Navigation – Plan du site
Études
Miscellanées

L'image de la Guerre civile espagnole dans la bande dessinée entre 1936 et 1975-II

La bande dessinée étrangère et le temps du franquisme
La imagen de la Guerra Civil española en el comic entre 1936 y 1975-II
Michel Matly

Résumés

Ceci est le premier de deux articles qui présentent un bref panorama de la représentation de la guerre civile espagnole dans la bande dessinée entre 1936, soit le début du conflit, et 1975, année de la mort de Franco. Cet article se concentre sur l'édition espagnole de bandes dessinées pendant le conflit tandis le suivant explorera celles des autres pays à la même époque, puis la production tant espagnole qu'extérieure dans les années du franquisme. En Espagne durant le conflit, les deux camps ont utilisé en abondance la bande dessinée avec des intentions et des tonalités très différentes. Le camp franquiste s'en est servi à des fins de propagande principalement pour déprécier l'adversaire, avec un ton plus retenu dans le cas de l'extrême-droite phalangiste, plus combatif et chargé de haine dans le cas de l'Église catholique. Pour sa part le camp gouvernemental a utilisé la bande dessinée dans la presse de tranchées pour divertir et éduquer le combattant, dans la presse politique pour rejeter la responsabilité du conflit sur les puissances extérieures et dans les revues juvéniles pour réduire les angoisses du jeune public face au déroulement de la guerre.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1  On citera pour l'Espagne Tebeosfera qui tient un inventaire pratiquement exhaustif des publication (...)

1Si la bande dessinée espagnole du temps du conflit a été rassemblée par d'autres, il a fallu pour la bande dessinée étrangère et le temps du franquisme entreprendre des recherches rendues évidemment malaisées par le foisonnement des publications. Seule la production fasciste italienne sur le sujet a fait l'objet d'un travail systématique de la part de Mariella Colin tandis que les travaux de Richard Medioni sur la bande dessinée française ont ouvert des pistes sur le traitement du conflit par la presse communiste. Enfin les hémérothèques et certains sites spécialisés1 ont permis l'accès au moins aux titres les plus diffusés.

2Sur la période considérée, l'album était encore denrée rare et le chercheur a été contraint de feuilleter des milliers de revues et de petits formats sans être sûr qu'il y rencontrerait un matériel utile pour ses investigations. Il ne prétendra pas que ses résultats soient exhaustifs et on peut raisonnablement croire que d'autres œuvres anciennes traitant de la Guerre Civile espagnole surgiront du néant, à son émerveillement teinté de l'agacement de ne pas les avoir trouvées plus tôt.

3Si la moisson n'est guère abondante, les résultats ne sont pas moins intéressants dans la mesure où ils témoignent des différences et des évolutions du regard de la bande dessinée sur le conflit. On ne s'étonnera pas de retrouver ici des pays qui de près ou de loin ont été mêlés au conflit, mais aussi des pays de tradition de bande dessinée : en Europe, l'Italie et la France, en Amérique les États-Unis et l'Argentine ont compté et comptent toujours parmi les pays principaux éditeurs de bandes dessinées sur le thème.

4Trois pays apparaissent avoir traité la Guerre Civile en bande dessinée pendant son déroulement, l'Italie, les États-Unis et à un degré moindre la France. Les bandes dessinées étasunienne et française seront particulièrement réactives puisqu'on trouve des allusions au conflit espagnol quelques semaines seulement après son début. Jouant avec des précautions dictées par la politique, la production étasunienne fera quelques allusions à la Guerre Civile dans une perspective pro-républicaine qui va s'installer dans la durée, tandis que la bande dessinée française n'évoquera que parcimonieusement le conflit et s'en détachera rapidement. L'Italie fasciste attendra quant à elle l'imminence de la victoire franquiste pour traiter du thème et en tirer des bénéfices de propagande.

5La bande dessinée espagnole de l'après-guerre parlera de tout autre chose. Ce silence peut étonner : il est quasi total dans l'Espagne franquiste alors que le média se voit concéder une place importante, la production nationale bénéficie au moins pour un temps de l'interdiction des publications étrangères, le genre de guerre y est prolifique et la geste franquiste pourrait y trouver place. Le silence est aussi total du côté de la diaspora : en dépit de l'intégration d'exilés politiques espagnols dans la bande dessinée de leurs pays d'accueil, les opinions pro-républicaines ne trouvent pas le chemin du média.

6Dans ces mêmes années, d'autres pays proposeront une production clairsemée souvent favorable au camp franquiste : c'est le cas de la « planète franco-belge » de la bande dessinée où les rares œuvres adoptent la perspective du nouveau régime espagnol, c'est le cas aussi de l'Argentine des années 60, où domine une édition ultra-catholique. Pour trouver des thèses favorables au camp gouvernemental, il faudra encore traverser l'Atlantique, aller aux États-Unis où la sympathie pour la République espagnole ne semble pas faiblir même pendant la guerre froide, chez la gauche mexicaine ou aux courtes années du Chili d'Allende.

La bande dessinée étrangère pendant le conflit

États Unis : héros volants...

7Face à une opinion largement pro-républicaine (minorité catholique exceptée), le comic américain alors en plein développement traite très tôt du sujet en utilisant, pour composer avec la neutralité affichée du gouvernement Roosevelt vis-à-vis du conflit espagnol, des artifices qu'on retrouvera ensuite au début de la Deuxième Guerre mondiale avant Pearl Harbour.

  • 2  Roy Crane, « Captain Easy, soldier of fortune », NEA Sunday page, 6 septembre 1936.

8La première allusion au conflit espagnol dans le comic américain date de début septembre 1936, soit moins de deux mois après le début de l'insurrection militaire : Captain Easy - aviateur et « soldat de fortune » de Roy Crane doit faire face à deux prétendus aristocrates fuyant la révolution espagnole qui s'avéreront ensuite être des escrocs2. La bande dessinée américaine va ainsi faire des références à la Guerre Civile espagnole tout au long du conflit, dans un contexte qu'il faut sans doute expliciter.

  • 3  À tout moment les éditeurs cherchent à maintenir de bonnes relations avec le gouvernement et les e (...)
  • 4 L'institut de sondage Gallup a ainsi réalisé 5 consultations sur la Guerre Civile espagnole entre j (...)
  • 5  En dépit des sympathies personnelles du couple Roosevelt pour la République espagnole, les États-U (...)

9Le premier facteur est l'extraordinaire développement du comic : celui-ci entre alors dans son « âge d'or », qui durera jusqu'en octobre 1954 avec l'instauration du code de bonne conduite de la Comics Code Authority. C'est aussi pour le comic au moins jusqu'en 1941 (l'entrée du pays dans la guerre mondiale, puis la guerre froide, mobilisant ensuite les esprits) une époque de liberté de publication où tous les thèmes politiques ou géopolitiques paraissent pouvoir être abordés moyennant un peu d'adresse pour ne pas se mettre à dos les autorités3. Le deuxième facteur est l'intérêt pour le conflit espagnol et le fort sentiment pro-républicain de la population4, hormis et en partie seulement sa minorité catholique. Le troisième enfin est la position de neutralité adoptée par le gouvernement américain ainsi que l'intérêt d'un certain nombre de groupes industriels en faveur du camp franquiste5.

  • 6  Conflit débuté en 1937 qui se fondra dans la Deuxième Guerre mondiale pour se terminer en 1945. En (...)
  • 7  On notera que pour les mercenaires américains de bande dessinée comme pour une part importante de (...)

10Éditeurs et auteurs vont aborder la Guerre Civile espagnole, par intérêt pour le conflit mais aussi sans doute parce qu'il offre un nouveau théâtre d'opération pour ses héros et surtout pour l'un des plus populaires : l'aviateur américain, soldat de fortune disposé à vendre ses services sous toutes les latitudes. Ils vont le faire avec des techniques de camouflage qu'on trouvera aussi dans le traitement parallèle du conflit sino-japonais6 et serviront, avec de moins en moins de voiles au fil des mois, pour l'entrée en guerre de ses héros dans les deux premières années de la Deuxième Guerre mondiale alors que l'intervention des États-Unis était encore exclue. La première de ces techniques est l'action individuelle, le mercenariat7, ce qui permet de séparer clairement l'engagement du héros de celui de son pays et l'autorise en conséquence à intervenir dans un contexte officiel de non intervention. La seconde est la délocalisation, la situation implicite ou explicite de l'action dans un autre pays que l'Espagne ou dans un pays imaginaire.

  • 8  Contrairement aux Brigadistes qui sont volontaires, les pilotes américains sont des mercenaires gr (...)

11Les quelques bandes dessinées relatives au conflit vont pour la plupart et à des degrés divers utiliser ces techniques. Ainsi en tant que mercenaire, Captain Easy pourra faire part de son intention de partir combattre en Espagne : « I hear they're paying $1500 a month for a flyer » : j'ai entendu qu'ils payent 1500 dollars par mois pour un pilote (illustration 1). Il dira aussi ailleurs « they’re paying pilots good money - but not as much as the other guys » (ils payent bien les pilotes - mais pas autant que les autres). Le personnage cite explicitement l'Espagne mais se couvre ici triplement : il est mercenaire et en conséquence ne compromet pas son gouvernement ; il part pour l'argent, ce qui lui évite d'entrer dans des considérations politiques ; enfin il ne cite aucun des deux camps qui s'affrontent dans le conflit. Pourtant il s'agit de toute évidence des tarifs pratiqués par le camp républicain8 et il doit bien avoir d'autres motivations que mercenaire pour partir combattre chez ceux qui payent le moins…

Illustration  : « De l'espace, de l'action, de l'excitation ! - Mais où ? - Oh je ne sais pas, en Espagne.... », Roy Crane, « Captain Easy. Soldier of fortune », NEA Sunday page, 14 mars 1937.

  • 9 Will Carr et Fred Guardiner, « Bombs of destiny », in Funny Picture Stories v.2 nº 2, Comic Magazi (...)

