Navigation – Plan du site
Comptes rendus

La política como pasión. El Lehendakari José Antonio Aguirre (1904-1960)

Severiano Rojo Hernandez
Référence(s) :

Lugder Mees, José Luis de la Granja, Santiago de Pablo, José Antonio Rodríguez Ranz, La política como pasión. El Lehendakari José Antonio Aguirre (1904-1960), Madrid, Tecnos, 2014

Texte intégral

1En 2014, les principaux spécialistes du nationalisme basque (Lugder Mees, José Luis de la Granja, Santiago de Pablo, José Antonio Rodríguez Ranz) ont publié chez Tecnos La política como pasión. El Lehendakari José Antonio Aguirre (1904-1960), un ouvrage qui retrace la vie politique du premier chef de gouvernement basque, José Antonio Aguirre. Cette biographie, la plus complète à ce jour et la première qui analyse scientifiquement la trajectoire de ce leader du nationalisme basque, constitue un ouvrage essentiel, non seulement pour les personnes qui s'intéressent à l'intense activité de cet homme politique qui a joué un rôle majeur dans la naissance institutionnelle de l'Euskadi, mais aussi pour tous ceux qui veulent mieux connaître l'histoire du Pays basque et de l'Espagne républicaine au cours de la première moitié du xxe siècle. Tout au long de ses 660 pages, cet ouvrage, en effet, offre au lecteur de nombreux éléments indispensables à la compréhension de phénomènes tels que le combat pour l'instauration de l'autonomie en Euskadi (iie République), l'attitude du Parti nationaliste basque (pnv) pendant la Guerre civile ou l'exil des républicains espagnols. Ce ne sont là, pourtant, que quelques exemples des nombreux apports de cette excellente biographie consacrée à un homme qui faillit devenir le premier nationaliste basque chef d'un gouvernement espagnol.

2Divisée en quatre chapitres, cette étude propose une approche chronologique du parcours de José Antonio Aguirre : 1904-1931 [Restauration, Dictature de Primo de Rivera], naissance au sein d'une famille bourgeoise et nationaliste basque, jeunesse, premières activités politiques et sociales ; 1931-1936 [iie République], affirmation de son leadership au sein du pnv et accroissement de l'engagement politique au service de l'autonomie basque ; 1936-1939 [Guerre civile], nomination au poste de Lehendakari et action menée à la tête du gouvernement basque avant et après la prise de l'Euskadi par les troupes franquistes (juin 1937) ; 1939-1960 [Exil], activités en faveur des exilés basques et engagement tant politique que diplomatique contre la dictature franquiste, disparition en France à l'âge de 56 ans. Parfaitement cohérente, cette organisation chronologique met en lumière de nombreux aspects méconnus de la vie de cet homme qui fut « le politicien basque le plus influent, charismatique et populaire du xxe siècle ». Elle propose notamment une lecture articulée autour de plusieurs idées fondamentales. Parmi elles, l'idée selon laquelle Aguirre a été essentiel à l'évolution idéologique et politique du pnv à partir des années trente. Ainsi, l'ouvrage le décrit comme l'homme de la rupture avec le passé, bien qu'il soit demeuré attaché aux principaux dogmes de l'idéologie de Sabino Arana. José Antonio Aguirre fait partie d'une génération de nationalistes basques – parmi lesquels figurent des hommes comme Irujo ou Leizaola – qui démocratise le pnv, le conduisant à rompre avec l'intégrisme religieux et à adhérer, à la fin des années quarante, à la démocratie chrétienne. Cette étude insiste également sur le rôle primordial d'Aguirre dans l'importante mobilisation des nationalistes basques en faveur de l'autonomie régionale sous la iie République. Bien qu'il ne la considère que comme une étape sur le chemin conduisant vers l'indépendance politique, cet excellent orateur participe en tant que maire de Guecho et député aux Cortes à des dizaines de meetings qui non seulement contribuent aux victoires électorales du pnv, mais accentuent aussi l'appui d'une partie importante de la société basque aux différents statuts d'autonomie présentés au cours de cette période (Estatuto de Estella, Estatuto de las gestoras). Grâce à cet engagement, Aguirre devient dès lors un homme incontournable au sein du pnv. Son prestige et son emprise sur le parti sont tels qu'il est nommé en pleine Guerre civile, le 7 octobre 1936, président du premier gouvernement autonome de l'Euskadi. Six ans après le début de sa carrière politique, il accède ainsi aux plus hautes fonctions et devient le dirigeant grâce auquel le nationalisme basque parvient à matérialiser l'un de ses principaux objectifs politiques. Ce destin, particulièrement remarquable, s'explique aussi par le fait qu'Aguirre, aux côtés d'autres leaders de sa génération, participe à l'orientation de la politique du pnv. Il fait notamment accepter aux instances nationalistes une stratégie des plus sinueuses, qui conduit cette formation à évoluer vers le centre de l'échiquier politique. Ainsi, en l'espace de six ans, le pnv multiplie les alliances ou les contacts avec des forces totalement antagonistes sur le plan idéologique : le carlisme (1931-1932), le Parti Radical (1933-1934) et le socialisme d'Indalecio Prieto (1936), formation que Sabino Arana considérait comme particulièrement néfaste pour les intérêts du peuple basque. En définitive, José Antonio Aguirre et la génération de politiciens dont il fait partie transforment le pnv à leur image, le rendant beaucoup plus pragmatique. Pendant la guerre, ce pragmatisme frôle parfois la basse manœuvre politicienne, synonyme de trahison pour certains. Alors que les nationalistes basques combattent dans le camp républicain et obtiennent l'autonomie de l'Euskadi, certains représentants du pnv maintiennent des contacts avec les militaires rebelles et les forces italiennes en vue d'une reddition, contacts dont Aguirre est au fait et qui conduisent à la capitulation d'une partie de l'armée basque à Santoña en août 1937. L'exil qui s'en suit est l'occasion pour le pnv d'adopter une stratégie marquée par un positionnement beaucoup plus indépendantiste, synonyme de rupture avec la République. En revanche, Aguirre demeure mobilisé. Installé à Paris, il nourrit l'espoir d'un revirement sur le plan militaire. Hélas, le général Franco remporte la guerre (1er avril 1939) et rend définitif l'exil des nationalistes basques et des républicains. Aguirre entre alors dans une nouvelle phase de sa carrière politique, caractérisée par de multiples revirements. Tandis qu'en 1939 il s'aligne sur le pnv et adopte une position indépendantiste, vers la fin de la Seconde Guerre mondiale, il renoue avec le gouvernement républicain dont l'action est particulièrement affaiblie par de multiples dissensions internes. Conscient de la situation, Aguirre pratique une politique à géométrie variable. Ses alliances avec les principaux dirigeants républicains (par exemple, Martínez Barrio, Negrín et Indalecio Prieto) vont constamment être établies en fonction des intérêts de l'Euskadi et de sa population. Ainsi, par ses pratiques et son influence, Aguirre perpétue et cristallise la stratégie dite du « pendule patriotique », stratégie fondatrice qui détermine la politique interne et externe des nationalistes basques depuis le début du xxe siècle.

