un pobre nido, una piedra perdida, un talo matinal, manchado con su sangre20.

18Puis dans l’exil, surgit le souvenir des autres poètes disparus :

La tercera vez encontré a León Felipe en Buenos Aires, y al cabo de unos años de no verlo, pero de oírlo, sin embargo. Y no era únicamente Federico, sino Antonio y Miguel, los que no estaban. Cuando los españoles del éxodo nos encontramos, y más cuando uno de ellos se llama León Felipe, es como si chocaran, si se unieran pedazos de tierra vagabundos, trozos vivientes de una entraña lanzados a lo alto, dispersos por una mala tromba.

  • 21 Ibid.

Allí me tropezaba con España21.

19La présence de ces figures tutélaires, intellectuels engagés, sonne les retrouvailles avec les intellectuels engagés de la République, exilés depuis des décennies, avec les « intellectuels organiques » au sens gramscien. La publication d’un tel texte dans le premier numéro et dans les circonstances très difficiles des premiers mois de la Transition est sans conteste un acte courageux, et qui va apporter immédiatement à El País la reconnaissance de ceux qui prônent le retour de tous les exilés. Par cette démarche El País se situe plutôt du côté des positions de l’opposition démocratique.

20Un autre article paru dans le même numéro a retenu notre attention. Il évoque aussi un intellectuel exilé, Salvador de Madariaga, mais un exilé différent, qui n’a pas pris part aux combats de la guerre d’Espagne. Ambassadeur de la République à l’étranger, Madariaga ne revient pas et choisit l’exil plutôt que d’accepter le régime franquiste. Nommé académicien en 1936, il revient 40 ans plus tard, en 1976, pour prononcer son discours à la Real Academia et c’est Julián Marías qui lui répond. C’est ce texte de Julián Marías, publié le 4 mai 1976 par El País, qui nous intéresse particulièrement. Julián Marías symbolise, avec quelques autres, une certaine résistance de l’intérieur. Philosophe disciple d’Ortega y Gasset, il fut d’abord empêché de terminer son doctorat, puis le régime le laissa finalement soutenir, mais il fut interdit d’enseignement en Espagne. C’est aux Etats-Unis qu’il fut invité le plus souvent.

21Dans ce texte, Julián Marías évoque la Guerre civile, mais en l’associant à la Seconde Guerre mondiale, pour les fondre dans une même période de « violence » et de « discorde » qui a « triomphé de l’intelligence, de la coopération, de l’entente mutuelle et de la liberté ». Madariaga devient ainsi une figure dont le « pouvoir spirituel » et le « prestige personnel » ont permis d’affirmer sa « dimension intellectuelle et morale » :

  • 22 Julián Marías, « Las desventuras públicas de nuestro tiempo han hecho crecer la talla de Madariaga  (...)

La Guerra civil, la iia Guerra Mundial al terminar la nuestra, significaron el hundimiento del mundo por el que Salvador de Madariaga se había esforzado tanto. La torpeza, la violencia, la discordia, triunfaron sobre la inteligencia, la cooperación, el entendimiento mutuo, la libertad. Estos tremendos sucesos empujaron a Madariaga hacia la vida intelectual ejercida en plenitud y la acción política sin apoyos institucionales como poder espiritual, mediante el prestigio personal de su dignidad y su talento. Creo que las desventuras públicas de nuestro tiempo han hecho crecer la talla intelectual y moral de Madariaga.22.

22Plus loin, Julián Marías s’interroge sur ce qui a permis à Madariaga de résister au temps et à l’adversité et sa réponse est la suivante :

  • 23 Ibid.

Creo que ha sido su medular liberalismo. A causa de él, si no me engaño, quedó desconectado de la vida pública en 1936, año de graves tentaciones. Madariaga no soñó con dimitir de esa condición. No pudo aceptar la Guerra civil : ni sus supuestos, ni sus pretendidas motivaciones, ni sus métodos, ni su desenlace, ni su aprovechamiento, ni los intentos de vivir de ella, es decir, de la muerte.23.

  • 24 Ibid.

23La figure de l’intellectuel telle qu’elle apparaît dans le discours de Julián Marías sur Madariaga est à l’opposé de celle d’Alberti. Julián Marías pose l’intellectuel comme une figure qui a refusé de s’engager dans un conflit fratricide et comme un pouvoir spirituel et moral, un intellectuel inorganique dont la dimension politique s’exprime en dehors de tout « appui institutionnel ». Ce qui fait la force de Madariaga, selon Julián Marías, c’est qu’il est un intellectuel libéral et un homme de l’Europe civilisée, qui a refusé de prendre part à la Guerre civile : « Madariaga había hecho demasiado la experiencia de una Europa verdaderamente civilizada, aunque no lo suficiente »24.

  • 25 « Pronto hubo accionistas notorios : Julián Marías, Paulino Garagorri y otros intelectuales ortegui (...)
  • 26 Voir : « La construction d’un journal de référence, El País », Chantal Chartier, Presse économique…(...)