12Publiée en 1937 dans Funnies Pictures Stories, encore une histoire d'aviateur, « Bombs of destiny »9 de Will Carr et Fred Guardiner, nous entraîne dans un conflit qui pourrait difficilement être autre que la Guerre Civile espagnole. Ici nos héros Burton et Gomez luttent avec les loyalistes contre des rebelles proches des nazis (la révolution « nazilienne »). Certes l'histoire est muette sur la localisation du conflit, le cadre se situe dans un pays hispanophone mais les officiers locaux ont la silhouette pansue que les caricaturistes attribuent aux latino-américains. Il faut y voir un prudent exemple de « Spexico », cette confusion chère à Hollywood de l'Espagne et de ses anciennes colonies, ici bien pratique pour masquer sans trop le faire le lieu de l'intervention des pilotes américains.

13L'année suivante, en 1938, Superman, de Jérome Siegel et Joe Shuster, fait sa première apparition avec une aventure qui va inaugurer les deux premiers du magazine Action Comic (voir illustration 2). L'histoire est située dans une petite république sud-américaine imaginaire, le San Monte, mais les indices distribués, tant d’ordre géopolitique (la guerre peut provoquer un conflit mondial) que militaires (guerre de tranchées, combats aériens) et relatifs aux excès (exécutions sommaires de civils et tortures de combattants) laissent à penser que les auteurs, s’ils ne s’y réfèrent pas explicitement, ont à l’esprit la Guerre Civile espagnole.

Illustration  : « Les hommes sont bon marché, les munitions sont chères » (...)

« Je vais mourir – Vous voyez, quand votre propre vie est en jeu, la perspective change », Jerry Siegel et Joe Shuster, « Superman », Action Comic nº2, p. 6, Detective Comics (DC), 1938.

  • 10  Pour l'anecdote, Superman tout juste arrivé en France sera d'abord nommé Yordi dans le magazine L' (...)

14Dans cette histoire, le super-héros emmène un vendeur d'armes dans l'objectif sans doute quelque peu naïf de lui faire prendre conscience que les profits qu'il tire de son commerce ne sont rien à côté des horreurs de la guerre. C'est prendre peu de risques de considérer que, si elle ne prend pas formellement parti pour un camp en particulier, cette bande dessinée s'inscrit contre les pratiques à l'époque d'un certain nombre d'industriels américains, tels Dupont de Nemours, Ford ou General Motors, à se jouer de la non-intervention vis à vis de la Guerre Civile espagnole et à envoyer des armes et du matériel de guerre au camp franquiste10.

  • 11  Maira Mayola Benítez Carrillo, Gabriel Vargas, cronista gráfico, Pachuca de Soto, Universidad Auto (...)

15Enfin et si la bande dessinée latino-américaine est encore absente du thème, on signalera que le dessinateur Gabriel Vargas a tenu pendant le conflit espagnol une chronique quotidienne dans le journal mexicain Novedades sous forme d’une actualité dessinée légendée par des textes tirés de dépêches d’actualité, intitulée Episodios de guerra en España11.

Italie … et leurs drôles de fascistes

  • 12  « Fumetto » (petit nuage), nom italien de la bande dessinée.
  • 13  Outre ses principaux financiers (Juan March, carlistes de Navarre et Portugal), le soulèvement mil (...)
  • 14  Mariella Colin, Les enfants de Mussolini – Littérature, livres, lectures d'enfance et de jeunesse (...)

16Avant la fin du conflit, la production italienne de fumetti12sera quant à elle désireuse de tirer parti de la victoire franquiste en faveur du régime fasciste. Il fallait des héros italiens, la guerre espagnole offrait un terrain propice à l'héroïsme et le régime fasciste y trouvait le moyen de rentabiliser au niveau de sa jeunesse les efforts importants consentis au profit des franquistes13. L'Italien dans la guerre d'Espagne fera donc l'objet d'une littérature juvénile fasciste ou catholique, où les partisans de la République sont la plupart du temps montrés comme des diables de l'enfer, des brutes sanguinaires, commettant les pires atrocités14.

17Sans être négligeable, la production italienne de bande dessinée sur le conflit espagnol sera toutefois plus limitée que son équivalent romancé. Il faut y voir probablement le poids des importations de comics américains, qui dominent le marché italien au moins jusqu'en juillet 1938, date à laquelle elles seront interdites. On ne trouvera donc que quelques œuvres relatives au conflit espagnol, publiées essentiellement dans quatre revues.

18La première de ces revues est Corriere dei piccoli, le supplément illustré du Corriere della Sera de Milan, un ancêtre des fumetti en Italie (son premier numéro date de 1907) qui après s'être d'abord maintenu éloigné du fascisme s'en est rapproché à partir de 1931. Corriere dei piccoli abordera le conflit en décembre 1937 avec « El eroe de Villahermosa» (le cerf-volant des Baléares) probablement scénarisé par Giubra (Guiseppe Brancolini) et dessiné par Vittorio Rossi (illustration 3), puis en mars 1939 avec « El Nibbio dei Baleari » (le cerf-volant des Baléares) de ces mêmes auteurs.

19Ensuite viennent deux publications de la Casa Nerbini, maison d'édition de Florence elle aussi ancienne (elle date de 1897) qui a évolué du socialisme au nationalisme puis au fascisme : L'Aventuroso destiné aux adolescents et Pisellino (pois de senteur, du nom d'un autre héros de bande dessinée juvénile « Swee' pea » inventé par le créateur de Popeye) destiné aux plus jeunes. On compte ainsi deux histoires dans L'Aventuroso, en 1938 « Agli ordini de Franco. Episodio della guerra antibolchevica in Spagna » (aux ordres de Franco. Épisode de la guerre anti-bolchevique en Espagne), de Mario Tempesti et Giuseppe Ponticelli, puis en 1939 d'une planche isolée intitulée « Di un'altra razza » (d'une autre race), encore une fois de Giuseppe Ponticelli. Pisellino publie quant à lui une seule histoire en six épisodes à partir d'avril 1939, donc à la fin du conflit espagnol, « Bruscolino alla guerra ». (Bruscolino - petit brin de paille - à la guerre).

Illustration  : Diego face à la violence rouge, Giubra (?) et Vittorio Rossi, (1938), « L'eroe de Villahermosa », Corriere dei Piccolo, p. 19, 1-4, 2 janvier 1938.

20Si la dernière histoire est destinée à un jeune public et donne de l'ennemi une image plus grotesque qu'effrayante, chacune de ces bandes dessinées fonctionne sur un modèle équivalent. Il ne s'agit pas tant d'une guerre espagnole qu'une lutte idéologique mondiale contre le communisme. Les adversaires sont communistes, des pantins manipulés par Moscou (ceux de Bruscolino en portent les insignes, et le dessinateur de El ero de Villahermosa va jusqu’à leur inventer des tuniques rouges). Ils dévastent les villes, brûlent les églises, torturent et assassinent, leurs alliés brigadistes sont les déchets de la société, tous sont vraiment d'une autre race que l'humaine (di un'altra raza...). Par ailleurs il s'agira de flatter l'orgueil national et d'encenser le régime fasciste : les insurgés militaires espagnols, relativement absents, laissent courtoisement le privilège de l'héroïsme aux italiens.

21Le dernier magazine est Il Vittorioso, revue de la maison d'édition AVE de Rome, créée en 1937 par l'Action catholique. Elle y publiera en 1938 une bande dessinée de Kurt Caesar, « Il legionario » (le légionnaire » à la fois de bonne qualité et tout à fait modérée dans son propos, à l'opposé du ton vindicatif de certains romans juvéniles édités alors par la presse catholique sur le thème de la Guerre Civile espagnole. L'auteur lui-même est un personnage de légende, un de ces aventuriers dont la bande dessinée est friande. Né allemand en 1906 (près de Metz, dans la France occupée) il va vivre en Italie, se marier au Pérou, suivre Rommel et son Afrika Korps (il en tirera un recueil de dessin préfacé par Rommel lui-même), être emprisonné par les anglais. Certains de ses biographes le considèrent même comme un cryptocommuniste ayant aidé la résistance italienne.

Illustration  :« Je n'ai presque plus de combustible ! », Kurt Caesar, « Romano il legionario », Il Vittorioso, 23 avril 1938.

22Si l'on voulait illustrer le rapport de la bande dessinée française à la Guerre Civile espagnole pendant le conflit, c'est sans doute dans la traduction de cette dernière œuvre qu'il faudrait la trouver : les aventures de Romano seront ainsi publiées en France par le magazine L'As en 1938 sous le titre « L'aigle du ciel ». Mais elles sont délocalisées dans une Argentine agressée par un pays imaginaire, le Tolima. C'est un premier signe de la réticence de la bande dessinée française à aborder la Guerre Civile espagnole.

France : la guerre vue de loin

23En France, la presse communiste et catholique feront quelques mentions en bande dessinée à la Guerre Civile espagnole. La presse communiste va être la plus réactive : dans magazine Camarades, ancêtre de Vaillant et de Pif le chien, où fin septembre 1936 apparaît un premier court satirique de Deupé, qui recycle ses héros Bola et Filo en généraux fascistes, victimes des farces du milicien Tatave (illustration 5). Il y en aura quelques autres, sur le même ton farceur.

Illustration  : « Bola et Filo, officiers fascistes espagnols », Deupé, Camarades, 30 septembre 1936.

24En décembre de la même année, une série plus longue aborde le conflit : « Toto et Toutoune en Espagne ». Le scénariste Mendjisky envoie ses héros juvéniles d'Allemagne, où ils exploraient le développement du nazisme, en Espagne, où ils vont se voir impliqués dans le conflit au côté des républicains baléares et catalans (illustration 6). L'effort de documentation et l'intérêt du scénario sont néanmoins minimes et la série va s'arrêter rapidement.

Illustration  : «Toto et Toutoune en Espagne », Mendjizky, Camarades, 4 mars 1937.