3Cette biographie ne se limite pas à cette facette de l'activité de José Antonio Aguirre. Elle met également l'accent sur un point essentiel : le caractère exceptionnel de ce leader, la dimension politique hors du commun que revêt le premier lehendakari. Convaincu de la justesse des idéaux nationalistes basques, l'engagement de ce fervent catholique est total, au point de mettre sa vie en péril à plusieurs reprises, notamment pendant la Guerre civile et la Seconde Guerre mondiale. Cet aspect de la personnalité d'Aguirre est l'un des éléments qui explique la raison pour laquelle il devient rapidement un leader capable de mobiliser les foules et d'imposer sa perception de la réalité politique, tant à l'opinion publique qu'aux membres de son parti. A l'instar de personnalités comme Manuel Azaña ou Indalecio Prieto, il s'impose par ses convictions et sa capacité à convaincre et ce, dès l'instauration de la iie République (1931). C'est en effet à partir de ce moment-là, soit quand se produit un basculement majeur dans l'histoire de l'Espagne, qu'il entre dans l'arène politique et que les Basques découvrent le charisme de celui qui devient en peu de temps un politicien des plus appréciés. Sa carrière est alors indissociablement unie à la lutte pour l'autonomie basque et à la défense des prérogatives de l'Eglise, remises en question par la législation républicaine. Malgré les nombreux contretemps et obstacles qui le contraignent constamment à modifier sa stratégie politique, sa foi en l'avenir est récompensée en 1936, lorsque les Cortes républicaines concèdent l'autonomie au Pays basque. En devenant chef du gouvernement autonome, il impose donc définitivement son leadership et sa vision de la politique. Par ailleurs, sa ténacité et son engagement auprès des Basques suscitent l'admiration, d'autant qu'il n'hésite pas à mettre tout en œuvre pour améliorer les conditions de vie de la population et humaniser un tant soit peu la guerre (échange et libération de prisonniers…). Avec la victoire de Franco et l'exil, la dimension politique d'Aguirre évolue considérablement, surtout lorsqu'éclate la Seconde Guerre mondiale. Son épopée dans l'Allemagne nazie le transforme en mythe politique, ce qui accroît son influence au sein de l'exil républicain et facilite la collaboration avec les autorités américaines et anglaises. A la fin des années quarante et au début des années cinquante, son prestige est tel que Martinez Barrio lui propose la présidence du Gouvernement espagnol, offre qu'il rejette en raison de ses convictions nationalistes basques. Bien qu'à la fin des années cinquante son aura décline et que certains nationalistes basques critiquent son action politique, il devient, à sa mort en 1960, une légende. Sa disparition efface ainsi le souvenir de ses erreurs politique dues, entre autres, à l'excès d'optimisme qu'il a souvent manifesté alors que la situation ne s'y prêtait guère. C'est sans doute dans cet optimisme que réside aussi l'une des clés pour comprendre la capacité de cet homme non seulement à affronter autant d'événement dramatiques, mais aussi à demeurer fidèle à ses convictions et à sa vision de la politique et des hommes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Severiano Rojo Hernandez, « La política como pasión. El Lehendakari José Antonio Aguirre (1904-1960) », Cahiers de civilisation espagnole contemporaine [En ligne], 14 | 2015, mis en ligne le 02 août 2015, consulté le 16 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/ccec/5827

Haut de page

Auteur

Severiano Rojo Hernandez

Professeur, Aix-Marseille Université

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CCEC ; auteurs

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo 3L.AM Langues, Littératures et Linguistique des Universités d'Angers et du Maine
  • OpenEdition Journals