24La présence de Julián Marías, actionnaire du journal, dans le premier numéro de El País est le symbole de ces intellectuels ortéguiens25 qui se sont reconnus dans le projet d’un grand journal libéral et européen tel que El País se présente lui-même26. Cette fibre libérale sera très présente dans le quotidien. L’idée de créer un grand journal indépendant dans l’esprit de El Sol avait germé dans la tête de l’héritier de la famille Ortega, José Ortega Spottorno, fondateur du journal. Celui-ci entraîna aussi dans l’aventure des intellectuels ortéguiens comme Julián Marías, ou des personnes liées à la Institución Libre de Enseñanza, comme Justino de Azcárate. Ce dernier est aussi une figure consensuelle de la Transition : ex-ministre de la République, exilé d’abord en France où il tenta de rapprocher les deux camps avec le mouvement Paz Civil en España, puis exilé à Caracas, sénateur désigné par le roi Juan Carlos en 1977, puis élu en 1979 pour l’ucd.

  • 27 Antonio Tovar, proche de Ridruejo et de Serrano Súñer, eut des responsabilités importantes au nivea (...)
  • 28 Luis Negró Acedo, El diario El País y la cultura de las élites durante la Transición, Madrid, Foca, (...)

25Au fil du temps, ces intellectuels vont prendre une très grande place dans la vie culturelle et dans les pages de El País au point de susciter certaines critiques. Luis Negró Acedo, dans un ouvrage paru en 2006, et intitulé El diario El País y la cultura de las elites durante la Transición, a analysé la rubrique « Opinión » sous l’angle de la culture. Il observe la diffusion de modèles culturels hégémoniques, à l’image d’un certain nombre d’intellectuels libéraux, comme José Luis López Aranguren et Julián Marías, disciples d’Ortega y Gasset. Il s’étonne ou plutôt s’insurge contre la présence obsédante de nouveaux « guides spirituels » du consensus bien-pensant, ex-phalangistes, devenus antifranquistes, comme Pedro Laín Entralgo, José María Areilza, Dionisio Ridruejo ou Antonio Tovar27. Il écrit à propos de ce dernier : « El autor diluye en la responsabilidad colectiva el activo papel que desempeñó durante la Guerra civil, y en el afianzamiento y estructuración del franquismo »28.

  • 29 Jordi Gracia, La resistencia silenciosa. Fascismo y cultura en España, Barcelona, Anagrama, 2004. A (...)

26Il est certain que le quotidien El País a été l’un des acteurs de la convivencia dans les premières années de la Transition (terme récurrent sous la plume de nombreux journalistes de El País) et peut-être a-t-il aussi favorisé, surtout dans les premières années, ses actionnaires les plus influents issus de la droite civilisée. Sans doute a-t-il ouvert ses pages, bien au-delà des clivages politiques, à ceux qui revenaient de l’exil comme à ceux qui étaient issus du franquisme. En outre, des personnalités comme Laín Entralgo ou Dionisio Ridruejo pouvaient incarner ce qui fut une forme de « résistance silencieuse » à l’idéologie franquiste, pour reprendre une expression employée par Jordi Gracia29 à propos des intellectuels qui s’éloignèrent de la rhétorique franquiste. Celui-ci défend l’idée d’une continuité libérale et moderne malgré l’obscurantisme franquiste :

  • 30 Jordi Gracia, La resistencia silenciosa. Fascismo y cultura en España, op. cit., p. 37.

Franco ganó la guerra, pero ni cortó la continuidad liberal y moderna, ni acabó con el nacionalismo laico y racionalista que había prosperado a trancas y barrancas y que volvería a resucitar desde la década de los sesenta. Nuestras deudas como democracia arrancan de entonces también, aunque se haya ocultado hasta el ridículo ese origen, como si en la casa parda del fascismo verdaderamente nadie hubiese sido capaz de abrir algún ventanuco, quemar cortinajes tupidos o ir retirando de las ventanas los sacos terreros de la guerra para ver algo mejor en el interior. Detenerse en esos lugares de alguna luz no significa callar el terror, los fusilamientos y la verdad material de los muertos, sino fundar el futuro en el único lugar posible, el pasado real30.

27Face au retour récent, en Espagne, au début du deuxième millénaire, de la question de la mémoire et de l’oubli des crimes du franquisme, il est indéniable que le journal El País a contribué à l’oubli et même au pardon. Le contenu du quotidien, né d’un projet de la droite libérale, dite civilisée, s’inscrivait dans une démarche volontairement tournée vers l’avenir, vers l’Europe, vers certains modèles extérieurs de presse et de culture. En cela il est le reflet de l’esprit général de la Transition. Si l’on ne peut lui dénier un rôle important au moment des premiers pas de la démocratisation du pays, on ne peut pour autant, il est vrai, lui délivrer un blanc-seing à l’heure des comptes du passé. Toutefois, la critique de Luis Negró Acedo peut sembler excessive si l’on considère la place accordée à Rafael Alberti dès le début dans les pages du journal.

  • 31 Jesús de Polanco, venu de l’édition (Santillana, Alianza, Tauro), devint dès 1975 Consejero delegad (...)
  • 32 Jesús de Polanco, « Nos preocupa la pérdida del consenso en la vida política », El País, 10/5/2001,
  • 33 Ibid.