25Au comique enfantin de l'approche de la bande dessinée communiste s'oppose le tragique plus adulte de celle catholique, avec une histoire de Vaillant, « La mort du cargo ». Dans cette histoire sous forme d'aleluya, entre bande dessinée et conte illustré, les frères Lopez, symboles de la Guerre Civile inhumaine et fratricide, s'affrontent sur mer (illustration 6). L'un deux mourra, torpillé par l'autre. On notera ici la modération du ton et l'absence de prise de parti pour un camp ou un autre, très loin donc de la presse catholique espagnole ou italienne.

Illustration  : Jean Vaillant, « La mort du cargo », Cœur Vaillant nº22, 1938.

26Pour un pays qui se targue d'être l'un des plus étroitement associés aux événements espagnols, la moisson est bien maigre et témoigne de la minceur de l'intérêt de la bande dessinée française pour le conflit en cours. Ceci peut tenir aussi à la difficulté d'aborder les thèmes adultes comme la politique et la guerre, face à un certain consensus – épisodiquement renforcé par le bâton de la censure – sur le fait que la bande dessinée est principalement destinée à la diversion et que la description des événements sérieux et les thèses politiques n'ont qu'à se chercher d'autres canaux pour s'exprimer. Ceci marque ici la distance de la bande dessinée française avec le comic américain qui s'engage à la même époque, même si c'est parfois sur la pointe des pieds, dans de multiples causes politiques et militaires.

Le temps du franquisme

27Les quelques trente-cinq ans qui séparent la fin du conflit et celle du régime franquiste sont des années de relatif silence de la bande dessinée sur la guerre espagnole, tant en Espagne qu'à l'étranger. Dans l'Espagne franquiste, on dénombre une quinzaine d’œuvres et encore moins à l'étranger, des chiffres qui contrastent avec les centaines de bandes dessinées qui verront le jour dès après la mort de Franco.

28Ceci ne peut qu'étonner : le régime franquiste ne cesse de publier tout au long de son existence une abondante littérature sur un conflit dont il tire une grande partie de sa légitimité. Le genre guerrier est alors et reste encore aujourd'hui en Espagne un des genres les plus populaires de la bande dessinée, et même s'il a perdu de son actualité et a été éclipsé par d'autres guerres, le conflit espagnol porte suffisamment de péripéties, de drames pour constituer le cadre d’œuvres dessinées.

29Sous le régime franquiste, on ne peut évidemment envisager une œuvre pro-républicaine mais rien ne s'oppose a priori à ce qu'il s'en publie avec un propos conforme aux préceptes officiels. Mais hors d'Espagne, aucune censure particulière ne peut prohiber la relation de la Guerre Civile espagnole, tout au plus selon les éditeurs et les auteurs en incliner la présentation en faveur de l'un ou l'autre camp. Une bonne part de scénaristes et dessinateurs républicains poursuivent leur carrière en exil et pourraient faire valoir leur point de vue rétrospectif sur le conflit, ce qui n'est nullement le cas.

30Ce silence n'est pas total et on notera quelques jaillissements : celui sans lendemain à la fin des années 40 de la bande dessinée de la Phalange, désireuse de réaffirmer sa légitimité face au pouvoir et à capter de jeunes adeptes, celui presque vingt ans plus tard de la bande dessinée argentine, qui va traiter sans complexe du conflit sur un registre franquiste mais avec un ton très particulier. On notera aussi l'évocation sporadique du conflit aux États-Unis où la sympathie pro-républicaine résiste à la géopolitique.

Le silence espagnol

  • 15  Les conséquences de la guerre pesèrent dans la physionomie de la bande dessinée européenne : Jesús (...)

31Avec la fin de la Guerre Civile vient un temps de représailles qui frappe aussi les créateurs espagnols de bande dessinée de la presse républicaine : certains sont fusillés ou disparaissent sans laisser de traces, d'autres sont emprisonnés dans les camps de concentration français puis parfois dans les camps nazis. D'autres restés en Espagne se voient interdire d'exercer la profession, certains sont autorisés à envoyer leurs travaux depuis la prison et les plus chanceux ou les moins compromis passent entre les mailles de la répression15. Ceux du camp franquiste

32La bande dessinée a dès le début du conflit rencontré l'agrément du régime franquiste. Ce sera encore le cas sous le régime qui en favorise le développement tout en la corsetant avec une censure extrêmement pointilleuse. Les années d'autarcie donnent une impulsion à la création nationale et dans une certaine mesure favorise la réinsertion d'auteurs de qualité même si leur passé est jugé douteux.

  • 16  On trouvera une description approfondie de cette époque dans Antonio Martín Martinez, « La histori (...)
  • 17  Parmi les plus connues, les éditions Bruguera, Germán Plaza, Rialto.
  • 18  Le genre belliqueux, souvent traité avec une violence inhabituelle, sera l'objet de séries extrême (...)

33Le secteur de l'édition espagnole de tebeos16 se compose en fait de trois secteurs distincts, celui purement commercial, celui lié à la Phalange et l'édition catholique. Le secteur commercial17 va très vite affirmer son dynamisme et sa prépondérance. S'il fait la part belle au genre belliqueux18, il n'a nul intérêt à aborder la Guerre Civile espagnole, un thème qu'une bonne part des espagnols apprennent à éviter. On peut évoquer évidemment les risques de censure, qui serait survoltée face à l'évocation du conflit passé, mais la raison tient aussi qu fait que traiter de la guerre, et forcément la traiter selon la doctrine du pouvoir, n'est guère vendeur.

  • 19  Principalement et à partir de 1945, l'édition de l'Action Catholique, avec des titres comme ¡Zás!, (...)

34Tout en véhiculant ses propres valeurs, l'édition catholique19 joue avec succès le jeu de la concurrence et crée dans les années 1940 et 1950 des titres qui vont s'installer durablement dans le paysage de la bande dessinée espagnole. Elle non plus n'aborde pas la Guerre Civile, un thème qui risque de lui aliéner une part de son lectorat. Dans les deux cas on peut dire que le marché fait le ménage.

  • 20  On pensera au groupe de presse Maravillas, proche de la Phalange et dirigé par Justo Pérez de Urbe (...)

35Les publications liées à la Phalange20 auront du mal à survivre à cette double concurrence : celle d'un secteur commercial plus dynamique et plus proche du lectorat juvénile et celle des publications d'une Église peu encline à céder aux instances du régime une part de son monopole d'endoctrinement de la jeunesse.

36Flechas y Pelayos deviendra un supplément du journal Juventud de la Phalange, s'appellera Clarín à partir de 1949 et ne durera plus que trois ans. Clarín sera l'unique publication à faire revivre passagèrement l'épopée franquiste de la Guerre Civile en bande dessinée. Elle ne le fait d'ailleurs pas à n'importe quelle époque : 1948 marque le « réarmement idéologique » des secteurs les plus ultras de la Phalange et leur éloignement d'un régime franquiste jugé trop bureaucratique et bourgeois.

  • 21  Jesús Fragoso et Manuel Huete, « Hermanos Fernández », Clarín nº 2, Éditions Maravillas, 1949 ; Fr (...)

37On dénombrera ainsi un peu moins d'une vingtaine d'œuvres courtes, la plupart du temps de deux-trois pages, voire d'une seule pour l'une d'entre elles, en relation avec la Guerre Civile21. Elles sont publiées en rythme décroissant : douze en 1949, quatre en 1950 et une seule en 1951, les engagements politiques devant céder la place à des impératifs plus commerciaux, la revue faisant naufrage et s'arrêtant peu après.

38Sous des titres comme « Loyauté héroïque », « Le meilleur des meilleurs » ou « Fidèles au Caudillo », on trouve dans ces bandes dessinées, comme il y est en droit d'attendre, un large lot de propagande en faveur de la Phalange, de dépréciation de l'adversaire et – en moindre nombre et sans référence à l'actualité – de louanges du chef suprême. Il n'y manque pas l'épisode glorieux du siège de l'Alcazar, un des événements déjà traités pendant la guerre dans « Historia del movimiento nacional » et qui sera un des plus repris ensuite dans la bande dessinée, selon le cas pour le glorifier ou en démonter la propagande.

39Certaines de ces œuvres cependant sont dignes d'intérêt parce qu'elles touchent des thèmes sensibles et le font d'une façon imprévue. L'une d'elle ainsi, « Hidalguía española », s'efforce de répondre à ceux des jeunes qui s'interrogent sur l'ampleur et la dureté de la répression, qui tranche évidemment avec le discours de grandeur d'âme que s'attribue le régime. La réponse y est certes embarrassée (on interprétera que cette grandeur d'âme vaut pour l'espagnol, une condition qu'a malheureusement perdu l'adversaire).

Illustration  : « Adieu fils, adieu Espagne », Manuel Huete, « Ayer y hoy », Clarín nº20, p. 6, 1-3, 1950.

22
  • 23  « Antes no era así », Tele chico nº 21, p. 8-9, 1964

40Dans les années 1960, quelques bandes dessinées vont revenir sur le conflit. On citera ainsi en 1964, l'année des « 25 ans de paix » du régime, une œuvre dans Telechico, « Antes no era así » (avant ce n'était pas comme cela) qui rappelle l'état de terreur qu'a fait régner la gauche espagnole (assassinats, attentats, destructions et incendies criminels) à l'époque du conflit et souligne la chance qu'a eu le pays d'avoir Franco pour lui épargner des années encore pire de guerre et de communisme23.

  • 24  Antonio Aguilera, Muerte al amanecer, Barcelone, Vice Postulación PP Reparadores,1966
  • 25  Juan María García Mendez, tiré de la prison Modelo de Valence et exécuté en août 1936 à Silla, prè (...)
  • 26  Pedro Quesada et al., Soldado invicto, Madrid, Ed.Rollan, 1969.

