Navigation – Plan du site
Études
Dossier « La crise en Espagne : dimensions politique et économique »

Présentation

Presentación
Jorge Cagiao y Conde et Vianney Martin

Texte intégral

  • 1 Jorge Cagiao y Conde et Vianney Martin (dir.), Federalismo, autonomía y secesión en el debate terri (...)

1La crise mondiale, qui affecte depuis 2008 la plupart des pays développés, a revêtu en Espagne une dimension particulière dépassant le simple cadre de l’économie. À bien des égards, la crise y est non seulement économique mais aussi institutionnelle et politique, d’où le titre de ce numéro thématique des Cahiers de civilisation espagnole contemporaine : « La crise en Espagne : dimensions politique et économique ». Ayant pour origine la journée d’études du 3 avril 2015 organisée par le laboratoire cecille de l’université Lille-iii dans le cadre du séminaire doctoral « Subsidiarité et solidarité des territoires », le présent dossier constitue, après un premier ouvrage sur le fédéralisme1, la deuxième publication issue de la coopération entre les universités François Rabelais de Tours (laboratoire icd) et de Charles de Gaulle de Lille-iii (laboratoire cecille).

2L’article « Crise en Espagne et crise espagnole » nous introduit d’emblée dans le vif du sujet. Remontant à l’origine extérieure du déclenchement de la crise, à savoir la faillite de Lehman Brothers en septembre 2008, Benoît Pellistrandi évoque les effets destructeurs de la récession économique en Espagne (éclatement de la bulle immobilière, recul du PIB, explosion du chômage, déficit budgétaire, explosion de la dette) et explique comment une dégradation rapide de la situation économique a pu servir de révélateur à une perte de confiance politique dans la validité du « système espagnol » en vigueur depuis 1978 (mouvement des Indignés, crise de la monarchie, abdication de Juan Carlos, irruption de Podemos dans le paysage politique, critiques du modèle de l’Espagne des Autonomies, affaires de corruption, développement de l’indépendantisme en Catalogne).

3Dans « Crisis y corrupción política », Manuel Villoria analyse le problème de la corruption en Espagne. D’après l’auteur de cet article, la corruption en Espagne n’est pas systémique mais essentiellement politique. Ce fléau n’en fait pas moins particulièrement scandale dans un pays gravement affecté par le chômage, suscitant une véritable perte de confiance dans la classe politique et dans les institutions.

4Dans « La crisis del modelo de Estado », Jorge Cagiao y Conde se penche sur un aspect fondamental de la crise politique espagnole, à savoir la remise en question de l’« État des Autonomies » dont les imperfections et les rigidités constitutionnelles se trouvent mises en évidence et amplifiées par la conjoncture économique et les évolutions de l’Espagne dans ses dimensions plurinationale et communautaire. En conclusion de cet article, l’auteur préconise une adaptation du système autonomique aux nouvelles réalités espagnoles par l’adoption d’une réforme de type fédéral.

5De son côté, Antonio Robles Egea constate l’influence des idéologies politiques dans le choix des mesures économiques à prendre en période de crise. Dans « Crisis del Estado del bienestar y su relación con el bipartidismo », il décrit les conséquences politiques et sociales des coupes budgétaires exercées en Espagne dans l’éducation, la santé et l’aide sociale sous l’emprise de l’idéologie néolibérale.

6La percée spectaculaire de Podemos sur la scène politique espagnole alimente la réflexion de Javier Franzé dans « Crisis del sistema político y emergencia de una política agonista ». L’auteur analyse le contexte dans lequel émerge Podemos, très marqué par le récit de la Transition, ainsi que son discours et sa stratégie politique. Il en vient ainsi à s’interroger sur l’importance de ce nouveau parti qui, à la suite des Indignés, dénonce « la caste » politique au pouvoir et le discours officiel sur la Transition, appelant à une démocratisation de la vie politique espagnole.

7Le dernier article du dossier (« Crisis y violencia de género ») évoque les conséquences de la crise économique sur les « violences de genre » en Espagne. María Concepción Torres propose une réflexion critique sur le pacte sexuel et sur la logique patriarcale du droit, à l’œuvre en Espagne, et dénonce la manière dont la crise a pu enrayer la bonne marche des efforts produits en matière d’égalité. La baisse des moyens consacrés aux politiques publiques de lutte contre les violences faites aux femmes aurait favorisé une stagnation, voire une régression en la matière.

Haut de page

Notes

1 Jorge Cagiao y Conde et Vianney Martin (dir.), Federalismo, autonomía y secesión en el debate territorial español. El caso catalán, Paris, Le Manuscrit, 2015.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jorge Cagiao y Conde et Vianney Martin, « Présentation  », Cahiers de civilisation espagnole contemporaine [En ligne], 15 | 2015, mis en ligne le 17 janvier 2016, consulté le 16 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/ccec/5934 ; DOI : 10.4000/ccec.5934

Haut de page

Auteurs

Jorge Cagiao y Conde

Articles du même auteur

Vianney Martin

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CCEC ; auteurs

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo 3L.AM Langues, Littératures et Linguistique des Universités d'Angers et du Maine
  • OpenEdition Journals