28Un discours du Président du groupe prisa, Jesús de Polanco31, prononcé en 2001 à l’occasion de l’attribution du prix de journalisme Ortega y Gasset, en présence du roi Juan Carlos, et célébrant également le vingt-cinquième anniversaire du journal, confirme la revendication de la tradition libérale des « grands républicains espagnols » et le choix clairement assumé du consensus en faveur de la construction de la Monarchie parlementaire. Dans ce texte se mêlent un hommage à l’intellectuel républicain que fut Ortega (« Ortega y Gasset fue, como es sabido, importante activista de la Agrupación de Intelectuales al Servicio de la República »32) et l’éloge du rôle de la Couronne (« la Corona, que se mostró, en la persona de don Juan Carlos, firmemente decidida a devolver la soberanía política al pueblo español después de la muerte del general Franco »33). Finalement un auto-satisfecit est délivré au journal El País :

  • 34 Ibid.

El País, que heredó lo mejor de la tradición liberal de los grandes republicanos españoles, se siente orgulloso de haber contribuido a la construcción de la Monarquía parlamentaria, que recogió lo mejor de ese legado en lo que se refiere a las libertades, la defensa del pluralismo y la tolerancia cívica. […] Representamos esa coherente línea editorial ante la pérdida del consenso en la vida política34.

29À cette occasion, Jesús de Polanco rappelle aussi que le journal est devenu l’intellectuel collectif de la Transition, selon le professeur Aranguren. Au-delà de la question de la place accordée à certains intellectuels dans le journal El País, il convient de s’arrêter sur la fonction même de ce quotidien, en tant qu’intellectuel collectif, telle qu’elle a été théorisée par José Luis Aranguren. Si la pensée d’Aranguren trouve une place privilégiée dans les pages du journal, le philosophe reconnaît à El País un rôle spécifique dans l’Espagne postfranquiste.

30Aranguren est un intellectuel reconnu et estimé pendant la Transition. Après avoir été destitué par Franco en 1965 pour avoir participé à une manifestation estudiantine, il choisit de s’exiler aux États-Unis où il partit enseigner, ce qui contribua à lui conférer une certaine aura et une stature de grand intellectuel. De retour d’exil, après la mort de Franco, il retrouva sa chaire universitaire et devint une figure intellectuelle de la Transition, à l’image d’un Sartre, adoubé par les jeunes générations. Francisco Umbral, dans El País, soulignait son anticonformisme :

  • 35 Francisco Umbral, « Aranguren », El País, 12/1/1982,

Eso es lo que mantiene hoy a Aranguren tan cerca de la juventud más joven. He recordado al principio que él, más o menos, es un medio Unamuno y un medio Sartre. […] Aranguren está intentando y logrando a diario el antidogma35.

  • 36 Fernando Savater, « Un profesor diferente », in El País, 18-IV-1996, p. 32.

31Fernando Savater, philosophe de la génération suivante et chroniqueur régulier de El País se le rappellerait ainsi : « Le agradezco su aliento y también que un día caminase, a la cabeza de muchos de nosotros y por la avenida Complutense hacia lo gris : contra lo gris »36. La génération des étudiants des années 1960 et 1970, qui fournira l’élite et les journalistes des années suivantes, est indéniablement marquée par ces intellectuels libéraux de l’intérieur, qui osèrent défier le franquisme. La proximité entre le philosophe de l’éthique et l’organe de presse illustre une certaine connivence plus large entre les journalistes de la Transition et les personnalités faisant figure d’intellectuels ayant résisté au franquisme. Mais le lien entre le philosophe de l’éthique et le journal El País ne s’arrête pas à un phénomène générationnel.

32Aranguren a théorisé le rôle d’intellectuel collectif de l’entreprise de presse El País. Dans un article du 7 juin 1981, intitulé « El País como empresa e ‘intelectual colectivo’» , Aranguren appuie les propos du sociologue Amando de Miguel sur Ortega y Gasset, présentant ce dernier comme le premier « intellectuel individuel ». Toutefois, si l’on ne peut nier le talent personnel d’Ortega, il convient, selon Aranguren, de ne pas occulter l’industrie culturelle qu’il eut à son service : le journal El Sol, la maison d’édition Espasa-Calpe, la Revista de Occidente et sa propre maison d’édition. Le modèle ortéguien est aussi un modèle de puissance médiatique au travers de différents instruments culturels. La presse peut être un instrument au service de l’hégémonie d’un groupe social ou politique. Ainsi, à propos de El País, Aranguren construit une théorie de l’intellectuel collectif, fondée sur la théorie de Gramsci, et à partir d’une vision de la presse et de l’édition comme une pensée collective qui s’affirme, dans la plus pure tradition ortéguienne et en résistance au franquisme. Cette tradition de résistance culturelle libérale trouve une continuité dans l’œuvre de El País, journal qu’Aranguren glorifie du titre d’intellectuel collectif et élève au rang d’héritier de cette lignée libérale et antifranquiste :