41Quelques années plus tard, deux autres œuvres, nées d'initiatives isolées et éditées l'une à Barcelone, l'autre à Madrid, traiteront aussi de la guerre : il s'agit d'une part en 1966 de Muerto al amanecer24 (mort à l'aube), la biographie d'un prêtre martyr de la Guerre Civile, le père Juan María García Mendez25, un petit format de la presse catholique et d'autre part de Soldado Invicto26 (soldat invaincu), un album retraçant la vie de Franco sorti en 1969 par les Éditions Rolland.

  • 27  Le fait du bombardement de Guernica sera reconnu par les autorités franquistes en 1969 mais son in (...)

42L'époque de parution de ces deux œuvres est aussi intéressante : 1966 est l'année où la vigilance du régime franquiste sur la presse se relâche un tant soit peu et où les revues ne sont plus soumise à censure préalable. Les années 1960 sont aussi le moment où les autorités franquistes réécrivent leur historiographie de la guerre à travers la création d'un département spécialisé au sein du ministère de l'information et l'implication d'auteurs comme Ricardo de la Cierva ou Jesús et Ramón Salas Larrazabál, références toujours actuelles de la droite espagnole sur le sujet. Si l'objectif est avant tout de contrer les écrits historiques publiés à l'étranger qui pénètrent clandestinement en Espagne, le résultat est finalement de rapprocher un tant soit peu la geste franquiste de la réalité historique27 et d'entamer le débat dans des termes plus mesurés avec les antifranquistes.

43La biographie de Franco, Soldado Invicto, œuvre anonyme, est en fait un travail collectif à l’initiative de l’Art Studium de Valence. Il ne s'agit nullement d'une commande du pouvoir politique mais plutôt du pari commercial de s’emparer d’un thème d’intérêt, pratiquement jamais repris sous forme dessinée et donc susceptible d’attirer un grand public. Régime oblige, Soldado Invicto fait largement preuve de conformisme, avec une relecture de l’histoire conforme aux thèses officielles (illustration 9).

44Signe des temps, il porte aussi quelques nuances significatives. La République n'y est pas attaquée, il y a au contraire nécessité de la défendre contre un supposé coup d’État communiste et si Franco est le dernier général à s’associer au soulèvement, c’est qu’il aurait voulu éviter une Guerre Civile... On y trouvera aussi la représentation insistante de la souffrance des populations civiles ou cet hommage à la ténacité des défenseurs de Madrid, loin des imprécations d'antan.

Illustration  : « Ce drapeau flottera toujours sur notre Espagne. - Ses couleurs symboliseront toujours notre union », Pedro Quesada et al., Franco soldado invicto, 1, 1969, p. 53.

45Muerto al amanecer, du révérend père Antonio Aguilera, relate la vie et mort de García Mendez : ce prêtre sera arraché de la cellule de sa prison et « envoyé à la liberté » (fusillé, au même titre que d'autres « gens de bien») par des miliciens pendant la vague de violence qui suivra la nouvelle du soulèvement. Mais c'est aussi une œuvre militante : l'arrivée de la République est considérée comme un triste jour dans la vie de l'histoire de l'Espagne et le prêtre accueille en souriant l'espérance portée par l'insurrection militaire.

46Déjà confronté au mal durant ses années de sacerdoce, le prêtre doit affronter « la hez de la sociedad » (la lie de la société) qui va dominer alors la moitié de l'Espagne, « la turba », « el populacho » (la populace), autant de mots qui s'opposent à celui de « pueblo » sacralisé par la République et la gauche. Dans son église (illustration 10), sous la faucille et le marteau surplombant la croix, un homme ivre boit le vin au calice, un autre s'amuse à reclouer le Christ sur sa croix, un couple s'enlace, des femmes vocifèrent, celle au premier plan brandit une statuette avant de la détruire, probablement celle d'un Jésus de nativité. Irrespect, ivrognerie, amour libre, voire déni de la maternité…

Illustration  : Bacchanale anticléricale, Antonio Aguilera, Muerte al amanecer, 1, 1967, p. 11.

47Ces œuvres ne représentent évidemment que quelques gouttes d'eau dans la production espagnole de bande dessinée et il serait sans doute présomptueux d'en tirer des conclusions générales. Mais on pourra juger qu'il y a là divergence de deux visions de la Guerre Civile, D'un côté il a été tenu compte de l'évolution du public espagnol et des maigres latitudes que concède un régime franquiste. De l'autre côté on constate une vision figée dans le temps d'une Église espagnole qui se déclare unilatéralement et uniquement victime.

L'autre silence

48À la fin de la guerre mondiale, la bande dessinée franco-belge a de solides arguments pour aborder la Guerre Civile espagnole et le faire dans une perspective républicaine : une bonne partie de la presse juvénile aux mains de la gauche, la présence de créateurs espagnols rescapés de la guerre et une opinion publique en général défavorable au franquisme. Rien de cela ne la fera traiter du sujet ou presque. Franco fera certes parfois la Une des revues satiriques des années 60 et 70 tel Charlie hebdo, lors des procès d'opposants en Espagne et à l'approche de sa mort, mais c'est le Franco contemporain, pas celui de la Guerre Civile, qui nous y est montré.

  • 28  Octave Joly et Michel Tacq, « Alcazar », Spirou nº 713, Bruxelles, 1951.

49En Belgique, on ne citera ainsi qu'une seule histoire courte, Alcazar d’Octave Joly et Michel Tacq publiée en 1951 par le magazine belge Spirou dans la série « Histoires de l’Oncle Paul »28, qui reprend un des événements préférés de la geste franquiste, le siège de l’Alcazar de Tolède, dans des termes parfaitement admissibles par l'Espagne de Franco (illustration 11). On y trouvera comme élément central le chantage fait au colonel Moscardo, commandant de la place (les républicains menacent de tuer son fils), dont on sait maintenant qu'il a été créé de toutes pièces par la mythologie franquiste.

Illustration  : Le siège de l'Alcazar, Octave Joly et Michel Tacq, (1951), « Alcazar », Spirou nº713, Bruxelles, 1951

50On citera aussi une unique référence française avec en 1962 l'album Dolorès de Villafranca, de Marijac et Noël Gloesner. La bande dessinée sera plus tard traduite et publiée en Espagne sous le titre Dolores - El comic de la guerra civil española en 1979, en prélude de deux autres albums ceux-ci originaux sur la Guerre Civile, puis colorisée et republiée en France en 2012. C'est une œuvre plutôt de perspective franquiste (Dolorès combattra dans les rangs de l'insurrection militaire et sera même décorée) mais ne vise à transmettre aucun message politique : pour faire court, il s'agit d'une bluette romantique où ne manque aucun des lieux communs espagnols (le marquis, le gitan, le torero).

  • 29  Hugo Pratt, Les Scorpions du désert, Paris, Casterman, 1977.

51La bande dessinée italienne, qu'on retrouvera fortement présente sur le thème après la mort de Franco, reste aussi silencieuse. On notera cependant, et la référence est d'importance pour les adeptes du média, la mort de Corto Maltese en Espagne pendant la Guerre Civile, annoncée par l'Éthiopien Cush dans Les Scorpions du désert29. Une seule case qui sera suffisante pour qu'à défaut d'un récit par l'auteur lui-même, d'autres créateurs italiens et espagnols imaginent dans les décennies à suivre le héros d'Hugo Pratt dans l'Espagne en guerre.

La sympathie de l'Amérique anglo-saxonne pour les perdants

52Deux ans et demi s'écoulent entre la fin du conflit espagnol et le début de la Seconde Guerre mondiale pour les États Unis, soit entre avril 1939 et décembre 1941. Même si elle accorde une attention de plus en plus pressante au théâtre de guerre européen, et peut-être parce qu'elle milite pour une intervention que ni le gouvernement ni l'opinion ne considèrent pour le moment, la bande dessinée étatsunienne continue de faire quelques références au conflit espagnol. Il n'est plus question maintenant de dissimuler la Guerre Civile espagnole sous des artifices, le conflit n'est plus d'actualité, les allusions sont donc limitées mais la sympathie pour la république persiste.

  • 30  Allen Bert Christman, « Three Aces », in Action Comic nº 18, Detective Comics (DC), novembre 1939.
  • 31  Allen Christman, lui-même pilote de chasse, s'engagera en 1941 dans les Tigres volants et mourra p (...)

53Ainsi dans Action Comics, « The Three Aces »30 (les trois as, encore des aviateurs) de Allen Bert Christman (Christopher) font ainsi leur apparition en décembre 1939, huit mois après la fin de la Guerre Civile espagnole. Ils sont censés y avoir combattu, très certainement du côté républicain31 sans que cela soit mentionné explicitement. Le conflit est terminé et le temps n'est plus aux illusions : la guerre est traitée de « futilité » et de « tragédie ».

  • 32  Mike Suchorsky, « Captain Terror battles the fiends of the seas », États-Unis Comics nº 2, États-U (...)

54On trouvera un autre superhéros - cette fois-ci né au sein de ce qui deviendra la planète Marvel, dans la personne de « Captain Terror »32 de Mike Suchorsky. Il s'agit du millionnaire Dan Kane, qui dans sa première apparition raconte sa participation à la Guerre Civile espagnole. Celle-ci, qui a dû mal tourner puisqu'il a été obligé de faire croire à sa propre mort, n'est citée que dans sa première histoire en novembre 1941 et dans une seule case pleine page. On pourrait là encore trouver la référence mince : elle est pourtant intéressante à un double titre. L'intervention d'un millionnaire américain aux côtés de la république tend à montrer qu'elle est dans l'esprit des auteurs parfaitement assimilable à la démocratie.

55La mention a aussi un autre intérêt dans la mesure ou elle fait partie des nombreux points de départ du grand recyclage de personnages par les deux grands éditeurs américains de bandes dessinées DC et Marvel qui fera qu'après 1980 certains des super-héros du « golden age », dont le petit groupe d'amis de Captain Terror, participeront à la Guerre Civile espagnole. Un autre exemple est « Blackhawk » super chef d'escadrille qui lutte avec passion contre le communisme pendant le maccarthysme, dont on découvrira en 1987 qu'il a combattu au côté des républicains espagnols.

  • 33  La recherche de références sur la guerre espagnole pendant la Deuxième Guerre mondiale permet de j (...)

56L'entrée en guerre va mobiliser l'essentiel de l'attention du comic, qui va largement participer à l'effort de propagande33. Jusqu'à la fin du conflit, le régime franquiste est encore considéré par comme ennemi – lorsque les allemands de bande dessinée cherchent à prendre Gibraltar, ils peuvent compter sur leurs bases secrètes en Espagne – et le communiste l'allié. On y retrouvera encore quelques allusions à la Guerre Civile espagnole.

  • 34  «Captain Battle Jr », in Captain Battle Jr nº 1, Comic House, fin 1943.

57Au hasard des batailles, en 1943, dans le premier numéro de la revue qui porte son nom, « Captain Battle Jr »34 rencontre à Berlin la résistance antinazie sous la personne de Hans, probablement communiste (« mes camarades et moi... »). Hans fait référence aux Brigades internationales, en rendant hommage aux américains qui y ont combattu : « J'ai rencontré des américains quand je combattais les nazis en Espagne … aussi je sais que vous êtes rapides à la détente ». Un peu d'auto-congratulation ne peut pas faire de mal.

  • 35  « Yank Levy - "Guerrilla" », in Jewish War Heroes nº 1, Canadian Jewish Congress, février 1944.

58Dans un tout autre registre, au sein de biographies en bandes dessinées des héros juifs de la Deuxième Guerre mondiale, en 1944, la publication canadienne Jewish War Heroes35 célèbre Yank Levy, surnommé « Guerilla ». L'homme aura combattu dans les deux conflits mondiaux, mais aussi contre l'armée américaine au Nicaragua avec Augusto Sandino dans les années 1920 puis en Espagne contre Franco, en tant qu'officier des Brigades Internationales. Levy est le prototype même de l'aventurier engagé du XXe siècle qui sera une des figures récurrentes de la bande dessinée européenne moderne, avec des héros qui presque tous se devront d'être passés par la Guerre Civile espagnole.

  • 36  Leverett Gleason, patron de la maison d'édition Comic House Publication, a été poursuivi après la (...)
  • 37  Robert Pious, « Jonathan Kent, espionage ace », Spy Hunter nº 8, Best Syndicate Features, septembr (...)

59Après-guerre, les cartes sont rebattues, le maccarthysme assimile les sympathies républicaines à l'infiltration communiste et même le milieu du comic ne sera pas épargné36. Dans cette période compliquée pour la gauche américaine, on trouvera pourtant une bande dessinée qui traite de la Guerre Civile espagnole et le fait totalement à contre-courant : le magazine Spy Hunter livre ainsi une histoire qui sans s'y dérouler fait référence au conflit37. Le cadre y est à peine masqué – le pays est Hispania, le dictateur s'appelle Branco – et la trame est contemporaine de la publication (1950) : les Espagnols manipulent un savant atomiste qui travaille sur le programme nucléaire américain en le faisant faussement accuser de collusion avec les communistes : il s'agit en effet de le convaincre de venir travailler dans une usine africaine et doter l'Espagne de la bombe H. Le héros américain, Jonathan Kent, déjoue les plans de l'espionne franquiste, Marta Pérez, et les installations africaines sont bombardées.

60Parce qu'il connaît son drame personnel – les parents de l'Espagnole sont morts lors d'un bombardement républicain, Jonathan laissera Marta s'échapper. Il affirme comprendre ses raisons de haïr le gouvernement démocratique que Branco a renversé, même si pour lui les loyalistes avaient de « bonnes raisons » de bombarder Vitoria en novembre 1937 (illustration 12). L'agent du contre-espionnage a beau affronter quotidiennement les agents communistes, sa vision du conflit espagnol ne s'inscrit pas dans un contexte de guerre froide : la Guerre Civile est avant tout pour lui et nombre de ses lecteurs une bataille entre un gouvernement démocratique et des forces dictatoriales.

61L'espionne franquiste nous livre quant à elle quelques éléments supplémentaires : qu'elle se meut aux États-Unis dans une opinion a priori une des plus défavorable au franquisme (« vous moins que tous »), qu'elle a elle-même évolué (« la cause que je pensais juste »), qu'il l'a convaincue des mérites de la démocratie et même qu'elle va chercher des réponses supplémentaires auprès de la résistance clandestine (antibranquiste…). La représentation nord-américaine de la Guerre Civile espagnole ne paraît ainsi que superficiellement entamée par le maccarthysme et la sympathie pour le camp républicain persiste.

Illustration  : « Le gouvernement démocratique […] avait de bonnes raisons

de bombarder Vitoria en novembre 1937 », « Jonathan Kent, espionage ace », Spy Hunter nº8, p. 29, Best Syndicate Features, New York, 1950.

Amérique latine : vision partagée

62C'est finalement dans l'édition latino-américaine que la Guerre Civile sera abordée sans trop de complexes à partir des années 60 : du côté franquiste pour l'Argentine, du côté républicain pour le Mexique et le Chili.

63L'Argentine est de ces trois pays celui qui s'est forgé une plus grande tradition d'illustrateurs et de bande dessinée. C'est aussi le pays où le discours sur la Guerre Civile espagnole est le plus controversé au moins jusqu'aux années 1950. D'un côté, le gouvernement péroniste est favorable à Franco et le nouveau régime espagnol fait un effort de propagande, particulièrement intense en Argentine, pour asseoir sa légitimité auprès de l'opinion latino-américaine. De l'autre, une forte communauté d'émigrés républicains, la deuxième en nombre après celle du Mexique, défend son point de vue.

  • 38  Robin Wood et Lucho Oliveira, « Somosierra, allá en lo alto », D'Artagnan nº 168, Buenos Aires, Co (...)

64Fondé en 1928, le groupe d'édition détenu par la dynastie ultra-catholique Columba dominera longtemps la bande dessinée argentine et publiera au hasard de ses revues entre 1967 et 1971 quelques histoires courtes sur la Guerre Civile espagnole. Les histoires devaient être et furent d'inspiration franquiste, sous la plume de créateurs de premier plan comme les scénaristes Robin Wood et Gianni Dalfiume ou le dessinateur Lucho Oliveira38.

65L'objectif est sans prétention, le propos favorable au franquiste, mais finalement les bandes dessinées s'avèrent nuancées et jamais dédaignables. Dans « Viva España » ou « Somosierra, allá en lo alto », les histoires sont certes basiques : le franquiste est héroïque, l'ennemi haïssable est communiste, bolchévique, s'en prend aux familles des insurgés (illustration 13). Mais dans « Jarama, en el mapa de España » le héros franquiste n'aime guère les mercenaires marocains et partage un respect mutuel avec son adversaire espagnol. Il rencontre Maria rendue communiste par la pauvreté et devra lui expliquer qu'elle fait ainsi le jeu de la Russie qui veut s'emparer de l'Espagne.

llustration  : Depuis la tranchée franquiste, Gianni Dalfiume et Lucho Oliveira, « Viva España », D'Artagnan nº269, Columba, Buenos Aires, 1971.

66Dans « El teniente que me mataron » la guerre devient un combat de marionnettes, et le combattant a un air de fatigue dans les yeux. Dans « Volver a Oviedo » le soldat pleure son vieil ami de l'autre bord, épargné mais exécuté devant lui par des combattants maures. « Santa Maria de la Cabeza » montre un lieutenant de la garde civile désabusé. Il sait que son corps d'arme va payer les pots cassés de la guerre : lui-même va mourir en au moment où naît son enfant.

67L'enjeu idéologique disparaît ainsi dans la lassitude et l'absurdité de la guerre, un thème qui n'est certes pas exclusif à la relation du conflit espagnol mais qui montre que les créateurs suivent leur propre chemin, nuancent les parti pris. On y trouve aussi une autre composante du regard, qui ne se démentira pas dans les bandes dessinées argentines qui traiteront ultérieurement du conflit espagnol : le sentiment que la division vient de l'extérieur, que sans l'intervention étrangère les nationaux pourraient parvenir sinon à s'entendre au moins à coexister. En nous contant l'Espagne, les auteurs pourraient bien aussi parler de l'Argentine.

  • 39  Juan Bley et al., « Corresponsal de guerra », Guerra nº 166, Santiago, 1971

68Côté pro-républicain, on trouvera le Chili et le Mexique. Au Chili le gouvernement d'Allende rachète en 1971 une partie des actifs du groupe éditorial Zig-Zag alors dominant et crée sa propre maison d'édition, Quimantú où se publient des bandes dessinées pédagogiques ou d'aventure favorables aux thèses de gauche. La revue Guerra donnera une lecture pro-républicaine du conflit espagnol et l'une de ses bandes dessinées, « Corresponsal de guerra », la représentera brièvement en continuité avec des luttes anti-impérialistes comme les guerres d'Algérie et du Vietnam39.

  • 40  « Stuka », Titanes del aíre, Mexico, Ed. La Prensa, 1964
  • 41  Gustavo Solis, Fernando Gay et Eduardo Martínez, « Ernest Hemingway », Vidas ilustres nº 102, Nova (...)

69Dans un pays en principe de sympathie pro-républicaine comme le Mexique, l'édition ne sera généralement pas encline au thème, ceci d'autant plus que le marché espagnol s'est ouvert à leurs publications et il ne s'agira pas de mettre les importateurs en porte-à faux avec la censure. Comme exception, on citera une monographie sous petit format de la série mexicaine d'aviation Titanes del Aíre intitulé « El Stuka »40 (La Prensa, 1964), qui montre sans commentaires les bombardements en 1938 de la ville de Teruel, première ville où l’appareil a été utilisé. La même année, une biographie dessinée d'Ernest Hemingway réussit à réduire le passage de l'écrivain en Espagne à son amour de la tauromachie et effleure le conflit sans le mentionner explicitement41.