  • 37 José Luis Aranguren, « El País como empresa e ‘intelectual colectivo’ », El País, 7/6/1981,

[…] la recién creada empresa de El País, cuyo presidente fue desde su iniciación José Ortega Spottorno, y cuyos fundadores fueron todos, creo, orteguianos puros, esperaba su hora ; es decir su autorización. […] ha llegado a ser el intelectual colectivo-empresarial de la España posfranquista. El País procede, sin la menor duda, del orteguismo. Pero representa un orteguismo mucho más sociológico que ideológico, orteguismo asumido y, a la vez, superado. […] El poder periodístico, muy justamente, tiende a estar en manos de quienes efectivamente hacen el periódico, y no de sus propietarios. Esta fusión de poder periodístico y poder intelectual colectivo es inédita en España. […] Espero que siga siendo nada más y nada menos que nuestro gramsciano-neocapitalista intelectual colectivo, la empresa cultural de la España posfranquista37.

33Cette formule finale, « intellectuel collectif gramscien néocapitaliste », peut sans doute trouver sa justification dans les théories de Gramsci sur l’intellectuel collectif, et dans sa conception de l’hégémonie culturelle d’un groupe. Un organe de presse est sans conteste une entreprise de type intellectuel et peut avoir un rôle hégémonique au niveau culturel. Aranguren a recours aussi au concept gramscien pour se démarquer des intellectuels se présentant comme « opposants » de l’intérieur, tels Ridruejo et Laín, issus de la Phalange. Il considère la revue Escorial, à laquelle il a pourtant participé, comme un outil de propagande de la Phalange, qui a échoué à s’imposer au niveau culturel. En prenant ses distances avec Laín et Ridruejo, il s’affirme comme l’intellectuel antifranquiste exilé :

  • 38 Ibid.

Las profecías no suelen cumplirse sino a medias. La de Gramsci (y Togliatti) de que el partido comunista estaba llamado a ser el Príncipe (Maquiavelo) y, título más concretamente referido a nuestro tema, el intelectual colectivo de nuestro tiempo, se intentó cumplir en nuestro país, por el llamado Movimiento, a través de la revista Escorial, la Editora Nacional y otros órganos de menor importancia cultural. Pero el falangismo no pudo imponerse culturalmente, y durante el franquismo la auténtica vida intelectual, salvo alguna empresa novedosa y juvenil –pienso, sobre todo, en la Editorial Seix Barral–, transcurrió por las vías plurales de los editores y de las revistas más o menos resistentes al franquismo. Entre tanto, la recién creada empresa de El País, cuyo presidente fue desde su iniciación José Ortega Spottorno, y cuyos fundadores fueron todos, creo, orteguianos puros, esperaba su hora ; es decir, su autorización. Llegada ésta, en los cinco años que han pasado y cumpliendo a su modo la profecía mencionada, ha llegado a ser el intelectual colectivo –empresarial de la España posfranquista38.

  • 39 Sur les modèles de communication, on pourra se référer à : Jesús Timoteo Álvarez, Historia y modelo (...)

34Aranguren, après s’être démarqué des ex-phalangistes et de la revue El Escorial, reconnaît un véritable rôle d’opposition au franquisme exercé par certaines revues et certains éditeurs comme la Maison d’édition Seix Barral. Puis il encense la création du journal El País et ses fondateurs ortéguiens. Aranguren reconnaît au journal son rôle de premier plan pour restaurer une culture libérale et démocratique que le franquisme avait étouffée. Le concept d’intellectuel collectif lui permet d’attribuer à El País le titre d’entreprise culturelle de l’Espagne postfranquiste, ainsi dotée d’une double fonction, culturelle et démocratique. Aranguren revendique ce rôle hégémonique culturel comme un héritage de la tradition culturelle libérale et ortéguienne, mais il insiste sur le dépassement de l’expérience journalistique ortéguienne, puisqu’il est l’expression d’une pensée collective née de la démocratie. Les journalistes ont une mission collective intellectuelle à mener grâce à l’organe de presse, entreprise de type néo-capitaliste au service de l’élévation culturelle et démocratique du pays. Lorsqu’il emploie l’adjectif « néocapitaliste », il ne fait que reprendre le terme usité pour évoquer le système d’information en vigueur à ce moment. Le contexte informatif situe l’Espagne dans un modèle de type néocapitaliste (État et groupes privés), apparu dès la fin du franquisme, et consolidé pendant la Transition et la démocratie. L’Espagne rejoignait en cela le modèle dominant en vigueur dans les démocraties occidentales depuis 1945, que l’on pourrait résumer ainsi : modèle de la presse libérale du xixe siècle, interventionnisme de l’État dans certains moyens de communication justifié par une mission de service public et de responsabilité sociale, expansion commerciale et internationale des groupes de moyens de communication, le tout fondé sur une sorte de pacte entre l’État, les médias et la société39.