  • 42  Rius avait publié en 1959 dans le quotidien mexicain Ovaciones un dessin montrant Franco en femme (...)
  • 43  Rius, Los Vascos, Los agachados nº  159, México, Editorial Posada, 10 juillet 1974

70Il y aura pourtant la décennie suivante une autre exception, celle-ci de taille : le mexicain Eduardo del Rio, alias Rius42, est un homme de gauche et un genre de bande dessinée à lui seul. Il abordera le conflit espagnol en 1972 dans un volume de sa série thématique « Los agachados » (les opprimés) intitulé Franco y Dios (illustration 14) puis deux ans plus tard dans un autre volume de la même série Los vascos43 (les basques).

  • 44  Appelée originellement bataillon des étrangers, il s'agit de la Légion, dirigée par José Millan-As (...)
  • 45  Les « Forces régulières indigènes » sont en fait la part coloniale de l'armée espagnole. Composées (...)

71Il exprime avec santé à la fois son rejet du franquisme et son anticléricalisme, critique parfois aussi les républicains en exil qui combattent Franco depuis les cafés de Paris, de Rome, du Mexique ou d'Argentine. Lorsqu'il parle du soulèvement militaire, il met surtout l'accent sur ses alliances (allemands, italiens, mercenaires du « tercio extranjero »44, armée « maure-marocaine »45), manifestant par là une sensibilité comparable à celle des argentins vis à vis de l'intervention étrangère.

Illustration  : Partisans intérieurs et extérieurs du soulèvement militaires, Rius, « Franco y Dios », Los Agachados, nº95, p. 16, Mexico, Editorial Posada, 1972.

Conclusion

72Le faible nombre d'œuvres publiées dans les années du franquisme – comparé à celui considérablement plus important qui va accompagner le retour de l'Espagne à la monarchie institutionnelle – oblige à s'interroger sur le relatif silence de la bande dessinée sur la Guerre Civile.

  • 46  Maryse Bertrand de Muñoz, Bibliografía de la guerra civil española de 1936-1939, Madrid, CD Univer (...)
  • 47 Michel Matly, « La guerra de las palabras » in Pasado y memoria nº 12, 2013, p. 139-162.

73En Espagne, il n'est pas niable que le régime manifeste une certaine réticence au montré graphique de la Guerre Civile. Selon la bibliographie de Maryse Bertrand de Muñoz46, l'image est présente dans 20% des œuvres produites sur le conflit durant le régime franquiste, un pourcentage relativement stable entre 1940 et 1975. A partir de 1976, ce pourcentage passe à 40% et se maintient plus ou moins constant ensuite. Il s'agit là d'un phénomène de saut et non d'une évolution continue qui pourrait s'expliquer par la perte progressive de protagonisme du livre face à d'autres modes de communication. La censure franquiste accepte qu'on écrive sur la guerre, voire l'encourage à la condition de se plier à la doctrine. Mais elle s'exerce particulièrement sur l'imagerie du conflit, jugée sans doute trop peu maîtrisable47.

74Mais plus qu'une quelconque pression de la censure pour interdire le thème, l'impossibilité de se référer au conflit d'une autre manière qu'un discours excessif de propagande joue certainement son rôle. La part de la population pro-républicaine restée au pays ne peut qu'être ulcérée et les autres, ceux acquis au soulèvement durant la guerre sont loin d'en garder un souvenir aussi glorieux que celui propagé par le régime. Les contraintes économiques pèsent plus lourd que les arguments politiques et la qualité des bandes dessinées, plus que leur engagement explicite au côté du régime, sont une garantie de pérennité des publications. Les revues commerciales a‑confessionnelles et même catholiques évitent donc un thème inutilement polémique, seulement susceptible d'aliéner leur clientèle.

  • 48  De fait les ouvrages les plus récents traitant de la Guerre Civile avec un éclairage même implicit (...)

75Dans ses dernières années où la censure s'allège quelque peu, le pouvoir franquiste estime avoir donné une image moins propagandiste du conflit et entend avoir le dernier mot sur un sujet dont il estime qu'il est clos48. On mentionnera une page de Joan Barjau, alias Snif, publiée en 1974, « … de padre a hijo y tiro porque me toca » (de père à fils, à moi de jouer – référence au jeu de l'oie) qui nous fournit ce qui sera dorénavant une des clés non seulement du franquisme vieillissant, mais aussi ensuite des pouvoirs démocratiques espagnols vis à vis du conflit : le souci de maintenir à distance le souvenir de la Guerre Civile (illustration 15). Deux vieillards félicitent abondamment un jeune, typique des années 1970, avec cheveux longs, barbe et col roulé, parce que l'avenir lui appartient. Mais en dernière case, il lui disent impérieusement de ne pas toucher au présent (le franquisme) et surtout de laisser le passé (la guerre) tranquille.

Illustration  : « Laisse le passé tranquille », Snif, « … de padre a hijo y tiro porque me toca », El Papus, nº21 du 9 mars 1974.

76La seule bande dessinée catholique qui traite du conflit montre combien le regard de l'Église espagnole est restée fondamentalement le même : haine de la république, critique sociale envers une populace qu'il n'est possible de tenir que par la domination. On ne s'étonnera pas de retrouver plus tard et jusqu'aux années 2010 ce discours pratiquement intact dans les hagiographies dessinées des prêtres martyrs du conflit.

77Pendant le franquisme, la vision de l'Église, rigidement adossée au discours du temps de la guerre, voit s'en éloigner une autre, a-confessionnelle, qui évolue vers des discours moins polémiques, plus sensibles aux conséquences désastreuses de la guerre pour la population espagnole. Le pouvoir s'est trouvé d'autres légitimités que la guerre, comme les 25 ans de paix et le décollement économique, et la société espagnole a évolué, jeté en sourdine les bases de l'après-franquisme où un autre discours sur la guerre sera logique et nécessaire.

  • 49  Manuel De La Aleja et Diego Fernández Valdes, Historia de Albacete, 1975.

78En témoigne une dernière œuvre à prétention historique, écrite avant et auto-éditée après la mort de Franco : l'histoire d'Albacete, qui ne peut que mentionner la Guerre Civile dans la mesure où la ville a accueilli André Marty et les Brigades Internationales49. Ici se finalise un discours qui va dominer la bande dessinée et finalement l'historiographie espagnole du dernier quart du xxe siècle, retraçant un conflit meurtrier dont la dimension politique n'a plus guère d'importance.

  • 50  Jean Maurice Rosier, « Guerra civil y comic », in Mercé Boixareu et Robin Lefère, La historia de E (...)

79Pour ce qui concerne les autres pays, le philosophe belge Jean-Marc Rosier soutient que la guerre froide et la peur du communisme ont longtemps bloqué la référence de la bande dessinée au conflit espagnol50. Il y a peut-être là une partie des raisons, à la condition de considérer que la référence devrait être naturellement républicaine.

80On peut juger peut-être aussi que l'impuissance des républicains en exil à se défaire militairement et politiquement du franquisme n'a pas poussé à donner du conflit une image apte à convaincre et à séduire le jeune lecteur. La bande dessinée de guerre a besoin de héros et de vainqueurs et le camp républicain n'en avait guère à proposer. Le souvenir encore proche de combats qui ont concerné directement les grands pays de bande dessinée, États Unis, Europe, Japon, ont pu enfin laisser peu de place au conflit espagnol.

81S'y ajoute une autre raison dans le contexte européen et surtout français : le souci au moins jusque dans les années 1970 de protéger le public adolescent de bande dessinée des vicissitudes du monde des adultes. On peut ainsi juger de sa mesure lors de l'occupation allemande et à la libération.

  • 51  Pascal Ory, Le petit nazi illustré. Vie et survie du Téméraire (1943-1944), Paris, Nautilus, 2002.
  • 52  Certes pourrait-on trouver de rares exemples plus radicaux, comme en 1944 « Zoubinette », d'un cer (...)

82Dans un ouvrage au titre alléchant, Le petit nazi illustré51, Pascal Ory a bien du mal à nous convaincre de l'infiltration des thèses d'extrême droite dans la bande dessinée française de l'occupation et il suffit de feuilleter Pelayos ou dans un registre opposé Pocholo pour juger de l'extrême différence entre la bande dessinée de guerre espagnole et française, cette dernière très éloignée des événements et des discours de l'époque52. Curieux moment où on protégeait les enfants d'une propagande allemande et pétainiste sans aucune limite, mais où on en envoyait certains être gazés en raison de la religion de leurs parents.

83La libération va voir notamment dans la presse communiste l'émergence de bandes dessinées à la gloire de la Résistance mais celles-ci seront elles aussi interrompues à mi-parcours par la censure : le pouvoir estimait sans doute que le temps n'était pas à la glorification d'un camp et à la division d'un pays où beaucoup préféraient oublier le trouble de leurs engagements ou de leur immobilisme. En tout état de cause la protection de l'enfance était un moyen facile d'éviter de confronter le public des bandes dessinée à tous les thèmes adultes, même ceux politiquement corrects, dont la relecture républicaine de la Guerre Civile espagnole aurait pu faire partie.

84Les chemins divergents pris en Espagne par la bande dessinée franquiste laïque et catholique, le sentiment pro-républicain persistant des œuvres nord-américaines, l'anti-impérialisme palpable des publications latino-américaines sur le conflit espagnol ou même parfois une simple allusion en une seule vignette comme celle de la mort du plus grand héros du fumetto italien, Corto Maltese, sont autant de clés qui aideront à mieux interpréter les bandes dessinées qui par centaines viendront après la mort de Franco en deux grandes vagues successives, l'une débutant en 1976 et l'autre dans les années 2000, nous raconter la Guerre Civile espagnole.

Haut de page

Notes

1  On citera pour l'Espagne Tebeosfera qui tient un inventaire pratiquement exhaustif des publications espagnoles de bande dessinées, soit près de 20 000 titres publiés depuis 1880 : http://www.tebeosfera.com ou pour les comics US tombés dans le domaine public, le Digital Comic Museum http://digitalcomicmuseum.com/ . À ces sites s'en ajoutent d'autres « a-égaux », bien utiles cependant au chercheur.

2  Roy Crane, « Captain Easy, soldier of fortune », NEA Sunday page, 6 septembre 1936.

3  À tout moment les éditeurs cherchent à maintenir de bonnes relations avec le gouvernement et les entreprises dont une bonne part sponsorise les aventures radiophoniques des héros de bande dessinée. L'analyse des bandes dessinées de l'époque met pourtant à mal l'image d'un média « aux ordres » comme cela a souvent été fait dans la description de sa participation dans la guerre mondiale ou la guerre froide. On peut ainsi citer des bandes dessinées qui montrent l'extrême droite essayant d'utiliser à des fins politiques la misère et le mécontentement liés à la crise économique ou la dérive de certains mouvements nativistes vers le nazisme, le désastre écologique (le « dust bowl ») qui frappe les campagnes américaines au milieu des années 1930, les attaques à la liberté de la presse, les groupes de pression visant à infléchir des élections par la violence, les mauvaises conditions ouvrières. La multiplication de héros américains luttant avec les français ou les anglais avant Pearl Harbour est aussi un acte d'indépendance alors que ni la classe politique ni l'opinion publique ne voulait entrer dans la guerre,

4 L'institut de sondage Gallup a ainsi réalisé 5 consultations sur la Guerre Civile espagnole entre janvier 1937 et février 1939, fait qui souligne l'intérêt porté à la guerre espagnole par le gouvernement de Roosevelt et par la population américaine : le sondage de 1939 montre ainsi que 60 % des personnes interrogées ont suivi le déroulement du conflit. Ces sondages montrent aussi le fort sentiment en faveur de la République (aux trois quart pratiquement sur toute la durée du conflit) mais aussi le rejet d'une intervention des États-Unis. Les dimensions politique et religieuse de la Guerre Civile espagnole sont en fait perçues par l'opinion publique américaine de façon assez différente de celle en Europe. Le conflit est d'abord considéré comme la lutte entre démocratie et dictature et pour cela sans doute le camp gouvernemental est largement exempté du péché communiste. La dimension religieuse de la guerre vue des États-Unis n'est pas non plus la même que vue d'Europe : ce n'est pas tant le combat entre athéisme et chrétienté, tel que le perçoivent les européens et la résument les combattants espagnols, qu'un certain rapport à la religion,. On reproche certes au camp républicain son anticléricalisme et ses exactions mais l'autre camp est aussi accusé d'intolérance religieuse par les non catholiques (protestants, juifs), voire d'excès de pouvoir de l'Église par certains catholiques.

5  En dépit des sympathies personnelles du couple Roosevelt pour la République espagnole, les États-Unis adopteront une politique de neutralité plutôt malveillante. On citera par ailleurs le soutien en armement et matériel roulant du gouvernement de Burgos par certaines industries américaines en déni de la neutralité : Ford, Studebaker, General Motors, Dupont de Nemours.

6  Conflit débuté en 1937 qui se fondra dans la Deuxième Guerre mondiale pour se terminer en 1945. En dépit d'une neutralité affichée, les États-Unis seront favorables aux chinois. Y ont notamment participé les aviateurs américains volontaires connus comme les « Tigres volants », alors et encore aujourd'hui un sujet récurrent de la bande dessinée.

7  On notera que pour les mercenaires américains de bande dessinée comme pour une part importante de ceux qu'ils évoquent, il n'y a pas contradiction entre l'engagement par conviction (combattre du bon côté) et une solide rémunération (être bien payé pour le faire).

8  Contrairement aux Brigadistes qui sont volontaires, les pilotes américains sont des mercenaires grassement rémunérés, ce qui leur vaudra quelques tensions avec leurs homologues russes venus en Espagne, ces derniers étant des militaires de carrière plutôt mal payés. Ainsi le pilote Albert John Baumler raconte qu'il a conclu un contrat avec la République espagnole de 1 500 US$ par mois (l'équivalent de 15 000 euros actuels), plus 1 000 US$ pour chaque avion ennemi abattu. Baumler est avec son camarade Jim Allison un de ceux qui après les combats en Espagne intégreront ensuite les Tigres volants et combattront en Asie.

9 Will Carr et Fred Guardiner, « Bombs of destiny », in Funny Picture Stories v.2 nº 2, Comic Magazine Company, octobre 1937.

10  Pour l'anecdote, Superman tout juste arrivé en France sera d'abord nommé Yordi dans le magazine L'aventureux, l'éditeur s'étant inspiré du nom du fils d'un de ses amis, républicain catalan en exil.

11  Maira Mayola Benítez Carrillo, Gabriel Vargas, cronista gráfico, Pachuca de Soto, Universidad Autonoma del Estado de Hidalgo, 2010.

12  « Fumetto » (petit nuage), nom italien de la bande dessinée.

13  Outre ses principaux financiers (Juan March, carlistes de Navarre et Portugal), le soulèvement militaire a reçu un appui initial de la part de Mussolini, aussi tôt que 1934. L'Italie enverra près de 80 000 militaires combattre en Espagne (43 000 militaires italiens, 30 000 miliciens fascistes composant le « Corpo di Truppe Volontaire » plus de 6000 personnels d'aviation associée à la légion espagnole. Par ailleurs l'aide financière italienne sera concédée à des conditions bien plus généreuses que celle allemande ou russe.

14  Mariella Colin, Les enfants de Mussolini – Littérature, livres, lectures d'enfance et de jeunesse sous le fascisme, de la grande guerre à la chute du régime, Caen, Presses Universitaires de Caen, 2010. La partie sur la bande dessinée reprend pour une part significative les faits relatés par Mariela Colin dans « La Guerre Civile espagnole dans la bande dessinée de l'Italie franquiste », in Viviane Alary et Benoît Mitaine, Ligne de front, Chêne Bourg, Georg, 2011

15  Les conséquences de la guerre pesèrent dans la physionomie de la bande dessinée européenne : Jesús Blasco passera par les camps français mais put revenir grâce à l'appui de Consuelo Gil, l'éditrice de Chicos et participer à la création de « Capitan Trueno », un de bandes dessinées les plus fameuses de l'époque franquiste. José Cabrero Arnal passera aussi par ces camps, finira à Mauthausen et en reviendra pour devenir le père de « Placid et Muzo » et de « Pif le Chien » dans la presse juvénile communiste française. Pour certains il peut être douloureux de constater que, de même que la Deux-chevaux Citroën est née d'une plume italienne, une autre de nos valeurs nationales, Pif le Chien, est espagnole...

16  On trouvera une description approfondie de cette époque dans Antonio Martín Martinez, « La historieta española de 1900 à 1951 », Arbor clxxxvii-2 extra, 2011 p. 63-128.

17  Parmi les plus connues, les éditions Bruguera, Germán Plaza, Rialto.

18  Le genre belliqueux, souvent traité avec une violence inhabituelle, sera l'objet de séries extrêmement populaires comme Hazañas bélicas, créée en 1948 par Guillermo Sánchez Boix, alias Boixcar.

19  Principalement et à partir de 1945, l'édition de l'Action Catholique, avec des titres comme ¡Zás!, Trampolín, Jovenes.

20  On pensera au groupe de presse Maravillas, proche de la Phalange et dirigé par Justo Pérez de Urbel ou à des revues de la sección feminina comme Bazar.

21  Jesús Fragoso et Manuel Huete, « Hermanos Fernández », Clarín nº 2, Éditions Maravillas, 1949 ; Francisco Anibal et Giuseppe (José Laffond), « El flecha Carlos », Clarín nº 3, 1949 ; Jesús Fragoso et Giuseppe (José Laffond), Juramento cumplido, Clarín nº 5, 1949 ; Luis Vigil, « El Alcázar no se rendirá jamás », Clarín nº 6, 1949 ; Jesús Fragoso et Manuel Huete, « Soy la phalange », Clarín nº 9, 1949 ; F. Fernández Vegue et Luis Vigil, « Alzamiento heróico », Clarín nº 10, 1949 ; Sarengo, « Hidalguía española », Clarín nº 12, 1949 ; Giuseppe (José Laffond), « Fieles al caudillo, Clarín nº 14, 1949 ; Anonyme, « Loor al caúdillo », Clarín nº 14, 1949 ; Jesús Fragoso et Manuel Huete, « El mejor de los mejores », Clarín nº 17, 1949 ; F. Fernández Vegue, « Lealtad heróica », Clarín nº 17, 1949 ; Zubieta, « Fue en un día de la madre », Clarín nº 18, 1949 ; Manuel Huete, « Ayer y hoy », Clarín nº 20, 1950 ; G. De Viedma, « Cuatro rosas », Clarín nº 29, 1950 ; Luis Vigil, « Valor », Clarín nº 32, 1950 ; Sarengo, « Juventud heróica », Clarín nº 32, 1950 ; Eduardo Valdes, « La hierba volvió a crecer », Clarín nº 74, 1951.

22  Thèse déjà développée en 1942 par le film phalangiste Rojo y negro (rouge et noir, les couleurs communes de la Phalange et du mouvement anarchiste) de Carlos Arévalo, Le film sera interdit par le pouvoir franquiste.

23  « Antes no era así », Tele chico nº 21, p. 8-9, 1964

24  Antonio Aguilera, Muerte al amanecer, Barcelone, Vice Postulación PP Reparadores,1966

25  Juan María García Mendez, tiré de la prison Modelo de Valence et exécuté en août 1936 à Silla, près de Valence, sera béatifié en 2000 par le pape Jean-Paul ii.

26  Pedro Quesada et al., Soldado invicto, Madrid, Ed.Rollan, 1969.

27  Le fait du bombardement de Guernica sera reconnu par les autorités franquistes en 1969 mais son initiative toujours niée.