35La vision d’Aranguren s’inscrit donc dans une poursuite du projet ortéguien. On comprend mieux cette référence lorsque le professeur Aranguren, lors de l’une de ses conférences, met en valeur la portée modernisatrice de l’œuvre de l’intellectuel Ortega, tournée vers l’Europe, face aux régénérationnistes de 98, dont la vision reste trop ancrée dans l’Espagne et rejoint le nationalisme :

  • 40 « Aranguren relaciona la figura de Ortega con la modernización de España », El País, 17/10/1985,

Los regeneracionistas se propusieron salvar a España, sin salir de ella, fieles a lo castizo. La generación del 98 contribuyó a esta cerrazón del país en sí mismo, -siguió diciendo el profesor Aranguren- Sin embargo, Ortega, que creyó pertenecer a ella, se percató de que caía en un nacionalismo estrecho y comenzó su lucha para lograr la modernización y europeización de España, un ideario « nada moderno y muy siglo xx », en sus propias palabras. […] Considera que Ortega es el primer intelectual español. Su esclarecedor libro Vieja y nueva política inaugura el discurso del intelectual español, la participación de un hombre de pensamiento en la actividad pública40.

36À la mort d’Aranguren, le journal El País lui rendra un vibrant hommage, qui reprend l’idée d’une tradition libérale espagnole issue des Lumières et explicite le concept d’intellectuel collectif à la lumière de la pensée d’Unamuno et d’Ortega y Gasset sur la presse, légitimant ainsi son propre rôle d’intellectuel collectif :

  • 41 « Una radicalidad personal día tras día », in El País, 18/4/1996, p. 34.

Heredero de una tradición de participación en la vida pública encarnada por los ilustrados, los regeneracionistas, Unamuno y Ortega, Aranguren pensaba que la influencia intelectual en el país ya no la ejercían concretas individualidades, sino un « intelectual colectivo » que participa en los medios de comunicación41.

37On assiste à la consolidation de la figure de l’intellectuel inorganique, en particulier, au travers de celle de José Luis Aranguren, omniprésent dans les pages du quotidien, et au jeu de miroir que se renvoient le philosophe et le journal qu’il qualifie d’intellectuel collectif. La figure de l’intellectuel qui serait inorganique et celle de l’intellectuel collectif interagissent cependant. La proximité entre le philosophe de l’éthique et l’organe de presse illustre une certaine connivence plus large entre les journalistes de la Transition et les personnalités faisant figure d’intellectuels ayant résisté au franquisme. Et même si Aranguren tente de se démarquer des intellectuels ex-phalangistes, El País reconnaît qu’il y a bien eu différents Aranguren. Lors de son centenaire et de l’exposition qui lui est dédiée en 2009, l’universitaire Antonio García Santesmases, éditeur de l’œuvre de Aranguren, le présente comme un intellectuel qui a évolué, et qui avec l’âge est devenu plus anticonformiste et progressiste, au point même de devenir un référent pour la gauche intellectuelle des années 1980 :

[…] tenemos en primer lugar al Aranguren que conecta con su generación y que observamos en las fotos con Laín, con Marías, con Cela, con Dionisio Ridruejo. […] Conservador en su juventud, proveniente del bando de los vencedores en la Guerra civil, espectador cuasi-silente del drama que desgarra la historia de España, refugiado en la intimidad religiosa y familiar, es a la vejez uno de los referentes más apreciados de la izquierda intelectual de los años ochenta.

En medio está naturalmente su experiencia en la Universidad, su expulsión por la dictadura, su vivencia norteamericana y la forma de afrontar los años de la transición política española y la llegada de los socialistas al Gobierno. Es aquí donde está la novedad de su aportación frente a los compañeros de generación y a muchos de sus discípulos.

A lo largo de la transición fue imponiéndose una cultura política basada en la necesidad del consenso, del acuerdo, del entendimiento entre las grandes fuerzas políticas. Había que evitar la confrontación, la polarización, la politización de los años treinta. Ese esfuerzo de entendimiento y de reconciliación hizo que muchas, demasiadas cosas, se echaran al olvido. En el socialismo español se impuso la tesis de que había que enterrar la acumulación ideológica de la clandestinidad, abandonar veleidades izquierdistas, jugar el papel de la derecha democrática y asumir la función de la burguesía liberal.

El abandono de la acumulación ideológica de la clandestinidad se tradujo en una política de la izquierda mayoritaria que fue enterrando las energías ético-utópicas de la generación del 68 […] La izquierda de gobierno, porque optó por un discurso economicista […]

Eran muchos los intelectuales que apoyaban estas tesis […]

  • 42 Antonio García Santesmases, « En el centenario de José Luis Aranguren », El País, 16/7/2009,

Aranguren no. Preso de una nostalgia incurable por los años sesenta –cuando parecía que todo era posible– no estaba dispuesto a sucumbir al realismo disutópico de los años ochenta42.

38Ainsi face à la culture du consensus qui s’est imposé pendant la Transition, à la nécessité de la réconciliation, face à la position du socialisme espagnol qui a fait le jeu de la droite démocratique et de la bourgeoisie libérale, Aranguren serait le flambeau d’une résistance à l’oubli consensuel.

39L’intellectuel espagnol affirme son indépendance comme Semprún lui-même l’évoquera en pensant sans doute à son propre parcours :

  • 43 Citation extraite de l’émission radiophonique : « Les intellectuels dans la campagne », Les retours (...)

Avant, les intellectuels étaient, comme le disait Gramsci, des intellectuels organiques de la classe ouvrière, mais en fait il fallait comprendre « organique du parti communiste », du parti communiste en tant que membre ou en tant que compagnon de route. Maintenant, les intellectuels sont tous inorganiques. Ils ne représentent plus du tout l’opinion d’un parti, ou d’une classe, ils représentent à la limite, peut-être, l’opinion d’un groupe ou d’une revue. Ils sont inorganiques, ils sont individuellement engagés43.

40Si l’enjeu de la réussite de la Transition passait par la réconciliation, la récupération d’une continuité culturelle en était un élément indispensable et la presse s’est fait l’instrument de ce consensus et de cet héritage. Les propos de Crespo de Lara montrent cette volonté d’unifier la pensée intellectuelle autour d’un fil conducteur qui serait la récupération de la tradition libérale après les années d’obscurantisme franquiste et au-delà des anciennes divisions. L’objectif est aussi de créer une presse libre à l’instar des modèles européens mais aussi dans le sillon de la presse telle qu’elle était conçue par Unamuno et Ortega y Gasset. Si la rupture avec le franquisme doit apparaître comme une évidence, l’accent est mis cependant sur la continuité, dans une représentation du passé qui oublie la Guerre civile, voire la République, au travers de l’équivalence politique et morale accordée aux divers intellectuels mis en exergue. L’étude du discours du fondateur de l’aede illustre parfaitement les rapprochements opérés entre les différents intellectuels. Qu’ils aient été républicains ou non, phalangistes ou franquistes de la première heure ayant évolué vers la dissidence, dissidents restés en Espagne ou exilés, afin de revendiquer l’existence dans l’Espagne postfranquiste d’une continuité de la pensée intellectuelle espagnole, étouffée sous le franquisme mais ressurgissant de manière consensuelle comme héritière des penseurs éclairés et libéraux. L’accent est mis sur le fil conducteur qui réunit ces intellectuels et non sur les oppositions qui ont pu caractériser les prises de position de chacun. La seule rupture affichée est la revendication d’une presse libre dans une Espagne évoluant vers la démocratie en évitant toute référence ou allusion aux sujets controversés que sont, par exemple, le rôle des intellectuels pendant la République, la Guerre civile ou le Franquisme. Une distance s’instaure entre l’intellectuel espagnol et le contexte historique, conférant à celui-ci un pouvoir spirituel et moral. Si l’héritage des grands intellectuels républicains est récupéré, un certain unanimisme s’exprime visant à reconstruire la représentation du passé, en effaçant la Guerre civile. Une connivence entre les élites culturelles s’établit pour oublier les enjeux du conflit et le rôle de ses acteurs. Toutefois les positions du journal El País, lors de sa création, reflète les tensions entre un courant véritablement rupturiste et un courant réformiste. Le premier numéro de El País en 1976 affiche sa lutte contre la censure exercée à l’encontre de l’hommage à León Felipe et soutient ouvertement Rafael Alberti, en publiant un texte soulignant le désastre de la Guerre civile et de l’exil. Mais au travers des propos du philosophe ortéguien, Julián Marías, un des actionnaires influents du journal, pointe également une position plus proche du consensus fondé sur la réconciliation et l’oubli de la Guerre civile. El País est un acteur de la démocratisation, mais s’inscrit aussi dans la rupture négociée à l’œuvre dans les premiers pas de la Transition. Le lien entre Aranguren et El País souligne également le lien générationnel fort entre les jeunes journalistes de la Transition et les intellectuels de la résistance intérieure, postérieure à la Guerre civile. Le concept gramscien de l’intellectuel collectif attribué à El País par Aranguren rejoint celui de plazuela intelectual attribué à la presse par Ortega et Unamuno. La presse libre cherche une légitimité autre que franquiste et la trouve dans l’héritage ortéguien. Cette impasse historique fondée sur l’oubli de la Guerre civile combinée avec une vision élitiste de la conception de la presse est peut-être à mettre au compte de certaines déficiences de la démocratie espagnole.

Haut de page

Notes

1 Pedro Crespo de Lara (1935-), après des études de droit, suivit une formation de journalisme lorsque ce parcours universitaire fut créé sous le franquisme. Il intégra en 1968 l’équipe du journal Informaciones (quotidien qui sera plus tard la pépinière de nombreux journalistes qui passeront à El País). Il fonda en 1978 l’aede (Asociación de Editores de Diarios Españoles) dont le but fut de créer une presse libre à l’image des modèles européens et états-uniens de la grande presse quotidienne. Il en fut le secrétaire général jusqu’en 2000.

2 Pedro Crespo de Lara, La empresa periodística en vivo, Del autoritarismo a la democracia (Prólogo de Jesús de Polanco, epílogo de Luis María Ansón), 1995, Barcelona, Ariel, p. 184.