28  Octave Joly et Michel Tacq, « Alcazar », Spirou nº 713, Bruxelles, 1951.

29  Hugo Pratt, Les Scorpions du désert, Paris, Casterman, 1977.

30  Allen Bert Christman, « Three Aces », in Action Comic nº 18, Detective Comics (DC), novembre 1939.

31  Allen Christman, lui-même pilote de chasse, s'engagera en 1941 dans les Tigres volants et mourra peu après en Birmanie, mitraillé par un pilote japonais alors qu'il avait sauté en parachute de son avion en flammes. L'épisode soulève alors l'indignation de la presse américaine de l'époque.

32  Mike Suchorsky, « Captain Terror battles the fiends of the seas », États-Unis Comics nº 2, États-Unis Comics Corporation, novembre 1941.

33  La recherche de références sur la guerre espagnole pendant la Deuxième Guerre mondiale permet de juger de la représentation que fait le comic de cette dernière et de la distance qu'elle prend avec la réalité : une guerre mondiale sans juifs, sans noirs, sans bombe atomique, où les alliés (hormis peut-être les anglais, mais l'urss incluse) ne vont guère au-delà d'une guérilla sur le modèle de la résistance française.

34  «Captain Battle Jr », in Captain Battle Jr nº 1, Comic House, fin 1943.

35  « Yank Levy - "Guerrilla" », in Jewish War Heroes nº 1, Canadian Jewish Congress, février 1944.

36  Leverett Gleason, patron de la maison d'édition Comic House Publication, a été poursuivi après la fin de la guerre par le House Un-American Activities Committee (HUAC) pour sa participation au Joint Anti-Fascist Refugee Committee, organisation de soutien aux émigrés républicains espagnols considérée comme une organisation d'obédience communiste. Il devra se démettre de ses fonctions et sera finalement condamné en 1947 (500 US$ d'amende et six mois avec sursis).

37  Robert Pious, « Jonathan Kent, espionage ace », Spy Hunter nº 8, Best Syndicate Features, septembre-octobre 1950.

38  Robin Wood et Lucho Oliveira, « Somosierra, allá en lo alto », D'Artagnan nº 168, Buenos Aires, Columba, 1967 ; Robin Wood et Lucho Oliveira, « Jarama, en el mapa de España », Intervalo nº 178, Buenos Aires, Columba, 1967 ; Roberto Monti (Wood) et Horvath, « El teniente que me mataron », D'Artagnan nº  177, Buenos Aires, Columba, 1968 ; Robin Wood et Lucho Oliveira, « Volver a Oviedo », D'Artagnan nº  188, Buenos Aires, Columba, 1968 ; Mateo Fusari (Wood) et Lucho Oliveira, « Santa María de la Cabeza », D'Artagnan nº 218, Buenos Aires, Columba, 1969 ; Gianni Dalfiume et Lucho Oliveira, « Viva España », D'Artagnan nº 269, Buenos Aires, Columba, 1971.

39  Juan Bley et al., « Corresponsal de guerra », Guerra nº 166, Santiago, 1971

40  « Stuka », Titanes del aíre, Mexico, Ed. La Prensa, 1964

41  Gustavo Solis, Fernando Gay et Eduardo Martínez, « Ernest Hemingway », Vidas ilustres nº 102, Novaro, Mexico, 1964.

42  Rius avait publié en 1959 dans le quotidien mexicain Ovaciones un dessin montrant Franco en femme au bras de Dwight Eisenhower lors de la visite de ce dernier dans la péninsule ibérique, Le destin fit évidemment scandale en Espagne, où un éditeur renvoya le dessin au président mexicain pour protester contre son laxisme vis à vis de la presse. Il l'avait confisqué sur un panneau de sa rédaction, mais pas avant qu'une main espagnole anonyme y avait inscrit « ¡Viva la libertad, ja, ja,ja! » Source : Anne Rubenstein, Bad langage, naked ladies & oter threats to the nation – A political history of comic books in Mexico, Durham, Duke University Press, 1998.

43  Rius, Los Vascos, Los agachados nº  159, México, Editorial Posada, 10 juillet 1974

44  Appelée originellement bataillon des étrangers, il s'agit de la Légion, dirigée par José Millan-Astray, où est passé Francisco Franco en tant que commandant adjoint et qui soutiendra activement le soulèvement militaire.

45  Les « Forces régulières indigènes » sont en fait la part coloniale de l'armée espagnole. Composées d'officiers espagnols et de marocains engagés volontaires, elles ont été le fer de lance de l'armée franquiste pendant la Guerre Civile.

46  Maryse Bertrand de Muñoz, Bibliografía de la guerra civil española de 1936-1939, Madrid, CD Universidad Nacional de Educación a Distancia, 2007.

47 Michel Matly, « La guerra de las palabras » in Pasado y memoria nº 12, 2013, p. 139-162.

48  De fait les ouvrages les plus récents traitant de la Guerre Civile avec un éclairage même implicitement favorable au soulèvement continuent à se référer à l'historiographie franquiste des années 60.

49  Manuel De La Aleja et Diego Fernández Valdes, Historia de Albacete, 1975.

50  Jean Maurice Rosier, « Guerra civil y comic », in Mercé Boixareu et Robin Lefère, La historia de España en la literatura francesa. Una fascinación..., Madrid, Castalia, 2002, p. 713-720.

51  Pascal Ory, Le petit nazi illustré. Vie et survie du Téméraire (1943-1944), Paris, Nautilus, 2002.

52  Certes pourrait-on trouver de rares exemples plus radicaux, comme en 1944 « Zoubinette », d'un certain Robert Ducte, une bande dessinée du journal satirique collaborationniste Le Mérinos, où l'héroïne était victime de maquisards présentés comme un ramassis de marginaux et d’étrangers, dont un nommé Isaac typé selon les critères du moment. Sous son vrai nom, Auguste Licquois, Ducte rejoindra en 1945 l'hebdomadaire communiste Vaillant et y dessinera « Fifi, gars du maquis » glorifiant la Résistance avant que son passé remonte à la surface et que les dirigeants du magazine, dont on n'est pas tout à fait sûr qu'ils n'étaient pas au courant, ne soient obligés de l'expulser.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Illustration  : « De l'espace, de l'action, de l'excitation ! - Mais où ? - Oh je ne sais pas, en Espagne.... », Roy Crane, « Captain Easy. Soldier of fortune », NEA Sunday page, 14 mars 1937.
URL http://journals.openedition.org/ccec/docannexe/image/5922/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Illustration  : « Les hommes sont bon marché, les munitions sont chères » (...)
URL http://journals.openedition.org/ccec/docannexe/image/5922/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Légende Illustration  : Diego face à la violence rouge, Giubra (?) et Vittorio Rossi, (1938), « L'eroe de Villahermosa », Corriere dei Piccolo, p. 19, 1-4, 2 janvier 1938.
URL http://journals.openedition.org/ccec/docannexe/image/5922/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende Illustration  :« Je n'ai presque plus de combustible ! », Kurt Caesar, « Romano il legionario », Il Vittorioso, 23 avril 1938.
URL http://journals.openedition.org/ccec/docannexe/image/5922/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Illustration  : « Bola et Filo, officiers fascistes espagnols », Deupé, Camarades, 30 septembre 1936.
URL http://journals.openedition.org/ccec/docannexe/image/5922/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Illustration  : «Toto et Toutoune en Espagne », Mendjizky, Camarades, 4 mars 1937.
URL http://journals.openedition.org/ccec/docannexe/image/5922/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Légende Illustration  : Jean Vaillant, « La mort du cargo », Cœur Vaillant nº22, 1938.
URL http://journals.openedition.org/ccec/docannexe/image/5922/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Illustration  : « Adieu fils, adieu Espagne », Manuel Huete, « Ayer y hoy », Clarín nº20, p. 6, 1-3, 1950.
URL http://journals.openedition.org/ccec/docannexe/image/5922/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende Illustration  : « Ce drapeau flottera toujours sur notre Espagne. - Ses couleurs symboliseront toujours notre union », Pedro Quesada et al., Franco soldado invicto, 1, 1969, p. 53.
URL http://journals.openedition.org/ccec/docannexe/image/5922/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende Illustration  : Bacchanale anticléricale, Antonio Aguilera, Muerte al amanecer, 1, 1967, p. 11.
URL http://journals.openedition.org/ccec/docannexe/image/5922/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende Illustration  : Le siège de l'Alcazar, Octave Joly et Michel Tacq, (1951), « Alcazar », Spirou nº713, Bruxelles, 1951
URL http://journals.openedition.org/ccec/docannexe/image/5922/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Illustration  : « Le gouvernement démocratique […] avait de bonnes raisons
URL http://journals.openedition.org/ccec/docannexe/image/5922/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Légende llustration  : Depuis la tranchée franquiste, Gianni Dalfiume et Lucho Oliveira, « Viva España », D'Artagnan nº269, Columba, Buenos Aires, 1971.
URL http://journals.openedition.org/ccec/docannexe/image/5922/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Légende Illustration  : Partisans intérieurs et extérieurs du soulèvement militaires, Rius, « Franco y Dios », Los Agachados, nº95, p. 16, Mexico, Editorial Posada, 1972.
URL http://journals.openedition.org/ccec/docannexe/image/5922/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Légende Illustration  : « Laisse le passé tranquille », Snif, « … de padre a hijo y tiro porque me toca », El Papus, nº21 du 9 mars 1974.
URL http://journals.openedition.org/ccec/docannexe/image/5922/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michel Matly, « L'image de la Guerre civile espagnole dans la bande dessinée entre 1936 et 1975-II », Cahiers de civilisation espagnole contemporaine [En ligne], 15 | 2015, mis en ligne le 16 janvier 2016, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/ccec/5922 ; DOI : 10.4000/ccec.5922

Haut de page

Auteur

Michel Matly

Doctorant au Centre de Recherches sur les Littératures et la Sociopoétique (CELIS – Université Blaise Pascal, Clermont Ferrand)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CCEC ; auteurs

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo 3L.AM Langues, Littératures et Linguistique des Universités d'Angers et du Maine
  • OpenEdition Journals