3 Idem., p. 66-68.

4 Ibid., p. 66.

5 Paul Aubert, « Vieille et nouvelle politique : l’impossible relève générationnelle », in Transitions politiques et culturelles en Europe méridionale (XIXe-XXe siècle), Mélanges de la Casa de Velázquez, tome 36, Madrid, 2006, p. 50. Sur la pensée culturelle en Espagne, on peut, bien sûr, consulter également les nombreux ouvrages de José Luis Abellán.

6 Ibid. p. 54.

7 Nicolás María de Urgoiti (1869-1951), entrepreneur éditeur, créateur de l’entreprise La papelera española, fondateur du grand quotidien libéral El Sol, des éditions Calpe et de l’agence de presse Febus.

8 José Ortega y Gasset (1883-1955) contribua à la fondation de El Sol dont il fut l’éditorialiste. Sa vision d’une presse élitiste participe d’une perception du rôle de l’intellectuel, comme un relais capable de rehausser le niveau culturel espagnol, par sa contribution à éduquer les élites, conçues comme des intermédiaires face aux masses analphabètes.

9 Pedro Laín Entralgo (1908-2001), fut un phalangiste de la première heure, responsable national de la propagande de FET y de las JONS, mais qui évolua vers une opposition au franquisme de même que Dionisio Ridruejo (1912-1975), qui fut directeur de la revue Escorial (1941-1950). Tous deux ont revendiqué, avant et pendant la Transition, une position d’opposant de l’intérieur. La revue, dont l’idéologie était totalitaire, permit cependant l’expression de libéraux et une certaine continuité intellectuelle.

10 Pedro Crespo de Lara, op. cit., p. 147-148.

11 Signalons aussi que El País consacra son premier supplément extraordinaire du 30 juin 1976 au centenaire de la fondation de la Institución Libre de Enseñanza. L’écrivain et collaborateur de El País, Manuel Vicent rappelait cet héritage fondamental et totalement revendiqué par le journal lors de la célébration du vingtième anniversaire : « En medio de una España analfabeta de patio de caballos, de curas trabucaires, de sardina y alpargata, a finales del siglo pasado Giner de los Ríos inauguró una corriente ética e intelectual que se propuso regenerar el país. Un grupo de profesores, científicos y literatos se sumó a esta empresa. Eran pocos, pero tenían un extraordinario dinamismo. Esta minoría selecta pertenecía a la burguesía ilustrada, una rara especie en este territorio, y, además, exhibía un talante moral como signo de distinción. La Institución Libre de Enseñanza, el espíritu de la generación del 98, el ateneísmo de Azaña, la revista España, el periódico El Imparcial, el magisterio de Ortega y Gasset desde la Revista de Occidente y el diario El Sol, los poetas y catedráticos del 27, la alegría vital de la iia República, forman parte de la estela que fue dejando aquel fermento del regeneracionismo », in Manuel Vicent, « Daguerrotipo de 20 años », in El País.com, 3-V-1996. [en ligne] : [http://www.elpais.com/articulo/sociedad/EL_PAIS/Daguerrotipo/anos/elpepisoc/19960503elpepisoc_16/Tes] [03-09-2009]

12 On pourra lire : Pedro Laín Entralgo, Descargo de conciencia (1930-1960), Barcelona, Barral Editores, 1976.

13 On pourra lire : Dionisio Ridruejo, Casi unas memorias, Barcelona, Planeta, 1977.

14 À ce propos, Benassar et Bessière ont écrit : « La vérité oblige à dire que seuls Manuel Machado (le frère d’Antonio), Eugenio d’Ors et José María Pemán ont toujours été des partisans du Caudillo. Quelques autres grands intellectuels sont passés du franquisme militant des années 1936-1940 à une opposition soit tacite soit active : c’est le cas du scientifique Pedro Laín Entralgo, des poètes Luis Rosales et Gerardo Diego, et surtout du penseur Dionisio Ridruejo qui, pour les intellectuels espagnols de 1992, continue de symboliser ce qu’a pu être la conscience morale de l’opposition intérieure au dictateur. », Bartolomé Bennassar, Bernard Bessiere, Le défi español, Paris, La Manufacture, 1991, p. 187.

15 Pedro Crespo de Lara, op. cit., p. 166-169.

16 Voir : Pedro Laín Entralgo, Gregorio Marañón. Vida, obra y persona, Austral, Madrid, 1969.

17 Pedro Crespo de Lara, « Cátedra Ortega y Gasset », op. cit., p. 209-210.

18 Introduction de El País, in Rafael Alberti, « A León Felipe, en su homenaje », El País, 4/5/1976,

http://elpais.com/diario/1976/05/04/opinion/200008802_850215.html, [4/5/2012].

19 Rafael Alberti, « A León Felipe, en su homenaje », El País, 4/5/1976,

http://elpais.com/diario/1976/05/04/opinion/200008802_850215.html, [4/5/2012].

20 Ibid.

21 Ibid.

22 Julián Marías, « Las desventuras públicas de nuestro tiempo han hecho crecer la talla de Madariaga »,

http://elpais.com/diario/1976/05/04/cultura/200008804_850215.html, [4/5/2012].

23 Ibid.

24 Ibid.

25 « Pronto hubo accionistas notorios : Julián Marías, Paulino Garagorri y otros intelectuales orteguianos », Juan Cruz Ruiz, Una memoria de "El País", veinte años de vida en una redacción, Barcelona, Plaza & Janés, 1996, p. 21.)

26 Voir : « La construction d’un journal de référence, El País », Chantal Chartier, Presse économique…, op.cit., p. 112-146.

27 Antonio Tovar, proche de Ridruejo et de Serrano Súñer, eut des responsabilités importantes au niveau de la propagande et participa à des rencontres avec les nazis et avec Hitler.

28 Luis Negró Acedo, El diario El País y la cultura de las élites durante la Transición, Madrid, Foca, 2006, p. 52.

29 Jordi Gracia, La resistencia silenciosa. Fascismo y cultura en España, Barcelona, Anagrama, 2004. Ainsi peut-on lire : « Detrás de esa prosa y esa actitud hay un implícito programa de reeducación ética para fabricar de nuevo personas civilizadas y relativistas », p. 25, et « Es el reflejo escrito de un cambio mental, de una lenta reorganización de valores que todavía no han cuajado en una forma de pensamiento liberal o democrático, pero conducirá, en su caso, hacia él », p. 27.

30 Jordi Gracia, La resistencia silenciosa. Fascismo y cultura en España, op. cit., p. 37.

31 Jesús de Polanco, venu de l’édition (Santillana, Alianza, Tauro), devint dès 1975 Consejero delegado du groupe PRISA et apporta son expérience de chef d’entreprise comme sa vision d’une presse indépendante, fondée sur la conviction d’une nécessaire séparation entre les compétences du gestionnaire et celles du directeur de publication et de sa rédaction. Il est avéré que Polanco ne lisait jamais le journal avant sa sortie. Toutefois face aux actionnaires issus de la droite civilisée (Fraga, Areilza, Laín Entralgo, Julián Marías), cette conception fit l’objet de conflits entre 1978 et 1984, Polanco étant considéré à gauche et trop proche du directeur de publication Cebrián et de sa jeune équipe progressiste, jusqu’à l’aboutissement de l’adoption du Statut de la rédaction en 1980 qui scellait l’échec du camp conservateur. La ligne éditoriale du journal évolua vers une position de centre-gauche. Il est certain que El País s’était éloigné des actionnaires fondateurs et participa à l’avènement du psoe en 1982. En 1984 Polanco fut nommé président du groupe prisa. Certains lui attribuaient le nom de Jesús del gran poder. Sous sa houlette PRISA allait devenir un groupe de grande envergure.

32 Jesús de Polanco, « Nos preocupa la pérdida del consenso en la vida política », El País, 10/5/2001,

http://elpais.com/diario/2001/05/10/sociedad/989445619_850215.html, [4/5/2012].

33 Ibid.

34 Ibid.

35 Francisco Umbral, « Aranguren », El País, 12/1/1982,

http://elpais.com/diario/1982/01/12/sociedad/379638010_850215.html, [4/5/2012].

36 Fernando Savater, « Un profesor diferente », in El País, 18-IV-1996, p. 32.

37 José Luis Aranguren, « El País como empresa e ‘intelectual colectivo’ », El País, 7/6/1981,

http://elpais.com/diario/1981/06/07/opinion/360712807_850215.html, [4/5/2012].

38 Ibid.

39 Sur les modèles de communication, on pourra se référer à : Jesús Timoteo Álvarez, Historia y modelos de la comunicación en el siglo xx, Barcelona, Ariel, 1987.

40 « Aranguren relaciona la figura de Ortega con la modernización de España », El País, 17/10/1985,

http:/elpais.com/diario/1985/10/17/cultura/498351603_850215.html, [4/5/2012]

41 « Una radicalidad personal día tras día », in El País, 18/4/1996, p. 34.

Ces propos avaient déjà été cités en 1992 : « Aranguren habla de su autobiografía intelectual », El País, 2/3/1992, http:/elpais.com/diario/1992/cultura/699490802_850215.html, [4/5/2012].

42 Antonio García Santesmases, « En el centenario de José Luis Aranguren », El País, 16/7/2009,

http://elpais.com/diario/2009/07/16/opinion/1247695211_850215.html, [4/5/2012].

43 Citation extraite de l’émission radiophonique : « Les intellectuels dans la campagne », Les retours du dimanche, France-Culture-Le Monde, 29/4/2012.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Chantal Chartier, « Sortir du cadre franquiste : quelques figures intellectuelles de la « rupture négociée » pour El País et la presse de la transition », Cahiers de civilisation espagnole contemporaine [En ligne], 14 | 2015, mis en ligne le 11 octobre 2015, consulté le 16 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/ccec/5709 ; DOI : 10.4000/ccec.5709

Haut de page

Auteur

Chantal Chartier

Maître de conférences, Civilisation espagnole contemporaine, IMAGER EA 3958, Université Paris Est Créteil

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CCEC ; auteurs

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo 3L.AM Langues, Littératures et Linguistique des Universités d'Angers et du Maine
  • OpenEdition Journals